Sortie de ROSA Desktop.Fresh 2012

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Lucas Bonnet, Nils Ratusznik, baud123 et Pierre Jarillon. Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
Tags :
38
27
déc.
2012
Linux

ROSA Desktop.Fresh 2012 est sortie ce 19 décembre 2012. ROSA est une distribution dont le développement a été coordonné par Rosa Laboratory en Russie. C'est une évolution de Mandriva 2011, utilisant rpm5 comme gestionnaire de paquetages. ROSA signifie Rosée en russe, et s'écrit POCA en cyrillique.

La version officielle de ROSA s'appuie sur KDE SC, mais des versions communautaires utilisant Gnome et LXDE sont prévues.

Accueil

Le nom Desktop.Fresh a été choisi pour refléter le fait que cette version, contrairement à la version Marathon (la version avec support de 5 ans), a une durée de vie plus courte mais devrait avoir les dernières versions des applications prises en charge par Rosa (Mozilla, LibreOffice etc.).

Ryzom, un nouveau départ

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco, baud123, Benoît Sibaud et Florent Zara. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
74
26
sept.
2012
Jeu

Ryzom est un MMORPG, c’est‐à‐dire un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur. Son monde est la planète végétale Atys. Il serait trop long de tenter de décrire cet univers très riche et complexe. Le site commercial, les guides officiels et communautaires peuvent y aider. Plusieurs articles ont déjà été rédigés sur LinuxFr.org, car c’est le premier jeu de cette ampleur qui a été libéré (tant d’un point de vue moteur que données graphiques), au bout de plusieurs tentatives infructueuses. Le jeu est maintenu par la société Winch Gate et va, au cours de cette semaine, connaître une petite révolution : la fusion de trois mondes parallèles, dans trois langues différentes (allemand, anglais et français) en un seul.

Logo Ryzom

Je tiens à insister sur le fait que je ne suis pas du tout un spécialiste de Ryzom. Je m’y suis intéressé depuis qu’il a été libéré (c’est un jeu sous licence libre, j’y reviendrai en deuxième partie). J’y ai joué depuis qu’un client officiel pour GNU/Linux existe, et je me suis même abonné, plus pour soutenir le jeu, que pour profiter du déblocage des hauts niveaux que je suis loin d’atteindre.

J’ai découvert un univers très mature, avec des joueurs ouverts, qui, même s’il ne profite pas des univers gigantesques d’autres MMORPG, reste un petit monde complexe, plein de secrets, où la forte interaction entre les avatars tient une place prépondérante. Ce jeu, de par sa nature, peut décourager les hardcore gamers (joueurs passionnés) en quête de conquêtes, puissance et artefacts, ainsi que les casual gamers (joueurs occasionnels), de par sa relative complexité. Il est ainsi majoritairement composé de mid‐core gamers (entre les deux), des joueurs modérément réguliers, mais fidèles, considérant le jeu comme un hobby, sans que ça devienne une obsession, car même des avatars faibles peuvent tenir un rôle important via un roleplay (interprétation du personnage) bien tenu, y compris sans être connecté au jeu (via le forum, par exemple).

C’est dans ce contexte que la fusion des mondes sera sûrement passionnante, car elle va démultiplier les interactions possibles. Mais celle‐ci ne se sera pas faite sans accroc.

Mais avant de vous proposer de venir ou revenir un jour, pourquoi pas, rejoindre les réfugiés d’Atys, je vais en deuxième partie tenter de résumer l’histoire, réelle, de Ryzom et de cette fusion des mondes.

Gestion (a)centralisée des avatars, alternatives à Gravatar.

