Journal Je fais un tabac

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
53
27
nov.
2009
Cela fait maintenant 48 heures que j'ai écrasé ma dernière cigarette.
L'histoire qui suit détaille comment se déroule mon existence depuis cet
arrêt du tabac. Il n'y a rien de médical, et je me garderais bien de donner des
leçons ou des conseils. Il s'agit de mon expérience, représentative de
moi-même.


J'écris ce texte avant tout pour m'aider, mais s'il peut permettre à d'autres
compagnons d'infortunes d'arrêter la cigarette, c'est tant mieux.


L'arrêt du tabac est assez simple, et assez compliqué en même temps.
L'arrêt du tabac signifie juste qu'un individu arrête l'inhalation volontaire de
nicotine et autres produits chimiques.

La définition est simple, claire et limpide. Ce qui est plus compliqué à gérer,
c'est l'après tabac. La dépendance physique et psychologique.


Il n'est pas conseillé d'arrêter d'un coup, de passer d'un paquet à rien. Mais
bon, il n'est pas conseillé de commencer. Donc, je n'ai demandé l'avis de
personne pour commencer, j'ai décidé donc d'arrêter. Ca n'a pas l'air évident,
mais ce n'est pas non plus si difficile.


La préparation:
_______________________________________________________________


Je voulais arrêter, enfin, pas tout à fait. Je savais que fumer était nocif pour
moi. Chaque matin ou mon haleine sentait le tabac froid, mes poumons
étaient rempli de glaires et autres joyeusetés, mon nez était le rendez-vous
des sinusites et autres rhino. Je savais qu'il valait que j'arrête. Chaque fois
que je sortais dehors malgré l'humidité ou le froid ambiant, je savais qu'il
valait que j'arrête. Je veux voir grandir mes enfants donc, je voulais arrêter
depuis un certain temps déjà. Je dirais que l'idée d'arrêter le tabac date de 6
mois. J'ai acheté un livre pour arrêter de fumer. Ce livre m'a fait prendre
conscience que j'étais prisonnier, mais je fumais toujours. Il y a tellement de
fausses excuses dans ces moments là. Ce n'est jamais le bon moment, il
faut toujours attendre la fin de la cartouche que l'on vient d'acheter. Il y a
toujours une fête en prévision. Bref, ce n’est jamais le moment.


Donc, le travail préparatoire est avant tout un travail psychologique ou le but
du jeu est de rechercher un maximum de d'argument pour un arrêt du tabac.
Ce travail dure plusieurs mois, mais c'est fait.


L'événement déclencheur
_______________________________________________________________


Je n'étais ni plus motivé par l'arrêt qu'il y a quelques mois. Mais par un fait
du hasard, j'allais arriver à court de cigarette. Il m'en restait environ une
quinzaine. Je commençais à élaborer des stratégies pour trouver le temps
d'aller en acheter. Je savais qu'il existait plusieurs marchands de tabac entre
mon bureau et mon domicile. Je n'avais donc aucune inquiétude sur mon
réapprovisionnement. Dix cigarettes. Je continuais ma journée comme si de
rien était. Dix cigarettes, c'est plus qu'il n'en faut pour terminer ma journée.
Et si j'arrêtais à la fin de ce paquet ? Cette idée m'est apparue à ce moment
là. Furtivement, naïvement, elle est apparue pour s'évanouir en un nuage de
fumée.


Ce soir là, je suis rentré chez moi en passant devant environ cinq
marchands de tabacs, il était tard. Les magasins étaient fermés. Je ne suis
donc pas ravitaillé. A la fermeture de la porte de mon garage, il ne me restait
que 3 cigarettes. Une avant le repas, une après le repas pendant que ma
femme couchait le petit. Il ne me reste qu'une cigarette. Elle sera fumée
rapidement, sans trop y penser à la fin du film. En rentrant de dehors, j'ai
pensé: "Ca y est. Je suis redevenu un non-fumeur". Puis aussi, une autre
pensée: "Non, ca ne peux pas être si simple". Puis, je suis allé me coucher.


Le premier écart
_______________________________________________________________



J'ai fauté. Très rapidement d'ailleurs. J'ai fumé une cigarette une heure après
mon réveil le lendemain suivant mon arrêt. J'ai retrouvé un paquet avec une
cloppe dans mon blouson. En terminant cette clope, la honte et la frustration
m'ont assailli. J'ai réalisé clairement, limpidement, sans aucune ambigüité
possible: "Je suis esclave du tabac". Incapable d'arrêter de fumer pendant
plus de 2 heures d'éveils. J'ai donc fini cette cigarette. Et j'ai ré-arrêté de
fumer.


Jour 1 et 2: Je suis un non fumeur
________________________________________________________________


La première journée est assez étrange, j'avoue que j'ai pas mal tourné dans
la maison comme un lion en cage. Mais j'ai cependant eu dans la journée de
longs moments sans penser au tabac. Les moments critiques sont, et je ne
vais sûrement pas vous étonner, la fin de repas.


Les symptômes du manque physique ne sont pas insupportables. Quelques
picotements dans l'estomac, des vertiges et un assèchement du palais sont
les symptômes qui m'ont le plus dérangé. Mais ce n'est rien par rapport à
une bonne grippe. Bref, rien d'insurmontable donc. Quand ca arrive, j'ai une
méthode simple. Je vais boire un verre d'eau, et je me force à trouver une
activité.


La seconde journée s'est déroulée comme la première, tout en étant plus
simple. Bref, je n'ai pas craqué. Je suis très fier de moi.


Jour 3: Comme d'habitude
_______________________________________________________________



J'attaque donc la troisième journée. C'est une journée de travail, la première.
Donc, mes habitudes sont rythmées par les pauses cigarettes. Je travaille
depuis ce matin, et je n'ai pas encore pris de pause.


Que faire lors des crises de manques? Trouver absolument quelques choses
à faire. Personnellement, je me répète 5 fois que je suis formidable de tenir.
Le risque, c'est de trouver un autre substitut au bonheur que le tabac. Qu'est-ce qu'on peut être faible.


La fin du repas du midi a particulièrement été difficile. Bouffée de chaleur,
vertiges, ces symptômes sont particulièrement gênants et apparaissent au
paroxysme de la crise. C'est dans la tête ? Peut-être. Il faut alors appliquer
la méthode anticrise: "Respiration, valorisation mentale, respiration et
changement d'idée". Ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'une crise passe.
Alors, il ne faut pas hésiter à attendre. Une crise passe, et elles seront de
moins en moins nombreuses.


Je n'arrive pas à me concentrer sur le travail. Ce texte m'obsède. La cigarette
m'obsède même si en ce moment, je n'ai physiquement aucun symptôme du
manque.


Jour 4 : L'ennui m'enfume
_______________________________________________________________


Le quatrième jour est a été le théâtre de scène dramatique-comique.
D'abord, je tiens à préciser que je n'ai pas fauté, mais je pense que j'aurais
pu si j'avais eu un clope à porter de main. Pourtant, la journée s'était bien
déroulée. Je n'ai pas eu d'envie pressante toute la journée. Mon travail
mobilisait l'ensemble de mes facultés et toute ma concentration. Déjà,
lorsque je quittais le site vers 19h30, j'en aurais bien fumé une petite. Mais
bon, j'avais de la route à faire.


Ensuite, c'était une soirée pendant laquelle ma femme était partie travaillé.
J'ai donc passé la soirée à glandouiller sur le canapé, le PC sur les genoux.
Puis, instinctivement, je me suis levé. La semaine dernière, j'aurais été
fumé. Cette semaine, j'ai tourné en rond. Je le confesse, j'ai jeté un coup
d'œil dans les endroits où je rangeais mes cigarettes. S'il en avait resté une,
l'aurais-je fumée ? Oui.


