Journal Pourquoi vous ne devriez pas utiliser ni la GPL ni la BSD

Posté par .
Tags : aucun
-22
17
juil.
2010
J'ai l'impression que certains développeurs utilisent ces licences pour de mauvaises raisons, je vais essayer d'expliquer pourquoi.

1) La GPL

Dans son texte « Pourquoi vous ne devriez pas utiliser la LGPL pour votre prochaine bibliothèque », la FSF explique en même temps le but de la GPL : faire en sorte que le plus de logiciels deviennent libres :

« Si nous amassons une collection de puissantes bibliothèques couvertes par la GPL, qui n'ont pas d'équivalent disponible en logiciels propriétaires, elles offriront un lot de modules utiles qui serviront de pierre angulaire pour de nouveaux logiciels libres. Ce sera un avantage significatif pour aider le développement du logiciel libre, et certains projets décideront de libérer leur code afin d'utiliser ces bibliothèques. »

Or, des développeurs sont entrain de remplacer des logiciels couvert par la GPL par des logiciels sous licence BSD (par exemple le compilateur C/C++ LLVM).
Donc l'argument de la FSF, qui n'était pas mauvais tant qu'il n'y avait pas trop de logiciels sous licence BSD, s'écroule.

2) La BSD

Sur le site officiel du projet NetBSD, voilà ce que l'on peut lire à propos de la licence BSD :

« While NetBSD uses the GNU toolchain (compiler, assembler, etc), and certain other GNU tools, the entire kernel and the core of the userland utilities are shipped under a BSD licence. This allows companies to develop products based on NetBSD without the requirement to make changes public (as with the GPL). While the NetBSD Project encourages companies and individuals to feed back changes to the tree, we respect their right to make that decision themselves. »

Ils justifient la BSD, par la GPL.
Or, ce qui rend impopulaire la GPL pour les entreprises, ce n'est pas le « requirement to make changes public » (l'obligation de rendre les changements publics), c'est l'obligation de rendre du code qui ne fait qu'utiliser du code sous GPL, lui même sous les conditions de la GPL.

Si on regarde le projet FreeBSD, c'est la même chose :

« That code in our source tree which falls under the GNU General Public License (GPL) or GNU Library General Public License (LGPL) comes with slightly more strings attached, though at least on the side of enforced access rather than the usual opposite. Due to the additional complexities that can evolve in the commercial use of GPL software, we do, however, endeavor to replace such software with submissions under the more relaxed FreeBSD license whenever possible. »

(FAQ officielle, partie « What is the goal of the FreeBSD Project? »)

3) La MPL

Grossièrement, les développeurs qui utilisent la GPL le font pour que le plus de personnes possibles l'utilisent à leur tour.
Mais comme de plus en plus de projets sont sous une licence de type BSD, leurs efforts sont vains.
Ceux qui utilisent la licence BSD, le font parce qu'ils n'aiment pas la GPL.
Mais ils oublient que d'autres licences existent, comme la Mozilla Public License, qui dit : vous ne devez rendre public uniquement les fichiers que vous avez modifiés.

4) La LGPL

Je n'ai pas trop parlé de celle-ci.
Elle est entre la MPL et la GPL. Elle n'est pas restrictive au niveau fichier, mais au niveau module. On peut lier du code dynamiquement à une bibliothèque sous LGPL sans devoir mettre son code sous LGPL. Par contre, on ne peut pas le faire statiquement.
C'est dommage, pourquoi se priver de potentiels contributeurs ? (exemple le monde de l'embarqué).
On dira ce qu'on voudra, derrière les entreprises, il y a des hommes comme les autres, et les hommes n'aiment pas être forcés à faire quelque chose, quand cela ne tombe pas sous le bon sens.
  • # Gni ?!

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne sais si c'est parce que j'ai la tête situé à peu près au niveau du bassin depuis mon réveil —suis-je réveillé ?— mais je ne vois aucune raison objective de ne pas utiliser la GPL dans ce passage :

    > Or, des développeurs sont entrain de remplacer des logiciels couvert par la GPL par des logiciels sous licence BSD (par exemple le compilateur C/C++ LLVM).
    Donc l'argument de la FSF, qui n'était pas mauvais tant qu'il n'y avait pas trop de logiciels sous licence BSD, s'écroule.

    Au contraire, j'y vois une incitation à utiliser la GPL pour renforcer son pouvoir.


    Si je n'ai rien compris à la subtilité du nourjal alors je présente mes excuses aux familles, toussa…

    The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

    • [^] # Re: Gni ?!

      Posté par . Évalué à 2.

      A mon avis, c'est une erreur dans le titre :
      Pourquoi vous ne devriez pas utiliser ni la LGPL (et pas GPL) ni la BSD
  • # lapla

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Tiens, une porte ouverte.
  • # mouais...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    On dira ce qu'on voudra, derrière les entreprises, il y a des hommes comme les autres, et les hommes n'aiment pas être forcés à faire quelque chose, quand cela ne tombe pas sous le bon sens.

    Ils ne sont pas obligés d'utiliser du code libre, il peuvent très bien tout redévelopper from scratch s'il veulent une autre licence, ils ont donc le choix.

    S'il y a un problème, il y a une solution; s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

    • [^] # Re: mouais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      pas mieux.

      Ce qu'il ne veut pas dire, en fait :
      "On dira ce qu'on voudra, derrière les entreprises, il y a des hommes comme les autres, et les hommes aimeraient bien pouvoir avoir des choses gratuitement sans contrepartie."
      • [^] # Re: mouais...

        Posté par (page perso) . Évalué à -5.

