Journal Pétition pour le « dégroupage du Cloud souverain français »

20
3
fév.
2013

On le sait (cela a déjà été discuté ici, en http://linuxfr.org/users/beberking/journaux/le-cloud-computing-a-la-francaise ) le gouvernement français a un projet de « cloud souverain », c'est-à-dire d'une infrastructure informatique permettant de gérer un grand nombre de machines et de services sur une plate-forme distante, mais située en France, notamment pour des raisons de sécurité (en raison du Patriot Act, les machines d'Amazon, par exemple, peuvent être fouillées par le FBI à tout moment).

Ce projet se nommait Andromède puis, suite à des désaccords internes, il a éclaté en deux projets, Cloudwatt et Numergy. Aucun des deux, malgré l'argent public déjà dépensé, n'offre encore le moindre service accessible.

Suite à ce gaspillage, un groupe d'entreprises qui font du « cloud » comme Gandi, et d'associations comme l'AFUL et l'ADULLACT, ont lancé une pétition demandant un « dégroupage » de cette plate-forme, c'est-à-dire une possibilité d'accès pour tous, à des conditions équitables, à l'infrastructure déjà en place mais pas encore en production.

http://www.avaaz.org/fr/petition/Degroupage_du_Cloud_souverain_francais_1/

  • # Intéressant

    Posté par . Évalué à 10.

    tout opérateur puisse accéder aux bâtiments et équipements (serveurs, réseau, stockage) afin d'y déployer son propre logiciel de gestion de Cloud

    C'est quoi, c'est qui « tout opérateur » ?

    Les associations loi 1901 ? Les mastodontes de l'industrie des télécommunications ou de la propriété intellectuelle ? Gégé, garagiste et webmaster de desvoituresquiclaquent.com (ou desvoiturequiclaque.biz) ?

    Je ne signe pas sans de plus amples informations.

    Je sens déjà que ça va troller sec sur l'utilité d'une pétition…

    • [^] # Re: Intéressant

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      J'abonde dans le même sens !
      On parle de quoi là : un datacenter centre de traitement de données financé par l'état?

      Pourtant, les technologies et les PME françaises du Cloud sont nombreuses et concurrentielles. Elles auraient permis, si elles avaient été utilisées, de fournir un service depuis plusieurs mois. Elles étaient déjà opérationnelles, pour certaines depuis des années.

      Je ne comprends pas de quoi on parle : de logiciel, de matériel? Dans les deux cas, oui on a ce qu'il faut en France.

      • [^] # Re: Intéressant

        Posté par . Évalué à 10.

        Je ne comprends pas de quoi on parle : de logiciel, de matériel?

        C'est le but du clahoude, justement, t'a pas besoin de comprendre comment ça marche, t'a juste à payer.

        Mme Michu.
        Comprend rien mais paye cash depuis 40 ans.

        Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Intéressant

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Les associations loi 1901 ?

      Et les associations « articles 21 à 79-III du code civil local » ?

  • # les abréviations, c'est mieux quand ce n'est pas ambigu

    Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 03/02/13 à 21:09.

    « 285 MEUR [1] d'argents publics ont été investis /…/ »

    C'est quoi des MEUR ? Des menaces bovines ? Des milliers d'Euros ? Des millions ? D'après le document lié qui évoque des millions, on peut en conclure que ce sont là aussi des millions et qu'ils se sont arrêté avant le milliard, mais franchement, il n'y a que moi qui trouve cette abréviation ridicule lorsque les 3 initiales sont les mêmes ? M pour million ce n'est pas normalisé, on trouve d'ailleurs parfois M pour milliers et M avec un trait dessus pour million, bref, un minimum de précision ne peut pas faire de mal surtout quand il s'agit de communiquer des chiffres importants !

    « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

  • # Échec annoncé

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le but du cloud-machin-français n'est pas de mettre en place quoi que ce soit.
    Le but pour les entreprises qui participent est de récolter du fric.
    C'est fait. Projet terminé. Pétition sans effet.

    Si l'état voulait réellement pousser du cloud franco-nombrilo-franchouillard, il aura suffit qu'il passe commande auprès de 2 ou 3 prestataires qui font déjà du cloud, pour de réels besoins.

  • # Pas compris

    Posté par . Évalué à 5.

    Je ne comprends pas grand chose :

    Aucun des deux, malgré l'argent public déjà dépensé, n'offre encore le moindre service accessible.

    De quel service on parle ? Je ne sais vraiment absolument pas de quels services il est question (non « cloud » ce n'est pas une réponse). (après être allé voir leur site ils de donnent pas beaucoup de détails mais numergy semble avoir des offres https://www.numergy.com (bizarrement il y a plus d'infos dans la partie « devenir partenaire » que « l'offre »), cloudwatt ne semble par contre pas encore avoir d'offre.

