Conférence Hadopi Versus Licence Globale : quels enjeux ?

Posté par . Modéré par Lucas Bonnet.
22
9
sept.
2011
Culture

Le Mardi 13 septembre 2011 de 19h00 à 21h00 à la Médiathèque des Halles - 8 porte Saint Eustache 75001 Paris - Métro : Chatelet les Halles

Conférence Hadopi versus Licence Globale : quels enjeux pour Internet et la création ? Libre Accès et Musique Tangentes posent la question de la viabilité, d’hadopi, de la licence globale à des acteurs politiques et des experts. Les enjeux liés à la création et à internet seront évoqués aux participants. Véritable sujet de société, la licence globale est une approche encore nouvelle en France, pays des droits d’auteur depuis 1777... Cette rencontre permettra à tout un chacun de se forger une opinion et de soumettre ses interrogations aux intervenants. Technopol soutient toutes les alternatives à la répression et les nouveaux mode des financement de la création."

  • Benjamin Bayart - Président de French Data Network
  • Benjamin Lancar - Président des Jeunes Populaires et Secrétaire National à la Nouvelle Economie à l’UMP
  • Ludovic Pénet - Laboratoire des Idées du Parti Socialiste
  • Maxime Rouquet - Président du Parti Pirate
  • un représentant de la SACEM (sous réserve)

  • Modérateur : Jérémie Nestel - Président de Libre Accès

NdM : dépêche placée sous licence Art Libre.

  • # Oula !

    Posté par . Évalué à 8.

    Ca va taper, chérie! :D

  • # Affligeant

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Avec un tel titre n'a-t-on pas l'impression d'une alternative entre Charybde et Scylla ? Heureusement que le texte précise :

    « Technopol soutient toutes les alternatives à la répression […] »

    malencontreusement tempéré par :

    « […] et les nouveaux mode des financement de la création. »

    qui semble annoncer un parti pris pour l'ingérence des puissants dans les esprits.

    Ne pourrait-on pas simplement laisser la culture se libérer des appareils d'états ? Ne faut-il pas être naïfs pour croire que la culture mourrait si ses modes de financement actuels disparaissait ? N'y a-t-il donc pas un peu partout des musées qui témoignent des développements culturels de civilisations fort différentes de la notre ?

    Il me semble que de tous temps l'objectif réel des financiers de la culture, et clairement dévoilée dans des expressions comme « [vendre à] coca-cola du temps de cerveau disponible» ou « PANEMETCIRCENSES ». Et sans prétendre être un expert ou même quelqu'un de cultivé et d'informé, mon impression tenace est que tous ces systèmes centralisés et massifs de financement de la culture/divertissement sont franchement pervers.

    D'aucuns affirmeront que sans eux le patrimoine de l'humanité se verrait assurément amputé de l'ineffable Transformers XIX, ou de l'inouï star academy XXIV, ou encore du divin un homme et son chien. Certes ! Mais qui sait à quoi nous aurions eu droit à la place ?

    Pour ne pas paraître trop extrémiste, je précise que : D'une part ce qui me chagrine c'est que nécessairement le financement centralisés favorisent les grands au dépends des petits, les détournements au dépend de l'efficacité ; par exemple on paye un supplément (symbolique) pour avoir le droit de faire nos photos ou d'enregistrer nos œuvres afin de le donner à de grosses sociétés. Et d'autre part la culture me semble devoir reposer essentiellement sur ce qui se trouve dans la tête des vivants ; ainsi pour moi l'activité sensée de l'état en matière de culture devrait plus être dans la libération/diffusion des œuvres (bibliothèques, …) et la formation du quidam (conservatoires, …) que dans la sélection artistique (« vous en reprendriez bien encore un peu …).

    • [^] # Re: Affligeant

      Posté par . Évalué à 3.

      'Ne faut-il pas être naïfs pour croire que la culture mourrait si ses modes de financement actuels disparaissait ? '
      Non elle changerait juste de maitre.
      Faut pas se leurrer,la culture d'avant les editeurs, c'etait la culture que les mecenes voulaient.
      Et eux en plus ils partageaint pas du tout.
      Internet ne changera pas le fait que pour vivre il faut manger, que la creation ne fait pas pousser les pommes et qu'il faudra toujours plaire a celui qui a de l'argent. Le public ne payant que tres peu si il n'y est pas oblige d'une maniere o d'une autre, cela limitera forcement ceux qui peuvent en vivre.
      Ca aurait forcement une incidence, empecherai beaucoup de s'en sortir, (qu'il soient bon ou mauvais) et cela tuerait beacuoup de genre.
      Un opera, compte tenu des couts salariaux, sans subventions, c'est mort.
      Il faut un equilibre.