Jour 5 : Le mensonge
_______________________________________________________________


La fin du cinquième jour n'a pas été un moment simple dans la relation entre
moi et le tabac. Honnêtement, je pourrais essayer de trouver des excuses.
Et pour cette journée, il y a de bonnes raisons. J'ai donc refumé une
cigarette.

Dans la maison, il restait un paquet avec 2 cigarettes. Il n'en reste qu'une.
J'ai fumé cette cigarette en 2 minutes, l'odeur n'était pas celle auxquelles
j'étais habitué. Ca m'a fait l'effet d'un shoot. La nicotine m'a donné des
vertiges. Ca a quand même un goût dégelasse, et pourtant, j'ai pris un
certain plaisir coupable au démarrage.


Faute avouée, à moitié pardonnée. Continuons le sevrage.


Jour 22 : La soirée
_______________________________________________________________



Faire la fête est toujours un moment délicat. D'abord parce que les amis
toujours fumeur, se lâchent et consomment cigarette sur cigarette. En
général, l'alcool coule à flot et il est difficile de ne pas craquer.


Cette soirée n'y a pas fait exception, et voir les autres s'enfiler clopes sur
clopes m'a fait envie. Enfin, pas vraiment envie. Mais c'était plus un besoin
coupable qu'autre chose. J'ai donc cédé à la tentation. 1 fois. Une seule
cigarette. A la fin de celle-ci, je me suis dit: "ok, tu as cédé. Ce n'est pas un
drame, retourne boire un verre et n'y revient plus". Je n'y suis pas retourné.


Jour 28 : La routine
________________________________________________________________

Pas d'autres craquages depuis la soirée. Je viens de m'apercevoir que de
nouvelles habitudes font leur apparition. Il va falloir surveiller ça de plus près.
Il ne faudrait pas que la cigarette soit remplacée par d'autres addictions
toutes aussi nazes.

Jour 210 : Chute
________________________________________________________________

Je retombe au hasard sur le fichier. Je n'ai pas refumé une bouffée, le sujet
est clos. Définitivement ?
  • # Bravo et bon courage!

    Posté par . Évalué à 6.

    Moi j'ai échoué dans toutes mes tentatives (un an pour la plus longue quand même, mais rien à faire: une longue période de stress et badaboum, une petite clope juste pour se calmer et c'est le début de la re-fin).

    Je te souhaite de réussir là où j'ai jusqu'à maintenant toujours échoué...
    • [^] # Re: Bravo et bon courage!

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Un joli témoignage, bon courage à toi!
    • [^] # Re: Bravo et bon courage!

      Posté par . Évalué à 0.

      Oui, c'est vraiment courageux de se débarrasser d'une addiction.
      Personnellement, malgré mon pseudo j'ai rechuté et depuis je déprime.

      Grid, si tu veux te passer les nerfs de temps à autres,
      n'hésite pas à me moinsser

      Tiens je fais un geste
      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 10.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Bravo et bon courage!

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est comme lorsque l'on fait un régime, faire un écart ce n'est rien, et surtout pas une raison pour considérer que l'on a échoué, et tout arrêter.

          Par contre, je suis assez surpris par la description des effets du manque, il m'arrive de faire des breaks allants d'un, à trois jours (juste pour le plaisir de planer avec la 1ere clope) et je n'ai pas les symptômes physiques de manque, décrits dans le journal (et je me fume presque deux paquets/jour).

          Bonne route pour ton arrêt, et ne considère pas les fois où tu succombes à la tentation comme des raisons d'arrêter, d'arrêter :)

          Depending on the time of day, the French go either way.

    • [^] # Re: Bravo et bon courage!

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je suis dans le même cas... Plusieurs tentatives qui ont toutes échouées lamentablement...

      L'autre jour ma fille de 6 ans (qui a sa maman, également fumeuse mais en train d'arrêter et qui n'a pas touché une clope depuis 3 semaines) me dit: "Papa il faut faire comme maman parce que sinon si vous êtes malades et si c'est grave je vais me retrouver toute seule. J'irai où après ?". Et là, je me suis pris une grosse claque en pleine poire en me rappelant qu'au même âge je n'étais pas aussi lucide qu'elle (mon père fumait comme un pompier à cette époque).

      Cette "conversation" avec ma fille date de seulement 2 jours... Ma consommation a un peu ralenti et j'envisage vraiment d'arrêter parce que ça m'a foutu un peu les boules...

      Je traverse une période un peu mouvementée personnellement et professionnellement en ce moment (le célèbre "c'est jamais le bon moment" comme le rappelle l'auteur de ce journal) mais je pense sérieusement, et plus que jamais, à cesser de consommer cette saloperie dans les jours à venir. Il va falloir que je me mette un sacré coup de pied au c*l mais je suis un peu plus motivé qu'avant depuis 2 jours :).

      Pourvu que cette fois-ci soit la bonne....
    • [^] # Re: Bravo et bon courage!

      Posté par . Évalué à 2.

      Je n'ai jamais été fumeur, et je le serai jamais, donc difficile de comprendre ce qu'on peut ressentir. Néanmoins, j'aide souvent des personnes qui veulent arrêter de fumer, et comme le dis bien grid, il faut trouver une occupation dans les moments difficiles.

      Après par exemple, le fait de changer ses meubles de places peut aider à retirer les mauvaises habitudes, comme par exemple fumer devant le PC, sur la table qui est dans un coin d'la maison ect...
      Je pense qu'il est bien aussi, comme il est souligné mettre dans un p'tit cochon les économies réalisées, et se faire plaisir grâce à cet argent de gagner :).
      Après, ben surtout penser à sa santé qui est le plus important de tout, et à celles de nos enfants.
      • [^] # Re: Bravo et bon courage!

        Posté par . Évalué à 2.

        Pour moi qui a arrete de fumer il y a 3 ans maintenant, il y a 2 types d'addiction:

        Celle liée aux habitudes: devant la tv, dans la bagnole, apres le repas. Cette addiction ne se depasse qu'avec de la conviction. Il faut etre pret a changer ses habitudes et son mode de vie. Ce n'est pas difficile en soi, c'est a chacun de trouver ses solutions. Pour moi par exemple, j'ai continue a prendre les pauses cafes avec les fumeurs. Ca a ete plus difficile mais j'avais pas envie de perdre contact avec mes amis.

        La seconde addiction est reellement physiologique. Ce sont de brefs envies, une minute rarement plus, tres intenses. Personnelement, il m'a fallu l'aide de pastilles pour passer ce cap.

        En esperant que ca en motive d'autres,
        • [^] # Re: Bravo et bon courage!

          Posté par . Évalué à 2.

          Je suis d'accord avec ca, juste un point qui moi me gêne, la fumé des autres...

          Je trouve plus supportable ma propre fumé que celle des autres et c'est souvent ce qui me fait craquer...
          J'arrive à passer une semaine 15j sans fumer et quand quelqu'un fume à coté de moi, ca me retourne complètement... et la, l'entourage joue beaucoup !
    • [^] # Re: Bravo et bon courage!

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Sauf erreur, tu vis en Chine, le paradis des fumeurs ! Pas vraiment le bon endroit pour arrêter...

