XCP-ng une alternative open source à XenServer

Posté par . Édité par Davy Defaud, Nÿco, ZeroHeure, Nils Ratusznik et Xavier Claude. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
33
10
jan.
2018
Virtualisation

Xen Cloud Platform était l’équivalent libre et open source de XenServer avant que l’hyperviseur de Citrix ne soit lui‐même passé sous licence libre.

Mais, la version 7.3 de XenServer a déplacé de nombreuses fonctionnalités auparavant gratuites dans les versions standard et entreprise — payantes, donc.

En conséquence, une solution communautaire est de nouveau nécessaire : XCP-ng en devient donc le projet.

Qui s’occupe de ce projet ?

Contrairement à la première version de XCP, ce projet n’est pas supporté par Citrix. C’est un projet 100 % communautaire dont les premiers contributeurs sont :

  • Olivier Lambert (du projet Xen Orchestra — principal porteur du projet XCP-ng) ;
  • John Else ;
  • Nick Couchman ;
  • Jon Sands ;
  • Mike Hidalgo.

Le projet est ouvert à tous et si vous souhaitez contribuer, vous pouvez contacter l'équipe de Xen Orchestra pour demander à participer à XCP-ng.

Quels objectifs ?

L’objectif principal du projet est de fournir une solution équivalente à XenServer (c’est‐à‐dire intégrant les fonctionnalités de la XAPI) dans une solution complètement communautaire et non dépendante de Citrix, ce qui inclut :

  • une solution compatible à 99,99 % avec XenServer (autant que possible), permettant par exemple de transférer des machines virtuelles depuis XenServer vers XCP-ng et vice versa ;
  • une solution compatible à 99,99 % avec les solutions de gestion libre pour XenServer (comme Xen Orchestra) ;
  • une documentation complète et fonctionnelle de sorte que tout le monde puisse utiliser les sources ;
  • une solution complètement indépendante des dépôts Citrix/XenServer.

Le planning

Le planning estimatif du projet inclut trois phases :

  1. créer un prototype fonctionnel et une documentation de compilation — Q1 2018 ;
  2. créer le dépôt RPM et un méta‐paquet ;
  3. ajouts et améliorations (ex : pilotes ZFS, pilote GlusterFS).

Comment participer ?

Aide directe (et technique)

Les personnes avec de l’expérience dans les champs suivants sont les bienvenues :

  • construction de logiciels et de paquets (préférablement orientée CentOS RPM et SRPM) ;
  • connaissance de la XAPI et OCaml ;
  • connaissance approfondie de XenServer en général.

Aide indirecte

Les principaux contributeurs seront rémunérés pour le travail initial, construction/compilation, documentation et process. Tout ça aura donc un coût en temps et en argent. Les contributions seront donc les bienvenues et une campagne de financement participatif verra sans doute le jour.

En outre, tester la solution lors des différentes phases sera également d’une grande aide.

  • # Mais encore ?

    Posté par . Évalué à 10 (+12/-1).

    C'est une belle traduction de la page du site; par contre ni sur le site, ni sur l'article, on ne trouve à quoi ça sert.

    Tout le monde ne connait pas XCP; même moi, utilisateur de Xen sous Debian, j'ignore à quoi ça sert, et du coup, je ne comprends pas ce que propose XCP-ng.

    • [^] # Re: Mais encore ?

      Posté par . Évalué à 3 (+5/-2).

      Bah c'est une alternative Open Source complète à XenServer qui plus est doit être à peu près a 100% compatible dans les 2 sens. La version officiellement open source de XenServer étant trop dénudé.
      XenServer est si je me trompe pas un hyperviseur, c'est a dire une sorte de micro-noyau chargé de la virtualisation de VM au dessus. Il réduit la couche OS hôte au minimum comparé à une solution comme VirtualBox.

      Xen

    • [^] # Re: Mais encore ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+7/-0).

      C'est un outil pour gérer tes VM, c'est un équivalent de libvirt, proxmox…

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Mais encore ?

      Posté par . Évalué à 7 (+6/-0).

      Si j'ai bien compris ce passage :

      Xen Cloud Platform était l’équivalent libre et open source de XenServer avant que l’hyperviseur de Citrix ne soit lui‐même passé sous licence libre.

      Mais, la version 7.3 de XenServer a déplacé de nombreuses fonctionnalités auparavant gratuites dans les versions standard et entreprise — payantes, donc.

      XCP était un clone libre ce Xen qui a été arrété lorsque Citrix, qui développait et détenait Xen, a décidé de passer sa version en libre, ce qui a rendu inutile le projet XCP.

      Aujourd'hui, Citrix a enlevé des trucs de la version libre pour le réserver à leur version propriétaire. Il y a donc de nouveau la place / le besoin d'un projet libre équivalent qui va venir développer/maintenir communautairement les parties réservées à la version non libre.

