Solaris officiellement annoncé sous licence Open Source

Posté par . Modéré par jerome.
Tags : aucun
0
26
jan.
2005
Communauté
Sun Microsystems a annoncé mardi 24 janvier la disponibilité du code source de Solaris sous licence Common Development and Distribution License (CDDL) à partir du deuxième trimestre 2005. Le code source sera téléchargeable sur le site http://www.opensolaris.org et sera directement compilable.

Cette annonce fait suite à la mise à disposition, sur le même site et sous licence CDDL, du code source du fameux outil de surveillance DTrace.

La CDDL a été approuvée par l'Open Source Initiative (OSI) le 14 janvier. Elle est considérée libre par la FSF et est proche de la Mozilla Public License (MPL).
  • # vers un avenir libre ?

    Posté par . Évalué à -1.

    et bien c'est une nouvelle intéressante...

    donc il ne manque plus que HP/UX et AIX et puis hop fini les unix proprio...

    enfin si, il restera Irix, et plein d'autres que j'oublie.

    En somme si tous les unix devenaient libres, microsoft risquerait de se sentir bien seul, remarquez Apple aussi mais dans une moindre mesure.

    Donc maintenant que beaucoup de logiciels sont libres, il va falloir passer au matériel, ceci étant je suis très mauvais en soudure et en electronique ;-)

    ahh, à quand un carte mère "open build" avec un bios "open source" !

    et pour finir, quand on est un intégriste du libre, comment on fait pour accepter les firmware proprio dans son magnétoscope ?

    dabowl_75

    • [^] # Re: vers un avenir libre ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Pour le bios libre et ourvert, c'est en cours : http://www.openbios.org/(...)
    • [^] # Re: vers un avenir libre ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      "et pour finir, quand on est un intégriste du libre, comment on fait pour accepter les firmware proprio dans son magnétoscope ?"

      Quand on est un intégriste du libre, on regarde pas la télé.

      La télé sapuçaipalibre.
      • [^] # Re: vers un avenir libre ?

        Posté par . Évalué à 1.

        d'ailleurs ça me fait penser qu'il y a très peu d'infos vraiment intéressantes à la TV concernant l'informatique en général et les softs libres...

        A quand une chaîne qui ferait des thématiques sur des langages de developpement, ou bien des gros lancers de troll en direct à la télé ce serait désopilant, le match tant attendu "vi versus emacs" devant des millions d'informaticiens médusés !

        Mais pour revenir à l'intégriste du libre, il ne peut en réalité pas faire grand chose dans sa vie:

        --> Impossible de payer par CB car les applis de gestion sont pas libres
        --> Peut pas tirer des sous (t'as déjà vu des projo de distributeurs de billets libres ???)
        --> peu pas utiliser de périphériques ou très peu

        la liste est longue ;-)

        dabowl_75

        • [^] # Re: vers un avenir libre ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Pour faire simple : le vrai intégriste (en quoi que ce soit) ne peut pas vivre, en général.

          Il y a trop de contradictions dans tous les domaines. Sans concessions minimales, on fait surtout de sa propre vie (et celle des autres) un enfer :)
          • [^] # Re: vers un avenir libre ?

            Posté par . Évalué à 7.

            Je crois que beaucoup de monde se pose la question "jusqu'où refuser la société et le mode de vie que l'on essaie de nous imposer et de légitimer".

            Tout est une question de limites :
            http://www.newlimits.org(...)
            ( d'ailleurs très peu de choses sur l'informatique libre et les licences CC pour l'art )

            Bonne lecture !
          • [^] # Re: vers un avenir libre ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -5.

            Pour faire simple : le vrai intégriste (en quoi que ce soit) ne peut pas vivre, en général.


            Ben si, tu vis hors de la société moderne ! En harmonie totale avec la nature ! :-D
        • [^] # Re: vers un avenir libre ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          --> ... et surtout, il peut pas utiliser son cerveau, vu qu'on a toujours pas les specs :) Y'a toujours des gens qui sont en train de galérer dessus, d'ailleurs...

          => Le cerveau sapusaipalibre :)
      • [^] # Re: vers un avenir libre ?

        Posté par . Évalué à 6.

        La télé saputoutcourt
    • [^] # Re: vers un avenir libre ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Pourquoi faut il attendre le deuxième trimestre 2005 pour les sources, pourquoi ne les donnent ils pas tout de suite? Sun va t'il donner avec OpenSolaris la totalite du code de Solaris ou une partie?
      • [^] # Re: vers un avenir libre ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Parce qu'ils doivent verifier que tout le code leur appartient a eux et n'est pas sous licence d'une autre boite, parce que les avocats veulent verifier xyz, parce qu'ils sont en train de rediger de la doc, etc... Il y a plein de raisons possibles.

        Quand a savoir si tout sera la, la FAQ repond :

        We intend to open source as much of the code as possible. Some components (such as drivers) that are based on intellectual property from other companies will be offered as binary code only.
        • [^] # Re: vers un avenir libre ?

          Posté par . Évalué à -4.

          We intend to open source as much of the code as possible. Some components (such as drivers) that are based on intellectual property from other companies will be offered as binary code only.

          AHAHAHAH :)
          Solariscapurracasrapalibre
          • [^] # Re: vers un avenir libre ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Zut, ça va être comme Linux alors :(

            (du moins pour les propriétaires de cartes graphiques qui voudraient par le plus grand des hasards s'en servir, entre autres...)
            • [^] # Re: vers un avenir libre ?

              Posté par . Évalué à 1.

              C'est déjà bien, non? La communauté Linux a déjà démontré sa capacité à programmer ses propres pilotes de matériel.

              Et là, on va avoir un des grands *n*x historiques. C'est pas mal je trouve...
    • [^] # Re: vers un avenir libre ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      donc il ne manque plus que HP/UX et AIX et puis hop fini les unix proprio, enfin si, il restera Irix, et plein d'autres que j'oublie.

      Il me semble bien que Irix a été abandonné par Silicon Graphics au profit de Linux.

      AIX-5L est le dernier AIX prévus, le L signifie Linux car c'est une version de transition incluant des bibliothèques de compatibilité.

      HP/UX est le seul à résister encore. Mais depuis des années, la dynamique d'évolution de HP/UX est très faible comparée à Linux et HP/UX n'a vraiment pas grand chose de plus que Linux, ce serait plutôt le contraire. Il revient moins cher à HP de faire le portage de Linux sur PA/RISC que de tout redévelopper.
      De plus les ventes de licences HP/UX sont insuffisantes pour le maintenir à un niveau compétitif.

      Doit-on dire « Linux vaincra » ou « Linux a gagné » ?
    • [^] # Re: vers un avenir libre ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Si il restera SCO Unix mouarrrrfff ;o)
  • # Quelques questions d'avenir...

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    La question "Quelle conséquence pour linux ?" est la première à m'être venue à l'esprit.(Bien malin qui pourra y répondre.)

    Ensuite : "et java, c'est pour quand ?"

    Enfin : personne à un vieux sunfire-480R qui lui sert plus ?
    • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

      Posté par . Évalué à 4.

      IBM préparerait une JVM libre
      http://www.weiqigao.com/blog/2005/01/17/1106011880000.html(...(...)) :)
      J'imagine le thread qu'on va avoir ici quand ca va sortir !

      http://about.me/straumat

    • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je pense pas que ca aura des consequences pour GNU/Linux, par contre ca empechera Solaris de mourir dans son coin comme les autres Unices proprios.
    • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

      Posté par . Évalué à 2.

      > Quelle conséquence pour linux ?

      Je pense que le réponse est :
      - "aucune"
      Si ce n'est pas "aucune", c'est très limité.

      > Ensuite : "et java, c'est pour quand ?"

      J'ai presque envis de dire que maintenant le logiciel libre s'en fout. Il y a un fort mouvement (significativement impulsé par Red Hat) pour se "débarraser" de la jvm proprio de Sun et de se concentrer sur gcj.
      Si tous se passe bien, FC4 aura java "out of the box" et uniquement avec du libre.
      Évidemment, tout ne sera pas parfait au début.

      Tel que je vois les choses, petit à petit, il y aura de moins en moins de pression pour que Sun libère son java.
      • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

        Posté par . Évalué à 3.

        Normalement GCJ permets de compiler le java pour une machine.
        GCJ n'est pas comparable à une JVM.
        Même si la syntaxe de java est trés cool, c'est le "write once run anywhere" qui est capital.
        Je ne vois pas les utilisateur classique recomipler leurs projet à chaque fois.
        Surtout je ne sais pas comment GCJ gerre les dépendance au jar java ?
        • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

          Posté par . Évalué à 5.

          le "write once run anywhere" on voit bien que cela ne marche pas meme avec Java. les dependances a une version precise de la JVM voire a des librairies font que c'est un echec.

          le write once run anywhere c'est en PERL :-)
          • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

            Posté par . Évalué à 0.

            C super lourd ça... je développe en java depuis 5 ans sous linux et je déploie défois sous windows.. Je n'ai jamais recompilé...

            http://about.me/straumat

            • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

              Posté par . Évalué à 1.

              tout pareil que miguel (mais depuis moins longtemps, suis un ptit jeune moi)
              je developpe sous windows, deploye sous linux, sunos, HP-UX, pas de recompilation, et tout marche tres bien.
              • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

                Posté par . Évalué à 1.

                Ben moi je développe sous Windows avec Jonas, et je déploie sous Solaris avec Websphere.

                Ben de temps en temps je dois recompiler, mais c'est essentiellement quand j'ai fait une entorse à la spécification J2EE.

                Cela dit, je ne me rends compte de mon entorse qu'une fois que ça merde...
            • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

              Posté par . Évalué à 2.

              Moi non plus, mais c'est un bon FUD comme on les aime.
        • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

          Posté par . Évalué à 4.

          >> Surtout je ne sais pas comment GCJ gerre les dépendance au jar java ?

          Ouais, ben il faut se renseigner. L'objectif de GCJ , c'est de remplacer la jvm - complètement. En conservant la compatibilité des applications compilées en bytecode.

          Exemple simple: tomcat. Distribué en binaire avec Fedora Core 2, peut charger des .war compilés en bytecode et les faire touner. L'utilisateur ne voit pas de différence.

          Les dépendances? Si c'est du binaire, c'est comme en C/C++/Ada avec GCC, ça dépend de s bibliothèques au moment de la compilation et du loader. Si c'est du bytecode, c'est le CLASSPATH en plus du bootclasspath (défini lors de l'installation de GCC)

          De plus il y a même un petit projet qui vise à créer une arborescence similaire à un JRE classique à partir des fichiers de gcj, grâce à un système de symlinks, rendant ainsi gcj utilisable par un soft qui requiert cette arborescence pour détecter une "JVM", notamment Openoffice.org et Eclipse.

          Dernièrement, avec la version de GCJ qui va sortir avec GCC 4, on pourra charger des classes compilées en natif pendant que le programme tourne, comme avec dlopen(), et le dictionnaire de ces classes sera dispo pour introspection, comme avec des classes bytecode.

          GCJ, ça ROXOR! Merci RedHat

          Stephane
          • [^] # Re: Quelques questions d'avenir...

            Posté par . Évalué à 1.

            Les plans pour FC4 :
            http://lwn.net/Articles/119500/(...)
            - GCC 4, if it's ready

            (...)

            - Java

            More native-compiled GCJ stuff. Including Eclipse.



            L'objectif de Fedora (donc Red Hat) est de fournir java "out of the box" et sans proprio.

