Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA publie les plans du rover Curiosity sur GitHub

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud, Xavier Teyssier et Davy Defaud. Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC by-sa.
39
5
août
2018
Do It Yourself

Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA (avec CalTech), qui a construit l’astromobile / le rover Curiosity pour explorer la planète Mars, a publié sur GitHub les plans d’une version réduite et abordable de ce véhicule sous licence Apache v2.

Vous pouvez donc l’étudier, le construire ou l’améliorer !

Le cerveau utilisé est un RaspBerry Pi. Vous pouvez le contrôler via une application Android.

N. D. M. : Ce rover est une version réduite (36 cm, 11 kg, 17 cm/s) de Curiosity (2,7 m, 899 kg et 4 cm/s sur Mars). Il est conçu pour pouvoir être réalisé avec des composants du commerce. La publication a été réalisée pour « inspirer la future génération des scientifiques, ingénieurs et roboticiens pour nous aider à explorer et découvrir notre système solaire (et au‐delà !) ». L’utilisation de la licence Apache v2 semble contredite par les critères supplémentaires suivants : être âgé de plus de 18 ans, décharge de responsabilité et pas d’utilisation commerciale (situation clarifiée depuis par le responsable côté NASA). Le JPL explique par ailleurs avoir produit précédemment une version réduite de Curiosity à des fins éducatives (un mini‐rover baptisé ROV-E), pour les classes, musées et événements scolaires. Et face au succès, ils ont décidé de produire un modèle inspirant et réalisable pour moins de 2 500 US$ (environ 2 160 €).

Le rover dit « open source » NASA/JPL-Caltech une fois réalisé   Crédit NASA/JPL-Caltech

Le rover dit « open source » NASA/JPL-Caltech en phase de conception   Crédit NASA/JPL-Caltech

Aller plus loin

  • # Bug

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    L'utilisation de la licence Apache v2 semble contredite par les critères supplémentaires suivant : être âgé de plus de 18 ans, décharge de responsabilité et pas d'utilisation commerciale.

    C'est bête, ça aurait pu être une bonne opportunité (lol) pour que des fabricants locaux proposent des pièces et fassent baisser les prix de fabrication. Cette contradiction mériterait un rapport de bug sur GitHub.

    Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

  • # Et le transporteur ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Quelqu'un a un lien vers les plans de la fusée, je ne trouve aucune référence dans l'article.

    • [^] # Re: Et le transporteur ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 06/08/18 à 22:58.

      Il n'y a pas non plus de référence sur le prix de la fusée ;-)

    • [^] # Re: Et le transporteur ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne pense pas que tu puisses trouver des plans de ce genre… une fusée c'est ni plus ni moins qu'un gros missile ;)

    • [^] # Re: Et le transporteur ?

      Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 08/08/18 à 12:23.

      Ils peuvent pas car envoyer quelque chose dans l'espace sans autorisation préalable, est interdit par plusieurs conventions internationales.

      • [^] # Re: Et le transporteur ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Ce qui est interdit, c'est d'envoyer des trucs, pas de construire des fusées.

        Mais on peut considérer quand même que le lanceur et le rover sont deux éléments dissociables, et qu'il n'y a pas de raison de publier les plans du premier quand on publie les plans du second. On peut envoyer le rover avec un autre lanceur, ou ne pas l'envoyer du tout.

        • [^] # Re: Et le transporteur ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Oui, mais c'est les USA.
          Il est interdit de boire dans la rue, mais tu te feras arrêter si tu marches avec une bouteille ouverte ou un verre dans la main, même si tu ne bois pas dehors (disons, si tu vas de chez toi à chez ton voisin pour utiliser son tire-bouchon et que tu rentres ensuite).

          La fusée, c'est pareil…

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.