Sun devrait ouvrir le code de Solaris (bis)

Posté par (page perso) . Modéré par rootix.
Tags : aucun
0
15
juil.
2004
Commercial
Sun annonce l'ouverture du code de Solaris dans un délai de 9 mois. Un employé de la firme confirme l'ouverture de tout le code, même les parties "rocket science". La licence est en cours de discussion en interne. Jonathan Schwartz confirme qu'elle permettra la contribution de tiers (pas comme la licence open-source de Java) comme leurs clients ou les développeurs de la communauté GNU/Linux.

Après l'annonce de la version Sun de Linux, puis l'arrêt de Solaris x86 puis les différents "trolls" avec IBM à propos de l'ouverture de Java, peut on espérer une vrai politique Open-Source et libre de la part d'un des plus gros acteurs Unix ?

Aller plus loin

  • # libre ou libre ?

    Posté par . Évalué à 7.

    Est-ce que ça sera du libre comme dans "les geeks dhackersu monde entier sont libre d'apporter leur contribution à notre produit" ou du libre comme dans "les h du ackersmonde entier sont libres d'apporter leur contribution au projet de leur choix à partr du code de Solaris et vice et versa" ?

    BeOS le faisait il y a 20 ans !

    • [^] # Re: libre ou libre ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      a mon avis faut pas rêver,même si ils semblent dire le contraire, je pense pas qu'ils vont autoriser de copier du code Solaris dans *BSD ou Linux
      • [^] # Re: libre ou libre ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        a mon avis faut pas rêver,même si ils semblent dire le contraire, je pense pas qu'ils vont autoriser de copier du code Solaris dans *BSD ou Linux

        Dans l'interview, il dit que la licence n'est pas encore décidée. Mais de toute facon, s'il n'autorise pas la copie de code Solaris dans d'autres projets, ca ne sera pas une licence libre.

        Dans le cas de Linux en particulier, c'est un peu plus compliqué, car, pour copier du code Solaris dans Linux, il faut que la licence de Solaris soit compatible avec la GPL.
        • [^] # Re: libre ou libre ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          > pour copier du code Solaris dans Linux, il faut que la licence de
          > Solaris soit compatible avec la GPL.

          C'est pas plutôt le contraire ?

          Pour copier du code Linux dans Solaris, il faut que la licence de Solaris soit compatible avec la GPL.
          • [^] # Re: libre ou libre ?

            Posté par . Évalué à 2.

            C'est pas plutôt le contraire ?
            C'est valable dans les deux sens, le code du noyau Linux doit etre lié avec du code compatible GPL.
            • [^] # Re: libre ou libre ?

              Posté par (page perso) . Évalué à -2.

              > le code du noyau Linux doit être lié avec du code compatible GPL.

              Oui, mais on peut y inclure n'importe quel code, tant que la licence du code en question le permet.

              Rien empêche par exemple de mettre du code BSD, ou du domaine publique dans le noyaux Linux, alors que le contraire n'est pas vrai.
              • [^] # Re: libre ou libre ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Gof a dit:
                par exemple de mettre du code BSD
                Et avant, narzdir:
                du code compatible GPL

                Bon histoire d'etre pointilleu, c'est pas le code qui doit etre compatible GPL mais la license associee.

                Apres, il se trouve que la license BSD est compatible GPL. Donc sur ce point vous etre d'accord.
          • [^] # Re: libre ou libre ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Pour copier du code Linux dans Solaris, il faut que la licence de Solaris soit compatible avec la GPL.

            Pour copier du code Linux dans Solaris, il faudrait que la licence de Solaris soit la GPL.

            Bon, je vais essayer d'expliquer un peu tout ça :

            1) Deux licences sont compatibles entre elles s'il est possible de respecter les termes des deux licences à la fois.

            Par exemple l'ancienne version de la licence BSD est incompatible avec la GPL, car elle oblige à inclure une notice disant "Contient du code provenant de X". Or, il est interdit dans la GPL d'obliger à inclure une telle notice.

            Autre exemple, la nouvelle version de la licence BSD est compatible avec la GPL. Il est donc possible d'inclure du code BSD dans un programme sous GPL, et de redistribuer l'ensemble sous GPL.

            2) Une des restrictions de la GPL est que le travail dérivé doit être placé sous licence GPL (uniquement, pas avec une autre licence en même temps). Si on prend du code Linux, et qu'on le met dans Solaris, Solaris devient un "travail dérivé" de Linux, et doit être distribué sous GPL. C'est ça, le côté viral de la GPL.

            Bon, j'ai essayé d'être clair, et je suis sûr d'avoir raison, donc si vous n'êtes pas d'accord, essayez d'être au moins aussi clair dans vos explications ;)
            • [^] # Re: libre ou libre ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Donc si je comprends bien, il est possible de prendre TOUT un projet sous licence BSD et de decider qu'à partir de ce moment, ce fork est en GPL?
              • [^] # Re: libre ou libre ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Donc si je comprends bien, il est possible de prendre TOUT un projet sous licence BSD et de decider qu'à partir de ce moment, ce fork est en GPL?

                Tu comprends bien.

