PikoPixel, éditeur de « pixel art »

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco, Benoît Sibaud, palm123 et Nils Ratusznik. Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa
30
11
avr.
2017
Graphisme/photo

PikoPixel est un éditeur de pixel art pour GNUStep et macOS sous licence AGPL v3. Depuis la bêta 5, il tourne sous GNUStep et les bonnes remarques de l’auteur ont permis d’améliorer la compatibilité Cocoa.

PikoPixel

L’ergonomie de PikoPixel est très travaillée ; elle le rend facile à utiliser, avec des retours en arrière (annulations) illimités, il prend en charge les couches multiples, possède des fonds de canvas personnalisables, des panneaux activables par raccourcis clavier, exporte des images à une plus grande échelle, et tourne sur GNUStep et OS X 10.4 Tiger et supérieur.

Une version « finale » a été attendue pour clore cet article, hélas depuis deux ans l’auteur ne sort que des bêtas ! C’est une bonne façon d’avoir un logiciel « peaufiné », mais…

La vidéo de démo donne envie : elle ne dure que trois minutes et l’on se rend vite compte de l’ergonomie soignée.

A priori, aucun binaire ou paquet GNUStep n’est disponible sous GNU/Linux (mais sous FreeBSD, oui). Pour compiler PikoPixel, il faut une version récente de GNUstep (juin 2015 ou postérieure) et l’environnement d’exécution libobjc2. Les compilateurs Clang et GCC fonctionnent. PikoPixel n’a été bien testé qu’avec Clang sur Ubuntu et Mint, il pourrait y avoir des petits soucis avec d’autres configurations.

Petit échange de courriel avec Josh Freeman, l’auteur de PikoPixel

La documentation n’est pas encore écrite. Les fonctions les plus importantes sont montrées dans le didacticiel vidéo et presque tout le reste se trouve dans les menus.

L’une des fonctionnalités les plus pratiques et assez unique de Piko ce sont les panneaux surgissant, voir la vidéo à 2:08. En pressant une touche facile d’accès, dans un coin au bas du clavier (n’importe quel côté, pour plaire aux gauchers comme aux droitiers), une boîte surgit sous la souris. Elle contrôle les outils, les couleurs, les calques… Ça accélère le dessin puisqu’on ne fait plus d’allers-retours à la souris vers les panneaux loin du document.
Capture d’écran GNUstep avec la boîte surgissante

Pour que ça marche bien, il faut configurer la langue du clavier dans les paramètres de raccourcis (sur macOS, c’est automatique ; mais, sur GNUstep, on doit choisir à la main — c’est une limitation de Cocoa, pas de GNUstep, il n’y a pas d’API Cocoa pour lire la disposition du clavier ; la version macOS y accède via Carbon) :

  1. allez dans le menu Info / Raccourcis clavier pour choisir la disposition du clavier depuis le menu déroulant en bas à gauche de la fenêtre de raccourcis ;
  2. maintenant, cliquez sur le bouton Load Defaults For: immédiatement à gauche ;
  3. et OK pour enregistrer.

C’est à cause de l’organisation différentes des claviers locaux — par exemple, en clavier QWERTY, les touches en bas à gauche sont Z, X, C ; en clavier français AZERTYn on a W, X, C et on a encore des différences entre les claviers français canadien et français suisse.

Une des fonctions les plus intéressantes qu’on ne voit pas sur le didacticiel vidéo, c’est le raccourci des « calques clignotants » (B sur la plupart des claviers) : une pression sur la touche cache temporairement l’image en ne laissant que le canevas de fond. C’est pratique pour pixeliser une photo en haute définition (on peut mettre une photo en canevas de fond dans le menu Canvas / Background Settings). La démo est faite comme ça, mais on y distingue mal le calque clignotant. Basculer ainsi entre votre dessin et la photo de référence rend facile la découverte des morceaux où le dessin correspond imparfaitement. Voici quelques photos pixelisées avec PP (sur Mac) en utilisant cette technique (l’effet de balayage télé a été ajouté avec un éditeur d’image).

On trouve beaucoup d’autres éditeurs pixel art, mais j’ai écrit PP pour avoir l’outil de pixel art que je voulais. J’espère que d’autres le trouveront aussi pratique que moi.
PikoPixel sur macOS

Grace à GNUStep et tous ses contributeurs, PicoPixel va pouvoir toucher des gens au‐delà du monde macOS. Il faut souligner le rôle et la légèreté de GNUstep, grâce auquel mon petit éditeur se compile et tourne sur un Rapsberry Pi 2, ce qui est assez extraordinaire !

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.