Utilisabilité, accessibilité et ... réalité

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
0
3
juin
2004
Internet
Une chronique du cabinet Clever Age fait un point sur l'accessibilité et l'utilisabilité des applications webs.

Derrière le concept d'accessibilité se cache le besoin de fournir un site web auquel on puisse accéder de façon équivalente, quel que soit le dispositif technique utilisé, le logiciel de lecture ou ses options de personnalisation.

L'utilisabilité d'un site web se caractérise par sa facilité d'utilisation et par le fait que ses visiteurs puissent y trouver sans difficulté particulière l'information ou le service recherché

La chronique, émaillée d'exemples et de nombreuses références, expose la difficulté des créateurs web à fabriquer des sites accessibles et respectueux des standards tout en se heurtant aux limites des navigateurs web.
Il décrit les hacks les plus fréquemment utilisés afin d'arriver à une mise en page soignée sous Internet Explorer _ET_ les autres navigateurs.

La chronique se termine de manière pragmatique sans vraiment prendre position tout en fournissant un encouragement à passer aux standards. ("le jour où IE 5.5 ne sera plus qu'un mauvais souvenir") Quelques recommandations à suivre afin de maximiser l'accessibilité d'une page HTML.

Renseigner le titre de la page. Il ne faut pas laisser le nom générique de son site. Il est nécessaire de présenter un titre ayant du sens dans le contexte précis de la page. (avec, normalement, le titre du contenu, suivi de son thème et du nom du site).

Utiliser les éléments HTML à bon escient. N'utilisez pas un élément p avec un attribut font plus grand pour le titre de votre site, préférez lui l'élément h1.

Imaginez vous lire le code source de votre page et devoir déduire son contenu. Cette démarche amènera sûrement à proscrire les artifices de mise en page en tableau ou le texte affiché via des images.

Aller plus loin

  • # usure et usabilite

    Posté par . Évalué à 10.

    En bon francais, je crois qu'usabilite se traduit par ergonomie.

    J'ai l'impression qu'on parle de site web qui sont en train de s'user.
    Ce qui serait une bonne chose puisqu'on semble s'orienter vers une meilleur prise en charge des standards (Moz integre de + en + de nouveaux standards et IEurk fais de meme).

    Pour une mailing liste on dit qu'elle ne s'use que si on ne s'en sert pas.
    Pour un site web, c'est un peu pareil.
    Et je rejoins l'article, car respecter les standards c'est assurer qu'un site web pourra etre techniquement lu pendant longtemps.
    • [^] # Re: usure et usabilité

      Posté par . Évalué à 8.

      « usabilité » est un anglicisme de débutant, c'est clairement à éviter.

      C'est le mot « ergonomie » qui devrait être utilisé, ou encore, pour les ceusses qui pensent que ce n'est pas l'équivalent exact de « usability » en anglais, on pourrait parler « d'utilisabilité », bien que ce mot n'existe pas encore en français.

      usable (anglais) -> utilisable (français)
      usability (anglais) -> pas d'équivalence (français)
      • [^] # Re: usure et usabilité

        Posté par . Évalué à -4.

        Oh!!! Clever age, je me disait que ce nom me disait quelque chose, ce sont des spameurs recidivistes... :(
      • [^] # Re: usure et usabilité

        Posté par (page perso) . Évalué à -2.

        Quitte à utiliser un mot qui n'existe pas, autant le choisir. "utilisabilité" c'est peur être mieux coté racine du mot, mais ça ne sonne vraiment pas bien, contrairement à "usabilité".
        • [^] # Re: usure et usabilité

          Posté par . Évalué à 2.

          Usabilité, c'est incompréhensible pour qui ne connaît pas le mot anglais, donc autant utiliser le mot anglais....
          • [^] # Re: usure et usabilité

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            En fait, si on comprend le sens du verbe français user et que l'on raisonne un tant soit peu logiquement, on devrait comprendre "usabilité" comme étant la faculté de s'user...
    • [^] # Re: usure et usabilite

      Posté par . Évalué à 2.

