Journal [hs] Hacker l’immobilier.

Posté par . Licence CC by-sa
19
4
oct.
2011

En 15 ans, la durée moyenne d’un prêt immobilier à doubler, ce qui signifie un doublement de leur prix par rapport à niveau de vie moyen. D’un maximum de 20 ans, ceux-ci ont dû passer à 30 ans. Tout comme le prêt à taux zéro, ces aides ont surtout bénéficié au vendeurs qui devant la pénurie ont pu encore augmenter les prix.

Il est souvent question de la règles de 33% d’endettement pour un achat ou pour un loyer. Mais ce chiffre est calculé sur le salaire brute, sans tenir compte des frais lors de l’achat, ni de l’assurance. Au final, le budget total mensuel peut facilement arriver à 50% du salaire net.

Le manque de construction neuve est le principale blocage. Il y a des moins en moins de terrain libre dans les zones sous tension. Les règles d’urbanismes sont faite pour les gens en place : on garde les champs et les espaces verts, on ne bétonne plus, ne rehausse pas les immeubles (qui voudrait de l’ombre ?). Et les primo accédant doivent être de plus en plus aisé, pour payer les anciens qui vendent, qui eux s’enrichissent.

Il existe une taxe sur les logements vides à Paris par exemple. Mais cette taxe ne s’applique pas aux bureaux vides. Ses bureaux peuvent être vide soit par spéculation (si l’immeuble est un placement, dans un coin chère, pourquoi s'embêter avec des locataires ?) soit parce qu’il ne répond pas au besoin du marché (isolation faible, surface mal foutu...). Il y aurait 2 millions de m² de bureau vide à Paris.

La France est un des rares pays avec un taux si fort de propriétaires (comme la Grêce). Or l’achat d’un appartement réduit la mobilité d’une personne. En restant moins de 3 ou 4 ans dans un lieu, la perte financière serait bien trop élevé. Par exemple, les frais de notaire (~7%) représente environ 2 ans de location du bien. Ce manque de mobilité diminue la fluidité du marché, ce qui réduit les capacités de baisse des prix car cela augmente la pénurie.

Quelles solutions sont possibles ? Les prix pourrait être encadré. C’est la demande première concernant les loyers, notamment lors du changement de locataire. Si les prix de vente sont bloqué, cela risque de renforcer encore la pénurie, avec des gens qui vont attendre “plus tard” pour voir.

Il faudrait fluidifier le marché. Il serait intéressant que l’achat d’une résidence principal soit exonérer de frais de notaire. Pour éviter les magouilles, ces frais pourraient ne pas être versé (primo accédant) si la personne n’est pas propriétaire et serait sinon rembourser lors de la vente de la résidence principal précédente. Cela rend impossible d’avoir plusieurs maisons avec frais réduit.

Fluidifier le marché permet au gens de se rapprocher de leur lieux de travail, ce qui aura aussi pour effet de diminuer les déplacements pendulaires.

Il faudrait aussi revoir les règles d’urbanismes pour l’agrandissement des maisons, lorsqu’une famille s’agrandit. Pourquoi est-ce si compliqué de construire une chambre au dessus d’un garage par exemple ? Pourquoi certaine mairie vont jusqu’à interdire les étages ?

Il y a d’autres solutions, encore plus douloureuse pour certain, comme taxer les résidences secondaires pour augmenter le nombre de logement disponible. Mais leur propriétaire vont beaucoup se plaindre pour une efficacité non démontré.

Il y a les prêts à taux zéro ou les aides fiscales à la construction (Cellier), mais souvent cela ne fait qu’augmenter les prix ou construire dans les endroits sans aucun intérêt (les constructeurs ne sont pas les payeurs). On pourrait aussi raccourcir le durée maximal des prêts à 25 ou 20 ans. Cela réduirait l’endettement des ménage, éviterait de payer 3x la maison mais diminuerait brutalement le nombre de personne qui peuvent s’acheter un logement pendant longtemps avant que les prix ne baissent réellement.

Il pourrait y avoir des lois qui obligent chaque immeuble à vendre une portion des ses appartements à un “prix accessible au actif” (~3k€/m²), voir à faire une partie de logement social.

Il pourrait y avoir une loi qui réduit la possibilité de construction de “lotissement”, qui est la forme la moins écologique de logement (voiture obligatoire qui fait grimper la facture de CO2 car tout commerce est loin et densité très faible de population, ce qui entraîne un gaspillage de terrain).

Avez-vous d’autres idées pour réduire ce qui est devenu et de loin le coût fixe le plus important dans la vie des moins de 40 ans?

  • # Faire appliquer la loi

    Posté par . Évalué à 10.

    Il pourrait y avoir des lois qui obligent chaque immeuble à vendre une portion des ses appartements à un “prix accessible au actif” (~3k€/m²), voir à faire une partie de logement social.

    Comme pour la vente liée, je propose de faire déjà appliquer la loi existante.

    Si toutes les mairies respectaient le minimum des 20% de logements sociaux requis par la loi SRU, ça ferait déjà du bien au ménages les moins aisés.

    Mais il se trouve que c'est plus rentable de payer des amendes (dérisoires) plutôt que de se mettre en conformité.

    Merci pour le journal détaillé et intéressant. Ça m'a ouvert plein de pistes de réflexion sur un sujet que je connais très peu.

    • [^] # Re: Faire appliquer la loi

      Posté par . Évalué à 8.

      Je plussoie avec vigueur sur les logements sociaux

      J'imagine que cette loi prévoit le montant des amendes pour les récalcitrants. Ce montant est dérisoire => C'est une loi d'apparat.

      Il faut modifier cette loi pour augmenter le coût financier voir pénal d'une désobéissance à celle-ci.

      • [^] # Re: Faire appliquer la loi

        Posté par . Évalué à 0.