        C'est probablement vrai pour un certain nombre de gens, mais ce n'est absolument pas généralisable. Je pense que ce post est hors sujet.
        • [^] # Re: mouais...

          Posté par . Évalué à 4.

          Et heureusement que ce n'est pas généralisable, sinon on aurait besoin d'avocats et militants pour faire respecter les licences, et tout le monde sait que ce n'est que très rarement le cas.

          Bon, même avec le décalage horaire, on n'est vendredi nulle part dans le monde...
    • [^] # Re: mouais...

      Posté par . Évalué à 3.

      Ils ont aussi le choix de développer à partir de licences libres qui n'implique pas de reverser les modifications.

      Certaines grosses suites logicielles ont fait le choix de ce genre de licences pour ne pas rebuter les futurs acteurs de leur développement.

      Le choix conscient d'utiliser une licence très permissive ne va pas à l'encontre du logiciel libre, au contraire. Parmis l'ensemble des acteurs qui vont prendre ce code pour l'utiliser dans leur propre intérêt, un certain nombre vont donner un retour conséquent, et utile. Même s'ils ne le font pas tous, cette minorité (qui à mon avis sur certains projet très utilisé est loin d'être une minorité) est suffisante pour faire avancer tout le monde.

      A défaut que le monde soit parfait, certains compromis sont toujours bon à prendre!

      Je tiens à préciser que je préfère de loin les licences GPL eux licences BSD!
  • # Justification des licences BSD par la GPL ?

    Posté par . Évalué à 5.

    [les gens de NetBSD] justifient la BSD, par la GPL

    C'est drôle je n'ai pas lu ça dans l'extrait de texte que tu nous cites, pourrais-tu préciser s'il te plaît ?

    Merci.
    • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      « While NetBSD uses the GNU toolchain (compiler, assembler, etc), and certain other GNU tools, the entire kernel and the core of the userland utilities are shipped under a BSD licence. This allows companies to develop products based on NetBSD without the requirement to make changes public (as with the GPL). While the NetBSD Project encourages companies and individuals to feed back changes to the tree, we respect their right to make that decision themselves. »

      Cette phrase précise que l'ensemble des outils NetBSD (excepté le toolchain, qui n'est pas requis par ailleurs pour faire tourner un système NetBSD) sont sous licence BSD, afin que la décision de partager, ou non, le code basé sur le leur reviennent non pas eux, mais à l'utilisateur final. Il précisent assez clairement, entre parenthèse, que la licence GPL ne permet pas ceci. Je pense que le tacle, bien que cordialement annoncé, est assez clair. Merci de ne pas jouer sur les mots, ce post ne servait à rien.

      Mon intérprêtation reste cependant subjective, je suis un être humain pas un robot.
      • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        as with the GPL = contrairement à la GPL ?

        Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

        • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Procéder à un tacle trop évident poserait probablement des problèmes d'entente entre les deux parties :)

          Cependant c'est clair qu'ils la citent, et dans un contexte où ils la mettent en confrontation avec la licence BSD. C'est pas forcément négatif, au moins ils ont l'honnêteté de dire pourquoi ils ont choisi une autre licence, et le plus important c'est qu'ils les citent!
        • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          « [...] This allows companies to develop products based on NetBSD without the requirement to make changes public (as with the GPL). [...] »

          Ceci autorise les entreprises à développer des produits basé sur NetBSD sans la nécessité de rendre les changements public (comme pour la GPL)

          le (comme pour la GPL) s'applique sur la nécessité de rendre les changements public, c'est donc plus ou moins clairement dit que la GPL demande de rendre les changements public.

          Stricto sensu la GPL demande que l'utilisateur d'un soft sous GPL puisse avoir accès au code source, ce qui est un peu différent de rendre public les changements. Il me semble que la FSF explique que les modifications d'un soft sous GPL faites en interne pour les besoins propres d'une entreprise peuvent ne pas être rendues public.
          • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -1.

            Oui c'est vrai, à condition qu'il reste privé. Si la personne qui à modifié le code le redistribue, il a obligation de conserver la GPL, et d'indiquer l'origine du code (auteur et ou software dont il est issu). Il doit aussi publier l'intégralité de son code (chose sur laquelle je suis moins sûr, mais c'est il me semble le côté "viral" de la GPL).

            C'est le côté le de la GPL.
            • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Le problème reste le terme "redistribution".
              C'est par exemple ce qui pose problème pour Free et sa Freebox :
              la freebox fait partie du réseau interne de Free, elle n'est ni louée ni vendu au client, juste entreposée chez lui : il n'y a donc pas distribution.

              Pour les adversaire, elle est envoyé aux clients pour utilisation, donc bien distribuée....

              Tout le problème, si il y a procès, c'est la façon de traduire "distribution" en français, alors que la FSF ne voulait à l'origine pas de traduction officielle....
      • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

        Posté par . Évalué à -6.

        J'espère que le mec qui à moinssé ce commentaire se sent con, c'était une assez bonne analyse de la phrase, objective en plus!
      • [^] # Re: Justification des licences BSD par la GPL ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Cette phrase précise que l'ensemble des outils NetBSD (excepté le toolchain, qui n'est pas requis par ailleurs pour faire tourner un système NetBSD) sont sous licence BSD, afin que la décision de partager, ou non, le code basé sur le leur reviennent non pas eux, mais à l'utilisateur final.

        "companies [developing] products based on NetBSD" == utilisateur final ?

        Maintenant je vais conclure en enfonçant une porte ouverte : Lorsque le *vrai* utilisateur reçoit du code basé sur NetBSD d'une entreprise ayant privatisé son dérivé, il n'a justement plus la possibilité de repartager le code à son tour...
  • # Point de vue personnel

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Moi je trouve que ce journal dit du vrai. Je suis pour la GPL, mais on remarquera que beaucoup d'entreprises restent frileuses à se baser sur des outils GPL à cause des contraintes (et pas que des entreprises).