      Depuis 2 mois, ma femme a arrêté de fumer. Jusque-là, ses tentatives avaient eu lieu pendant les vacances, et avaient échoué lamentablement (par contre les vacances avaient souffert d'une personne sur-énervée...). Là, elle a fait une consultation de tabacologie avec un généraliste qu'elle estime, et elle a pris du Champix.
      A la première consultation, elle a soufflé dans un appareil, et son air a été analysé, il contenait 25 % de je sais plus quoi (CO, CO2...). Le docteur lui a dit qu'elle était dans la catégorie "orange", pas encore rouge vif, mais pas loin. 15 jours sans clope plus tard, elle était à 1%, c'est-à-dire l'air d''une personne vivant à la campagne et respirant du bon air pur ! Le docteur lui a d'ailleurs expliqué qu'il ne pouvait pas toujours savoir si une personne avait arrêté ; un type qui continue à fumer un peu aura 5%, comme un garagiste qui ne fume pas, mais qui ferme son garage en hiver et respire du pot d'échappement toute la journée !
      Elle continue à aller faire une pause clope avec ses potes clopeurs du boulot, mais sans cloper. Elle a régulièrement des consultations pour vérifier qu'elle ne fait pas une dépression. Apparemment, il y a eu un certain nombre de cas de personnes faisant des dépressions en arrêtant de fumer, mais la cause est le Champix ou l'arrêt du tabac ?

      Les 2 médicaments prescrits, le Champix et le Zyban ont tous des effets secondaires et indésirables...



      >>>une longue période de stress et badaboum, une petite clope juste pour se calmer et c'est le début de la re-fin).

      C'est tout le problème : les emmerdes ne vont pas faire une pause parce que tu as décidé d'arrêter de fumer :-)

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # habitude et ennui

    Posté par . Évalué à 9.

    [...]Ensuite, c'était une soirée pendant laquelle ma femme était partie travaillé.
    J'ai donc passé la soirée à glandouiller sur le canapé, le PC sur les genoux.
    Puis, instinctivement, je me suis levé. La semaine dernière, j'aurais été
    fumé. Cette semaine, j'ai tourné en rond. Je le confesse[...]



    souvent la cigarette tient de l'habitude et/ou de " l'ennui "

    en effet, tu n'as rien à faire, tu en grilles une, ca occupe (recré au lycée, pause à la fac, pause au boulot)

    l'habitude ? en se levant le matin, plutot que de faire 10 pompes ou 10 abdos, hop une clope, apres le repas, apres le film...

    et effectivement quand on arrete la question c'est "que faire de ce temps pendant lequel j'allais fumer"

    d'autant que si tu travaille dans un immeuble, il en faut parfois du temps pour sortir fumer sa clope.
    et chez toi ? ben effectivement, l'ordi de saoule, il faut faire autre chose avant de revenir à l'ordi, preparer à manger, faire qques exercices physiques ou des etirements (tres bon les etirements pour relacher la tension)

    en tout cas, 210jours, ca commence à faire, tu es sur la bonne voie.
    en plus, fait le calcul des economies realisées, place les sous sur un compte
    et fait toi des WE plaisirs (restau/ciné/sortie plein air, aventure) ou carrement des semaines de congés ...
    • [^] # Re: habitude et ennui

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      +1

      J'essaye de réduire depuis 2 semaines...
      (réduire veux dire ne pas fumer en semaine, uniquement pendant les sorties entre amis, comme pour l'alcool quoi, et c'est déjà une réduction de 95% !)

      ...et je me dis que les non fumeurs ont une vie de merde !

      pose café : on se fait chier (je suis indépendant, et je boss chez moi)
      après manger : pareil
      on attends le bus/tram : toujours pareil

      Ok j'ai mon téléphone, je consulte mes mails et mes RSS, mais quand il n'y a aucun gros troll sur linuxfr, on se fait chier quand on attends le tram...

      Bon courage à tout ceux qui arrêtent, surtout ceux qui stoppent d'un seul coup.
      • [^] # Re: habitude et ennui

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Ou alors ils lisent un bon bouquin, ça apporte plus de choses intéressantes qu'une cigarette ^^

        « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

      • [^] # Re: habitude et ennui

        Posté par . Évalué à 7.

        bonjour

        je suis non fumeur :

        pause café : je ne prend aucune pause, je bosse du debut a la fin -> je suis le chouchou du directeur -> plus gros salaire de la boite \o/ ( j exagere un peu mais l'idée est là )

        du coup je casse du fumeur qui glande que dalle est et toujours en pause


        aprés manger : je prend un café

        en attendant le bus : je discute avec la gente féminine autour de moi, car mon haleine est toujours fraiche

        bon j'ai des addictions autre que le tabac, et j'essaye d'arreter mais c'est vraiment pas facile. je comprend les fumeur qui n'arrivent pas a cesser. C'est moins simple qu'une question de volonté.
      • [^] # Re: habitude et ennui

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est souvent dans ces moments là que j'ai des idées.

        L'ennui a du bon, on l'oublie souvent.
  • # Merci !!!

    Posté par . Évalué à 5.

    Avec toutes tes histoires de clopes, j'ai envie de m'en griller une... :-/
  • # Un beau combat.

    Posté par . Évalué à 7.

    Bravo, tu as gagné de belles batailles, maintenant, il faut gagner la guerre. Et ce ne sera pas évident, car ce sera une longue guerre froide. Et réussir sans sombrer dans d’autre addiction n’est vraiment pas simple.
    Je parle sans vraiment savoir, puisque ce n’est que de l’observation, je n’ai jamais fumé. Par contre, j’ai d’autres vices, l’alcool de société (en soirée et raisonnablement), les jeux vidéos (Wow actuellement), ma gentoo, et de manière plus saine, ma chérie et mes enfants.

    Bon courage aux fumeurs, qu’ils veuillent arrêter ou non, même si je continuerai à les engueuler parce qu’ils jettent leurs mégots par terre ou par la fenêtre de leur voiture.
  • # Bon courage !

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    et cf ma signature ;-)
  • # Bravo aussi

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    J'ai essayé plusieurs fois, la meilleure tentative ayant duré 4 mois et demi. La dernière n'a duré que 5 jours et a commencé comme un junkie dans requiem for a dream. J'ai passé tout mon dimanche sous ma couette à regarder la tv. Ne pensant qu'à la clope et étant épuisé, j'ai dormi 15h en tout. Le lundi matin, j'avais les premiers effets bénéfiques et le pire du manque physique était passé.

    Le petit cercle vertueux des premiers jours est qu'on sent directement les effets bénéfiques. On respire mieux, on retrouve l'odorat, on se réveille en meilleur état. Mais passés les 2 ou 3 premiers jours, on oublie l'enfer des rats crevés au fond de la gorge, et cela devient plus difficile. Et puis malheureusement, un gros stress au boulot fait qu'on ne pense plus qu'à en griller une, et c'est reparti. Surtout que la première de la reprise est encore meilleur que toute celle d'avant, comme un premier baisé (avec la mort).

    Pour ce qui est de compenser, la dernière tentative tombait bien, c'était la rentrée, 3 séances de sport et 1 cours de danse par semaine, ca occupe, et on se sent sortir de la léthargie du geek.

    Les résolutions à la con du nouvel an arrivent à grand pas, il va être temps de réessayer.
    Ce qui est dur, c'est qu'on ne redevient jamais non fumeur, on reste éternellement un ancien fumeur. On est jamais tiré d'affaire ...

    http://helpmequ.it: arrêter de fumer pour la bonne cause, http://mapetiteautoentreprise.fr : facturation libre pour les auto-entrepreneurs

  • # Bonne chance

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Salut,

    Ça fait 7 mois que j'ai arrêté, et ce que tu décris me rappelle des souvenirs. Je n'ai pas ressenti le manque physique cependant, car j'ai utilisé des patches en me disant que si je pouvais me simplifier la tâche et augmenter mes chances, ben autant tricher. On s'en fout de tricher.

