Sun ouvre le code de son implémentation de JSF (Java Server Faces)

Posté par  . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Étiquettes : aucune
0
31
août
2005
Java
La version 1.2 de l’implémentation de JSF de Sun a été livrée sous licence CDDL (Common Development and Distribution Licence, NdM : approuvée OSI, mais incompatible GPL).

JSF est un ensemble d’API et de tags utilisés dans le développement d’applications J2EE, l’objectif étant de créer un framework standard pour les composants des applications web. Cette technologie semble être promise à un bel avenir au sein des applications d’entreprise.

La stratégie de Sun consistant à investir dans le logiciel libre semble donc s’inscrire dans la continuité, toutefois on peut s’interroger sur le timing de cette ouverture, l’implémentation libre d’Apache MyFaces étant déjà largement répandue.

Aller plus loin

  • # Sun vrai-faux ami du libre

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -10.

    Incompatible GPL. Ou comment faire du libre sans faire du libre.
    • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

      Posté par  . Évalué à 10.

      Et depuis quand tu DOIS être compatible GPL pour faire du libre ? Les logiciels libres sont à propos de libertés que tu octroies à l'utilisateur, pas de la licence que tu appliques.
      • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

        Posté par  . Évalué à 5.

        En utilisant des licences parfaitement libres, on peut tout de même mettre la vérole dans le chantier. En créant une licence libre incompatible avec la GPL, Sun se prive de tout apport provenant du corpus des projets GPL, et prive les projets GPL de leurs créations. C'est faire bande à part.

        Donc non, utiliser telle ou telle licence libre n'est pas neutre. On peut combattre le logiciel libre en se servant de ses propres armes. Je ne prétends cependant pas a priori que c'est le cas de Sun, car j'ai autre chose à faire que m'embarquer dans des discussions sans fin.
        • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

          Posté par  . Évalué à 3.

          Et en quoi la CDDL n'est-elle pas "parfaitement libre" ?

          La CDDL est une licence tres acceptable, autant que la MPL en tous cas. Apres elle n'est pas compatible GPL et alors ? Le libre ne se borne pas a la GPL et tant mieux.
          • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

            Posté par  . Évalué à 5.

            Dans des tas de domaines des gens s'ingénient à introduire de l'interopérabilité. Cela a été le cas dans la téléphonie, sur Internet, on en parlait encore récemment dans un article sur Google Talk << https://linuxfr.org/2005/08/25/19469.html(...) >>. Je ne vois pas l'intérêt pour le Logiciel Libre d'avoir des licences qui ne soient pas interopérables, pour reprendre le même terme. Va savoir, ses intérêts et ceux de Sun sont peut-être distincts...

            Sinon, en effet, dans la forme, la CDDL est une licence très acceptable. Le fait qu'elle soit incompatible GPL la rend même très acceptable sur le fond pour des éléments que Sun ne veut pas partager. Sun participe, à part. Ca ne me révolte pas, mais on peut au moins le dire.
            • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

              encore plus que l'interopérabilité c'est la notion de partage de code et d'entraide qui est au coeur du logiciel libre.
              si ils existe 20 projets de softs avec 20 licences parfaitement libres mais incompatibles alors on ne peut plus utiliser des bouts de code de l'un pour améliorer l'autre : tout est libre mais rien n'est utilisable ailleurs !

              Le fait pour SUN de créer la CDDL est une arme contre Linux et pas du tout un geste éclairé de philantropie envers les utilisateurs.
              Ils ont concu spécifiquement leur licence pour être incompatible avec la GPL.
              • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                Juste que en reprenant vos arguments (je ne connais pas dans le fond la CDDL) je peux considérer que la GPL n'est pas libre non plus, ou en tout cas non interopérable.

                Elle a été conçu pour être spécifiquement incompatible avec la license BSD, ( libre, voire même trop selon certain) => 0 interopérabilité possible avec les softs sous license BSD ou plutôt les softs sous GPL peuvent pomper allègrement mais aucun retour possible.

                Bref mon but n'est dans lancer un troll BSD vs GPL, mais plutôt de montrer que les arguments "incompatibles GPL" = "pas libre" sont faux.

                Le but de la CDDL était peut être entre autres que les softs GPL n'utilisent pas leur code. Mais ça n'en fait pas une license non libre pour autant. sinon la GPL est non libre par rapport à la BSD et ainsi de suite.

                Le libre ne se cantonne pas à la GPL et bien heureusement, il y en a pour tous les goûts et toutes les notions de liberté.
                • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                  je n'ai jamais dit que la CDDl n'était pas libre ! elle est parfaitement libre MAIS elle est conçue pour "tuer" Linux.
                  Va sur sourceforge ou autres et tu verra que la grande majorité des projets sont sous GPL donc créer une licence libre non compatible c'est refuser de participer à "l'écologie" générale du mouvement.

                  Quand à la comparaison avec la BSD elle a été faite x fois ici et ailleurs :
                  La BSD c'est la liberté du developpeur : il peut prendre le code et en faire ce qu'il veut (même du proprio)
                  La GPL c'est la liberté du code : il reste toujours libre quel que soit les circonstances.
                • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  Entre la BSD et la GPL il y a une différence de nature et de conception. Linus Torvalds, qui est tout sauf un idéologue ou un idéaliste, a cependant placé le code de Linux sous GPL. Qu'en serait-il advenu sous une licence BSD ?

                  Je sais, il y a un apparent paradoxe difficile à assimiler : la licence GPL qui défend la notion de liberté, ose se permettre d'interdire certaines choses. S'il suffisait de tout autoriser, on se demande pourquoi on s'ennuirait à écrire des licences ! Si spontanément tout le monde défendait sa liberté et respectait celle d'autrui, pourquoi aurait-on des gouvernements, des institutions et des lois ?
                • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

                  Posté par  . Évalué à 4.