      Oui je disais la même chose quand on en discutait dans un journal. Est-ce qu'à l'inverse, les anglais n'ont pas de mot pour ergonomie ?
      • [^] # Re: usure et usabilite

        Posté par . Évalué à 3.

        Si, si.
        Voir http://dictionary.reference.com/search?r=2&q=ergonomics(...)

        Un extrait d'une des définitions :
        The study of the design and arrangement of equipment so that people will interact with the equipment in healthy, comfortable, and efficient manner

        Ca me semble tout à fait correspondre.
      • [^] # Re: usure et usabilite

        Posté par . Évalué à 4.

        D'après l'Académie, ergonomie est est mot venant de l'anglais, donc les Anglais ont bien un mot pour ergonomie...

        "ERGONOMIE n. f. XXe siècle. Adapté de l'anglais ergonomics, composé à l'aide du grec ergon, « travail », et nomos, « loi ».
        Ensemble des études ayant pour fin l'organisation du travail et la mise au point des équipements et des matériels les mieux adaptés à la personne qui travaille ; caractère de ce qui est conçu grâce aux résultats de ces études. L'ergonomie permet d'améliorer le rendement du travail."

        À noter que ergonomie n'apparaît qu'avec la 9eme édition du dico de l'Académie, celle en cours de rédaction.
        • [^] # Re: usure et usabilite

          Posté par . Évalué à 1.

          L'Association Internationale d'Ergonomie propose la définition suivante:
          "L'ergonomie (ou l'étude des facteurs humains) est la discipline qui vise la compréhension fondamentale des interactions entre les humains et les autres composantes d'un système, mise en oeuvre dans la conception de théories, de principes, de méthodes et de données pertinents afin d'améliorer le bien-être des hommes et l'efficacité générale des systèmes"

          Pour revenir sur l'accessibilité juste quelques conseil sans prétention mais fort utile (en plus de la conformité du code).
          Du point de vue du HTML, un malvoyant est favorisé dans sa lecture si le texte est hautement contrasté avec le fond: par exemple du texte jaune ou blanc sur fond noir ferait bien l'affaire. De plus un font « scale » de +1 ou +2 serait optimale.
          Sur ce point on peut aussi ajouter qu'afin de donner le maximum de choix aux utilisateurs, il serait bien de ne jamais spécifier la taille du caractère, mais de laisser ce choix aux utilisateurs dans
          leurs navigateurs ou au travers des aides techniques.

          De plus, le type de caractère a une importance dans l'optimisation de la lecture du texte. Des fonts bien définis et bien dessinés sont plus performants que d'autres : elles ne subisses de dégradation lors du "grossissement" de la page.

          Ne pas commettre des fautes d'orthographe : les outils de screen reader reproduisent ce qu'il y a écrit à l'écran ; les fautes d'orthographe empêchent une lecture et une compréhension fluide du texte et la lecture se verra ralentie considérablement ; le webmaster doit contrôler toujours la cohérence du texte écrit du point de vue des erreurs et du sens...
    • [^] # Re: usure et usabilite

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      En fait, usabilité, malgré son appartenance indéniable à la catégorie «anglicisme», sous catégorie «goret», à moins que ce ne soit le contraire, est un mot bel et bien «homologué» par les concepteurs de site :
      http://www.axance.com/03newslet/level2/03lettre_usabilite_01.htm(...)

      Évidemment, l'explication est décevante :
      « -> la traduction en français pourrait être "utilisabilité", ou "fonctionnabilité"
      mais ces termes ne sont pas corrects, ni agréables à l'oreille, aussi nous avons choisi de conserver le terme d'origine, mais francisé : usabilité».

      Au fait, on dit souvent «footing» pour «jogging», pourtant c'est à la fois sans aucun sens et plus moche.
      • [^] # Re: usure et usabilite

        Posté par . Évalué à 7.

        Sauf erreur de ma part, seule l'Académie est habilitée à accepter ou refuser de nouveaux mots ou de nouvelles syntaxes. Certes, le français étant une langue vivante, il est normal qu'elle évolue avec ses pratiquants mais pas n'importe comment. Ce n'est pas parce que Dupont ou Durant a décidé que "usabilité" était joli ou je ne sais quoi que ça a la moindre valeur. Le terme ergonomie existe, est conforme au niveau du sens, alors je ne vois pas l'intérêt de ce transfert.