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par . Évalué à -3.

        d'ailleurs pourquoi subventionné un opéra qui est globalement de la culture destinée aux riches ?

        • [^] # Re: Affligeant

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Je ne comprends pas : c'est de la culture destinée à qui veut aller y assister… Il faut pouvoir payer sa place évidemment, mais à ce compte là toute la culture est destinée aux riches.

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            disons aux plus riches quand on voit le prix des places avec une bonne acoustique

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par . Évalué à 6.

              Et combien coûte une place à un concert de Johnny/n'importe quel groupe à la mode ?

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                entre 30 et 50€.
                100€ pour les stars has been qui veulent faire raquer leurs groupies.

        • [^] # Re: Affligeant

          Posté par . Évalué à 5.

          Je suis pas riche et j'aime les bons opera.....damned I am fucked.
          (btw oubliez l’opéra la bastille ou je ne me souviens plus lequel est en sortie de RER, l’acoustique est tellement pourrie que vous pouvez vous endormir pendant carmina burana)

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Je suis abonné à l'opéra de Bordeaux. Très bonne place souvent à 75€. Le bâtiment est superbe et la salle est magnifique. L'acoustique excellente à la plupart des places.
            Donc, ce n'est pas la peine d'aller à Paris !

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par . Évalué à 4.

              Avoue que 75€ pour une soirée c'est quand même pas donné. Tu as de la chance de pouvoir te l'offrir.

              J'ai bien conscience que c'est moins cher qu'un concert de Beyonce ou Johnny mais ce n'est pas la question. 75 € c'est facile une semaine de bouffe pour pas mal de gens.

              Les spectacles vivants qui durent une soirée ne devraient pas coûter plus de 10 voir 20 €. Là on pourrait parler d'accès à la culture...

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par . Évalué à 8.

                'Les spectacles vivants qui durent une soirée ne devraient pas coûter plus de 10 voir 20 €. Là on pourrait parler d'accès à la culture...'
                le probleme c'est qu'avec un rapport de 2 comme tu le fais, ca ne fait que doubler au mieux la masse salariale.
                Or entre une piece de theatre avec de 1 a 10 personnes sur scene, et un opera ou il y a entre 100 et 150 personnes entre l'orchestre et la scene ca fait un rapport de 15
                75 euros pour payer environ 150 personnes, je trouve ca carrement donne.
                D'ailleurs ca l'est (c'est subventionne)
                Oui c'est 'cher', mais c'est aussi en rapport avec le spectacle. Et c'est pas le genre de spectacle que t'enchaines tous les jours de toute facon.

                • [^] # Re: Affligeant

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Dans le même genre, payer 50 euros le concert pour un spectacle pyrotechnique/son et lumières de Rammstein, c'est compréhensible ; payer le même prix pour un type qui vient juste chanter avec sa chaise et sa guitare et un projecteur fixe, ca se discute.

                  • [^] # Re: Affligeant

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Meme la on dira que ca depends de la taille de la salle. Si le chanteur sur une chaise te fait un concert intimiste ou tu peux lui parler entre les chansons, et celui dans le stade a 30000 personnes ou tout ce que tu vois c'est l'ecran, qui fait le plus de marge d'apres toi...
                    Y a pas de prix de la place ideal quelque soit le spectacle.
                    D'ailleurs les stades c'est ptet loue, mais vu les subventions de l'etat, sont loin d'etre beneficiaires (pour l'etat s'entends) egalement.

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Dans les opéras, il y a généralement des places à des prix abordables (20 euros ou moins). Certes, on est mal placé, souvent très haut, ou sur le côté, mais l'acoustique n'est pas forcément mauvaise et on voit la scène et les musiciens. 75 euros, c'est déjà quand on est pas trop mal placé.

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par . Évalué à 4.

                Ben tu vas deux fois moins souvent voir (Johnny|Les Musclés|blah) mais tu vas voir un opéra. Faut pas oublier que contrairement aux groupes de rock qui n'ont « que » deux à cinq membres en règle générale (y'a toujours des exceptions), un opéra nécessite un orchestre complet, un ensemble de chanteurs/acteurs sur scène, etc.