            > GCJ, ça ROXOR! Merci RedHat

            Nicolas Mailhot (jpackage) est plus que positif sur le travail que fait Red Hat pour un java libre.

            Actuellement il y a une grosse difficulté technique. C'est le plug-in java pour mozilla qui utilise gcj. Ça existe déjà mais il y a des problèmes de sécurité. Comme pour les applets java il faut faire une "cage". Une solution possible est d'utiliser SeLinux.

            Pour FC4 je pense que tout sera en place mais avec des bugs. Pour FC5 ça roulera nickel.
  • # La mort d'un troll de plus...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    je suis bien triste en vérité...

    Nous assisstons, encore une fois, en la mort d'un des plus beaux trolls du PLF (Paysage Linuxien Français) (et non Penguin Liberation Front comme ont pu penser certains).

    Après Blender sapupluscestenfinlibre,
    Après Suse sapupluscestenfinlibre,
    Après Solaris sapupluscestenfinlibre,

    A quand un Java sapupluscestenfinlibre ?
  • # GPL?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Pourquoi n'ont ils pas choisi la GNU GPL? Juste pour embeter la FSF?
    • [^] # Re: GPL?

      Posté par . Évalué à 9.

      > Pourquoi n'ont ils pas choisi la GNU GPL?

      La CDDL étant incompatible avec la GPL, la réponse est évidente :
      - Pour être incompatible avec la majorté des programmes GNU/Linux importants et donc ne pas les aider.

      C'est tout.
      • [^] # Re: GPL?

        Posté par . Évalué à 2.

        J'écris peut-etre une betise, mais FreeBSD est sous licence BSD et la mejeure partie des programmes Linux se retrouvent sous FreeBSD.
        • [^] # Re: GPL?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Pour BSD, c'est le contraire, c'est le code GPL qui ne peut pas entrer dans BSD.

          Et la question n'est pas de savoir quels programmes tournent sur quel OS, mais de savoir qui peut emprunter du code a qui.
          • [^] # Re: GPL?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            le code GPL qui ne peut pas entrer dans BSD

            Zut, je comprends pas bien pourquoi. Si quelqu'un peut m'expliquer, ça m'intéresse.
            Est-ce que c'est parce que le systeme *BSD est tout entier sous license BSD, et alors on considère le CD officiel comme un tout ? Naïvement je pensais que la license ne touchait que les "composants" (si on peux dire), mais pas ces "composants" réunis ensembles... Ou alors j'ai tout faux, c'est autre chose.

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

            • [^] # Re: GPL?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              La licence libre BSD permet de faire code propriétaire.
              La licence libre GPL interdit de faire code propriétaire.

              La licence BSD a été concue pour permettre à des étudiants de créer leur entreprise.
              La licence GPL oblige de continuer à faire du code libre.

              Dans le cas BSD, c'est un système stérile dès que ça devient propriétaire.
              Avec la GPL, on retrouve le schéma de la vie.
        • [^] # Re: GPL?

          Posté par . Évalué à 5.

          c'est à la fois une bêtise et à la fois non ;)

          en gros, le système FreeBSD (ou *BSD en général) comporte pas ou très peu de code sous GPL. en revanche, l'arbre des ports (applications portées sous FreeBSD) comporte quasiment toutes les applications existantes en GPL, mais comme elles ne font pas partie du système de base, cela ne pose pas de problèmes d'incompatibilité de licences.

          par exemple, 'make' est sous licence BSD, mais on peut disposer du gnumake sans problèmes. le problème se pose juste pour les utilitaires non disponibles en licence BSD (si je me souviens bien, je crois que c'est le cas de gcc).

          mes 2.10^-2 Euro
  • # Encore...

    Posté par . Évalué à 10.

    > Solaris officiellement annoncé sous licence Open Source

    Non.

    OpenSolaris ce n'est pas Solaris.

    OpenSolaris n'est qu'une partie de Solaris. C'est la partie que Sun accèpte de fournir avec des sources. Actuellement il n'y a que DTrace de disponible.

    Il n'y aura pas de "WhiteSolaris" basé sur Solaris comme il y a Whitebox basé RHEL.

    OpenSolaris n'est pas le Solaris que vous pouvez acheter.
    Bien que Solaris fournisse Java, je doute que java soit disponible sous licence CDDL.

    > La CDDL a été approuvée par l'Open Source Initiative (OSI) le 14 janvier. Elle est considérée libre par la FSF et est proche de la Mozilla Public License (MPL).

    Pour "information", le mozilla/firefox qui vous utilisez est sous double license LGPL/MPL. La MPL (version 1.1 je crois) autorise d'utiliser la LGPL (ou compatible GPL) à la place de MPL. La CDDL étant incompatible GPL, ça fait une grosse différence avec la MPL. Je tenais à le préciser.
    De plus, la CDDL pose des problèmes avec les "droits intellectuels".
    Donc dire qu'elle est proche MPL c'est abuser un peu.
    • [^] # Re: Encore...

      Posté par . Évalué à 8.

      Hmmm... à mon corps défendant je tiens à préciser que ma dépêche a été éditée. J'avais précisé, suite au mail que j'ai reçu de la part de Sun à ce sujet, que la CDDL était basée sur la MPL, ce qui est en effet différent de "proche".

      The CDDL, which was approved by the Open Source Initiative's (OSI) board of directors on January 14, is based on the well-regarded MozillaTM Public License (MPL).


      Pour ton autre remarque j'avoue que j'ai manqué de précision et je m'en excuse. Voici tout de même pour information le communiqué de Sun :

      Sun Microsystems, Inc. (Nasdaq: SUNW) today announced that the source code for Solaris 10 - the most advanced operating system in the industry - will be made available under the OSI (Open Source Initiative) approved Common Development and Distribution License (CDDL). The company has established a community Web site at opensolaris.org. Buildable source code for Solaris will be available at this site in the second quarter of 2005.


      Il ne reste plus qu'à définir ce que recouvre l'OS. Personnellement je ne pensais qu'au noyau et outils système de base. Bref, Solairs ce n'est pas nécessairement Solaris + Java.

      Pour le communiqué complet : http://www.sun.com/smi/Press/sunflash/2005-01/sunflash.20050125.1.h(...)
      • [^] # Re: Encore...

        Posté par . Évalué à 10.

        > Sun Microsystems, Inc. (Nasdaq: SUNW) today announced that the source code for Solaris 10 - the most advanced operating system in the industry - will be made available under the OSI (Open Source Initiative) approved Common Development and Distribution License (CDDL).

        La FAQ OpenSolaris :
        http://www.opensolaris.org/faq/general_faq.html(...)
        What is the difference between the OpenSolaris source code and the Solaris source code?

        The OpenSolaris program provides the core open source code base ... Future distributions of the Solaris operating system will be built from the OpenSolaris source code.

        (...)
        Will Sun be open sourcing all of the Solaris source code?

        We intend to open source as much of the code as possible. Some components (such as drivers) that are based on intellectual property from other companies will be offered as binary code only.


        Bref, ce n'est pas claire. Quoiqu'il en soit il n'y a que DTrace actuellement...
        C'est maigre.
        L'autre inconnue, est de savoir si leur compilateur sera ouvert. Même si les sources ne sont pas utilisables par gcc, ça peut être très intéressant (une sorte d'ingéniérie à rebour facile).
        Pour Linux (le noyau) ou la libc je doute que ce soit très profitable. Évidemment il y aura quelques cas pour me faire mentir.

        Personnellement, je trouve que Sun fait une erreur stratégique énorme. Si j'ai raison (l'histoire en jugera), il faudra plusieurs années à Sun pour changer de direction. Or en informatique le temps passe très vite.
        Sun aurait du tout mettre sous (L)GPL (voire BSD, mais surtout être "free software friendly"). "Tout" dans le sens pour avoir un OS utilisable (type Ubuntu). Au dessus de cette OS "minimum" mais utilisable/exploitable réellement, Sun vendrait des produits. Ces produits pourraient aussi être gratuit dans le cadre d'un usage non-commercial afin d'améliorer la diffusion/reconnaissance (comme Solaris 10 (beta) est gratuit pour un usage non commercial).

        Sun annoncerait qu'a moyen terme le meilleur de Solaris sera dans GNU/Linux et vice versa. À long terme, Sun pourrait carrément virer Solaris de son catalogue. Ainsi Sun aurait un OS réellement supporté par la communauté au-lieu de faire 98 % du développement eux-même.
        Sun est trop ambigu avec les brevets et je suis convaincu que ça refroidi plus d'un développeur. Certe un utilisateur actuel de Solaris va "bidouiller" avec les sources et peut-être proposer quelques patchs. Mais j'ai du mal à croire que ça va aller beaucoup plus loin. Du moins ça sera sans commune mesure avec GNU/Linux et entre autre Sun se refuse toutes contributions de société comme IBM ou Red Hat ou Novell qui ont de forte compétence Unix et peuvent porter des projets techniquement complexes.
        [Info piquante, Sun se plaind qu'IBM ne porte pas ses applis pour Solaris x86/AMD64. OpenSolaris ne va motiver IBM pour autant]

        Si Sun avait cette démarche "agressive" et réellement "pro-libre" (au lieu de faire du lobbying pour les brevets, passer des accords avec MS, ...), celà rassurerait beaucoup les utilisateurs de Solaris (et donc clients Sun) qui lorgnent "furieusement" du côté de Linux.

        Avec OpenSolaris, l'avantage que va tirer Sun en parts de marché est qu'elles vont dégringoler moins vites (ou stagner). Quoique les ventes de Solaris vont peut-être montées un peu puisque Solaris 10 supporte AMD64.
        Mais globalement, et au mieux, les utilisateurs de Solaris resterons sous Solaris et les utilisateurs de Linux n'iront pas sous Solaris. Sachant que Linux (avec Windows) est le plus gros "problème" de Sun, c'est sans réel intérêt pour le business de Sun. Et comme en plus ce n'est pas très intéressant pour le libre ... (voir les brevets uniquement utilisables avec CDDL, CDDL incompatible GPL).

        L'autre problème de Sun en ne s'ouvrant pas à GNU/Linux (l'OS qui monte) est qu'il sont obligés de proposer les compétences Linux d'autres boîtes :
        http://au.sun.com/products/software/operating_systems/linux/index.h(...)
        Ça en est comique. On entrevoit déjà les limites de Sun qui ne peut supporter deux OS (GNU/Linux et Solaris).

        Or, puisque Sun veut s'obstiner avec Solaris, ce qui est bon pour Linux, n'est pas bon pour Sun. Sun le sait très bien et c'est pour ça qu'ils FUD à longueur d'année sur Red Hat (mieux vaut attaquer Red Hat que linux ; c'est mieux pour l'image), que la licence CDDL a été "étudié" pour ne pas aider GNU/Linux et que Sun se réserve la possibilité d'attaquer GNU/Linux avec les brevets (dans la pratique, ça ne sera "que" une société du monde GNU/Linux).

        Sachant que Red Hat avec "seulement" 800 salariés est un gros concurrent de Sun (au point que Sun propose les services de RedHat/SuSE), que Red Hat progresse régulièrement de plus de 30 % par an, qu'en sera-t-il dans 5 ou 6 ans avec Red Hat à 4 000 salariés ?
        Certe, 4 000 c'est encore peu par rapport à Sun. Mais 800 c'est déjà un problème car Red Hat profite de la communité du libre (et vice versa).
        Il y a la montée en puissance de Novell mais on manque encore de recul pour faire des projections.
        [ à propos de Novell et des brevets, Novell, qui a aussi plein de brevets, est 100 fois plus cool que Sun :
        http://www.novell.com/fr-fr/company/policies/patent/(...) ]

        La comparaison avec IBM est intéressante. IBM est dans son "virage" GNU/Linux depuis longtemps car IBM a pris consience qu'un élément clef "futur" est GNU/Linux. Sun avec OpenSolaris (+CDDL + brevets uniquement pour CDDL, etc), son absence totale en compétence GNU/Linux (contrairement à IBM) montre qu'il n'a pas envis de Linux (et pour longtemps).