    La dimension psycho (le geste, l'habitude, etc), c'est difficile bien plus longtemps. Pour te dire, le mois dernier (donc à 6 mois d'arrêt), ma femme m'a dit "tiens, j'ai pensé un instant que tu allais descendre fumer, à la fin du film"... Donc même elle a encore des habitudes de mon ancienne addiction !

    Pour faciliter le cassage d'habitude j'ai arrêté au début de 10 jours de vacances.

    Enfin un autre truc qui m'a aidé un peu, je pense, ce sont les forums et blogs sur http://stop-tabac.ch/ . Je suis resté en mode read-only un certain temps, j'ai posté un peu quand j'ai eu besoin d'en parler (c'est difficile d'en parler avec des gens qui ne vivent pas la même chose car c'est dur d'imaginer à quel point c'est effectivement un esclavage). Ça fait un peu réunion d'alcooliques anonymes :) mais c'est malgré tout très positif.

    Bonne chance à toi !
  • # Pour être fumeur sans être fumeur

    Posté par . Évalué à 2.

    Pour ma part j'aime bien fumer mais je ne veux pas être dépendant, donc je ne fume que le week end.
    Je commence à fumer le vendredi après midi et j'arrête le dimanche soir (généralement un paquet dans le week end, des fois deux selon le nombre de soirées, des fois zéro quand il n'y a pas de soirées).

    La seule exception étant durant les vacances (une à deux semaines) où je me permet de fumer tout les jours (les cartouches sont pas chères dans les aéroports).

    Ca fait plusieurs années que je fais ça sans avoir trop de problèmes à m'y tenir.
    • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Très, très peu de gens arrivent à faire ça sans augmenter progressivement.
      • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Selon mes statistiques personnelles, 100% des gens que je connaît qui ont commencé à fumer "uniquement en soirée" sont devenus des fumeurs réguliers. Et 100% de ceux qui ne fumaient "que du cannabis" (qui est quand même en général mélangé à du tabac, voir avec le shit y'a même rarement du cannabis dedans), sont aussi devenus fumeurs de tabac réguliers.

        « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

        • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

          Posté par . Évalué à 4.

          Je dois alors faire partie des rares personnes qui ne correspondent pas à tes stats.

          Il y a quelques années, un cousin un soir, m'a proposé de gouter une cigarette, lui il commençait à être dépendant. J'ai gouté, toussé un peu et ça m'a plu mais sans plus.
          Par la suite j'ai refumé de temps en temps, mais sans jamais devenir dépendant. Je suis à moins de 5 par an..
          Quelques personnes savent que je fumes comme ça, rarement (les parents au début, qui sont farouchement contre la cigarette) et ne sont plus trop surprise de me voir avec une cigarette, même si c'est rare.

          Pourquoi je ne suis pas dépendant ?
          On m'en propose parfois lors de soirée, mais je n'accepte pas souvent (même si parfois j'en aurai envie). Si j'en veux une je demande et ce n'est pas tout le temps.
          Je n'ai jamais acheté de cigarettes, je pars du principe qu'en acheter c'est déjà devenir dépendant. Et je pense que je pourrai le devenir.
          J'aime ressentir les effets de l cigarette quand j'en prend, je sais que si je fumes régulièrement ça ne me fera presque plus rien... la juste 2-3 bouffées et j'ai les effets. Pour moi, c'est un peu comme consommer un truc rare / occasionnel juste par plaisir, en sachant que si j'en abuse, je n'en aurai plus du tout le plaisir.
          Enfin j'ai un avantage qui vient de ma façon de gérer mes achats de tout les jours. Je n'aime pas acheter quelque chose dont je n'ai pas réellement besoin. Je n'achète quasi jamais sur un coup de tête, je n'aime pas acheter ce que j'appelle du "consommable non vital". La cigarette en fait partie. Ce mode d'achat me vient surement de ma famille proche, quand je vois qu'il y en a qui achètent sans jamais utiliser, que ça fini à la poubelle ou ad-vitam eternam dans un coin.

          J'estime avoir de la chance, je ne connais qu'une autre personne comme ça avec la cigarette. Toutes les autres que j'ai connu qui ont commencé, même doucement, sont devenus dépendantes.
          • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

            Posté par . Évalué à 4.

            Je suis un peu dans le même cas que toi. Je n'ai jamais été un régulier. Je fumais la cigarette durant des soirées uniquement, et parce que mes amis fumaient.
            Puis j'ai tenté d'autres expériences (rien de répréhensible), j'ai goûté au cigare. Sur le moment, c'est pas mal, mais l'haleine de gnou le matin, c'est franchement dégeu. Ceci dit, la cigarette n'a rien à envier au cigare sur ce point.
            Puis j'ai remarqué qu'un de mes amis se servait de ma compagnie comme excuse pour continuer de fumer. Du coup, pour éviter ça (et surtout l'haleine de gnou), j'ai stoppé toute émission de fumée et autre émanations de gaz toxiques.
            En fait avec du recul, je pense que jamais je n'ai eu envie de fumer. Les occasions étaient là, c'est tout.

            Pour l'anecdote, j'ai bossé dans une boîte filiale du fabriquant de cigarettes au Luxembourg. Je programmais les machines qui empaquettent les cigarettes, les cellophaneuses et les fardeleuses (et j'aimais ça, mea culpa). Les opératrices/teurs sur ces machines sont en libre-service et en profitent allégrement. C'est stupéfiant pour qui n'est pas addicte. Ils allument la suivante avec le mégot de la précédente. Stupéfiant.
            Autre anecdote, lorsque le président du groupe visitait nos ateliers, les mécanos planquaient les Malboro ou autre fournitures de British American Tobacco pour les remplacer par un bon vieux paquet de cancer luxembourgeois. C'en était affligeant.
            • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

              Posté par . Évalué à 8.

              Puis j'ai remarqué qu'un de mes amis se servait de ma compagnie comme excuse pour continuer de fumer. Du coup, pour éviter ça (et surtout l'haleine de gnou), j'ai stoppé toutes émission de fumée et autre émanations de gaz toxiques.

              [mode vendredi soir, j'ai le droit : ON]
              punaise mec, t'es trop fort, tu as reussi à arreter de peter (emission CO2, methane...)

              :p

              [mode vendredi soir, j'ai le droit : OFF]
    • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      attention, le tabac c'est sournois, j'ai connu une copine qui ne fumait que des pétards, et puis plus tard, elle a commencé à taxer une clope par ci par la, et la dernière fois que je l'ai vu, elle fumait vraiment.

      http://helpmequ.it: arrêter de fumer pour la bonne cause, http://mapetiteautoentreprise.fr : facturation libre pour les auto-entrepreneurs

      • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

        Posté par . Évalué à 2.

        c'est pas tant le tabac le pb, c'est plutot l'habitude. Et en fumant des bedos, tu la prend l'habitude.

        J'ai pas specialement de dependance sur le tabac (les 3 fois ou j'ai arrete, ca me titillait le premier jour, peut etre le deuxieme mais c'est tout). Je n'ai aucun probleme a passer 18h00 dans des avions + aeroports sans fumer. Par contre des que j'ai franchi la porte, le reflexe reprend le dessus et paf, j'allume.