    En tout cas d'après le journal la scission s'est faite en septembre, tu pensais qu'ils mettraient combien de temps (moins de 6 mois apparemment) ?

    Dans le lien :

    […] les infrastructures de Cloud souverains français soient dégroupées afin que tout opérateur puisse accéder aux bâtiments et équipements (serveurs, réseau, stockage) afin d'y déployer son propre logiciel de gestion de Cloud […]

    Ils veulent une sorte de cloud de cloud ? Du PaaS, pour pouvoir fournir du PaaS par dessus ?

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Pas compris

      Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 04/02/13 à 16:50.

      De quel service on parle ? Je ne sais vraiment absolument pas de quels services il est question (non « cloud » ce n'est pas une réponse).

      J'avais aussi essayé de comprendre l'offre de Numergy, histoire de comparer un peu à ce qui se fait ailleurs. Bon, évidemment c'est mission impossible vu que les tarifs ne sont pas affichés, mais je pense qu'ils ont compris « cloud » dans le sens IaaS du terme, puisqu'on lit « 3 profils de serveurs: Small : 1 Vcpu, 2 à 4 Go de Ram, Large : 2 Vcpu, 4 à 8 Go de Ram, Extra Large : 4 Vcpu, 8 à 16 Go de Ram » (au milieu de fautes comme « _traffic_ illimité » et autres trucs déplorables). Le problème est que le cloud, ça ne se résume pas à héberger des VPS. Le cloud, c'est surtout la facturation au plus près de la consommation des ressources, et l'API qui permet de piloter tout ça en temps réel. Pas d'API pour commander de nouvelles instances de ta VM dans la seconde pour faire face à un pic => pas de chocol^Wcloud.

      Or, vous remarquerez qu'il n'y a aucune info sur l'API qu'ils offrent (quelle est-elle ? Est-il facile de migrer ses scripts d'orchestration depuis celle d'Amazon ? Est-ce la même chez Numergy et Cloudwatt, i.e. y a-t-il un standard ? Existe-t-elle seulement ?). Pas plus qu'il n'y a d'infos sur la tarification appliquée. Et pourquoi ne peut-on pas commander des instances en direct sur leur site avec une carte de crédit ? Est-ce que ces gens se rendent compte que devoir aller se faire chiffrer des trucs par un intermédiaire est complètement désuet pour un soi-disant fournisseur de services Internet ? Quelqu'un s'est-il seulement préoccupé des besoins des PME ou est-ce juste un gros projet pour faire plaisir à de gros partenaires industriels amis de nos politiques qui vont pouvoir vendre des services pourris à quelques grosses entreprises/organisations d'État qui seront peu ou prou forcées d'utiliser cet énième machin au titre de la sécurisation de leurs données sensibles ?

      Ah non, excusez-moi, je pense que je connais déjà les réponses, en fait. Faisons plus simple que cette pétition : autorisons toute organisation (même super sensible) à faire appel à n'importe quel fournisseur de cloud pourvu que celui-ci s'engage à localiser ses infras en France et se soit fait auparavant certifier son niveau de sécurité par un prestataire agréé (disons, l'ANSSI). Problème résolu, la concurrence pourra jouer à plein, et tout le monde sera content. Et ce sera toujours mieux que de fumeux projets avec des noms ronflants mais qui tardent à se concrétiser et dont on n'a aucune garantie qu'ils déboucheront sur quoi que ce soit d'innovant ou de compétitif…

      Envoyé depuis mon PDP 11/70

  • # Saisie de...?

    Posté par . Évalué à 9.

    On fait des pétitions pour obtenir l'accès à un truc dont on ne sait même pas ce qu'il est censé être exactement, ça me parait farfelu!

    "Pétiton pour un accès illimité aux données du projet Branlos!"
    -Je signe. Au fait, c'est quoi Branlos?
    -Aucune idée, c'est bien pour ça qu'on fait une pétition!
    -…"

    Par contre, je me demande si dans le civil, on peut demander une enquête parlementaire ou saisir la cour des comptes pour aller voir de plus près de quoi ces projets retournent exactement.

    Et j'ai malheureusement peur que ce soit effectivement un "Président: faites financer le développement des produits de vos potes par l'Etat."

    Je vois d'ailleurs déjà la réponse d'ici:
    "Mais c'est déjà accessible: vous pouvez devenir client de [insérer ici nom du service] et même sous-louer votre accès au cloud! Vous avez votre chéquier?"

  • # Standard

    Posté par . Évalué à 0.

    Bonjour,
    Je voudrais qu’on impose aux sociétés de commerce électronique notamment pour l’achat de livre électronique un protocole standard, histoire que n’importe quelle liseuse électronique puisse permettre de commander dans n’importe quelle boutique sur internet. Pour le cloud, le problème n’est pas d’en fournir un français, c’est d’obliger les acteurs économiques à utiliser des standards en France, comme ça, tous ceux qui veulent rendre accessible quelque chose sur différents terminaux, auront le choix. Parce que en ce moment, le choix se fait en fonction du terminal. Ça permettrait au gens de changer de marque de terminal en gardant le même espace de stockage.

