Revue de presse de l’April pour la semaine 46 de l’année 2018

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa.
25
20
nov.
2018
Internet

La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Sud Ouest] Bordeaux : le sommet du logiciel libre a rassemblé 800 personnes
Par Nicolas César, le jeudi 15 novembre 2018. Extrait :

« Les 6 et 7 novembre à Bordeaux, s’est déroulée la 1re édition de B-Boost, sommet du logiciel libre et de l’open source. Une première, qui a permis de mettre en lumière un écosystème méconnu du grand public, dans lequel la région excelle. »

[Atlantico] Pourquoi Linux est un magnifique cas d’école des forces et des faiblesses de la tech européenne
Par Rémi Bourgeot, le mercredi 14 novembre 2018. Extrait :

« Alors que la France et l’Europe tentent de se faire une place dans le secteur technologique, notamment au travers d’initiatives « Frenchtech », le géant IBM vient de racheter l’entreprise Red Hat, dont le modèle économique repose sur un logiciel libre issu de [GNU/]Linux, qui est pourtant d’origine européenne. Du point de vue des acteurs, qu’est‐ce que ce cas d’espèce nous révèle de la réalité du secteur ? »

[Les Numériques] Les grandes gueules de la high‐tech : Linus Torvalds, le prophète
Par Jérôme Cartegini, le mercredi 14 novembre 2018. Extrait :

« Dans l’univers feutré des géants de la high‐tech, certains personnages sont aussi connus pour leurs frasques que pour leurs créations révolutionnaires. Véritable génie de la programmation, Linus Torvalds a créé à seulement 21 ans Linux, le [noyau du] système d’exploitation le plus utilisé dans le monde. À la tête de son développement depuis 30 ans, l’informaticien s’est forgé une réputation épouvantable. Arrogant, antipathique, grossier… à tel point que son langage fleuri fait régulièrement la une des médias. »

[IT Social] 100 millions de repositories confirment l’attrait pour GitHub et l’open source
Par Yves Grandmontagne, le mardi 13 novembre 2018. Extrait :

« La plate‐forme aux 31 millions de développeurs GitHub a franchi la barre symbolique des 100 millions de repositories (dépôts). Deux enseignements dans ce record : la communauté open source est toujours aussi active, et le rachat de GitHub par Microsoft a peu pesé sur le devenir de la plate‐forme. »

[Horizons publics] Open data, un mouvement qui démarre
Par Gérard Ramirez del Villar, le mardi 13 novembre 2018. Extrait :

« Au regard des obligations qui pèsent sur les collectivités en matière d’Open data, les chiffres sur le terrain restent en retrait. Mais les ambitions pour l’avenir sont grandes et les terrains d’application potentiels presque sans limites. »

[Developpez.com] Directive copyright : la mise en œuvre de l’article 13 est financièrement impossible
Par Bill Fassinou, le mardi 13 novembre 2018. Extrait :

« En octobre dernier, Susan Wojcicki, la CEO de YouTube est monté au créneau pour appeler les créateurs de vidéos à protester contre l’article 13 de la directive Copyright qui, selon elle, menace des milliers d’emplois. Elle a, en effet, mis en garde les réalisateurs de vidéos contre la directive et les a exhorté à protester vivement contre la réglementation : s’appesantissant tout particulièrement sur l’article 13, elle explique aux réalisateurs de vidéos dans un billet de blog que “cette législation menace à la fois leur gagne‐pain et leur capacité à partager leur voix avec le monde”. »

Voir aussi :

[Le Monde.fr] Macron invite géants du Web et gouvernements à « réguler ensemble » Internet
Par la rédaction, le lundi 12 novembre 2018. Extrait :

« Dans son discours d’inauguration de l’Internet Governance Forum, à l’Unesco, le président a réaffirmé sa volonté de réguler davantage le fonctionnement des plates‐formes, mais avec une certaine forme de concertation. »

[Le Parisien] Voisins‐le‐Bretonneux récompensée pour son utilisation des logiciels gratuits
Par L. Mt., le lundi 12 novembre 2018. Extrait :

« Grâce à l’emploi de ces outils collaboratifs dans ses services, la commune vient de recevoir le label Territoire numérique libre. »

Voir aussi :

Aller plus loin

  • # Libre ou open source ?

    Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

    Une interview de l'organisateur de la conférence à Bordeaux sur le libre et l'open source.

