Mon prochain achat ? Un Nook.

Posté par . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
48
29
avr.
2011
Microsoft

Microsoft voit sa stratégie de « patent troll » mise en lumière.

Comme je l’ai mentionné il y a quelque temps, Barnes and Nobles subit une attaque style mafia de la part de Microsoft à propos de six prétendus brevets que cette compagnie violerait en utilisant Android sur ses Nook (mais où sont passés les centaines d’autres ?). Ce n’est pas la première fois, loin de là, que Microsoft utilise cette tactique de « gros idiot de cours de récréation » (je vous laisse chercher sur votre moteur de recherche préféré les cas de Tomtom ou de HTC, par exemple).

Pour la première fois, une société dit non au racket, et aujourd’hui Groklaw, sous la plume de Pamela Jones, vient de divulguer la réponse de B & N à la firme de Redmond, avec quelques morceaux choisis de toute beauté. Ce qui est, à mon avis, le plus intéressant dans tout ce blabla juridique, c’est le fait que Microsoft ne peut pas faire jouer ses habituels accords de non divulgation (NDA — non-disclosure agreement) et que B & N peut dévoiler (et l’a fait) les « discussions » qu’il y a eu entre le « boss / parrain » (Microsoft) et son « protégé » (B & N). Oh, Microsoft a bien essayé, mais B & N les a envoyés sur les roses en alléguant, à juste titre, que les brevets sont publics, et donc qu’il n’y a aucune raison de ne pas prononcer les accusations publiquement (sauf celle de continuer le FUD microsoftien, naturellement). Ajouté à la demande de NDA, il y avait naturellement la demande de « cotisation » pour la protection. Dans la suite de la dépêche vous trouverez un petit résumé du déroulement des « discussions » qui se sont déroulées entre ces deux entreprises.

Première approche :

(11). Barnes & Noble and Microsoft then met on July 20, 2010, at the New York offices of Barnes & Noble.com. The meeting was attended by Dick Greeley, Director of Licensing for the Microsoft Intellectual Property Licensing Office, Carl Brandt, Associate General Counsel for IP and Litigation for Microsoft, Tony Astarita, Vice President of Product Development for Barnes & Noble.com, Bradley A. Feuer, then Acting General Counsel of Barnes & Noble, and outside counsel for Barnes & Noble. At the meeting, Microsoft alleged that the NookTM infringed six patents purportedly owned by Microsoft. Microsoft had prepared claim charts purportedly detailing the alleged infringement but insisted that it would only share the detailed claim charts if Barnes & Noble agreed to sign a non-disclosure agreement ("NDA") that would cover the claim charts as well as all other aspects of the parties' discussions. Noting that the patents were public and that the infringement allegations pertained to Barnes & Noble's public product, Barnes & Noble refused to sign an NDA. Insisting that an NDA was necessary, Microsoft discussed the alleged infringement on a high- level basis only. Microsoft nevertheless maintained that it possessed patents sufficient to dominate and entirely preclude the use of the AndroidTM Operating System by the NookTM. Microsoft demanded an exorbitant royalty (on a per device basis) for a license to its patent portfolio for the NookTM device and at the end of the meeting Microsoft stated that it would demand an even higher per device royalty for any device that acted "more like a computer" as opposed to an eReader.

Deuxième approche, B & N mentionne bien que, pour eux, rien de tout cela n’est confidentiel :

(12). On August 3, 2010, Microsoft sent Barnes & Noble an email purportedly following up on the July 20, 2010 meeting. The email attached a presentation that contained high level, publicly available information as well as a list of the patents that Microsoft stated were "exemplary patents that read on the Barnes and Noble's Nook device." The presentation contained a footer stating that the presentation was "Subject to FRE 408." 13. On August 23, 2010, Mr. Greeley sent an email to Barnes & Noble stating that Microsoft wanted to schedule a follow-up meeting with Barnes & Noble to have a "[d]etailed discussion of Microsoft patents as they pertain to the Nook" and to elicit a "[r]esponse from Barnes and Nobel [sic] to Microsoft's proposed terms." Mr. Greeley marked the email as "Subject to FRE 408." Mr. Greeley sent a follow-up email on August 26, 2010, requesting a response to the August 23, 2010 email. On August 26, 2010, Mr. Feuer responded to Mr. Greeley, informing him that Mr. Astarita was leaving the company and that Barnes & Noble needed to find his replacement for these matters. Additionally, Mr. Feuer stated in his email that "please keep in mind that we do not consider any of our conversations to be confidential."