                La licence BSD n'impose rien sur la licence des travaux dérivés. Donc tu peux prendre quasiment tout FreeBSD (attention il y a des bouts de GPL dedans, mais clairement identifiés dans /usr/src/gnu je crois), et décider qu'à partir de maintenant, c'est GPL, ou même propriétaire.
                • [^] # Re: libre ou libre ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Donc en fait de logiciel libre, la GPL c'est tout sauf libre, c'est donc propriétaire contrairement à la BSD. Vive la BSD le seul esprit libre dans ce monde de propriétaire ;o)
                  • [^] # Re: libre ou libre ?

                    Posté par . Évalué à 6.

                    Si ça ne te pose pas de problème d'imaginer que quelqu'un récupère ton boulot, et le fasse évoluer sans avoir le moindre retour, et qu'en prime il en tire des benefs, alors oui BSD c'est bien. Malheureusement il faut être un peu pragmatique, on n'est pas dans une société humaniste, dés qu'il est possible de profiter de certains, il y a toujours des candidats peu scrupuleux. De ce point de vue la GPL "protège" la propriété intellectuelle des auteurs.
                    • [^] # Re: libre ou libre ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      > Si ça ne te pose pas de problème :

                      - d'imaginer que quelqu'un récupère ton boulot : autorisé avec la GPL
                      - et le fasse évoluer sans avoir le moindre retour : autorisé avec la GPL
                      - et qu'en prime il en tire des benefs : autorisé avec la GPL

                      Bref, la GPL ne protège pas plus ce que tu dis. Rien n'oblige quelqu'un qui a repris et modifié un projet à le redistribuer, même s'il en tire des sous. Et s'il le distribue ça l'oblige juste à filer les sources à ses clients, il est tout à fait possible que l'auteur initial n'ai aucun retour.
                      Il existe des licences qui forcent le retour à l'auteur initial. Apple en a une, je crois que Suse aussi (moins sûr), mais ces clauses font des licences non libres justement. Le libre force le fait d'autoriser quelqu'un à faire ça.
                      • [^] # Re: libre ou libre ?

                        Posté par . Évalué à 3.

                        ça l'oblige juste à filer les sources à ses clients

                        Comme tu dis ! C'est ce qui fait une sacré différence. Il y a donc un moyen - plus ou moins directe - d'avoir accés aux évolutions, et de les faire elle-mêmes évoluer. En laissant la liberté à certains de faire ce qu'ils veulent, on perd une partie de la liberté commune...
                        • [^] # Re: libre ou libre ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                          En réalité si ce le client n'est pas le grand public, ça ne change quasiment rien pour les auteurs initiaux, qui n'ont pas plus de retour. Le fait que Philips a eu les sources quand le soft leur a été fournit par Unilog (noms pris au hasard), ça n'augmente en rien les retours faits aux auteurs pour l'amélioration de leurs softs.
                          L'obligation de diffusion des sources c'est fait pour garantir ce que peut faire celui qui reçoit le soft. La GPL n'est pas une licence qui est faite pour favoriser le fonctionnement public/communautaire, son but est uniquement de garantir des droits à l'utilisateur. Pour garantir l'aspect communautaire ou les retours aux auteurs, il y a beaucoup de licences bien meilleures (mais qui ont d'autres défauts).
                  • [^] # Re: libre ou libre ?

                    Posté par . Évalué à 7.

                    J'ai souvent vu des gros Trõlls BSD Vs. GPL (non non, ton commentaire n'est pas un troll ;-) ). Je pense que les deux licences sont libres, mais font référence à deux libertés différentes, d'où les conflits.

                    Pour moi, la BSD protège la liberté de l'utilisateur. Il prend le code et il en fait à peu près ce qu'il en veut. Il le distribue ou pas, il le rend propriétaire, le fait passer sous GPL, le fait payer, ...

                    Par contre, je pense que la GPL protège la liberté du code source. Pour l'analogie, on peut voir le code source comme une entité à part qui a des droits. Le code est libre, et on n'a pas le droit de l'enfermer dans une quelconque cage commerciale.

                    Après, c'est plus une question de goût et de motivation : est-ce que je veux que mon code profite au plus grand nombre, quitte à en perdre le contrôle ou bien est-ce que je veux que mon code profite à beaucoup de monde quitte à restreindre un peu les libertés des personnes pour assurer l'ouverture future de mon code.
                    • [^] # Re: libre ou libre ?

                      Posté par . Évalué à 1.

                      J'ai souvent vu des gros Trõlls BSD Vs. GPL (non non, ton commentaire n'est pas un troll ;-) )

                      Zut, ça c'est vu ? bon allez, hop, -1, et zou -> [].
                  • [^] # Re: libre ou libre ?

                    Posté par . Évalué à 5.

                    On peut voir ça comme ça mais on peut aussi voir ça d'une façon différente :

                    La GPL supprime la notion de propriété privée, ça appartient à tout le monde et ça appartiendra toujours à tout le monde.

                    La BSD garde cette notion de propriété privée, ça appartient à tout le monde si tu le veut, sinon ça appartient à toi tout seul.

                    Personnellement je dirais donc que c'est avant tout une question de différence de point de vue plutôt qu'une question de liberté.
                    • [^] # Re: libre ou libre ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Hum .. pas vraiment tout de même. Ce qui a été distribué restera toujours "à tout le monde", que ce soit sous GPL ou sous BSD il y aura toujours des copies libres.