        Bof. La technique néandertalien qui consiste à taper plus fort quand cela ne marche pas, est à la mode mais bon...

        Le problème n'est pas que financier mais aussi politique : les électeurs de certain maire ne veulent pas de pauvres quel que soit le prix.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 4.

          Le problème n'est pas que financier mais aussi politique : les électeurs de certain maire ne veulent pas de pauvres quel que soit le prix.

          et tu proposes de résoudre ça comment ? En demandant gentiment à ceux-là de bien vouloir y réfléchir à 2fois en leur disant qu'ils sont pas très gentils-tout-plein ?
          Ou tu imposes, par la loi, des quotas minimum de logements sociaux, et tu forces (par la loi aussi) les communes à respecter ces quotas (ce qui n'est pas vraiment le cas actuellement) ?

          • [^] # Re: Faire appliquer la loi

            Posté par . Évalué à 3.

            Il y a plein de solutions: se passer des maires pour construire les logements, rendre obligatoire un taux de prix bas pour tout nouvel immeuble sur tout le territoire français, etc...

            "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 0.

          s/les électeurs/les citoyens/
          s/de pauvres/d'emmerdeurs/

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          c'est triste ton avis sur les néandertaliens.

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 3.

          Le problème n'est pas que financier mais aussi politique : les électeurs de certain maire ne veulent pas de pauvres quel que soit le prix.

          C'est meme le problème principal, et c'est ce qui me fait bondir. Quand un maire annonce clairement dans son programme électoral qu'il prefere payer une amende que de se mettre en conformité avec la loi, ca me rend fou. Le gars devrait être inéligible : son programme, c'est de faire dans l'illégal... C'est comme si demain je me présente en disant "je vais résoudre le problème de l'endettement de l'etat en vendant du crack à des enfants"

          • [^] # Re: Faire appliquer la loi

            Posté par . Évalué à 3.

            Moi, ce qui me rend fou, c’est qu’une loi tellement impopulaire que des élus cherchent ouvertement à la contourner ne soit pas remise en question.

            Je capte pas. Je veux dire, c’est pas comme si les maires étaient des dictateurs locaux arrivés au pouvoir par un coup d’état, ce sont aussi des ÉLUS hein, ils sont démocratiquement tout aussi légitimes que les parlementaires qui ont voté la loi SRU. Et si les deux échelles (nationales/locales) sont à ce point en désaccord, je crois pas que la meilleure solution soit de dire « ces maires sont des enfoirés, embastillons-les ! »

            • [^] # Re: Faire appliquer la loi

              Posté par . Évalué à 2.

              Oui et non. Il y a tout de même le problème de "not in my backyard", pas dans mon jardin. Cela s'applique aux incinérateurs, aux stockages de déchets, aux centrals nucléaires, aux autoroutes, au tgv, et donc aux pauvres...

              Chacun devrait gérer sa part du problème.

              "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Faire appliquer la loi

        Posté par . Évalué à 3.

        le coût financier le maire il s'en fout c'est la commune qui paye, voire même s'endette pour payer l'amende.

        Par contre rendre le maire inéligible si rien n'a été fait pour augmenter la part de logements sociaux sur son mandat serait pas mal; avec un ajout case prison si des logement collectifs ont été fait et une proportion de logement sociaux insuffisante.

        Le problème c'est que c'est pas le maire qui décide; mais le conseil municipal; faudrait pouvoir juger chacun des conseillers municipaux en fonction de leur vote, ce qui demanderait aux juges de s'occuper de choses dont ils ne devraient pas s'occuper.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: Faire appliquer la loi

      Posté par . Évalué à 8.

      C'est clair qu'il suffirait que le préfet impose X% de logements sociaux* dans tout nouveau permis de construire d'immeubles ou de lotissements, sous peine de refuser le permis, pour que la loi soit respectée !

      * Avec X tel que cela fasse remonter de manière tangible le pourcentage de logements sociaux sur la commune. X serait donc dégressif, au fur et à mesure que la commune se rapproche des 20% imposés par la loi, sans jamais atteindre 0 (sinon, la commune arrêterait ses efforts et finirait par repasser sous la barre des 20%).

      • [^] # Re: Faire appliquer la loi

        Posté par . Évalué à 10.

        Et comme ça le reste de la population qui n'a pas accès aux logements sociaux pourra payer encore plus cher...

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 6.

          Pas forcément !
          En multipliant le nombre de logements sociaux, tu fais tomber le prix des autres logements autour, car cela les rend moins "attractifs" (sic).

    • [^] # Re: Faire appliquer la loi

      Posté par . Évalué à 10.

      ... et faire appliquer l'orthographe aussi.

      Je veux pas faire mon vieux croulant, mais j'ai dû lire la 1ere phrase 3x avant de comprendre !
      Merci de se relire un peu, c'est dommage toutes ces fautes, surtout dans un texte pas mal fichu comme celui-là !

      • [^] # Re: Faire appliquer la loi

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Quelle phrase ?

        Celle là ?

        Comme pour la vente liée, je propose de faire déjà appliquer la loi existante.

        Je ne comprends pas où sont les fautes d'orthographe ou ce qui est dur à comprendre ?

        À moins qu'il ne s'agisse de la phrase citée dans le commentaire ou de la première phrase du journal ?

        Mais même là, je ne vois pas bien ce qui n'est pas clair.

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 4.

          La première phrase du journal oui. Un 'a' avec ou sans accent, un 'é' en 'er' ou pas, ça change le sens de la phrase.

      • [^] # Re: Faire appliquer la loi

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Le mardi 04 octobre 2011 à 21:30 +0200, gUI a écrit :
        > Je veux pas faire mon vieux croulant,

        Attends qu'on te bute à 60 ans toi !

