Alan_T a écrit 242 commentaires

  • [^] # Re: Domotique et IP-Fixes

    Posté par . En réponse à la dépêche Performances IPv4 vs IPv6 pour le 2.4.17. Évalué à 10.

    Excuse-moi de t'embeter encore, mais il me semble avoir lu quelque part que le NAT était effectivement utilisé pour augmenter le nombre des machines connectées à Internet sans augmenter le nombre des IP. De plus, tu sembles dire que le NAT n'existera plus avec IPv6.

    Mais, je croyais que le NAT avait une seconde utilité qui était de 'cacher' ton réseau depuis l'extérieur et d'avoir une certaine sécurité grâce à cela.

    Le principe du NAT lui-même s'apparente un peu à un 'connection tracking firewall' très spécialisé.
    Tu penses réelement que ce genre d'utilisation va disparaitre ?

    J'ai aussi entendu parler de prestataire qui pestaient contre le NAT car ils ne pouvaient pas savoir combien de machines étaient derrière une adresse IP (et donc ne pouvaient pas facturer la bande passante en fonction du nombre d'IP). Il y a même certains prestataire qui proposaient deux types de contrats: un pour une machine seule et un pour NAT. Le truc, c'était que dans le contrat pour machine seule, le TTL était mis à zéro.

    Je comprendrais que pour ce genre de prestataires supprimer NAT serait un bénéfice, mais j'avoue que du point de vue de l'utilisateur je n'en vois pas l'utilité....

    Mais, mes connaissances étant réelement limité dans ce domaine je ne peux pas vraiment juger. :-/
  • [^] # Re: 128 bits et taille des paquets

    Posté par . En réponse à la dépêche Performances IPv4 vs IPv6 pour le 2.4.17. Évalué à 7.

    Il me semble avoir entendu parler d'IPv6 depuis fort longtemps. Et pourtant, du point de vue d'un simple utilisateur, je ne vois pas beaucoup de réseaux IPv6.

    Qu'est-ce qui bloque son développement ? Ou est-ce la plan normal pour le passage d'Internet vers IPv6 ?

    PS: Tu as raison, je n'ai pas une grande connaissance d'IPv6. :-/
  • [^] # Re: 64 bits ???????

    Posté par . En réponse à la dépêche Performances IPv4 vs IPv6 pour le 2.4.17. Évalué à -6.

    Bon, je vais aller me coucher....

    Désolé...

    Cela dit, 64 bits, 32 bits, héxa ou pas, moi je connais les protocoles, pas le nombre de bits...

    (Mais non je n'essaye pas de me rattraper...).

    PS: Il y a certainement plein de sujets passionants. Si vous pouviez arreter de me crier dessus, je serais heureux.... :-/
  • [^] # Re: Domotique et IP-Fixes

    Posté par . En réponse à la dépêche Performances IPv4 vs IPv6 pour le 2.4.17. Évalué à 10.

    Il me semble qu'il existe des modules Ipv6 dans Netfilter. Voir sur: http://www.netfilter.org/documentation/HOWTO/netfilter-extensions-H(...)
  • [^] # Re: 64 bits ???????

    Posté par . En réponse à la dépêche Performances IPv4 vs IPv6 pour le 2.4.17. Évalué à -8.

    Heu, je sais que je suis chiant, mais si le modérateur pouvait aussi changer les 32 bits de IPv4 en 64 bits, ce serait vraiment top. Parceque je me suis trompé là aussi...

    Hum, après je me tais promis...
  • [^] # Re: 64 bits ???????

    Posté par . En réponse à la dépêche Performances IPv4 vs IPv6 pour le 2.4.17. Évalué à -3.

    Raaaaah, j'ai honte, j'ai honte, j'ai honte !!!! Oui, tu as bien évidemment raison. Je me plante toujours. :-(

    Chaque groupe est un octet l'IPv4 a quatre groupes 255.255.255.255. Et l'IPv6 a 8 groupes 255.255.255.255.255.255.255.255 (remarque: ce sera exprimé en héxa parait-il).

    Je suis mauvais mauvais mauvais....

    Puis-je suggérer au modérateur "d'updater" la news. Au moins je pourrais sortir la tête de sous le tapis....

    Merci.