Troisième échange, Microsoft insiste pour que cela soit confidentiel (je pense qu’ils n’ont pas très bien compris l’e‐mail de B & N… Qui se dévoue pour offrir à M. Greenley un dictionnaire ?) :

(14). On September 30, 2010, Mr. Greeley sent an email to Mr. Feuer regarding scheduling a further meeting and also stating that if Barnes & Noble would not agree to consider the claim charts as confidential then Microsoft would "need to limit the discussion to the patent numbers" and that "[w]e also want to discuss the licensing terms and would assume that these discussions and any shared agreements will be treated as confidential."

Microsoft est décidément dur de la feuille (est‐ce un trait de caractère nécessaire à l’embauche ?) :

(15). Microsoft and Barnes & Noble exchanged a series of emails attempting to find an agreeable date to meet, which was eventually set for December 16, 2010 at the Barnes & Noble headquarters in New York. Mr. Greeley exchanged several emails with Mr. Gene DeFelice, who was newly appointed Barnes & Noble General Counsel, as well as Mr. Feuer, pursuant to which Mr. Greeley stated that he had located existing NDAs between Barnes & Noble and Microsoft covering matters that were totally unrelated to the patent issues under discussion. In a November 30, 2010 email to Mr. DeFelice and Mr. Feuer, Mr. Greeley wrote that the email was subject to "FRE 408 and Microsoft-Barnes & Noble Non-Disclosure Agreement." Mr. Greeley further stated that Microsoft had not provided the full claim charts to Barnes & Noble because Mr. Feuer "refused to treat them as confidential information under our NDA." On December 3, 2010, Mr. DeFelice responded to Mr. Greeley's November 30, 2010 email stating, among other things, "I noticed that the heading of your email referred to a Barnes & Noble Non-Disclosure Agreement. As you know full well, there is no such agreement, and as you correctly note in the body of your email, Brad Feuer has been clear with Microsoft that we are not willing to sign or otherwise agree to a Non-Disclosure Agreement. Therefore, we ask you to please not try to cloud the record with inaccurate characterizations." Mr. DeFelice further noted that, as Mr. Feuer had previously advised Microsoft, given the fact that the patents are public "B&N doesn't see anything confidential in allegations of why our marketed device or devices infringe a public patent."

Ouf, ils ont compris (enfin !) :

(17). On December 7, 2010, Mr. Greeley sent an email to Mr. DeFelice and Mr. Feuer confirming the December 16, 2010 meeting and acknowledging that “as per your email, we will not be having this conversation under NDA.”

Ah ben non, ils n’ont pas compris finalement et B & N doit tout de même négocier pour savoir ce qu’ils sont accusés d’enfreindre (on rêve !) :

(18). The December 16, 2010 meeting between Microsoft and Barnes & Noble was attended by Mr. Greeley and Mr. Brandt, on behalf of Microsoft, and Mr. DeFelice, Mr. Feuer, and Mr. Jeffrey Snow, on behalf of Barnes & Noble. Microsoft continued to maintain that its patents were sufficient to dominate and entirely preclude the use of the AndroidTM Operating System by the NookTM and also asserted that they would preclude use of Android by Barnes & Noble’s new Nook ColorTM product. Barnes & Noble requested that Microsoft set forth the basis for these allegations. Microsoft, however, continued to insist that it would not provide the basis for its allegations without first entering into a non-disclosure agreement. The parties therefore negotiated a form of NDA at this meeting entitled “Agreement” (the “Agreement”). The Agreement was very limited in scope, with “Confidential Information” defined as “any non-public claim charts provided to BN by Microsoft relating to the patents in dispute, any response(s) or discussions or product information provided by or from BN representatives.”

Et que viole B & N ?

(19). At the meeting, after the Agreement was executed, Microsoft provided Barnes & Noble with the claim charts referenced in the Agreement, which related to five of the six patents Microsoft had originally identified.

Et comme donné dans le lien au-dessus, cela a déjà été montré comme étant ridicule et couvert par des recherches d’antériorité (prior art)… Tout ça pour un pétard mouillé ? Il n’est donc pas étonnant qu’ils voulaient obtenir un NDA et de l’argent avant de dire quoi que ce soit.

Plus on lit la réponse de B & N, plus l’analogie avec la mafia semble pertinente.