    • [^] # Re: Standard

      Posté par . Évalué à 2.

      Je voudrais qu’on impose aux sociétés de commerce électronique notamment pour l’achat de livre électronique un protocole standard, histoire que n’importe quelle liseuse électronique puisse permettre de commander dans n’importe quelle boutique sur internet.

      Quel rapport ? (au passage il existe un tel standard ? parce que sinon c'est un peu comme hadopi qui nous oblige à utiliser un logiciel de sécurisation de réseau qui n'existe pas)

      Pour le cloud, le problème n’est pas d’en fournir un français, c’est d’obliger les acteurs économiques à utiliser des standards en France, comme ça, tous ceux qui veulent rendre accessible quelque chose sur différents terminaux, auront le choix.

      L'utilité c'est de garder les données de nos entreprises sur le territoire à fin (entre autre) de se protéger des lois tel que le patriot act. Google, Amazon et Oracle pourraient avoir les protocoles que tu veux les données qu'on leur confie sont physiquement aux mains d'une puissance étrangère (même si elle est un allié militaire, elle est un adversaire économique).

      Parce que en ce moment, le choix se fait en fonction du terminal.

      Tu entends quoi par cloud ? Juste la vente d'e-book ? Si c'est le cas, c'est de très loin le truc le moins critique.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Standard

        Posté par . Évalué à 1.

        Quel rapport ? (au passage il existe un tel standard ? parce que sinon c'est un peu comme hadopi qui nous oblige à utiliser un logiciel de sécurisation de réseau qui n'existe pas)

        Pour le rapport, pas trop… pour te répondre quand même : le standard n’existe pas à ma connaissance. Par contre, le gouvernement pourrait imposer la définition d’un standard et imposer aux sociétés d’e-commerce qui vendent en France à l’utiliser. Ce n’est pas que pour les ebooks, mais pour tous les produits. Ça éviterait d’avoir l’appli amazon, la redoute…

        L'utilité c'est de garder les données de nos entreprises sur le territoire à fin (entre autre) de se protéger des lois tel que le patriot act. Google, Amazon et Oracle pourraient avoir les protocoles que tu veux les données qu'on leur confie sont physiquement aux mains d'une puissance étrangère (même si elle est un allié militaire, elle est un adversaire économique).

        Ça c’est un peu de la responsabilité des entreprises… Si les dirigeants et leur DSI ne comprennent pas qu’ils doivent pas mettre les données confidentielles n’importe où, est-ce au gouvernement de les y obliger ? De les former ?

        Tu entends quoi par cloud ? Juste la vente d'e-book ? Si c'est le cas, c'est de très loin le truc le moins critique.

        J’entends cloud, (google drive, owncloud…) stockage de donnée en ligne. Je pensais notamment à amazon et apple qui sur leurs appareils permettent automatiquement un accès facile à leur cloud. Et si on imposait un standard, il serait simple de migrer ses données d’une solution à une autre en fonction des prix, des politiques de confidentialité, de la nationalité des boites et plein d’autre truc qui ne me viennent pas à l’esprit.

        • [^] # Re: Standard

          Posté par . Évalué à 2.

          Quel rapport ? (au passage il existe un tel standard ? parce que sinon c'est un peu comme hadopi qui nous oblige à utiliser un logiciel de sécurisation de réseau qui n'existe pas)

          Pour le rapport, pas trop… pour te répondre quand même : le standard n’existe pas à ma connaissance. Par contre, le gouvernement pourrait imposer la définition d’un standard et imposer aux sociétés d’e-commerce qui vendent en France à l’utiliser. Ce n’est pas que pour les ebooks, mais pour tous les produits. Ça éviterait d’avoir l’appli amazon, la redoute…

          Yaplukaphoquon
          Il faut tout de même avoir de la légitimité pour imposer un standard (tout le monde n'est pas le W3C ou l'IETF).

          Ça c’est un peu de la responsabilité des entreprises… Si les dirigeants et leur DSI ne comprennent pas qu’ils doivent pas mettre les données confidentielles n’importe où, est-ce au gouvernement de les y obliger ? De les former ?

          Qui a parlé d'obligation ? L'État cherche à créer une alternative il n'a jamais parlé d'imposer quoi que ce soit.
          Pour pouvoir les former il faut qu'une alternative existe (c'est déjà le cas on est d'accord). Par contre ça intéresse l'État donc je ne suis pas choqué qu'il tente de faire quelque chose (qu'il le fasse mal ou bien est une autre question).

