Le Syntec nous verrait bien intermittents

Posté par . Modéré par Amaury.
Tags : aucun
0
3
sept.
2003
Presse
Selon le Monde Informatique, le Syntec Informatique réfléchit à quelques "adaptations" de l'accord de branche de notre secteur.
Tout un programme : assouplissement des procédures de licenciements et plus large recours aux très fameux contrats de chantier... Les grandes entreprises adhérentes du Syntec Informatique après avoir joué les mijaurées concernant la délocalisation aimerait bien nous apporter l'Inde à domicile.

Passons sur les conditions du licenciement, j'ai du mal à envisager le contrat de chantier...

Pour ceux qui ne voit pas de quoi on parle, il s'agit d'un type de contrat pas mal utilisé dans le secteur du bâtiment et qui consiste a embaucher une personne non pas sur la base d'une durée (CDD) ou de manière permanente (CDI) mais sur la base d'un projet. Il s'agit d'une sorte de paiement à la tâche. Le projet terminé, le contrat prend fin. Dans d'autres domaines, on dit intermittents.

Avantage, on peut si je ne me trompe pas multiplier les contrats de chantier (ce qui n'est pas possible avec un CDD) et (je ne veux pas dire de bêtises) mais il n'y aurait bien pas de prime de précarité à verser.

Bref que du bonheur... On a aussi vu des pratiques plus ou moins équivalentes pour se débarrasser de salariés encombrants : devenez indépendant, vous verrez liberté, argent, bonheur... Une commande initiale et surtout, plus d'obligation pour l'ex-employeur.

Je ne suis pas sur que l'avenir du secteur (morose il est vrai) passe par ce genre de chose, enfin ça n'est que mon avis, hein.

Naturellement toutes ces améliorations devront faire l'objet d'une présentations aux représentants des salariés et d'un accord paritaire, il y a donc encore de la marge, mais enfin...

Ndm : Hors sujet, mais les salariés du secteur informatique étant souvent soumis à la convention collective du Syntec, je pense que ça intéresse pas mal de monde.

Aller plus loin

  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 4.

    Euh, je vais pas tarder à rentrer dans ce secteur, et je me demandais si bcp de mes futurs collègues étaient syndiqués sous une forme ou sous une autre ... des infos ?

    Merci
    Caeies
    Pour un Syndicat GPL :)
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 3.

      pour qu'un accord 35h soit valide , il faut qu'au moins 1 employé syndiqué l'ai signé. Donc...
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est quoi les syndicats les plus presents dans le metier?
        J'ai jamais rencontre de personne syndique dans le millieu, en generale dans les boites que j'ai frequente mes collegues etaient pas tres branches sur genre de questions, ou alors si une fois j'en ai eu un qui etait a la cfdt je crois...
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 9.

        Oui c'est la belle theorie ca.

        Pour travailler dans une SSII et donc pas mal cotoyer ce monde, de ce que j'en vois les syndicats dans les SSII c'est de la science fiction.

        Soit c'est un pov gars seul, avec tres peu de moyen, et pour courronner le tout les autres salariés s'en tapent un peu, plus intéréssé par leurs salaires et primes à tout prix. Bref pas compter sur ca pour te defendre.

        Soit pire, dans certaines 'petites' boites, c'est plus ou moins des gens acoquiner avec les membres de la direction (actionnaires minoritaires etc) (idem pour le CE), et donc bah pas la peine de te faire un dessin.

        Peut etre que ce genre de news peut faire s'interesser les salariés aux problemes....
        • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

          Posté par . Évalué à 0.

          tu ne m'apprends rien.
          ce que je dis c'est que la loi impose que ce soit un employé syndiqué qui signe l'accord 35h . Il y en a donc au moins un, meme si ensuite il met sa carte a la poubelle.
          • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

            Posté par . Évalué à -1.

            A non, il faut qu'il la garde pour se faire rembourser ses frais d'inscription, en frais de dep...

            Je sors -->[]
          • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

            Posté par . Évalué à 1.

            il faut qu'une personne appartenant à un syndicat signe les accords des 35H.
            Dans ma boite, on a fait appel à un syndicat qui a fait envoyer une personne et qui a signé. Mais cette personne ne faisait pas partie de la société. Elle a demandé si les délégués du personnel acceptaient l'accord, elle a signé et ensuite elle est rentrée chez elle.
          • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

            Posté par . Évalué à 0.

            En général c'est un crétin quelconque de la CFDT (le seul syndicat "respectable" aux yeux des tristes zombies qui travaillent en SSII).
            • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

              Posté par . Évalué à -1.

              Tu peux t'expliquer ?

              Je ne vois pas en quoi le faite d'etre a la CFDT fasse de moi un crétin ....

              Enfin c'est toi qui a lancé ce manifique Troll ...
              • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                Posté par . Évalué à 0.

                Disons que la CFDT est depuis quelques années (avènement de Notat) l'alliée objective du patronat parmi les syndicats. Un peu comme la Grande-Bretagne est la représentante quasi-officielle des intérêts américains dans l'Union Européenne (cf. brevets logiciels).

                Ceci dit, désolé pour la formulation à l'emporte-pièce, je ne pense pas que cela fasse forcément de toi une personne inintelligente.
                • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Pour moi, la CFDT n'a pas le coté démago de la CGT et de FO (un peu moins pour FO). Je m'explique, parfois les réformes ne sont pas toujours en faveur des employés mais sont indispensable (exemple, les retraites). Je ne vois pas ce que ça apporte, de faire des grèves longues et couteuses pour les entreprises et surtout pour les employés (mois de salaires en moins pour beaucoup), alors que l'on sait très bien qu'une réforme doit être faite et que la grève n'apportera que très peu de choses en plus aux salariés.
                  pour moi l'Allemagne est un exemple, une majoritée des salariés sont syndiqués, et grace a une culture de la négotiation (et non du bloquage) le nombre de jour de grève par rapport a la France est ridicule.

                  Enfin, ce n'est qu'un avis.
                  • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Oui, sauf que justement la situation en Allemagne au niveau service public, sécu et retraites c'est la cata aujourd'hui... J'ai vu des gens en pleurer y a pas 10 jours...
                  • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                    Posté par . Évalué à 2.

                    parfois les réformes ne sont pas toujours en faveur des employés mais sont indispensable (exemple, les retraites)

                    Heu, tu es expert en retraites, pour sortir ce genre de foutaises ? Les réformes ne sont "nécessaires" qu'aux yeux de ceux à qui elles profitent, n'est-ce pas, surtout lorsqu'elles sont faites comme elles le sont actuellement. J'aime bien voir un "militant syndical" s'associer aux réformes d'un gouvernement objectivement réactionnaire qui se contente de prendre aux pauvres pour rendre les riches un peu plus riches.

                    pour moi l'Allemagne est un exemple

                    Ah, tu sais manier les clichés à trois centimes en plus ;)
                    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                      Tu es expert en retraites pour affirmer le contraire ?

                      Dis, les retraites sont déficitaires depuis longtemps, on le sais, ca fait déjà un bon moment qu'on sait qu'il *faut* faire quelque chose. Suffit de regarder les bilans, y'a pas de secrets ou d'interprétation à avoir.

                      > J'aime bien voir un "militant syndical" s'associer aux réformes d'un
                      > gouvernement [SNIP commentaire d'opinion]

                      un militant syndical qui s'oppose par principe parce que c'est le patron ou le gouvernement qui est en face est quelqu'un qui n'a rien compris à son rôle.

                      A chacun de voir s'il est d'accord avec la CFDT mais le fait qu'ils soient parfois d'accord c'est plutot une marque d'intelligence, ca veut dire qu'ils ne rentrent pas dans le lard par principe.
                      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                        >Dis, les retraites sont déficitaires depuis longtemps, on le sais, ca fait déjà un bon moment qu'on sait qu'il *faut* faire quelque chose. Suffit de regarder les bilans, y'a pas de secrets ou d'interprétation à avoir.
                        Bien sur, faire payer les vampires qui vivent du travail des autres. En langage clair, ça s'appelle le patronat.

                        > un militant syndical qui s'oppose par principe parce que c'est le patron ou le gouvernement qui est en face est quelqu'un qui n'a rien compris à son rôle.
                        Si tu définis le syndicalisme comme la collaboration de classe, c'est clair. Maintenant, si tu allais lire la charte d'Amiens http://biosoc.univ-paris1.fr/histoire/textimage/texte13.htm(...) , tu verrais que l'avis de ceux qui ont fondé le syndicalisme en France diffère un chouia. Peut-être sont-ils un peu mieux placé que toi pour définir ce qu'est le syndicalisme ?
                      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Dis, les retraites sont déficitaires depuis longtemps, on le sais, ca fait déjà un bon moment qu'on sait qu'il *faut* faire quelque chose. Suffit de regarder les bilans, y'a pas de secrets ou d'interprétation à avoir.

