Revue de presse de l’April pour la semaine 1 de l’année 2020

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa.
19
7
jan.
2020
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

[LeParisien.fr] Comment installer Linux ?

Le mardi 31 décembre 2019.

« Envie de passer au logiciel libre pour administrer votre ordinateur ? Le système d’exploitation Linux est un OS (Operating System) qui est devenu très convivial, et qui ne nécessite plus de grosses connaissances informatiques. »

Voir aussi :

[ZDNet France] Comment les géants de la tech ont tourné à leur avantage l’open source

✍ Thierry Noisette, le mardi 31 décembre 2019.

« Ex‑conseiller de Zuckerberg et capital‐risqueur dans la tech, Roger McNamee pointe les limites de l’open source et la façon dont le Libre a fourni des briques pour développer des entreprises. »

Et aussi :

[Next INpact] Pour la justice européenne, la violation d’une licence de logiciel est une contrefaçon (¤)

✍ Marc Rees, le mardi 31 décembre 2019.

« Le 18 décembre dernier, la Cour de justice a tranché une épineuse question : la violation d’une licence de logiciels relève‐t‐elle de la contrefaçon ou bien du droit des contrats ? L’affaire opposait la société IT Development à Free Mobile. »

Voir aussi :

[Le Monde.fr] À Leipzig, hackeurs et militants pour le climat font front commun

✍ Damien Leloup, le lundi 30 décembre 2019.

« Le Chaos Communication Congress, plus grand événement mondial autogéré consacré à la sécurité informatique, accueillait ce week‑end en Allemagne sa 36e édition. »

[Next INpact] La Cour de cassation confirme la redevance sur les musiques libres diffusées dans les magasins

✍ Marc Rees, le lundi 30 décembre 2019.

« Jamendo SA, Audiovalley SA (ex‑Musicmatic SA) et Storever France SAS (ex‑Musicmatic France SAS) avaient formé un pourvoi en cassation. Selon eux, la Cour d’appel de Paris ne pouvait exiger de Saint Maclou le paiement d’une redevance alors que l’enseigne diffusait de la musique libre. La Cour de cassation a pourtant validé cette obligation. »

Aller plus loin

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.