          J’entends cloud, (google drive, owncloud…) stockage de donnée en ligne. Je pensais notamment à amazon et apple qui sur leurs appareils permettent automatiquement un accès facile à leur cloud. Et si on imposait un standard, il serait simple de migrer ses données d’une solution à une autre en fonction des prix, des politiques de confidentialité, de la nationalité des boites et plein d’autre truc qui ne me viennent pas à l’esprit.

          Il y a énormément de choses très différentes. Il y a des dizaines d'usages différents certains ont déjà plusieurs standards (le transfert de fichier) et d'autres aucun (la synchronisation de dossier). Tu parle d'un travail énorme avec de grandes chances de pondre des standards qui ne seront pas suffisants et donc pas suivi.

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Standard

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Il faut tout de même avoir de la légitimité pour imposer un standard (tout le monde n'est pas le W3C ou l'IETF).

            Ce qu'on pourrait faire, c'est de forcer à documenter les formats des sorties des programmes (cela ne toucherait pas ainsi aux formats utilisés par l'application elle-même et dont l'utilisateur ne touchera jamais).

            Ainsi tu n'obliges pas d'imposer un standard unique (qui de toute façon n'est pas forcément optimal pour la problématique donnée). Cependant cela permettrait à n'importe qui de pouvoir concevoir un programme qui permet de l'utiliser. Et devant le coût de la création d'un format complexe, s'il doit être documenté derrière, cela inciterait probablement les éditeurs à se réunir pour en concevoir un ensemble (ce qui se fait dans beaucoup de domaines dont l'informatique avec le W3C par exemple). Tout le monde y gagnerait.

            Cela pourrait se faire par la nécessité de la postériorité des données. N'oublions pas qu'un État et ses organismes satellites manipulent de grands ensembles de données qui sont textuelles ou multimédia par exemple. Un État peut avoir besoin de ces données durant des siècles (typiquement les archives) et il faut s'assurer que les documents soient lisibles à l'avenir ce qui serait très compliqué s'il n'y a aucune documentation. D'ailleurs la NASA a soulevé le problème quand ils ont avoué que de nombreuses données d'archives qu'ils ont conçus eux même étaient inaccessibles faute de moyen matériels adaptés et de documentation de l'ensemble.

            L'UE impose (et d'autres organismes) des standards pour de très nombreux sujets, pourquoi l'informatique y échapperait ?

    • [^] # Re: Standard

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je voudrais qu’on impose aux sociétés de commerce électronique notamment pour l’achat de livre électronique un protocole standard, histoire que n’importe quelle liseuse électronique puisse permettre de commander dans n’importe quelle boutique sur internet.

      Tu peux aussi lire des livres électroniques libres.

      Ton commentaire me fait un peu penser à un linuxien qui se plaindrait que Photoshop, MS Office et World of Warcraft ne sont pas installables sur son OS.

      • [^] # Re: Standard

        Posté par (page perso) . Évalué à -4.

        Tu peux aussi lire des livres électroniques libres.

        Remarque, après réflexion, si la volonté de l'auteur t'importe si peu, tu peux aussi pirater.

      • [^] # Re: Standard

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        C'est fou la résistance des utilisateurs de logiciels libres à l'idéologie de la culture libre.

        Il y a 30 ans, le logiciel libre était un truc d'idéologues, ses partisans étaient dénigrés et vus comme des hippies barbus crypto-communistes vivant à côté de leurs pompes.

        Puis, dans les années 90, l'opensource arrive, on se rend compte que le logiciel libre n'est pas qu'une idéologie, ça a aussi des avantages pratiques : on a des logiciels sécurisés, qui évoluent vite, qui peuvent être portés sur l'OS qu'on veut, ne sont pas limités à une plateforme particulière, etc.

        Non seulement on ne prend plus les libristes pour des fous, mais en plus les utilisateurs de logiciels libres sont les premiers à se moquer des utilisateurs de logiciels propriétaires, confinés dans des environnements lents, buggués, bourrés de virus et de malwares, rapidement obsolètes, soumis aux décisions absurdes de certains développeurs, enfermés dans la dépendance aux formats fermés, et qui passent leur temps à se plaindre qu'ils ont beau cliquouiller sur "envoyer le rapport de bug à Microsoft", ils n'ont toujours pas reçu de patch.

        Puis la culture libre est apparue, et comme le logiciel libre à ses débuts, c'est un truc d'idéologues, de hippies, un truc qu'on ne prend pas au sérieux.

        Et pendant ce temps le public de la culture propriétaire passe son temps à se plaindre des DRM, des formats fermés, obsolètes ou non-standards, du fait qu'on leur impose tel ou telle plateforme, tel ou tel portail…

        Il ne viendrait jamais à l'idée des utilisateurs de logiciels de demander l'instauration d'une loi imposant aux développeurs de logiciels propriétaires de résoudre des problèmes que le libre a résolus, comme la portabilité sur les autres OS ou les autres architectures. En revanche on voit plein de libristes monter au créneau pour demander l'interdiction des DRM, ou l'obligation de distribuer les œuvres dans des formats ouverts, tout en se gaussant de ces hippies idéologues qui proposent une culture libre.