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
20
15
déc.
2010
Internet
Qu'est-ce qu’un avatar ? Bien sûr, tous les habitués du site le savent très certainement, mais un petit historique ne fait jamais de mal. Top chrono
  1. À l'origine il s'agit d'une des représentations de Vishnou dans la religion hindoue.
  2. Ce qui a donné, au figuré, une des représentations possibles, ou des apparences possibles, d'une personne.
  3. Plus récemment, les avatars ont aussi défini les entités incarnées dans des mondes virtuels. Ainsi, les personnages incarnés par des joueurs dans des simulations, ou dans des univers virtuels tels que Second Life, Ryzom, WoW sont des avatars.
Puis, par abus de langage, ça définit aussi la petite image servant à identifier visuellement un utilisateur de forum, de logiciel de réseau social ou de messagerie instantanée. Pour plus de détails, consulter les pages Avatar et Avatar_(informatique) de Wikipedia.

Gravatar (Globally Recognized Avatar) est un service en ligne propriétaire, de la société Automattic, permettant d'associer un avatar à une adresse mail. Ainsi, la gestion de l'avatar est centralisée pour tous les blogs, forums utilisant un module se connectant automatiquement à Gravatar. Cela permet :
  • d'éviter de charger un avatar à chaque création de compte sur différents sites connectés au service Gravatar
  • de pouvoir modifier en une seule opération son avatar sur tous les sites connectés à Gravatar
A priori avantageux, ce service a néanmoins un défaut majeur : le système est fermé et non interopérable avec d'autres sites qui voudraient fournir le même service. Ainsi il n'est pas possible d'héberger son propre serveur compatible Gravatar, comme on pourrait héberger sa messagerie ou son service Jabber. Un tel service devenant de plus en plus utilisé devient de fait de plus en plus incontournable. Ainsi voit-on certains blogs ne proposant plus qu'une gestion des avatars via Gravatar.

Tout comme certains essayent de trouver une alternative décentralisée et ouverte aux sites de réseaux sociaux fermés, il existe des initiatives non centralisées pour diffuser son avatar. Ces solutions seront passées en revue dans la suite de la dépêche !

Unity Linux en version Finale (et le projet LiveCD)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
15
23
août
2010
Mandriva
Un peu tard, à cause des vacances, il est intéressant de mettre en avant une toute nouvelle distribution, sortie le 8 juillet en version Finale : Unity-Linux, ainsi que son projet associé : LiveCD

Unity-Linux, fork de Mandriva Linux, est une distribution au format Vif (CD ou USB) minimaliste, présentée par ses développeurs comme « solide et bien maintenue », que les développeurs peuvent utiliser comme point de départ pour construire leur propres distributions « remasterisées », ou « branches » (Unity étant le cœur, ou Tronc). LiveCD est le projet, inclus dans Unity, permettant de créer sa propre branche.

Actuellement, Unity Linux est proposée en isos pour CD (ou clefs USB) vifs 32 et 64 bits. Presque 7700 paquetages sont disponibles après installation. Afin de donner aux développeurs de distributions un maximum de flexibilité, le tronc reste petit et fonctionnel, mais sans être trop basique. Unity Linux fournit donc aux développeurs le strict minimum, juste ce qu’il faut pour utiliser les outils de construction de CD vifs et le gestionnaire de paquetage Smart, un kernel 2.6.31 et RPM5.

Pour faciliter l’accès aux paquetages, Unity Linux utilise un dépôt SVN qui héberge aussi d’autres projets internes. Tous les outils nécessaires ainsi qu’un tutoriel de base sur la construction de paquetages sont fournis dans le wiki documentaire. Un système de construction automatique fonctionnant conjointement avec le SVN est en cours de réalisation, ainsi que de nombreux autres outils pour démarrer une branche personnelle ou professionnelle.

Des méta-paquetages permettent d'installer la majorité des environnements ou gestionnaires de fenêtres, maintenus par des équipes indépendantes, comme :
  • KDE 4.5.0, par Synergy Linux
  • Gnome 2.30.0
  • Openbox 3.4.11.2 par TinyMe
  • XFCE 4.6.2 par Qua Il
  • E17 0.16.999.49898 par UnitE17