                Bref, y'a aussi l'équivalent des roadies, techniciens/ingés du son, tout ça, comme pour un concert de rock, mais aussi beaucoup, beaucoup de gens en plus à payer. Tout compte fait, 75€ c'est pas cher, je trouve.

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par . Évalué à 4.

                Parfois je me demande, est ce que ce sont les choses qui sont trop cheres, ou bien notre salaire qui est trop bas?

                Car jamais une chose ne pourra couter zero. Et meme souvent je trouve que les choses ne peuvent pas couter aussi peu cher par rapport a ce qu'elle representent.

                Mais mon salaire lui, je me demande s'il ne pourrait pas etre plus eleve!

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non elle changerait juste de maitre.
        Faut pas se leurrer,la culture d'avant les editeurs, c'etait la culture que les mecenes voulaient.

        Qu'est-ce que tu veux dire exactement par "changer de maître" ?

        Est-ce que tu as l'impression de changer de maître en utilisant des logiciels libres ? Parce qu'à ma connaissance, pas mal de gros logiciels libres sont financés en partie par des "mécènes" (Google,...).

        • [^] # Re: Affligeant

          Posté par . Évalué à 1.

          'Est-ce que tu as l'impression de changer de maître en utilisant des logiciels libres ? '
          Oui c'est exactement la meme chose. La theorie du 'tu peux modifier les sources a ta guise' n'est que cela, une theorie.
          Ca ne concerne qu'une infime minorite de gens competent.

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par . Évalué à 5.

            Non, ce n'est pas une théorie. La possibilité de modifier les sources est très concrète. C'est tout ce que le LL garantit. Je pense qu'ici tout le monde sera d'accord pour dire que la capacité à modifier un logiciel (libre ou pas), elle, réservée aux gens qui savent comment faire (i.e. qui savent utiliser un éditeur de texte¹).

            [1] Je sais, l'éditeur ne suffit pas. :) Mais si j'ai envie de modifier la sortie de uname je peux parfaitement rajouter une chaîne de caractère à la con, sans pour autant avoir à comprendre exactement comment le C fonctionne (même si bien entendu si je sais, alors c'est d'autant plus facile).

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par . Évalué à 4.

            C'est très concret.
            La possibilité de modifier un logiciel peut s'appliquer en dehors du champ des sources. Directement sur le binaire. Mais le niveau de compétences requis va encore au delà.

            C'est donc non seulement concret légalement : on le droit de le faire. Mais c'est également concret pratiquement : de part la conception même des distributions il est possible facilement de se mettre à essayer de comprendre. Vraiment.

            On pourrais résumer avec une maxime du genre :
            "ce n'est pas parce que peu de monde franchit la porte que nous devons la fermer"

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par . Évalué à 0.

              Vous etes tous deux completement passe a cote.
              Oui une minorite peut modifier le code, tout comme une minorite peut se passer de rentree d'argent pour creer.
              Ces sont les exceptions qui confirment la regle.

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par . Évalué à 4.

                Ben oui. Une minorité est capable de peindre (j'en suis personnellement incapable). Une minorité est capable de faire de la vraie plomberie chez elle. Une minorité est capable de faire quelque chose de technique dans un domaine précis en règle générale. Voici la différence: si tu touche un tout petit peu en plomberie (genre t'as eu un problème, t'as vu ton plombier changer le flotteur pour tes chiottes, et en fait t'as pigé que c'était pas bien compliqué), ben tu peux le faire toi-même (ou au moins tenter de le faire) la prochaine fois que tu as un problème de fuite dans tes WC. Avec un logiciel proprio, si tu as un bug, ben tu demandes à l'éditeur de bien vouloir le corriger. Si le bug « intéresse » l'éditeur (ie il a un intérêt financier à le corriger), alors tout va bien pour toi. Sinon, ben tant pis. Avec le logiciel libre, si tu as un problème, ben tu peux aller voir un « plombier » logiciel (un forum, remonter le bug, engager un consultant très cher, etc.). Tu peux aussi tenter de réparer le soft toi-même (parce que tu as vu ton-copain-qui-s-y-connaît le faire, parce que ton contrat avec le consultant spécifiait un rapport détaillé de la procédure de correction de bug, etc). Dans tous les cas, tu as la possibilité de changer quelque chose, ce qui est impossible (soit techniquement, soit légalement) avec le logiciel proprio.