                        Oh, bin ça été fait discrètement... L'augmentation progressive du temps de cotisation et la diminution du nombre d'années de référence des 10 meilleures années au 25 meilleures font qu'à partir de 2008 (du fait de la progressivité), il va y avoir une baisse du montant des pensions versées de l'ordre de 20%...
                        Evidemment, ça n'a pas été crié sur les toits...
                  • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                    Posté par . Évalué à 4.

                    parfois les réformes ne sont pas toujours en faveur des employés mais sont indispensable (exemple, les retraites). Je ne vois pas ce que ça apporte, de faire des grèves longues et couteuses...
                    Il est courant de voir des accords signés par des syndicats représentant ensemble à peine 25% des salariés.
                    Quels moyens restent-ils alors aux autres syndicats pour négocier s'ils ne sont pas d'accord?

                    pour moi l'Allemagne est un exemple, une majoritée des salariés sont syndiqués, et grace a une culture de la négotiation (et non du bloquage) le nombre de jour de grève par rapport a la France est ridicule.
                    Si chaque syndicat avait un pouvoir de vote en fonction du pourcentage de salariés qu'il représente, ( actuellement 1 syndicat = 1 voie) cela introduirait un peu plus de démocatie dans les négociations, et je parie que les salariés français seraient un plus interessés à se syndiquer.

                    Enfin, ce n'est qu'un avis.
                    Ce n'est que lle mien aussi.
                  • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Quand bien même une réforme est nécessaire comme pour les retraites, un argument du genre : "ma réforme est la seule qui marche" me semble insuffisant. Il était possible de partager le coût des retraites entre capital et travail, il était aussi possible de s'appuyer sur la hausse de productivité du travail pour récupérer des sous, il est possible de taxer les flux financiers (taxe tobin), etc.

                    Le fait est AMHA qu'une autre réforme était possible.


                    J'ai des fois l'impression que pendant les négociations entre syndicats et gouvernement/patrons, la CFDT confond l'accord final avec la feuille d'émargement...
                    Ils signent tellement vite que même une grande partie de leur base désapprouve...
                • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                  Posté par . Évalué à -1.

                  Avancer des choses sans le prouver est de la diffamation. L'objectif d'un syndicat est de défendre les intérêts des salariés.

                  Pour cela il est nécessaire de négocier et de cherche un compromis.

                  Ce n'est pas parce que l'on trouve un compromis avec "l'ennemi" qu'il y a compromission.
                  • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    Si tant est que les chefs d'entreprises et les gouvernements sont des "ennemis". Mais c'est tellement plus facile de diaboliser les grands méchants au lieu d'expliquer les points de vue de tout le monde.
                  • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Tu sais, il y a des journaux pour se renseigner. Tu n'es pas obligé de vivre dans ton petit monde et de troller comme un autiste sur Linuxfr. Sors un peu de ta coquille et renseigne-toi sur le monde syndical, les actions des un et des autres, au lieu de nous ennuyer avec ce genre de réflexions inutiles.

                    Au fait, avant de parler de "diffamation", pense à regarder la définition, histoire de ne pas passer pour un idiot.
            • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              > (le seul syndicat "respectable" aux yeux des tristes zombies qui travaillent en SSII).
              tristes zombies ? tu peux justifier ?
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à -1.

        C'est nouveau ca ?
        J'ai vecu un accord 35h, valide ( au moins par l' Inspection du Travail), et on n'avait personne de syndique ...
        • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

          Posté par . Évalué à 0.

          Ben il me semble que pour les petites entreprises, il suffit de faire élire un délégué du personnel, et cette personne est ensuite habilitée à signer ce type d'accord.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 1.

        pour qu'un accord 35h soit valide , il faut qu'au moins 1 employé syndiqué l'ai signé.

        Il n'y a pas besoin d'un salarié syndiquer pour négocier les 35 heures mais d'un salarié mandaté par une organisation syndicale.

        Il est sûr que par ce biais, les syndicats ont essayer de faire adhérer, en particulier en essayant d'informer, réagir et participer les salariés aux négociations en cours.

        Il est aussi arrivé qu'un salarié soit désigné mandataire par sa direction pour signer les 35 heures (sans négociations évidemment) ! Et certains syndicats sont entrés dans le jeu.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 2.

        > pour qu'un accord 35h soit valide , il faut qu'au moins 1 employé syndiqué l'ai signé. Donc...

        Non, non.
        Il faut que le représentant d'un syndicat signe le protocole d'accord. Mais ce n'est pas forcément un employé, ça peut aussi être un délégué départemental d'un syndicat.
        Mais c'est vrai qu'il est plus facile de faire pression sur un employé syndiqué seul que sur le délégué départemental...
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 1.

        En l'absence d'accord spécifique (donc signé par un délégué syndical), ce sont les accords de branche du Syntec qui s'appliquent pour les 35h (à savoir 217j/an maxi, et 10jr/an de RTT)
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Bjr

      FIECI CFE-CGC (services informatiques, études, conseils et marketing)
      http://www.cgc-fieci.fr.fm/(...)

      Entre autre mais il y en a d'autre :-)

      Enjoy
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Il y a la CNT-SII (anarcho-syndicaliste)
      http://www.cnt-f.org/sii/(...)
      En plus ils supportent les LL.

      Pour ma part je n'ai pas besoin de syndicat car je viens d'une structure coopérative (scop) donc autogestion : personne ne décide à notre place ce qui est "bon" pour nous!
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 7.

      Pour un Syndicat GPL
      Je ne suis pas persuadé que rendre librement modifiables les conditions de travail soit une bonne idée : certaines personnes pourraient en abuser.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je ne suis pas persuadé que rendre librement modifiables les conditions de travail soit une bonne idée : certaines personnes pourraient en abuser.

        Au contraire, c'est une très bonne idée, à condition qu'elles soient décidées en commun et démocratiquement.
        • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est déjà le cas : cela s'apelle la loi et elle prime sur tout autre type de contrat (En France en tout cas). C'est des représentent démocratiqement élus qui l'écrivent au nom de tous et elle s'applique à tous. Pas besoin de réinventer la roue.
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 5.

      Tu peux essayer la CNT.

      http://www.cnt-f.org/sii/(...)
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 4.

      à toi de voir ce qui réponds le mieux à tes convictions et à tes aspirations, une selection complémentaire et forcément partielle/partiale :

      CGT
      http://www.soc-etudes.cgt.fr/(...)

      Ma centrale à moi et à quelques autres...
      (ils ont osé le flash mais ça passe bien sous moz 1.3.1 avec le plugin fermé)

      UNSA
      http://www.unsa.org/contacts/pole-6-FESSAD.html(...)

      les activités regroupées font un peu fourre-tout mais l'UNSA est réputée un peu moins pesante que les conféd' plus anciennes

      Sud
      http://www.sudptt.fr/presentation/gdix/index.html(...)

      pas de structures spécifiques pour les SSII mais des possibilités de regroupement interprofessionnel sur un département (le fonctionnement pourrait convenir à ceux que l'aspect "militaire" (militant=miles=soldat) de l'activisme syndical rebute...
      Sinon pourquoi ne pas monter une Sud-SSII ?

      En bref, choissisez votre crèmerie comme il vous plaira, mais allez-y !!

      Courage & Fraternité,

      yoj'
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 4.

    Nous ?

    Je ne savais pas que Linux était réservé aux informaticiens.

    BeOS le faisait il y a 20 ans !

  • # Quelle légitimité pour la syntec ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je m'interroge sur cette obscure société qu'est la syntec.

    Après avoir pondu une convention collective (ISBN 2-11-075317-X) qui est l'une des plus avantageuses pour les employeurs, après avoir signé les accords 35 ans parmi les pires pour les salariés, voilà que ces suceurs de frics veulent légitimer leur travail de viandars.

    Je voudrais donc savoir si il n'y a pas moyen de se passer de ce ramassis de voleurs, qui ne sont sûrement pas informaticiens.

    Les sociétés qui travaillent dans un esprit non-enculatoire, comme Easter-Eggs par exemple, adhèrent-elles à cette maudite syntec ? Y a-t-il moyen de bypasser ces parasites technocratiques ?

    Faut-il monter un syndicat "GPL" comme tu dis ?

    Faut-il butter les voleurs qui dirigent pour leut apprendre à pas mordre la main qui les nourrit (ie : nous (désolé pour les non-informaticiens de linuxfr, c'est pour l'arrêt thorique)).

    Bref : comment leur botter le cul pour qu'ils arrêtent de nous voler ?
    • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

      Posté par . Évalué à 1.

      adderrer a la convention de la metallurgie ?

      c'est le cas de Bull je crois. Quand on voit le resultat ... ben ...
      • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

        Posté par . Évalué à 8.

        _o/*PAF !

        Cai plus que mérité.
        Tu FUDes.
        Aucun rapport.