        En quelque mots, pour moi, Sun est à côté de le plaque (même si OpenSolaris c'est mieux que Solaris sans source).


        Quand on annonce une erreur stratégique énorme, il est de "bon ton" de tenter d'expliquer d'où vient cette erreur.
        Selon moi, c'est relativement "stupide". Sun est vaniteux, imbus de sa personne. Sun pense que les gens sont admiratifs devant Solaris et vont se ruer sur OpenSolaris afin de de contribuer à ce chef oeuvre.
        De même, Sun sous-estime énormément GNU/Linux.

        J'ai souvent remarqué ça. Les gens qui sont "plongés" dans les Unix commerciaux considèrent de haut GNU/Linux. En général par méconnaissance. Sun en évitant constament GNU/Linux, méconnait GNU/Linux et donc le sous-estime.
        • [^] # Re: Encore...

          Posté par . Évalué à 10.

          Sun annoncerait qu'a moyen terme le meilleur de Solaris sera dans GNU/Linux et vice versa. À long terme, Sun pourrait carrément virer Solaris de son catalogue. Ainsi Sun aurait un OS réellement supporté par la communauté au-lieu de faire 98 % du développement eux-même.

          A mon avis c'est exactement ce que Sun ne veut pas.

          Si tous les avantages de Solaris se retrouvent sur Linux, quel avantage aura donc Sun pour vendre ses machines hors de prix ? Le fait que Linux etait a parite avec Solaris pour ce qui est de faire workstation/petit serveur a tue Sun sur ce marche, aider Linux a faire de meme sur les gros serveurs reviendrait a se tirer une balle dans le pied...

          J'ai souvent remarqué ça. Les gens qui sont "plongés" dans les Unix commerciaux considèrent de haut GNU/Linux. En général par méconnaissance. Sun en évitant constament GNU/Linux, méconnait GNU/Linux et donc le sous-estime.

          D'un certain cote(mainframes / gros serveurs critiques) ils ont des raisons valables, le probleme pour eux c'est que ce marche la (mainframes / gros serveurs) ne suffit pas a faire vivre un OS et Linux a atteint le niveau pour bouffer leurs parts de marche sur les petits / moyens serveurs, Linux est en train de leur faire ce que Windows a fait, monter gentiment les etapes et manger la concurrence en faisant la meme chose pour moins cher.
          • [^] # Re: Encore...

            Posté par . Évalué à -1.

            > Linux etait a parite avec Solaris pour ce qui est de faire workstation/petit serveur

            Ce type de phrase m'agace. Solaris à un avantage pour 1 % des configurations.
            Pour 99 % des configurations Linux est au moins aussi bon.

            Donc :
            petit serveur : 99 % -> Linux
            gros serveur : 1 % -> Sun

            Et pas petit serveur et gros serveur à 50 %.
            Faut le préciser lorsqu'on repond ce truc récurrent qui n'est vraiment plus significatif.
            • [^] # Re: Encore...

              Posté par . Évalué à 2.

              Ouais, mais la répartition des prix c'est pas 1%/99%, vu le prix des mainframes ...
            • [^] # Re: Encore...

              Posté par . Évalué à 2.

              Ce type de phrase m'agace. Solaris à un avantage pour 1 % des configurations.
              Pour 99 % des configurations Linux est au moins aussi bon.


              Non. Pour les petites configuration, ce qui compte, c'est :
              "Est-ce que ça marche?" et "Est-ce que j'ai les programmes qu'il me faut?".

              Le fait que Linux ait des tas d'autres logiciels/possibilités est ici totalement dépourvu d'intérêt (puique le client s'en fiche). Donc, oui, Linux et Solaris sont à parité pour ce qui est des petites configurations, ils répondent tous les deux à 100% des besoins.
        • [^] # Re: Encore...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          "Sun pense que les gens sont admiratifs devant Solaris et vont se ruer sur OpenSolaris afin de de contribuer à ce chef oeuvre."

          Je pense que c'est plutôt un effet de mode chez les grandes sociétés de libérer des produits qui n'interressent plus personne ou sinon, de moins en moins de gens.

          Un jour un commercial Computer Associates m'a fait un grand sourire en me disant que CA libérait leur base de données Ingres. Mais quel est l'intérêt de Ingres lorsque le libre dispose déjà de mysql ou postgresql (voire interbase ou sapdb qui sont aussi des produits libérés)? De même, solaris surpasse-t-il un linux ou un bsd? Je n'y crois pas.

          Les sociétés qui font ce genre d'actions, et régulièrement une nouvelle annonce de ce genre parait, espèrent avoir des retombées sur l'image de marque, toujours est-il que les produits ayant un réélle plus value ne sont pas libérés.
          • [^] # Re: Encore...

            Posté par . Évalué à 8.

            De même, solaris surpasse-t-il un linux ou un bsd? Je n'y crois pas.

            Ben selon les domaines il n'y a clairement pas photo, genre dynamic partitioning au hasard.
            Linux a encore pas mal de chemin a faire avant d'arriver a parite niveau features pour gros serveurs, ca viendra avec le temps mais il n'y est pas encore.

            A mon avis Sun n'a pas release Solaris car il n'y avait plus d'interet, au contraire. Ils l'ont release, en non-GPL, specifiquement car c'est ce qui leur donne leur difference, et ils veulent la garder(raison pour laquelle c'est non-GPL, pour eviter que ca atterisse dans Linux) tout en voulant se montrer plus transparent et essayer d'attirer a eux cette dynamique de l'open-source.
            • [^] # Re: Encore...

              Posté par . Évalué à 1.

              > A mon avis Sun n'a pas release Solaris car il n'y avait plus d'interet, au contraire. Ils l'ont release, en non-GPL, specifiquement car c'est ce qui leur donne leur difference, et ils veulent la garder(raison pour laquelle c'est non-GPL, pour eviter que ca atterisse dans Linux) tout en voulant se montrer plus transparent et essayer d'attirer a eux cette dynamique de l'open-source.


              En gros
              1- Sun se casse la gueule.
              2- Sun ne change rien ou presque (car la CDDL, son lobbying pro-brevet, etc tout ça ça calme plus d'un développeur).
              3- Sun se casse toujours la gueule.

              Dis nous où est l'intérêt de Sun dans ce status quo ?
              • [^] # Re: Encore...

                Posté par . Évalué à 3.

                Quelques développeurs de plus qui ne lui couteront rien.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Certe.
                  Mais ce n'est pas facile de se faire une "communauté".
                  Si avoir une communauté est important, il faut avoir une vue à plus long terme.
                  Red Hat a acheté sistina (cher, à 30 M$) qui avait des produits en proprio. Red Hat n'a pas laissé ces produits sous licence proprio "seulement" histoire de conserver une avance sur ces concurrents ou avoir un monopole sur ces technos.
                  Red Hat a mis le tout sous licence GPL.
                  Red Hat avait "Application Server" (après le rachat d'une boîte) et a tout mis en GPL. Je crois que maintenant le projet est géné via Jonas.

                  Red Hat n'en a pas pour autant perdu tout avantage. Red Hat a la maitrise technique et lorsque Red Hat propose une solution, ils sont "crédibles". Red Hat profite de la communauté. Ainsi, OpenGFS est pratiquement mort et tout le monde bossent sur GFS (et tout ses nombreux sous-éléments).
                  Mais, plus important, Red Hat a la confiance des développeurs du libre. Un développeur du libre est souvent un "militant". Nul doute que Alan Cox et autres hackers de haute volée trouveraient un poste très très très bien payé dans des boîtes qui font du propriétaire. Mais ils préfèrent bosser pour Red Hat (ou SuSE ou OSDL, etc évidemment) que de passer dans le côté "obscure".
                  Cette "confiance" qu'on les développeurs en Red Hat est un élément clef. Lorsqu'un employé de Red Hat fait "pression" sur ajouter un patch à Linux ou autre, personne y voit une démarche "machiavélique". Les gens se disent "c'est pour le business de Red Hat et Red Hat est un "gentif"". C'est tout.

                  Sun a obtenu de la "confiance" avec OpenOffice, son travail sur Gnome, nfs, partiellement avec java, etc. Mais Sun ne va presque rien obtenir avec OpenSolaris. Si OpenSolaris était le premier OS open source, ça changerait beaucoup. Mais ce n'est pas le cas.

                  Ce qu'il faut surtout voir, c'est que Red Hat et d'autres ne vont pas bosser sur OpenSolaris. Quand SuSE/Novell ou IBM fait un "truc" pour Linux ça profite à Red Hat (et vice versa). Quand tu fais un "truc" pour OpenOffice ça ne profite qu'à OpenSolaris et donc Sun. Ceux qui ont un intérêt dans OpenSolaris c'est Sun. Donc seul Sun (à 95% au moins) bossera sur OpenSolaris.

                  On ne peut pas être contre OpenSolaris. Mais je doute plus que sérieusement que ça va sortir Sun de la "merde".
            • [^] # Re: Encore...

              Posté par . Évalué à 0.

              > Ben selon les domaines il n'y a clairement pas photo, genre dynamic partitioning au hasard.

              Xen doit faire l'affaire :
              http://www.cl.cam.ac.uk/Research/SRG/netos/xen/index.html(...)

              Red Hat et Novell y travail. Xen sera dans FC4 et RHEL5 (ou RHEL4 + update).
              Utilisable en cluster. Déplacement de machines virtuelles entre machines.

              Le "dynamic partioning" c'est pour 0,01 % des serveurs.
              • [^] # Re: Encore...

                Posté par . Évalué à 3.

                Xen ne va rien changer.

                Le dynamic partitioning chez Solaris il te permet de migrer _dynamiquement_ des ressources d'une partition a l'autre.

                Tu te rends compte a midi qu'il te faut plus de CPU pour ta partition serveurs web, hop tu passes 4 CPU dessus, et tu les enleves a 20h, tout ca sans que l'OS ne s'arrete. Meme chose pour la RAM, ...

                Xen et Solaris ne joue pas dans la meme categorie.

                Le "dynamic partioning" c'est pour 0,01 % des serveurs.

                Oui, c'est bien pour ca que j'ai precise plus haut que Solaris n'avait des avantages que sur les gros serveurs.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à -3.

                  > Xen ne va rien changer.

                  Puisque tu le dis...
                  Lis la doc de Xen.
                  Si Red Hat (et d'autres) bossent dessus ce n'est pas pour faire tourner FreeBSD sous RHEL.
                  En host, le plus intéressant est de faire tourner Windows. Mais "comme d'hab" pour des raisons de propriété intellectuelle, etc, etc on ne peut pas faire tourner Windows avec Xen.
                  Xen est en phase alpha/beta mais il est prit en compte par Linux en upstream. Donc il sera de haut niveau dans quelques mois.

                  > Tu te rends compte a midi qu'il te faut plus de CPU

                  "renice" ce n'est pas assez "class".

                  > Xen et Solaris ne joue pas dans la meme categorie.