                      Après quelqu'un peut modifier une copie dans son coin et ne pas la redistribuer, donc elle n'appartient plus qu'à lui (pas légalement mais dans les faits oui). C'est vrai autant en GPL qu'en BSD.

                      Cette même personne peut distribuer cette version modifiée à X et Y sans relacher le code dans la nature, donc toujours sans que les modifs soient partagées par tout le monde. C'est vrai en GPL comme en BSD (la différence avec la GPL c'est que X et Y auront forcément le droit de redistribuer et auront forcément le code source, mais en pratique c'est loin d'être sûr qu'ils le feront).

                      La GPL n'est pas une licence qui force le "toutes les modifs sont publiques", et une licence qui le ferait ne serait *pas* libre.
                      • [^] # Re: libre ou libre ?

                        Posté par . Évalué à 2.

                        En GPL, tu es obligé lorsque tu distribue ton travail modifié et compilé de distribuer les sources et donc tes modifications, pas sous BSD. C'est la principale différence et c'est ce qui fait qu'en gros, avec GPL, ce que tu modifiera et distribuera (bénévolement ou non) devra l'être entièrement. Avec BSD, ce n'est plus une obligation.

                        La GPL n'est pas une licence qui force le "toutes les modifs sont publiques", et une licence qui le ferait ne serait *pas* libre.

                        La dessus, tout dépend de la notion de liberté que l'on posséde. Certes, dans le schéma actuel de propriété légitime "c'est à moi" on considére comme liberté le fait de pouvoir égoïstement garder. Cependant, les personnes qui veulent voir ce qui a été fait ou bénéficier du code source de ce qu'elles utilisent ne sont pas libre justement de pouvoir le faire.

                        C'est juste une question de point de vue, le programmeur est plus libre avec BSD par contre l'utilisateur l'est moins.

                        En gros, la GPL est plus libre pour les utilisateurs, si on reste sur un point de vue de libertés... Et donc plus libre pour un plus grand nombre de personnes.
                        • [^] # Re: libre ou libre ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          > C'est la principale différence et c'est ce qui fait qu'en gros, avec GPL,
                          > ce que tu modifiera et distribuera (bénévolement ou non) devra
                          > l'être entièrement.

                          Oui, mais dans l'optique du message auquel je répondais ça ne change strictement rien. Si X donne ses modifs à son client Y ... les modifs n'appartiendront pas pour autant "à tout le monde". Si Y est une entreprise classique il y a de bonnes chances pour qu'au final "tout le monde" ne voit pas plus de retours avec un code BSD ou un code GPL.
                  • [^] # Re: libre ou libre ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    «Donc en fait de logiciel libre, la GPL c'est tout sauf libre, c'est donc propriétaire contrairement à la BSD. Vive la BSD le seul esprit libre dans ce monde de propriétaire ;o)»

                    La license BSD impose aussi des restrictions. Par exemple, l'une d'elle c'est que le nom des auteurs doit apparaitre dans la documentation.

                    Si tu veux troller, prend plutot example sur les logiciels qui sont dans le domaine publique et dont le code source est accessible ;-)
            • [^] # Re: libre ou libre ?

              Posté par . Évalué à 2.

              à propos du 2:

              NON !

              tout simplement, la licence de solaris (si elle est pas compatible gpl) va EMPECHER qu'on y inclue du code GPL de linux . ce code gpl devra être inclu dans solaris sous une AUTRE licence
              OU
              ce code doit être isolé et maintenu sous sa propre licence et point barre.

              sinon :on est en contradiction avec la licence hypothetique non copyleft de solaris ET aussi la GPL .

              toute licence est virale pour une autre licence incompatible. point




              ----avis subjectif à moa que j'ai, qui n'est pas un troll et qui si vous êtes pas d'accord avec, rassurez vous, mon avis ne chamboule pas le monde ni le faire basculer ds le coté obscur----------------------
              la licence bsd modifiée pose nettement moins de restriction que la gpl
              à mon sens (oui, je ne suis pas totalement libertaire, c'est vrai et vous avez raison), la licence BSD n'est pas adaptée pour des projets qui ont _vocation_ à rester ouvert et apporter un plus à un monde opensource et de libre redistribution (exemple : mozilla, gnome, linux, et bien d'autres, qui ne sont pas là simplement pour faire de zolis zicones, mais qui se servent de leur licence pour protéger des acquis et rendre possible d'autres)

              la licence BSD est parfaite , par contre, pour promouvoir une technologie/format/standard avec une implémentation de référence, aussi bien pour les industriels propriétaires/fermés que pour les tenants du logiciel libre. (exemple : vorbis ogg, )

              l'une ou l'autre est clairement un choix de politique fort. le choix se justifie par le but voulu par votre projet.
            • [^] # Re: libre ou libre ?

              Posté par . Évalué à 1.

              >(uniquement, pas avec une autre licence en même temps)

              Euh, j'ai relu la license GPL, et je n'ai rien vu de formel sur ce point, Lucas! Tant que les autres licenses sont compatibles avec la GPL, je ne crois pas qu'il y ait de problème.
  • # Et Open office ?

