Journal Google News quitte l'Espagne

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
20
17
déc.
2014

« Ça, s'est fait » comme disent les hipsters des intertubes.

l’AEDE, «l’association regroupant les principaux quotidiens du pays», avait provoqué l'adoption par le parlement espagnol d'une loi imposant à Google News (entre autres) de reverser de l'argent aux éditeurs. Et Google à dit merde. Parce que «le service est complètement gratuit et sans pubs» donc ne leur rapporterait aucun revenu.

Cette même AEDE, s'étant sûrement rendue compte qu'elle n'était pas taille à lutter et risquait de perdre une partie substantielle de ses lecteurs, «demande désormais au gouvernement espagnol, mais aussi à l’Europe d’intervenir pour tenter d’éviter le départ de Google».

Meta-bookmark : https://www.google.com/search?q=google+espagne&tbm=nws

  • # Erreur

    Posté par . Évalué à 2.

    J'ai dit une grosse bêtise, c'est "parlement espagnol" bien sûr, pas parlement européen. Si un admin veut bien corriger s'il vous plaît.

  • # Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je trouve fascinant la manière dont se fait le droit récemment…
    La notion d'État de droit semble de plus en plus un concept étranger de l'exécutif, qui va s'amuser à tordre la loi dans tous les sens pour pondre des décrets en faveurs de certains lobbys (merci la lutte Uber / taxis) ou encore ces gérémiades à répétition contre un gros méchant nécessitant absolument une loi pour la brider… avant de se rendre compte que cela ne sert à rien ou pire que ce sera finalement plus risqué.

    Et oui on se souvient de la montagne des libraires contre Amazon qui a donné une loi dont le principal perdant sont les libraires, car financièrement ils ne gagnent rien mais en image ils perdent. Pareil ici entre Google et les journaux dont il était évident qu'ils ont plus besoin de Google que l'inverse. Comme toujours il faut du temps pour comprendre tout ça.

    Bien entendu, lors de ces plaintes que le législateur se précipite pour répondre pour protéger l'emploi, la veuve et l'orphelin ou l'économie du commerce de proximité ou encore les pauvres indépendants face aux gros groupes. Il est évident qu'avant d'utiliser la loi pour essayer d’endiguer le problème, jamais ils n'ont proposé de mesures constructives de collaboration. On pourrait facilement imaginer des partenariats diverses entre Amazon et les libraires ou Google et les journaux. Mais non, la voie légale avec des taxes tous azimuts semblent préférables.
    Sans compter qu'ils ne réalisent pas l'image négative que se prend ces professions (les taxis n'ont typiquement plus trop la cote).

    De toute façon il semble compliqué de faire admettre à certains que toute entreprise est menacée et que la seule solution de survie est de s'adapter. C'est triste pour les emplois actuels mais ça permet à d'autres d'éclore et d'avoir une concurrence appréciable pour le consommateurs. J'imagine les luttes des constructeurs de bougies contre ceux des ampoules sur ce terrain là. Ça y ressemble pas mal.

    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

      Posté par . Évalué à 3.

      Je te remercie d'avoir explicité ma pensée, ma fainéantise me pousse à considérer que mes sous-entendus seront entendus. Et oui l'exemple de Uber est édifiant, c'est un exemple flagrant de "punir celui qui a eu la bonne idée plutôt que s'adapter".
      Espérons que l'exemple de la marche arrière des éditeurs espagnols donnera à réfléchir à nos décideurs.

      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        On peut voir aussi l'obligation politique de se plier à l'économie comme une remise en cause du pouvoir de l'état (& peut être des 3 - éxécutif, législatif & judiciaire). Le pouvoir économique impose sa règle ; s'il serait naïf ou réac de vouloir brider la marche du monde; toujours est-il que cette modernisation là ne connait pas de contre pouvoir…

        Par ailleurs, que google ne fasse pas de revenu là dessus me parait vite dit. Ils ne sont pas philantropes. S'ils maintiennent un service c'est par intérêt ; ils peuvent y investir en échange d'informations à propos de leurs utilisateurs.

      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

        Posté par . Évalué à 3.

        Et oui l'exemple de Uber est édifiant, c'est un exemple flagrant de "punir celui qui a eu la bonne idée plutôt que s'adapter".

        En même temps, sans juger de la pertinence ou non de la situation, on (le législateur, élu par nous) avait estimé qu'il était utile de réguler un secteur. Lorsqu'un nouvel acteur arrive en refusant de se plier à la régulation et trouve le moyen de détourner la loi, il ne me semble pas abérrant de mettre à jour la loi. Et je comprends aussi, que ceux qui respectent la règle en payant très chère un droit d'exercer râle quand ils se font piquer le marché par un acteur qui ne se plie pas à la règle.

        Après, on peut discuter de l'opportunité de la régulation, mais pour moi, il s'agit d'un débat différent

        • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Et je comprends aussi, que ceux qui respectent la règle en payant très chère un droit d'exercer râle quand ils se font piquer le marché par un acteur qui ne se plie pas à la règle.

          La loi n'oblige pas à payer très cher pour exercer, la licence est gratuite ! C'est la régulation trop forte qui a conduit au comportement déviant des taxis qui n'ont rien demandé aux législateurs pour arrêter le phénomène.

          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            La loi n'oblige pas à payer très cher pour exercer, la licence est gratuite

            Non, mais elle oblige a avoir une licence pour exercer une activité.

            • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

              Posté par (page perso) . Évalué à 9.

              Oui mais elle n'en a pas fixé un tarif inaccessible, ce sont les taxis eux mêmes qui ont rendu ce système toxique. Ils ont joué, ils ont perdu, je ne vais pas pleurer sur des gens qui ont mal investi (ça arrive à des tas de gens dans d'autres cas pour des raisons proches).

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 18/12/14 à 15:15.

                Peut-être, perso je ne me sens pas trop concerné par les problèmes des taxis. Cependant, je comprends que des personnes ayant une activité réglementée par des lois restrictives ressentent une certaines frustration quand certaines autres personnes peuvent exercer une activité équivalente (et donc en concurrence) sans ces même obligations.

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par (page perso) . Évalué à -3.

                  ressentent une certaines frustration

                  Je comprend que les hommes blancs ressentent une certaine frustration quand les femmes et les noirs se sont mis à avoir le droit de vote, ça réduisait la valeur de leur vote, mais ça ne légitime pas pour autant, et parfois il faut quand même arrêter les conneries. OK la frustration, non aux réactions pour garder cette suprématie.

                  quand certaines autres personnes peuvent exercer une activité équivalente (et donc en concurrence) sans ces même obligations.

                  Quelqu'un empèche un chauffeur de taxi de passer passer chauffeur de VTC?
                  A ma connaissance, non, si ils ne le font c'est seulement dans l'expoir d'avoir à nouveau le monopole. Désolé, aucune pitié pour ce genre de personnes qui simplement n'apprécient pas que d'autres se mettent dans le jeu et veulent simplement garder leur manne à fric pour eux.

                  Dans le cas des taxis, quand l'a dit Renault, il ont fait tout pour faire monter les cours de bourse, donc c'est leur responsabilité si il y a une chute ensuite. Pas la faute d'autres (bon, un peu l'Etat qui a accepté les revendication de monopole des taxis en n'augmentant pas le nombre de plaques, certes l'Etat a accepté leur demande comme l'etat a accepté la demande pour les journaux en Espagne, dnas les deux cas les personnes se plaignent quand même de la conséquence de ce qu'ils ont demandé…)

                  • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                    Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 20/12/14 à 02:16.

                    il ont fait tout pour faire monter les cours de bourse, donc c'est leur responsabilité

                    Tu parles du plan macroscopique. Mais au niveau indivituel le jeune taxi qui a investi une fortune (en s'endettant bien sûr) n'a pas forcément souhaité cet état de fait, et il faut bien qu'il rembourse sa banque (avec les intérêts…). Je pense qu'on ne s'en sortira qu'en forçant une baisse de prix progressive, notamment en taxant très fortement les plus values pour financer une compensation partielle / effacement de dette poux ceux qui subiront une forte moins-value. Il en va d'une forme de justice intergénérationnelle

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 3.