    PS, une adresse MAC c'est sur 48 bits, il me semble... (mais après ce que j'ai dit, je ferais mieux de laisser couler. :-).
  • [^] # Re: Virgule Fixe

    Posté par . En réponse à la dépêche Tremor est passé sous licence BSD. Évalué à 10.

    Je crois que ce que la news veut dire par 'virgule fixe', c'est calcul entier.

    En fait, la majeur partie des lecteurs mp3 hardwares n'utilisent pas de réels processeurs, mais plutôt des micro-controleurs qui sont moins cher et consomment moins de courants.

    Or, il se trouve que ces micro-controleurs n'ont pas d'unité de calcul flottant dans leur UAL (unité arithmétique et logique). C'est une de leur principale différence avec les micro-processeurs que l'on trouve dans les desktop ou les portables.

    Comme le décodage d'un format audio tente de reproduire un signal analogique, il faut pouvoir reproduire ces semblants de calculs flottants en évitant que les erreurs d'arrondis dues à la représentation entière n'altère trop la qualité sonore.

    Tremor est un algorithme qui permet le décodage des ogg en utilisant seulement des calculs entiers. Je ne connais pas sa qualité, mais connaissant xiph.org, je leur fais confiance de ce coté là.

    Voila, j'espère que je n'ai pas été trop technique (mais c'est dur d'expliquer un truc pareil sans l'être un peu... :-/).
  • [^] # Re: Connaitre son ennemi !

    Posté par . En réponse à la dépêche Quelle formation d'informatique choisir ?. Évalué à -1.

    J'ai juste un petit add-on à ma réponse.

    Dans les citations, Alan Cox et Linus parlent de hardware et pas de logiciel. Mais le parallèle avec les logiciels fermés est pertinente car, dans le monde du libre, le hardware peut-être vu comme des logiciels à source fermées.

    (cette remarque n'étant pas évidente, je me suis permis de rajouter ce commentaire).
  • [^] # Re: Une autre vision

    Posté par . En réponse à la dépêche Quelle formation d'informatique choisir ?. Évalué à -2.

    Il me semble même que vous étiez 9. ;-)

    Je suis heureux que tu ai réussi à rentrer en DEA.

    Bon courage pour la suite.
  • [^] # Re: Connaitre son ennemi !

    Posté par . En réponse à la dépêche Quelle formation d'informatique choisir ?. Évalué à 2.

    Il ne s'agit pas d'être intégriste du libre. Je pense qu'il faut avoir une certaine logique dans son raisonnement.

    Il se trouve juste que les outils à sources ouvertes sont de meilleurs outils d'enseignement que les outils à source fermés. Que tu parles de Microsoft ou de n'importe quelle autre société d'ailleurs.

    Tout simplement parcequ'il n'existe aucune limite dans la connaissance que tu peux avoir d'un outils lorsque que tu disposes des sources.

    Par définition, les outils à sources fermées empêchent l'utilisateur d'avoir une connaissance globale du logiciel. On apprend à travers le manuel qui est livré avec. Et tu dois avoir une confiance quasi totale en ce manuel.

    Cependant, dans tout enseignement informatique, il devrait être nécessaire de montrer aux étudiants qu'il est souvent impératif de garder une certaine méfiance envers le manuel qui ne décrit qu'une partie 'idéalisée' du logiciel.

    Avoir accès aux sources et pointer les différences entre le manuel et la réalité est bien souvent un pas qui sépare le simple utilisateur de l'informaticien.

    Je me rappelle d'ailleurs d'un commentaire fais par Alan Cox à ce sujet sur la kernel mailing-list:

    Hardware simply does not work like the manual says and no amount of Zen
    contemplation will ever make you at one with a 3c905B ethernet card.
    -- Alan Cox


    Et un autre de Linus Torvalds:

    ANYBODY who does driver development without taking the real world into
    account is a dangerous person. Stacks of papers, diagrams and rules are
    absolutely WORTHLESS if you can't just understand the fact that
    documentation is nothing more than a guideline.