        Quand aux salariés qui sont régis par la syntec, oui ils devraient se motiver un minimum pour faire monter leur convention au niveau de celle de la métallurgie. Et Bull est loin d'être isolé (métallurgie plutôt que Syntec qui est en faite une arnaque sauce SSII), c'est le cas aussi de SlbSema, ST...

        Il s'agit bien d'un rapport de force, les salariés sous Syntec sont victimes avant tout de leur propre négligence collective, pas de sentiment collectif -> pas de protection collective.
      • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

        Posté par . Évalué à 1.

        ta SSII fait des chips / Memoires / Cartes, etc ??? sinon je pense que tu peux oublier pour la metalurgie... me trompe-je ?
        • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

          Posté par . Évalué à 3.

          ;)
          J'ai lu chips comme dans "les chips Vico" ce qui m'a beaucoup surpris ;)

          BeOS le faisait il y a 20 ans !

        • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Je pense que tu te trompe: je bosse pour un intégrateur, qui fait aussi du conseil , et notre convention est la métalurgie.
          • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

            Posté par . Évalué à 5.

            Moi aussi mon précédent employeur (une boite de soft américaine) était régie par la convention de la métallurgie.

            Les différences dont je me souviens entre la convention syntec et celle de la métallurgie, c'est :
            - les indeminités de licenciement (1/5 de mois de salaire) par année de présence
            au lieu de 1/10 pour la syntec
            - les salariés de plus de 55 ans sont mieux protegés par la convention de la métallurgie

            les intermittents en informatique ca existe déjà depuis belle lurette : le coup classique
            la SSII qui passe par des boites d'interim pour ensuite relouer la personne au client (qui évidemment ne doit rien savoir du tout)
            • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

              Posté par . Évalué à 1.

              les intermittents en informatique ca existe déjà depuis belle lurette : le coup classique la SSII qui passe par des boites d'interim pour ensuite relouer la personne au client (qui évidemment ne doit rien savoir du tout)
              tu oublies, sans notifier à la boite d'interim qu'elle a filé le job à la personne et en lui demandant de ne pas les prévenir, histoire de gratter un peu plus.
    • [^] # ca va pas être facile

      Posté par . Évalué à 2.

      Ca va pas être facile, déjà que c'est pas facile de faire comprendre à ses collègues que naviguer/écrire/imprimer/programmer libre c'est mieux, vas-y leur expliquer que s'engager 'politiquement' sur des sujets aussi chauds que "faut-il se facher avec son boss quand il veut prendre des petits jeunes par intermittence" ...
      • [^] # Re: ca va pas être facile

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        "faut-il se facher avec son boss quand il veut prendre des petits jeunes par intermittence"

        Déjà, il faudrait arrêter ce genre de préjugés: discuter avec emphase d'un sujet, y compris avec le patron comme interlocuteur, est toujours possible.
        D'ailleurs, si l'on n'est pas capable d'être diplomate, voire simplement sociable, on est exclu, même si l'on est un expert en son domaine.
        Les experts autistes, les chefs n'en veulent plus.
    • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Je ne sais riens sur la légitimité de syntec.

      Par contre il me semble que le choix de la convention se fait à
      partir du métier que déclare la boite (code APE / NAF), et que le
      choix est limité (je pencherais même pour inexistant) une fois le
      métier de la boite défini.

      Ceci dit, je n'ai rien pour appuyer mes dires à part des infos du directeur administratif de ma boîte...
      • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Le choix de la convention n'est pas limité.

        La convention collective peut être renégociée entre les syndicats et la directin d'une entreprise. Par exemple dans ma boite, affiliée au syntec, la convention collective est beaucoup plus généreuse pour les employés que ce que propose le syntec aujourd'hui ... quand à savoir si c'est bien comparé aux autres entreprises, aucune idée... manque d'infos.

        La définition du métier permet de retrouver la convention collective minimum admise dans le métier, ensuite faut négocier .
        • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

          Posté par . Évalué à 6.

          En fait il y a 3 couches:

          1) La loi. Dura lex sed lex.

          2) La convention collective, qui peut préciser certaines choses (quand la loi est floue, etc...), etre plus généreuse, etc...

          3) Le règlement intérieur (euh, je suis pas sur du nom "officiel"), qui précise la convention collective qui sert de base, et qui peut repréciser certaines choses, etre encore plus généreux, etc....
    • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

      Posté par . Évalué à 0.

      Faut-il butter les voleurs qui dirigent pour leut apprendre à pas mordre la main qui les nourrit
      Je pense très sérieusement que monter une association à but terroriste comme action directe en plus fin serait salutaire en ce moment.
      Je butterai bien cette tête de flan à la tête du syntec d'abord ...
      Ensuite je buterrai le premier qui a sorti l'idée de supprimer une journée de congé payé (tout elu du peuple de droite qu'il est)
      puis celui qui a applaudi (le baron).
      Enfin pour l'instant je prendrai un malin plaisir à massacrer JJ Aillagon, les chefs de la CFDT, alain madelin et surtout surtout L. Fabius et Strauskhan histoire que ça ne recommence pas.
      Ce qu'il faudrait c'est répondre à l'insécurité sociale par l'insécurité tout court ... qu'à chaque fois qu'un mec affirme sa haine de la société il ne se sente plus en sécurité mais haït lui aussi, traqué comme un animal, qu'ils sachent qu'ils ont des ennemis au lieu de parader fièrement.
      • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

        Posté par . Évalué à -1.

        Bravo ! C'est bien de jouer les superhéros confortablement masqué derrière un pseudonyme ... :(

        BeOS le faisait il y a 20 ans !

        • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

          Posté par . Évalué à 3.

          ??
          Je comprends pas pourquoi tu penses à super héros là ??
          Je ne vois ce que ça a d'héroïque d'avoir des envies de meurtre derrière un peudo (je ne prétends pas être courageux puisque justement le meurtre et l'anonymat c'est la lâcheté même) ?
          Je ne veux pas être adulé par les foules en liesse j'ai juste envie de tuer physiquement les ultras libéraux c'est tout.
          • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

            Posté par . Évalué à 7.

            [...] j'ai juste envie de tuer physiquement les ultras libéraux c'est tout.

            Personnellement je trouverais plus jouissif de les envoyer bosser à l'usine, histoire de leur faire découvrir la joyeuse réalité du travail. Rien ne me ferait plus plaisir que de voir le baron Seillère en bleu de travail sur une chaine de production avec un contremaitre qui lui gueule dessus :-))
      • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Ce qu'il faudrait c'est répondre à l'insécurité sociale par l'insécurité tout court ... qu'à chaque fois qu'un mec affirme sa haine de la société il ne se sente plus en sécurité mais haït lui aussi, traqué comme un animal, qu'ils sachent qu'ils ont des ennemis au lieu de parader fièrement.

        Une sorte de comparution immédiate, quoi...
        J'aime bien l'idée, mais ça créerait 1984.
        • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Euh ... J'ai le sentiment qu'ils sont déjà en train de créer 1984, et pourtant, ils n'ont pas eu besoin de ce genre d'action.
        • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

          Posté par . Évalué à 7.

          Une sorte de comparution immédiate, quoi...
          A une époque on appelait ça la dictature du prolétariat :)
          mais ça créerait 1984.
          C'est clair que c'est complètement facho ce que je propose ...
          C'est juste que je trouve que l'on s'ennuie un peu en ce moment.
          la canicule, bertrand cantat et la rentrée ça me fait chier.
          Voilà j'ai envie de taper, vu que le but du capitalisme c'est la guerre (ya qu'à voir les US) et bien autant prendre les devants et taper les premiers.
          J'ai envie que les dirigeants ait peur de crever au coin de la rue tués par un employé viré, que les théoriciens du libéralisme se taisent de peur d'être une cible, que claire chazal tremble en présentant le JT, que le vent tourne quoi.
      • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        >qu'à chaque fois qu'un mec affirme sa haine de la société il ne se sente plus en sécurité
        Les ultra-libéraux tremblent d'avance devant de telles envolées lyriques, c'est clair.
    • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      "Bref : comment leur botter le cul pour qu'ils arrêtent de nous voler ?"
      Ben ... faut leur botter le cul !
      cqff
    • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Le SYNTEC est un syndicat..................PATRONAL !

      Alors que les patron s'associent et se syndiquent pour défendre leurs intérêts, les salariés du secteur espère défendre leurs intérêts individuels tous seuls.

      Sans une défense de nos intérêts collectifs, nous allons nous faire bouffer. Alors faites comme votre patron, SYNDIQUEZ VOUS !
    • [^] # Re: Quelle légitimité pour la syntec ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Juste histoire de lancer une polémique stérile:

      je ne suis pas persuadé que le terme "enculatoire" soit bien choisi....

      arnaquer ses employés est une pratique sociale moralement et éthiquement répréhensible qu'il convient de combattre.

      s'enculer est une pratique sexuelle qui n'a rien de répréhensible tant qu'elle a lieu entre personnes consentantes...

      l'une et l'autre n'ont rien a voir !