    • [^] # Re: Affligeant

      Posté par . Évalué à 9.

      Je pertinente et j'ajoute que je refuse de payer une licence globale pour un droit que je n'utiliserai jamais.
      Je ne pirate pas, mais si je me vois imposé une telle taxe, je ne priverai pas de le faire.
      Et je pense qu'alors tout le monde y perdra.
      Cette taxe légitimera tous les pirates qui diront que de toutes façons ils paient pour avoir ce droit, et j'ai bien peur que les "petits" auteurs n'y gagnent rien de plus qu'aujourd'hui.
      En gros, nos impôts serviraient à financer la villa de Johnny dans je-ne-sais-quelle-île-sous-les-tropiques !

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par . Évalué à 2.

        Là tu fais un procès d'intention. Tu ne sais pas comment cet argent sera utilisé.

        Pire, tout est de toutes façons dans l'enoncé politique de la destination:il peut être décidé d'affecter ce flux à l'entretien des musée et rediriger les subventions des musées vers les artistes contemporains, donc pour ta tranquilité d'esprit, tu finances ce qui colle à tes opinions.

        • [^] # Re: Affligeant

          Posté par . Évalué à 10.

          Il ne s'agit pas de ça :
          Je veux bien que mes impôts servent à financer "le bien commun" (musées, routes ,sécurité sociale, ...)
          Je ne veux pas en revanche que mes impôts servent à financer des "people" (puisque c'est comme ça qu'on les appelle) qui de toutes façons n'en ont pas besoin.
          Cette licence globale n'est qu'une façon de se donner bonne conscience et ne changera en rien la vie des artistes peu connus.

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par . Évalué à 2.

            Je n'ai pas été trés précis: tu ne sais pas si effectivement cet argent financera les peoples (et dans quelles proportions).

            On peut définir un seuil ou l'artiste est considéré comme s'autoproduisant (par exemple beaucoup de vente, ou un bénéfice par concert réglementé) - ou tout autre vision permettant de soutenir les artistes débutants.

            C'est de fonder son opinion sur la peur de voir l'argent de la licence globale détourné qui me parait être une grosse erreur, plutot que sur la philosophie de la solution proposée.

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par . Évalué à 3.

              Personnellement j'ai eu une idée de génie.

              Utiliser les sous de la licence globale pour donner des "chèques culture" à la jeunesse. J'ai vu un poster il y a peu sur les chèques culture.

              Pourquoi ne pas imaginer de distribuer des chèques-culture (idée plutôt de droite, qui a été proposé par le parti dominant pour compenser la perte des éditeurs légaux de musique en ligne - Fnac, etc) en utilisant les sous de la licence globale (idée plutôt de gauche, qui sous entend que l'accès à la culture devrait être le même pour tous.

              Du coup ceux qui préfèrent télécharger à donf se rendront compte que la culture a un coût (coût de la licence globale), mais ils seront toujours encouragés à aller voir des concerts ou des évènements culturels un peu plus vivant en utilisant des chèques-culture.

              Du coup, je pense que beaucoup plus de personnes pourraient aller dans des concerts, ce qui est assez difficile pour beaucoup de gens.

              Tu pourrais choisir entre aller voir deux ou trois concerts ou aller à l'opéra dans le mois, ou quelque chose comme ça.

              je vous laisse pertinenter si vous trouvez que ça vaut la peine. :D

              Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par . Évalué à 4.

                Pourquoi ne pas imaginer de distribuer des chèques-culture (idée plutôt de droite, qui a été proposé par le parti dominant pour compenser la perte des éditeurs légaux de musique en ligne - Fnac, etc) en utilisant les sous de la licence globale (idée plutôt de gauche, qui sous entend que l'accès à la culture devrait être le même pour tous.

                Je vois pas en quoi le chèque-culture est une idée de droite mais je vois en quoi elle est mauvaise, cf l'excellente réponse de Grunt à ce sujet :
                [https://linuxfr.org/news/conf%C3%A9rence-hadopi-versus-licence-globale-quels-enjeux#comment-1269292]

                En revanche, la licence globale n'est certainement pas une idée de gauche. Contrairement à ce que tu affirmes, elle sous-entend que le financement de (et non pas l'accès à) la culture devrait être le même pour tous les internautes seulement. C'est à dire que payent ceux qui ont accès au réseau pour que tous les citoyens aient le droit de diffuser certains fichiers numériques. Il ne s'agit que d'une rente de plus pour l'industrie de la culture.