    Posté par . Évalué à 10.

    peut on espérer une vrai politique Open-Source et libre de la part d'un des plus gros acteurs Unix

    Ils ont libéré OpenOffice quand même ... ainsi que d'autres produits moins médiatisé

    http://about.me/straumat

    • [^] # Re: Et Open office ?

      Posté par . Évalué à 8.

      Looking Glass par exemple... Enfin, c'est en dev lourd actuellement
      https://lg3d.dev.java.net(...)
    • [^] # Re: Et Open office ?

      Posté par . Évalué à -2.

      en gardant quand meme la main sur StarOffice
    • [^] # Re: Et Open office ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Sun a libéré le code OpenOffice pour casser le monopole de Microsoft et avoir une suite bureautique sous Solaris. Mais il ne faut y voir que leur intérêt. En effet, il fallait que le logiciel soit beaucoup moins cher pour l'utilisateur (gratuit) et beaucoup moins cher à maintenir (faire intervenir la communauté du logiciel libre) tout en étant au moins aussi performant.
      Ils sont en passe de réussir et c'est tant mieux.

      Pourquoi libèrent-ils le code de Solaris ? Je n'y vois qu'une explication, à cause de la concurrence de Linux... En effet, les Unix propriétaires sont en voie d'extinction. Leur maintenance coûte très cher aux éditeurs, leurs ventes de licences rapportent de moins en moins et ils n'ont plus que de très rares arguments face à GNU/Linux. La seule planche de salut pour Solaris, à condition qu'il ne soit pas trop tard, serait de prendre une place à côté de Linux et OpenBSD. Ça peut marcher si la licence est libre. Si ce n'est pas le cas, Solaris suivra le sort d'IRIX ou SCO. C'est d'ailleurs le sort réservé à HP-UX et à AIX.

      Dans le même genre, on peut regretter que SUN ne libère pas JAVA. Ce serait une façon efficace de contrer .NET de Microsoft. Je pense qu'ils le feront un jour, mais je crains qu'ils ne le fassent trop tard.
  • # Trop tard...

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    ...même s'ils le libéraient aujourd'hui ce serait trop tard, Linux continuerait à garder l'ascendant ne serait-ce que parce que la communauté autour est déjà constituée. Alors s'ils attendent 9 mois, n'en parlons pas, c'est grotesque.

    On arrivera peut-être à une situation paradoxale où Solaris servira de bête de foire qu'on montre dans les écoles "regardez comment ils ont fait, comment marche le scheduler, etc." alors que dans le même temps Linux sera utilisé en production.

    Autant la libération d'OpenOffice était vraiment maline car faite à temps (entendons par là: il n'y avait pas de suite bureautique libre complète et opérationnelle à l'époque) autant cette libération de code là, même si elle est plutôt une bonne nouvelle, garde quand même un bon vieux goût de "trop tard"...
    • [^] # Re: Trop tard...

      Posté par . Évalué à 10.

      Non il n'est pas trop tard car d'une part Solaris est encore tres utilisé non seulement pour les serveurs mais aussi pour les stations de travail, domaine ou linux est encore tres en retard.

      D'autre part, le noyau de solaris est plus robuste plus performant que celui de Linux et contient des fonctionnalités exigées par les gros systemes non disponibles sous Linux.

      Je pense que cette liberation est plus une volonté de la part de Sun d'etre plus transparent vis a vis de ses clients. Je ne pense pas qu'il cherche a construire une communauté sauf s'il cherche a utiliser un modele de developpement libre similaire a celui de Linux avec le risque de ne plus controler leur bébé ... ce que je ne pense pas.
      • [^] # Re: Trop tard...

        Posté par . Évalué à 5.

        Solaris est encore pas mal utiliser dans les entreprises et dans certaine ecoles. il a encore des fonctionnalitées, surtout dans le 10 qui va arriver, qui lui sont exclusives. Meme si certain admin ont une mauvaise oppinion sur cet OS, je le trouve vraiment bien quand meme, je me suis arreter à la 8 cependant.
        • [^] # Re: Trop tard...

          Posté par . Évalué à -1.

          "Meme si certain admin ont une mauvaise oppinion sur cet OS"

          tu m'etonnes.

          Le système de package est merdique.
          Le système d'update sécurité/upgrade est à chier (consequence du packaging)
          Les softs sont moisis.

          C'est toujours mieux que du microsoft, mais faut attendre 64 processeurs sur une machine avant de voir une difference avec un linux/intel. Alors bon... (j'exagère à peine)
          • [^] # Re: Trop tard...

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            euh, on me fais signe dans mon oreillettes que quelques impairs ont été commis :

            > Le système de package est merdique.

            Il est pas parfait, mais pas pourri non plus, de plus avec sunfreeware, tu peux quand même faire un bon petit serveur pour les besoins de tes utilisateurs. J'en ai 6 en admin, tous solaris 9 et franchement j'ai vu plus pourri (Irix).

            > Le système d'update sécurité/upgrade est à chier (consequence du packaging)

            Pas d'accord du tout. Patchpro est un superbe programme te permettant de mettre à jour complètement ton OS (hors kernel, cela s'entends) en ligne de commande et qui vérifie lui même les dépendances et les patches présents.