                  Puisque tu le dis...
                  Donc Sun peut dormir sur ses deux oreilles ?
                  Avant à propos de lvm, Linux et Solaris ne jouait pas dans la même catégorie et maintenant...
                  Tu connais l'histoire.
                  Ben il va se passer le même chose avec Xen.
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par . Évalué à 6.


                    "renice" ce n'est pas assez "class".


                    Franchement comparer ce que permet les gros serveur sun type E15K à un vulgaire renice, ca demontre sois une mauvaise foi absolue, soit une méconnaissance totale de se dont on parle.
                    • [^] # Re: Encore...

                      Posté par . Évalué à -3.

                      > Franchement comparer ce que permet les gros serveur sun type E15K à un vulgaire renice

                      C'est un peu "con con" comme réflexion.
                      Si t'as 16 CPU, et des 20 taches/services, tu fais comment ?
                      Fixer une priorité par machine virtuelle est beaucoup plus souple que d'affecter des CPU.
                      Si c'est pour comptabilité les resources utilisés fournit à un client, Linux le fait très bien aussi. Si des CPU sont dispos, il n'y a pas de raison de ne pas les utiliser.

                      > soit une méconnaissance totale de se dont on parle.

                      Je ne connais pas les serveurs haut de gamme. Mais une bête affectation de cpu ne me semble pas particulièrement évolué. Avoir quelque chose de plus souple ou qui s'adapte automatiquement me semble mieux.
                      • [^] # Re: Encore...

                        Posté par . Évalué à 5.

                        L'interet de ces serveurs haut de gamme, c'est que tu peut dynamiquement migrer des CPU.
                        Imagine par exemple un gros système, sur un serveur du reparti des instance de developpement, d'integration et de production. Et la, paf, un jour la production a besoin de beaucoup de puissance (par exemple parceque la base de donnée associé a un volume 10 fois plus grand que la dev), hop, tu prends une des cartes de la machine, et tu l'assigne, elle, ces cpu et ces cartes I/O, à l'instance de production. Le tout dynamiquement, sans rien arreter.
                        Ou encore, si un processeur grille (ok c'est pas tout les jours), tu peut pour ne pas perdre de puissance en prendre sur une autre instance moins critique, sans rien arrêter toujours, ce qui te permet d'assurer ton SLA et de ne pas payer de penalités....
                        Le vrai problème de ces machines au niveau souplesse, c'est que tu ne peut migrer que des "cartes mere" entieres, c'est à dire tout les processeur et toutes les I/O d'un coup, vers la meme partition. Tu ne peut pas mettre un processeur d'une carte sur une instance, et un autre sur une autre (en tout cas pas sur ce que je connait).

                        Mais definitivement, ca n'a rien à voir avec renice (qui existe aussi sur ces machines, je te rassure), ici la repartition est hardware.
                        • [^] # Re: Encore...

                          Posté par . Évalué à -1.

                          > Mais definitivement, ca n'a rien à voir avec renice (qui existe aussi sur ces machines, je te rassure), ici la repartition est hardware.

                          OK, là je comprend.

                          Sinon il y a xen (aussi utilisable avec renice :-)). Ce n'est pas encore "out of the box" mais c'est la voie que va suivre Linux il me semble.
                          M'enfin, pour faire une bonne analyse il faudrait aussi connaitre les solutions cluster de Linux et sur ce point je suis largué. Je me suis seulement renseigné sur Xen.
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Tiens j'ai raté celle là :
                    Avant à propos de lvm, Linux et Solaris ne jouait pas dans la même catégorie et maintenant...

                    Ben maintenant, en tout cas bientôt, solaris aura attrapé linux dans ce domaine en proposant directement un systeme du même type dans l'OS avec ZFS, ce qu'il n'avait pas avant et qui necessitait l'achat tres cher d'un truc tel que Volume mamager de Veritas (Et non, SDS n'est en rien comparable à LVM. C'est vraiment moins bien, de loin et pour rester poli).
                    • [^] # Re: Encore...

                      Posté par . Évalué à 0.

                      > Ben maintenant, en tout cas bientôt, solaris aura attrapé linux dans ce domaine en proposant directement un systeme du même type dans l'OS avec ZFS

                      Pour ma part, je n'ai pas vu grand chose. Si t'as des url à donner pour éclairer ma lanterne, je suis preneur (stp, pas des pub de Sun).

                      Maintenant Linux va plus loin :
                      http://sources.redhat.com/cluster/gfs/(...)

                      La différence entre Linux et Solaris c'est que Linux le fait avec n'importe quel FS (idéalement, il est bon que le FS supporte le redimensionnement à chaud). Sun le fait seulement avec ZFS. Ce qui est bizarre, ou il y a quelque chose que je n'ai pas compris.
                      • [^] # Re: Encore...

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Pour ma part, je n'ai pas vu grand chose.
                        Pareil à par des pub et une interview d'un developpeur, mais j'attends, apparement c'est bien avancé et ca va sortir (il n'ont quand même pas fait tout ce tapage pour rien)

                        Maintenant Linux va plus loin
                        Oui nativement, c'est inclus au noyaux, sous solaris il faut un produit veritas. Mais les filesystem SAN sont supportés depuis longtemps, ce n'est pas Linux qui les a inventés.

                        Ce qui est bizarre, ou il y a quelque chose que je n'ai pas compris.
                        D'aprés ce que j'ai compris ( a prendre avec des pincette), c'est tout simplement parce que le système type lvm qu'ils proposent est une "feature" native du FS , pas une surcouche comme LVM., ou Veritas VM.
                        • [^] # Re: Encore...

                          Posté par . Évalué à 0.

                          > Oui nativement, c'est inclus au noyaux

                          Pas vraiment. Ça utilise des daemon. Mais il faut aussi un support du noyau.

                          > Mais les filesystem SAN sont supportés depuis longtemps, ce n'est pas Linux qui les a inventés.

                          Oui. Je ne sais pas si je te comprend bien, mais j'ajouterai que Linux support SAN.

                          > pas une surcouche comme LVM.

                          LVM n'est pas une sur-couche du FS.
                          LVM fournit un périphérique block. Avec ce périphérique block, tu fais ce que tu veux. Par exemple formater une partition ext3 ou vfat.
                          • [^] # Re: Encore...

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Oui. Je ne sais pas si je te comprend bien, mais j'ajouterai que Linux support SAN.

                            En fait je voulais juste dire que je ne comprends pas en quoi "Linux va plus loin avec GFS" que les autres système SAN. C'est quoi l'avantage de GFS sur ce que proposent les filesystems SAN "classiques" (style GPFS, Highroad ...) qui existent depuis pas mal de temps ? A part qu'il est GPL bien sur.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Tu te rends compte a midi qu'il te faut plus de CPU pour ta partition serveurs web, hop tu passes 4 CPU dessus, et tu les enleves a 20h, tout ca sans que l'OS ne s'arrete. Meme chose pour la RAM, ...

                  Il me semble qu'IBM fait ca sur ses zSeries non ?
          • [^] # Re: Encore...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je ne suis pas un expert, mais mon impression, c'est que Solaris était loin devant Linux sur des gros systèmes (genre plus de 16 ou 32 processeurs), mais qu'avec Linux 2.6, et les travaux en cours pour faire des supercalculateurs sous Linux, ils sont en train de se faire rattraper, et doivent réagir si ils ne veulent pas se faire bouffer.
        • [^] # Re: Encore...

          Posté par . Évalué à 7.

          C'est toi qui fait preuve de méconnaissance et de mépris pour solaris...depuis quand on peut changer la RAM et le CPU à chaud sous Linux??Solaris le permet.
          Et c'est quoi cette vision du libre : "c'est libre mais commercialement c'est pas viable", c'est peut-être une question que devrait se poser Sun, mais pour nous, où est le problème, on devrait juste applaudir puisqu'on explique à longueur de temps les avantages du modèle de dev des logiciels libres sur les logiciels proprios, et quand je programme je le fous toujours en logiciel libre même si c'est pas viable commercialement!!
          De plus la GPL n'a pas été écrite par Dieu et révélée par Moïse, pourquoi les devs libres n'auraient pas envie de bosser sous Solaris juste parce que ce n'est pas en GPL?Si c'est libre c'est libre...
          Et si Solaris est supérieur techniquement pourquoi je ne l'utiliserais pas? j'ai dit à des milliers de personnes autours de moi que j'utilisais Linux parce que Window$ c'est de la merde....mais si Linux est moins bien qu'un autre je devrait le garder quand même? oui mais Linux est libre...oui mais l'autre l'est aussi!!!
          Donc je suis étonné du manque d'intérêt et de curiosité de certaines personnes qui passent leur temps à dire aux window$iens que justement ils manquent de curiosité de ne pas essayer Linux.
          Ce n'est pas ma vision de l'informatique, qui est innovante et non dogmatique.
          • [^] # Re: Encore...

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            De plus la GPL n'a pas été écrite par Dieu et révélée par Moïse, pourquoi les devs libres n'auraient pas envie de bosser sous Solaris juste parce que ce n'est pas en GPL?Si c'est libre c'est libre...

            Tout ce que tu dis est vrai.
            Mais (y'a toujours un "mais") il faut voir le tableau d'ensemble.
            Imagine que je lance un logiciel sous licence PG (patrick_g) qui est exactement comme la GPL sauf que c'est pas la GPL....mon logiciel est absolument libre + sa licence est virale....mais on peut pas utiliser son code dans un soft GPL et je peux pas utiliser de code GPL dans mon code PG !

            Plus il y a des licences libres virales qui ne sont pas la GPL et plus l'ecosystème du libre se fragmente ! il devient de plus en plus impossible d'utiliser le code des projets entre eux et d'améliorer les softs en partageant les meilleures idées.
            Si tu veux écrire un soft libre ayant une licence virale (pour éviter la récupération proprio) alors il faut utiliser la licence GPL !
            Du fait de la masse critique de logiciels disponibles sous cette licence c'est la seule solution logique pour que le libre avance.

            C'est vraiment la notion d'ecosystème qui est importante.
            Un OS comme OpenSolaris est indeniablement un OS libre....mais je ne peux utiliser son code dans un projet GPL => c'est donc un mauvais coup porté à l'écosystème dominant qui est l'écosystème GPL.
            OpenSolaris n'est evidemment pas un projet fondé sur le désir de partage (projet politique de Stallman) c'est juste un projet fondé sur le désir de ne rien partager avec Linux.
            • [^] # Re: Encore...

              Posté par . Évalué à 5.

              Si tu veux écrire un soft libre ayant une licence virale (pour éviter la récupération proprio) alors il faut utiliser la licence GPL !

              Oui car il y a un effet de masse qui fait que la GPL est la license "virale" la plus répandu. Mais certains s'en foute du coté viral (et d'etre repris par un soft proprio), il veulent juste faire du libre. Par exemple les ptit gars des BSD.
            • [^] # Re: Encore...

              Posté par . Évalué à 7.

              Imagine que je lance un logiciel sous licence PG (patrick_g) qui est exactement comme la GPL sauf que c'est pas la GPL....mon logiciel est absolument libre + sa licence est virale....mais on peut pas utiliser son code dans un soft GPL et je peux pas utiliser de code GPL dans mon code PG !

              Oui, mais le developpeur si il est uniquement interesse par l'aspect technologique et pas par l'aspect "religieux", il s'en fout de ca. Moi par exemple, que ce soit OpenSolaris ou Linux c'est kifkif, je prendrais celui qui me plait technologiquement, je m'en tapes que la licence soit GPL, CDDL ou XYZ tant qu'on me force pas a donner mes 2 reins pour utiliser le soft.