        Et quand on essaie de leur faire comprendre que, oui, on peut faire comme l'opensource et considérer la culture libre pour ses avantages pratiques : « Ah, les logiciels proprio, je suis d'accord, c'est nul ! Je veux bien utiliser des logiciels libre à la place ! Mais opter pour une culture libre ? Ça va pas la tête ?! ».

        • [^] # Re: Standard

          Posté par . Évalué à 2.

          Et à côté de cela, vous rejetez des millénaires de culture parce que le domaine public n'est pas assez libre pour vous.

          • [^] # Re: Standard

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Où ai-je écrit ça ?

            • [^] # Re: Standard

              Posté par . Évalué à 2.

              • [^] # Re: Standard

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                J'ai dit que certaines œuvres, supposément dans le domaine public, n'étaient pas dans le domaine public (bouquins de Lovecraft). Il existe des œuvres dans le domaine public, plein, et je ne les rejette pas.

                • [^] # Re: Standard

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Vous dites que ce qui entré dans le domaine public par la loi peut changer de statut à tout moment suite à un revirement de la loi (et vous donnez un exemple), et vous dites que malgré le domaine public ce n'est pas libre. Je n'ai pas l'impression de déformer vos propos, je ne fais que reformuler ce que vous dites.

                  • [^] # Re: Standard

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    Vous dites que ce qui entré dans le domaine public par la loi peut changer de statut à tout moment suite à un revirement de la loi

                    Oui. Il y a plein d'œuvres dans le domaine public actuellement, elles sont libres. Au moment où je parle, tout le monde a les quatre libertés dessus.
                    Aucune raison de les rejeter.

                    et vous dites que malgré le domaine public ce n'est pas libre.

                    Non. La discussion a été un peu confuse, je le reconnais, mais pour résumer :

                    • il y a des œuvres qui sont dans le domaine public, donc libres. Exemples : Les variations Goldberg, l'autoportrait de Joseph Ducreux, les livres de Lovecraft publiés avant 1923 (je parle bien sûr des œuvres d'origine entrées automatiquement dans le domaine public, pas des œuvres dérivées placées dans le domaine public par leur auteur).
                    • il y a des œuvres dont on croit qu'elles sont dans le domaine public, mais qui sont encore sous copyright classique (donc non-libres). Exemple : The Call of Cthulhu, de Lovecraft, publié en 1928.
                    • il y a des œuvres qui sont encore sous copyright, parce qu'elles ne sont pas encore entrées dans le domaine public, et qui ne le seront sans doute jamais vu la tendance des législateurs à rallonger la durée du copyright de X ans tous les X ans.

                    Et finalement, il y a des œuvres placées directement sous licence libre, par l'auteur, qui ne risquent pas de souffrir d'un changement de législation.

      • [^] # Re: Standard

        Posté par . Évalué à 0.

        Tu peux aussi lire des livres électroniques libres.

        Je n’avais pas remarqué que j’avais écris ça.

        Ton commentaire me fait un peu penser à un linuxien qui se plaindrait que Photoshop, MS Office et World of Warcraft ne sont pas installables sur son OS.

        Le seul qui marche c’est WoW, et j’ai arrêté il y a quelques temps déjà. Mais ce n’est pas parce que j’utilise un logiciel pour windows sous GNU/Linux que je me plains.
        Ce que je voulais dire, c’est que si tu as un standard pour les ventes, n’importe quel OS libre peut implémenter le standard. Tu pourrais utiliser ton ordi sous GNU/Linux pour accéder à certain cloud privateurs…

        Quand à ton commentaire sur le piratage, je suis contre. Personnellement si quelques chose n’est pas disponible avec suffisamment de liberté pour moi, je m’en passe.

        • [^] # Re: Standard

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Quand à ton commentaire sur le piratage, je suis contre. Personnellement si quelques chose n’est pas disponible avec suffisamment de liberté pour moi, je m’en passe.

          J'ai fait ce commentaire après m'être rappelé que la seule raison valable contre le piratage, c'est le respect de la volonté de l'auteur. Si tu veux faire une loi qui impose à l'auteur de diffuser son œuvre dans un format ouvert (quand bien même il ne voudrait pas), ça veut dire que tu t'en fiches un peu de la volonté de l'auteur, non ?

          • [^] # Re: Standard

            Posté par . Évalué à 1.