    • [^] # Re: Faire appliquer la loi

      Posté par . Évalué à 10.

      example très "drole" sur une commune près de chez moi.

      Ils ont tout plein de HLM, tu porrais penser 'ben ils ont leurs quota".
      Non non, ces hlms là sont payé par la mairie de paris pour le quota de paris ...

      Donc eux ils font comment : une cité dortoir avec que des hlms ?

      Et pour ceux qui ont payé pour un certain niveau/mode de vie (par ex, petit village etc...) tu trouve normal d'élever une grosse tour juste devant leur fenêtre ? (mais son prêt lui il continue de le payer plein pot hein, et on lui offriras pas un appart à loyer modéré ...).

      Et les HLMs, parlons en : qui décident qui vas dans les hlms ? Est ce qu'il y a eu des maires qui ont poussés pour que certaines personnes aient un appart ?
      Est ce que certaines administrations ont pas accès à leur propre lot réservé de HLM ?

      Est ce que certaines personnes dans les HLMs ne sont pas par exemple
      - propriétaire d'un autre appart qu'ils louent ?
      - renvoient une partie leurs allocations "à la famille" dans un pays étranger et viennent pleurer qu'ils ne peuvent pas payer leurs loyer et qu'ils leur fout un HLM (DAL itou) ?

      La réponse à toutes ces questions est oui.

      Le problème du logement ne se résoudras pas avec des "YAKA".
      C'est un problème de fond (meilleure répartition des personnes et des CSP, essayer de décentralisé, entre autre avec des transports en commun pensés avec ces contraintes, limiter les abus divers et variés, meilleur controle, meilleur respect de TOUTES les populations : ce n'est pas volant paul pour habiller jacque que l'on va résoudre le problème de fond).

      • [^] # Re: Faire appliquer la loi

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Quelques remarques:

        • Dans les logements à loyer modéré il n'y a pas que des tours, ça peut être des petites maisons.
        • Tu n'es pas obligé de toutes les concentrer au même endroit.
        • Certaines administrations ont en effet des logements pour leurs salariés - des fois achetés dans des programmes HLM, comme il y a le 1% logement du côté des salariés du privé (certains salaires dans le public sont vraiment bas et permettent difficilement de se loger, encore plus dans les zones comme la région parisienne).
        • Sûrement qu'il y aurait à revoir dans les "anciennes" attributions lorsque les situations personnelles se sont bien améliorées. Mais attention, une amélioration ne permet pas toujours d'acheter vers l'endroit où tu travailles ; tu peux avoir une résidence secondaire en cambrousse en vivant en HLM en région parisienne... et ne tout de même pas avoir les moyens d'acheter en région parisienne. De plus, les gestionnaires apprécient d'avoir des locataires qui paient régulièrement...

        Sinon... c'est en effet pas simple...

        Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 5.

          De toute façon, le logement social n'est pas une solution. Cela aide les plus pauvres, mais cela n'aide pas du tout la catégorie juste au dessus.

          Le logement social baisse le cout du logement pour 10% de la population et ne fait rien pour les autres car de toute façon, on parle de personne non solvable. Il serait plus intéressant de faire en sorte que + de personne puisse fonctionner avec le "système normal"(quitte à le modifier).

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Faire appliquer la loi

            Posté par . Évalué à 1.

            Le logement social baisse le cout du logement pour 10% de la population et ne fait rien
            pour les autres car de toute façon, on parle de personne non solvable

            source ?

        • [^] # Re: Faire appliquer la loi

          Posté par . Évalué à 5.

          Sûrement qu'il y aurait à revoir dans les "anciennes" attributions lorsque les situations personnelles se sont bien améliorées. Mais attention, une amélioration ne permet pas toujours d'acheter vers l'endroit où tu travailles

          Bah tu loues. C'est pas compliqué non plus ! Il y a un juste milieu entre "je peux pas me loger" et "je ne peux pas acheter un appart de plus de 100m² a moins de 500 m de mon boulot" !

          tu peux avoir une résidence secondaire en cambrousse en vivant en HLM en région parisienne... et ne tout de même pas avoir les moyens d'acheter en région parisienne.

          Qui a dit qu'on devait filer une HLM à tous les gens qui ne peuvent pas acheter en RP ? Le gars en question, bah il la revend, sa résidence secondaire. Il pourra payer quelques années de loyer en location, meme à Paris ! Faut arreter de prendre les gens pour des cons !

          Attention : les HLM c'set pas fait pour "j'ai pas les moyens d'acheter" ! Ca serait plutot pour "j'ai pas les moyens de louer". Aucune raison qu'un gars qui est proprio d'une résidence secondaire n'ait droit à un HLM !

    • [^] # Re: Faire appliquer la loi

      Posté par . Évalué à 2.

      Oui enfin les logement sociaux faut voir comment il sont gérés ...

      Exemple véridique : Un couple avec 2 enfants loue un HLM de paris de 150 m² pour 400€ par mois. Les enfants quittent le nid. L'appart étant devenus trop grand (ou la famille trop petite ça se discute) les vieux demandent à changer de logement pour libérer de la place. On leur propose un 40 m² a 850 € par mois. Ayant malheureusement toute leur tête, ils ont bien sur refusé et restent dans leur appart trop grand pour eux et difficile à entretenir.

      Dernière petite note : les appartements des HLM de paris sont refait intégralement à neuf entre chaque locataire ...

  • # Avez-vous d’autres idées pour réduire ce qui est devenu et de loin le coût fixe le plus important da

    Posté par . Évalué à 9.

    Oui, la réponse est dans la question.

    Arrêtez de payer une taxe pour continuer d'enfler ceux qui ont profité allègrement de l'époque où les terrains n'étaient pas rares, où l'on ne luttait pas contre l'inflation pour protéger sa rente à tout prix, où cette catégorie de personne ne représentait pas 1/3 de l'électorat et contribue à maintenir ce déséquilibre par son vote, ..