Mais cela ne s’arrête pas là. En effet, Microsoft propose de licencier ces « brevets », mais naturellement la licence ne couvre en fait rien du tout ou si peu. C’est‐à‐dire que cela ne couvrirait pas toute version future de Nook ou d’Android… En résumé, si B & N veut sortir une nouvelle version de son matériel ou faire une mise à jour, ils doivent repasser à la caisse.

Mais ce n’est toujours pas fini (avec MicroSoft, quand on fait un truc, on ne le fait pas à moitié, sauf si c’est un OS, naturellement), car maintenant on arrive au prix de la licence. Eh bien, il se trouve que c’est plus cher (5 pseudo‐brevets) qu’une licence globale pour Windows Phone 7 (c’est dire la valeur que MicroSoft considère pour ce truc…) !

(25). After sending the proposed license agreement, Microsoft confirmed the shockingly high licensing fees Microsoft was demanding, reiterating its exorbitant per device royalty for NookTM, and for the first time demanding a royalty for Nook ColorTM which was more than double the per device royalty Microsoft was demanding for NookTM. On information and belief, the license fees demanded by Microsoft are higher than what Microsoft charges for a license to its entire operating system designed for mobile devices, Windows Phone 7.

Bon, je ne vais pas continuer et je vous laisse lire le reste. Cela concerne l’abus de position dominante, le rachat de Nokia, la validité des brevets, etc..

Je tiens à remercier les différentes personnes ayant corrigé le brouillon de journal.

  • # Et si on supprimait les brevets ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Les brevets nous sont toujours présentés comme une chose bénéfique et obligatoire favorisant la recherche et l'innovation. Pourtant, en se penchant un peu sur le problème, on peut s'apercevoir qu'il n'en est rien.
    C'est ce qui est décrit dans À quoi servent les brevets ?

    • [^] # Re: Et si on supprimait les brevets ?

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est une bonne idée, tu devrais la breveter avant qu'on te la pique.

      • [^] # Re: Et si on supprimait les brevets ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Toujours sur le danger des licences...
        Boldrin & Levine: Against Intellectual Monopoly.

        Ce qui est intéressant dans ce livre c'est qu'il est écrit par des économistes qu'on peut difficilement accuser d'anarchisme ou autres mots terribles aux yeux de certains.

        Et surtout il ouvre la problématique sur de nombreux sujets avec de nombreuses références historique.

  • # Citation needed. ;-)

    Posté par . Évalué à 3.

    six soi-disant brevets que cette compagnie violerait en utilisant Android sur ses Nook (mais où sont passés les centaines d’autres ?).

    Pour mon info personnelle, as-tu des liens qui citent Microsoft(TM) sur ces "centaines d'autres" brevets applicables à Android ?

    • [^] # Re: Citation needed. ;-)

      Posté par . Évalué à -1.

      on n'est pas sur wikipedia.linuxfr.org merci

    • [^] # Re: Citation needed. ;-)

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Microsoft avait parlé de 200 brevêt enfreint par Linux, Android utilisant Linux ça devrait être les même.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Citation needed. ;-)

      Posté par . Évalué à 10.

      Une vielle remarque de Balmer le patron de Microsoft:

      http://www.microsoft-watch.com/content/operating_systems/is_microsoft_rattling_the_linuxpatent_sabers.html

      Et contrairement a ce que dise les employes Microsoft Android est un linux. Ils ne comprennent juste pas la philosphie du libre qui permet de modifier le code comme tu le souhaite. Alors maintenant on peut imaginer que Google a virer toutes les parties incrimines mais comme personne ne les connait (en dehors de Balmer quand il dort) 6 ans apres ces declarations j'ai comme un doute.

      • [^] # Re: Citation needed. ;-)

        Posté par . Évalué à 9.

        C'est marrant comme l'oubli d'une virgule peut porter à confusion. Rien de bien méchant ici, mais entre ce que, je pense, tu as voulu dire:

        Et contrairement a ce que dise les employes Microsoft, Android est un linux.

        et

        Et contrairement a ce que dise les employes, Microsoft Android est un linux.

        il y a une des 2 phrases qui est perturbante et qui m'a fait sourire.

      • [^] # Re: Citation needed. ;-)

        Posté par . Évalué à -10.

        Et contrairement a ce que dise les employes Microsoft Android est un linux. Ils ne comprennent juste pas la philosphie du libre qui permet de modifier le code comme tu le souhaite.