                Idem aucune pitie pour les taxis. Je trouve le "service" de pire en pire (les taxis sont souvent crades a vomir) et Uber n'a rien fait d'illegal (sinon il n'aurait pas fallu changer la loi) par contre il s'est attaque a un monopole. De plus il faut savoir qu'un taxi gagne pas si mal sa vie que cela, en tout cas la derniere fois que j'ai pris un taxi a Paris quand je discutais le salaire de copain chercheur en France, le chaffeur de taxi a ete attere a quel point c'etait mal paye…

            • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

              Posté par . Évalué à 10.

              Licence qui n'aurait jamais du être cessible; le mal est originaire de là; de même ces licences devraient être réservés à des personnes physique et non morale.

              Les taxis ont déjà eu quelques soucis avec les moto-taxis non soumis à licences et on poussés à une règlementation pour leur pourrir la vie; ça fait des années qu'on râle du manque de taxis à Paris, et que ces derniers se battent pour conserver leur monopole.

              Bref, je n'irai pas défendre ou pleurer les taxis; ils sont responsable de la merde dans laquelle ils sont.

              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 3.

                en plus a force de gueuler pour le prix de la licence, et a force d'expliquer que la licence est gratuite, je m’aperçois que cela commence a être su !

                genre dans les commentaires du figaro, 20 minutes, pas mal de personnes répète que cette licence est gratuite avec la source ! Seul les journalistes semblent avoir peur des taxis.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 3.

                Licence qui n'aurait jamais du être cessible

                Depuis la loi du 1er octobre 2014 (article 6), ce n'est plus le cas. Mais ça ne concerne que les nouvelles licences délivrées.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 2.

                « Bref, je n'irai pas défendre ou pleurer les taxis; ils sont responsable de la merde dans laquelle ils sont. »

                Ce n'est pas les taxis qui sont responsables de cette merde, c'est l'état qui a laissé faire qui est responsable de ne pas avoir régulé la revente des licences. Il est tout à fait normal pour quelqu'un de revendre ce qu'il possède, à partir du moment où c'est légal et où il y a un marché, et ce quelque soit le prix où il l'a acheté.

                Comme si l'état décidait, à cause du prix de l'immobilier, d'autoriser n'importe qui à s'installer n'importe où : tu n'iras pas défendre les propriétaires, ils sont responsables de la merde dans laquelle nous sommes ?

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Un exemple intéressant est celui de l'Irlande qui avait le même problème qu'à Paris, un nombre limité de licences de taxi qui se revendaient donc très cher, et donc une offre de taxi totalement insuffisante. La limite du nombre de licences a été supprimée en 2000, et il y a maintenant un nombre très élevé de taxis (un pour 103 habitants à Dublin). Ça pose quelques problèmes tels que décrits dans cet article (chauffeurs à temps partiels, revenus non fiables pour les chauffeurs, utilisation de taxis pour du transport de drogue…). Mais par contre c'est vachement pratique pour les usagers, attendre plus de 5 minutes un taxi me parait maintenant impensable !

    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

      Posté par . Évalué à 1.

      Ne mélangeons pas tout, le cas des taxis est assez complexe. Les taxis ont raison de gueuler : ils paient une licence très chères (plus que le prix de leur voiture) pour avoir le droit d'exercer un métier et à côté, il y a des gens qui font quasiment le même métier sans avoir besoin de payer une licence. De là, il y a deux possibilités : soit tout le monde paie une licence, soit on rachète les licences des taxis (mais qui et à quelle valeur ?). Dans les deux cas, ça va augmenter le nombre des taxis et donc ça va faire baisser les revenus par taxi. On va se retrouver avec des chauffeurs de taxis obligés de faire beaucoup d'heures pour avoir de quoi vivre dignement. Vous avez envie, vous, d'être emmené par un chauffeur de taxi qui aura déjà travaillé pendant 12 heures d'affilée ? S'il existe des professions régulées, c'est qu'il y a une bonne raison de les réguler, la concurrence libre et non-faussée ne résout pas tous les problèmes magiquement. Et sur le dossier des taxis, je pense que la concurrence tuera la qualité et la sécurité du service.

      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 18/12/14 à 09:22.

        Les taxis ont raison de gueuler : ils paient une licence très chères (plus que le prix de leur voiture) pour avoir le droit d'exercer un métier et à côté, il y a des gens qui font quasiment le même métier sans avoir besoin de payer une licence. De là, il y a deux possibilités : soit tout le monde paie une licence, soit on rachète les licences des taxis (mais qui et à quelle valeur ?).

        Techniquement la licence des taxis est gratuite, c'est juste que le nombre est tellement faible que s'ils veulent accéder au sésame avant 20 ans d'attente, il est préférable de le payer à un taxi qui arrête.
        Ils ont pris un risque en investissant dedans, des gens qui perdent des fortunes car la loi ou la concurrence a changé en faveur d'un autre investissement il y en a des tas et qui ne se plaignent pas forcément pour autant (c'est le jeu ma pauvre Lucette).
        Puis l'État pourrait en profiter pour lever un monopole en rachetant les licence s'il veut vraiment être gentil, en tout cas tordre la loi en faveur des taxi mais en défaveur de l'État de droit (et surtout en défaveur de l'usager) ne me semble qu'une solution court termiste.

        S'il existe des professions régulées, c'est qu'il y a une bonne raison de les réguler, la concurrence libre et non-faussée ne résout pas tous les problèmes magiquement. Et sur le dossier des taxis, je pense que la concurrence tuera la qualité et la sécurité du service.

        Bizarrement les taxis français n'ont pas une grande réputation (compare la réputation avec les taxis londoniens par exemple) et ne sont pas pratiques. Ce n'est pas à Paris où des zones n'ont pas de taxis accessibles quand d'autres sont surchargés comme les aéroports juste pour une question de rentabilité pour eux (mais pas le service de la clientèle ? Bref, règlementer des professions je ne suis pas contre loin de là, mais cela ne doit pas se faire au détriment du client pour autant et là on voit clairement un écart entre ce qui est attendu des clients et l'offre et l'État comme les taxis ne semblent pas prêts à résoudre ce problème.

        EDIT : note que c'est aussi à cause du nombre très limité de licences de taxis disponibles que leur prix est très très élevé. Comme quoi la régulation ça n'a pas que des avantages non plus, les taxis utilisant un système artificiel de rareté pour prendre une bonne retraite (en revendant plus cher leur licence que qu'ils ont mis sur la table).

      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 18/12/14 à 09:43.

        Les taxis ont raison de gueuler :

        Non

        ils paient une licence très chère

        ils ont joué en bourse en manipulant les cours (par exemple, en empéchant l'augmentation du nombre de licences pour pas que le prix monte), et les derniers perdent, c'est le but.

        De là, il y a deux possibilités : soit tout le monde paie une licence, soit on rachète les licences des taxis (mais qui et à quelle valeur ?).

        Ou alors le groupe qui a essayé de faire monter un max le prix récupére les fruits de son lobbying, c'est à dire la perte directe de son monopole et la licence à 0. C'est le prix de sa connerie.