      • [^] # Re: Mais encore ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

        XCP ou Xen Cloud Platform est un ensemble de logiciels libre développés par le projet Xen qui est composé de :

        • l'hyperviseur Xen
        • XAPI : Un service qui permet de contrôler un pool d'hyperviseurs Xen via des commandes HTTP

        https://wiki.xen.org/wiki/XCP_Overview

        XenServer est un produit OpenSource développé par Citrix qui se présente sous la forme d'une distribution complète embarquant un système basé sur Centos, XCP, des templates de machines virtuelles préconfigurés pour les principaux systèmes, un outil graphique pour Windwos (XenCenter) qui parle avec XAPI et qui propose des fonctionnalités évoluées telles que consoles, disaster recovery (remonter la sauvegarde d'un pool d'hyperviseurs), rolling pool update (gérer les montées de version).

        XenOrchestra est une alternative a XenCenter en mode web qui à ma connaissance n'est que partiellement libre (n'ayant pas de souscription, je n'ai pas pu vérifier la licence des composants payants).

        Au démarrage XenServer était plutôt Free as in Free Beer. Gratuit d'utilisation avec des fonctionnalités avancées payantes. Puis Citrix a décidé de rendre le projet complètement Libre et Gratuit et a créé XenServer.org pour gérer l'évolution du soft. La licence vendue par Citrix correspond a du support + la primeur pour les patchs.

        Aujourd'hui à l'occasion de la version 7.3 de Xenserver, citrix rend ses build de XenServer payants. Seule une version très limitée (pas plus de 2 hyperviseurs par pool alors qu'il en faut minimum 3 pour bénéficier de la HA) est gratuite.

        Le problème n'est donc pas un problème de liberté mais un problème de gratuité.

        XCP-ng est un projet visant à fournir un build gratuit de la plateforme XCP comme alternative à XenServer.

        • [^] # Re: Mais encore ?

          Posté par . Évalué à 2 (+2/-1).

          NB. Il est possible de faire de la HA avec 2 hosts. C'est ce que je fais.

          Le gros problème avec cette nouvelle politique de licences, c'est que les mises à jour de la 7.1 LTS sont devenus payantes depuis décembre. Et notamment pas de correctifs Meltdown/Spectre pour cette version sans licence.

          • [^] # Re: Mais encore ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+4/-0).

            NB. Il est possible de faire de la HA avec 2 hosts. C'est ce que je fais.

            Oui techniquement rien ne l’empêche. Les bonnes pratiques sont juste là pour éviter de se retrouver dans des situations inattendues.
            Lorsque deux serveurs ne se causent plus, le troisième est la pour décider lequel des deux est vraiment planté.

            Tu peux aussi faire de la HA avec le même réseau physique pour le management et le stockage. Avec les options par défaut, si ton réseau tombe ne serait-ce que 3 secondes (ce qui est le temps de convergence du spanning-tree), l'ensemble de tes nœuds vont rebooter.

        • [^] # Re: Mais encore ?

          Posté par . Évalué à 6 (+5/-0).

          Je me permet de corriger quelques erreurs :

          1. Non, Xen Orchestra est totalement libre. C'est l'appliance « clef en main » qui possède un composant lié au site web de xen-orchestra.com (le système de mise à jour et de lien avec les tickets de support privé). Mais le logiciel en lui-même est 100% libre avec en plus une documentation d'installation depuis les sources, et des utilisateurs qui font leurs propres Docker avec par exemple.
          2. XenServer, tout au départ n'était ni libre, ni gratuit. Ils l'ont ouvert en 2013 seulement.
          3. Les builds ont toujours été payants pour certaines features (vGPU par exemple).
          4. La limitation est à 3 hôtes (le 3ème inclus), pas 2.
          5. C'est un problème de liberté, car il n'existe à ce jour aucune documentation pour builder XenServer, et le projet est 100% mono-société. Bien que Xen et la XAPI soient dans la fondation Linux, dans la pratique personne d'autre que Citrix n'est capable de builder XenServer depuis les sources. C'est cette « Citrix dépendance » dont il est question ici, XCP-ng est là précisément dans ce but.

          Voilà, j'espère que c'est plus clair comme ça :)

  • # Pourquoi une distribution ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+6/-0).

    Question a deux cents …
    Quitte à abandonner XenServer, pourquoi ne pas se concentrer sur le packaging de XCP pour principales distributions au lieu de refaire un truc en mode appliance ?

    Il y a déjà eu des paquets pour Debian et Ubuntu qui ne semblent pas avoir tenu dans le temps. Le mode appliance, c'est chiant. Il faut des procédures particulières pour l'install et toute l'exploitation.

    • [^] # Re: Pourquoi une distribution ?

      Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

      C'est aussi prévu (de passer d'une CentOS à XCP-ng via les répos). L'intérêt de l'appliance c'est de permettre aux gens de d'abord migrer facilement de XenServer à XCP-ng.

      Ensuite, avoir des paquets pour une autre distro peut s'avérer très compliqué (mais pas infaisable) car il y a pas mal de paquets CentOS modifiés de base, donc ça veut dire modifier les équivalents dans Debian. Pourquoi pas, mais pas à court terme :)

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.