      C'est extrèmement blessant, quand on est gay, de se retrouver systématiquement associé à la lie de l'humanité à cause de plus 5000 ans de préjugés judéo-chrétiens !!!
      D'autant plus que ces préjugés et ceux qui les accompagnent sont la base du pouvoir des classes dominantes à travers les ages et dont bénéficient aujourd'hui messieurs les patrons inféodés au SYNTEC.

      Ce qui a fait la bonne fortune de Ernest-Antoine Sellière, actionnaire non négligeable de Cap-Gémini société emblématique du SYNTEC, ce sont bien les avantages d'un système d'organisation sociale installé depuis des siècles au profit de la classe bourgeoise aménagé par-ci par-là pour faire passer la pilule auprès de celles et ceux qui triment.
      Et les principes de cette organisation sociale ce sont: la propriété privée des moyens de production, l'oppression des femmes, la moralisation normative des modes de vie, entre autres.

      Perpétuer l'image "enculé(e) / baisé(e)" = "arnaqué(e) / imbécile" c'est également perpétuer l'image de supériorité de l' "enculeur / baiseur"
      C'est continuer de justifier la société phallocrate !
      C'est apporter de l'eau au moulin de M. Sellières et de ses semblables pour qu'ils continuent tranquilement de moudre leur grain sur notre dos !
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 4.

    >pour se débarrasser de salariés encombrants : devenez indépendant (...)

    D'autres ne s'encombrent même pas de salariés. Ils ne font appel qu'à des independants-rendus-suffisamment-dépendants-pour-qu'ils- ne-fassent-pas-la-fine-bouche.
    Pas de boulot -> pas de frais.
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 10.

      De notre côté (ouvrier informatique), on n'a pas tellement le choix.
      1/ être salarié esclave d'une entreprise, perdre la propriété de tous ses développements, être obligé d'utiliser des outils propriétaires et voir ses droits diminuer à vue d'oeuil sans pouvoir y faire grand chose.
      2/ être salarié dans une entreprise autogérée.
      3/ être indépendant-qui-ne-fait-pas-la-fine-bouche.
      4/ être indépendant qui fait la fine bouche.

      Pour ma part, être indépendant m'a justement permis de faire "la fine bouche", d'utiliser des logiciels libres dès que possible, de choisir la licence de mes programmes (ne pas perdre les droits de ce que je fait), de me former continuellement et d'avoir un cadre de travail exceptionel (chez moi).

      Bref, si vous avez la chance de faire parti d'une entreprise autogérée, c'est sûrement ce qu'il y a de mieux. Sinon le statut d'indep peut être une bonne solution, et plusieurs indep peuvent alors créer une entreprise autogérée... Ce qui manque, c'est l'application des outils que l'on a pour développer aux domaines de l'entreprise. Créer des réseaux, associations, coopératives etc pour pouvoir travailler ensemble en suivant la philosophie du libre, et surtout pouvoir travailler sans la renier.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 3.

        Simple question technique, quand tu es indépendant, tu te fais connaitre comment ? Tu fais ta pub genre 'je suis une SSII à moi tout seul' ? ou alors il y a des circuits à connaitre ?
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 2.

      Note que si un indépendant est en réalité dépendant d'une entreprise, il peut engager des poursuites en justice pour requalifier le contrat en contrat de travail. Je ne sais pas quelles sont les chances de succés, mais si tu gagnes, le contrat est transformé en CDD ou CDI, d'où possibilité d'indemnités de licenciement etc.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 3.

        J'ai entendu parler d'un cas de requalification. Mais si l'indépendant n'a vraiment que ça pour vivre, il a le temps de crever le gueule ouverte dix fois avant d'y parvenir ...
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 3.

        Les nouvelles mesures tendent clairement à aller dans l'autre sens :
        http://www.apce.com/index.php?rubrique_id=67&type_page=I&tp(...)

        <<
        Description de la mesure

        L’article 23 de la loi renverse la charge de la preuve en établissant, au profit des travailleurs indépendants régulièrement immatriculés, une présomption d’indépendance.

        C’est donc à l’administration désormais de prouver l’existence d’un contrat de travail lorsque le travailleur indépendant fournit ses prestations dans des conditions qui le placent dans un lien de subordination juridique permanente à l’égard de son donneur d’ouvrage.

        L’article précise qu’il ne pourra y avoir « dissimulation d’emploi salarié » que si des éléments de preuve permettent d’établir que le donneur d’ouvrage a recouru à la sous-traitance dans le but principal d’éluder les obligations qui auraient pesé sur lui en tant qu’employeur. Cette disposition concerne également les relations contractuelles existant entre un donneur d’ouvrage et un sous-traitant exerçant en société.
        >>

        On notera le "au profit des travailleurs indépendants"... Comme je le disais au dessus, si on veut "profiter" de quelque chose, va falloir se bouger...
        • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

          Posté par . Évalué à 1.

          Mais cette explication prend comme hypothèse que l'indépendant, lui, ne veut pas la requalification. Si c'est lui qui fait la démarche ?
          • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

            Posté par . Évalué à 2.

            Ca ne doit pas arriver souvent... L'indépendant-dépendant qui en est arrivé là généralement c'est qu'il est qu'il ne fait pas la fine-gueule...
            Généralement c'était l'urssaf qui faisait des controles sur les entreprises pour les pincer (peut-être après délation ?), et vu cette nouvelle mesure à mon avis ils ont du avoir des consignes pour ne plus s'occuper de ça (sauf achanement ?)... Ce qui revient à exonérer les entreprises de cotisations tout simplement.
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 6.

      Intermittents de l'informatique...

      cool ! on va pouvoir faire nous aussi des manifs dans les salons de l'informatiques :)



      ok, c'est par où la ->[] ?
  • # Reconvertissez-vous !

    Posté par . Évalué à 6.

    Bah, oui, si j'ai suivi une filière informatique, c'est un peu poussé au gré des courants (être étudiant, c'est peinard, alors j'ai fait durer ça le plus longtemps possible), même si le sujet m'intéresse quand même. J'ai eu un premier emploi sans avoir à chercher, mais les problèmes économiques 2 ans plus tard ont fait que ma boîte a du fermer, d'où licenciement. Depuis, je n'ai pas retrouvé d'emploi, en grande partie parce que j'ai été incapable de me motiver sérieusement pour trouver un poste. J'ai hélas tardé à me l'avouer et à me remettre en cause, mais je vais bientôt commencer une formation dan sun métier que je veux _vraiment_ faire depuis que je suis tout petit.
    Je ne m'attends bien évidemment pas à gagner autant qu'auparvant, et les contraintes du métier en question m'avaient autrefois fait reculer, mais au final, je vais faire quelque chose qui me tient réellement à coeur. Et rien ne m'empêchera de participer à un projet libre, d'autant qu'il n'y a aucun risque de conflit d'intérêt.
    • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

      Posté par . Évalué à 2.

      Et si ton métier lui meme te plait dans l'ensemble ?
      Tu envisages tout de meme d'aller élever
      des chevres dans le lubéron?

      J'ai pas envie de changer de job parce que mon job me plait ( encore une fois ' dans son ensemble ' )
      • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

        Posté par . Évalué à 2.

        Tu envisages tout de meme d'aller élever
        des chevres dans le lubéron?


        élever des chèvres dans le luberon ça doit être bien sympa !!
      • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

        Posté par . Évalué à 2.

        > Et si ton métier lui meme te plait dans l'ensemble ?
        Quel métier ? Informaticien ? C'est quoi, un informaticien ? Ça fait quoi ? C'est très vague, il y ades choses intéressantes à faire et d'autres pas du tout. On ne peut pas être sûr de ce qu'on fait.
        • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

          Posté par . Évalué à 2.

          Je définirais mon métier comme
          "déterminer et implémenter une/des solution(s) algorithmique(s) à un probleme posé".
          La plupart du temps c'est à cela que je suis payé et jusque là cette activité me convient.

          La partie administrative, 'politique' - je pense aux réunions avec les décideurs(ceux qui ont les budgets) - me gonfle davantage mais c'est une étape nécessaire dans le metier que j'exerce mais à mon niveau une part légère dans mon emploi du temps.

          Evidement ya des projets qui sont motivants ( une techno sympa , un environnement sympa) et d'autres beaucoup moins ( une techno vieillissante ou dictée par des choix plus politiques que techniques, bosser avec des crétins etc... )
          • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

            Posté par . Évalué à 2.

            Précision : tu ne décris qu'un aspect du métier d'informaticien, et c'est bien de ça que je veux parler. Un admin sys, c'est aussi un informaticien, par exemple.
            • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

              Posté par . Évalué à 2.