        De plus, si chacun y va de sa petite adaptation très personnelle du français, on va avoir franchement du mal à se comprendre dans quelques années.
        • [^] # De l'évolution de la langue

          Posté par . Évalué à 3.

          Sauf erreur de ma part, seule l'Académie est habilitée à accepter ou refuser de nouveaux mots ou de nouvelles syntaxes.

          Disons que l'Académie court derrière la langue parlée. A part quelques exceptions et le vocabulaire scientifique, c'est l'usage qui fait la langue. Les mots naissent et évoluent dans la société, certains vont se stabiliser et se fixer dans la langue courante, d'autres vont disparaîtres aussi vite qu'ils sont nés.
          Quel que soit la valeur de « usabilité », si dans 30 ans il est toujours utilisé dans un sens reconnu par tous et intégré dans les principaux dictionnaires, l'Académie Française sera bien forcée de reconnaître son usage et de l'incorporer dans son dictionnaire.

          Pour reprendre ta remarque sur l'adaptation personnelle du français par chacun, si quelqu'un n'est pas compris par son vocabulaire perso il va vite en utiliser un autre, à moins que ce ne soit délibéré comme dans l'usage d'un argot ou d'un jargon.
          • [^] # Re: De l'évolution de la langue

            Posté par . Évalué à 1.

            Il y a tout de même des différences non-négligeables entre un néologisme et un barbarisme : comme écrit déjà plus haut, la racine de « usabilité » à la même racine que « usure » et non celle de « utilisateur », ce ne peut donc pas être considéré par n'importe qui (sauf peut-être par un rédacteur deDLFP ;-) comme un néologisme qui serait construit à partir de mots déjà existants. Ça s'apparente par contre beaucoup plus à une sorte de francisation, syllabe à syllabe, du mot anglais revêtant le même sens.

            Bref, l'air heurt et tu mènes... il ne reste plus aux modérateurs qu'à rectifier le tir... euh... l'article ! Ici ce n'est pas tant l'évolution de la langue qui est en jeu, mais plutôt celle d'Olivier Mansour... le prochain commentaire sera sur le thème « De la redite et du pinaillement » ;-)
            • [^] # Re: De l'évolution de la langue

              Posté par . Évalué à 1.

              Je n'ai pas trop réfléchi à cette problématique fondamentale ! :-)

              Bien que le français ne soit pas ma langue maternelle je pense le parler assez bien. J'utilise le mot usabilité car c'est un mot que j'entends souvent et que les gens comprennent autour de moi. J'ai maintenant conscience qu'il n'est peut être pas le plus approprié (bien qu'il est fallu maltraiter quelques drosophiles pour arriver à ce résultat !!).
            • [^] # Re: De l'évolution de la langue

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              j'en déduis que "usité" a pour toi aussi un sens d'usure ? faut croire que la base du mot n'est pas un critère suffisant ici pour choisir entre les deux.
              Et quand bien même, il arrive fréquement qu'il y ai des exceptions quand un mot semble dur à prononcer ("utilisabilité" l'est à mon avis).
            • [^] # Re: De l'évolution de la langue

              Posté par . Évalué à 2.

              "la racine de « usabilité » à la même racine que « usure » "

              Que "usage", aussi...
        • [^] # Re: usure et usabilite

          Posté par . Évalué à 1.

          > Sauf erreur de ma part, seule l'Académie est habilitée
          > à accepter ou refuser de nouveaux mots ou de nouvelles
          > syntaxes.

          Ce que j'avais plutôt compris c'est que l'Académie ne fait que des propositions, et c'est bien l'usage courant qui détermine réellement l'évolution de la langue.

          Pour réagir à un commentaire plus bas, usabilité est un anglicisme affreux qui fait tiquer tout non-informaticien ; essayez autour de vous.
  • # Pragmatisme

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    L'article a surtout le mérite de contenir tout un tas de pointeurs tous plus intéressants les uns que les autres, c'est plus une base de lien qu'une véritable prise de position, ce qui est en soit assez agréable.