    Car outre le fait de leur verser une rente au prétexte qu'ils auraient fait la même chose pour mes ancêtres et que j'en bénéficierai plus tard (un tien vaut mieux que deux tu l'auras), je dois en plus me coltiner de payer leur médocs auxquels ils sont accros et leur cure thermale. Et si je me retrouve sur le carreau, ils préfèrent me couper les vivres pour que je me remette vite à leur service tandis qu'eux ils continuent à se goinfrer.

    Un baisé né après 68

    • [^] # Vive le réchauffement!

      Posté par . Évalué à 10.

      Vive la canicule!

    • [^] # Re: Avez-vous d’autres idées pour réduire ce qui est devenu et de loin le coût fixe le plus importan

      Posté par . Évalué à 8.

      Un baisé né après 68

      Je suis né en 1958

      ceux qui ont profité allègrement de l'époque où les terrains n'étaient pas rares, où l'on ne luttait pas contre l'inflation

      et j'ai pleinement vécu l'inflation à 14% dans les années 80...

      me coltiner de payer leur médocs auxquels ils sont accros

      La dernière fois où j'ai pris un cachet, ça remonte à 5 ans. Au moins. Et si je ne m'en souviens plus exactement, ce n'est pas Alzheimer, hein ;-)

      Halte à la gérontophobie !

    • [^] # Re: Avez-vous d’autres idées (…) ?

      Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 05/10/11 à 00:43.

      Un peu de respect pour tes parents ! D’autant plus, que beaucoup (sans doute une majorité) de parents participent au financement des projets immobiliers de leurs rejetons primo-accédants à la propriété.

      Évidemment, ce n’est pas très égalitaire. Mais bon, c’est comme tout le reste : milieu social, soutient scolaire, accès à la culture, accès aux meilleures écoles, financement des études, relations (piston…).

      Welcome to the real world Neo!

      Qui a dit que le monde était juste ?! Il ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Ce qui est nouveau et inquiétant, c’est surtout l’accroissement de ces inégalités ; alors qu’on a connu une tendance inverse au siècle dernier.

      L’Homme est cupide et égoïste (seule la femme l’est encore plus, surtout Mme Thatcher ;)), c’est ce qui a fait avancer l’humanité jusqu’ici, pour le meilleur et pour le pire.

      « Si on ne voulait être qu’heureux, cela seroit bientôt fait. Mais on veut être plus heureux que les autres, et cela est presque toujours difficile, parce que nous croyons les autres plus heureux qu’ils ne sont. »

         Montesquieu, Mes Pensées

    • [^] # Re: Avez-vous d’autres idées pour réduire ce qui est devenu et de loin le coût

      Posté par . Évalué à 2.

      Ces gens que tu semble mépriser se sont battus pour avoir ce qu'ils ont.

      mai 68 qui semble t'énerver n'est pas l'image d’Épinal avec orgie à gogo et anarchie de partout. En fait si ça l'était mais que pour les étudiants, pour les salariés en grève c'était un sacrifice. Il devenait difficile de payer les factures pour beaucoup.

      De plus de ce que j'ai pu en voir ces gens là, ils se battent aussi pour les autres. Généralement tu peut voir des retraités aux manifestation ouvrières en bien plus grand nombre que des ouvriers en manifestation des retraités (qui sont généralement le samedi pour permettre aux « jeunes » de venir).

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # My 2 cents

    Posté par . Évalué à -3.

    Pour les frais de notaire, il me paraît difficile de ne pas les faire payer: ils se tapent quand même pas mal de paperasserie. Par contre les baisser me parait être une bonne idée. En fait ce qu'il faudrait c'est un forfait en fonction du type de logement, plutôt qu'un pourcentage. En effet, entre une maison à 300 000 et une autre à 150 000 euros dans la même commune, je ne pense pas qu'il y ait de grosses différences de boulot. Du moins pas deux fois plus!

    Pour ce qui concerne le prix au mètre carré aux environs de 3000 euros par mètre carré, à Grenoble c'est déjà le cas (je suppose que tu vis en région parisienne :) ). Et à ce prix là c'est difficile si tu n'es pas un couple d'ingénieurs de t'acheter un appartement ou une maison d'une taille raisonnable pour loger une famille avec deux enfants (appartement de 70/80 m²). Les prix devraient normalement être plus bas que ça encore.

    Le problème cependant, c'est que si les prix baissent drastiquement, la majeure partie des gens qui ont acheté un bien pour y habiter (et non pour spéculer) vont être lésés. La seule chose que l'on peut essayer de faire, c'est d'empêcher que ça monte encore plus.

    Et à part limiter la hausse à l'inflation (via une loi), j'ai pas d'autre idée...

    • [^] # Re: My 2 cents

      Posté par . Évalué à 8.

      De mémoire une grosse partie des "frais de notaire" vont en fait au département et à la commune sous forme de taxes.

      Sur mes 11 000 euros, le notaire en a touché 2 300 pour donner un ordre d'idée.

      Le problème cependant, c'est que si les prix baissent drastiquement, la majeure partie des gens qui ont acheté un bien pour y habiter (et non pour spéculer) vont être lésés. La seule chose que l'on peut essayer de faire, c'est d'empêcher que ça monte encore plus.

      Les terrains sont certes cher, mais il faut voir que le prix des matériaux et de la main d'oeuvre explosent aussi...

    • [^] # Re: My 2 cents

      Posté par . Évalué à 8.

      Il paraitrait qu'on aurait voulu les mettre en concurrence, nos notaires, y compris avec ceux des voisins européens bien moins chers.