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Le problème du chèque culture, c'est qu'il ne fonctionnera grosso modo que pour les artistes présents à la FNAC, uniquement pour les artistes déjà connus et déjà présents dans les réseaux de distribution. Pas pour le groupe de jeune qui joue dans le bar à côté de chez toi, pas le jeune auteur qui a du mal à trouver des libraires, pas le gars qui fait des court-métrages amateurs et qui est jamais diffusé en télé.

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par . Évalué à 4.

              Alors moi non plus je n'ai pas été assez précis : je ne veux pas payer une nouvelle taxe parce que je pense d'abord que c'est une taxe de plus et une taxe de trop et qu'ensuite, elle ne profitera pas aux groupes qui débutent et qui en auraient réellement besoin (voir les réponses plus bas).
              Je connais quelques groupes qui ne font (presque) que des concerts gratuits, ou qui jouent dans des bars, juste dans l'espoir de se faire connaitre, ceux-là ne verront jamais la couleur de l’argent rapporté par cette "licence" (pour diverses raisons, on n'est pas (pas encore ?) - et heureusement - dans un pays totalitaire, il est impossible de contrôler exactement qui fait quoi et où.

              Donc, NON, trop c'est trop !

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par . Évalué à 2.

              -stop-
              :-)
              on est dans le degré zéro de la politique.
              un peu de soupoudrage par ci, un peu de soupoudrage par là.
              Et zou, ça se verra pas.

              Avant de refuser à payer tous ensemble pour tous, commençons donc par refuser une campagne en dessous des pâquerettes.

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par . Évalué à 4.

        Je ne pirate pas, mais si je me vois imposé une telle taxe, je ne priverai pas de le faire.

        Ah ben voilà, tu viens de dire exactement ce que je répète à longueur de temps : je ne pirate en général pas (plus), mais depuis la taxe sur TOUS les supports de stockage + DADVSI + HADOPI, ben je considère que c'est une provocation, donc j'ai tendance à copier bien plus de trucs sur le net (en pratique, j'achète bien plus que je ne pirate, mais c'est une autre histoire).

    • [^] # Re: Affligeant

      Posté par . Évalué à 4.

      Marrant que tu prennes l'exemple des musées qui doivent être pour la plupart très largement subventionnés ...

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par . Évalué à 0.

        Il ne prend pas l'exemple des musées.

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par . Évalué à 2.

        Wow d'ailleurs il y a toute une branche de l'économie dédiée à la question, intéressant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_%C3%A9conomique_des_mus%C3%A9es

        • [^] # Re: Affligeant

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Wikipédia n'est pas toujours de bon conseil. Des départements universitaires de théorie économique des musées, il doit y en avoir deux dans le monde. Assurément des gus dans une cave.

          Après il est certain que les biens culturels sont très étudiés par les économistes. Pour ce qui est de l'appellation «Théorie économique des musées», c'est une fumisterie wikipédienne assez ridicule.

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par . Évalué à 2.

            Tu exagères un peu, c'est moi qui me suis un peu emporté dans mon commentaire, j'imagine bien que ça n'occupe pas une armée d'économiste ... une vaste fumisterie t'y va un peu fort. Le contenu de l'article n'a pas l'air si mauvais, et il s'agit bien d'une théorie économique appliquée aux musée.

            Ou est la vaste fumisterie ?

          • [^] # Re: Affligeant

            Posté par . Évalué à 2.

            deux trois gus dans une cave, une vaste fumisterie.

            allez, hop, un lien : le dernier journal de patrick.g (le . se prononce aussi), ça cause du blog d'un gars dans une cave, justement.

            • [^] # Re: Affligeant

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              C'est ça un économiste?

              • [^] # Re: Affligeant

                Posté par . Évalué à 3.

                j'l'attendais.
                et tu as raison.
                le raccourci était bien trop rapide.

                Un économiste certainement pas. Mais l'économie évoluant dans un cadre réglementaire, la connaissance approfondie de ce cadre permet certainement d'avoir une excellente vision de ce que l'économie est et pourrait devenir. Tout comme il ne s'agit pas de musée, mais de bibliothèques, dont la gestion est certainement différente mais se rejoint sur un point : celle de la difficulté de l'équilibre économique pur et de l'importance du libre accès.