              Oui tout comme architecte technique ou developeur.

              il m'arrive aussi de faire de l'admin sys sur qq machines ( non gérées par les equipes de prod) c'est pas la partie la plus rigolote du taf je te l'accorde :)
          • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

            Posté par . Évalué à 4.

            "déterminer et implémenter une/des solution(s) algorithmique(s) à un probleme posé"
            Dans mon jargon, j'appelle ça chier du code.
            • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

              Posté par . Évalué à 3.

              Ah, l'expression en vigueur ici est "pisser du code".
              C'est vrai que le résultat est rarement consistant ...
            • [^] # Re: Reconvertissez-vous !

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              La partie « implémenter » sans doute, la partie « déterminer » est une autre histoire.

              Sinon il manque au moins les parties « prouver » et « tester » (on prouve un algorythme et on teste une implémentation).
      • [^] # Zut, j'ai raté un bout ...

        Posté par . Évalué à 2.

        >Tu envisages tout de meme d'aller élever des chevres dans le lubéron?
        (Je suppose qu'il faut rajouter un « pas » après le « même », non ? Je réponds donc en conséquence)

        Et pourquoi pas ? Qu'est-ce que tu voulais faire quand tu étais gamin ? Fais-tu un travail qui s'en rapproche ? Si non, pourquoi ? As-tu essayé de revenir dans cette branche par ton métier actuel ? Qu'est-ce qui t'en empêche ?
        • [^] # Re: Zut, j'ai raté un bout ...

          Posté par . Évalué à 2.

          Non, la phrase s'entendait comme :

          " ton job te plait, mais il faut quand meme te reconvertir?"

          quand j'etais gamin j'envisageait des trucs aussi variés que electonicien, medecin,
          chauffeur de taxi , pilote de Goldorak et programmeur
          ( la chronologie n'est pas exacte ....;)


          J'avoue sur un coup de bol avoir relativement bien atteint un de mes objectifs ;)
          • [^] # Re: Zut, j'ai raté un bout ...

            Posté par . Évalué à 1.

            Voilà, c'est là où je voulais en venir : tu fais ce que tu veux, et tu n'as pas de raison de changer. Je ne dis pas qu'il faut se reconvertir, mais je voulais dire que si quelque chose dans ton travail ne te plaît pas (que ce soit les conditons d'exploitation, le salaire, le relationnel, etc ...), c'est peut-être l'occasion de se remettre en cause et de faire le saut pour changer radicalement.

            C'est quoi la filière pour être pilote de Goldorak ?
            • [^] # Re: Zut, j'ai raté un bout ...

              Posté par . Évalué à 1.

              j'arrive la plupart du temps à faire quelque chose qui me plaise.
              Je suis peut etre privilégié, je l'avoue.

              Forcément sur le salaire il m'arrive de tiquer un peu et de regarder parfois dans l'assiette du voisin. ( surtout quand ce crétin est mieux payé que toi pour son inefficacité, ca C autre chose..)
              Forcément au niveau relationnel ya parfois des conflits ou des désaccords.

              Maintenant peut etre qu'à un moment j'aurais envie d'autre chose ( bosser pour moi , faire des confitures , du jardinage etc).

              A ce moment là j'envisagerai ptet de changer de crémerie et de troquer mon appart pour une bergerie ou un moulin ... on verra a ce moment là, j'en suis pas encore là ..

              Pour pilote de goldorak j'ai pas trouvé mais CT mon choix n°1 ...:/
            • [^] # Re: Zut, j'ai raté un bout ...

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              faire le saut pour changer radicalement.
              Bah moi pour ne plus faire d'info, j'ai décidé de devenir chef de projet :)
            • [^] # Re: Zut, j'ai raté un bout ...

              Posté par . Évalué à 1.

              Un cours de danse, pour apprendre a tourner sur sois même.
  • # lien sur d'autres sources?

    Posté par . Évalué à 1.

    j'ai bien trouvé un lien sur l'article parus dans Les Echos mais il faut payer pour y avoir accès. Quelqu'un a-t-il un accès pour confirmer ou un autre lien interessant? L'article du Monde Informatique ne donne aucun lien, et c'est dommage.
    • [^] # Re: lien sur d'autres sources?

      Posté par . Évalué à 3.

      Il y a sur 01Net une interview de Jean Mounet , paru il y a pas si longtemps :
      http://www.01net.com/article/214494.html(...)

      En lisant comme ça en travers, je saisis pas bien le concept pénurie/plus de flexibilité

      Sinon, je l'ai pas donnée , c'est mal, l'adresse du syntec informatique, quand même :
      http://www.syntec-informatique.fr/default.asp(...)
      (pardonnez leur les erreurs javascript ;)
      • [^] # Re: lien sur d'autres sources?

        Posté par . Évalué à 10.

        En lisant comme ça en travers, je saisis pas bien le concept pénurie/plus de flexibilité

        c'est simple quand il y aurait trop de travail tu serais d'accord pour ne pas gagner trop d'argent sur le dos de ton employeur et quand il n'y aurait plus de boulot tu donnerai ta démission pour ne pas lui sucer le sang en période difficile.

        La première convention SINTEC a été faite du temps du gouvernement Barre, si je me souviens bien et il faut bien avouer qu'elle n'a rien pour déplaire au MEDEF. Elle a un peu été faite par eux et pour eux.

        Après chacun a ce qu'il mérite, si la convention de la métallurgie est si intéressante c'est aussi peut être parce qu'il y a eu plus d'un siècle de rapport de force.

        Franchement les informaticiens ne sont pas assez encore mal payé pour se révolter.
  • # Leur convention...

    Posté par . Évalué à 1.

    La convention du Syntec est celle des Bureaux d'étude (3018):
    http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/VisuSommaireCoco.jsp?lenum=301(...)

    Mais est-ce la seule à laquelle ils participent ou qu'ils ont rédigé?
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 5.

    Si ça fait comme pour les intermittents du spectacle, c'est une super mauvaise nouvelle. Le système a été complètement corrompu par les employeurs.

    Au début ce statut permettait aux gens du spectacle sans emploi (entre 2 emplois) de toucher une rémunération pour leur permettre de vivre de leur travail même s'ils n'avaient pas beaucoup de travail. À la fin (maintenant et c'est pourquoi il y a eu toutes ces manifestations) c'est devenu une bonne aubaine pour les employeurs : tu viens travailler dans ma boîte, mais tu ne dis pas que tu travailles et je te donne 500 euros en plus de ton indemnité d'intermittent... moralité, l'état (c'est à dire nous) paye directement des gens qui sont employés dans des entreprises (publiques et privées).

    Ensuite l'état s'est plaint qu'il payait trop pour les intermittents... un grand merci donc aux truands de l'emploi !

    L'article original qui n'est plus en ligne (super pour la diffusion de l'information)
    http://www.lemonde.fr/recherche_resumedoc/1,9687,810572,00.html?mes(...)

    J'ai une copie dont voici 2 extraits :

    Institué, en 1969 [le statut d'intermittent], au lendemain des grèves de 1968, afin d'aider à la création artistique, ce régime indemnise, quand ils ne travaillent pas, les comédiens et les professionnels du spectacle. Car le métier d'artiste a toujours été précaire parce qu'aléatoire et incertain. C'est une spécificité française que d'avoir inventé ce système de solidarité qui permet à des milliers de créateurs de vivre, tant bien que mal, de leur art et qui, du coup, garantit la richesse créatrice.

    Trop de grandes sociétés audiovisuelles publiques et privées, trop de grandes sociétés de production, trop de grandes institutions culturelles comme l'Opéra de Paris ont organisé leurs budgets en tirant toutes les meilleures ficelles du généreux statut. Échappant ainsi aux contraintes des contrats à durée déterminée, elles contribuent à creuser profondément le déficit du système.
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Faudrait pas non plus trop mettre ca sur le dos des sociétés.
      C'est aussi une _tres_ bonne aubaine pour les intermittents et certains en profitent bien. C'est un statut qui permet de toucher plus en allocation qu'en salaire.

      Loin de moi l'idée d'aller le reprocher aux intermittents du spectacles, c'est un choix de notre pays que de subventionner (il ne s'agit ni plus ni moins que d'une subvention quand on est dans ses proportions) le spectacle. Il s'avère que ça marche plutôt bien pour les effets (à chacun son avis sur le fait que le bénéfice est correct par rapport au coût).

      Par contre je vois mal dans quel but l'état subventionnerai les informaticiens. Du coup la seule issue c'est que la caisse s'équilibre plus ou moins. Toutes les subventions qu'on aurait dans les périodes creuses ont les paye nous meme par des cotisations monstrueuses dans les périodes de boulot.

      Non seulement on n'y gagnerait rien, mais on y perd la stabilité du travail ET l'intérêt du travail (ceux qui vont bosser fréquement vont payer pour ceux qui glandent un peu trop). Je ne vois meme pas comment on pourrait penser à ca en étant réaliste.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Par contre je vois mal dans quel but l'état subventionnerai les informaticiens.