        . On va se retrouver avec des chauffeurs de taxis obligés de faire beaucoup d'heures pour avoir de quoi vivre dignement. Vous avez envie, vous, d'être emmené par un chauffeur de taxi qui aura déjà travaillé pendant 12 heures d'affilée ?

        Allez, on va aller faire pleurer dans les chaumières… Rien à voir.

        S'il existe des professions régulées, c'est qu'il y a une bonne raison de les réguler,

        Ou pas, c'est juste un monopole qui a réussi son coup. Surtout sur Paris, la pire des capitales que je connais au niveau taxi (dans d'autres capitales, je me met 5-10 minutes sur une grande artère et ai mon taxi; ou il y a un taxi à la borne taxi. Sur Paris, tu peux attendre, il n'y aura pas, surtout 23h-minuit quand les metros se mettent à fermer, autre bizarreté parisienne fait par un autre monopole faisant chier leurs usagers, hop une queue de 10-20 personnes qui attendent un taxi à la borne).

        PS : je ne suis absolument pas contre la régulation, elle est nécessaire. Mais limiter le nombre de taxi pour augmenter le prix de la licence n'a absolument rien à voir avec la sécurité, c'est juste laisser un groupe en profiter un max. La régulation doit concerner le comment faire le métier (nombre d'heures max, assurances, services minis etc…), pas limiter le nombre de personnes. Faut arêter de déconner : quuand on voit le prix de la licence, on voit le prix de la rareté, et t'inquiète ton taxi va faire des heures à fond pour rentabiliser l'investissement, alors te lire avec ta notion de sécurité fait juste rigoler (mais bon, les taxis ont réaison de balancer ce genre de texte, il y en a qui le gobent).

        • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

          Posté par . Évalué à 8.

          Je trouve le système de plaque débile (il ne devrait pas être possible de la revendre en mode "gain sec") et je ne suis pas fan de cette rareté artificielle MAIS :
          C'est un système de fait qui dure depuis des dizaines d'années.
          Les gens qui se sont lancer la dedans ont parfois investit l'équivalent d'une vie (ou au moins 15/20 ans) et ne pouvait pas prédire que cela allait disparaitre. Il voulait juste nourrir leur famille.
          L'état est responsable de cette situation, elle est connue de tous, ce n'est pas un système caché.

          Oui, cette situation doit changer, mais non, il ne faut pas que les taxis se retrouve à payer 200 000€ de crédit pour quelque chose qui n’existe plus.

          Juste pour info, les taxis sont des gens comme tout le monde, on ne devient pas millionnaire en faisant taxi.

          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Je trouve le système de plaque débile (il ne devrait pas être possible de la revendre en mode "gain sec") et je ne suis pas fan de cette rareté artificielle MAIS :

            Entièrement d'accord.

            C'est un système de fait qui dure depuis des dizaines d'années.

            C'est vrai, mais note que les taxis ont été les premiers à l'exploiter et à maintenir la situation en l'état en aggravant la situation lié à ce concept. Quand les prix ont commencé à trop augmenter ils n'ont pas voulu freiner le phénomène bien au contraire ! C'est une sorte de spéculation et ça devient tellement démesuré que ça se retourne contre eux aujourd'hui.

            Les gens qui se sont lancer la dedans ont parfois investit l'équivalent d'une vie (ou au moins 15/20 ans) et ne pouvait pas prédire que cela allait disparaitre. Il voulait juste nourrir leur famille.

            Perso je n'investirais pas autant de sous pour une sorte de "promesse" dont le moindre changement législatif pouvait mettre à mal le système. C'est bien trop cher pour ce que c'est.

            Note également que les taxis se plaignent mais des entrepreneurs qui perdent autant d'argent car une loi a changé ou parce qu'une concurrence a pu émerger légalement ça existe. Et eux ne font pas grèves pour maintenir le système en place ou exiger un remboursement.

            L'état est responsable de cette situation, elle est connue de tous, ce n'est pas un système caché.

            L'État a voulu limiter le nombre de taxis (pourquoi pas) mais a rendu son accès à la licence facile (gratuité). Les taxis ont voulu maintenir un nombre de licences bas pour revendre très cher ce sésame. Ils n'ont pas demandé de l'aide à l'État pour arrêter cette bulle spéculative autour de cette licence.

            Pour moi la responsabilité des taxis est énorme, l'État a eu sa part en laissant faire trop longtemps mais ce n'est aps de sa seule responsabilité.

            Oui, cette situation doit changer, mais non, il ne faut pas que les taxis se retrouve à payer 200 000€ de crédit pour quelque chose qui n’existe plus.

            Demain j'achète un terrain constructible à fort potentiel à 1 million d'euros, le lendemain l'État classe cette zone comme non constructible pour X raisons valables ou pas. Le terrain devient invendable. Des cas comme ça ça existe et pourtant personne ne semble pleurer ce genres de situations qui arrivent tous les jours.

            Et je ne compte pas le nombre de réformes de l'État qui demandent des investissements importants mais qui sont annulés à la dernière minute rendant ces investissements inutiles (comme l'écotaxe récemment). L'État rembourse ce genre de choses tu crois ?

          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

            Posté par . Évalué à 10.

            Ce que tu nous explique, c'est qu'en raison d'un système qui persiste depuis des années, il faut interdire les imprimantes 3D, parce que des gens comme toi et moi ont investi de lourdes sommes dans des machines lourdes pour produire des pièces sur demande, et les imprimantes 3D vont tuer la valeur de l'investissement.

            De même, l'État aurait dû interdire les imprimantes et sauver les imprimeurs, interdire les 3-en-1 et sauver les entreprises qui offraient des services de photocopie, souvent géré par un individu qui a acheté beaucoup de photocopieuses industrielles à prix d'or.

            Et je parle là de secteurs où ce sont des progrès techniques fulgurants qui ont rendus les investissements caduques. Ici, on parle d'investir lourdement dans une licence dont la valeur repose sur une régulation de l'État qui n'est justifiée que par les demandes d'un lobby et qui va dans le mauvais sens pour les usagers.

            On n'est pas loin des fabricants de chandelles!

            • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

              Posté par . Évalué à 5.

              De même, l'État aurait dû interdire les imprimantes et sauver les imprimeurs, interdire les 3-en-1 et sauver les entreprises qui offraient des services de photocopie, souvent géré par un individu qui a acheté beaucoup de photocopieuses industrielles à prix d'or.

              Non, et il serait bon pour le pays que les taxis soient libéralisés. D'ailleurs, dans pas mal de pays, être chauffeur de taxis est un métier faisable par le mec de base ou l'immigré qui débarque sans le sou et qui lui permet de s'en sortir. On aura vraiment besoin en France d'utiliser cette possibilité.

              Seulement, on peut pas décemment endetter des types jusqu'au cou pour le reste de sa vie avec une simple loi ou décret. C'est gentil d'avoir la "haine" contre une corporation, mais les coupeurs de tete, c'est en Irak, pas ici.

              Donc bon, c'est la où on attend une solution politique un peu intelligente, comme augmenter de manière prévisible et régulière le nombre de licences sur 10-15 ans, le temps qu'on sorte de ce traquenard.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/12/14 à 11:51.

                Seulement, on peut pas décemment endetter des types jusqu'au cou pour le reste de sa vie avec une simple loi ou décret.