                  Il ne faut pas oublier que la GPL est la première licence copyleft . Elle n'avait pas du tout pour but de créer une licence concurrente mais bien de donner un cadre au logiciel libre. Son exclusivité vient du fait que c'était la seule façon de protéger le code. Donc attention à cette nuance par rapport à la CDDL.
                  Personellement je considère que la bonne solution :
                  - sois tu utilise une licence type bsd car tu veux être domaine publique (ou autre licence compatible GPL style celle de python)
                  - sois tu utilise la LGPL
                  - sois tu utilise la GPL
                  - sois tu utilise la GPL ou LGPL +une autre licence de ton choix pour des arrangements perso (cas de Mozilla)

                  Aujourd'hui, utiliser exclusivement une autre licence est pour moi, dans beaucoup de cas, seulement par manque de courage dans l'ouverture (faire les choses un peu à moitié, donner sans lacher). D'autre fois (plus rares) c'est pour des problèmes philisophiques.

                  Attention je souligne bien que je fais cette lecture à la lumière de l'histoire du LL.
                • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  La GPL est très différente de la BSD au niveau de la philosophie. Qu'elle soit incompatible n'est donc pas étonnant, puisqu'elle apportait quelque chose de nouveau (l'impossibilité de faire du propriétaire à partir du libre).

                  La CDDL n'est pas différente de la GPL au niveau de la philosophie et n'apporte rien de nouveau, sinon d'interdire tout échange de code entre projets sous GPL et sous CDDL.
            • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -3.

              > Je ne vois pas l'intérêt pour le Logiciel Libre d'avoir des licences qui ne soient pas
              > interopérables, pour reprendre le même terme.

              Si j'ai bien compris tu n'aimes pas la GPL, qui par con copyleft très fort rend une énormité de projets non compatibles avec plein de licences libres ?
        • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Attention à ne pas confondre "libre" et "communautaire". C'est libre, ça s'arrête là.
          Après ça ne recoupe peut être pas la communauté mais c'est une autre histoire.
    • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

      Posté par  . Évalué à 9.

      Avant de raconter n'importe quoi et de continuer a perpetuer l'idee que libre = GPL, quelques liens utiles :
      - http://www.sun.com/cddl/CDDL_why_summary.html(...)
      - http://www.sun.com/cddl/cddl.html(...)
      - http://www.sun.com/cddl/CDDL_MPL_redline.pdf(...)

      J'en deduis donc que pour toi Mozilla est un vrai-faux ami du libre puisque la licence CDDL est derivee de la MPL 1.1 ...
      • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

        Posté par  . Évalué à 1.

        J'en deduis donc que pour toi Mozilla est un vrai-faux ami du libre puisque la licence CDDL est derivee de la MPL 1.1


        Sauf que la fondation mozilla vise à terme le 100% tri-license MPL/LGPL/GPL pour son code, ce que Sun a priori n'est pas sur le point de faire... :-(
        Qu'ils préfèrent la CDDL ok, mais rien ne les empèche de sortir leur code sous double-license CDDL/GPL, le modèle à multiple license a prouvé sa viabilité dans les cas d'un certain nombre d'acteurs majeurs du libre, pourquoi Sun ne pourrait-il faire de même ?

        --
        Jedaï
        • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

          Posté par  . Évalué à 2.

          Je signale que Sun _fait_ de même avec OpenOffice (double licence SISSL/LGPL).

          Quand a ceux qui gueulent je trouve que Sun fait ce qu'il veut avec son code, de plus dans le monde de Java, la GPL est plutot rare (MyFaces a une licence apache incompatible également avec la GPL).
    • [^] # Re: Sun vrai-faux ami du libre

      Posté par  . Évalué à 7.

      > Incompatible GPL. Ou comment faire du libre sans faire du libre.

      N'importe quoi : tout le monde sait que la seule vraie licence libre est la licence BSD.


      ( oula ).
  • # MyFaces

    Posté par  . Évalué à 3.

    MyFaces est open-source et sous license Apache.

    Cette ouverture de code ne serait-elle pas un moyen pour Sun de lutter contre MyFaces et d'essayer d'imposer son implémentation de JSF?
    • [^] # Re: MyFaces

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -6.

      Cela peut motiver ces manches à couilles de chez Apache à mieux bosser. En tout cas, l'implémentation de SUN fonctionne très bien, et avec Java Studio Creator c'est enfin un plaisir de faire des belles applis et vite.
    • [^] # Re: MyFaces

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      Probablement pas non ou alors de façon vraiment trés maladroite.
      Myfaces est une excellente implémentation de JSF et la pertinence des logs est même globalement meilleure que celle de SUN.

      Le fait de jouer avec les deux implémentations m'a permi d'élucider quelques problèmes sioux sur des projets JSF complexes.

      Au final c'est la version avec Myfaces qui a été retenue pour l'ensemble des projets JSF. Et personne ne s'en plaint :-)

      L'expérience montre toutefois qu'au fils des versions des specs les interprétations inévitables vont créer des implémentations incompatibles et qu'il sera impossible de basculer un projet d'une implémentation à l'autre comme j'ai pu le faire assez facilement jusqu'ici.

      Reste à espérer au contraire que ces 2 implémentations permettront d'affiner les points délicats dans les SPECS ... Soyons optimiste.

      L'ouverture d'un code est toujours une bonne nouvelle.
      Il faut arrêter de chercher la petite bête.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.