    Titre de l'article : "le logiciel libre a gagné mais personne ne le sait".

    Et où tu t'aperçois qu'il fait pas la différence entre libre et open source :-|

    https://objectifaquitaine.latribune.fr/innovation/2018-11-05/b-boost-bordeaux-le-logiciel-libre-a-gagne-mais-personne-ne-le-sait-796381.html

    • [^] # Re: Libre ou open source ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+0/-0).

      Ils semblent nombreux à utiliser l'un et l'autre de façon interchangeable :)

      • [^] # Re: Libre ou open source ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-1).

        La question serait plutôt, pourquoi on devrait différencier Logiciel Libre et OpenSource ?

        La définition de ces termes est respectivement basé sur les définitions de la FSF et de l'OSI respectivement. Or, quand on lit les critères pour qualifier un logiciel comme libre ou opensource, les critères sont une bijection. Et ce n'est pas un hasard, les fondateurs de l'OSI étaient impliqués dans le LL (Eric Raymond, Ian Murdock) et ils ont voulu maintenir la compatibilité des définitions.

        L'OSI est surtout un moyen juridique pour contourner la communication de la FSF. Et on ne peut pas dire que Stallman soit un bon communicant. L'OpenSource cherche donc avant tout de professionnaliser le milieu en évitant que le seul discours du LL soit celui de Stallman.

        Le fait que dans la réalité un logiciel libre est toujours opensource et inversement rend en effet ces termes interchangeables.

        En réalité, employer un terme ou l'autre ne change rien pour le logiciel en question. Mais cela peut juste traduire la motivation derrière ce choix de licence.

        Typiquement on se doute que Stallman et Torvalds n'ont pas choisi la GPL pour les mêmes raisons, l'un privilégie la question politique et éventuellement sociale quand Torvalds souhaitait plutôt obtenir des retours de personnes qualifiées. Mais Linux n'est pas pour autant moins libre que Hurd, ni plus OpenSource que Hurd. Car les définitions d'OpenSource et de Logiciels Libres ne se préoccupent que de 10 ou 4 points techniques dans les licences, ils se moquent éperdument de la motivation de son auteur.

        • [^] # Re: Libre ou open source ?

          Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

          La question serait plutôt, pourquoi on devrait différencier Logiciel Libre et OpenSource ?

          A mon avis, on doit les différencier car:

          • Le terme "Logiciel Libre" a été inventé par Stallman (et je pense qu'on peut laisser à son créateur la définition d'un terme) pour promouvoir une certaine idée de redonner le pouvoir à l'utilisateur du logiciel (avec donc une philosophie et des valeurs derrière)

          • Et qu'après, voyant que techniquement, ça marchait, le terme "open source" a été utilisé pour mettre de côté cette philosophie promue par le logiciel libre.

          Un logiciel libre est donc open source mais l'inverse n'est pas forcement vrai.

          • [^] # Re: Libre ou open source ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+0/-0).

            Le terme "Logiciel Libre" a été inventé par Stallman (et je pense qu'on peut laisser à son créateur la définition d'un terme) pour promouvoir une certaine idée de redonner le pouvoir à l'utilisateur du logiciel (avec donc une philosophie et des valeurs derrière)

            À peu près tout le monde est d'accord pour dire que l'OSI a la main sur la définition du terme OpenSource et Stallman / FSF sur le terme Logiciel Libre.

            Là n'est donc pas la question. Dans mon argumentaire je conserve ce principe.

            Mais la définition d'un Logiciel Libre ou d'un logiciel OpenSource se base uniquement sur les 4 (ou 10) points de leur définition. Rien d'autre. Les à côté de l'esprit du libre ne sont pas explicites, c'est volontairement flou et n'entrent pas en compte dans la définition d'un logiciel libre.

            Un logiciel est qualifié de libre ou d'opensource uniquement à partir du choix de licence. Or toute licence libre est opensource et inversement (oui j'ignore volontiers les deux licences quasiment inutilisées en vrai et dont la divergence repose sur des détails et non des divergences fondamentales).

            Il est assez clair par exemple que Torvalds défend plutôt le terme et la vision OpenSource. Là où Stallman vise plutôt le côté Libre. Pourtant, Linux comme Emacs sont des logiciels libres et OpenSource malgré des idéaux politiques / économiques / autres différents entre les deux développeurs. Car le Logiciel Libre ne repose que sur sa définition en 4 points. Les à côtés qui sont la source de divergence entre eux n'entrent jamais en compte dans cette qualification.