    Once you realize that documentation should be laughed at, peed upon, put
    on fire, and just ridiculed in general, THEN, and only then, have you
    reached the level where you can safely read it and try to use it to
    actually implement a driver.
    -- Linus Torvalds

    On peut d'ailleurs remarquer que bien souvent, même lorsque le logiciel est en source fermée, les utilisateurs 'reconstruisent' le comportement réel du logiciel par un ensemble d'essai/erreur. Au final, ils savent en gros ce qu'ils ont à utiliser. Mais le problème, c'est que ce mécanisme se fait en un temps dont on ne dispose pas lors d'un enseignement. Pire, il se fait de manière non-dite et presque inconsciente.

    Alors que disposer des sources permet de montrer les différences de façon évidente.
  • # Une autre vision

    Posté par . En réponse à la dépêche Quelle formation d'informatique choisir ?. Évalué à 10.

    Bonjour,

    Je suis moi-même enseignant en informatique en université (à Aalborg au nord du Danemark).

    Vous posez tous la question de savoir quelle école/université est la meilleur, mais, moi, comme j'ai la possibilité de faire les cours que je veux, je me demandais: "Quel est l'enseignement dont vous rêvez ?".

    Il ne s'agit pas d'un troll, c'est juste que souvent je pense avoir saisi ce que veulent les étudiants et puis finalement, ils choisissent une autre voie. Soit parceque l'autre voie est plus facile, soit parcequ'ils ne sont pas si motivés que je ne le pensais au début.

    J'ai toujours considéré que reprogrammer une enième occurence du reversi était ennuyeux. Alors que tant de projets Open Source requièrent quelques codeurs. Mais au final, beaucoup d'étudiants préfèrent apprendre en refaisant ce qui a déjà été fait, ce qui m'a toujours surpris.

    J'aimerai donc savoir ce qui vous fait envie, ce qui est votre idéal et jusqu'à quel point vous seriez près à travailler pour avoir de tels enseignements ?

    Ici, au Danemark, l'enseignement théorique est un peu délaissé (ce qui cause, hélas, quelques problèmes). Le point fort sont les projets. Des groupes de 6 à 8 étudiants qui travaillent sur un projet pendant le semestre.

    Cela leur donne l'occasion de se confronter à de réels problèmes d'organisation et de gestion 'sociale' au sein du groupe, en plus d'augmenter leurs capacités techniques.

    Un des points négatifs que j'ai cependant constaté avec ce système, c'est que des étudiants faibles qui ne sont pas motivés peuvent passer au travers des mailles du filet. D'une part parceque le groupe du projet ne va pas le lacher (quoique cela arrive de temps à autre) et d'autre part parceque ce qu'il fait est tellement catastrophique que finalement, plutot que d'avoir à refaire son travail, les autres le laisse dans son coin. Généralement, cet étudiant arrive à un certain niveau et n'arrive pas à avoir son diplome final (ce qui est mauvais pour lui comme pour l'université).

    Pour vous donner un exemple de projets, ce semestre, je propose deux projets:

    http://www.cs.auc.dk/~fleury/teaching/Dat3-2002/Distributed_Raja/in(...)
    http://www.cs.auc.dk/~fleury/teaching/Dat3-2002/Network_Modelizatio(...)

    C'est d'un niveau début de maitrise normalement.

    Seriez-vous motivé par de tels projets ?
  • [^] # Re: Connaitre son ennemi !

    Posté par . En réponse à la dépêche Quelle formation d'informatique choisir ?. Évalué à 10.

    Le problème des produits Microsoft c'est que l'on peut difficilement se former de façon pérènne à ces logiciels. Il suffit que Microsoft décide de changer l'interface et de ne plus vendre ce produit pour que toute ta formation soit anéantie.

    En général, on se forme pour plusieurs dizaine d'années. La validité d'une formation sur les logiciels Microsoft ne dure, tout au plus, qu'entre 5 et 6 ans.

    À contrario, une formation sur les logiciels libres se focalise plus sur les concepts et les protocoles. On apprends pas à manipuler les options d'un tel logiciel, mais plus à en appréhender le 'concept'. Cela vient aussi en grande partie du fait que l'on peut en décortiquer complétement le contenu grâce à l'acces aux sources.

    Le fait est, qu'être formé aux logiciels libres (et donc aux 'concepts') est une formation plus en profondeur et donc plus durable.

    Qui plus est, avoir été formé sur des logiciels libres te permet d'utiliser n'importe quel autre logiciel, y compris ceux de Microsoft puisque quelle que soit l'interface le 'concept' est le même derrière.
  • [^] # Re: Prix...