            Je pense que tu ne m’as pas compris. Mon commentaire est sur les plate-formes d’e-commerce, pas sur les produits. Avec un protocole standard rien n’empêche de vendre un truc avec des verrous numériques uniquement destiné pour une plate-forme. Mais si tout le monde peux voir le produit, c’est dommage que le client potentiel ne puisse l’acheter. Ça pourrait créer une prise de conscience des gens et des professionnels.

            • [^] # Re: Standard

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Je ne suis pas sûr de bien comprendre. L'auteur choisit qui va diffuser son bouquin, la plate-forme d'e-commerce n'est qu'un intermédiaire de plus. À moins que tu parles de proposer un standard destiné au commerce en ligne et non de l' imposer ?

          • [^] # Re: Standard

            Posté par . Évalué à 1.

            Si tu veux faire une loi qui impose à l'auteur de diffuser son œuvre dans un format ouvert (quand bien même il ne voudrait pas), ça veut dire que tu t'en fiches un peu de la volonté de l'auteur, non ?

            Je ne vois pas en quoi l'auteur devrait avoir un droit de regard sur le format de diffusion. Soit il diffuse, soit il ne diffuse pas, point.

            • [^] # Re: Standard

              Posté par . Évalué à 2.

              Tu as raison. Pourquoi laisser aux développeurs la possibilité de choisir autre chose que la WTFPL ? Soit il le diffuse et j'en fais ce que je veux y compris si je n'ai pas envie de partager, soit il ne partage pas.

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Standard

                Posté par . Évalué à 2.

                Ce que tu es en train de me dire, c'est qu'un éditeur de musique devrait avoir le droit de t'empêcher de convertir un MP3 en AAC ou vice-versa. Et ça ça me choque.

                • [^] # Re: Standard

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Ce que tu es en train de me dire, c'est qu'un éditeur de musique devrait avoir le droit de t'empêcher de convertir un MP3 en AAC ou vice-versa. Et ça ça me choque.

                  Ils peuvent déjà le faire, et tu penses bien qu'ils ne se gênent pas.

                  • [^] # Re: Standard

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Ce n'est pas parce qu'ils le font que ça rend la chose légitime. Ca fait partie de ce que je qualifie d'abus de droits d'auteur.

                    • [^] # Re: Standard

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Donc quand l'auteur te dit « tu n'as pas le droit de partager des copies de cette œuvre », sa volonté compte, mais quand il te dit « tu n'as pas le droit d'encoder cette œuvre dans un autre format », sa volonté ne compte plus ?

                      • [^] # Re: Standard

                        Posté par . Évalué à 6.

                        Et s'il te dit "tu n'as pas le droit de lire mon oeuvre sur un lecteur de telle ou telle marque", ça te parait normal? Et s'il te dit 'tu n'as pas le droit de lire mon livre avec des lunettes Afflelou, mais uniquement avec des lunettes Chrys", oui "tu n'(as pas le droit d"écouter ma musique dans une voiture de marque Citroën", ça te paraît normal ?

            • [^] # Re: Standard

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Je ne vois pas en quoi l'auteur devrait avoir un droit de regard sur le format de diffusion.

              Ben parce qu'il fait ce qu'il veut, tout simplement. Ce n'est même pas une question de droit d'auteur, là.

              C'est comme si tu demandais : « Est-ce que l'auteur doit avoir le choix de diffuser son code source ou pas ? ». P'têt' ben qu'oui, p'têt' ben qu'non. J'en sais rien. Ce que je sais c'est que si il a envie de diffuser son code source, il va le faire, s'il n'a pas envie, il ne va pas le faire.

              • [^] # Re: Standard

                Posté par . Évalué à 2.

                Tu n'a semble-t’il pas saisie l'ironie de mon commentaire.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                • [^] # Re: Standard

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Je pense avoir compris l'ironie de ton commentaire mais je ne vois pas où tu veux en venir.

                  capello dit qu'il veut imposer aux auteurs de publier dans des formats ouverts (bon, en fait il n'a pas dit ça, mais sur le coup c'est ce que j'en ai compris, d'où cette discussion), et je lui répond que c'est aussi absurde d'imposer les formats ouverts par la loi tout en rejetant la culture libre que d'imposer l'interopérabilité des softs tout en rejetant le logiciel libre.

                  Puis totof2000 répond que l'auteur ne devrait pas pouvoir choisir son format de diffusion, thèse que je réfute en disant que cela est tout aussi absurde que de dire que l'auteur d'un soft ne devrait pas pouvoir choisir s'il diffuse son code source ou pas. (ou que de dire que l'auteur ne devrait pas pouvoir choisir l'OS sur lequel son soft va être exécuté, pour reprendre la comparaison de départ)

                  • [^] # Re: Standard

                    Posté par . Évalué à 2.

                    tout aussi absurde que de dire que l'auteur d'un soft ne devrait pas pouvoir choisir s'il diffuse son code source ou pas.
                    Ca n'a rien à voir, mais absolument rien à voir. Je ne demande pas à un auteur de publier ses codes source LaTeX par exemple.

                    ou que de dire que l'auteur ne devrait pas pouvoir choisir l'OS sur lequel son soft va être exécuté, pour reprendre la comparaison de départ
                    Et il ne devrait pas. Un développeur ne devrait péas avoir à m'interire de faire tourner un soft Windows sous Wine par exemple, et c'est ce que tu défends.