            On notera que ni la FSF, ni l'OSI, n'imposent une quelconque restriction politique ou de valeurs derrière un logiciel libre ou opensource. C'est fait consciemment.

            Et c'est très bien, car ce que l'on nomme l'esprit du libre n'est pas défini et je le constate en vrai que beaucoup de gens ont des visions différentes de ce qu'est cet esprit du libre. Comme souvent en politique quand on cherche à défendre des valeurs vagues et floues, il y a différentes interprétations où chacun est pourtant convaincu d'être dans le vrai. Et ce flou pose un problème en communication et en représentativité.

            Il suffit de voir en politique pour constater que cela ne fait du bien à personne d'avoir plusieurs partis communistes (chacun étant convaincu d'être le vrai), socialistes ou gaullistes, etc. Cela ne rend pas le discours clair pour ceux qu'on doit convaincre.

            Bref, l'avantage ici c'est qu'on a des termes précis, qui sont identiques mais où chaque organisation utilise son terme avec une vision politique différente pour convaincre différents publics. Mais cela revient in fine au même. Que VLC soit qualifié de libre ou d'OpenSource ne change rien pour personne, le code a la même licence et offre la même chose à tout le monde. Et c’est ça qui est important dans le fond. Le reste n'est qu'un aspect marketing.

            • [^] # Re: Libre ou open source ?

              Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

              Pour moi, ce n'est pas parce qu'à partir du produit/logiciel fini et de la licence tu ne peux pas dire qu'elle était la motivation sous-jacent que les 2 notions n'existent pas.

              • [^] # Re: Libre ou open source ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+0/-0).

                En quoi la motivation initiale du développeur compte ? Honnêtement, que Linus Torvalds ait écrit Linux pour le fun, pour répandre la paix dans le monde ou pour obtenir juste le meilleur logiciel possible dans ce domaine importe peu l'utilisateur. Je ne dis pas que c'est inutile comme information, mais cela n'a pas d'impact sur l'utilisateur. L'impact concret est que quelle que soit la motivation initiale, le code source est libre avec les avantages que cela apporte pour l'utilisateur.

                Et bizarrement la FSF qui se veut éthique ou avec un certain nombre de valeurs ne rejette nullement le qualificatif de libre pour des logiciels où la motivation ne correspond pas à celle de la FSF. Et de ce fait cette motivation n'est pas requise dans la définition du LL car c'est un sujet à part.

                Et dans ce cas, en admettant qu'on tienne compte de la motivation du développeur dans l'équation. Quelles sont les valeurs ou les motivations à respecter ? Qui est juge pour décider ce qui est compatible de ce qui ne l'est pas ? Est-ce que cela est cohérent de refuser d'accorder le qualificatif libre à des logiciels qui respectent les 4 libertés fondamentales dont la 1ère qui précise que l'auteur du logiciel doit autoriser tous les usages de son logiciel ? Même si cela s'avère contre son éthique personnelle.

                Bref, OpenSource et Logiciel Libre, c'est juste deux faces d'une même pièce. Cela désigne le même objet, le même concept mais sous un point de vu différent. Mais à la fin on obtient la même chose. Et c'est cela qui est important. La différenciation n'est utile qu'à des fins de communication pour cibler différentes personnes.

    • [^] # Re: Libre ou open source ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-1).

      il fait pas la différence entre libre et open source

      Dans mon esprit à moi, et probablement le tient, ça ne veut pas dire la même chose.
      Cependant l'usage fait que depuis longtemps (ou même depuis toujours ?) ces deux termes sont quasi équivalents.

  • # don't fork me !

    Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

    barre symbolique des 100 millions de repositories (dépôts). Deux enseignements dans ce record :

    Pour moi, il y en a un troisième : le slogan « fork me on github » a eu comme conséquence que certains logiciels existent en des dizaines d'exemplaires, ne différant que par deux ou trois broutilles. Quand on recherche quelque chose d'un peu particulier, à partir d'un vague souvenir, c'est vraiment pénible de perdre une heure dans ce fouillis…

    * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

    • [^] # Re: don't fork me !

      Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

      Ah bon, le lien "forked from" sous le nom du dépot ou les onglets "Network" et "Forks" dans la partie "Insights" ne sont pas suffisants?

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.