Plus précisément concernant cette distribution et ci-dessous à propos de LiveCD :
  • Aucun calendrier de sortie n'a été publié, car le désir des développeurs est d'orienter le tronc vers un modèle de rolling Distribution. Rien n'empêche cependant les concepteurs de distributions branches de proposer des sorties à date fixe.
  • Le premier liveCD basé sur la version finale est Unite17. Des live-CD incluant d'autres gestionnaires de fenêtre vont sortir très bientôt.
  • J'ai traduit quelques pages du site officiel, mais il n'existe pas encore de communauté francophone (même si un des créateurs est francophone). Si vous êtes intéressés, rejoignez l'équipe sur le canal #unitylinux sur Freenode et proposez vos services

Mag'num 4, magazine en ligne communautaire de Mandriva, est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags : aucun
0
14
juil.
2008
Mandriva
Mag'num est un magazine sous format PDF, libre (licence CC-by-SA 2.0) géré par la naissante « Association des Utilisateurs Francophones de Mandriva Linux » aussi appelée de manière non-officielle « Mandrivafr ».
Le numéro 4 -- juillet-août 2008 -- est sorti ce 9 juillet, et n'est pas uniquement centré sur la distribution Mandriva Linux, même si certains dossiers y sont exclusivement consacrés.

Vous trouverez dans ce numéro certains éléments amenés à paraître régulièrement : les nouvelles du libre, un dossier autour de Jabber, les dernières infos de la communauté francophone de Mandriva Linux, le suivi du développement de la distribution.
Plus spécifiquement à ce numéro, vous trouverez aussi un dossier spécial sur les 10 ans de Mandriva et sur la création de l'Association des Utilisateurs Francophones de Mandriva Linux.

FluxBox 1.0.0, l'Arlésienne sort de sa boîte !

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
23
oct.
2007
Serveurs d'affichage
Quatre ans et demi ! Quatre ans et demi que la précédente version stable de FluxBox est sortie. Quatre ans et demi aux cours desquels a été développée la version 0.9.x dite "instable", qui allait aboutir à la nouvelle version stable. Pratiquement un an et demi de versions RC. Et ça y est : en toute discrétion, la version estampillée 1.0.0 est enfin sortie le 8 octobre 2007.

Présentation des nouveautés :

La liste de nouveautés entre les deux versions stables est très longue. Il y a bien sûr beaucoup de corrections de bogues et d'amélioration du code. Parmi les nouveautés, nous retiendrons :
  • De très nombreux nouveaux thèmes ;
  • De nombreuses améliorations graphiques : coins arrondis, ombres, gestion de la transparence réelle, polices d'écriture, anticrénelage, finition générale, etc. ;
  • L'amélioration massive de la vitesse et de la gestion de la mémoire ;
  • La prise en charge améliorée des régionalisations ;
  • La prise en charge complète des dockapps et applications KDE et GNOME ;
  • Lors de la bascule entre fenêtres par raccourci : priorité à la plus récente (MRU) ;
  • De nombreuses nouvelles configurations, et une plus grande souplesse dans la configuration des différents éléments grâce entre autres aux expressions régulières : onglets, barre d'outils, fenêtres et slit ;
  • La gestion des couches d'affichage entre le slit, la barre d'outils et les fenêtres (toujours au dessus/en dessous, maximisation des fenêtres sur le slit ou à sa limite...) ;
  • Le rappel des configurations des fenêtres (taille, position, fixations, décorations, ombrages, espaces de travail, couches) ;
  • La gestion améliorée des actions dans les menus et via ligne de commande (organisation des fenêtres, voir le bureau...) ;
  • La meilleure gestion des raccourcis claviers et souris, avec la prise en charge de chaînes de raccourcis de type Emacs ;
  • Le rappel des associations d'applications (ouvrir avec, ouvrir dans un terminal, ouvrir en tant que...) ;
  • L'ajout de l'utilitaire fluxbox-remote, permettant l'accès par script à la plupart des commandes de FluxBox.

Captures d'écran :

Il n'y a pas encore de captures d'écran de la version stable, seule la version 0.9.x se trouve ici : mais il y a fort à parier que les prochaines captures de la version 1.0.0 seront à cette adresse :

Le site officiel de FluxBox sera bientôt complètement refait pour fêter cette naissance tant attendue après une si longue conception.