        Simple, les SSII se déchargeraient alors sur les Assedic pour indemniser les saisonniers de l'informatique...

        Ils utiliseraient le système de solidarité en place pour gérer les intercontrats et donc augmenter leurs marges ! En plus en générant de la précarité, ça leur permet de serrer fortement du côté des salaires... Tu veux le boulot, t'es ingé... bin c'est payé au SMIC et si t'es pas d'accord, il y en a dix en fin de droits qui attendent...

        Bienvenue dans un monde où le Médef est au pouvoir !
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 2.

        J'aime le discours de ceux qui en profitent bien et de ceux qui glandent un peu trop et c'est marrant par ce que toi, tu ne vois meme pas comment on pourrait penser à ca en étant réaliste, alors que moi, je pense que la société produit tellement de richesses que l'on peut se permettre de payer des gens à ne rien faire (et c'est ce que nous faisons). Cela ne me dérange pas du tout que des gens ne travaillent pas de leur vie. Si nous pouvons supporter (et je dis ça alors que j'ai toujours tavaillé...).
        • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Si la solution est si simple (suffit de payer tout de meme les gens qui n'ont pas envie de bosser), dis moi pourquoi on ne l'applique pas ?

          Non parce que faut pas croire mais meme les multinationnales sont pour : l'argent distribué sera utilisé et finira dans leurs poches

          Maintenant c'est bien mais "création de richesse" c'est un grand mot. Quand tu dessines sur une feuille le produit final vaut plus que la somme des produits initiaux, il y a création de richesse. Maintenant si tu veux profiter de ta richesse il faut vendre ton dessin. Si tu le vend quelqu'un le paye.

          Tu reprend ce principe et maintenant tu me dis qui aura envie de payer pour ceux qui ne font rien ou pas grand chose ? Vas me traiter d'égoiste mais si j'accepte de mutualiser des choses (donc payer) pour ceux qui ont des problèmes, qui ne gagnent pas assez, qui sont dans des situations difficiles, etc., je n'accepte pas de gagner moins pour donner ces sous au gars d'à coté qui ne fout rien et ne m'apporte rien.
          • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

            Posté par . Évalué à 1.

            (je continue en me faisant un peu l'avocat du diable bien sûr :-> [j'ai été un peu agressif dans ma précédente réponse, mais le coup des glandeurs m'énerve car on l'entend trop souvent et si les gens veulent glander (c'est pas si facile que ça de s'en sortir correctement sans bosser), qu'ils assument (même ci c'est avec notre argent) et le plus souvent glander n'est pas ce que l'on pense (cf plus bas).]

            suffit de payer tout de même les gens qui n'ont pas envie de bosser), dis moi pourquoi on ne l'applique pas ?

            On le fait plus ou moins directement et plus ou moins longtemps avec le chômage et le RMI.

            Non parce que faut pas croire mais même les multinationales sont pour : l'argent distribué sera utilisé et finira dans leurs poches

            1) toutes les entreprises, petites ou grandes

            2) c'est très bien que cet argent finisse dans leurs poches puisqu'elles participent à créer cette richesse (impôts et taxes diverses, inventions, services, etc.)

            qui aura envie de payer pour ceux qui ne font rien ou pas grand chose ?

            Moi, je m'en fiche si j'ai ma liberté (relative) et que je peux faire (plus ou moins) ce qui me plaît pour vivre.

            au gars d'à coté qui ne fout rien et ne m'apporte rien

            D'abord il faut savoir ce que c'est que rien foutre, si c'est gagner de l'argent (comme tu sembles le penser), plein de gens font plein de choses dans leur vie et apportent à la société sans gagner d'argent pour cela. Je crois aussi que parmi les gens qui ne foutent rien très peu sont vraiment des parasites de la société (beaucoup produisent des choses difficiles à mesurer comme des liens sociaux, de l'art, etc.) et comme nous ne pourrons jamais être sûr à 100% que cela ne se produit pas sauf peut être dans une dictature, je préfère qu'ils existent :o)
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 2.

        Non seulement on n'y gagnerait rien, mais on y perd la stabilité du travail ET l'intérêt du travail (ceux qui vont bosser fréquement vont payer pour ceux qui glandent un peu trop). Je ne vois meme pas comment on pourrait penser à ca en étant réaliste.

        Je vois pas le changement ;
        depuis 2 ans il y en a beaucoup qui acceptent de rester en mission longue hypra-chiante à qui on gèle les salaires pour pouvoir payer ceux qui ont la malchance de glander en intercontrats...
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 7.

    Bonjour à tous,

    Il y a un débat à ce sujet sur les forums du M.U.N.C.I :
    http://forums.munci.org/viewtopic.php?p=1298(...)

    Nous espérons toujours être associé à cette plateforme de négociations comme "partenaire social" tel que cela nous avait été proposé suite à notre 1ere rencontre avec eux.
    Mais peut-être que la "nouvelle gouvernance" de Mr Mounet, qui nous inquiète de plus en plus, nous a été fatale à nous aussi cet été...
    Nous serons fixés très prochainement.

    Pour cette raison, nous sommes à l'écoute de tous ceux qui ont qqchose à dire sur ces questions, aussi bien sur notre forum, par mail...que sur ce forum de linuxfr.org !


    Régis Granarolo
    Pdt-fondateur du M.U.N.C.I

    Ps : merci pour l'info de ce post sur linuxfr.org à Sébastien Volfersberger [www.little-pinguin.net], excellent hébergeur/admin de notre forum http://forums.munci.org/(...) et de nos sites (le caca provisoire www.munci.org dont je porte la malheureuse responsabilité...et celui en dev quasimment fini et à base de SPIP : http://munci.little-pinguin.net/(...))
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 6.

    Bof, la sécurité de l'emploi je n'y crois plus... Les gens se bougent pour eux même, jamais pour les autres, maintenant c'est trop tard, je ne serais plus solidaire... autant que tout le monde soit logé à la même enseigne... (l'intérime :-)

    L'avenir c'est la sécurité du revenu et créer du vrai lien social convivial. Lutter contre les licenciement par nécessité, je respecte. Mais par idéalisme, ça me fait penser à une bande d'esclave perdu sans leur maître, beurk !

    Echange flexibilité du travail contre revenu d'existence et espoir de monde meilleur. Les amoureux du travail salarié à vie me font chialer. google -> european basic income
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 4.

      Sauf que les SSII ne prennent plus aucun risque.

      Avant la crise tout le monde manquait de main d'oeuvre donc les boites vendant à prix d'or n'importe qui. Les projets dérappaient : elles s'en foutaient car elles avaient une obligation de moyen et non de résultat (et en plus elle touchait + !).

      Aujourd'hui, les boites en ont un peu marre et réclame de + en + des risques partagés avec des parties au forfait. La crise est passé et dès qu'une personne reste 1 mois ou 2 en intercontract il cherche à le virer ! Ils veulent se transformer en pure boite d'interim.

      Ces nouvels propositions vont dans ce sens. Pas de contrat : dehors. Elles ne prennent donc plus aucun risque. Sauf que plus personne ne voudront travailler pour elle sauf moyennant très gros salaire. Dans la prochaine période dynamique, ils morfleront encore plus que lors de la précédente...

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 3.

      >la sécurité de l'emploi je n'y crois plus...
      Surtout que cette sécurité ne fut qu'un piége. Du fait des difficultés pour licencier, les entreprises hesitent à embaucher et quand on hésite, on repond souvent par la négative. De plus pour licencier quelqu'un, il faut vraiment que l'entreprise le rabaisse à de la merde. Du coup, un licenciment est un drame.
      Cette peur du licenciment fait que l'on ferme sa gueule et que l'on rentre dans le moule.
  • # Attention chéri, ca va déraper

    Posté par . Évalué à 5.

    Des contrats liés à la durée de la mission ?

    Déjà que les délais sont jamais tenus, je crains les pires dérapages :p

    M
    • [^] # Re: Attention chéri, ca va déraper

      Posté par . Évalué à 3.

      Ca fait rien, pour le prestataire, la mission est finie. Resultat:
      -> il faut finir sans lui
      -> on etait a la bourre, on le sera encore plus
      -> La fin du boulot sera moins bien faite, parce qu'il faut qu'on comprenne ce que le prestataire devait documenter a la fin de la mission
      -> On a besoin du prestataire

      Ah bah non, la mission est finie :)
      -> et hop, un prestataire au chomage alors qu'on a besoin de lui!

      Bon, c'est pure fiction, etant donne que pour un monde meilleur (vraiment meilleur ? ), ils veulent mettre en place les contrats de chantier, donc qui prennent fin quand la mission est bien finie, pas quand le delai est expire.