                Amende honorable, donc.

      • [^] # Re: Affligeant

        Posté par . Évalué à -4.

        les musées s'ils vendaient leurs oeuvres mineures qui trainent dans leurs coffres depuis des années et bien ils auraient moins besoin de financement pour l'achat d'oeuvre nouvelle qui on l'espere auront la chance de sortir du coffre un jour

  • # Vidéo

    Posté par . Évalué à 7.

    Quelqu'un sait s'il est prévu que la conférence soit filmée et diffusée par la suite ?

    • [^] # Re: Vidéo

      Posté par . Évalué à 10.

      Elle sera dispo en BlueRay dans 6 mois et en VOD avec DRM dans 1 an.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

  • # redistribution ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Toutes les solutions à base de licence global ne parle jamais de la redistribution. C'est pourtant le diable dans les détails.

    Il est maintenant connu que les sociétés d'auteur se reversent des taxes les unes les autres tout en prélevant une commission à chaque passage, ce qui permet d'avoir des frais de gestion réelle énorme sans que cela se voit trop. L’enquête parlementaire a été étouffé.

    Certain propose une redistribution en log de la popularité ou en log log, pourquoi pas. Mais comment s'assurer que les petits toucheront effectivement quelques choses ?

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: redistribution ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Oui, le risque avec une licence globale c'est que pas grand chose ne change: les ayants-droits continueraient à toucher autant et les artistes aussi peu.

      On ne peut légitimement pas empêcher un artiste d'aliéner toute sa création à une société d'auteurs à la gestion douteuse. Mais là où les pouvoirs publics peuvent agir, c'est en se désolidarisant de ces pratiques. En faisant passer sur les radios et chaînes publiques, en louant les salles de concert à d'autres artistes qu'à ceux embrigadés par la SACEM et compagnie.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: redistribution ?

        Posté par . Évalué à 6.

        Pour moi la licence globale serait peut être une bonne idée SEULEMENT si elle était reversée aux petits artistes, pour les aider à se développer et se faire connaître.

        Par exemple, à partir d'un certain seuil de revenu d'un artiste, rien ne lui serait redistribué.

        Ainsi les artistes richissimes (comme un Johnny par exemple!) ne profiteraient pas de cette licence globale et rien ne changerai pour eux coté revenus (ils n'ont pas besoin d'avoir plus de revenus, et leurs producteurs non plus).

        Les majors nous gavent avec leurs "il faut sauver les artistes, le piratage tue les artistes" (ce qui est faux, mais c'est un autre débat).
        Alors OK, si licence globale il y a, reversons là à ceux qui en ont besoin, c'est à dire PAS aux grands artistes et PAS aux majors eux mêmes.

        Mais évidemment cette solution n'intéressera jamais ni de près ni de loin majors et les gros artistes : leur seul objectif dans toutes ces histoires de piratages c'est de s'en mettre plein les fouilles plus qu'aujourd'hui, et que pour eux, pas pour "sauver la création" comme ils voudraient nous le faire croire.

        • [^] # Re: redistribution ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          il a déjà été évoqué que la rémunération ne soit pas linéraire suivant le nombre d'écoutes.

          • [^] # Re: redistribution ?

            Posté par . Évalué à 4.

            Je trouve ça tordu comme idée, en fait, et difficilement appliquable. Qu'est-ce qui empêche un groupe de musique de se séparer, changer de nom et se reformer, afin de toucher plus?

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: redistribution ?

              Posté par . Évalué à 0.

              De toutes manières je suis d'avis de légaliser la copie de musique et de films, et le partage sur Internet ;)

              Je proposais juste cette idée dans le cadre de la licence globale, mais je suis plutôt contre toute forme de rémunération supplémentaire du secteur audio visuel, qui, comme d'habitude, contribuerai à rémunérer ceux qui en ont le moins besoin (ça ferai plus de sous pour les Johnnys qui n'en ont pas besoin, et toujours aussi peu pour les petits artistes).

              Ma proposition était juste une idée de répartition plus utile de cette taxe. Mais je suis contre la licence globale de toutes façons.

              • [^] # Re: redistribution ?