        C'est vrai ca.

        D'ailleurs le kernel NT, AmigaOS, Mac OS X, Plan 9 et VMS sont des Linux aussi, apres tout ce sont peut-etre des kernel Linux severement modifies qu'on ne reconnait plus tout simplement...
        Bon c'est vrai qu'ils ne peuvent faire tourner aucun soft Linux, mais c'est comme Android, donc aucune difference.

        • [^] # Re: Citation needed. ;-)

          Posté par . Évalué à 5.

          Et apres cela se moque de mon niveau d'informatique... Moi au moins je n'ai jamais pretendu etre un informaticien!

          Dix ans que tu traines sur ce site, enfin ton pseudo, et tu ne sais toujours pas faire la difference entre un kernel et toutes les couches autour pour en faire un OS. Cela fait peur!

          • [^] # Re: Citation needed. ;-)

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Aqua bon lui expliquer...

          • [^] # Re: Citation needed. ;-)

            Posté par . Évalué à -9.

            Fais seulement, explique donc ici meme en termes techniques comment Android est un Linux, alors qu'il ne peut pas faire tourner des softs de distribs Linux, et vice-versa.

            Faut quoi pour etre un Linux ? Retourner un Linux X.X.X au syscall uname ca suffit ? Faut que le fichier s'appelle vmlinux/z ?
            Si je prends la moitie du code et le tourne en machine a pinball c'est un kernel Linux aussi ?

            • [^] # Re: Citation needed. ;-)

              Posté par . Évalué à 3.

              Si tu te base sur un kernel linux, le modifie/complète et cherche a faire entrer (même de façon gauche) tes modifications dans la branche officielle du kernel linux ... comment dire ... ça ressemble quand même pas mal à un kernel linux ?

              • [^] # Re: Citation needed. ;-)

                Posté par . Évalué à -5.

                Vraiment ? Android a ete introduit pour la premiere fois fin 2007, il y a presque 4 ans. Depuis toujours rien, et si on en croit Greg KH, c'est pas pres d'arriver.

                Je le cites d'ailleurs ( http://www.kroah.com/log/linux/android-kernel-problems.html ) :

                So, what happened with the Android kernel code that caused it to be deleted? In short, no one cared about the code, so it was removed. As I've stated before, code in the staging tree needs to be worked on to be merged to the main kernel tree, or it will be deleted.

                ...

                The Android kernel code is more than just the few weird drivers that were in the drivers/staging/android subdirectory in the kernel. In order to get a working Android system, you need the new lock type they have created, as well as hooks in the core system for their security model.

                In order to write a driver for hardware to work on Android, you need to properly integrate into this new lock, as well as sometimes the bizarre security model. Oh, and then there's the totally-different framebuffer driver infrastructure as well.

                This means that any drivers written for Android hardware platforms, can not get merged into the main kernel tree because they have dependencies on code that only lives in Google's kernel tree, causing it to fail to build in the kernel.org tree.

                et plus loin

                When the Android code was merged into the staging tree, a number of kernel developers reviewed the code and pointed out places that needed to be cleaned up, and changed, in order for it to be accepted. A number of these changes will affect the kernel/userspace boundry, so some changes to the Android userspace logic would also need to be changed if these kernel changes are made, preventing anyone except a Google employee from making the changes necessary.

                • [^] # Re: Citation needed. ;-)

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Un bon article LWN qui explique les détails techniques d'Android : https://lwn.net/Articles/440246/

                  On voit bien qu'il s'agit toujours d'un noyau Linux à la base mais que tout le reste (tout ce qui gravite autour) est spécifique. Y'a d'ailleurs la phrase humoristique de rigueur :

                  A slide showing Kirk and Spock from the original Star Trek, and the line "it's Linux, Jim, but not as we know it"

        • [^] # Re: Citation needed. ;-)

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          De toi, on attendait plutôt une justification sérieuse des pratiques alléguées et qui sont qualifiées de mafieuses dans la présente dépêche.
          Mais aujourd'hui c'est vendredi, et on se contentera apparemment d'un joli homme de paille.

          • [^] # Re: Citation needed. ;-)

            Posté par . Évalué à -10.

            Quel interet ? Tout le monde ici a une idee preconcue encastree dans le beton sur la chose, Gandhi et mere Theresa pourraient dire ce que je dis que ca n'y changerait rien. Bref, j'ai autre chose a faire de plus utile que perdre le peu de karma qu'il me reste sur quelque chose qui ne sert a rien.