                1/ Encore une fois, ils ont emprunté pour jouer en bourse, ils ont perdu, voila. J'aimerai autant de compassion dans ceux qui jouent avec des actions qui se cassent la gueule.
                2/ Endettement à vie? En France, on peut remettre à zéro le compteur. Oui, ça vire tout le reste au passage, mais ensuite tu es libre, et c'est ta faute si tu n'as pas mis ton achat avec une protection (qui coûte), c'est le prix de vouloir être radin et ne pas faire EURL par exemple, RL voulant dire "responsabilité limitée" (après, pas sûr que la banque aurait prété, mais oui, voila, ça fait partie de la prise de risque ou pas, à toi d'assumer).
                3/ Ce sont ces mêmes chauffeur qui ont fait des manifs pour que ça augmente, pas pour que ça déscende. C'est leur responsabilité.
                4/ Il me semble que la majorité des plaques sont détenues par une entreprise sur Paris, et non les chauffeurs eux-même qui ne font que la "louer".

                donc non, désolé, je ne vais pas pleurer pour des gens qui ont fait tout pour reculer le plus possible pour mieux sauter (le problème de la licence n'est pas nouvelle), qu'ils aillent en faillitte personnelle et reflechissent ensuite à ne pas faire n'importe quoi. Désolé de ne pas pleurer pour des gens qui ont créé cette situation.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/12/14 à 11:56.

                Déréglementer le nombres de licences de taxis n'est pas forcément bon. Je ne parle pas ici pour les chauffeurs, mais pour la politique de transports que souhaite l'état ou les collectivités. On peut vouloir limiter les moyens de transports en véhicules individuels et favoriser les transports collectifs. Il faut voir la circulation engendrée par les taxis dans certaines villes étrangères…

                Est-ce que limiter les licences est le bon moyen ? Je ne sais pas, mais il n'y a pas que l'argent des chauffeurs de taxis en jeu.

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 19/12/14 à 12:03.

                  Le taxi sont entre individuel et collectif (par exemple, les taxis prennent pas la place de voitures garée 99% du temps).

                  Mais en fait, pour inciter au collectif, c'est simple, bien plus simple que de limiter artificiellement le nombre de taxis : proposer des transports collectifs dignes de ce nom (et zut, voila que les collectivités doivent faire face à leurs reponsabilités…)

                  Faut arrêter de déconner : pour 99% des gens, un taxi n'est qu'un paliatif (cher) à l'abscence de transport collectif répondant au besoin, ce n'est pas en limitant le nombre de taxi (ou de voitures individuelles au passage) que tu vas répondre au besoin.

                  Il faut arrêter d'opposer : dans la majeure partie des cas, l'individuel n'est que la réponse au manque de collectif (où à son prix exhorbitant, c'est moins cher de louer une voiture individuelle que de prendre le train dès qu'on est plus de 2, seulement 2… Ne parlons pas d'achat de voiture dès qu'on fait un certain nombre de trajets, la ça éclate le collectif, délirant), la réponse est plutôt une offre collective adaptée (autant en disponibilité qu'en prix).

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Avoir justement beaucoup de taxis permettrait de:
                  1. Couvrir les zones non rentables pour les transports collectifs (bus à 3 personnes par trajet…)
                  2. Poser une alternative rassurante aux gens qui souhaitent larguer la voiture mais s'inquiètent de la flexibilité limitée des transports en commun.
                  3. Réduire significativement les prix. Non seulement tu ne paieras pas une partie de la licence dans le prix de la course, mais il y aura plus de concurrence.

                  Bref, que du positif pour les usagers.

                  Pour les taxis, une solution de "sortie de système" peut être mise en place, pourquoi pas, tant qu'elle est raisonnable et ne consiste pas à cacher la poussière sous le tapis.

                  De toute façon, d'ici quelques années, les taxis seront sans chauffeurs et ces mêmes entreprises qui louent les taxis dans Paris se feront un plaisir de les virer pour les remplacer par des robots qui travaillent 24/24 sans râler, sans transformer le trajet en excursion découverte de toute la ville, etc.
                  Et si ces robots s'avèrent être les Autolibs, ce ne sont pas seulement les chauffeurs qui disparaitront, mais les sociétés qui leur louent les voitures avec!

    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

      Ca s'appelle le socialisme…

      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est d'ailleurs vrai que ce qu'il décrit ne se passe que dans des pays dirigés par les socialistes. Par exemple, le gouvernement socialiste d'Espagne dont il est question dans le journal.

        Sinon j'ai une autre question. Imaginons qu'une entreprise livre des livres en appliquant la réduction maximale autorisée et en offrant les frais de port. Imaginons que la même entreprise, année après année, publie des résultats en perte (2012, 2013, 2014.) Comme ça s'appelle, déjà, ça ? (D'un autre coté ça explique pourquoi ils doivent recourir à de l'optimisation fiscale… même comme ça leur dumping leur coute un bras.)

        Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

        • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Imaginons que la même entreprise, année après année, publie des résultats en perte (2012, 2013, 2014.) Comme ça s'appelle, déjà, ça ?

          De l'investissement.
          Saloperie d'entreprises qui investissent.
          Le plus rigolo est que quand une entreprise n'investit pas mais distribue des dividendes, on lui reproche de ne pas investir.
          dans tous les cas, l'entreprise perd, on lui reprochera de faire ce qu'elle fait, quoiqu'elle fasse.

          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

            Posté par . Évalué à 1.

            Ils investissent dans la gratuité des frais de ports, par exemple.

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 18/12/14 à 12:45.

              Comme la FNAC investit dans la gratuité du magasin.
              Il y a vraiment des gens qui gobent que les frais de transport sont gratuits? Ils sont simplement inclus dans le prix, comme la FNAC inclut le prix du magasin (physique) dans le prix du livre. Amazon le fait d'ailleurs surtout parce qu'on lui interdit d'afficher le vrai prix, de anière artificielle par des obligations de faire des prix élevés.

              Je ne pensais pas qu'il y avait des gens capables de prendre les arguments des libraires comme quelque chose de logique. J'avais oublié qu'il n'y avait pas que les taxis qui arrivaient à faire croire tout et n'importe quoi à certaines personnes.

              PS : tu devrais te renseigner, si ça t'interesse réellement, sur les montants d'investissement d'Amazon. Après, il faut que la vérité t'interesse plutôt que la haine gratuite d'Amazon et l'adoration des libraires au point de gober leur "arguments" comme quelque chose de logique. Parce que bon, ce genre de remarque avec des sous-entendus, sans parler des investissement en site web utilisable, en logistique optimisée, c'est prendre les gens pour des idiots incapables de réfléchir plus de 10 secondes, c'est un peu gros.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 9.

                Comme d'habitude, sur le fond tu as raison mais ton mépris abject gâche tout. Ce n'est pas en méprisant tes interlocuteurs (et en les insultant) que tu arriveras à les convaincre ou simplement à les informer. Le fait que certains (même beaucoup" se laissent séduire par les arguments des libraires/taxis/ce que tu veux n'est absolument pas surprenant dans la mesure ou tout ceci est très bien présenté (de façon crédible pour quelqu'un qui ne connait pas forcément le millieu). Plutôt que de faire dans l'insuilte gratuite, fais un peu de pédagogie et essaie de moins mépriser tes interlocuteurs.

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par (page perso) . Évalué à -10. Dernière modification le 18/12/14 à 13:03.

                  He!
                  Le mépris commence par celui qui me prend pour un idiot capable de gober son truc.
                  Qu'il commence à ne pas me prendre pour un idiot, et on en reparle.
                  Etonnant que tu ne réagisses pas quand lui prend les autres pour des idiots : la forme y est, donc on peut tout dire?

                  fais un peu de pédagogie

                  Je ne pense pas qu'il s'interesse à la vérité, car sinon il aurait déjà arrété de parler de cette façon (même ici, ce n'est pas la première fois qu'on en parle). La pédagogie ne sert que pour les gens qui souhaitent comprendre, et non pas chercher une excuse à une idée qu'ils ont et ne comptent pas changer. Donc autre méthode : lui mettre son caca dans le nez, certes pas classe mais bon, quoi faire d'autre? Et puis il y a aussi mon plaisir (je suis un pervers sadique, na).