    J'y ai notamment découvert le site http://www.pagedaccueil.com/(...) qui permet une approche "par l'exemple".

    Ça nous change des sempiternels obsédés du validator.
    • [^] # Re: Pragmatisme

      Posté par . Évalué à 2.

      Le validateur te permet de détecter les erreurs dans tes pages; ont-elles une bonne raison d'en contenir ?
      • [^] # Re: Pragmatisme

        Posté par . Évalué à 10.

        Utiliser le validateur pour corriger son site => bien
        Utiliser le validateur pour allumer un webmestre sous-pretexte que son site ne valide pas => pas bien

        D'ailleurs, mieux vaut un site avec du code bien semantique et 2 ou 3 erreurs benignes au validateur qu'un site qui valide mais dont la semantique est n'importe quoi.
        • [^] # Re: Pragmatisme

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          « Utiliser le validateur pour corriger son site => bien
          Utiliser le validateur pour allumer un webmestre sous-pretexte que son site ne valide pas => pas bien »

          Si le site que le webmestre administre est un site d'un organisme public, c'est ton site, puisque c'est toi qui le finance. Sans « allumer », car ce n 'est pas hyper constructif, le fait de pouvoir dire que le site n'est pas valide est un argument rationnel pour pointer du doigt un problème réel.

          « D'ailleurs, mieux vaut un site avec du code bien semantique et 2 ou 3 erreurs benignes au validateur qu'un site qui valide mais dont la semantique est n'importe quoi. »

          Peux-tu élaborer ?
          • [^] # Re: Pragmatisme

            Posté par . Évalué à 3.

            Heu ca doit être que comme partout les standards à eux seuls ne garantissent pas grand chose. Tu peux faire un truc qui valide mais monstreux. C'est comme tout langage de prog. c'est pas par ce que tu es ANSI-C et POSIX1.e que tu as ecris du bon code. Tu peux ecrire de la merde valide, illisible et tout et tout. La preuve en est l'IOCCC demande du code ANSI-C strict.

            Bref le jugement validateur = 0 fautes => bien, validateur != 0 fause => pas bien c'est de la stupidité en boite.

            Si le standard est bien fait (et donc qu'il y a un interet de le respecter) alors le problème s'explique sans passer par le fait que "bouh c'est pas standard caca" mais d'expliquer le problème par le problème lui même. Le fait que ce soit pas standard c'est assez secondaire après tout. Ne pas respecter un standard pour une raison valide je le fais tout les jours en C simplement par ce que je sais les conséquence de la chose et suis apte de juger si c'etait approprié.

            Enfin bref ca devait etre dans cet esprit la....
      • [^] # Re: Pragmatisme

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Oui (et non bien sur), si par exemple tu utilises un CMS et que tu n'as pas accès à tout le code produit (par un template à toi par exemple), et bien tu n'as pas trop le choix.

        Alors en effet, ce n'est pas une _bonne_ raison, mais ce n'est pas non plus une _bonne_ remarque que de dire "puisque ton site ne valide pas, il n'est pas accessible/ergonomique".

        Sur http://www.la-grange.net/accessibilite/table_of_contents.html(...) on peut vérifier par soi même que, si les standards tendent à encourager l'accessibilité, ce n'est parce qu'un site est "valide" qu'il sera forcément plus _accessible_ qu'un site avec quelques erreurs.

        Ce qui tend à m'exaspérer ce sont les discours qui s'appuie sur du politiquement correct ("l'inaccessibilité c'est mal") pour faire passer un message simpliste ("accessibilité = validator, donc ton site il pue").

        Je le répète pour finir d'être (j'espère) plus clair : les standards favorise l'accessibilité, mais ils ne _sont_pas_ l'accessibilité !
        • [^] # Re: Pragmatisme

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Parce que la relation accessibilité / standard n'est pas une relation d'équivalence. Les standards c'est pour l'interopérabilité, ce qui n'est qu'une partie de l'accessibilité.
          En même temps c'est aussi la plus simple et une des plus importantes. Si les gens intègrent ça c'est déjà pas mal. (par contre je ne réduit pas le concept de standardisation au simple passage par le validateur HTML)
  • # Remarques

    Posté par . Évalué à 5.