        Nan, le vrai probleme, c'est de perdre l'habitude de la clope avec le cafe (le fameux CCC, cafe clope caca), apres le repas, avec sa binouze, apres l'amour, en conduisant, que sais je encore.
        Ca m'arrive de rester 45 minutes avec une clope pas allumee a la main. Quand je fumais des roulees qui mettent beaucoup plus de temps a se consummer et s'eteignent en permanence, je fumais beaucoup moins, mais j'avais une clope a la main quasi en permanence.
    • [^] # Re: Pour être fumeur sans être fumeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Pourrais-tu définitivement arrêter de fumer (ou t'empêcher de fumer, au choix du terme) ?

      J'ai du mal à comprendre que tu dises ne pas être dépendant mais faire toutes les semaines le même "rituel"
  • # Une raison de plus...

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    ...si tu utilises du matériel Apple : Fumer annule ta garantie et il refusera de réparer : http://www.numerama.com/magazine/14578-apple-fumer-tue-votre(...)
    • [^] # Re: Une raison de plus...

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est une tentative pour pénétrer le marché : à terme, les clients Apple ne devront fumer que du matériel Apple. :-)
  • # 1 mois, 3 jours et quelques heures

    Posté par . Évalué à 5.

    Ou vu autrement, demain ca fera 5 semaines...

    Et putain j'en chie... mais j'en suis content.

    c'est marrant je me retrouves dans certains passages de ton texte. Notamment le comment, juste plus de clopes et la flemme de ressortir en acheter... (pour les nombres j'étais entre 1 et 1,5 paquet/jour sans filtres) Ca faisait un bout de temps que j'y pensais et puis j'ai un peu sauté sur l'occasion... depuis c'est bonbons à la menthe et eucalyptus, à chaque fois que j'ai envie de fumer, glop :) mais ca remplace pas.

    Du coup, il y a les moments difficile, quand on se réveille au milieu de la nuit, en nage sans pouvoir se rendormir, quand on est stressé ou énervé... J'ai encore du mal à me concentrer et je tourne tout le temps en rond dés que je suis chez moi, j'ai pris du poids... la totale déjà...

    Par contre, les soirées ou la fumée au bar (pas en France ;) )ne me dérange ni ne me donne envie... le restau c'est plus dur quand tout à coup une odeur arrive seule de nulle part...

    J'ai aussi l'impression d'avoir retrouvé un peu plus de sensation de gout et d'odorat mais c'est difficile à dire vu que j'ai quasi en permanence un gout de menthe dans la bouche...

    Par contre, mon appart ne sent plus la fumée, je n'ai plus de cendre en permanence partout sur mon bureau ou ailleurs... et ca j'adore!

    Bref j'en chie mais j'espère bien réussir car j'adore ca... (mais j'ai peur de craquer à certains instant... quand par example je vais rentrer dans le pays natal et me retrouvé entouré de fumeur de joints...)
    • [^] # Re: 1 mois, 3 jours et quelques heures

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Remplace ta pause clope par des étirements. Le stress n'est pas uniquement psychologique, il est aussi physique. La posture devant un ordi tend à contracter les muscles du cou et du haut du dos.

      Or ces muscles sont également contractés par le stress.

      Comme il y a une relation dans les 2 sens entre corps et esprits, le fait de contracter les muscles installe un certain stress.

      Des étirements judicieux sont un remède miracle.

      Pour ceux sans expérience, prendre des cours de stretching ou de yoga est un *excellent* investissement.
    • [^] # Re: 1 mois, 3 jours et quelques heures

      Posté par . Évalué à 2.

      comme dit ploum, des etirements tout betes à la place des bonbons
      voire un peu d'exercice physique quand tu es chez toi et que tu 't'ennuies'

      et tu retrouveras la forme
  • # Mon arrêt

    Posté par . Évalué à 9.

    Moi, ça s'est passé pareil au début, mais la suite a été différente. Je fumais depuis une dizaine d'années un demi-paquet par jour.

    J'ai arrêté du jour au lendemain (ma copine me l'ordonnait). Pendant une semaine j'ai plané. Le manque.

    Et puis au bout d'une semaine, les vertiges se sont arrêtés. Et je n'avais plus envie de fumer. Au contraire. Depuis, je ne suis toujours pas attiré par la cigarette.

    Je vais donc m'estimer chanceux d'être passé complètement d'un monde à l'autre en une semaine sans problèmes.

    Et je tiens à rajouté que je n'ai pas remplacé la cigarette par du grignotage. Je n'ai remplacé la cigarette par rien. Ou plutôt, je me suis débarrassé de ma dépendance envers la cigarette. Je me suis libéré.
  • # Bravo

    Posté par . Évalué à 2.

    J’ai diminué, je suis vraiment irritable par moment, surtout en voiture. Une technique de lâche : fumer des ultralight. ça donne bonne conscience, ce n’est pas LA solution, mais pour moi, ça me permet d'être moins dépendant, donc d'envisager de pouvoir arrêter vraiment...

    Pour les très gros fumeurs (+ de 2 paquets par jours), passer au ultralight, ne changera pas grand-chose au nombre de cigarettes qu'ils fumeront (faut par moment se forcer à ne pas fumer), mais il y aura moins de dépendance au tabac. Vous pourrez après quelques semaines envisager de boire un pot sans avoir besoin de vous en allumer une à tout bout de champ.

    Bon courage à ceux qui tentent d'arrêter. Il n'y a pas de solution miracle, mon frère a arrêté du jour au lendemain, j'ai tenté 2 fois cette méthode, je n’ai pas pu. Les patches, c'est encore pire (je fumais plus après qu'avant...).
    • [^] # Re: Bravo

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      j'ai entendu dire que les lights sont encore pire. Moins de goudron mais plus de nicotine. Qu'en est-il exactement?
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ça change que tu vas inspirer plus fort pour avoir la même dose.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        les lights oui (le terme n'est plus autorisé en France d'ailleurs iirc) : tu fumes plus vite en tirant plus dessus, soit à peu près le même stress pour les fumeurs (outre qu'une deuxième est vite allumée dans la foulée).

        les ultra-lights, bin, un fumeur va tellement tirer dessus qu'elle est finie en 3 taffes (et pas bonne, mais ya moins de nicotine/goudron), En revanche, cela n'empêche pas le réflexe, tu restes donc un fumeur...

        le vrai réflexe à acquérir est de ne plus fumer et continuer d'arrêter (surtout ne pas arrêter d'arrêter de fumer ! 'fin si : ça permet de retrouver un goût qui ne convient pas et se dire qu'il vaut mieux ne pas en reprendre). Le tout c'est d'être décidé à en finir et ne pas souhaiter repartir dans un cycle.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 3.

        Dans les clopes que je fume en ce moment (initiale WW), le taux de nicotine est de 0,1 mg, pour les MLight, il est de 0,6 mg. Même en tirant fort dessus, il n'y a rien qui vient, au bout d'un moment tu t'y habitues et tu les fumes normalement. Le truc, c'est quand même de jouer le jeu, et ne pas mettre ses lèvres sur les microtrous sur le filtre.

        Je me lève plus à 5 heures du matin pour fumer mes 3 clopes. Je ne connais pas la composition chimique, c'est peut-être moins bon à la santé que les autres cigarettes, mais moi, maintenant, je peux envisager d'être "non-fumeur", ce que je n'ai pas pu faire avant.

        Attention, passer de clopes ayant 0,6 mg de nicotine à des cigarettes ayant 0,1 mg de nicotine, c'est très dur. Ça ne marche, comme je le dis, que pour les gros fumeurs. Si tu fumes un paquet, puis que tu passes aux ultralight, tu risques de te mettre à fumer 2 paquets et d'être en manque... Il faut supporter cette situation de manque environ 10 jours. Personnellement, j'ai fait ça en 2 étapes, je suis passé aux superlight (0,4) avant.
    • [^] # Re: Bravo

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Bof, il n'y a pas d'ultralight. Moins de tabac, mais plus de saloperie.