                  On pari? reformule de ta manière, et on va voir si il va ouvrir les yeux.

                  • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 18/12/14 à 15:11.

                    Le seul que je vois insulter l'autre ici, c'est toi. Le seul qui fasse preuve de mépris c'est toi. Et à répondre comme ça, c'est toi qui passe pour un idiot.

                    Comme la FNAC investit dans la gratuité du magasin.

                    Il y a vraiment des gens qui gobent que les frais de transport sont gratuits? Ils sont simplement inclus dans le prix, comme la FNAC inclut le prix du magasin (physique) dans le prix du livre. Amazon le fait d'ailleurs surtout parce qu'on lui interdit d'afficher le vrai prix, de anière artificielle par des obligations de faire des prix élevés.

                    Les frais de transports sont simplement inclus dans le prix, comme la FNAC inclut le prix du magasin (physique) dans le prix du livre. Amazon le fait d'ailleurs surtout parce qu'on lui interdit d'afficher le vrai prix, de anière artificielle par des obligations de faire des prix élevés.

                    Je ne pensais pas qu'il y avait des gens capables de prendre les arguments des libraires comme quelque chose de logique. J'avais oublié qu'il n'y avait pas que les taxis qui arrivaient à faire croire tout et n'importe quoi à certaines personnes.

                    Inutile. Tu ne fais que passer pour un imbécile à faire ce genre de remarque (note que je ne prétends pas que tu en sois un, c'est juste l'impression que tu donnes).

                    PS : tu devrais te renseigner, si ça t'interesse réellement, sur les montants d'investissement d'Amazon.

                    Sources ?

                    Après, il faut que la vérité t'interesse plutôt que la haine gratuite d'Amazon et l'adoration des libraires au point de gober leur "arguments" comme quelque chose de logique. Parce que bon, ce genre de remarque avec des sous-entendus, sans parler des investissement en site web utilisable, en logistique optimisée, c'est prendre les gens pour des idiots incapables de réfléchir plus de 10 secondes, c'est un peu gros.

                    Si lui ça ne l'intéresse pas, il y a d'autres personnes qui lisent, qui pourraient être intéressées par tes propos. Seulement là tu perds en crédibilité. Vos guerres personnelles, faites-les entre vous, pas en public.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 4.

                Je n'ai pas le temps de te répondre point par point, c'est l'heure de ma prière d'adoration des librairies, mais je tiens juste à signaler que je n'ai pas de haine gratuite d'Amazon, ni de haine tout court.

                Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par . Évalué à 10.

                  haine gratuite
                  Il y a encore des gens qui croient que ça existe ?

                  Pff, t'as rien compris, elle n'est pas gratuite, elle est incluse dans le prix !

                  Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                Posté par . Évalué à 1.

                Il y a vraiment des gens qui gobent que les frais de transport sont gratuits?

                Probablement personne mais par contre beaucoup de personne peuvent avoir l'impression, et j'ose esperer que tu vas nous demontrer qu'ils ont tord avec des chiffres a l'appui, que le transport en gros coutent beaucoup moins cher que le transport d'un seul livre. Maintenant j'attend ta demonstration disant que les transports en commun coute aussi cher que le transport individuel je pense que cela va etre … amusant.

                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 18/12/14 à 21:32.

                  Et tu penses sérieusement qu'un magasin physique en centre-ville est au même prix qu'un entrepot de stockage à l'extérieur de la ville?
                  désolé de ne pas comprendre pourquoi on veut obliger à facturer l'un mais pas l'autre, dans les deux cas c'est exactement le même but (améner le livre chez le client).

                  tu régarde un bout de la chaine en oubliant la chaine entière (et ne parlons pas de l'interdication de faire un prix pareil que l'autre simplement parce qu'on n'a pas un magasin physique, la on est dans l'arbitraire encore plus délirant, juste pour protéger une population de l'volution technologique lutôt que de lui demander de se bouger les fesses pour offrir un service qui motive)

                  • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Si je comprend ton raisonnement, il faudrait donc interdire le commerce de proximite… car ca coute cher les loyers en ville.

                    Interessant comme concept.

                    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Non, son raisonnement est que les libraires se plaignent que Amazon brade le coût de la livraison alors que c'est inclus dans le prix, tout comme les libraires incluent les salaires, le loyer du bâtiment et autres frais dans le prix des bouquins.

                      Amazon a des entrepôts, qui nécessitent moins de surface pour un même volume de bouquin (car il n'y a pas à les mettre en valeur) mais aussi moins chers au mètre carré car justement les entrepôts peuvent être à l'extérieur de la ville.

                      En gros sur le sujet Amazon ne fait probablement pas plus de pertes que les libraires pour vendre un bouquin unique. Puis forcément, comme le volume des deux institutions diffèrent, Amazon peut se permettre de marges aussi plus faibles pour tenir. Amazon n'est donc pas un monstre qui fait des manœuvres illégales pour tuer le petit commerce.

                      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Je n'ai pas défendu amazon et si il faut ecrire une nouvelle loi ça montre que ce que faisait Amazon n'était pas illégale. J'ai suffisamment dis ce que je pensais des éditeurs français pour ne pas les défendre aujourd'hui. Mais il simplifie un peut beaucoup le problème et contrairement à lui je pense qu'il faut faire quelque chose pour protéger les librairies et Amazon, bien qu'étant très pratique, est dangereux pour leur existence et tue la concurrence, comme le montre son impact aux USA. Et rappelons que l'on parle d'une boîte qui n'a jamais été équilibré niveau financier et qui fait de "l'optimisation" fiscale choses qu'une petite librairie ne peut faire pour survivre et augmenter ses marges.

                    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                      Albert_ (et les libraires) veut interdire.
                      Moi je veux que tout le monde soit libre de faire ce qu'il pense être le plus optimal.

                      C'est beau cette façon de traduire une critique envers les interdits en "tu veux interdire". j'avoue ne pas savoir comment tu fais pour inverser autant. bon, si, je sais : ce n'est pas sexy de dire que tu veux interdire face à une personne qui parle de libérer, pas à la mode, donc tu trafiques. Prêt à être politicien.

                      Ceux qui veulent interdire, ce sont les libraires (il veulent interdire une saine concurrence, à qui a la meilleure offre globale), Amazon n'a jamais demandé à interdire quoi que ce soit.

                      Le problème est simplement que les commerces de proximités ne veulent pas se battre à armes égales, mais avec des avantages "parce que ils sont de proximité", plutôt que de laisser le client choisir ce qu'il préfère (salaud de client, il faut le contraindre, mais bon raté quand même, car les libraires n'ont pas compris qu'Amazon ne marche pas que grâce au prix, mais aussi par un service qu'ils ne sont pas foutu de proposer, ils sont bien trop occupé sur le terrain de l'interdit pour se préocuper du client; le client, en pratique, ils en ont rien à foutre, ils veulent surtout pas lui proposer un service de qualité qui fasse qu'il vienne vers eux librement, il va venir car on interdit au concurrent de faire le même prix que chez soit plutôt que de le motiver par une offre de qualité).

                      Pourquoi ne pas assumer et dire que tu n'aimes pas quand les autres sont libres?