            La seule chose franchement antipathique concerne le fait que certains patches pour être installés ont besoin de patches accessibles en support payant, donc si ce n'est pas le cas (comme dans mon université), tu as une liste de patches non installables qui grossit, mais généralement, pas des patches critiques.

            > Les softs sont moisis.

            C'est un peu court, ceci dit, a part X et des softs compilés directement en /usr/local pour leurs besoins spécifiques, je n'utilise pas grand chose propre à Sun.

            Attention, je précise que je n'aime ni Sun, ni Solaris, mais faut savoir être équitable ...

            Steph
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 0.

              "avec sunfreeware [...] patches accessibles en support payant [...] je n'utilise pas grand chose propre à Sun."

              Ca resume parfaitement ce que j'ai dit plus haut... C'est une daube. :)
      • [^] # Re: Trop tard...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        > Non il n'est pas trop tard car d'une part Solaris est encore tres utilisé
        Si il est trop tard car ce genre de décision n'intervient que lorsqu'on arrive plus à vendre le produit sous forme propriétaire. Dans le cas d'OpenOffice c'était MS Office en face qui bouffait tout. Dans le cas de Solaris c'est Linux qui en face est en train de bouffer les UNIX proprios. Le temps que l'information arrive, remonte à la hiérarchie, repasse par le service com, fasse un détour à la technique, au service juridique, etc. et bien il est trop tard ton produit est fini, mort, le passer en OpenSource ne changera rien à l'affaire...

        > le noyau de solaris est plus robuste plus performant que celui de Linux
        Ce qui est robuste surtout c'est le hard de Sun, qui est bien plus fiable que le x86 assemblé trouvé rue Montgallet, par contre les perfs de Slowlaris par rapport à Linux, je n'ai jamais compris en quoi elles étaient bien meilleures.

        > et contient des fonctionnalités exigées par les gros systemes non disponibles sous Linux
        C'est peut-être bien là que se trouve la clé du problème. C'est le seul avantage (hormis le packaging commercial béton avec cravatte) vraiment déterminant qui reste aux UNIX proprios. AMHA ça ne va pas tarder à disparaître.

        Bâtir une stratégie commerciale sur le thème "on a une bonne réputation notre produit est reconnu et utilisé depuis 20 ans" c'est une option qui ne tient pas le long terme, pas quand tout le monde se démène à côté de toi pour essayer de faire un truc mieux. Les avantages de Solaris sur Linux il faut regarder en arrière pour les trouver. Ca fait des années que Solaris intègre ci ou ça mais fondamentalement si tu regardes la dynamique et l'évolution tu vois vite que Linux bouge et que Solaris est encroûté. Sa cible c'est le type qui ne veut rien changer, pas évoluer, garder son vieux truc qui marche sans rien faire. C'est très louable comme attitude mais ce n'est pas ça qui stimulera l'utilisation de Solaris. Tu pars d'une base d'utilisateurs existants et comme tu n'en a jamais de nouveaux ça ne peut que régresser. Qu'on le veuille ou non Solaris est à ce début XXIème siècle ce que VMS était aux années 90. C'est bien, ça marche, c'est robuste, ça a prouvé son efficacité, mais ça n'a pas d'avenir.
        • [^] # Re: Trop tard...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Petite remarque supplémentaire: ça sera intéressant d'ailleurs de voir la portée de ce qui sera libéré et ce qu'on pourra en faire de ce Solaris.

          Par exemple si seulement le noyau est libéré on peut faire une distrib Debian GNU/kSolaris comme il est mentionné dans un post ci-dessous.

          On pourrait aussi porter Solaris sur d'autres plate-formes que Sparc et x86, faire tourner Solaris sur un PDA etc.

          Mais si *tout* (l'OS et pas que le noyau) est libéré on peut imaginer avoir des alternatives à plein de composants GNU (compilateur, linker, etc...) et par exemple donc recompiler Linux pour Sparc avec le compilateur de Sun et plein d'autres choses encore, miam 8-)
          • [^] # Re: Trop tard...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            > par exemple donc recompiler Linux pour Sparc avec le compilateur de Sun
            'tain ch'suis con la libération du code ne changera rien de ce point de vue. A force de considérer les logiciels proprios comme inacceptables, j'en viens à les considérer comme inutilisables 8-)
          • [^] # Re: Trop tard...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            on peut imaginer avoir des alternatives à plein de composants GNU (compilateur, linker, etc...)

            Hum il me semble que le premier reflexe sur solaris est de compiler un gcc récent non ? Ne serait-ce qu'à cause de l'âge du compilateur fourni.
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 2.

              Il n'y a pas de compilateur SUN fourni avec Solaris ...
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 1.

              Si tu parles des compilateur qui viennent avec Sun ONE Studio 8 ou 9, il sont qd meme assez recent. N'y a t-il pas un projet pour le rendre binairement compatible avec gcc d'ailleurs dans une prochaine version ?

              Au passage, qq1 a t-il deja utilise Analyser et le collecteur de s1s8cc ?
        • [^] # Re: Trop tard...

          Posté par . Évalué à 2.

          Sa cible c'est le type qui ne veut rien changer, pas évoluer, garder son vieux truc qui marche sans rien faire.
          Oui tout a fait et ca represente encore un gros marché meme si c'est vrai qu'a terme il ne peut que diminuer.