    Ceci dit, mon point de vue personnel est que toute personne utilisant un logiciel libre, qu'elle qu'en soit sa licence, a le devoir moral (en dehors de toute licence) de donner un juste retour à la communauté qui lui a donné ces outils et son temps, mais encore une fois, c'est une opinion et non une loi ni une licence.

    Le tout c'est de trouver la juste mesure dans les licences qu'on applique sur nos créations. Dans tous les cas, libre à qui que ce soit de choisir la licence qui correspond plus à ses intérêts ou ses opinions.

    Ceci dit je reste assez fan de la « WTFPL - Do What The Fuck You Want To Public License », qui par ailleurs reste compatible avec la GPL.
  • # Ou pas.

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Grossièrement, les développeurs qui utilisent la GPL le font pour que le plus de personnes possibles l'utilisent à leur tour.


    Ou parce qu'elle se rapproche le plus de leur conception de la liberté logicielle... Certaines décisions sont prises autant pour leur valeur éthique intrinsèque que dans un but pragmatique, en particulier lorsqu'il s'agit de ce que l'on peut offrir aux autres (quelque qu'en soit sa valeur, par ailleurs, hein, je ne me considère pas comme un bienfaiteur de l'humanité :)).
    • [^] # Re: Ou pas.

      Posté par . Évalué à 2.

      Ou juste parce qu'ils sont parti d'un code GPL et qu'ils n'ont plus le choix :) (Si si, ça doit bien arriver parfois, surtout avec les gens qui savent pas lire).
      • [^] # Re: Ou pas.

        Posté par . Évalué à 1.

        Les gens qui ne savent pas lire ne savent pas écrire généralement. Donc écrire du code... et se retrouver à l'insu de son plein gré en train de faire de la GPL... ça donne envie de se dire « Mer il et fou! »
  • # Utilisez la licence qui vous convient

    Posté par . Évalué à 10.

    Sur le site officiel du projet NetBSD, voilà ce que l'on peut lire à propos de la licence BSD :

    "While NetBSD uses the GNU toolchain (compiler, assembler, etc), and certain other GNU tools, the entire kernel and the core of the userland utilities are shipped under a BSD licence. This allows companies to develop products based on NetBSD without the requirement to make changes public (as with the GPL). While the NetBSD Project encourages companies and individuals to feed back changes to the tree, we respect their right to make that decision themselves."

    Ils justifient la BSD, par la GPL.


    Nulle part. On y explique que la décision de reverser du code (ou non) n'est pas du ressort de la licence, mais d'un choix personnel et discrétionnaire (les GPListes aiment bien parler de liberté, en voici une que leur licence ne respecte pas).

    Or, ce qui rend impopulaire la GPL pour les entreprises, ce n'est pas le « requirement to make changes public » (l'obligation de rendre les changements publics), c'est l'obligation de rendre du code qui ne fait qu'utiliser du code sous GPL, lui même sous les conditions de la GPL.

    Le problème ne se pose pas que pour les entreprises, mais les individus aussi... s'ils souhaitent utiliser du code sous GPL, alors tout leur projet passe systématiquement sous GPL. Les seuls contournements (bidouilles?) étant de jouer avec des bibliothèques, faire des wrappers... C'est aussi un frein à la liberté et l'innovation.

    Ca serait bien d'éviter des clivages stupides "gentils libristes GPL" vs "méchante entreprise propriétaire".

    La viralité de la GPL est un problème, l'obligation de rendre les changements publics aussi (sous certaines conditions cela dit...), et n'est pas à sous estimer. Google est un grand contributeur aux LLs, notamment Linux. La GPL n'a jamais libéré GoogleFS, que je sache? Et pourquoi avoir mis WebM sous BSD-like et non GPL, si ce n'est pour mieux asseoir une techno dans un monde industriel?

    Ceux qui utilisent la licence BSD, le font parce qu'ils n'aiment pas la GPL.

    N'importe quoi. Je développe sous BSD, et je ne code pas sous BSD parce que "je n'aime pas la GPL", mais simplement parce que la BSD se rapproche le plus de mes principes.

    Si je devais résumer les objectifs de chacune, et là où je rejoins David Chisnall [1]:

    - les gens de la FSF pensent que l'on attaque la communauté quand la quantité de logiciel proprio augmente, et qu'en ce sens, il faut placer du code sous une licence qui empêche d'en faire.

    - ceux sous BSD, ou équivalent, considèrent que la communauté bénéficie de l'accroissement du nombre de projets pouvant tirer parti de code libre pour sa grande valeur ajoutée, sa qualité, j'en passe.

    Point de vue différent, idéologie différente. Vous utilisez la licence qui adhère le plus à vos principes, point barre.

    [1] http://www.informit.com/articles/article.aspx?p=1390172
    • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

      Posté par (page perso) . Évalué à -7.

      Si je pouvais te plusser, je le ferais avec grand plaisir (je n'ai jamais compris comment ce site fonctionne, apparament le but c'est que les gens soient emmerdés et ne puissent pas exprimer leur opinion).
    • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

      Posté par . Évalué à -2.

      Ça se voit que tu développes sous BSD, et c'est exactement mon propos, j'ai du mal m'exprimer.
      Tu ne parles que de la BSD ou de la GPL, sans parler de la MPL.

      J'aimerais que tu m'expliques en quoi la MPL est en désaccord avec le principe qui te fait adopter la licence BSD.