                    • [^] # Re: Standard

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Et il ne devrait pas. Un développeur ne devrait péas avoir à m'interire de faire tourner un soft Windows sous Wine par exemple, et c'est ce que tu défends.

                      Et as t'il le droit de t'interdire d'en faire quelque chose de propriétaire ?

                      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                      • [^] # Re: Standard

                        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 05/02/13 à 17:12.

                        Mais quel est le rapport ? Je parle de contenant, pas de contenu. A partir du moment ou le contenu n'est pas altéré (dans notre cas le contenu est du texte, voire des immages) , en quoi un auteur aurait-il un droit de regard sur le format de diffusion ?

                        • [^] # Re: Standard

                          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                          Tout simplement parce que c'est lui qui choisit qui diffuse. Or, s'il choisit qui diffuse le contenu, il choisit inévitablement comment le contenu va se diffuser. Comment veux-tu dissocier les deux ?

                          • [^] # Re: Standard

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Je ne veux pas et je m'en fou. Si un auteur ne me permet pas d'accéder à sa création de la manière qui me conviens je passe à autre chose.

                            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                            • [^] # Re: Standard

                              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                              Ça je le sais, et on est d'accord. Mais quand je poste une question en-dessous d'un commentaire de totof2000, c'est à totof2000 que je pose la question, pas à barmic.

                        • [^] # Re: Standard

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Je ne voyais pas cette distinction et je pensais que tu parlais des droits sur ce qui a était créé de manière générale.

                          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                          • [^] # Re: Standard

                            Posté par . Évalué à 2.

                            En fait pour moi, ne restreindre la diffusion à un seul format reconnu par un seul type de lecteur revient ni plus ni moins à produire un "CD" de musique sous un format spécifique qui ne peut être lu que par un lecteur de marque spécifique.

                            • [^] # Re: Standard

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Où as t'il était question d'un format lisible que par une seule marque ? Il a juste était question de format libre et dans les faits tu restreint bien plus le nombre de lecteurs en utilisant vorbis ou flac qu'avec du mp3 (pour l'AAC je sais pas).

                              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                    • [^] # Re: Standard

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Et il ne devrait pas. Un développeur ne devrait péas avoir à m'interire de faire tourner un soft Windows sous Wine par exemple, et c'est ce que tu défends.

                      Wine c'est pas du reverse-engineering ? Qu'est-ce tu veux au juste ? Que les auteurs publient dans des formats ouverts ou bien que la loi te donne le droit de faire du reverse-engineering sur des formats fermés (ce qui est déjà plus ou moins le cas, à ma connaissance) ?

                      Quant aux CLUFs qui interdisent l'utilisation de Wine, je crois bien que ça existe déjà.

                      • [^] # Re: Standard

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Wine c'est pas du reverse-engineering ?
                        On s'en fout de ce qu'est wine : wine permet d'exécuter des softs windows sur Linux. L'auteur ne devrait pas avoir à l'interdire. C'est typiquement ce que je considère comme un abus de droit d'auteur.

                        Que les auteurs publient dans des formats ouverts ou bien que la loi te donne le droit de faire du reverse-engineering sur des formats fermés (ce qui est déjà plus ou moins le cas, à ma connaissance) ?
                        Que les auteurs publient dans des formats ouverts, ce qui aurait come conséquence de permettre de lire le contenu sur n'importe quelle plate-forme.

                        Quant aux CLUFs qui interdisent l'utilisation de Wine, je crois bien que ça existe déjà.
                        Ce n'est pas parce que ça existe que ce n'est pas de l'abus.

                        En fait ce que tu défends, c'est la possibilité qu'à un auteur ou un éditeur de t'imposer la marque du lecteur CD (ou DVD) que tu vas utiliser pour lire son contenu.

                        • [^] # Re: Standard

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Que les auteurs publient dans des formats ouverts, ce qui aurait come conséquence de permettre de lire le contenu sur n'importe quelle plate-forme.

                          Tu veux forcer les auteurs à publier des copies dans tous les formats ouverts existants ? Ou seulement quelques-uns choisis arbitrairement par l'État ?

                          Et si le format ouvert utilisé par l'auteur ne me plaît pas ?

                          • [^] # Re: Standard

                            Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 05/02/13 à 19:15.

                            D'ou l'intéret d'un standard qui pourrait être lu par n'importe quel lecteur … On fait ça dans les voitures pour les outils de diagnostic, pourquoi pas la même chose pour les liseuses ?