              OpenSolaris n'est evidemment pas un projet fondé sur le désir de partage (projet politique de Stallman) c'est juste un projet fondé sur le désir de ne rien partager avec Linux.

              Dans ce cas on peut dire aussi que Linux(et le projet GNU en fait) est un projet fonde sur le desir de ne rien partager avec les xxxBSD vu qu'il est impossible de passer le code GPL en BSD.

              A mon avis il faudrait voir a arreter de voir negativement tout ce qui n'a pas l'appelation d'origine controllee GPL, il n'y a pas que la GPL dans la vie, et si ce n'est pas GPL ce n'est pas forcement dangereux pour la GPL
              • [^] # Re: Encore...

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Oui, mais le developpeur si il est uniquement interesse par l'aspect technologique et pas par l'aspect "religieux", il s'en fout de ca.

                Je ne dirais pas "religieux" je dirais plutôt "moral"....et j'espère que, comme tout un chacun, tu t'interesse à l'aspect moral des tes actions (sinon t'est un psychopathe ;-) ).

                Dans ce cas on peut dire aussi que Linux(et le projet GNU en fait) est un projet fonde sur le desir de ne rien partager avec les xxxBSD vu qu'il est impossible de passer le code GPL en BSD.

                Ce n'est pas la même chose.
                La BSD permet la récupération par des boites propriétaires et le non partage de ces améliorations propriétaires.
                La GPL veut éviter cette propriétarisation des améliorations.
                Elle adopte donc un caractère viral pour que la liberté demeure ad vitam aeternam.
                Une fois que ce dinstinguo est fait entre les 2 conceptions de la liberté (toutes 2 légitimes) pourquoi créer une réplique pure de la GPL qui est uniquement concue pour ne pas partager avec les softs GPL ? c'est antinomique avec le fondement de la GPL qui est le partage !

                Le fait que OpenSolaris roxor ou pas et alors secondaire quand on se rend compte que sa licence est fondé sur l'idée de non partage avec l'immense réservoir de code existant.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à 4.

                  > Elle adopte donc un caractère viral

                  "caratère viral" ce n'est pas une invention de MS ?

                  La GPL n'a rien de viral.

                  Mets deux projets côte à côte.
                  Le projet A sous GPL et le projet B sous licence X.
                  Laisses mijoter à feux doux.
                  Reviens 2 heures plus tard.
                  Le projet B est toujours sous licence X.

                  Je n'ai pas connaissance d'un projet qui a changé de licence à cause d'un soit disant "caractère viral" de la GPL.
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    bon c'est vrai que l'expression n'est peut-être pas idéale....mais elle exprime bien l'idée que si je prends du code GPL dans mon appli alors mon appli doit être sous licence GPL.
                    y'a bien la notion d'inoculation de la liberté ;-)

                    Je propose d'employer l'expression : "le caractère vaccinal de la GPL !"
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par . Évalué à 1.

                    viral dans le sens ou si tu introduis du code gpl dans un projet, il doit devenir GPL (s'il ne l'est pas deja, evidemment).

                    comme un virus que tu introduis dans un organisme qui va modifier l'organisme pour qu'il devienne a son image.
                    c'est sur que si tu laisse le virus en dehors de tout organisme, il va pas faire grand chose.

                    et a l'inverse de la licence bsd.

                    bref, je vois pas ce qu'il ya de mal a dire que la gpl est virale.
                    • [^] # Re: Encore...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      "Viral" évoque un virus qui, en informatique ou dans la vie, est une chose très négativement connotée. Et les connotations, en communication, c'est extrêmement important...
                    • [^] # Re: Encore...

                      Posté par . Évalué à 3.

                      > viral dans le sens ou si tu introduis du code gpl dans un projet, il doit devenir GPL (s'il ne l'est pas deja, evidemment).

                      Ça serait trop beau...
                      J'ajoute un peu de code GPL à OpenSolaris et "hop" ça devient GPL.
                      J'ai bien envis de faire ça avec MS-Office.

                      Tu parles de quelque chose d'illégal. Si tu mets du code GPL dans MS-Office, tu dois le retirer pour la simple raison que tu n'as pas le droit de le faire. Si MS veut ton code, MS doit passer tout MS-Office sous GPL. MS doit passer MS-Office sous GPL AVANT que tu intègres le code dans MS-Office. Réciproquement pour que MS ajoute du code sous sa licence proprio à Linux, MS doit changer la licence de Linux AVANT.

                      La GPL(ite) n'est pas contagieuse et il n'y a pas de vaccins.
                      Les scientifiques sont tous d'accord, la GPL(ite) n'est pas une maladie.
                      • [^] # Re: Encore...

                        Posté par . Évalué à 0.

                        ben oui, c'est exactement ca.
                        je pars tout de meme du principe que tu es le proprietaire du projet pour faire quelque chose comme ca.

                        si sun introduit du code GPL dans solaris, ils doivent alors le distribuer sous GPL.
                        idem pour office.

                        la gpl n'est pas contagieuse, mais elle est bouffe bien l'organisme qui l'accueille, et ca c'est un comportement viral.

                        et je n'ai rien a cirer de la conotation dans le grand public du mot virus, ca reste un comportement viral.
                        • [^] # Re: Encore...

                          Posté par . Évalué à 1.

                          > la gpl n'est pas contagieuse, mais elle est bouffe bien l'organisme qui l'accueille, et ca c'est un comportement viral.

                          T'as fumé ou quoi ?
                          Tu décides de ton propre chef de t'injecter le "virus" et après tu t'injecte le virus externe que tu as aussi toi-même décidé de t'injecter.

                          C'est viral ? Quand j'attrape un virus, ça ne se passe pas comme ça.

                          La GPL n'a rien bouffé du tout. TU as décidé de mettre le projet sous GPL. Si tu ne prend pas cette désicion, le projet n'est pas sous GPL et les éventuels code sous GPL doivent être viré à cause de TA licence. La GPL n'est pas plus prioritaire qu'une autre licence. La GPL n'est pas un passe droit sur les lois sur les droits d'auteurs.

                          Si la GPL est viral alors beaucoup de licences le sont aussi et notament la CDDL.
                          • [^] # Re: Encore...

                            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                            > les éventuels code sous GPL doivent être viré à cause de TA licence.

                            Non, l'interdiction vient bien de la GPL. Donnes-moi la clause de la CDDL qui interdit d'avoir du code GPL dans ton projet si tu affirmes le contraire.

                            > notament la CDDL.

                            La CDDL est "virale" fichier par fichier, c'est a dire qu'un fichier contenant du code CDDL doit être CDDL. Mais la CDDL ne dit rien sur les autres fichiers du projet.
                            • [^] # Re: Encore...

                              Posté par . Évalué à 2.

                              > Non, l'interdiction vient bien de la GPL. Donnes-moi la clause de la CDDL qui interdit d'avoir du code GPL dans ton projet si tu affirmes le contraire.

                              C'est bête ce que tu dis. Elles sont incompatibles.

                              Essais de faire rentrer un carré dans un trou rond et ça rendrera pas. C'est de la faute au carré ou au rond ?

                              Tu es en train de dire :
                              - C'est de la faute aux démocraties si elles ne sont pas compatible avec les dictatures.
                              - C'est de la faute aux trous ronds si on ne peut pas mettre de carrés de dedans.

                              La GPL existait avant la CDDL. Si la GPL c'est "rond", Sun a décidé de faire des carrés (pour ne pas entrer dans les ronds qui existaient déjà).

                              Si tu dis que c'est de la faute à la GPL, alors tu dois dire que c'est grace à la BSD si la CDDL est compatible BSD et que c'est aussi grace à la GPL qu'il y a plein d'autres licences compatibles GPL. Ça n'a aucun sens de dire ça.

                              Ce n'est pas de la "faute" à la GPL ou CDDL mais c'est clairement intentionnel de la part de Sun. Sun connait parfaitement la GPL et d'ailleurs l'utilise aussi.

                              Sun avais le choix d'être compatible ou non avec la GPL. Ils ont décidé de ne pas être compatible GPL et de ne pas être compatible avec la majorité des projets libre. Ce n'est pas la GPL qui a prit cette décision puisque la GPL existait _avant_ la CDDL. Quoiqu'il en soit, si la CDDL existait avant la GPL, ceux qui ont rédigé la GPL aurait peut-être toujours fait une licence incompatible avec la CDDL. L'objectif de la GPL n'est pas d'être compatible avec toutes les licences de la planète (ni la CDDL d'ailleurs). L'objectifs de la GPL est de défendre les droits des utilisateurs et des développeurs. On ne peut que constater que c'est une réussite.

                              La GPL c'est une licence avec des droits et contraintes.
                              La CDDL c'est une licence avec des droits et contraintes.

                              Tu peux discourir sur les avantages respectif de chaqu'une des licences. Mais le discours c'est de la faute à la licence X si elle n'est pas compatible avec la licence Y n'a pas de sens.

                              Mais c'est bien de la """faute""" à Sun si ils utilisent une licence incompatible avec la GPL. C'est leur décision. Comme c'est de la """faute""" à Sun d'avoir choisi la GPL pour OpenOffice.

                              Si tu pouvais dire pourquoi Sun a pris cette décision, ça serait très intéressant.
                              • [^] # Re: Encore...

                                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                La GPL, ça n'est pas un trou rond, c'est un trou avec marqué « interdit de mettre autre chose que des ronds » dessus. C'est un choix délibéré de la GPL de se rendre incompatible avec tout ce qui n'est pas la GPL. (c'est tout simplement écrit dedans)

                                > Mais c'est bien de la """faute""" à Sun si ils utilisent une licence incompatible avec la GPL.

                                Ils l'ont visiblement choisi (ou alors, ils sont cons ;-). Mais c'est une clause de la GPL qu'ils exploitent pour se rendre incompatibles.

                                > Si tu pouvais dire pourquoi Sun a pris cette décision, ça serait très intéressant.

                                L'explication la plus vraissemblable, c'est d'éviter de donner du code a Linux. Ca peut se comprendre, vu que la mise en open source de Solaris a principalement pour but d'éviter que Solaris se fasse bouffer par Linux ...
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Tu n'as pas connaissance non plus d'un projet sous GPL qui aurait aimé utiliser du code non GPL, mais qui ne peux pas pour des questions de licences ?

                    Ni d'un soft non GPL qui aurait aimé utiliser du code GPL mais qui ne peut pas ?

                    Bien sur, en général, ca se traduit par un refus d'utiliser le code plutot que par un changement de licence, mais si tu n'as jamais entendu parler des problèmes de licences dont je parle, tu as du rater quelque chose.
                    • [^] # Re: Encore...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Tiens c'est rigolo ça.
                      J'ai entendu parler de plein de projets (et de menaces et de procès...) qui auraient aimé utiliser du code proprio (ou qui auraient utilisés...) et qui ne le peuvent pas parce que le code est propriétaire.
                      Bien sûr en général ça se traduit par la réécriture du code nécessaire ou le rachat de l'entreprise, mais si tu n'as jamais entendu parler des problèmes de licences dont je parle, tu as du rater quelque chose. ;-)

                      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

                      • [^] # Re: Encore...

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Ca existe oui, mais le plus drole c'est que c'est moins le cas qu'avec la GPL.

                        Prends les librairies que MS livre avec Windows par exemple. Tu peux toutes les utiliser dans tes softs sans devoir verser le moindre centime a MS ni devoiler tes sources.

                        La LGPL le permet ca, mais la GPL en elle meme c'est pas le cas.
                        • [^] # Re: Encore...