      J'aimerais que tu m'expliques au nom de quoi quelqu'un qui modifie un code ne devrait pas partager ces changements (et uniquement ceux-ci).

      Autrement dit, quel est l'intérêt de la licence BSD par rapport à la MPL ? (du point de vue du développeur/contributeur devant choisir entre les deux).
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par . Évalué à 2.

        Je ne prétends pas répondre de sa part, cependant sur certains points, la MPL est très restrictive, après c'est la conclusion que j'en tire personnellement, mais l'ensemble des clauses qui tournent autour de la redistribution des binaires (bien qu'affichant un but assez louable, je ne critique pas) peuvent être assez complexes à mettre en oeuvre pour de simples distributeurs d'un code non modifié.
        • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est vrai que les textes des licences sont assez difficiles à comprendre.
          Pour cette histoire de redistribution binaire, je pense que ça concerne la LGPL, et pas la MPL.

          Je crois que la MoFo va bientôt créer une nouvelle version de la MPL, plus simple.

          Mais au delà d'un nom précis, je voulais parler surtout d'un type de licence.

          Quand je dis BSD, c'est pour dire "les licences type BSD", c'est à dire où on peut faire ce qu'on veut, la seule obligation étant de préciser le nom du créateur.
          Quand je dis MPL, c'est pour parler des licences qui obligent de partager seulement les modifications apportée.
          Quand je dis GPL, c'est pour parler des licences qui obligent de *tout* mettre sous une même licence.
          • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

            Posté par . Évalué à 1.

            Effectivement, tu as raisons de préciser. Quelque chose de sûr c'est que l'aspect viral de la GPL peut rebuter un certain nombre d'indécis, même s'ils sont favorables aux logiciels libres et compte contribuer.
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par . Évalué à 7.

        J'aimerais que tu m'expliques en quoi la MPL est en désaccord avec le principe qui te fait adopter la licence BSD.

        - mes principes ne s'appliquent pas suivant une granularité fichier/projet, mais sur du code. Je ne souhaite pas que l'on dénature du code simplement pour des considérations de "rangement."

        - la MPL et la GPL (2,3) sont difficilement compatibles. La BSD ne me pose pas autant de problème quand il s'agit d'intégrer différentes sources.

        - dernièrement, pour le projet sur lequel je travaille (NetBSD), chaque fois que je vois un projet qui commence à avoir du succès, il se retrouve sous "multi-licences" pour faciliter son usage. Ok, pourquoi pas, mais on se fait des noeuds au cerveau...

        J'aimerais que tu m'expliques au nom de quoi quelqu'un qui modifie un code ne devrait pas partager ces changements (et uniquement ceux-ci).

        Parce que je considère que la liberté se mesure à la longueur de la chaine, et que ca n'est pas à moi de fixer les règles d'usage de ce que font les autres. Je respecte le droit à disposer de soi même, de ses oeuvres, d'en diffuser (ou pas) leur contenu, y compris de s'inspirer du travail des autres.

        L'innovation a toujours fonctionné comme cela, et non en dressant des barrières d'un coté ou de l'autre. Je considère que je n'ai pas à imposer mes valeurs aux autres via mon travail intellectuel.

        Maintenant, inversons la charge: J'aimerais que tu m'expliques au nom de quoi quelqu'un qui modifie un code devrait-il partager ces changements?

        Autrement dit, quel est l'intérêt de la licence BSD par rapport à la MPL ? (du point de vue du développeur/contributeur devant choisir entre les deux).

        - La facilité d'inclure du code sous cette licence, sans s'arracher les cheveux.

        - une excellente licence quand il s'agit de diffuser des idées et des implémentations. Si l'API socket, la pile TCP/IP, ou encore WebM (je lui souhaite) se sont imposés/s'imposeront, c'est en partie parce que les premières implémentations étaient BSD. Regardons dernièrement l'histoire de la doc GCC, ca fait peur, rien qu'en terme de qualité [1].

        - pas de noeud au cerveau avec ces histoires de "compatibilité avec la GPL -- la FSF a déclaré que c'était compatible (de quel droit d'ailleurs? la FSF est souveraine en la matière?)

        Je fonctionne comme un ingénieur, pas un avocat, un juriste, ou un leader d'opinion.

        [1] http://lwn.net/Articles/394219/
        • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

          Posté par . Évalué à -1.

          la MPL et la GPL (2,3) sont difficilement compatibles. La BSD ne me pose pas autant de problème quand il s'agit d'intégrer différentes sources.

          C'est à dire ? Il me semble qu'un code sous BSD qui utilise du code sous GPL a exactement les même problèmes qu'un code sous MPL qui utilise un code GPL.

          J'aimerais que tu m'expliques au nom de quoi quelqu'un qui modifie un code devrait-il partager ces changements?

          Tout simplement parce que, pour moi, c'est du bon sens, et que c'est la moindre des choses.

          Si l'API socket, la pile TCP/IP, ou encore WebM (je lui souhaite) se sont imposés/s'imposeront, c'est en partie parce que les premières implémentations étaient BSD.

          Qui dit que ça n'aurait pas été le cas avec une licence de type MPL ?

          En plus, moi il me semble que c'est un argument tiré par les cheveux, un argument forcé qu'on a trouvé pour justifier la BSD.

          Et retournement encore une fois le truc : imagine que Microsoft ait réussi à imposer ses merdes non standards comme les .doc, IE etc... grâce à du code BSD ?

          Prenons un exemple pas totalement imaginaire.
          Supposons que NTFS ait été développé grâce à du code soit sous BSD, soit sous MPL, et qu'il n'est pas documenté.
          Dans le premier cas, pour pouvoir le lire sous Linux, je suis obligé de faire du reverse engineering de tout leur programme.
          Dans le deuxième cas, ça sera peut être un peu plus facile puisque Microsoft aura diffusé le source d'une partie du programme.