  • # J'en veux un aussi

    Posté par . Évalué à 7.

    Une mafia, du racket, Microsoft se SCO-ise. On va les retrouver avec Rambus, etc... D'un autre coté La stratégie de Google face au monde de l'Open Source fait (aussi) grincer quelques dents.

    Le monde du "Free Software" est encore jeune par rapport au monde des logiciels privateurs. A près deux années de preuves que les logiciels libres sont viable a tout point de vue économiquement, il va surement aborder toutes les problématiques profondes d'éthique, de morale. Il y a d'un coté les société a "bénéfices obligatoires" (Actionnaires, Bourse, toussa...), et les contributeurs bénévoles ou non, mais qui défendent un point de vue très ouvert (on partage (quasi)sans restriction). La profusion des licences est un bon exemple.

    Pour revenir à Microsoft, leur stratégie est vraiment le signe qu'Android leur pose des problèmes, car ils s'attaquent a un utilisateur. Linux pas sur le PC de M. Tout-le-monde, mais dans sa setup-box, son portable, sa voiture etc...

    Coté pratique, Comment fait on pour acquérir un Nook? B&N se lance en Europe bientôt? Faut il aller jusqu'au USA pour en acheter une?

    • [^] # Re: J'en veux un aussi

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Le monde du "Free Software" est encore jeune par rapport au monde des logiciels privateurs.

      Le terme n'est peut être pas jeune, mais j'ai toujours entendu que le code produit, au début de l'informatique, personne n'avaient eu l'idée de le cacher^^breveter, mais aux contraire de le partager pour permettre l'évolution de leur conceptions et idées.

      Non ?

      Allez tous vous faire spéculer.

  • # Langue française

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    six soi-disant brevets que cette compagnie violerait

    Une remarque en passant : un brevet ça ne parle pas, donc ça ne peut pas dire quelque chose de soi-même, ce qui est la signification de l'expression invariable « soi-disant ».

  • # anglais

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Merci pour ta dépêche, elle est intéressante et montre que les brevets logiciels, ca reste très d'actualité.

    Par contre, c'est un peu dommage de coller des gros pavés d'anglais dedans, sans la traduction et sans résumé ou un résumé trop succint (ex: "Microsoft est décidément dur de la feuille"). Tout le monde sur linuxFR n'est pas censé lire l'anglais couramment ! Je parie que si c'était dans une autre langue tu n'aurais pas collé des pavés de la sorte.

    • [^] # Re: anglais

      Posté par . Évalué à 4.

      Cela a ete discute dans le journal, je n'ai pas le temps de traduire des paves d'anglais juridique. Je n'aurai en effet clairement pas mis des paves en allemand ou en chinois car je pense que la majorite des lecteurs de linuxfr ne possede pas ces langues contrairement a l'anglais.

      • [^] # Re: anglais

        Posté par (page perso) . Évalué à -2.

        C'est sûrement vrai, mais ce faisant, tu exclues de fait la minorité qui ne maîtriserait pas l'anglais.

        • [^] # Re: anglais

          Posté par . Évalué à 7.

          D'un autre côté, il aurait aussi pu ne pas faire de dépêche et exclure tout le monde de la possibilité de la lire.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: anglais

      Posté par . Évalué à 0.

      Les parties en français résument bien les pavés en anglais donc tu ne perds pas grand chose.

    • [^] # Re: anglais

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'ai la solution :
      http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?ref=Internal&from=en&to=fr&a=http://linuxfr.org/news/mon-prochain-achat-un-nook

      "Microsoft® n'est pas responsable du contenu ci-dessous" :ROTFL

      GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

    • [^] # Re: anglais

      Posté par . Évalué à 4.

      Tout le monde sur linuxFR n'est pas censé lire l'anglais couramment

      Au collège il y a des cours de langues étrangère, et puis quand on tripote un ordinateur c'est quand-même mieux de lire l'anglais: si tu as zappé l'anglais à l'école c'est pas trop tard pour commencer. Surtout pour un manuel de soft, même si il a été traduit en francais par des contributeurs tout bénévoles tout sympas toussa dont je respecte carrément le travail et l'implication, certaines traductions sont tellement pourries que j'essayais de deviner ce qui était écrit en anglais pour comprendre. J'essayais parceque maintenant j'ai laissé tombé et je lis les docs en anglais: ça fait gagner du temps.