          Mais je pense que ce sera le cas a tres long terme vu le nombre d'applications disponibles uniquement sur ces plateformes. De plus les stations Wintel n'ont pas vraiment reussies a prendre toutes les parts de marchés malgre le fait qu'elle soient plus abordables (en tout cas c'est ce que j'observe a mon taf).

          ça a prouvé son efficacité, mais ça n'a pas d'avenir.
          Ba justement si vu ce que j'ai dit plus haut. Une base de stations de travail aussi importantes que celle occupées par Solaris ne se perd pas en 3 ans. Regarde le Cobol, et autre vieillerie qui reste le langage de programmation le plus utilisé encore aujourd'hui.
          • [^] # Re: Trop tard...

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            > Ba justement si vu ce que j'ai dit plus haut. Une base de stations de travail aussi importantes que celle occupées par Solaris ne se perd pas en 3 ans. Regarde le Cobol, et autre vieillerie qui reste le langage de programmation le plus utilisé encore aujourd'hui.
            Pas d'accord. Le fait que les stations existent permet au mieux d'assurer leur renouvellement. Une fois que ta station Sun/Solaris tu l'as vendue ben tu touches plus grand chose dessus quand tu t'appelles Monsieur Sun. Sun, en tant que bonne grosse boîte classique, a besoin de *vendre* des machines et des Solaris pour vivre. Avoir une bonne base installée c'est super chouette, encore faut-il que le parc se renouvelle.

            Et ce qu'on constate aujourd'hui c'est que le renouvellement des parcs d'UNIX proprios aujourd'hui, ben c'est rarement dans le sens favorable pour l'UNIX proprio. Ma femme fait du calcul sur station et en ce moment la discussion c'est plutôt dans le genre "est-ce qu'on remplace tous les Solaris/AIX/HP-UX par du Windows, ou bien est-ce qu'on étudie la solution Linux?". Il n'y a pas l'ombre de la trace d'un quelconque projet de faire basculer les stations NT sous Solaris. Et les stations de calculs ils les comptent plus par milliers que par centaines.

            Ce que je veux dire c'est qu'aujourd'hui à part des cas mineurs, personne n'envisage de bouger en masse du [remplace par ton système préféré] vers du Solaris. Ca ne tient pas la route. Soit tu as déjà un Solaris et tu le gardes et tu as bien raison de le faire si ton système marche bien. Soit tu prends autre chose.

            Avec ça je vois pas trop comment Solaris peut avoir un avenir. Il continuera d'exister, comme il y a encore du VMS qui tourne, mais bon ça fera plus beaucoup couler d'encre.

            Concernant ta remarque sur le COBOL, COBOL est exactement le genre de langage dont je considère qu'il est mort. Avec l'argument qui dit "c'est le langage le plus utilisé" on oublie souvent de préciser que ce sont les programmes déjà écrits en COBOL qui sont majoritaires, et non pas les programmes en train d'être écrits. Après une fois le programme écrit il continue à tourner 10 ou 20 ans, mais un jour ça s'arrête. Et je pense qu'à ce jeux là Solaris va s'arrêter bien avant d'autres.

            Et pour le coup de la base installée qui ne disparaît pas en 3 ans, certes, mais par contre en 3 mois tu peux faire passer ton chiffre d'affaire de plein de dollars à zéro dollars. Les stations déjà vendues tournent mais tu n'en vends plus.

            Enfin c'est mon avis hein...
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 3.

              Enfin c'est mon avis hein...
              Oui et je suis globalement d'accord.

              Pour ce qui est du renouvellement des stations, j'observe qu'a mon taf et chez les clients, celui-ci se fait car la raison est simple : Le process entier est basé sur Solaris (utilitaires et applications) et ceux-ci ne sont pas pres de changer pour les raisons que tu a cité (faignantise, ca marche donc on veut pas changer, ... ) mais aussi car migrer sur une nouvelle plateforme entraine un rachat de l'ensemble des licences de leurs logiciels, de plus le cout du portage sous Linux des outils maisons risque d'etre elever ou tout simplement impossible car ils ont perdus les sources ou les competences...

              Pour le cobol c'est clair que c'etait pas le bonne exemple ;)
              • [^] # Re: Trop tard...

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                > faignantise, ca marche donc on veut pas changer
                Souvent ce n'est meme pas de la faignantise, c'est du bon sens! Garder un truc qui marche, c'est *le* bon choix.
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 3.

              Sun vend aussi du support pour ses machines+OS, et la un solaris x86 open source, peut etre un bon point.

              Si on passe du remplacement
              Hard_Sun+Solaris -> PC+{Windows|Linux}

              vers

              Hard_Sun+Solaris -> PC+Solaris

              Ca fait deja une amelioration:)

              D'autant plus qu'avec un Solaris opensource , ca a les meme avantage qu'un linux, la qualité global en plus [1].

              Tant qu'a choisir entre un kernel linux +support RedHat et un solaris+sun , sun a de trés bonne référence au niveau solaris :)

              [1] : J'ai de vieux souvenir de solaris, mais niveau stabilité et features ca boost bien.
              Du point de vue mécanisme de release, gestion du code, c'est plus professionel que linux
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 1.