    Posté par . En réponse à la dépêche Le format MP3 devient payant!. Évalué à 6.

    Non, il s'agit bien des logiciels de décodage et des logiciels d'encodage.

    En fait, Thomson a un brevet sur les algorithmes d'encodage et de décodage. Les fichiers mp3 en eux-même sont "libres".

    Pour faire une analogie, c'est un peu comme le format Word de Microsoft. Les documents Word en eux-même n'ont aucune contrainte. Mais ce sont les logiciels pour les écrire et les lire qui sont payant.
  • [^] # Re: Je trollerais bien un coup...

    Posté par . En réponse à la dépêche Mandrake va limiter ses sorties à une tous les 1 ou 2 ans. Évalué à 1.

    Bah, je dirais même: "L'ADSL, au moins!"

    :-)

    Effectivement, tu as raison. Cela implique d'avoir une connection quasi-permanente au Net.
  • [^] # Re: Je trollerais bien un coup...

    Posté par . En réponse à la dépêche Mandrake va limiter ses sorties à une tous les 1 ou 2 ans. Évalué à -2.

    Ok, je me suis un peu énervé.

    Mais mon but était juste de montrer que la Debian est l'essence même d'un projet Open Source. Il y a des "développeurs" (ceux qui maintiennent les paquetages), des béta-testeurs et des utilisateurs.

    Je ne vais pas décrire comment cela se passe dans les détails, mais sachez que la Debian stable n'est que la partie émergée d'un iceberg. Derrière, il y a plusieurs niveau de stabilité, comme la version 'freezed' ou la 'testing', la 'unstable' et tout au bout, pour les imprudents comme moi, la 'testing/unstable'.

    Pour la testing/unstable, les 'releases' se font tous les jours à heure fixe. En moyenne, je compte environs une dizaine de paquetages upgradés par jour. Si ça ce n'est pas du "release often", je ne sais pas de quoi vous parlez...

    Donc, ma conclusion c'est que Debian n'est pas un système de type Cathédrale (de type Emacs, ou gcc), mais bien un système de type Bazaar.

    Après, que l'on se batte pour savoir qui a eut les sources en premiers, je m'en balance un peu. C'est surtout sur le principe. J'en ai assez d'entendre les gens dire que: "Debian, c'est des logiciels dépassés". Juste parcequ'ils ne savent pas réelement comment cela marche derrière.

    Je suis tout à fait d'accord qu'ils pourraient faire un effort du coté présentation. Et que cela déroute les débutants. Mais, après tout, c'est plutôt le rôle de RedHat/Mandrake (qui ont fait un certain nombre d'innovations très intéressantes dans ce domaine). Chacun son public.

    Voila, cessez donc de dire que Debian ne fait que dans le vieux logiciel et on sera copain. ;-)
  • [^] # Re: Je trollerais bien un coup...

    Posté par . En réponse à la dépêche Mandrake va limiter ses sorties à une tous les 1 ou 2 ans. Évalué à -2.

    Hahum, pardon ?????

    Vous parlez tous de la Debian stable comme s'il n'y avait qu'elle !!!

    Pour ma part j'utilise la Debian testing/unstable et je fait des mises à jour chaque matin, ce qui me permet de disposer des derniers logiciels sorti. Je trouve même que RedHat/Mandrake sont un peu poussifs de ce coté. Lequel de vous peut-il prétendre avoir utilisé Mozilla 1.0 trois jour après sa sortie juste en faisant un remise à jour de son système ????

    La bonne chose chez Debian, c'est que si on veut la stabilité on l'a, mais au prix de logiciels plus anciens.

    Cependant, il faut tordre le coup à cette idée complétement fausse que Debian, ce ne sont que des vieux logiciels. Au contraire, si vous sacrifiez la stabilité, c'est sans doute la distribution qui permet d'être le plus à jour possible.
  • [^] # Re: Je poursui<b>s</b> le troll

    Posté par . En réponse à la dépêche Les outils de déverminage sous Linux. Évalué à -1.

    "Coquille", ce serait du vieil anglais ?

    Je croyais que cela avait été introduit parceque le terme anglais pour désigner une erreur d'impression était "cork-ill".

    ;-)

    Hop, -1.