    En quoi OpenWeb est la référence en matière d'accessibilité ? Déjà le lien direct http://openweb.eu.org/accessibilite/(...) aurait été plus approprié mais en plus, il existe un site dédié : http://www.acces-pour-tous.net/(...)

    Ainsi que chez monsieur Karl : http://www.la-grange.net/accessibilite/(...) et http://www.la-grange.net/w3c/WAI-WEBCONTENT-TECHS/(...)

    Ensuite il peut être intéressant d'ajouter un lien vers le journal où on en a discuté ; des commentaires peuvent être intéressants.
  • # Précisions

    Posté par . Évalué à 7.

    Bonjour,
    Travailant dans les standards et l'accessibilité depuis quelques temps déjà, je m'aperçois qu'il y est parfois délicat de comprendre le pourquoi du comment;)
    Je me permets donc quelques remarques:
    L'ergonomie n'a rien à voir avec l'usabilité (ou utilisabilté): L'ergonomie c'est la simplicité de navigation, la qualité de cette navigation, s'il est simple de trouver ce que le site est censer apporter. L'usabilité c'est les usages du site, à quoi il sert.
    Si on fait un site qui te donne ta date de naissance et d'autres informations "de base" sur toi, il peut être ergonomique, mais n'a aucune usabilité.
    Ensuite, concernant l'anglicisme, il faut se détendre, si nous n'avons pas de mot pour quelque chose, il n'y a pas de honte à utiliser un anglicisme. Tout les mots en "able" proviennent de la langue Française...Il n'est pas utile d'être chauvin pour rien.
    Finalement concernant les standards et surtout Validator, il est primordial que chaque page soit valide, pas pour être pénible, mais simplement par respect pour les utilisateurs. Seul la validité de ta page garantie à tes utilisateurs qu'ils pourront utiliser le navigateur de leur choix pour naviguer dans ton site. Tu auras beau faire les tests que tu veux, il y aura toujours des configurations que tu n'auras pas testé, donc une page doit obligatoirement passer au validator, c'est la seule garantie.
    http://www.anazys.com/fr/Freedom(...)
    J'ajouterais une dernière chose concernant les standards, elle est plus "politique": si tes pages ne sont pas valides, tu fais perdre du "pouvoir" à l'organisme de standardisation, donc tu encourages et donnes du "pouvoir" aux formats/code propriétaires, donc tu portes atteintes à l'interopérabilité qui sont les fondements du Web. En un mot tu donnes le baton pour te faire battre (ok, c'est une phrase;)).
    En ce qui concerne la référence en matière de standard et d'accessibilité, c'est uniquement le w3c ( http://www.w3.org(...) ), les autres sites sont des complèments (traductions ou articles, ...).

    Maintenant tout n'est pas si rose, par exemple le formulaire d'inscription de ce site ne marche pas avec Safari, alors que la page est valide et Safari conforme;)

    Le gros intérêt de tout cela est étique, politique (au vrai sens), économique (quand on sait ce qu'est le TCO).

    Un exemple, si tu vas voir le site Anazys ( http://www.anazys.com(...) ), tu peux y naviguer avec presque n'importe quel périphérique (PDA, téléphone, etc), et en désactivant javascript ou les cookies, ça marche quand même et il n'y a qu'une seule version de site.
    Bien entendu il a un meilleur rendu sur les navigateurs conformes (Moz, Safari) que sur IE;)

    Une dernière remarque, on ne peut pas être vraiment accessible sans être conforme aux standards. seul le plus petit niveau d'accessibilité (simple-A) peut être obtenu sans conformité, pour le AA et AAA il faut obligatoirement être conforme.

    L'accessibilité et les standards sont pour l'intérêt commun, il est important d'aller dans ce sens, sinon Internet ne sera qu'une vaste mer** de publicité et de site ne fonctionnant qu'avec le plus mauvais navigateur actuel (qui n'existe pas sur Linux et n'existera plus sous Mac)...
    • [^] # Re: Précisions

      Posté par . Évalué à 6.