                      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Armes égales quand Amazon fait de l'optimisation fiscale, du dumping sociale et aucun bénéfice? Tu rigoles j'espère.

                        • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Armes égales quand Amazon fait de l'optimisation fiscale

                          Et c'est pas un peu vain de demander aux multinationales d'être gentilles en ne profitant pas d'un système fiscal international qui prend l'eau de toute part ?
                          Faudrait pas plutôt se sortir les doigts du cul pour le changer ?

                          (Amazon fait) aucun bénéfice?

                          Regarde de plus près le fonctionnement d'Amazon. C'est un portfolio d'investissements où ceux qui sont matures sont tout à fait rentables, mais l'argent qu'ils rapportent est presque intégralement redirigé vers de nouveaux investissemnts.

                          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                            On revient en cercle.
                            Il ferait un bénéfice qu'Albert_ dirait que ces salauds engraissent les actionnaires, l'avantage est qu'il y a une critique disponible à tout.

                            mais l'argent qu'ils rapportent est presque intégralement redirigé vers de nouveaux investissemnts.

                            Chut! Ca serait trop demander de regarder les comptes d'Amazon (Amazon est sanctionné en bourse parce que… ils investissent un max plutôt que de payer les actionnaires, ah ces salauds qui investissent…)

                          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 19/12/14 à 18:01.

                            Et donc cela est votre définition d'armes égales?

                            Tu autorises un des combattants à se battre avec une épée en bois et l'autre un char d'assaut!

                            ps: C'est zenitram qui a parlé d'armes égales.

                            • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                              L'un des combattants a utilisé une innovation technologique majeure (en gros internet) pour proposer un nouveau service.

                              Je suis sûr que les marchands de calèche se sont plaints que c'était dégueulasse de devoir élever/dresser un cheval pendant des années quand un moteur se construisait en quelques jours.

                            • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                              Posté par (page perso) . Évalué à -1. Dernière modification le 20/12/14 à 00:33.

                              Tu autorises un des combattants à se battre avec une épée en bois et l'autre un char d'assaut!

                              Il aurait fallu interdire Wikipedia, cette saloperie avec un char d'assaut contre l'épée en bois d'Universalis.
                              http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141219tribf462d655d/que-peut-on-retenir-de-l-echec-d-universalis.html

                              Edit: l'exemple de Sufflope est pas mal non plus.

                              Ce qui te dérange, ce n'est pas du tout l'optimisation fiscale ou du dumping sociale (c'est accessoire, en plus de ne pas être interdit et les autres peuvent faire, d'ailleurs tu ne connais pas les conditions de travail, le côté social, des employés de librairie mais pense on ne sait pourquoi que c'est mieux; Ha au fait, les entrepots sont en France, donc dumping social franco-français, et les ingé pour le site web sont aux USA, et payés plus de 100k$, j'aime ton dumping social, tu considères que gagenr 100k$/an est du dumping), mais le fait que la technologie évolue et que des gens la refuse, ne souhaite pas adapter leur service, ils veulent faire "comme avant".

                              Sauf que de moins en moins de monde veulent vivre "comme avant".

                              PS : comment considères-tu le dumping social (payés 0€/heure!) de Wikipedia qui a massacré les salariés (qui étaient payés plus) d'universalis?

                              • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                                Personnellement, je connais des libraires, et leurs conditions de travail sont quand même bien meilleures que celles des employés de base d'Amazon (qui ne gagnent pas 100k$/an, mais bon, c'est tellement pertinent de se concentrer sur les quelques ingés en ignorant le reste des employés…).

                                C'est tout de même totalement idiot (ou de mauvaise foi, au choix) de dire qu'une boîte comme Amazon a les mêmes armes qu'un libraire classique :
                                * pas le même pouvoir de négociation avec les éditeurs (certains doivent vendre à perte à Amazon sous peine d'être exclus et donc de perdre toute visibilité),
                                * pas le même pouvoir de négociation avec les transporteurs (plus le volume est important, moins tu paies),
                                * pas le même pouvoir de négociation avec les États pour les impôts,
                                * pas le nombre d'avocats pour trouver la meilleure optimisation fiscale,
                                * pas le même pouvoir de négociation avec les États pour avoir des subventions quand ils s'installent quelque part,
                                * possibilité de pressurer les employés au maximum en les payant un minimum.

                                Plus il y aura de grosses boîtes comme Amazon, moins les conditions de travail (pour les employés de base) seront bonnes. Je ne pense pas que ça te dérange plus que ça, mais personnellement ça m'empêche de faire la moindre commande à Amazon ; je ne veux pas subventionner un système que je n'aime pas.

                                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                  Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 20/12/14 à 11:25.

                                  C'est tout de même totalement idiot (ou de mauvaise foi, au choix) de dire qu'une boîte comme Amazon a les mêmes armes qu'un libraire classique :

                                  Qu'est-ce qui les empéche de se mettre ensemble?
                                  Ah zut, le choix et ils préfèrent la jouer solo…
                                  Ce qui te dérange, c'est surtout que des gens se sont mis ensemble et ont eu du succès.

                                  je ne veux pas subventionner un système que je n'aime pas.

                                  Mais ça ne te dérange pas que les autres subventionnent un système qu'ils n'aiment pas.
                                  Deux poids, deux mesures. Bravo pour tant de mauvaise foi. Mais tant que tu arrives à te convaincre toi-même…

                                  (Oui, perso, les méthodes pourries des liraires m'empèchent de faire la moindre commande à des libraires, je préfère payer plus cher par principe que de filer le moindre centime à ces personnes qui manipulent l'Etat et l'opinion pour empécher la concurrence plutôt que de faire avec les gens qui ne veulent pas subventionner Amazon)

                                  • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 20/12/14 à 13:24.

                                    Ce qui te dérange, c'est surtout que des gens se sont mis ensemble et ont eu du succès.

                                    C'est pratique, tu sais mieux que moi ce qui me dérange ou pas. Je me demande comment tu fais…

                                    Au passage, non, ce sont les méthodes employées et les conditions de travail de leurs employés qui me dérange ; si les libraires s'unissent et qu'ils utilisent les mêmes méthodes, ça ne m'intéresse pas ; je pensais avoir été suffisamment clair en disant que les mauvaises conditions de travail me dérangent, mais manifestement non. Je ne comprends pas trop ce qu'il y a de compliqué là-dedans, pourtant.

                                • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                  Posté par . Évalué à 3.

                                  Comme la FNAC, Carrefour, Leclerc…
                                  Pourquoi je n'entends que des gens râler contre Amazon ?

                                  • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                    Posté par . Évalué à 3.

                                    T'as sincèrement jamais entendu des gens se plaindre de la disparition du commerce de proximité ?

                                    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Si, en effet. Mais c'est moins virulent.

                                      Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que la plupart des gens qui hurlent au boycott d'Amazon n'hésitent pas à aller acheter des produits fabriqués en Chine, en allant dans des magasins de la grande distribution (avec une Renault pas-fabriquée-en-France et de l'essence Total).

                                      Cela dit, je suis trop jeune pour dire s'il y avait du monde qui boycottait Leclerc il y a 50 ans, et il est probable que dans 50 ans plus personne ne boycotte Amazon. Peut-être même que dans 500 ans, il n'y aura plus que 3 entreprises dans le monde entier (Google, Amazon et Tang Frères ?) et donc plus rien à boycotter :)

                                      • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

                                        Posté par . Évalué à 2.

                                        C'est beaucoup plus nouveau, le mouvement de concentration des commerces dans la grande distribution dure depuis des décennies, et certaines personnes n'ont tout simplement pas ou plus les moyens de faire des courses ailleurs.