      Je suis désolé de te le dire mais tu n'es pas en train d'arrêter. Tu fumes. Limite, achète des gitanes maïs. Tu fumeras moins.

      Achète http://www.amazon.fr/M%C3%A9thode-simple-pour-finir-cigarett(...) peut-être qu'un jour, tu le liras.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        De Allen Carr.
        Je confirme! c'est avec ce bouquin que j'ai arreté. (Et j'avais essayé plein d'autre methodes avant)
    • [^] # Re: Bravo

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Autre solution de demi-mesure : passer aux roulées. Les avantages sont multiples :

      - cout réduit
      - impossible d'en allumer une en conduisant une voiture (seulement possible de rouler pendant un bouchon, rare dans la région)
      - gout plus fort > au bout d'un moment, les blondes semblent fade et font moins envie
      - temps pour rouler > même si ça prends 30sec, ça dissuade de les allumer à la chaine
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 4.

        Arg, rien de pire que les demi-mesures. La dépendance au tabac ne se mesure malheureusement pas à la quantité de nicotine absorbée, c'est du "tout ou rien". D'ailleurs en principe, la première latte t'apporte tout tes "besoins" en nicotine, le reste c'est du bonus. Fumer des lights (ou des roulée, ou /ralentir/) n'aide en rien pour la dépendance physique, ça ne fait que retarder l'échéance. J'irai même jusqu'à dire que c'est une douce torture: on s'impose tous les jours une petite souffrance continue en jouant avec son addiction.

        Pour la dépendance physique, il faut juste arrêter, au bout de quelques jours ça passe. Pour la dépendance psychologique, c'est un peu plus compliqué mais pas du tout insurmontable à partir du moment ou l'on sait où l'on va.

        Pour le coup, c'est précisément mon problème: j'aimerais bien ne plus fumer, mais la descente ne l'a pas encore emporté sur le fun. J'y prend encore du plaisir et ça ne sali pas trop toute ma vie. Je me souviens par contre, la première fois que j'avais arrêté de fumer (qui a duré 3 ans), c'était parce qu'un pote se faisait opérer pour une greffe coeur/poumon et que je trouvais ça un peu lamentable de faire nawak avec le mien alors que lui avait failli y passer.
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par . Évalué à 3.

          Je pense que le principal, quand tu fumes une cigarette, c'est pas le taux de nicotine que tu as l'instant t dans ton sang, c'est le pic de nicotine que tu envoies à ton cerveau au moment ou tu tires une latte. Dans le cas des utlralight, ce pic est beaucoup moins fort, donc tu as moins de plaisir à fumer.

          Aujourd'hui, je fume moins, presque sans efforts. J'ai bien dit que c'était une technique de lâche, je pense que pour arrêter vraiment, en effet, il faut arrêter nettement, et ne plus revenir en arrière.

          Le problème psychologique qui se pose, c'est le "à quoi bon" qu'on se pose tous après quelques jours de manque. Et chacun à sa propre réponse plus ou moins valable à cette foutu question. Je pense que passer aux ultralight, c'est ne pas trop chercher à y répondre, mais ça n'est pas complètement vain.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 5.

        - impossible d'en allumer une en conduisant une voiture (seulement possible de rouler pendant un bouchon, rare dans la région)

        Quand j'étais jeune (enfin il y a juste 5 ans), je roulais en roulant ...
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par . Évalué à -1.

          et si t'avais écrasé un gosse à cause de ça, tu te sentirais comment ?
          • [^] # Re: Bravo

            Posté par . Évalué à 1.

            T'evites generalement de faire ca devant une ecole.

            Sinon, rouler (des clopes) a une main sans regarder la clope, ca se fait.
            Pour avoir fumer un nombre incalculables de bedos devant des films (donc sans enlever les yeux de l'ecran), rouler c'est quelque chose qui se fait au toucher de toutes facons.

            Ensuite, une clope est assez courte, le tabac tres facile a rouler, le filtre donne un tres bon repere tactile, c'est un geste d'environ 1 seconde.
            Oui je sais, ca reste une seconde de distraction, mais avec les yeux sur la route, les 2 pieds dispos et l'autre main de dispo.
            On est tres loin d'une distraction genre telephone, et c'est pas pire que de bavasser avec qq1 a cote.
            Pour quelqu'un d'habitue pour qui rouler est un reflexe, pas pour les autres.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 1.

        je suis pas convaincu que ca aide a arreter en quoi que ce soit.

        Un des gros problemes avec les addictions, c'est le rituel qui va autour.

        Le fumeur de bedos aiment bien preparer son filtre, rouler son tonje, faire son collage, tasser son bedo, que sais je encore.
        L'heroinomane se plait a preparer sa mixture dans sa cuillere, le coke a se faire des lignes parfaitement egales pendant 45 minutes.
        L'alcoolique aime bien deboucher la bouteille, voir l'alcool couler, se faire son petit cocktail, y mettre ses pitits glacons.

        Demande a la plupart des accros a un produit de simplement consommer le produit sans le rituel, ca enleve une grande partie de l'attrait. Je n'aurais JAMAIS pense a acheter des bedos deja roule.

        Bref, la tu rajoutes du rituel autour de la clope, donc ca rend les choses encore pire.
  • # De l'interet de commencer ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Une vrai question, d'un mec qui n'a jamais fumé :

    Pourquoi vous avez commencé à fumer ?
    Parce que si je comprend bien, ça pue, c'est chère, c'est un tue l'amour, on perd le sens gustatif, olfactive, ça dégueulasse une maison ou un bureau, ça réduit la durée de vie et j'en oublie surement.

    Alors vraiment, qu'elle est l'intérêt ?
    • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Et aussi ça te défonce les poumons et te diminue la capacité respiratoire, embêtant quand on veut faire du sport.
      • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Moi qui fait du sport 5 fois par semaine, j'ai vraiment du mal à m'imaginer l'intérêt d'une cigarette justement pour cette raison !

        Je suis conscient que le fait que je fasse du sport n'exclue pas non plus que je suis un être mortel sensible au cancer ou autre voiture me m'écrabouillant.
        Je ne fait du sport pour être immortel mais pour le bien être et le coté ludique. Mais je ne vois pas le bien être ou le plaisir dans la cigarette...

        Par exemple, l'alcool, certaine boisson sont "bonnes", elles ont bon gout, etc. Pareil pour la nourriture. Certaine chose valent leurs inconvénient.
        Mais la cigarette, je ne vois vraiment pas !
        J'aimerais vraiment l'avis d'un fumeur qui essayerais par exemple (pour l'exercice rhétorique on va dire) de me convaincre de fumer.
        • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

          Posté par . Évalué à 7.