                          Posté par . Évalué à 1.

                          > Ca existe oui, mais le plus drole c'est que c'est moins le cas qu'avec la GPL.

                          Comment tu fais pour affirmer ça ?
                          Par définition les logiciels close source n'ont pas les sources. Je suis sûr qu'il a souvent du code GPL dedans mais c'est impossible de le vérifier.

                          > Prends les librairies que MS livre avec Windows par exemple. Tu peux toutes les utiliser dans tes softs sans devoir verser le moindre centime a MS ni devoiler tes sources.

                          C'est bête et c'est faux.
                          Tu peux utiliser les librairies LGPL (la grand majorité, il n'y a qu'une minorité sous GPL, notament Qt) dans "dévoiler tes sources".
                          Oracle, DB2, etc sont disponibles sous Linux et ne fournissent pas les sources.

                          De plus avec la LGPL tu peux modifier les librairies. Avec MS tu ne peux pas.
                          Les librairies MS ne sont pas freeware. Il est interdit d'utiliser les librairies MS sans licence MS (que tu as payé en achetant Windows, MS-Office, etc). Aucune distribution ne fournit de librairie MS même si des programmes peuvent les utiliser ; wine et mplayer par exemple.

                          Les librairies MS ne sont pas gratuites. Ça se saurait sinon.
                          • [^] # Re: Encore...

                            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                            > Je suis sûr qu'il a souvent du code GPL dedans mais c'est impossible
                            > de le vérifier.

                            Sauf si tu as des éléments pour affirmer ça c'est du gros FUD. à éviter.

                            Marrant, il dit "La LGPL le permet ca, mais la GPL en elle meme c'est pas le cas." et tu lui répond "c'est faux, tu peux utiliser les librairies LGPL". Tu as lu ce qu'il a écrit ou tu répond "non" par principe ?
                            Ce qu'il dit est vrai (savoir si c'est souhaitable/moral ou pas est une autre histoire).

                            > Les librairies MS ne sont pas gratuites. Ça se saurait sinon.

                            Marrant, pourtant on arrête pas de dire ici que le libre est différent du gratuit est ce qui est important c'est la liberté, pas la gratuité. Mais visiblement quand on arrive a bout d'argument ça finit par "c'est pas gratuit".
                            Note : il est aussi interdit d'utiliser Gnome sans licence, il est aussi interdit d'utiliser Linux sans licence. Il n'y a pas à s'étonner qu'il soit interdit d'utiliser MS sans licence. Et pour le fait que MS fasse payer son travail, même RMS n'y trouverait rien à y redire.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Je ne dirais pas "religieux" je dirais plutôt "moral"....et j'espère que, comme tout un chacun, tu t'interesse à l'aspect moral des tes actions (sinon t'est un psychopathe ;-) ).

                  Personnellement je ne vois rien de moral dans la GPL, c'est une licence comme les autres pour moi.

                  La GPL veut éviter cette propriétarisation des améliorations.
                  Elle adopte donc un caractère viral pour que la liberté demeure ad vitam aeternam.


                  C'est bien ce que je dis, la GPL est fait expres pour ne pas partager avec xxxBSD et autres. Ils ne partagent qu'avec ceux qui ont le meme point de vue qu'eux, en fait comme Sun quoi.
                  Quand a cette histoire de liberte, je suppose que tu le sais deja, mais pour moi la GPL n'a rien a voir avec la liberte.
                  Tiens un exemple, perso je suis libre de creer un soft encapsulant au hasard le composant COM d'IE, et je n'ai pas besoin de devoiler mes sources. De mon point de vue, la licence de MS est plus libre que la GPL !
                  Comme quoi la liberte de la GPL, ca depend du point de vue.

                  Une fois que ce dinstinguo est fait entre les 2 conceptions de la liberté (toutes 2 légitimes) pourquoi créer une réplique pure de la GPL qui est uniquement concue pour ne pas partager avec les softs GPL ? c'est antinomique avec le fondement de la GPL qui est le partage !

                  Parce que Sun a ses raisons et c'est son droit.
                  La GPL ne partage pas avec certains, pourquoi donc devrait on critiquer la licence de Sun car elle ne partage pas avec la GPL ?

                  Le fait que OpenSolaris roxor ou pas et alors secondaire quand on se rend compte que sa licence est fondé sur l'idée de non partage avec l'immense réservoir de code existant.

                  Si l'immense reservoir de code existant est sous une licence qui ne plait pas, c'est tout a fait normal.
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par . Évalué à 1.

                    > Tiens un exemple, perso je suis libre de creer un soft encapsulant au hasard le composant COM d'IE, et je n'ai pas besoin de devoiler mes sources. De mon point de vue, la licence de MS est plus libre que la GPL !

                    Depuis quand libre est un synonyme de "je fais ce que je veux". Dans les pays "libres" il y a des contraintes à respecter, on n'y fait pas tout et n'importe quoi.

                    De plus ton exemple c'est du n'importe quoi.
                    Pour faire ce que tu dis tu dois acheter Windows, les outils de développement, respecter des licences strictes, etc.
                    Et si tu veux porter ton programme sous Linux ?
                    => tu ne peux pas .

                    Les logiciels GPL sont un modèle de liberté par rapport aux produits MS. Avec MS il faut payer, ne pas copier, ne pas modifier, ne pas faire ingénerie à rebour, etc...
                    Parler de la liberté "offerte" par MS en parlant de la GPL est une "insulte" à la GPL.

                    La (L)GPL dit :
                    - tu as les binaires, tu peux utiliser, copier, accéder aux sources, les modifier et pour les versions futur tu auras toujours ces libertés/droits.
                    La CDDL dit :
                    - tu as les sources, tu peux utiliser, copier, modifier et pour les versions futur on ne sait pas trop.

                    La GPL promeut plus la liberté (accessible à une majorité de gens) que la CDDL (oublions MS).
                    • [^] # Re: Encore...

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Depuis quand libre est un synonyme de "je fais ce que je veux". Dans les pays "libres" il y a des contraintes à respecter, on n'y fait pas tout et n'importe quoi.

                      Ah ben voila, ta definition de liberte c'est la liberte que tu veux bien accorder, les gens qui veulent des libertes differentes de celles que tu veux donner, eux ils n'ont pas droit au chapitre.

                      De plus ton exemple c'est du n'importe quoi.
                      Pour faire ce que tu dis tu dois acheter Windows, les outils de développement, respecter des licences strictes, etc.
                      Et si tu veux porter ton programme sous Linux ?
                      => tu ne peux pas .


                      Quel est le rapport entre acheter un OS, des outils de developpement(qui sont gratuit en passant) et les libertes de la GPL ? Quand a respecter des licences strictes, j'ai le meme probleme avec la GPL, elle est stricte de mon point de vue.
                      Quand a porter le soft sous Linux, de nouveau, quel rapport ? Le soft serait sous AIX (ou c'est la meme chose : tu peux linker avec a peu pres tout sans filer les sources) ca serait facile a porter.

                      Les logiciels GPL sont un modèle de liberté par rapport aux produits MS. Avec MS il faut payer, ne pas copier, ne pas modifier, ne pas faire ingénerie à rebour, etc...
                      Parler de la liberté "offerte" par MS en parlant de la GPL est une "insulte" à la GPL.


                      Ne pas payer c'est pas une liberte, c'est un privilege.
                      Quand aux autres "libertes", oui, mais moi je m'en bats deces libertes, celle qui m'interesse elle manque dans la GPL et elle est presente dans la licence MS.
              • [^] # Re: Encore...

                Posté par . Évalué à 4.

                > Oui, mais le developpeur si il est uniquement interesse par l'aspect technologique

                Avec la GPL il (le développeur) sera content de pourvoir utiliser tous les excellents codes sous GPL (beaucoup plus nombreux que ce qui existe(ra) sous OpenSolaris).
                Il sera content de pouvoir compter sur l'appui d'autres développeurs. S'il fait un programme que les autres développeurs ne peuvent utiliser pour leurs projets GPL, ils ne vont probablement pas l'aider.

                Avec CDDL il doit se contenter de Sun. Et encore, il doit se contenter du code que Sun a bien voulu mettre sous CDDL (ce qui actuellement est inconnu, sauf pour DTrace). Bien que Sun participe à Gnome et a principalement developpé OpenOffice, il ne pourra utiliser le code de ces projets. La capacité de division de cette licence (judicieusement décrit par patrick_g) divise même au sein des projets développés par Sun.

                la CDDL a aussi cette "cerise" :
                The CDDL contains patent defense language: if you sue a copyright holder for patent infringement, you can lose your rights to use the code under the license. In any patent litigation settlement talks, the value of the patent license granted by the CDDL must be taken into account - essentially, the party initiating the lawsuit loses any patent license granted by the CDDL. There is one other strange term:

                6.4. In the event of termination under Sections 6.1 or 6.2 above, all end user licenses (excluding distributors and resellers) that have been validly granted by You or any distributor hereunder prior to termination (excluding licenses granted to You by any distributor) shall survive termination.
                So if you are a software distributor, and you got the code from somebody who later turns around and sues Sun, you can lose your rights to the software under the license.


                Ce n'est pas vraiment une licence "neutre". Si tu as un projet "très existant" tu ne pourras pas compter sur l'appuis d'IBM ou d'autres concurrents de Sun.


                > et pas par l'aspect "religieux"

                La GPL n'est pas une religion. C'est une licence :
                http://www.gnu.org/licenses/gpl.html(...)


                > Moi par exemple, que ce soit OpenSolaris ou Linux c'est kifkif

                Donc tu as essayé OpenSolaris.
                Tu as quelques réflexions ou un avis à partager sur OpenSolaris ?
                Avec GNU/Linux on a un système complet et libre.
                Idem avec OpenSolaris ?


                > Dans ce cas on peut dire aussi que Linux(et le projet GNU en fait) est un projet fonde sur le desir de ne rien partager avec les xxxBSD vu qu'il est impossible de passer le code GPL en BSD.

                On peut le dire. Ça n'a pas été la volonté de la GPL ni du projet GNU. Ça a été un "effet de bord". La GPL n'a pas pour objectif de permettre de reprendre du code, le modifier, le compiler, et distribuer uniquement les binaires. Si c'est ce que tu veux, utilises la BSD (pour le plaisir de MS qui pourra faire des affaires avec ton code sans rien te donner en retour). Beaucoup de développeurs n'aiment pas la BSD à cause de ça et choisissent la GPL. La religion n'a rien à voir avec ce choix ; si c'était le cas, ça se serait (via des blogs, d'églises érigées au dieu GNU, de saintes écritures, etc). De même ceux qui choisissent la BSD ne le font pas dans un élan religieux.

                Beaucoup de code est partagé entre GNU et xxxBSD. Il suffit que le code soit sous double licence. Il y a beaucoup de drivers sous Linux qu'on retrouve sous xxxBSD.

                A titre d'exemple, je vais prendre la glibc.
                La licence :

                This file contains the copying permission notices for various files in the
                GNU C Library distribution that have copyright owners other than the Free
                Software Foundation. These notices all require that a copy of the notice
                be included in the accompanying documentation and be distributed with
                binary distributions of the code, so be sure to include this file along
                with any binary distributions derived from the GNU C Library.

                ^L
                All code incorporated from 4.4 BSD is distributed under the following
                license:

                Copyright (C) 1991 Regents of the University of California.
                All rights reserved.

                Redistribution and use in source and binary forms, with or without
                modification, are permitted provided that the following conditions
                are met:
                (...)