      Le bonjour chez vous,
      Yves
    • [^] # Re: Attention chéri, ca va déraper

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ce genre de contrat est utilisé sans certains instituts de recherche publique (il n'y a pas de pire employeur que l'État du moment qu'on n'est pas fonctionnaire). Chaque partie peut mettre fin au contrat sans justification avec deux mois de préavis. Il n'y a pas de limitation de durée. Dois-je préciser que les employeurs se lamentent de l'ingratitude de leurs employés quand ils partent pour un emploi stable en laissant tout en plan?

      Dans le bâtiment, le chantier est fini quand les habitants viennent s'installer. En informatique, si tu fais carpette, le contrat dura toute ta vie, et si tu n'es pas l'employé du mois tous les mois, il s'arrêtera à la sortie de la version 3.6.2.1.9

      Belle invention que ces CDD à durée indéterminée.
  • # c'est pas déjà le cas ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Quel intérêt maintenant de travailler dans une SSI ?

    La plupart ne font pas leur effort de formation ( formations internes pourries en dehors des heures de travail), prennent d'énormes commissions sur la prestation, te trouvent des missions qui ne correspondent pas forcément à ton profil , te virent dès le premier mois d'intercontrat. Bref, elles sont déjà des agences d'intérim...

    Maintenant, t'es de + en + obligé de passer par elles pour te faire
    embaucher dans une entreprise utilisatrice.
    • [^] # Re: c'est pas déjà le cas ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Mouais l'embauche c'est pas ca quand tu as des clauses de non concurrence sur ton contrat de travail ....
      • [^] # Re: c'est pas déjà le cas ?

        Posté par . Évalué à 3.

      • [^] # Re: c'est pas déjà le cas ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Ouais mais la plupart du temps, elles sont abusives. Certaines t'empêchent presque de retrouver du travail dans l'informatique=> elle s se font sauter aux prud'hommes.

        Mais bon, on sera bientôt tranquille avec tout ça car les éditeurs partent déjà tous en Inde ( bientôt la Chine), suivront l'infogérance, le support ( déjà en partie) puis les services. J'ai l'impression qu'on risque de vivre ce qu'ont vécu la métallurgie et le textile à d'autres époques. Peut-être que la volonté de réformer la Syntec est liée à ce mouvement de prestations "Offshore". Bref l'avenir ne semble pas rose pour l'informatique en France.
        • [^] # l'offshore est ce qui menace le plus le métier

          Posté par . Évalué à 1.

          On sait tous que les plus grandes SSII sous-traitaient hier dans les pays de l'Est, et aujourd'hui en Inde.

          Un ingénieur informaticien compétent coute 5 fois moins cher en Inde qu'en France,

          Aujourd'hui ca coute moins cher de ré-écrire complétement une appli en Inde sur des technos modernes, que faire un simple portage de plateforme en France.

          Je ne suis pas franchement optimiste....
          Alors les pbs de convention collectives....
    • [^] # Re: c'est pas déjà le cas ?

      Posté par . Évalué à 1.

      C'est vrai que l'un des interets du nouveau systéme est qu'il va permettre la reconnaissance du travailleur indépendant. Du coup, plus besoin de passer par une SSII qui se sucre sur le dos des informaticiens qu'elle sous-loue.
    • [^] # Re: c'est pas déjà le cas ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Quel intérêt maintenant de travailler dans une SSI ?
      manger, payer ton loyer, des trucs tout betes...

      Tous les types que je connais en SSII, font ça en attendant des jours meilleurs (etre embauché par une entreprise utilisatrice). Grace à Dieu j'ai échappé à ces monstres mais je n'aimerais pas être la place de mes copains. (j'exagère un peu car il y en a quand meme qui ont des missions intéressantes et valorisantes)

      moi je vois plutot les SSII comme des proxenetes (je sais je suis un peu cynique) car dans une agence d'interim tu peux refuser une mission, dans une SSII ce n'est pas possible de refuser un client.
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 6.

    Ben voyons !
    Est-ce que ceux qui pronent ce genre de choses l'accepteraient pour eux memes, dans les memes conditions financières que ceux à qui ils veulent les faire subir.
    Parce que la précarité induite par ce genre de statut ne se vit pas tout à fait de la meme manière selon que l'on gagne 350000 Euros par mois ou par an ... ou dans meme pas dans toute sa vie, comme c'est le cas pour celles et ceux, intermittents multi exploités du nettoyage des open space des ingénieurs visés par l'article, et des bureaux feutrés des auteurs de cette indécente proposition.

    Une fois encore, nous sommes en présence d'une idéologie qui veut mettre les humains au service d'une économie qui ne tourne que pour générer des profits financiers.

    Il serait grand temps de remettre la machine à l'endroit, et de faire en sorte que les profits (on bosse quand meme pas pour des prunes !) , et les avancées technologiques profitent au plus grand nombre et pour le plus longtemps possible ...

    ... vous avez dit éthique et développement durable ... ?
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 1.

    Je trouve ce projet franchement déplorable et c'est encore une fois un bon moyen pour accentuer la précarité! Comme si il n'y a pas déjà assez de précarité aujourd'hui! Ils sont vraiments débiles ces gens qui pondent ces projets.

    En tout cas, ça fait peur. Quand je vois ça, je me dis soit je monte ma boite (un peu casse-gueule en ce moment) soit je deviens fonctionnaire. Je vais finir par opter la seconde solution.
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 2.

    ca vous etonne, dans les SSII ??
    de toute facon, si ils veulent te virer au bout de ta mission, il te foutrons tranquillement dans un placard jusqu'a ce que tu craques....

    Comme ca, au moins ca a le merite d'etre clair pour ceux qui etaient tentés.
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par . Évalué à 4.

      Suite à notre 1ere rencontre avec le Syntec Informatique, il était question que le MUNCI soit également associé avec les syndicats à cette plate-forme de négociations.
      Nous verrons si cela est toujours d'actualité...ou bien si la "nouvelle gouvernance" de Mr MOUNET nous a été fatale nous aussi cet été !

      Nous ne sommes pas totalement hostiles à cette vision des choses dont on ne peut nier un certain réalisme pour notre secteur en crise : elle ne signifie pas pour autant que de telles solutions doivent être durables (au contraire il s'agirait de les limiter dans le temps), que tout le monde doit être concerné (il parait peu crédible que le syntec cherche à voir tous les collaborateurs de SSII simplement comme des "intermittents"...) et que la flexibilité doit être poussée à son paroxysme sans contreparties en retour !
      Sur ce dernier point, le programme de gestion prévisionnelle des compétences par la formation continue (qui devrait revaloriser un Fafiec qui en a bien besoin...) est très attendu.
      Le modèle SSII est en crise actuellement et force est de voir hélàs qu'il sait gérer de moins en moins bien la sécurité de l'emploi tout comme la gestion de carrière que l'on serait pourtant en droit d'attendre.
      Toute la question est maintenant de savoir de quelle manière nos sociétés vont dépasser la crise et gérer ensuite leurs ressources humaines : il n'est plus possible de continuer avec les mêmes pratiques que nous connaissons depuis près de 2 ans maintenant, pratiques qui font de la plupart des SSII de simples agences d'intérim (sans parler des délits de marchandage/prêts illicites de main d'oeuvre)...quand elles ne pratiquent pas des licenciements plus abusifs les uns que les autres pour éviter licenciements économiques et plans sociaux.
      La 1ere chose à faire est donc de redonner une éthique à notre secteur : si les licenciements ne peuvent être évités, au moins qu'ils soient propres.
      On aurait pu penser que la suspension de la loi de modernisation sociale aurait été suffisante pour cela...mais cela n'a pas été le cas et bcp de nos SSII ont préféré les licenciements abusifs aux licenciements économiques ! On voit mal à présent quelle flexibilité supplémentaire peut être recherchée à présent de ce côté-là...
      Il serait bon également que nos directions soient capables d'étudier le cas échéant des pistes telles que le chomage partiel, l'aménagement du Plan Epargne Temps (ou encore le Capital Temps Formation) pour éviter les licenciements secs : les DRH de nos SSII ont de ce côté-là bcp de retard en ayant toujours refusé d'intégrer pour notre secteur de telles pratiques "à moindre mal" souvent utilisées ailleurs...la "loi du moindre effort" ? Si nous ne sommes pas des fonctionnaires de l'informatique, nous attendons néanmoins que la flexibilité puisse être acceptée et partagée par les collaborateurs.
      Or, il existe déjà des "intermittents de l'informatique" qui ont fait sciemment ce choix : il y a les freelance et surtout ceux qui passent par le PORTAGE SALARIAL (dont le Syntec a pourtant montré une certaine hostilité en refusant d'intégrer dans la convention les sociétés de portage...), cf. www.munci.org/freelance.htm
      Il serait plus logique de penser d'abord à ces professionnels autonomes plutôt que d'imaginer des "contrats de chantier" pour les autres...
      Mr MOUNET se dit optimiste sur notre secteur mais ces propos visant à développer à son extrême la flexibilité dans le secteur semblent plutôt sous-entendre un pessimisme mal dissimulé pour celui-ci...
      Pire encore, on peut se demander s'ils ne remettent pas totalement en cause le modèle SSII, tout au moins son idéal, et sa raison d'être !