          La facilité d'inclure du code sous cette licence, sans s'arracher les cheveux.

          Là je suis d'accord, bien qu'avec une licence type MPL (obligation au niveau fichier), ça reste quand même assez simple.
          • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

            Posté par . Évalué à 3.

            C'est à dire ? Il me semble qu'un code sous BSD qui utilise du code sous GPL a exactement les même problèmes qu'un code sous MPL qui utilise un code GPL.

            Actuellement, je pensais à l'inverse. Vous pouvez copier/coller à peu près ce que vous voulez de code BSD, MPL est plus restrictif (granularité plus difficile à gérer). Entre autres.

            Tout simplement parce que, pour moi, c'est du bon sens, et que c'est la moindre des choses.

            C'est subjectif comme appréciation donc, le "bon sens" étant affaire d'appréciation. Vous devriez donc pouvoir admettre que d'autres personnes, physiques ou morales ne partagent pas votre opinion, sans la remettre en cause, et imposer votre point de vue.

            Si Google mettait toutes ses technos en libre (pagerank, googlefs), l'entreprise aurait-elle les moyens de contribuer autant aux LLs? Existerait-elle d'ailleurs tel quel aujourd'hui?

            Je ne pense pas. Je suis d'avis que c'est un équilibre, réglé en permanence, et qu'il ne faut pas adopter une vision aussi tranchée que celle prônée par quelques licences libres.

            Qui dit que ça n'aurait pas été le cas avec une licence de type MPL ?

            Je pense qu'une licence doit être simple pour être comprise et ne pas inspirer doute et peur à son sujet. La MPL n'en est pas une, de mon point de vue.

            En plus, moi il me semble que c'est un argument tiré par les cheveux, un argument forcé qu'on a trouvé pour justifier la BSD.

            Pas du tout, c'est historique... Le dernier exemple récent étant WebM.

            Et retournement encore une fois le truc : imagine que Microsoft ait réussi à imposer ses merdes non standards comme les .doc, IE etc... grâce à du code BSD ?

            Parce qu'il n'aurait pas pu avec du code GPL? Google a GoogleFS, pourtant Linux est GPL non?

            Et le fait d'avoir le code y aurait changé quelque chose? Il va falloir vous mettre à l'idée que la licence n'y change rien. D'ailleurs, je renvoie à la première page de Chisnall, qui raconte l'histoire de l'objective C dans GCC [1].

            Prenons un exemple pas totalement imaginaire.
            Supposons que NTFS ait été développé grâce à du code soit sous BSD, soit sous MPL, et qu'il n'est pas documenté.
            Dans le premier cas, pour pouvoir le lire sous Linux, je suis obligé de faire du reverse engineering de tout leur programme.
            Dans le deuxième cas, ça sera peut être un peu plus facile puisque Microsoft aura diffusé le source d'une partie du programme.


            Soyons clair: le problème ici ne vient pas du code, mais de la _documentation_. Il faut vraiment être timbré pour croire que du code se passe de spécifications, ou de commentaires, simplement parce qu'il sera rendu ouvert par une quelconque licence. Ce sont deux choses qui n'ont rien à voir.

            La GPL ou la MPL ne vont pas "magiquement" aider à faire du RE d'ailleurs. Je te laisse t'en convaincre avec le travail de Damien (Bergamini) sur les drivers Intel, et la niouz de patrick_g [2]. Pourtant, le code de l'un est pseudo-ouvert GPL, et l'autre BSD. L'histoire du wrapper de 15k lignes doit rappeler une remarque que j'ai faite un peu au dessus.

            [1] http://www.informit.com/articles/article.aspx?p=1390172

            [2] http://linuxfr.org/~patrick_g/21744.html
    • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

      Posté par . Évalué à 5.

      "Nulle part. On y explique que la décision de reverser du code (ou non) n'est pas du ressort de la licence, mais d'un choix personnel et discrétionnaire (les GPListes aiment bien parler de liberté, en voici une que leur licence ne respecte pas)."
      Ce qui devrait relever d'un choix personnel et discrétionnaire c'est l'usage que tu as d'un logiciel, pas de faire ce que le développeur a décidé pour toi, du genre accepter de te faire gicler des fonctionnalités ou perdre le contrôle de tes données. La GPL vise à permettre ce choix à chacun.

      "Le problème ne se pose pas que pour les entreprises, mais les individus aussi... s'ils souhaitent utiliser du code sous GPL, alors tout leur projet passe systématiquement sous GPL. Les seuls contournements (bidouilles?) étant de jouer avec des bibliothèques, faire des wrappers... C'est aussi un frein à la liberté et l'innovation."
      Tu noteras que personne n'oblige personne à insérer du code sous GPL dans ses logiciels. Je ne vois pas en quoi demander à ce que les programmes dérivés ne puissent permettre d'asservir les utilisateurs de ces programmes (en les empêchant d'accéder aux sources par exemple) est "un frein à la liberté". Et "l'innovation" elle-même peut être un frein à la liberté (TPM, DRM pour rester dans le domaine de l'informatique).

      Ce qu'on appelle souvent "innovation" dans le monde industriel est souvent un moyen de faire du pognon, au détriment parfois du reste du monde. Les brevets par exemple sont dits faits pour la favoriser. [insérer ici le nom d'un éditeur de logiciel propriétaires que vous n'aimez pas] par exemple ne veut pas de code sous GPL mais pose des brevets : voilà qui favorise activement l'innovation, et la liberté surtout !