              Ca tombe bien parce qu'à JavaOne 2004 Sun a annoncé qu'ils allaient s'orienter vers un système d'abonnement et donner les logiciels et le matériel "gratuitement". Comme les opérateurs téléphoniques et les téléphones. Ils ont déjà commencé avec deux offres d'abonnement à Sun Developer Network Standard, 99$ avec Java Studio Creator, et SDN Enterprise, 1500$ avec une station Sun Opteron ou un serveur Sun Fire V20z.
            • [^] # Re: Trop tard...

              Posté par . Évalué à 3.

              "Concernant ta remarque sur le COBOL, COBOL est exactement le genre de langage dont je considère qu'il est mort. Avec l'argument qui dit "c'est le langage le plus utilisé" on oublie souvent de préciser que ce sont les programmes déjà écrits en COBOL qui sont majoritaires, et non pas les programmes en train d'être écrits. Après une fois le programme écrit il continue à tourner 10 ou 20 ans, mais un jour ça s'arrête. Et je pense qu'à ce jeux là Solaris va s'arrêter bien avant d'autres."

              Et la maintenance?
              L'écriture de nouveaux programmes ne représente pas grand chose dans l'équilibre comptable (sauf SSII mal parties pour durer) : une fois un logiciel vendu, on vend aussi une équipe qui répondra aux alertes panne/bogue et/ou des licences d'exploitation (pour les éditeurs).
        • [^] # Re: Trop tard...

          Posté par . Évalué à 3.

          J'ai une image de Solaris 10 au taffe, C'est quasiement une distrib linux avec le noyau sunos10 (je ne me rappelle plus du nom, ils ont la facheuse habitude de jouer avec les numeros).
          Les clients utiliseront p-e CDE et Netscape 4.76, mais tout est la.

          Conscernant le noyau, il n'y a pas autant de differences / d'evolution entre sunos5.8 et sunos10 qu'entre un noyau linux 2.4 et un 2.6, mais il y a des fonctionnalites dont l'usage est + agreable sur Solaris que sur Linux.
      • [^] # Re: Trop tard...

        Posté par . Évalué à 2.

        En fait, je pense qu'il est trop tard pour beaucoup de boite et pas que pour Sun, car même celles qui vendent et font un paquet de bénéfice baaaa leur avenir est quand même assez sombre.
        En fait je doute qu'ils arrivent a innover assez pour garder le même écart avec linux, là GNU/Linux depuis sa création travail à rattraper les OS qui existaient auparavant alors que les "anciens" eux, ont déjà leur grandes lignes de tracé et leur amélioration chaque année sont assez réduite aux idées qui arrivent dans les petites têtes de leur chercheurs.... et donc ce rapport de vitesse entre le cote: je crée du nouveau, et le coté: je refais en ayant déjà les principes de fonctionnement existant chez le concurrent, tourne nettement en la défaveur de tout ceux qui sont au top aujourd'hui sur pas mal de technologie...
        A ce petit jeu la on arrivera dans 5-10ans a avoir un systeme GNU/Linux avec juste quelques fonctionnalité en moins que les autres systèmes proprio mais libre...
        Je vois mal les vendeurs de Sun dire: Alors voila sur Solaris vous avez sa en plus que sur Linux, la il explique le nouveau concept de la mort qui tue selon lui, mais qui laisse le client perplexe par peur de ce lancer dans un monde inconnue, et apres fini sur une facture de plusieurs centaines voir miliers d'euro alors que le pinguin a coté peu etre gratuit si tu prends pas le service apres vente qui n'est pas spécialement vendu avec Sun.
    • [^] # Re: Trop tard...

      Posté par . Évalué à 7.

      Faut arreter de rêver aussi linux n'est voie ultime. Y'a pas mal de dev FreeBSD ou linux qui bavent actuellement sur Dtrace. Les mecs de chez SUN sont les maitres (et les inventeurs au passage) du slab allocator avec des optims assez recentes et sympatiques par exemple. De même sur le gros matos SUN y'a pas photo. Dans beaucoup de domaines Solaris a ete et est inventif et propose des implémentations très robustes.

      Solaris est très loin d'être bon pour musée et ses devels sont très talentueux y'a pas photo la dessus.

      Pour le trop tard non, car ce n'est que tres recement qu'ils ont eu interet a ouvrir. Ils ont clairement perdu la partie sur les serveurs d'entrée de gamme. Maintenant ils est plutot interessant sur les grosses a tres grosses machines ou linux/bsd ne tiennent pas la comparaison. Ce qui est clair c'est qu'il n'y a pas de place pour 5 noyaux libres donc ce n'est pas si bête que ca d'avoir attendu de voir comment tournait la bataille.

      SUN est une boite dont le but est de faire du pognon pas de vous faire plaisir en sortant des produits libres...
      • [^] # Re: Trop tard...

        Posté par . Évalué à 2.