                                        Aujourd'hui si tu veux acheter du papier toilette soit tu vas dans les petites épiceries si tu vis en centre ville ou prêt d'un centre commercial, soit c'est la grande surface, t'as pas trop le choix.

          • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Saloperie d'entreprises qui investissent.

            Tu l'as dit. Par exemple Amazon et OVH n'ont pas donné un centime en dividendes depuis leurs débuts, car ils re-investissent tous les bénéfices dans la boîte et son développement.

            Sinon, encore heureux, tu as aussi des boites qui n'investissent pas

            • Alstom, qui avait un investisseur avec plus de 30 % des parts (que je ne citerai pas, mais qui vient du BTP et plus récemment des télécoms), qui lui interdisait de dépenser en études/nouveaux produits/augmentation de capital
              Résultat, pas de nouveaux produits, peu de nouveaux contrats, entreprise au bord de la faillite, vendue à General Electric

            • Peugeot, dont le principal actionnaire, la famille Peugeot, voulait des dividendes, mais peu dépenser en études/nouveaux modèles/nouvelles technos (hybride Diesel…). En manque d'argent frais, au bord de la faillite, avec des usines sous-utilisées (le drame en automobile, en dessous d'un certain point on perd de l'argent, au-dessus d'un autre point on en gagne beaucoup), vendue à Dongfeng (oui j'exagère un peu, vu que Dongfeng a la même part de capital que l'état français. Mais je parie que l'état français sortira du capital et que Dongfeng y restera)

            Tiens un exemple d'entreprise qui investit massivement, Tesla, qui construit actuellement une usine de batteries avec Panasonic, 5 milliards de $.

            If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

    • [^] # Re: Et dire qu'il suffirait de réfléchir avant...

      Posté par . Évalué à 4.

      le législateur se précipite pour répondre pour protéger l'emploi, la veuve et l'orphelin ou l'économie du commerce de proximité ou encore les pauvres indépendants face aux gros groupes.

      Et la croissance alors ? t'as oublié la croissance qui va quand même de paire avec l'emploi.

      kentoc'h mervel eget bezan saotred

  • # C'est con

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    «demande désormais au gouvernement espagnol, mais aussi à l’Europe d’intervenir pour tenter d’éviter le départ de Google»

    Ils croyaient quoi? C'est le risque quand on demande de payer : que la personne refuse.
    Ca serait rigolo que Google demande le paiement de 110% (100% pour le sujet, 10% de frais de gestion) de la taxe pour mettre un journal dans la liste, pour faire comprendre que les journaux ont voté une taxe qu'ils doivent payer eux.

    Joli l'AEDE… Maintenant qu'elle a réussi à interdire du gratuit, elle veut interdire aux gens d'arrêter de travailler, bientôt la demande de mise en place d'un rideau de fer? L'AEDE n'a qua'à proposer de payer la taxe elle-même, c'est plus simple. Ca ne devrait pas la déranger, elle a voté cette taxe donc ne verra aucun inconvénient à la payer ;-).

    • [^] # Re: C'est con

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Ils croyaient quoi? C'est le risque quand on demande de payer : que la personne refuse.

      Le plus fou, c'est que Google News ne fait que lire les balises meta des pages web de ces sites… Ce sont eux qui fournissent le résumé et l'image qu'affiche Google News…

      • [^] # Re: C'est con

        Posté par . Évalué à 2.

        Le plus fou, c'est que Google News ne fait que lire les balises meta des pages web de ces sites… > Ce sont eux qui fournissent le résumé et l'image qu'affiche Google News…

        Non, c'est juste le jeu du beurre et de l'argent du beurre.
        Ils existent des moyens avec "robots.txt" ou autre pour éviter que les pages ne soient pas indexer mais le but de ces journaux n'est pas de ne pas être sur Google mais est de trouver des moyens de financement et pour cela, ils sont à aller les chercher partout.

  • # Le beurre et l'argent du beurre

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    C'est marrant, ce proverbe est parfaitement adapté :

    Ils avaient un flot de visites conséquent généré par Google News (le beurre). Après 30s de réflexion, ils trouvent que c'est anormal que Google profite d'eux ("En quoi?") et demandent à être payés (l'argent).

    Réponse de Google : "Ah ouais, ben en fait non, finalement, on ne veut pas avoir à payer pour rendre un service sur lequel on ne gagne déjà rien. Thxbye"

    "Bouhouhou, c'est catastrophique, reviens Google, s'il te plaiiiit !"

    Je trouve ça assez fantastique !

    • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

      Posté par . Évalué à 7.

      Réponse de Google : "Ah ouais, ben en fait non, finalement, on ne veut pas avoir à payer pour rendre un service sur lequel on ne gagne déjà rien. Thxbye"

      Si j'étais google je fermerais le service partout dans le monde, parce qu'il ne leur rapporte rien nulle part et qu'il leur coute du temps de serveur et de la bande passante. C'est complètement idiot de le garder, il ne rapporte absolument rien !

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

      • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

        Posté par . Évalué à 2.

        Cela fait partie d'un ensemble de service donc individuellement cela peut ne rien rapporter mais cela est pratique pour leur client.
        Je soupconne que si d'autre pays pondent des lois comme l'Espagne, Google fermera aussi ses services dans ces pays la et on en reparlera plus. Je ne pense pas que cela aidera, loin de la, la presse. Les gens sont deja de moins en moins interesse par l'actualite (en dehors de ce qui se passe dans la derniere tele-realite) alors rendre l'acces encore plus difficile ca va surement pas aider. Je soupconne que certaines personnes/partis politiques/sectes se frottent les mains de cela.

      • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        C'est un service qui leur permet de conserver les utilisateurs dans la sphère de services Google, avec GMail, GSearch, GMaps, GDrive, G*…

        En l'occurrence, les utilisateurs de Google ne sont pas monnayables pour des journaux : ce n'est pas les même intérêts. Donc effectivement News n'est pas gratuit en terme de fonctionnement mais si en plus il faut dépenser des vrais sous pour fournir le service, il est encore moins rentable.

        Honnêtement, je pense que News existe encore car il ne pèse surement pas lourd en terme de ressources mais sinon il dégagerait vite fait et je ne suis pas sûr qu'il rapporte beaucoup non plus. (Quoique le réflex "Google!" pour tout doit bien être payant un jour ou l'autre)

    • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      ils trouvent que c'est anormal que Google profite d'eux

      Pas du tout. Ils comprennent très bien que Google gagne à faire Google News, et que les journaux gagnent à ce que Google News existe. Ce qu'ils voulaient c'est une part du gâteau que Google mange, en prétextant avoir un levier de discussion en étant source, et en jouant avec leur proximité avec le gouvernement.

      Ce qu'ils n'ont pas compris c'est qui avait les vrais leviers pour discuter. En gros, ils n'ont pas analysés correctement la situation. Ils ont voulu jouer, ils ont perdu, panpan dans le c*l.

      • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        J'ai mal compris, où il y a deux gâteaux ?

        D'un côté, Google fournit un service pour que l'Utilisateur n'aie pas à consulter les agrégateurs des concurrents (au risque de perdre totalement ledit utilisateur), et de l'autre, le gâteau de recettes publicitaires/abonnements des journaux.

        Je ne vois pas du tout comment ils peuvent bouffer des parts du gâteau de Google, puisque c'est pas le même business.

        • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Les recettes publicitaires que les journaux se font, ça ça bouge pas. De l'autre côté, Google via sa galaxie de services se fait des sous quand un utilisateur se balade sur Google News puis cherche une information qui l'intéresse dans la barre de recherche. C'est là (entre autres) que Google se fait de l'argent, et c'est une partie de cet argent que les journaux voulaient.