      L'usabilité c'est les usages du site, à quoi il sert.

      Dans ce cas "utilité" aura 2 mérites: être correct et répondre à ta définition.

      Si on fait un site qui te donne ta date de naissance et d'autres informations "de base" sur toi, il peut être ergonomique, mais n'a aucune usabilité.

      CQFD! Le site n'a aucune utilité.
    • [^] # Re: Précisions

      Posté par . Évalué à 1.

      > L'ergonomie c'est la simplicité de navigation

      Ergonomique ne veut pas dire simple mais facile à utiliser. Certes plus c'est simple plus c'est facile mais on peut aussi faciliter l'utilisation d'appareils ou de sites compliqués : les rendre ergonomiques.
    • [^] # Re: Précisions

      Posté par . Évalué à 3.

      (petit délire avant d'aller manger)
      et donc le contraire d'un site ergonomique et utisable, c'est une site dont on a du mal à comprendre à quel point il ne sert à rien.
      (a taaaable!!)
    • [^] # Re: Précisions

      Posté par . Évalué à 1.

      Merci pour tes commentaires, ils éclairent bien.

      Je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'être valide et être "bon", c'est deux chose différente. Il est important de bien structurer l'information, et lorsque l'on fait cela, le dernier petit effort pour être valide n'est pas trop compliqué.

      Pour cette histoire de usability, je dirais plutôt utilisabilté personnellement (pas de valeur légale;)), mais je suis pas vraiment un as de la langue française. Par contre, je ne pense pas qu'utilité puisse convenir, car l'utilité c'est simplement par rapport à un besoin spécifique (une population, une cible), alors que l'usage ne s'attache pas vraiment à une cible.
      D'ailleurs j'ai dis une connerie au dessus pour mon exemple d'utilisabilité, en fait c'est l'utilité dont je parlais;)

      Comme quoi c'est simple tout ça;)

      Parlons simplement des usages:)

      Mais je ne pense pas qu'on puisse dire utilité au lieu de usability, il y a une différence entre utilité et usage. Mais j'ai pas mieux que utilisabilité (ou usabilité) à proposer;)

      En aparté, je n'attendrais pas l'académie Française pour savoir quel mot utiliser, je ne les considère plus comme "référence" depuis qu'ils ont "inventé" courriel, pourriel et arbuse (je crois que c'est ça)...
      • [^] # Re: Précisions

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ah non ! Rendons aux québécois ce qui appartient à César (ou l'inverse) :
        pourriels, ça sort pas de l'Aca-demie française.

        En plus, pourriels, c'est mieux que "polurriel" ou "spam", non ?
  • # mise en page avec des tables

    Posté par . Évalué à 2.

    Il y a un point de détail qui me paraît litigieux dans cet article.
    l'abandon pour la mise en page des tableaux HTML au profit de positionnement de blocs par feuilles de styles. Cette modification technique est la conséquence logique d'un profond changement du principe de création web, où les contenus XHTML priment et doivent être cohérents sémantiquement
    Ça sous-entend qu'à un moment il était considéré que la mise en page à base de tables était normale ce qui, je crois, est faux. Tim Berners Lee et le W3C n'ont jamais dit que c'était comme ça qu'il fallait procéder. C'est uniquement le fait de webmasters peu consciencieux.

    Par contre il soulève une question pertinante : celle de l'utilisation de hacks anti navigateurs obsolètes. Je suis assez d'accord sur le fait que ça ralonge la vie des navigateurs non conformes. D'un autre côté je me dis qu'il y a des cas où il vaut mieux ça qu'un site à bases de tables.
  • # déjà vu

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    C'est bizarre, j'ai beau trouvé que cet article est sympa, je lui trouve une odeur de déjà vu :
    http://linuxfr.org/2004/05/24/16340.html(...)

    Je trouve l'idée de faire une version digérée d'un fil de commentaires sur linuxfr excellente, mais y'a un truc qui me gêne, peut être de ne pas citer ses sources...

    Cette remarque n'est évidemment pas valide que si je suis le seul à trouver qu'il y a un sacré air de ressemblance (surout à partir de la deuxième moitié des commentaires).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.