Libre OS USB, un an et demi après un financement participatif réussi

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, Nils Ratusznik, Benoît Sibaud, ZeroHeure, ymz et palm123. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
17
12
déc.
2016
Linux

Il y a donc un an et demi, la jeune entreprise Libre Expert (entreprise du Numérique libre située à Clermont‐Ferrand) lançait le projet Libre OS USB. L’idée était simple : proposer une clef USB amorçable GNU/Linux, francisée, avec persistance des données, qui pourrait démarrer sur tout PC d’architecture 64 bits, y compris les dernières générations ayant un BIOS UEFI avec Secure boot. Un article était publié sur LinuxFr.org et une campagne de financement participatif était lancée sur le site Ulule qui réunira une cinquantaine de soutiens. Après avoir écouté ces « partenaires » de la première heure, des ajustements ont été faits, le répertoire utilisateur a été chiffré, des logiciels ont été ajoutés et diverses modifications ergonomiques ont été appliquées. Aujourd’hui, ce produit est arrivé à maturité dans sa version 4.0, basée sur Xubuntu 16.04 LTS. Il est proposé sous différentes formes, y compris la possibilité de télécharger directement l’image disque « brute ». Une version en langue anglaise est aussi proposée.

Au niveau logiciel, on se trouve aujourd’hui en présence d’une sorte de couteau suisse informatique :

  • basé sur Xubuntu 16.04 LTS ;
  • interface Xfce ;
  • chiffrement eCryptfs (chiffré en AES-256) ;
  • navigateur Firefox ;
  • outils Internet (Filezilla, Bittorent, Thunderbird…) ;
  • nombreux jeux classiques ;
  • suite bureautique LibreOffice ;
  • lecteur vidéo et musique VLC, édition vidéo avec Openshot ;
  • édition et enregistrement audio avec Audacity ;
  • graphisme avec The Gimp et Inkscape, Scribus et Simple Scan ;
  • gravure et extraction de DVD et CD audio ;
  • outil de partitionnement avec GParted.

Aller plus loin

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.