                Posté par . Évalué à 5.

                je suis plutôt contre toute forme de rémunération supplémentaire du secteur audio visuel, qui, comme d'habitude, contribuerai à rémunérer ceux qui en ont le moins besoin (ça ferai plus de sous pour les Johnnys qui n'en ont pas besoin, et toujours aussi peu pour les petits artistes).

                Cet argument peut s'appliquer à beaucoup de domaines d'activités, en fait. Tout ceux où l'ont voit des grosses boîtes faisant un peu n'importe quoi, se foutre de la gueule du client, et distribuer des bénéfices records aux actionnaires, tandis que des PME dans le même secteur galèrent alors qu'elles bossent sérieusement.

                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: redistribution ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            il a déjà été évoqué que la rémunération ne soit pas linéraire suivant le nombre d'écoutes.

            C'est ce qu'a proposé Roberto Di Cosmo dans « Manifeste pour une Création Artistique Libre » : http://linuxfr.org/news/manifeste-pour-une-création-artistique-libre-par-roberto-di-cosmo

        • [^] # Re: redistribution ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Salut, je vous réponds avec mon super commentaire :

          http://linuxfr.org/nodes/87350/comments/1269272

          Pourquoi ne pas créer un fond pour la culture avec l'argent de la licence globale, fond qui servirait à promouvoir l'accès égal aux personnes au spectacle vivant (+musée, etc).

          Je pense que ce serait une excellente idée.

          À vous les studios. (Non je déconne).

          Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

          • [^] # Re: redistribution ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Pourquoi pas, à condition que personne ne se mêle de décider de ce qui est "artistique" et de ce qui ne l'est pas, comme c'est actuellement le cas.

            Il existe des critères objectifs (des normes, en fait) pour décider du caractère écologique, éthique, durable.. d'un produit, et qui permettent éventuellement de les labelliser et de les subventionner.

            Mais, dès qu'il s'agit d'art, la notion de qualité est totalement subjective. Jamais on ne pourra établir un cahier des charges qui permette de décider que "Le Graphique de Boscop" est davantage culturel que Terminator 3. Et heureusement, car ce serait se couper de toute innovation.

            Et pourtant, en France on ne se gêne pas pour confier à des officines ou des individus le choix de faire le tri entre la "bonne" et la "mauvaise" culture pour attribuer des salles, des dates, des subventions, de la promotion. D'où copinage entre créateurs et décideurs. En France, la culture est tout sauf indépendante.

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: redistribution ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Personnellement ma vision de la chose serait de ne pas laisser des subventionneurs décider du type de concert. Je vois ça d'une manière plus populaire. Mettons que M. X paie tant à la licence globale. Il est encouragé à voir des spectactles vivants (ou assister à des manifestations culturelles, expos, concerts) à l'aide de chèques spectacle. Ce n'est pas un moyen de subventionner, mais plutôt inciter le consommateur à sortir de chez lui pour découvrir de nouvelles choses, faire la fête, etc. Je pense que ceci engendrerait un cercle vertueux.

              En fait le chèque spectacle permet au mieux d'apporter plus de publics dans les salles, et de découvrir des artistes « de scène » . Le choix de voir tel ou tel concert dépend du consommateur, non du subventionneur, car le chèque culturel aurait une utilisation quasi universelle. En fait chaque citoyen serait le propre gestionnaire de son subventionnement.

              Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

              • [^] # Re: redistribution ?

                Posté par . Évalué à 10.

                C'est très positif dans l'idée, ça existe déjà pour les jeunes sous différentes formes (le "chèque culture" par exemple).

                Mais, globalement, je trouve ça assez dangereux cette tendance à subventionner un secteur économique précis.

                Premièrement, pour les raisons évoquées dans cet article:

                http://eco.rue89.com/2011/08/23/cheque-resto-cheque-education-les-cheques-de-la-honte-218850

                En résumé, le "chèque truc" est un palliatif au fait que les gens ne gagnent plus suffisamment leur vie. Au lieu d'augmenter leur salaire, on leur file un espèce de ticket de rationnement.

                Deuxièmement, parce que ça implique un contrôle de ce qui est subventionné et de ce qui ne l'est pas. Avec un chèque spectacle, prélevé de façon forcée sur mon budget culturel, je ne peux pas donner quelque chose au SDF ou au groupe de SDF qui joue dans la rue en dehors de tout cadre réglementaire. Je ne peux pas encourager un artiste dans un cabaret si celui-ci n'a pas rempli le formulaire de "demande de subventionnabilité", auquel il sera de bon ton d'adjoindre une copie de la déclaration d'inscription à la SACEM, par exemple. Ça peut rendre compliquée la comptabilité d'un bar qui invite des artistes émergents et espère pouvoir les payer en augmentant temporairement le prix de ses consommations.