                Pour le rapport CDDL/GPL, la CDDL n'existait pas lorsque la GPL a été créé. Donc on ne peut pas dire que la GPL est intentionnellement incompatible avec la CDDL ou le sous-entendre avec tes comparaison GPL/BSD. Comme on ne pas dire que la GPL est intentionnellement compatible avec une nouvelle licence qui est sorti bien après la GPL. C'est l'inverse. Par contre il n'est pas "irréaliste" de penser que la CDDL a été volontairement faite pour être incompable avec la GPL. Pour ce il y a plusieurs raisons.

                Les projets qui veulent être compatibles GPL, utilisent une licence pour être compatible GPL et réciproquement les projets qui ne veulent pas être compatibles GPL, utilisent une licence incompatible avec la GPL.

                Au-lieu de "jeter" la pierre à la GPL dans l'incompatibilité CDDL/GPL, ce qui est totalement infondé comme énoncé précédement, expliques pourquoi il était nécessaire à Sun de faire la CDDL de façon à ce qu'elle soit incompatible avec la GPL (et donc la majorité des projets qui compose un système GNU/Linux).

                Es-ce un effet de bord ?
                Quelle est la cause de cet effet de bord ?
                Es-ce intentionnel ?
                Pourquoi ?

                Je ne crois pas à l'effet de bord car beaucoup de projets savent concilier leurs exigences et la compatibilité GPL.
                La solution la plus courante est d'utiliser une double licence. Mozilla le fait par exemple. Netscape n'est pas GPL et donc il n'y a pas les sources de Netscape. Mais Mozilla/Firefox reste GPL et les utilisateurs profitent de tous les avantages de la GPL.

                > et si ce n'est pas GPL ce n'est pas forcement dangereux pour la GPL

                Les gens le savent. Il y a plein de licence non GPL mais compatible GPL :
                http://www.gnu.org/licenses/license-list.html#GPLCompatibleLicenses(...)
                Je compte 27 licences compatibles avec la GPL et 34 incompatibles avec la GPL.
                Ici on ne compte pas les combinaisons de licence qui permettent d'être compatible GPL.

                Mais une licence supplément peut-être utilisé pour diviser le libre comme l'a expliqué patrick_g et aussi protéger son business des concurrents (ce qui est à l'opposé de l'esprit de la GPL).

                Contrairement à moi, la division dans le logiciel libre te fais plaisir.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Avec la GPL il (le développeur) sera content de pourvoir utiliser tous les excellents codes sous GPL (beaucoup plus nombreux que ce qui existe(ra) sous OpenSolaris).
                  Il sera content de pouvoir compter sur l'appui d'autres développeurs. S'il fait un programme que les autres développeurs ne peuvent utiliser pour leurs projets GPL, ils ne vont probablement pas l'aider.


                  Aujourd'hui oui car la CDDL n'a meme pas une semaine, on verra dans qqe mois/annees

                  Donc tu as essayé OpenSolaris.
                  Tu as quelques réflexions ou un avis à partager sur OpenSolaris ?
                  Avec GNU/Linux on a un système complet et libre.
                  Idem avec OpenSolaris ?


                  Je te l'ai deja dit, le cote libre je m'en bats les c**illes. J'ai Solaris a la maison tout comme Linux, pour coder je preferes utiliser Linux a Solaris car mon PC est plus rapide que mon Ultra10 mais a part ca pas grande difference.

                  On peut le dire. Ça n'a pas été la volonté de la GPL ni du projet GNU. Ça a été un "effet de bord". La GPL n'a pas pour objectif de permettre de reprendre du code, le modifier, le compiler, et distribuer uniquement les binaires

                  Ben tu te contredis la, si l'objectif est d'empecher de redistribuer les binaires, la GPL est donc anti-BSD volontairement.

                  Au-lieu de "jeter" la pierre à la GPL dans l'incompatibilité CDDL/GPL, ce qui est totalement infondé comme énoncé précédement, expliques pourquoi il était nécessaire à Sun de faire la CDDL de façon à ce qu'elle soit incompatible avec la GPL (et donc la majorité des projets qui compose un système GNU/Linux).

                  Moi mon probleme c'est que les gens critiquent la CDDL car elle est incompatible avec la GPL, alors que la GPL elle-meme est incompatible avec un tas de licences, tout ca car la GPL c'est la licence adoree et reveree, je trouves que ca fait legerement 2 poids 2 mesures.
                  Si ceux qui supportent la GPL trouvent normal qu'elle soit incompatible avec xyz, ils devraient accepter que d'autres gens fassent des licences incompatibles avec la GPL aussi.

                  Contrairement à moi, la division dans le logiciel libre te fais plaisir.

                  J'en ai rien a battre des divisions du LL, ca aussi c'est un grand probleme que vous avez, vous sentir attaque constamment des que vous entendez un truc qui ne vous fait pas plaisir, et c'est gonflant a la longue. Si vous pouviez accepter de temps en temps que des gens ont des opinions differentes et que ce n'est pas dans le but de vous emmerder ca serait bien.
                  • [^] # Re: Encore...

                    Posté par . Évalué à -1.

                    > Moi mon probleme c'est que les gens critiquent la CDDL car elle est incompatible avec la GPL

                    Ce qui est principalement critiqué, c'est le choix fait par Sun d'utiliser une licence incompatible GPL.

                    > alors que la GPL elle-meme est incompatible avec un tas de licences

                    Et tout un tas de licences est incompatible avec la GPL. Ça n'est pas à sens unique. Dire que c'est de la faute à la GPL lorsque qu'une autre licence est incompatible avec la GPL revient aussi à dire que c'est de la faute à l'autre licence si elle est incompatible avec la GPL. Il ne faut oublier ça.

                    > tout ca car la GPL c'est la licence adoree et reveree,

                    Tu n'y es pas.
                    Ce qui compte, c'est le pourquoi elle est "adorée et vénérée" (en fait "apprécié", il n'y a rien d'irrationnel dans tout ça).
                    Si Linux n'était pas sous GPL, il y aurait plein de Linux sans les sources. Solaris utiliserait peut-être même un noyau Linux mais sans les sources et les libertés/droits accordés par le GPL, c'est-à-dire :
                    - liberté/droit d'utiliser, de copier, d'accéder aux sources, de modifier et ça pour toutes les versions.
                    Voilà ce que les gens j'aiment dans la GPL. Ça leur donne ces libertés/droits. Le but de la GPL n'est pas donner un maximum de liberté à un développeur (ou une société) dans un coin mais de donner un maximum de liberté à un maximum de personne. Et ça marche. Voilà pourquoi les gens aiment la GPL.
                    Avec la BSD, il y a beaucoup de liberté pour le développeur (qui peut décider de ne fournir que les binaires par exemple) mais moins pour les utilisateurs. Si tu as une version de X.org binaire sans les sources, tu n'as pas la liberté/droit de consulter les sources et évidement de les modifier.
                    La GPL est contraignante pour un minorité de personne (les développeurs notamment) afin de ne pas donner la """liberté""" de diminuer les libertés de l'utilisateur. C'est ce point que tu ne comprends pas (ou ne veut pas comprendre).

                    > je trouves que ca fait legerement 2 poids 2 mesures.

                    Tu n'as toujours pas compris l'intérêt de la GPL.

                    > ils devraient accepter que d'autres gens fassent des licences incompatibles avec la GPL aussi.

                    T'as vu des manifestations dans la rue ? Tu as vu une "cyber" manifestation avec des sites en grève ?
                    On accèpte que Sun utilise une licence incompatible GPL (d'ailleurs on n'a pas le choix).
                    Mais ceux qui aime le libre (et pas seulement la liberté de faire des trucs dans son coin) n'aiment pas le choix fait par Sun.

                    > le cote libre je m'en bats les c**illes.
                    > J'en ai rien a battre des divisions du LL

                    Ben casses toi d'ici.

                    > Si vous pouviez accepter de temps en temps que des gens ont des opinions differentes et que ce n'est pas dans le but de vous emmerder ca serait bien.

                    Ceux qui sont ici, sont préoccupés par le libre. Pour faire la promotion ou discuter de ce qui n'est pas libre il y a d'autres sites.
                    De plus tu es accèpté puisque tu es ici.
                    T'as le droit de ne pas être d'accord avec les autres, autorises les autres de ne pas être d'accord avec toi.
                • [^] # Re: Encore...

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Avec la GPL il (le développeur) sera content de pourvoir utiliser tous les excellents codes sous GPL (beaucoup plus nombreux que ce qui existe(ra) sous OpenSolaris).
                  Il sera content de pouvoir compter sur l'appui d'autres développeurs. S'il fait un programme que les autres développeurs ne peuvent utiliser pour leurs projets GPL, ils ne vont probablement pas l'aider.


                  Mais personne n'a attendu que Solaris soit libre pour utiliser des logiciels libres dessus, quelle qu'en soit la licence ! Il y a certainement aujourd'hui bien plus de codes sous GPL que sous d'autres licences libres, mais Solaris c'est un système d'exploitation. Donc à mon niveau j'attends avec impatience la première distribution (qui ne manquera pas d'apparaître) GNU/OpenSolaris (GNU pour les outils, et OpenSolaris pour l'OS, c'est déjà pour cette distinction que Stallman a imposé l'appellation GNU/Linux). Si elle est plus efficace que GNU/Linux (a prouver, mais ça m'étonnerait pas), on va tous y gagner ! Sauf ceux qui ont déjà contribué au noyau Linux ou appelé directement ses fonctions dans leurs programmes. Ouais, va pas y avoir grand monde.
          • [^] # Re: Encore...

            Posté par . Évalué à 3.

            depuis quand on peut changer la RAM et le CPU à chaud sous Linux??


            Pour le CPU, depuis le 2.5.quelquechose, je dirais...
            (cd /usr/src/linux-2.6.10 && grep -r CONFIG_HOTPLUG_CPU * devrait t'en convaincre.)

            Par contre, pour la RAM, pas encore :(
  • # Gentoo/OpenSolaris

    Posté par . Évalué à -2.

    On remarquera gentoo toujours à la pointe de la technologie ( ou de la connerie je me demande parce que gentoo avec kernel freebsd je trouve ca toujours aussi con ... -- gentoo user )

    http://www.gentoo.org/news/en/gwn/20050124-newsletter.xml(...)
    Gentoo/OpenSolaris

    Only few hours ahead of the first of many components of the complete Solaris source code being publicly released under Sun's brand new, OSI-approved CDDL open-source license, Gentoo is pleased to announce plans to add OpenSolaris support to Portage. Gentoo Senior Manager and OpenSolaris pilot program participant, Pieter Van den Abeele, has been working closely with Sun's management, legal and engineering teams to prepare this move. Gentoo will be leveraging the hard work of long-time Solaris users and Gentoo Developers-in-training Sunil Kumar and Jason Wohlgemuth, whose "Portaris" project has been running on top of Solaris 9 and 10 builds for quite a while already.
  • # Brevets

    Posté par . Évalué à 3.

    J'en aurai bien fait un journal...

    M'enfin, un commentaire sur les brevets dans une news Sun qui est pro-brevet ne manque pas de sens.

    La FFII a été reçu par le "groupe d'études sur internet, technologies de l'information et de la communication et commerce électronique" à l'assemblée nationale.

    C'est plutôt une bonne nouvelle :-)
    3 "gros" partis étaient représentés : PS, UMP, UDF.

    Tout est ici :
    http://www.ffii.fr/audition_devant_groupe_etudes_internet_assemblee(...)