      "La viralité de la GPL est un problème, l'obligation de rendre les changements publics aussi (sous certaines conditions cela dit...), et n'est pas à sous estimer."
      Arf ? C'est ce que disent les éditeurs comme Microsoft : "la liberté est virale". Heureusement qu'eux luttent activement pour empêcher que ce virus ne se répande ! D'ailleurs je crois pas que Microsoft ne t'autorise à emprunter beaucoup de son code, même pour que tu fasses un programme sous BSD qui pourra redevenir privateur après.

      "Google est un grand contributeur aux LLs, notamment Linux."
      Ils contribuaient tellement bien à Linux qu'ils ont du développer leur propre version séparément pour Android.

      "La GPL n'a jamais libéré GoogleFS, que je sache?"
      Si quelqu'un ou quelque chose devait "libérer" GoogleFS, c'est Google. Pour que la GPL s'applique il doit y avoir distribution du code. Si tu veux modifier un prog sous GPL sans révéler tes modifications, tu le peux, à partir du moment où tu gardes les binaires pour toi.

      "Et pourquoi avoir mis WebM sous BSD-like et non GPL, si ce n'est pour mieux asseoir une techno dans un monde industriel?"
      Parce que la GPL n'a pas pour objectif "d'asseoir" des technologies mais d'encourager le partage (et des technologies et des connaissances qui ont permis leur création) sans que cela se fasse au détriment des utilisateurs ?
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par . Évalué à 1.

        Parce que la GPL n'a pas pour objectif "d'asseoir" des technologies mais d'encourager le partage (et des technologies et des connaissances qui ont permis leur création) sans que cela se fasse au détriment des utilisateurs ?

        La GPL n'encourage pas le partage, elle le force.
        Ce n'est pas parce que beaucoup de monde utilise la GPL que ceux qui utilisent la GPL ont forcément raison.
        D'ailleurs, j'aimerais bien savoir comment aurait été accueilli la GPL si les premières licences avaient été de type MPL.
        • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

          Posté par . Évalué à 8.

          Elle force la redistribution du code complet basé sur un code en licence GPL, mais encore une fois, elle ne force personne à se baser du code GPL. Si tu prends du code sous GPL, c'est que t'accepte et assume ses termes et conditions, comme un grand.
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par . Évalué à 2.

        Si je pouvais te plusser, je le ferais :) Avoir libéré WebM c'est ce que beaucoup de gens leur demandaient, et c'est déjà quelque chose de très positif, peu importe sa licence tant qu'elle est libre! Elle assure, entre autres, que notre prochain Firefox pourra lire correctement les vidéos sur Youtube (c'est pas bien!) sans cette c#ch@nn3r!e de Flash!
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par . Évalué à 1.

        Ce qui devrait relever d'un choix personnel et discrétionnaire c'est l'usage que tu as d'un logiciel, pas de faire ce que le développeur a décidé pour toi, du genre accepter de te faire gicler des fonctionnalités ou perdre le contrôle de tes données. La GPL vise à permettre ce choix à chacun.

        Ce choix est déjà garanti dans la première partie de votre phrase:

        "Ce qui devrait relever d'un choix personnel et discrétionnaire c'est l'usage que tu as d'un logiciel"

        Tu noteras que personne n'oblige personne à insérer du code sous GPL dans ses logiciels. Je ne vois pas en quoi demander à ce que les programmes dérivés ne puissent permettre d'asservir les utilisateurs de ces programmes (en les empêchant d'accéder aux sources par exemple) est "un frein à la liberté".

        C'est un frein à la liberté pour celui qui souhaite réutiliser les sources, sans pour autant devoir obéir à ce qu'un autre a décidé.

        Ce qu'on appelle souvent "innovation" dans le monde industriel est souvent un moyen de faire du pognon, au détriment parfois du reste du monde. Les brevets par exemple sont dits faits pour la favoriser. [insérer ici le nom d'un éditeur de logiciel propriétaires que vous n'aimez pas] par exemple ne veut pas de code sous GPL mais pose des brevets : voilà qui favorise activement l'innovation, et la liberté surtout !

        C'est une vision réductrice de discussion bar PMU, le "on nous ment on nous spolie", "le méchant industriel aura notre peau"...

        Les brevets visaient à l'origine a participer à la création et l'innovation en permettant à un inventeur de jouir exclusivement de ses inventions, tout en permettant de les diffuser, pour que d'autres puissent en profiter et les améliorer à leur tour. Complètement à l'opposé du secret industriel.

        Si le système a été perverti ensuite, c'est un autre débat. On a les gouvernants que l'on mérite. Mais c'est hors sujet.

        Arf ? C'est ce que disent les éditeurs comme Microsoft : "la liberté est virale". Heureusement qu'eux luttent activement pour empêcher que ce virus ne se répande ! D'ailleurs je crois pas que Microsoft ne t'autorise à emprunter beaucoup de son code, même pour que tu fasses un programme sous BSD qui pourra redevenir privateur après.

        Le fait que je ne puisse pas emprunter de son code ne m'empêche vraiment pas de dormir.

        Ils contribuaient tellement bien à Linux qu'ils ont du développer leur propre version séparément pour Android.

        C'est un problème?


        Si quelqu'un ou quelque chose devait "libérer" GoogleFS, c'est Google. Pour que la GPL s'applique il doit y avoir distribution du code. Si tu veux modifier un prog sous GPL sans révéler tes modifications, tu le peux, à partir du moment où tu gardes les binaires pour toi.


        Vision très réductrice.