      Mais bon pas fou le notaire francais, y veut bien un plombier polonais dans sa salle de bain mais pas touche à son ptit privilège gravé dans le marbre par la Loi, alors il a mis les holas.
      Pis si les notaires se tapaient de la paperasserie, ca se saurait et les clercs seraient tous au chômdu.
      Enfin bon, quand il pose sa griffe quelque part c'est la garantie qu'il n'y aura pas d'embrouille, c'est pour ça qu'on le paye si cher.
      Comment ca, c'est pas vrai ?

      • [^] # Re: My 2 cents

        Posté par . Évalué à 3.

        Tous les pays n'ont pas de notaires, c'est un concept surtout présent dans les pays influencés par le droit romain. Par exemple cette notion est inconnue dans le droit anglo-saxon.
        Cela dit, il est clair que leurs tarifs sont largement disproportionnés par rapport à leur valeur ajouté (tout du moins dans le cas de transactions immobilières).

        • [^] # Re: My 2 cents

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Cela dit, il est clair que leurs tarifs sont largement disproportionnés par rapport à leur valeur ajouté (tout du moins dans le cas de transactions immobilières).

          Si vous pouviez juste arrêter de parler de "tarifs" que vous ne connaissez pas... Ou alors, allez y : c'est quoi les tarifs que vous trouvez disproportionnés? J'écoute. Si vous me sortez "bah un truc du genre 8-9%", vous aurez un zéro pointé : ça, ce sont majoritairement les impôts (oui, l'état), le notaire n'étant la que pour gérer la perception de l'impôt.

          La, à vous lire, on pourrait tout aussi bien dire que les commerçants se font une marge monstre, car il se mette au minimum 19.6% dans la poche ben oui on leur paye la TVA (si vous pensez que la TVA va dans la poche du commerçant autant que vous pensez que les impôts sur l’acquisition immobilière va dans la poche du notaire, il va falloir prendre des cours).

          Bref, les frais de notaires pour un appart, c'est dans les 1000-2000€, pas plus, et ils ont quand même pas mal de paperasse à faire (et payer aussi pour le stockage en lieu sûr des archives), alors certes ils se font bien plaisir (faut voir les locaux), mais parlons vraiment de la même chose : la majorité des "frais de notaire" comme on appelle en France, c'est des impôts, baisser même en divisant par 2 les frais de notaire ne changera pas grand chose (et désolé, mais sinon, je trouve bien qu'on taxe les proprios, même si je préférerai qu'on taxe plutôt encore plus la plus value sans limite dans le temps plutôt que sur le prix total, pour permettre une plus grande fluidité en cas de mobilité professionnelle "forçée" ou tout autre changement de plan)

          • [^] # Re: My 2 cents

            Posté par . Évalué à 3.

            Les droits de mutation, qui expliquent pourquoi nos charmantes collectivités n'ont pas vraiment intérêt à ce que les prix chutent.

            • [^] # Re: My 2 cents

              Posté par . Évalué à 3.

              C'est la somme des droits de mutation qui comptent : il vaut mieux 3 ventes à 100k€ qu'une seule à 200 k€...

          • [^] # Re: My 2 cents

            Posté par . Évalué à 4.

            Tu oublie aussi de dire qu'ils ont des risques financiers, et des recherches aussi.

            Bref, contrairement à bcp les "honoraires" du notaire ne me semblent pas particulièrement disproportionné.

            par contre les taxes ca fait mal à force (frais de notaires on a dis, et ensuites impots locaux et fonciers ...).

            • [^] # Re: My 2 cents

              Posté par . Évalué à -3.

              Je ne vois toujours aucun argument qui justifierait qu'ils ne puissent s'ouvrir à la concurrence et qu'un statut les protège.

              Les salariés de tous acabits y sont bien confrontés eux ?

              • [^] # Re: My 2 cents

                Posté par . Évalué à 3.

                ils sont soumis à la concurrence, tu peux choisir ton notaire, et les honoraires dudit notaire sont libre http://fr.wikipedia.org/wiki/Frais_de_notaire#Les_honoraires_libres_dits_.22ARTICLE_IV.22 les taxes elles sont bien sur constantes quelque soit le notaire.

                tu peux choisir ton médecin, ton notaire, pas de problème.

              • [^] # Re: My 2 cents

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Je ne vois toujours aucun argument qui justifierait qu'ils ne puissent s'ouvrir à la concurrence et qu'un statut les protège.

                Euh... Parce que personne n'a dit que leur statut était quelque chose de positif?

                Ma réaction est uniquement sur le fait que la plupart des gens pensent que le notaire se prend pour lui les 8-9% de "frais de notaire", ce qui est factuellement faux, et pense que casser le "monopole" des notaires ferait "énormément" baisser les "frais de notaire", ce qui par définition des "frais de notaire" à la française n'a pas grand chose à voir.

                Ouvrir plus le métier fera gagner peut-être 500€ dans la transaction, c'est toujours bon à prendre, mais ça reste aussi à prouver : ces derniers temps, il y a eu pas mal de licenciement de clercs faute de taf, il y a aussi la crise chez eux, faut pas non plus fantasmer : le boulot est à 90% fait par les clercs, le notaire ne faisant pas grand chose, et il y a déjà de la concurrence entre les notaires (quand on vend ou achète, on **peut ** déjà choisir quel entreprise prendre pour la signature de l'acte).

                Bref, râler sur le prix du notaire est plus un fantasme qu'autre chose, c'est déjà ouvert à la "concurrence", tu peux être toi-même notaire, etc... Augmenter le nombre de notaires sera plus "normal" (libre choix du nombre de personnes le faisant) ne fera pas forcément baisser le prix, il y a pas mal de frais "fixes" (rien qu'en prix pour la photocopieuse, vu les pavés qu'on a à chaque fois! Puis l'assurance, qui n'est pas donnée non plus), certes les notaires n'ont pas des salaires de miséreux, mais ça reste quand même du fric fait sur le "volume".