                            Et si le format ouvert utilisé par l'auteur ne me plaît pas ?*

                            S'il est standardisé tu peux le convertir dans un format qui te plait mieux … Par contre ça ne t'autorise pas à le diffuser toi-même sous ce format si l'auteur ne t'a pas donné le droit de diffuser son oeuvre.

                            • [^] # Re: Standard

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 05/02/13 à 19:48.

                              S'il est standardisé tu peux le convertir dans un format qui te plait mieux …

                              Pas forcément. J'aime pas le format machin, je le trouve mal fichu/bloaté/buggué, du coup je n'ai pas sur mon pc les libs permettant de lire le format machin. Je ne peux pas réencoder.

                              Quand je veux regarder un film libre et que les seules versions que je trouve sont en ogg et que je n'ai pas installé de lecteur ogg sur ma machine parce que je trouve le format merdique, je peux toujours demander à quelqu'un de remuxer le film en mkv pour moi. On peut même imaginer que j'aime pas un codec et que ma machine soit très peu puissante, je peux toujours demander à quelqu'un d'autre de réencoder le fichier dans le codec que je veux sur une machine plus puissante. On peut aussi imaginer qu'un fichier sous licence libre ne soit dispo que dans un conteneur chiffré d'un darknet comme Freenet ou I2P, et que je n'ai pas sur ma machine de client pour y accéder parce que j'aime pas java, je peux toujours demander à quelqu'un de l'extraire et de le récupérer pour moi.

                              C'est incroyable cet entêtement à nier les avantages de la culture libre, et à essayer de trouver des contournements aux inconvénients du paradigme courant sans vouloir reconnaître à quel point ces contournements sont bancals.

                              Tout à l'heure je parlais de la comparaison culture libre - logiciel libre/opensource : on est exactement dans ce cas de figure. Tout comme les partisans de l'opensource essayent d'étendre les libertés aux limites de leur univers connu en prenant soin de ne jamais les dépasser, tout en considérant la FSF comme une bande d'idéalistes extrémistes, et un jour finissent par se rendre compte que, oh ben zut, je ne peux pas intégrer ce bout de code qui n'est pas de moi dans WorldWind, alors qu'il est opensource !, les partisans d'une sorte de moralisation du copyright s'arrêtant aux limites de leur petit univers de consommateur de divertissement en boîte considéreront les partisans de la culture libre comme des idéalistes extrémistes, jusqu'à ce que la réalité de leur idéologie du confort leur retombe sur la gueule.
                              (Petite différence quand même : les partisans de l'opensource se sont contentés de faire leurs erreurs dans leur coin, ils n'ont pas tenté d'imposer leur vision des choses par la loi. Heureusement, parce que sinon on peut être sûr que les partisans du logiciels propriétaire auraient tout fait pour coller strictement à la définition de l'opensource, et on se retrouverait avec des licences à la NASA OSA de partout, tout comme on se retrouvera avec des formats ouverts ultra-complexes à la OOXML, ou qui changent tous les quatre matins, façon PDF mais en pire, si on oblige les auteurs à utiliser des formats ouverts.)

                              • [^] # Re: Standard

                                Posté par . Évalué à 1.

                                Pas forcément. J'aime pas le format machin, je le trouve mal fichu/bloaté/buggué, du coup je n'ai pas sur mon pc les libs permettant de lire le format machin. Je ne peux pas réencoder.

                                Là c'est toi qui ne veux pas, techniquement rien ne t'en empêche et ça c'est ton problème. Là je dirais que tu veux abuser de l'autre sens …

                                C'est incroyable cet entêtement à nier les avantages de la culture libre, et à essayer de trouver des contournements aux inconvénients du paradigme courant sans vouloir reconnaître à quel point ces contournements sont bancals.

                                C'est que tu n'as pas compris mes propos. Je n'ai jamais nié la culture libre. Par contre je suis d'avis que la liberté qu'on accorde sur certaines oeuvres ne dit pas être le même que l'on accorde sur les logiciel. Mais c'est un autre débat.

                                Si tu veux que je te résume mon opinion en quelques lignes : je suis d'avis qu'on a pas à imposer à quelqu'un de faire du libre. Par contre je suis pro-libre et j'essaie de le positionner là ou je peux si je vois que la situation s'y prête. Maintenant, tout comme on ne peut imposer à un éditeur de faire du logiciel libre, je ne vois pas pourquoi on devrait imposer à un auteur, compositeur,interprète ou n'importe quel personne créant quelque chose de rendre ce quelque chose libre. Par contre à partir du moment ou elle diffuse, elle ne devrait pas aoir le droit de restreindre l'accès à cette diffusion en utilisant des artifices techniques tels que le format de fichier, le format reconnu par tel ou tel outil permettant de décoder et lire son oeuvre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.