        Si je comprends bien, avoir un binaire sans les sources est privateur de liberté, mais un éditeur qui offre des services sans avoir de réel controle dessus (indexation des mails? moteur de recherche omniprésent?) n'en pose pas. Bon... faut croire que la carotte est bonne.

        Parce que la GPL n'a pas pour objectif "d'asseoir" des technologies mais d'encourager le partage (et des technologies et des connaissances qui ont permis leur création) sans que cela se fasse au détriment des utilisateurs ?

        L'innovation technologique, la recherche, la connaissance, a un cout. Et ce cout, suivant le contexte, doit être supporté. Pour un industriel, cela se fait en vendant des produits et des services, qui ne peuvent être partagés "gratuitement". Certains le font en espèces sonnantes et trébuchantes, d'autres en accumulant des informations pour mieux cibler la publicité.

        Dans l'enseignement et la recherche publique, ce sont vos impots (ou ceux de vos parents) qui le permettent.

        Faut arrêter avec l'idéologie du "je partage tout, même mon lit et mon porte monnaie..."
        • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

          Posté par . Évalué à 3.

          "C'est un frein à la liberté pour celui qui souhaite réutiliser les sources, sans pour autant devoir obéir à ce qu'un autre a décidé."
          Celui qui souhaite réutiliser les sources reconnaît l'utilité de ces sources, voire leur caractère indispensable. Accorder tant d'importance à un code source qu'on préfère l'intégrer tel quel à son projet plutôt que le réécrire permet de se faire une idée du lien de dépendance qui peut apparaître entre un utilisateur et un programme, et, par extension, entre un utilisateur et un programmeur si ce dernier ne fait pas le choix de rompre ce lien.
          Le copyleft n'est là que pour garantir les libertés de tous les utilisateurs y compris des logiciels dérivés. Il permet non pas de freiner la liberté de "*celui* qui souhaite réutiliser les sources" mais de la garantir pour *tous ceux* qui souhaitent réutiliser les sources.

          "C'est une vision réductrice de discussion bar PMU, le "on nous ment on nous spolie", "le méchant industriel aura notre peau"...
          Ne sous-entends-tu pas juste en -dessous que le système a été perverti, créditant par la même mes propos ?

          "Les brevets visaient à l'origine a participer à la création et l'innovation en permettant à un inventeur de jouir exclusivement de ses inventions, tout en permettant de les diffuser, pour que d'autres puissent en profiter et les améliorer à leur tour. Complètement à l'opposé du secret industriel.
          Si le système a été perverti ensuite, c'est un autre débat."
          Tu me dis que la notion de brevet est apparue pour favoriser l'innovation et que si aujourd'hui, a fortiori dans le monde du logiciel, ce système a été détourné pour permettre "à un inventeur de jouir exclusivement de ses inventions" mais sans "que d'autres puissent en profiter et les améliorer à leur tour" c'est un autre débat ? J'aimerais savoir ce qui permet de les dissocier et de dire lequel des deux doit avoir lieu sur le fil de ce journal.

          "On a les gouvernants que l'on mérite. Mais c'est hors sujet."
          J'aurais tendance à être d'accord mais notre belle démocratie implique une petite précision, aussi je reformule :
          On a les gouvernants que méritent les personnes autorisées à répondre à un QCM et qui ont formulé la réponse ayant le plus d'occurences.
          C'est effectivement hors sujet.

          "Le fait que je ne puisse pas emprunter de son code ne m'empêche vraiment pas de dormir."
          Alors le fait de pouvoir emprunter du code sous GPL mais de le rediffuser sous la même licence ne devrait pas t'empêcher de dormir non plus.

          "C'est un problème?"
          Pas pour moi en tout cas, je le faisait remarquer pour minorer "Google est un grand contributeur aux LLs, notamment Linux". Si Google ne supporte pas le copyleft, c'est pas parce que ça l'empêche de contribuer au libre, c'est parce que ça l'empêche de transformer le libre en privateur.

          "Vision très réductrice.
          Si je comprends bien, avoir un binaire sans les sources est privateur de liberté, mais un éditeur qui offre des services sans avoir de réel controle dessus (indexation des mails? moteur de recherche omniprésent?) n'en pose pas. Bon... faut croire que la carotte est bonne."
          Tu comprends mal. Les services sur lesquels l'utilisateur ne peut avoir le contrôle sont aussi privateurs, mais la GPL implique des contraintes sur la diffusion du logiciel, pas sur son utilisation. D'ailleurs si t'es pas d'accord avec la licence t'as quand même le droit d'utiliser le programme.

          "L'innovation technologique, la recherche, la connaissance, a un cout. Et ce cout, suivant le contexte, doit être supporté. Pour un industriel, cela se fait en vendant des produits et des services, qui ne peuvent être partagés "gratuitement". Certains le font en espèces sonnantes et trébuchantes, d'autres en accumulant des informations pour mieux cibler la publicité."
          Oui. Mais si les industriels arrêtaient de faire cracher au bassinet une fois ces coûts amortis, ça se saurait.
          Que l'industriel veuille engranger des bénéfices en vendant des logiciels fermés, soit. Que des développeurs de logiciels fassent le choix de licences permissives pour aider ces industriels de parvenir à leur fins, soit aussi. Mais je ne vois pas au nom de quoi on pourrait reprocher à ceux qui font du libre avec copyleft de freiner l'innovation car ils garantissent justement que leur code puisse toujours la servir, dû-t-elle être en opposition avec le modèle économique de l'industriel.

