Journal Réduction des licences open-sources

Posté par .
Tags : aucun
0
23
fév.
2005
L'OSI et OSDL planchent sur un projet pour réduire le nombre de licence open-source à 3.

Dixit l'article :
- la licence GPL (je connais)
- une version commerciale de cette licence (Ca veut dire quoi ?)
- La licence BSD (je connais aussi.

La raison invoquée : Ca fait peur aux daicidors.

Ma réaction est la suivante. D'abord, il y a beaucoup de nuances à apporter entre une GPL et une BSD.

vim est un charityware.
D'autres projets refusent d'être exploités commercialement.
D'autres s'en foutent.

Que cela pose un problème lorsqu'on veut "piquer" le code dans une application. C'est normal et même le but des licences puique ca reflête la VOLONTE des développeurs. Ils fournissent un cadre pour l'utilisation de leur travail. "Si ce cadre ne te plaît pas, t'utilises pas."

Heuresement, le monde des logiciels libres est ... libre, et comme dirait jr< : "Chaaaacun cun cun cun fait fait fait ce qu'iliiiiiiil lui plaît plaît"

Vu sur http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39208251,00.(...)

PS: Il suffirait d'une petite page web qui recenserait les grandes licences, on combinerait ces licences des différentes briques que l'on veut assembler et on nous dirait si le logiciel est valide ou pas et quel licence est valide pour cette assemblage. Cela réglerait les problèmes des décideurs feignants.
  • # le rêve..

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Un système à la CC pour les GPL-BSD et consort. CC c'est vraiment génial..
    • [^] # Re: le rêve..

      Posté par . Évalué à 2.

      Bof, en fait il n'y en a qu'une seule qui est intéressante, mais c'est attribution, qui laisse tout faire. Les autres ne sont pas libres.
      • [^] # Re: le rêve..

        Posté par . Évalué à 2.

        Pas libres au sens de la GPL ?
        • [^] # Re: le rêve..

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Pas libre au sens de la définition du logiciel libre, que ce soit celle de la FSF (4 libertés) ou celle de Debian (Debian Free Software Guidelines).

          Dans l'esprit, parmi les licences de CC, seules les licences BY et BY-SA sont libres, même s'il y a quelques problèmes mineurs (voir les archives de debian-legal) dans la formulation de certaines parties de ces licences.
      • [^] # Re: le rêve..

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        J'oubliais que le slogan du site est : "Linuxfr, laissez vos neurones au vestiaire".

        Bon, je détaille :


        Pour l'auteur, CC est très facile. On remplit un formulaire disant ce qu'on autorise ou pas, et paf, la bonne licence sort !

        En plus, grâce au système de logo, on peut de manière très facile indiquer aux clients ce qu'il est permit ou non de faire avec le travail publié.

        Pour les clients, tout est centralisé, et en quand de question précise, il suffit de se rendre sur le site et de lire le détail juridique de la license correspondant.

        Je ne parle pas du contenu des licences elles-mêmes.


        Je crois honnêtement que cet aspect user-friendly a grandement contribué à ce que de plus en plus d'artistes moins connus publient sous CC. Et quand je dis grandement, je veux dire une toute grosse majorité.

        Combien d'artistes seraient interessés par lire la GPL sur le site gnu.org ? Mais combien ont été séduit par l'aspect et l'idée mise en valeur sur le site de CC ?
        • [^] # Re: le rêve..

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je crois honnêtement que cet aspect user-friendly a grandement contribué à ce que de plus en plus d'artistes moins connus publient sous CC.

          Oui, mais malheureusement, CC ne distingue pas les licences libres des licences non-libres, ce qui fait que beaucoup d'artistes publient sous CC BY-NC-SA sans même se rendre compte que ce n'est pas une licence libre. CC a ses limites ...
          • [^] # Re: le rêve..

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            ben la notion de libre est purement arbitraire.

            Les artistes utilisent cette licence là car c'est celle qu'ils veulent et perso, je la trouve "libre", bien assez à mes yeux pour le moment (surtout comparé au copy controlled CD).

            ce n'est pas libre au sens FSF, mais n'oublions pas que ce n'est pas non plus un logiciel, et que de toutes façons, les artistes font ça parce qu'ils préfèrent ça.

            Faut pas tomber dans l'extrémisme...
  • # Pour les licences...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

  • # Oui, mais

    Posté par . Évalué à 3.

    Je ne vois pas trop comment l'OSI pourrait "réduire le nombre de licences libres". Chaque auteur est libre de mettre son code sous la licence de son choix. A part inciter les gens à choisir une licence existante plutot que de créer sa license maison que c'est moi qui l'ait fait, il n'y a pas grand chose à faire.

    Dans ce domaine, ce ne sont pas les développeurs indépendants qui opposent le plus de résistance. En général quand un particulier crée un logiciel, n'ayant pas forcément de compétences juridiques, il prends une licence existante (le plus souvent GPL/LGPL/BSD). Ce sont plutot quelques grosses boites (IBM avec la CPL, Sun avec la CDDL,...) qui s'amusent à créer leur licence maison en clonant une licence connue. Leur département juridique doit bien justifier son existance. Dans certains cas (Sun), c'est même intentionnel : La CDDL est proche de la GPL tout en étant incompatible. Un bon moyen d'empêcher que du code de Solaris sont intégré à Linux. Chacun défend son bifsteak et ça n'est pas près de changer.
  • # C'est pourtant déja simple, non ?

    Posté par . Évalué à 2.

    *Grossièrement* :
    Soit c'est GPL (=Libre)
    Soit c'est BSD (=Libre)
    Soit c'est "GPL Commercial" (à la MySQL, si j'ai bien percuté) (=proprio)
    Soit c'est proprio (=proprio)
    Soit c'est compatible avec l'un des 4

    Bref, soit c'est Libre ou compatible, soit c'est proprio ou assimilable et c'est tout ....

    Pourquoi veulent ils bridés un système déja suffisement simple à partir du moment ou l'on oublie pas qu'il est possible d'établir des *compatibilités* ?
    Ca marche assez bien comme ça, non ?

    Quand j'utilisais xfree86, "compatible GPL/Libre" me suffisait ... quand il ne l'a plus était, j'ai arrêté de l'utiliser.
    "Je" suis utilisateur, c'est pas moi qui doit leur dire comment ils doivent écrire leur license, c'est leur bébé à eux, ils font ce qu'ils veulent avec, et moi j'me contente d'interpréter la license en établissant une compatibilité, et j'utilise en fonction, ça me suffit.
  • # On vit dans un drole de monde

    Posté par . Évalué à 10.

    Dans c emonde, avoir une license différente par programme sous windows, ne pose pas de rpoblèmes. Avoir une licence par mise à jours de programmes sous windows ne pose pas de problèmes. Avoir une licence par plugin de programmes sous windows ne pose pas de problème.
    Mais avoir 7 ou 8 licences avec des variances minimes dans l'univers du libre, dont 4 (BSD,MIT,GPL,LGPL) sont massivements utilisées ca fait peur aux décideurs.

    Mon conseil du jour : Qu'ils essayent de se recycler dans la peinture à l'ancienne sur pots en glaise cuite. Manifestement ils ne sont pas fait pour le métier qu'ils exercent, et ne comprennnent pas raiment l'univers dans lequel ils baignent.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.