        Ce que j'aimerais, c'est que Sun libére le code de ZFS, leur futur fs qui sera dispo avec la version final de solaris 10.
        C'est un fs qui fera très certainement parler de lui (en bien i hope)
      • [^] # Re: Trop tard...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > Ce qui est clair c'est qu'il n'y a pas de place pour 5 noyaux libres

        Pourtant... Linux, OpenBSD, FreeBSD, NetBSD, Darwin... ça en fait déjà 5 qui sont largement utilisé en production.
        Allez je rajoute Hurd pour le fun :o)
        • [^] # Re: Trop tard...

          Posté par . Évalué à 5.

          Largement ?

          Heu NetBSD est un marché de d'ultra niche. OpenBSD et FreeBSD de niche. On arrive aussi a un manque problématique de developpeur chez FreeBSD qui commence a faire peur. Par exemple le support de certaines archis a du etre abandonné car plus de developpeurs. Sur certain point on en arrive a des regressions car toute la masse des devels potentiels est attirée par linux.

          Je suis fervant defenseur et BSDien depuis toujours mais BSD est tout sauf largement utilisé en production. Utilisé en production oui mais largement...

          De plus note que les noyaux BSD ne survivent que par ce que ce sont des systèmes d'exploitation complets. C'est flagrant avec le Hurd explique moi pourquoi un projet dont on dit qu'il est novateur depuis 20 ans n'arrive pas a sortir et a une equipe de 4..10 personnes au max pour le faire avancer... Hurd devient une mauvaise blague comme l'annonce du support Alpha de FreeBSD.

          Moi je suis pas aussi optimiste que ca :-)
  • # A quand une Debian GNU/kSolaris ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Debian travaille déjà sur des projets visant à porter Debian sur d'autres noyaux. Ainsi, on a :
    - Debian GNU/kFreeBSD : noyau FreeBSD, GNU Libc, distrib debian
    - Debian GNU/kNetBSD : noyau NetBSD, GNU Libc, distrib debian
    - Debian GNU/klNetBSD : Noyaux et Libc NetBSD, distrib Debian

    Une Debian GNU/kSolaris, ou GNU/klSolaris aurait de la gueule :)
  • # Question Ouverte

    Posté par . Évalué à 5.

    Mon post n'est pas une affirmation mais une question.

    Solaris tourne sur les monstres Sun genre Fire 15K, les jouets ou tu peux tout changer à chaud, tout est redondant, etc...

    S'ils libèrent Solaris, ils libèreront les parties de code spécifique à ces parties de matériel et ce genre de fonction, ou bien faut pas rêver, et ils ne libèreront que la partie kernel commune et spécifique à toutes les architectures, qui du coup est quand même beaucoup moins intéressante ?

    Solaris X86, ça n'a pas beaucoup d'intéret autre que du test, formation & développement, par exemple.
    • [^] # Re: Question Ouverte

      Posté par . Évalué à 1.

      ben ou est l'avantage poureux alors???
      • [^] # Re: Question Ouverte

        Posté par . Évalué à 0.

        Tenter de faire survivre un système qui n'a presque plus d'intéret même sur Sparc, sauf sur les très gros serveurs.
  • # Solaris et/ou le kernel ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Je peux me tromper mais Solaris désigne l'ensemble des logiciels livrés avec une Sparc.
    Ca regroupe un peu plus que le simple kernel que beaucoup évoque ici.

    SCENARIO POSSIBLE :
    Imaginons que Sun ouvre le source d'une partie des logiciels constituant Solaris mais sans ouvrir le kernel ou les bibliothèques de base, ca constituerait une ouverture partielle qui peut correspondre a la description ("ouverture du code de Solaris") mais les technologies intéressantes d'un point de vue kernel (gestion de grosses machines ou encore dtrace) resteraient fermés.

    Sur un autre point, il y a une grande partie de truc sous Solaris qui sont particulierement inutilisables pour quelqu'un habitué au confort de Linux. Franchement, je ne vois aucun intérêt à récupérer le code source du shell ou des autres outils de base qui sont largement inférieurs à ce qu'on trouve ailleurs.

    Dernier point, il est possible que Sun ne dispose pas du droit d'ouvrir les sources de *tout*. Certains outils peuvent appartenir à d'autres compagnies qui ne souhaitent pas voir leur code ouvert.
  • # J'en profite tant que c'est encore vrai...

    Posté par . Évalué à -4.

    /!\ SOLARIS CA PU C'EST PAS LIBRE /!\

    °(^o^)°
  • # Sun et ouverture de code, encore et toujours...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    http://news.com.com/Sun+may+put+Java+server+on+open-source+table/21(...)
    Cette fois, c'est Java Enterprise System, le serveur applicatif J2EE (pas la version light, et avec des trucs en plus) qui pourrait être ouvert. Il faut dire que sur ce marché, Sun est loin derrière IBM et BEA, et que les alternatives libres JBoss, JOnAS et (bientôt) Geronimo constituent autant de menaces sur l'avenir des "petits".
  • # Indication en + venant de chez sun

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    L'auteur (Richard P Gabriel) de ce message est aussi auteur de xemacs et l'un des «experts» dans le domaine de l'open sources chez sun. Il fait partie de ceux qui ont poussé au passage de openoffice sous GPL.

    http://opensource.mit.edu/pipermail/discuss/2004-June/000398.html(...)

    On y apprend qu'ils travaillent depuis 6 ans à rendre sun Open Source, et que la SCSL était un test avant de passer à l'open source.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.