    C'est un MUST READ. Sa lecture est très très très fortement recommendé pour faire le point sur les brevets logiciels en Europe. C'est particulièrement compréhensible/lisible.

    Extraits :

    (...)
    J’aimerais revenir avec vous, mesdames et messieurs les députés sur la position qu’a adoptée la délégation française au Conseil à propos de ce texte. En effet cette position pose problème car elle est pour le moins ambiguë.

    En effet la France a donné son accord à un texte trompeur, légalisant de fait les brevets logiciels, alors qu’elle a assorti cet accord d’une déclaration unilatérale présentant des objectifs diamétralement opposés.

    Il n’y a rien d’étonnant dans le soutien français à ce texte pro-brevets lorsque l’on sait, de l’aveu même du Ministère de l’industrie, que la position française a été préparée par des responsables de l’INPI. Alerté des dangers et des subterfuges que comporte le texte du Conseil, le gouvernement français a pu prendre toute la mesure du problème qu’il créait en avalisant un texte allant à l’encontre de sa volonté de limiter la brevetabilité. Cependant, il s’est avéré politiquement difficile pour lui de déjuger l’INPI, service directement sous la tutelle du Ministère de l’industrie.

    (...)

    Et pour qu’un véritable travail soit accompli par le Conseil, il est important de replacer ce problème à un niveau politique et ne plus le laisser entre les mains de personnes plus ou moins liées aux offices de brevets. Les brevets logiciels sont une question pour l’avenir et la croissance économique dans le domaine du logiciel et non dans le champ des brevets — pour lequel on parle d’ailleurs souvent de champ de mines.

    Pour être clair, ce ne devrait plus être à l’INPI de préparer la position de la France mais à un groupe inter-ministériel chargé d’étudier, comme c’est la mission du présent groupe d’études, les aspects qu’ils soient économiques, politiques, éthiques ou techniques de la société de l’information. Un tel groupe ministériel a pu travailler par exemple sur l’adoption des logiciels libres dans l’administration française, il semble tout à fait logique que le problème des brevets logiciels lui revienne, plutôt qu’à l’INPI qui a joué un rôle dans l’origine de ce problème.
    (...)


    Conclusion de cette rencontre :
    Les trois co-présidents Patrick Bloche (PS), Patrice Martin-Lalande (UMP) et André Santini (UDF) étaient présents à cette audition et ont approuvé le constat présenté. Ils ont, semble-t-il, compris la nécessité, au niveau français de replacer le dossier à un niveau politique au lieu de le laisser entre les mains de l’INPI et à l’échelle européenne de renégocier le texte du Conseil. Ils ont également entendu et ont paru ouverts à la possibilité offerte par un redémarrage en première lecture. Ils ont proposé d’en réferrer, dans une déclaration conjointe, à la Délégation de l’Assemblée nationale pour l’Union européenne.


    Celà montre que la pression faite sur nos représentants n'a pas été en vain.


    Ce n'est pas lié à l'actualité mais un autre lien pour ceux qui veulent "s'initier" aux problèmes des brevets logiciels :
    http://www.ffii.fr/brevets_logiciels_europe_un_rapide_etat_lieux_ar(...)
    Et comme c'est une news Sun :
    EP807891 : un brevet sur les cartes de crédit électroniques. Ce brevet couvre tous les programmes d’ordinateur contenant la fonctionalité qui permet à un utilisateur de payer plusieurs articles choisis dans un magasin en ligne, au lieu de payer à chaque fois qu’il choisit des articles sur une page web du magasin. Ce brevet a été accordé à la société américaine Sun Microsystem.
  • # Le partage ne marche pas vraiment dans les deux sens...

    Posté par . Évalué à 3.

    A propos de ces licences, il est interessant de note que
    visiblement prendre du code regit par une autre licence et
    l'inclure dans OpenSolaris ne les gènes guère, pour preuve la
    page suivante:
    http://developers.sun.com/solaris/articles/dtrace_for_dev.html(...)

    Présentant un cas d'utilsation de leur 'superbe' outil DTrace, qui
    en se limitant à ce seul document est un strace scriptable.
    (j'aime bien restreindre ;p).
    Le premier exemple est tout naturellement intitulé:

    Example 1: Porting the smbfs Driver From Linux to the Solaris OS

    Ils sont vraiment sympas chez Sun.
    • [^] # Re: Le partage ne marche pas vraiment dans les deux sens...

      Posté par . Évalué à 3.

      Présentant un cas d'utilsation de leur 'superbe' outil DTrace, qui
      en se limitant à ce seul document est un strace scriptable.
      (j'aime bien restreindre ;p)


      Raaah mais on ne va recommencer le troll sur Dtrace, teste le ou renseigne toi au lieu de dire des betises. A la limite compare le à http://www.opersys.com/LTT/(...) , pas à strace. Solaris à déjà un "strace like", il n'ont pas fais Dtrace pour rien.
      • [^] # Re: Le partage ne marche pas vraiment dans les deux sens...

        Posté par . Évalué à 3.

        Il faut aussi lire les phrases entre parenthèses.

        Et je me rends compte que c'est toujours la phrase qui ne sert à rien qui
        est utilisée comme base au commentaire.
        • [^] # Re: Le partage ne marche pas vraiment dans les deux sens...

          Posté par . Évalué à 3.

          Ok, si tu veut on parle de l'intelligence de "restreindre" plutôt que de parler de Dtrace.

          Bon en vrai je répondais surtout pour donner le lien du linux trace toolkit, que je n'ai découvert qu'il y a trés peu de temps, et qui me semble dans le même esprit que Dtrace, d'ailleurs si quelqu'un a déjà testé....

          Faut aussi lire les liens, en plus des phrases entre parenthèses évidement.
  • # Le nom des licences

    Posté par . Évalué à -7.

    Pour 2 licences don le contenu est identique à celle de la GPL, elles en deviennent incompatibles. La seul chose qui les différencies est leur nom.

    N'est-il pas possible qu'une licence soit indépendante de son nom ?
    Mettre une licence qui n'a, expressément pas de nom ? Mais fait juste référence, peut-être, à une autre référence pour dire qu'elle en reprend le contenu ?

    Est-ce illusoire ?
  • # Marre des news qui ne sont pas corrigées

    Posté par . Évalué à -1.

    ici :
    - "Solaris officiellement annoncé sous licence Open Source"

    C'est faux.

    http://linuxfr.org/2005/01/26/18182.html(...)
    - "Sun "libère" 1600 brevets pour les projets Open Source"

    C'est faux.
    • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

      Posté par . Évalué à 2.

      Je préfère une news mal "interprétée" qu'une critique sans argument....
      • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

        Posté par . Évalué à -1.

        Les arguments sont dans les commentaires des news.
        Si tu as lu le commentaire précédent, tu as lu les autres commentaires et donc tu as les arguments.
      • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

        Posté par . Évalué à -1.

        > Je préfère une news mal "interprétée" qu'une critique sans argument....

        Puisque qu'on te "plussois" alors que tu n'apportes rien, j'aimerais que tu dises où Sun a annoncé :
        - "Solaris officiellement annoncé sous licence Open Source"

        Ton commentaires manque grave d'argument pour être noté "pertinant".
      • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est pas terrible ce que tu dis. L'argument est clair : "Sun annonce solaris en Opensource c'est faux'". C'est pas dur à comprendre comme argument quand même. Surtout qu'il a raison. Je ne voit pas comment tu peut préferer une news fausse à un commentaire exact.
        • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

          Posté par . Évalué à 2.

          L'argument est clair : "Sun annonce solaris en Opensource c'est faux'"

          On n'a pas la même notion de ce qu'est un argument.
          Pourquoi dit-il ça ? Il a des sources, une explication à donner ? En quoi la news est fausse et pourquoi l'auteur de la news s'est trompé ? NON il n'y a rien, pas le moindre "argument".

          Je ne voit pas comment tu peut préferer une news fausse à un commentaire exact.

          Je n'ai pas du être clair: je préfère un texte argumenté, même si celui-ci n'est pas tout à fait exact, à une critique sans argument.
          Un texte argumenté est une invitation à la discution, une critique vide c'est.... sans intérêt
          • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

            Posté par . Évalué à 2.

            En quoi la news est fausse et pourquoi l'auteur de la news s'est trompé

            Non, personne ne s'est trompé a part moi, j'ai lu et réagi trop vite. Sun annonce bien Solaris en open source. En plus c'est la premiere phrase du deuxieme lien. C'est juste pas encore fait, mea culpa.
            • [^] # Re: Marre des commentaires non argumentés

              Posté par . Évalué à 2.

              Argument déjà donné :

              http://www.opensolaris.org/faq/general_faq.html(...)
              What is the difference between the OpenSolaris source code and the Solaris source code? (poser la question prouve qu'il y a une différence)

              The OpenSolaris program provides the core open source code base that you are free to modify and distribute under terms of the CDDL. The OpenSolaris binary that will be available on the website at launch in Q2 will be supported by the community rather than by Sun Services. The Solaris OS is Sun's distribution of the operating system: Sun-branded, Sun-maintained, and Sun-supported. Future distributions of the Solaris operating system will be built from the OpenSolaris source code.


              Il n'y a jamais OpenSolaris = Solaris ou OpenSolaris proche de Solaris. Si la FAQ est juste, il n'y aura pas les sources de Solaris (une partie et cette partie ne sera pas forcément identique). Comme il n'y a que DTrace actuellement, on peut croire la FAQ.

              Sun a effectivement annoncé Solaris en Open Source mais http://linuxfr.org/my/(...) n'est pas une agence de presse ou de pub.
  • # Forces et faiblesses de sun.

    Posté par . Évalué à 1.

    Quelqu'un peut-il donner un avis objectif sur les forces et faiblesses de Solaris ?

    De ce que j'en sais à part l'image "corporate" de Sun, et la synérgie hardware-software pour des serveurs bon marché (en particulier serveur web) je ne vois pas d'autres qualités majeures.
    Côté admin système c'est pas ce que l'on a fait de plus simple non plus.
  • # Trop tard !

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    C'est avec ces deux mots « Trop tard » que je résume cette nouvelle. Si Sun avait ouvert ses sources sous CDDL il y a 10 ans, il aurait pu attirer du monde.
    Creer un licence libre incompatible avec la GPL aurait été viable il y a 10 ans mais maintenant c'est trop tard, la balance penche irrémédiablement vers la GPL et il faudrait que SUN produise une énorme quantité de logiciels sous CDDL pour que Solaris soit attractif. Je ne pense pas que SUN en ait les moyens.
    Si SUN ne met pas rapidement JAVA sous GPL et attend encore quelques années, c'est une boite qui pourrait suivre le même sort que SCO. Je pense que ce serait dommage...
    • [^] # Re: Trop tard !

      Posté par . Évalué à 2.

      il faudrait que SUN produise une énorme quantité de logiciels sous CDDL pour que Solaris soit attractif.

      Mais non. La CDDL n'interdit évidemment pas plus l'usage de logiciels GPL que les précédentes licenses de SUN, et d'ailleurs, les utilisateurs de Solaris ne s'en privent pas. Le fait est que les logiciels qu'ils sortiront seront incompatibles avec la GPL uniquement du point de vue de l'échange de code, ce qui n'est pas bien grave, tant que ça marche (et le noyau de Solaris marche).
  • # Public Patent Foundation critique Sun et la CDDL

    Posté par . Évalué à 1.

    Dans une lettre ouverte à Sun :
    http://www.pubpat.org/Sun_Patent_Grant.htm(...)
    Developers need to be very careful about the details here and not be misled into thinking Sun has given them more than it actually has.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.