          Honnêtement je me suis posé la même question sur l'intérêt de fumer au vu de tous les inconvénients et du 0 avantage, mais n'ayant jamais été fumeur moi-même, je ne pourrais pas te répondre.
          Je pense que beaucoup sont tombés dedans pour se la jouer "grand" et se donner une contenance au collège/lycée (mais bon ça me fait un peu penser au mouton qui suit la masse...) et après regrettent bien de s'être laissés embarqués là-dedans. Je ne suis pas sûr qu'on puisse trouver bcp de fumeurs (disons fumeurs depuis longtemps) faisant l'apologie de la clope.
        • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          J'aimerais vraiment l'avis d'un fumeur qui essayerais par exemple (pour l'exercice rhétorique on va dire) de me convaincre de fumer.

          hmmm, c'est pas un fumeur, c'est un salaud qui risque de te répondre :-) (les fumeurs en sont bien conscients àmha).
    • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

      Posté par . Évalué à 8.

      y'a rien d'autre facilement trouvable pour mettre dans les joints...
    • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

      Posté par . Évalué à 0.

      j'ai commencé â fumer par grâce du geste et des volutes.
      j'ai vite eu une période â 3 paquets/jour puis 30 â 60 roulées/jours et encore 20 ou 30 roulées jours ou aprês encore 20 ou 30 beedies puis alternativement l'èquivalent d'un paqet jour ou un peu moins de beedies, américaine, roulées, pipe a eau, pipe ...
      Aujourd'hui je ne fume qu'une seule cigarette jour et encore pas tout les jours
      Ceci dit, je refuse un arêt définitif : stigmate et démago; Dans les pharmacies se trouve une autopsie de la cigarette qui dénonce casi exclusivement les substances rajouté au tabac et je me permet donc de demander ce que fait le ministère de la santé? le tabac pure est tellement propre en comparaison.
      de même que le tabac a bon dos vu les rejets de la consommation, il est évident que je prêfère être enfermé avec des fumeurs fumant que des voiture rejetant!
      • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

        Posté par . Évalué à 9.

        Jolie démonstration d'un travers fréquent chez les fumeurs : n'importe quoi est bon pour justifier le tabagisme.

        stigmate et démago

        On est passés en un rien de temps — quelques décennies à peine, trois fois rien à l'échelle d'une culture — d'une situation où les non-fumeurs étaient considérés comme des bêtes curieuses à la situation inverse. Comme dans d'autres cas, ça donne ce genre de réactions. Par exemple, j'entends de temps en temps des utilisateurs de Windows et autres logiciels privateurs du côté obscur parler de Linux. Selon eux maintenant c'est à la mode, tout le monde ne parle que de ça, il n'y a plus que Linux partout. C'est évidemment complètement faux, mais la réaction est banale : on bouscule un tant soit peu leurs habitudes, on suggère la possible éventualité d'une remise en question de leurs repères, alors tout de suite, ils montent sur leurs ergots. De même, quand certaines personnalités sont sorties du placard, on a eu ce genre de réactions : c'est quand même un monde, on ne peut plus être hétéro, etc. Au moins, on peut leur concéder qu'ils n'ont pas peur du ridicule… Alors non, dire que fumer nuit aux autres n'est pas une stigmatisation, c'est une information. Ou alors appelle Hrundi truc pour qu'il vienne nous expliquer que le tabagisme passif n'existe pas et que son invention est un vaste complot intergouvernemental pour assurer la domination du monde par des extra-terrestres téléportés du futur, ça peut devenir amusant. Et non, inciter à ne pas fumer, y compris par la loi, n'est pas démago, c'est un effort de santé publique qu'il était grand temps de commencer.

        il est évident que je prêfère être enfermé avec des fumeurs fumant que des voiture rejetant!

        Si j'ai bien retenu mes cours de rhétorique, cette phrase est un appel au ridicule. Moi aussi, je préfère être enfermé avec des fumeurs fumant qu'être jeté dans un lac d'acide rempli de piranhas (d'une espèce mutante vivant dans l'acide) avec des poids attachés aux pieds. Le problème de la pollution automobile n'a évidemment rien à voir avec celui du tabagisme, et il n'y a aucune raison de se laisser enfermer avec des fumeurs (sauf les enfants : eux, ils prennent leur dose de goudrons et ils la ferment, non mais). Sinon, bien entendu, la réaction des types qui choisissent d'acheter les véhicules les plus polluants et les utilisent même pour des trajets de 500 mètres : les pauvres, on les stigmatise.
        • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

          Posté par . Évalué à 0.

          Si j'ai bien retenu mes cours de rhétorique, cette phrase est un appel au ridicule. Moi aussi, je préfère être enfermé avec des fumeurs fumant qu'être jeté dans un lac d'acide rempli de piranhas

          Et si j'ai bien retenu les miens (tu permets que je fasse moi aussi le pédant afin de mieux rabaisser les autres?), cette démonstration est un sophisme. Personne ne te jette dans un lac d'acide, et si quelqu'un avait la bonne idée de le faire, il passerait pourtant une bonne partie de sa vie en prison. Mais, dans le cas de la voiture, l'état ne va absolument pas t'empêcher de polluer ton entourage, il va même t'y inciter à coup de primes pseudo-écologiques (imaginerait-on une prime de santé pour ceux qui achètent des lights?).

          Pourtant personne ne vient te faire chier quand tu conduis ta voiture parce que tu massacres des petits irakiens à coup de bombes, la responsabilité est largement diluée, comme de la fumée dans l'air(!), et la vie en société nécessite une certaine dose de tolérance. Tu as visiblement passé de mauvais moments avec des fumeurs qui t'intoxiquaient, tu peux tout à fait leur adresser tous les reproches que tu veux, je ne viendrais pas les défendre. Maintenant que tu viennes donner des lecons bancales à tous les fumeurs sous prétexte que tu connais la Vérité, si, là c'est de la stigmatisation.
          • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

            Posté par . Évalué à 4.

            toi tu conduis dans des endroits clos et ouvert au public ?
            moi non.

            Pour que la (pseudo) argumentation fonctionne un poil, faudrait déjà voir si on parle des même choses.

            Utiliser une voiture dans un lieu clos, et tu as tot fait d'atteindre le niveau de co/co2 nécessaire pour une hypercapnie, une intoxication au CO et j'en passe et des meilleurs.
            Donc il est effectivement évident que tu préfère qu'il y ait des fumeurs plutot que des voitures, parce qu'avec des voitures, tu es sur d'y rester!


            Ensuite comparer être entouré de fumeur dans un lieu clos (enfermer est le mot utilisé), et une voiture dans un lieu ouvert à tout vent, forcément d'un coup ça a moins d'impact.
        • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

          Posté par . Évalué à -1.

          je nie en rien le cote passif et notament que tu expires tel ou tel subtance encore deux heures apres un clop, mais encore une fois c'est pas natif au tabac.
    • [^] # Tout l'intérêt de la GPL :

      Posté par . Évalué à -10.

      Une fausse question, d'un mec qui n'a jamais baisé :

      Pourquoi vous avez commencé à baiser ?
      Parce que si je comprend bien, ça pue, c'est chère, c'est un tue l'amour, on perd le sens gustatif, olfactive, ça dégueulasse une maison ou un bureau, ça réduit la durée de vie et j'en oublie surement.

      Alors vraiment, qu'elle est l'intérêt ?
    • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

      Posté par . Évalué à 8.

      Disclaimer : j'ai jamais fume.

      Mais j'ai quand même la perception que la cigarette a un rôle social, et un avantage. (Parmi des inconvénients !).

      Ca permet de créer une petite connivence entre personnes, briser un peu la glace pour aborder les gens, aborder les filles, (offrir ou demander du feu), ca donne une attitude, un style.

      Si j'avais commence a fumer, ca aurait été pour ses raisons la.
      • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        +1. Comme un con j'ai commencé à fumer après une rupture (genre maintenant j'en ai plus rien à faire) et il est clair que ça aide à mort un geek pour engager la conversation avec une fille qui fume. De plus depuis l'interdiction de fumer dans les lieux public tout le monde se retrouve dehors et il se passe ce qu'on appelle le "smirting" je crois, un mélange entre "smoking" et "flirt". Vous n'imaginez pas le nombre de filles que j'ai rencontré en 3 mois à l'occasion d'une sortie clope du pub en soirée le week-end.