          J'utilise peut-être mal le terme "gâteau", c'est vrai, "butin" est plus proche ?

    • [^] # Re: Le beurre et l'argent du beurre

      Posté par . Évalué à 5.

      "Bouhouhou, c'est catastrophique, reviens Google, s'il te plaiiiit !"

      On a déjà oublié la version française du psychodrame en question, il y a quelques années.

      • Pour nous indexer, faut payer.

      • Ok, ben on vous indexe plus alors.

      • Ah non, ça c'est pas possible.

      • Pourtant, on a le choix, non?

      • Oui, entre "payer".

      On s'était bien marrés quand même.

  • # Un commissaire propose d'étendre ça à l'Europe

    Posté par . Évalué à 4.

    Et le commissaire européen au numérique, Oettinger, projette de faire la même chose mais au niveau européen… Ca va pas relever le niveau de réflexion générale
    https://juliareda.eu/2014/12/eu-copyright-expansion-for-press-publishers/

    En sachant qu'en Allemagne ça s'est passé différemment : ils ont fait une taxe anti-Google que tout le monde paye… sauf Google!
    https://juliareda.eu/2014/10/an-eu-wide-google-tax-in-the-making/

  • # Si j'étais complotiste...

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    …Je dirais que certains pays européens cherchent à se débarrasser de l'hégémonie Google par n'importe quels moyens, idiots ou pas…

    Mais je suis seulement paranoïaque.

  • # Taxe référencement

    Posté par . Évalué à 6.

    Bonjour!

    Google référence un antique site tout pourri que j'ai laissé traîner sur le web.
    Étant donné que Google affiche quelques lignes de ce site quand on fait une recherche sur le sujet, j'exige que Google me paie 1€ chaque fois que le résumé est affiché, et ce serait sympa aussi que dans le même temps l'État leur interdise légalement de me déréférencer.

    Merci!

    --

    AHAHAHAHAHAAA! JE SUIS RIIIIIIICHEEEEEE!!

  • # C'est quuand on lit ça qu'on comprend ....

    Posté par . Évalué à 7.

    … qu'un moteur de recherche européen (ou pire français) n'a aucune chance de succès. De suite les lobbies de la presse, de la musique, du cinéma, enfin tout ces parasites le tueraient.

    En tout cas c'est peut-être ce qu'ils ont compris.

  • # Les avocats et les politiciens sont de vrais scientifiques

    Posté par . Évalué à 10.

    Bah oui, le scientifique, il lit un article dans Nature, il voit que le comité de relecture à bien fait son job et que tous est vérifiable. Alors - le couard, le lâche, le naïf - il se dit que les résultats sont valables et qu'il ne va pas retenter l'expérience pour la 5ème fois. A la rigueur s'il n'est pas trop paresseux, il se motivera pour tester des cas limites et/ou explorer de nouveaux champs. Un vil scientifique de la mission Rosetta disait que pour des raisons de coût "Dans l'espace, on en fait jamais deux fois exactement la même expérience"

    Moi je dis : Paresse intellectuelle, manque de courage et de volonté.

    Heureusement, nos politiciens et avocats eux au moins ils sont persévérants. Ils s'en fichent que cela coûte des millions dans des frais de procédures, des résultats précédents et des qu'en dira-t-on. Si les autres ont raté c'est qu'ils ne savaient pas faire.

    Ce n'est pas parce que la France a eu un accord tout pourri, que la Belgique (Copiepresse) est revenue sur ses prétentions et que le géant allemand Axel Springer a supplié pour pouvoir revenir dans Google News gratuitement qu'ils se disent : "C'est bon, on a compris la leçon, on va tenter une autre approche"

    Nooooon. Eux, contrairement aux scientifique de pacotilles, ils sont tenaces (euphémisme très poli) et se disent que oui, eux ils vont parvenir à un résultat qui fera des envieux dans toute l'Europe.

    Ce message s'adresse aux pays de l'UE qui n'ont pas encore fait le pas. Qui hésitent suite aux déconvenues systématiques de leur voisin. Non, il ne faut pas hésiter, soyez de vrais scientifiques et re-re-re-re-re-re-tentez l'expérience. Nous sommes persuadés que vous parviendrez à arrêter une balle de revolver à main nue et Google vous donnera des milliards sans broncher.

    C'était un message de la fédération des vendeurs de pop-corn.

    • [^] # HS

      Posté par . Évalué à 3.

      Un vil scientifique de la mission Rosetta disait que pour des raisons de coût "Dans l'espace, on en fait jamais deux fois exactement la même expérience"

      Amusant ton interprétation.. Mais pour ré-analyser le fond cosmique ils n'ont pas envoyé une deuxième sonde identique, ils en ont envoyée une plus précise!

      Ceci dit, je crois que dans la médecine une très faible partie des résultats sont reproductibles (<50%): trop de pression et d'argent en jeux probablement.

      • [^] # Re: HS

        Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 19/12/14 à 14:11.

        Ceci dit, je crois que dans la médecine une très faible partie des résultats sont reproductibles (<50%): trop de pression et d'argent en jeux probablement.

        Ce n'est pas seulement une question de pression et d'argent en jeu. En fait, il y a tellement d'argent en jeu que si une agence du médicament exige d'un labo qu'il fasse deux études pour accorder une AMM, le labo fera deux études : c'est plus rentable que de ne pas commercialiser, et il en répercutera de toute façon le coût sur le médicament (au final, c'est donc l'État qui paie la facture via la sécurité sociale).

        Par contre, il y a un problème d'ordre statistique. L'expérimentation, en médecine, est très stéréotypée : on donne le médicament test à un groupe, on donne le médicament témoin au groupe témoin (on ne donne de placebo que s'il n'existe pas de traitement de référence, cas de plus en plus rare), et on regarde la différence. Sauf que les effets ne sont pas déterministes. Si tu lances une pièce (équilibrée) 20 fois, la probabilité qu'elle tombe exactement 10 fois sur chaque face est en réalité assez faible. Tu as plus de chances d'observer un 9-11 (dans un sens ou dans l'autre) qu'un 10-10. En médecine, c'est le même problème : chaque patient a une probabilité donnée de guérir, probabilité qui est modifiée par le traitement. Tu cherches à estimer la valeur de cette modif, mais tu ne disposes que d'un nombre fini de patients.

        Sauf traitement révolutionnaire, la plupart des améliorations sont faibles. Ce qui signifie que la probabilité d'observer une différence est faible aussi, sauf à recruter de nombreux patients, et les patients sont chers : il faut leur payer l'hôpital, le personnel…

        Du coup, tu as tout un paquet d'expériences non reproductibles parce qu'elles sont réalisées sur des effectifs juste suffisants pour que la probabilité d'observer une différence soit acceptable. Par exemple, soit un essai thérapeutique où on a recruté 400 patients. On a calculé : la probabilité d'observer un effet est de 0,8. Si on veut faire passer cette proba à 0,9, il faut quadrupler le nombre de patients. Il n'est pas économiquement rationnel de réaliser cette étude sur 1600 patients, donc on en reste à 0,8 : on ne va pas quadrupler les coûts pour augmenter les gains de seulement 12,5%. Si on réalise l'étude 2 fois sur 2 échantillons différents de patients, la proba que les deux soient positives est de 0,8 \times 0,8 = 0,64. Dans cet exemple, pour des raisons purement statistiques, 36% des études sont négatives au moins une fois alors qu'il existe un effet réel. Et c'est réellement ce qui arrive en pratique.

        Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.