                • [^] # Re: My 2 cents

                  Posté par . Évalué à 3.

                  A noter : les offices sont répartis sur le territoire pour répondre aux besoins des citoyens. Toute nouvelle implantation est soumise au contrôle de la chancellerie, qui veille à l’équilibre démographique et économique de cette profession. Un débutant salarié d’une étude gagne en moyenne 1 700 € net par mois. Il peut espérer obtenir un salaire d’environ 3 000 € après une poignée d

                  http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/notaire-metier-pour-faire-carriere.html

                  Non la profession de notaire est réglementée y compris dans le libéral. Sans compter l'apport de 30 000 euros.
                  Tout sauf accessible à n'importe qui. Quans à la concurrence, elle n'est que nationale. A comparer avec les autres professions dans les services comme par exemple les informaticiens.

                  • [^] # Re: My 2 cents

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Regarde la concurrence dans les assurances ou les banques (des contraintes fortes sur les fond propres, et je parles pas des autorisations, des obligations de cx à SWIFT ou équivalent etc...)

                    Ne parlons pas des constructeurs d'armes.

                    Enfin si on veut la jouer numerus closus, n'oublions pas les pharmacies.

                    Oui c'est une profession réglementée avec un certains nombres de contraintes.
                    Mais c'est loin d'être la seule.

    • [^] # Re: My 2 cents

      Posté par . Évalué à 9.

      les frais de notaire, ce sont principalement des taxes, et l'état manque de sous.

    • [^] # Re: My 2 cents

      Posté par . Évalué à 0.

      Les 3/4 des frais de notaires sont une TVA qui ne porte pas ce nom.

      Paris est à 8.5k€/m². Dans le 06, trouver à 4k€/m² est difficile.

      Il est sûr qu'une baisse brutal n'est pas souhaitable pour ceux qui on un emprunt a rembourser, mais déjà si il n'était pas endetté sur 30 ans, le problème serait moindre.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: My 2 cents

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Les 3/4 des frais de notaires sont une TVA qui ne porte pas ce nom.

        STOP. Faut arrêter de balancer des erreurs aussi énormes.
        TVA = Taxe sur la valeur ajoutée.
        Frais de mutation (les 3/4 des "frais de notaire") = Taxe sur la valeur complète (tu vend 2x à 100 000 €, tu payes 2x sur 100 000 €).

        Ce n'est pas une TVA.

        (dans le genre "TVA", on peut imaginer la taxe sur les plus value du vendeur, ça c'est un impot sur le ajouté)

    • [^] # Re: My 2 cents

      Posté par . Évalué à 10.

      « Pour les frais de notaire, [...] les baisser me parait être une bonne idée. »

      Moi je suis proprio et je trouve que c'est une très bonne idée. Je propose même qu'on subventionne tout nouvel acheteur de 500.000€. Et dans le cas où le prix serait inférieur à ce montant? Rassurez vous, la question ne se posera pas... les prix de l'immobilier se fixent en fonction de ce que l'acheteur peut mettre sur la table, pas de la limite que le vendeur se fixerait et à partir de laquelle il se considèrerait comme un gros enculé...

      « Le problème cependant, c'est que si les prix baissent drastiquement, la majeure partie des gens qui ont acheté un bien pour y habiter (et non pour spéculer) vont être lésés. »

      C'est exactement le contraire. Ce sont les gens qui spéculent qui se feraient enfler, pas les gens qui y habitent. Prenons un exemple : un couple achète un 2 pièces 100.000€ et y emménage. Tant qu'ils ne vendent pas, peut importe le cours, ils ne sont ni perdant ni gagnant. Dans le cas habituel, ce couple va avoir des enfants et va vouloir acheter un 4 pièces. Si les prix restent constant, le 4 pièces va valoir 200.000€ et ils vont devoir mettre 100.000€ en plus que la vente de leur ancien appart. Si les prix chutent de moitié, ils n'auront qu'à mettre 50.000€ ; si ils doublent, 200.000€ ; bref, pour le même bien, une baisse des prix leur est largement favorable.

      Le raisonnement est bien sûr simplifié, et il existe des cas particuliers : si le couple quitte une région très chère vers une meilleur marché, si ils deviennent vieux, leur enfants ont quitté la maison, et ils veulent se racheter qq chose de plus petit. Mais en moyenne, ces cas se diluent dans l'intérêt général et la plupart des personnes modestes gagneraient à une baisse des prix, et ce sont les spéculateurs qui y perdraient, mais bon, ils n'avaient qu'à avoir un peu plus de flair et acheter des emprunts grecs...

      • [^] # Re: My 2 cents

        Posté par . Évalué à 0.

        Je crois que tu n'as pas compris le principe de la niche fiscale sur les frais de notaire et la liaison avec le problème de mobilité.

        Concernant la baisse des prix, ce que tu dis est vrai, mais tu oublies le crédit. Au US, des personnes ont des crédits sur des maisons dont la valeur à été divisé par 4. Si il la vendent, ils n'ont pas de quoi solder le crédit !

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: My 2 cents

          Posté par . Évalué à 3.

          Euh... pour la niche fiscale, il est possible que je n'ai pas compris, mais tu ne m'aides pas beaucoup. Je dis que si l'état sucre cette taxe, les vendeurs vont automatiquement augmenter le prix de vente de telle sorte que le prix reste le même pour l'acheteur. Alors effectivement, les vendeurs auront plus d'argent et pourraient bouger plus facilement, mais vu que leur mobilité dépend uniquement de la vente effective de leur bien, et qu'il ne se vendra pas plus facilement étant donné que le prix final ne changera pas, non, je ne comprend pas où tu veux en venir.