        Mais attention, si ça marche pour moi c'est parce que je suis de nature assez timide, et que les personnes normales peuvent faire celà sans fumer et ils ont bien raison.
    • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

      Posté par . Évalué à 2.

      J'ai du mal à comprendre c'est une question du vendredi ?

      1- complicité, partage, provocation, sociabilité, communauté, singeage (je sais ¡), se sentir exister, pétard (maintenant y'a les vaporisateurs mais c'est pas la même chose : habitude), objet de concentration, le goût, l'odeur ...
      2- la clope est une drogue à accoutumance

      Plus bas tu parles de sport, comme si les personnes qui fumaient, ne faisaient pas de sport, même à haut niveau !

      Tu commences à fumer pour de "bonnes" raisons (dans notre société c'est la concurrence, un peu comme le sport), tu ne t'arrêtes pas parce que tu es un drogué et par habitude comportementale.

      Je fais une différence entre le sport et l'entretien physique et je trouve que le premier est très proche de la cigarette autant de défaut que de qualité.
      • [^] # Re: De l'interet de commencer ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Non non, c'est pas une question pour critiquer ou troller, je demandais sérieusement. Je m'en fou des fumeurs et pour avoir grandit dans une famille de fumeurs, je me fou de la fumé.

        Plus bas tu parles de sport, comme si les personnes qui fumaient, ne faisaient pas de sport, même à haut niveau !C'est très rare quand même ! Pour avoir fait du sport depuis mon plus jeune âge, la cigarette est très mal vu par l'entraineur.

        Je fais une différence entre le sport et l'entretien physique et je trouve que le premier est très proche de la cigarette autant de défaut que de qualité. Si tu peux détailler ? :)

        Je fais actuellement de la natation ( mais c'était pareil pour le sport de combat ) et oui, je n'aime pas louper une séance parce que sinon je ne me sens pas au top, j'aime bien me dépenser etc, mais on ne peux pas vraiment parler de manque (pendant les vacances, souvent, pendant deux mois, je ne fais pas de sport). Sans compter qu'a part pour le sport de haut niveau, ça ne détruit pas le corps et même, ça rend plus fort :)
  • # Et maintenant...

    Posté par . Évalué à 10.

    ...que tu as arrêté la clop, tu vas aussi pouvoir arrêter de taper en 80 colonnes !

    ==> [ ]
    • [^] # Re: Et maintenant...

      Posté par . Évalué à 4.

      tu n'as pas compris, il tape au kilometre

      ensuite pendant les pauses, comme il s'ennuie, il wrap à la main à 80colonnes :D
  • # Arrêt

    Posté par . Évalué à 10.

    Pour l'avoir fait (mais si j'ai rechûté quelques années après, mais ça n'a pas grand chose à voir), voici quelques infos.

    1. Il ne faut pas /être en train d'arrêter de fumer/, il faut devenir non-fumeur. L'envie de cloppe passe de "putain, il faut que je résiste" à "ah mais non, c'est vrai, je ne suis plus fumeur".
    2. Au bout de trois semaines, j'avais senti un gain de motivation complètement incroyable. Genre je me levais tôt le matin, je remplissais ma journée au maximum et j'étais super dynamique. Plutôt cool. C'était une très belle récompense.
    3. Ne pas reprendre une cloppe pour déconner avec les copains. Se dire que c'est la même chose que si un non-fumeur prenait une cloppe "pour voir" alors que ce n'est plus un sale adolescent.

    En règle général, il faut se sortir de la tête que c'est un effort incroyable, ce qui rend l'épreuve d'autant plus difficile. En gardant en tête qu'en fait, c'est plutôt facile, ça marche beaucoup mieux. On se sent beaucoup moins frustré et victime. Bref, mieux vaut finalement ne pas trop y penser et en réalité, mieux vaut ne pas en parler trop.
    • [^] # Re: Arrêt

      Posté par . Évalué à 5.

      pour ta derniere phrase, quand je suis en soirée avec des fumeurs en soirée dit privée, on me propose parfois une petite clop. Que je refuse, en expliquant que j'essaye d'arreter de fumer (je ne fume pas, hi hi on rigole comme on peu)

      c'est fou le nombre de fumeur qui essaye de me convaincre d'en prendre une petite dernière pour la route, genre bien insistant. C'est beau la solidarité entre fumeur, je regrette de ne pas faire partie de cette grande famille.
      • [^] # Re: Arrêt

        Posté par . Évalué à 4.

        Tu remarqueras que c'est comme ça pour tout : des que quelqu'un te voit faire diféremment d'un groupe, de suite il va essayer de te pousser à faire pareil. C'est probablement pour ça que je n'ai jamais fumé : je n'y ai jamais vu un autre intérêt que suivre le groupe : bien faible par rapport aux désagréments apportés.
  • # L&M ou Camel

    Posté par . Évalué à 2.

    On est vendredi!
    • [^] # Re: L&M ou Camel

      Posté par . Évalué à 1.

      Vendredi à part, je trouve que c'est agréable de changer assez souvent de marque de cigarettes. tantôt Camel, tantôt Lucky Strike, tantôt Winston pour moi en général. Par contre les L&M sont bien trop lourdes à mon goût.

      Faudrait faire un sondage tiens.
    • [^] # Re: L&M ou Camel

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Pot de Pall Mall à tuber (From Belgique)
      Craven
      Pueblo (sans agents de saveur ni de texture).

      1 ou 2 cigarettes par jour.
  • # Un clope

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Dans ton texte, je lis, à un endroit : « un clope ». Ça ne m'a pas l'air volontaire, vu qu'ailleurs tu utilises aussi ce mot comme un masculin.

    Mais en tout cas, bravo, volontairement ou par hasard, tu as utilisé la forme historique de ce mot, qui était masculin, fût un temps.
    • [^] # Re: Un clope

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      en fait, c'est volontaire. A l'origine, tout le texte était écrit avec clope au masculin. à la relecture, j'ai vu http://fr.wiktionary.org/wiki/clope qui indiquait l'usage féminin, j'ai corrigé, mais pas tout :)

      Perso, je trouve que "un clope", ca a un coté vieille france à la audiard que j'aime bien.
    • [^] # Re: Un clope

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je connais plus d'un quinqua qui dit "clope" au masculin, et je le dis aussi de temps à autre. Je ne suis pas sûr que le mot ne soit "plus" masculin, tant qu'il y a des gens qui l'utilisent ainsi.
  • # bravo, et suite

    Posté par . Évalué à 2.

    Tu as décidé d'arrêter de fumer, c'est très bien. Pour ma part, je l'ai fait il y a bien longtemps. Et ce n'est pas pour ça que j'écris... Simplement pour te dire que mon épouse à trouver une aide pour la suite. Le site est tenu (ou du moins, on dira le(s) forum(s) est tenu par un toubib. Ceci n'est pas une pub déguisée, vu que le site n'est pas commercial, et qu'il ne faut pas verser un copec. Il s'agit de doublevédoublevédoublevé point atoute point org

    J'ose croire que cela pourra t'aider pour le futur.

    Amicalement
  • # On m'avait pas prévenu !

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    >> Il n'est pas conseillé d'arrêter d'un coup, de passer d'un paquet à rien.

    Zut ! Faut que je recommence pour arrêter comme il faut ?

    Je me suis pas pris la tête. Un matin, je me suis dit "j'ai fumé ma dernière *hier*".
    Et j'ai arrêté du jour au lendemain (enfin "de la veille au jour même"), sans aucun problème ni effet secondaire (j'ai même pas retrouvé le fameux goût le la nourriture que les fumeurs parait-il perdent.)
    Et j'étais un sacré fumeur de longue date.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.