      --
      Le M.U.N.C.I
      Mouvement pour une Union Nationale des Consultants en Informatique
      4 rue Paul Bert 92130 Issy les Moulineaux
      Site web : http://www.munci.org(...)
      Forums : http://forums.munci.org(...)
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 1.

        Et dire que la CFDT se fait traiter plus haut de syndicat à la solde des patrons !
        • [^] # syndicats cac...

          Posté par . Évalué à 0.

          Mouais, défendre les freelance c'est bien, tant mieux pour eux, c'est pas facile de monter sa petite entreprise à soi tout seul, je n'aurai pas le courage de la faire aujourd'hui perso.

          Mais bon, de là à dire que + de flexibilité dans les SSII c'est mieux! Je rêve, déjà que c'est pas une synécure la SSII, si en plus les syndicats n'ont comme seuls message que "c'est pas terrible la SSII, barrez-vous et vivez l'aventure tout seul", on se croiraità l'ANPE.
          L'aventure c'est bien mais parfois dans la vie on a besoin de ramener du beurre dans les épinards et de montrer à CDI au proprio do logement...
          • [^] # Re: syndicats cac...

            Posté par . Évalué à 1.

            >je n'aurai pas le courage de la faire aujourd'hui
            Ni demain, car, y'a pas de raison de cela change.
            J'ai mis du temps à comprendre ce principe et encore plus à le mettre en pratique. C'est dur de se remettre en question et a sortir de son train-train quotidien.
            • [^] # Re: syndicats cac...

              Posté par . Évalué à 1.

              Heu... si, il peut y avoir des raisons (pas forcément toutes en même temps):
              - ne plus avoir de dettes envers son banquier,
              - ne plus avoir des enfants à l'école
              - ne plus avoir de problèmes de logement
              - hériter d'une grosse somme d'argent
              - toucher une transac énorme pour quitter son job
              - gagner au loto (si, si, je continuerai à bosser qd même)
              - avoir des clients potentiels
              - ...
              En dehors de ça le train train quotidien du salarié ne devient après que le train train quotidien de l'indépendant, ce qui au final reste un train train, tout est question de choix et il vaut mieux vivre heureux dans le présent que de toujours réver à un meilleur train train.
              • [^] # Invitation du MUNCI

                Posté par . Évalué à 1.

                Bonjour,

                Nous confirmons que le Syntec Informatique va nous consulter prochainement (comme cela était prévu depuis plusieurs mois) à propos de sa nouvelle plate-forme de négociations =>

                Nous avons l'intention d'organiser rapidement une réunion publique sur Paris afin de lancer un débat sur ces questions.
                La presse sera également conviée.

                Si vous souhaitez y participer, merci de nous écrire à munci@free.fr

                --
                Cordialement,
                Le M.U.N.C.I
                Mouvement pour une Union Nationale des Consultants en Informatique
                4 rue Paul Bert 92130 Issy les Moulineaux
                Site web : http://www.munci.org(...)
                Forums : http://forums.munci.org(...)
  • # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

    Posté par . Évalué à 5.

    La grosse majorité des SSII d'aujourd'hui ne sont que des "loueurs de viande". Je vais parler de cette majorité.
    Leur rôle consiste à recevoir une offre de poste (par des canneaux qui leur sont à priori exclusifs, donc pas du tout fair-play pour les indépendants et ceux en portage salarial), ensuite par mots clefs(surtout sans rien y comprendre) selectionner les CVs qui collent le plus à l'offre, "reformatter" les CVs à leur nom(tâche souvent demandée au futur prestataire... même si pas embauché), les soumettre au client, entretiens(même le presta n'est pas embauché) et louer le prestataire en maximisant la marge.
    Bravo! Quel savoir faire!!!

    Il faut savoir que la "location de main d'oeuvre" n'est autorisée en France que dans le cadre de l'interim.
    Et oui... elle est illégale dans le cas de SSII! Exit la régie: délit de machandage, prêt illicite de main d'oeuvre et dissimulation de main d'oeuvre sont de plus en plus fréquent.
    Alors pourquoi les SSIIs ont une telle pénétration du marché sachant que 90% de leur activité est définie illégale par le code du travail? Et bien parce qu'à l'époque des années folles, cela arrangait tout le monde:
    - Les clients: moins ils embaucheront, mieux ils se porteront.
    - Les SSIIs, intermediaires opportunistes se contentant de marger sur de la location de main d'oeuvre, easy money.
    - Les prestataires: Ponts d'or, CDI, variété des missions, tout le tralala mais surtout "inter-contrat? C'est quoi ça?"

    Aujourd'hui le modèle économique des SSIIs(régie) n'est plus adapté. Les prestataires n'y trouvent plus leur compte, les SSIIs ont des difficultés (parfois des difficultés programmées parce que la crise est à la mode...), les clients sont aux anges.
    Du coup, les prestataires sortent peu à peu de la létargie et du confort que leur ont procurés les années folles et commençent à réagir.
    Les SSIIs se doivent alors de réagir elles aussi, et le plus vite possible. Leur clients ainsi qu'elles mêmes font de plus en plus l'objet d'attaques pour des délits de marchandage, des prêts de main d'oeuvre illicite et des dissimulation de main d'oeuvre. Il faut qu'elles apportent une réponse légale, heureusement leur syntec est là... Le contrat de chantier est un élément de cette réponse.

    Le cas des intermittents du spectacle est différent. Leur status "précaire" a été "légalisé" car tout le monde y trouvait son compte, tout cela au détriment de l'état. Mais ça n'a pas duré... au détriment des intermittents. Que cela nous serve de leçon.

    Il ne faut pas se mentir à soi-même, le statut légal le plus proche du prestataire est indépendant. Les SSIIs n'ont rien à faire là. Or, en France, le marché est vérouillé par les SSIIs, et sans ça, la vie d'indépendant informaticien serait nettement plus réaliste car les missions seraient beaucoup plus accessibles. C'est le cas dans les pays anglo-saxons ou en Allemagne où ils forment la majorité de la main d'oeuvre en informatique.

    Bref... tout ça sens mauvais, vraiment mauvais. La véritable "cible" se sont les "clients", pas les SSIIs. Il faut les re-éduquer(médias qu'attendez-vous??) ainsi que les prestataires eux-mêmes, et si il le faut employer les moyens légaux dont nous disposons (les délits de marchandage, prêts illicites de main d'oeuvre et dissimulations de main d'oeuvre) ... avant que le syntec nous les prenne avec ses contrats de chantier.
    • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Comme le disait quelqu'un plus haut, il faut des SSII formées en SCOP par plusieurs indépendants.

      Mais, rien qu'à lire le débat, il est beaucoup plus confortable d'être salarié que patron.

      Manque de motivation ? Syndrome français ?
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 1.

        Ces SSII existent (ex http://www.manaipi.com(...) mais le service reste TRES TRES cher: 20% du chiffre d'affaire), et pour ceux qui souhaitent un rôle d'indépendant tout en étant salarié: portage salarial (attention soumis aux mêmes délits que la prestation en régie, mais c'est déjà plus sain car les marges sont clairement définies).
        Mais les vrais problèmes sont les accés aux offres de missions et le reéquilibre de la part de marché des SSIIs. Et oui, ce syndrôme est franco-français. Et il faut quand même admettre que les informaticiens français sont des champions de l'individualisme: "Je vais bien... tout va bien..." Donc en général, la motivation arrive à l'inter-contrat... mais les clients sont du coup à l'abri.
        En théorie, le fait que l'indépendant soit généralement moins cher que le prestataire (normal, y a pas les marges des SSIIs) et que l'on peut quasiment systématiquement dénoncer les délits liés à la prestation de "régie" à l'inspection du travail, devrait permettre d'assainir le marché.
      • [^] # Re: Le Syntec nous verrait bien intermittents

        Posté par . Évalué à 0.

        >Mais, rien qu'à lire le débat, il est beaucoup plus confortable d'être salarié que patron.

        Sans déconné ?

        >Manque de motivation ? Syndrome français ?

        Simplement le plupart des gens n'ont pas que ça à foutre de travailler 12 heures par jour, 7j/7 , ne pas choisir/avoir la date de ses vacances,ne pas savoir où et avec qui travailler dans 3 mois, abandonner les cours de flute et l'association du quartier pas manque de temps et de force, ne plus pour faire de crédit, vivre à 300 bornes de la grand mère et des parents...

        Disons qu'ils sont en moyenne pas suffisamment fous pour mettre en application les idées de Madelin.

        Mais peut être que cela viendra un jour, patience, le pire est toujours possible.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.