      Le bilinguisme est une maladie très répandue sur la planête, heureusement très peu observée en France. On peut en guérir en apprenant une troisieme langue.

      • [^] # Re: anglais

        Posté par . Évalué à 3.

        Tu as partiellement raison, dans la technique tu lis souvent de l'anglais technique.
        Et quand je discute (par mail) avec des interlocuteurs de diverses nationalités ca tourne autour de la technique que je maitrise.
        La c'est un peu différent, j'ai vraiment eu du mal à tout lire ce ne sont pas des expressions ou mots dont j'ai l'habitude.
        Dans l'informatique je crois qu'il y a beaucoup de gens dans mon cas.

        Le contenu du journal étant intéressant je me suis accroché, mais j'ai pesté à plusieurs reprises sur le fait que ca ne soit pas traduit.
        Après je peu comprendre que traduire ce type d'article peut être délicat et long, mais je crois que sur un site francophone dans la mesure du possible il est préférable de traduire.

        • [^] # Re: anglais

          Posté par . Évalué à 3.

          Je vais te rassurer alors car je ne suis pas juriste donc moi aussi je peux galerer sur des articles juridiques mais je fais un effort et ce que j'ai donne comme extrait ne contient que tres peu de charabia juridique.

          • [^] # Re: anglais

            Posté par . Évalué à 2.

            Déjà deux points :
            Le premier, c'est que même sans lire les pavés barbares, ton journal est parfaitement compréhensible. Le second, c'est que l'effort d'écrire et de traduire en Français doit être fait le plus souvent possible.
            Nous avons une langue, certes, cette langue n'a pas beaucoup de poids pour l'instant dans le domaine informatique, mais ce n'est pas parce que nos élites sont en train de l'abandonner que nous devons courber l'échine sous leur joug. Que nos élites crèvent !

            Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

          • [^] # Re: anglais

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            La grande question serait alors : fallait-il traduire en français ou en français juridique (attention, il y a un piège :o) ).

      • [^] # Re: anglais

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Au collège il y a des cours de langues étrangère, et puis quand on tripote un ordinateur c'est quand-même mieux de lire l'anglais

        Le bilinguisme est une maladie très répandue sur la planête

        Avec de pareils arguments, autant écrire une dépêche en anglais directement :)

        Par ma remarque, je ne critiquais pas le fond de ta dépêche, qui est intéressante. Je voulais juste attirer l'attention sur le fait qu'il est dommage, quand on écrit en français, que considérer que si on met de l'anglais, c'est normal et complétement compréhensible par tout le monde. D'autre part, les termes bilinguisme, comme langue étrangère, ne sont pas synonymes d'anglophone.

  • # quand 2 chinois s'accusent mutuellement de pillage de brevets...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    très drôle: les chinois ZTE et HuaWei s'accusent mutuellement de pillage de brevets.

    http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20110429trib000618679/les-deux-geants-chinois-des-telecommunications-s-accusent-mutuellement-de-pillage-de-brevets.html

    Et ça tombe un vendredi :-)

    Speed dating is useless. 30s isn't long enough to explain the benefits of functional programming in Haskell

  • # Mon prochain achat ? Sans doute pas un Nook.

    Posté par . Évalué à 3.

    Microsoft est le méchant de l'histoire mais ça ne veux pas dire que Barnes and Nobles soit une entreprise défendant la liberté des utilisateurs. Il semble même que cela soit le contraire...

    Hacker Ports Ubuntu Linux Onto Nook Color

    In response to users who rooted Nook Color devices, Barnes & Noble began sending out software authentication checks in late December, according to Android Community. If a device failed, the vendor remotely reset and wiped the e-reader. Some users questioned the legality of this move since they were never asked to sign a contract and were never told of any consequences arising from the use of unofficial software, Android Community said.

    But when rooted Nook Color users hit the Barnes & Noble shop icon, a message appears stating, "There was a problem with authorization. Please wait while we reset your device," the article said. At that point, the Nook Color automatically erased all purchases, downloads, media, and books, and reset the e-reader to its factory defaults, the report stated.

    Sympa comme attitude... c'est vrai que ça donne vraiment envie d'acheter.

    B & N est juste une entreprise qui ne veut pas se faire raquetter, ce que n'importe quelle entreprise ferait si elle en avait les moyens (matériels et financiers) et un peu de courage.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.