          "Dans l'enseignement et la recherche publique, ce sont vos impots (ou ceux de vos parents) qui le permettent.
          Faut arrêter avec l'idéologie du "je partage tout, même mon lit et mon porte monnaie...""
          Comme tu le dis, je partage déjà mon porte-monnaie à travers mes impôts. Mais je ne vois pas le rapport.
    • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      >>> les gens de la FSF pensent que l'on attaque la communauté quand la quantité de logiciel proprio augmente,

      Je ne vois pas trop ce que vient faire ici cette idée d'attaque de la communauté.
      Les gens de la FSF pensent juste qu'il n'est pas éthique d'écrire du code propriétaire. Voir ce post pour une tentative d'explication : https://linuxfr.org//comments/932032.html#932032
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Encore une url en HTTPS qui nous fait changer de contexte quand on navigue en HTTP.

        Templeet ne propose pas une réécriture de l'URL dans les posts avec une URL relative quand il détecte que c'est une de ses propres URL?

        Encore une bonne raison de donner un coup de jeune à ce site.
      • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

        Posté par . Évalué à 1.

        Je ne vois pas trop ce que vient faire ici cette idée d'attaque de la communauté.
        Les gens de la FSF pensent juste qu'il n'est pas éthique d'écrire du code propriétaire. Voir ce post pour une tentative d'explication : https://linuxfr.org//comments/932032.html#932032


        Je ne partage pas le point de vue dans ton lien.

        Le progrès engendré par le numérique a diminué les couts de _copie_ pour les rendre bas, voire nuls. Vrai.

        En revanche, le numérique n'a certainement pas diminué les couts nécessaire à la création de l'original, de la première idée, qui demande un investissement pas nécessairement négligeable pour que cela soit inventif et nouveau, et affiche un réel progrès.

        Si on veut inciter le boulanger à poursuivre à améliorer son pain (même si distribué à cout nul), il faut qu'il y trouve son compte.
    • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

      Posté par . Évalué à 6.

      les GPListes aiment bien parler de liberté, en voici une que leur licence ne respecte pas
      Les trolls pseudo-philosophiques de bas-étage sur la définition de la "liberté" ne sont jamais très intéressant, toujours est-il que j'oserais faire le parallèle audacieux suivant : Faut-il s'émouvoir que la loi nous ôte la liberté de tuer notre voisin ?
      C'est simplement pour montrer (enfin plutôt rappeler, ce genre de débat étant on ne peut plus éculé) qu'il n'y a pas de définition naturelle de la liberté parfaite, et que certaines libertés pour les uns sont évidements des contraintes pour les autres... dans le cas BSD vs. GPL il ne s'agit pas meurtre et la question d'à qui doit-on garantir la liberté peut faire débat, mais assimiler à une absence tout court de liberté le choix d'octroi de cette garanti à tous les destinataires du logiciel ou dérivé est osé, et en tous cas ne vaut pas plus qu'un jugement unilatéral qui dirait que la BSD est le mal à un niveau quasi moral au sujet du risque d'absence de liberté pour certains destinataires. (J'ai conscience que ç'est en gros la position de la FSF qui conseille de ne pas créer de nouveau projet sous BSD, mais tous les utilisateurs de la GPL ne sont pas forcement 100% alignés avec la FSF -- par exemple je trouve que c'est stratégiquement très bien que la ref de Google pour WebM soit en permissive)

      La viralité de la GPL est un problème
      "viralité" est une image fortement connotée...

      La GPL n'a jamais libéré GoogleFS
      Étant donné qu'ils ne distribuent pas, il serait difficile d'imposer une publication (et d'ailleurs les tentatives dans ce sens seraient considérées comme non libres)
      On ne peut conclure d'un constat que la GPL ne publie pas magiquement tous les codes sources de l'univers qu'elle est inutile ni même qu'elle échoue à ce qu'elle est censée faire, puisqu'elle n'est précisément pas censée imposer la publication de GoogleFS...

      - les gens de la FSF pensent que l'on attaque la communauté quand la quantité de logiciel proprio augmente, et qu'en ce sens, il faut placer du code sous une licence qui empêche d'en faire.
      La FSF considère effectivement qu'elle n'a pas a aider les créateurs de logiciels propriétaires, ce qui vu ses objectifs et même son nom semble cohérent. Les autres éditeurs publiant sous GPL peuvent ou non partager cette raison.
    • [^] # Re: Utilisez la licence qui vous convient

      Posté par . Évalué à 2.

      Et moi j'ai l'impression que beaucoup se branlent les nouilles et confondent largement les volontés de la FSF avec celles de l'OSI.

      Amha, les dirigeants de la FSF sont très contents lorsqu'un logiciel libre progresse, quelle que soit la licence qui y est attribuée à condition qu'elle respecte les 4 libertés fondamentales de l'utilisateur.

      La bagarre pour le logiciel libre est la bagarre pour la liberté d'expression. En ce sens, la GPL a été formulée pour donner une licence à ceux qui veulent que jamais leur code ne se retrouve rendu inaccessible à l'utilisateur final.
      Et tivoïsation/ Droid toussa montre que la bagarre est loin d'être gagnée.
      La FSF ne se place pas du point de vue de l'utilisateur qui choisi un logiciel, mais du point de vue du développeur qui veut que ses utilisateurs soient libres. Qui ne veut pas contraindre ses utilisateurs ou les utilisateurs d'un développeur qui aurait réalisé des travaux dérivés à partir de son propre code.

      La contrainte, c'est typiquement l'exemple de l'imprimante de RMS ...Avec ses extensions:
      Pas le source, pas le droit de modifier, tivoisation, brevets etc...

      Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

  • # ???

    Posté par . Évalué à 10.

    J'ai l'impression que certains développeurs utilisent ces licences pour de mauvaises raisons, je vais essayer d'expliquer pourquoi.

    J'ai l'impression que tu as échoué.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.