                Les chèques restaurants me posent le même problème, je ne peux pas acheter des produits frais locaux au marché avec. Par contre de la merde industrielle en supermarché, c'est permis.

                Et ça me dérange cette dépossession de la souveraineté financière de l'individu, cette rigidification des échanges monétaires (alors qu'on va vers toujours plus de fluidité pour le capitalisme international). Pousser dans cette direction, c'est se diriger vers une société où l'individu ne reçoit plus d'argent, mais des tickets de rationnement (oui, pardon, des "chèques machin") qui déterminent la part de chacun de ses postes de dépense, et la liste des marchands et services auprès de qui il peut dépenser son argent.

                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: redistribution ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ici, on laisse entendre que même les artistes en-dehors du système font gagner un peu d'argent à la SACEM.

  • # Benjamin Lancar vs Benjamin Bayart

    Posté par . Évalué à 6.

    M'en vais acheter des popcorns.

  • # Droit d'auteur

    Posté par . Évalué à 4.

    Juste une précision, 1777 ça correspond à la création de la SACD (qui existe toujours) par Beaumarchais. Les premières lois sur le droit d'auteur en France datent de la Révolution Française, quelques années après. Voir Droit d'auteur.

    • [^] # Re: Droit d'auteur

      Posté par . Évalué à 10.

      Et 0777 ça correspond au gauche d'auteur (tout le monde a tous les droits sur l'œuvre) ?

    • [^] # Re: Droit d'auteur

      Posté par . Évalué à 6.

      Si je ne dis pas de bêtise, 1777 veut dire qu'on a tous le droit de copier l'oeuvre, de la modifier, et de l'écouter / visionner.
      Par contre seul l'auteur a le droit de la supprimer ou de la renommer.
      Ca me va ;)

      • [^] # Re: Droit d'auteur

        Posté par . Évalué à 1.

        0777 = rwxrwxrwx = lecture écriture exécution pour tout le monde.
        1777 = rwxrwxrwt = même chose et si c'est un répertoire, tu ne peux pas supprimer des fichiers qui ne sont pas à toi.

      • [^] # Re: Droit d'auteur

        Posté par . Évalué à 2.

        Non, ce n'est pas le droit d'écouter/visionner que tu à (ça fait partie de la copie), mais le droit d'interpréter l'œuvre.

  • # version politiquement incorrecte

    Posté par . Évalué à 3.

    Acte 1)
    Les "majors" que certains accusent aujourd'hui de tout les maux de la terre, ont à la fois favoriser le développement d'une activité culturelle rémunérée et sa diffusion.
    C'était le boulot essentiel des producteurs et managers.

    Acte 2)
    Les conditions ont commencées a se re-serrer. Ceux, les artistes, y étant se la fermaient. Le bisness était pour eux très juteux. Ceux rejetés pour divers motifs constituaient les premiers labels indépendants. Les producteurs ont commencés à modifier la balance grosses-ventes équilibre pour diversité, vers celle de grosses-ventes équilibre pour nos actionnaires.

    Acte 3)
    Ceux, les artistes, qui se la sont fermée, voit leur bénéfice, au moins la progression de celui-ci, s'amoindrir. On leur explique que le grand méchant internet est très technique. Les labels indépendants sont tués : le contrôle des canaux de distributions a été concentré. En dehors de la distribution elle même indépendante les labels indépendants ne sont plus distribués. Maintenant c'est au tour de la diversité de diffusion de suivre exclusivement les règles du volume de vente.

    ça y est, l'exception culturelle à la Française est morte.

    Acte 4)
    On organise des débats, et on interpelle les politiques. La seule réponse est la possibilité d'une taxe globale, dont la réelle importance (la re-distribution) est élaguée. On juste le droit de débattre c'est bien, ou pas. Pour le contrôle, ciruclez y aura rien à voir. Et que économiquement le secteur privé, majors comme indé, s'en tirait assez bien dans acte 1 et 2 est totalement oublié. Zou, hop, à la trappe. Cela ne peut plus être que le public qui finance la diversité. Ben voyons.

    Acte 5)
    On fout tout en l'air.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.