          Dans le cas du crédit, et dans le cas où la garantie du prêt est une hypothèque sur le bien acheté (le cas le plus fréquent il me semble), l'acheteur a la possibilité de refuser de payer la fin du prêt : la banque récupère le bien, le remet en vente... et la même personne peut alors racheter sa propre maison 4 fois moins chère! Elle aura bien sûr perdu la partie remboursée du prêt, mais ça reste avantageux tant que le prix de la maison sera inférieur au montant restant à rembourser. Bien entendu, le prêteur aura intérêt à renégocier le prêt pour éviter ce genre de cas. Je me rappelle que ce choix avait été plus où moins courant aux US au plus fort de la crise, notamment à cause du refus de renégocier les prêts, mais je ne sais plus dans quelle proportion et je n'ai pas réussi à retrouver d'infos plus précises.

          • [^] # Re: My 2 cents

            Posté par . Évalué à 1.

            Si tu casses ton crédit, a mon avis, tu n'es pas prêt de pouvoir en faire un autre.

            Concernant la niche fiscal, je suis d'accord que l'argent finira dans les poche des vendeurs et non plus de l'état. Dans le cas d'un déménagement, tu es acheteur et vendeur. Ce que tu perds d'un coté, tu peux le récupérer de l'autre, ce qui n'est pas le cas actuellement. Comme dis dans le journal, c'est 2 ans de loyer qui parte en fumer. Quand tu change d'appartement, tu payes dans un même quartier les m² supplémentaire et ces fameux frais. Si ceux-ci disparaissent, un déménagement peut devenir une opération presque "blanche".

            "La première sécurité est la liberté"

  • # Sacré journal

    Posté par . Évalué à 1.

    La France est un des rares pays avec un taux si fort de propriétaires (comme la Grêce). Or l’achat d’un appartement réduit la mobilité d’une personne. En restant moins de 3 ou 4 ans dans un lieu, la perte financière serait bien trop élevé. Par exemple, les frais de notaire (~7%) représente environ 2 ans de location du bien. Ce manque de mobilité diminue la fluidité du marché, ce qui réduit les capacités de baisse des prix car cela augmente la pénurie.

    Quelles solutions sont possibles ? Les prix pourrait être encadré.

    Tu vois une société de grands propriétaires (possédant un ou plusieurs quartiers) et de locataires (les gueux habitant ces quartiers) ?

    Location vs Achat représente clairement un choix entre garder totalement ou perdre un peu de sa mobilité (en tous cas pour cinq ans d'un point de vue financier)

    Je pleure comme toi quand je vois les prix de l'immobilier et surtout des taux appliqués par les banques pour ce type de prêt, mais je pense que l'on ne peut pas faire grand chose à ça d'un point de vue purement économique. L'immobilier restera une valeur refuge, stable[1]. Parce qu'elle est palpable, elle s'accompagne généralement de possession terrienne...

    [1] Je pense à la crise de l'immobilier outre-atlantique, évidemment. Est-ce que l'arnaque des financiers sur les ménages ne résidait pas tout simplement à vendre des produits financiers élaborés sous LSD, comme de l'immobilier dans son acceptation vulgaire sus mentionnée ?

    • [^] # Re: Sacré journal

      Posté par . Évalué à 1.

      Tu vois une société de grands propriétaires (possédant un ou plusieurs quartiers) et de locataires (les gueux habitant ces quartiers) ?

      C'est le cas de toute l'Europe du nord et ils n'ont pas l'air de gueux, si ?

      Et je ne suis pas de ton avis, il y a des choses à faire comme faire cesser la pénurie.

      "La première sécurité est la liberté"

  • # Dé-cen-tra-liser

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Les prix élevés se pratiquent dans un nombre limité d'agglomérations, Paris en tête bien sûr.

    Seule une décentralisation poussée pourra ramener les prix à des niveaux raisonnables car en province, du foncier il y en a.

    L’Allemagne, dont l'activité économique est bien mieux répartie, ne connait pas ces problèmes immobiliers. Elle n'a pas non plus érigé le dogme de la propriété à tout prix comme une religion.

    Il ne s'agit pas non plus de décentraliser pour reconcentrer des zones déjà en tension (en gros le sud et les bords de mer).

    Bref, pour dégraisser Paris, je propose des mesures énergiques : Total à Charleville-Mézières, BNP Paribas à Tulle, L'Oréal à Cosne-Cours-sur-Loire, etc.

    Et puis ça évitera de construire des métro automatiques dans tous les sens et les employés de ces sociétés bénéficieront d'un meilleur cadre de vie à moindre coût.

    Pensez à l'environnement avant d'imprimer ce commentaire - Please consider the environment before printing this comment

    • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

      Posté par . Évalué à 4.

      Toutafé. En plus ça permettrait de désengorger les grosses villes en terme de trafic, et d'éviter les déserts médicaux, juridiques, scolaires et autres qui apparaissent de plus en plus en France.

      Par contre je pense qu'une proportion non négligeable de gens ne voudront jamais déménager de Paris à Brive La Gaillarde, Annonay ou encore Saint-Quentin, et préféreront démissionner. Ce qui risque d'être un frein pour les dirigeants, qui ne sont pour la plupart que des 'risk-takers' (in angliche plize) quand ça n'impacte pas leurs stock-options de manière négative.

      • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

        Posté par . Évalué à 10.

        ça c'est un point de vue ... personnellement, je ne vois pas l'intérêt d'aller bosser dans un endroit où la qualité de vie sera moindre ... quel est l'intérêt d'aller aujourd'hui bosser à paris pour payer des loyers qui vont te manger l'argent que tu vas gagner en plus dans ton travail ? le choix est vite fait ! Je préfère gagner moins en province et avoir un meilleur niveau de vie !

        • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

          Posté par . Évalué à 6.

          un endroit où la qualité de vie sera moindre

          La notion de qualité de vie est très relative. Certains trouveront que Paris offre une meilleur qualité de vie parce que, en ce qui me concerne il y a :
          - Plus d'activités culturelles (théâtre, concerts, etc.).
          - Plus de lieux de sortie le soir (bar, pubs, boites, etc.).
          - Une facilité pour se déplacer la nuit.
          - Pas besoin de voiture. En province les économies sur le logement passent en grande partie dans la voiture dans laquelle aucune capitalisation n'est possible. Ce n'est pas un cout directement visible en premier lieu mais que j'estime à environ 400/500€ par mois tout compris (achat du véhicule, entretien, assurance, parking, etc.).
          - Augmentation des temps de transport professionnels (type A/R en avion en une journée). Cela dit, ceci n'est pas généralisé à toutes les activités.
          - Le caractère central est un plus pour rationaliser l'utilisation les transports en commun (avion/train) pour voyager à moindre cout. Je pars souvent en WE à l'étranger et j'estime à 100€ minimum par voyage le surcout lié au point de départ, sans parler du temps perdu et du surplus induit de fatigue.

          Attention, mon opinion est peut être un peu biaisée, je suis un parisien habitant en province. Mon constat pour certains points dépend probablement également du lieu.

          • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Déjà il y a province et province ! Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lille, Strasbourg c'est la province. Angy, Juscorps, La Tour-du-crieu, Murvaux, Epiry c'est également la province.

            Si l'activité culturelle est riche à Paris, encore faut-il en profiter et en avoir le temps. De plus il existe une activité culturelle, moins riche évidemment, en province et là encore il faut avoir le temps pour en profiter (et l'envie si on a le temps, idem pour Paris)

            Evidemment il y a de nombreux lieux de sortie à Paris, en province ben ça dépend. Il y a des villes étudiantes qui ne sont pas en reste. Là encore il faut avoir le temps pour sortir (et pas trop de contraintes, genre des enfants).

            Les déplacements de nuits, je ne sais pas trop. Sur Lyon les derniers métros sont vers minuit (après si on loin du métro c'est pas super utile). En tout cas il est sans doute vrai qu'en province on peut moins se passer de voiture mais il n'y a pas forcément non plus autant de difficulté à circuler qu'à Paris et sa banlieue. Et puis si on habite Paris et qu'on veut aller visiter les châteaux de la Loire, sans voiture c'est quand même sportif !

            Pour les temps de transports et notamment l'avion, je ne sais pas, je ne prends pas. Pour les WE à l'étranger, Lille est plus proche de Bruxelles que Paris ! Lyon c'est super pour un WE au ski (voire juste une journée !) Et puis bon, je ne suis pas certain que la majorité des français / familles françaises partent en WE à l'étranger souvent.

            La qualité de vie c'est dépendant du regard de chacun.

            • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

              Posté par . Évalué à 2.

              Depuis que je vis sur Nice, je ne peux plus aller en nocturne au Salon de l'auto, ni aller au salon du bourget sans prendre un week end et l'avion qui va avec.C'est aussi bien complexe pour aller à Solution Linux, etc...

              Pour aller sur Lyon, ce n'est plus 2h de tgv mais 5h de route ou 6h de train. Pour aller à Montpellier, ce n'est plus 3h de TGV mais 3h30 de route. Pour aller à la Ferté-Bernard (coupe e=m6), ce n'est plus 1h30 de train mais 10h de voiture.

              J'ai l'impression qu'il y a autant de théâtre rue de la Gaieté à Paris que dans tout le 06. Et autant de cinéma autour de Montparnasse que dans tout le 06 également. Voir certain film qui ne sont pas des blockbuster est très compliqué.

              Mais je peux aller à la plage à midi, les stations de ski sont à 1h30 de route, et j'ai vu panoramique d'un F3 sur une foret pour le prix d'un studio parisien.

              "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

              Posté par . Évalué à 3.

              La qualité de vie c'est dépendant du regard de chacun.

              C'est exactement ce que je soulignais. C'est pour cela qu'opposer Paris et province en terme de qualité de vie n'a aucun sens.

      • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

        Posté par . Évalué à 6.

        je connais des tas de gens qui aimeraient bien quitter Paris. Parce que franchement, c'est une ville surpeuplé rempli d'aigris qui tout les weekends quittent les grèves de métro pour aller s'entasser dans les bouchons vers un air plus pur.

        • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Et d'autres qui ne se verraient pas vivre ailleurs à cause de toute la vie et l'activité qu'ils y trouvent… malgré les gènes que tu cites.

          Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

        • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

          Posté par . Évalué à 5.

          J'habite a côté de l'INSEE au bord du périph Parisien. Je peux t'assurer que quand on leur a dit qu'ils allaient partir en province, le bâtiment s'est rempli d'affiche comme quoi ils voulaient vraiment pas.

          D'ailleurs ils ne sont pas partis.

        • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

          Posté par . Évalué à 4.

          Moi, je viens d'en connaitre un de plus.

    • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

      Posté par . Évalué à 4.

      Peut-on lever la limite de pertinentage de ce commentaire, svp :)

      On pourrait également parler de la relocalisation. Faut voir toutes les denrées qui transitent vers la capitale pour pourrir dans les canniveaux… On pourrait enlever deux ou trois intermédiaires en décentralisant ! Je passe sur l'impact écologique.

    • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

      Posté par . Évalué à 2.

      je ne peux que plussoyer abondamment.

      L'immobilier étant un marché d'offre et de demande, faire baisser la demande en décentralisant serait hautement bénéfique.

      J'ajoute à ça, la mise en place de mesure fiscale incitatives pour "aider" les entreprises à décentraliser.

      Et de deux, d'autres mesure fiscales pour les inciter à avoir recours au télétravail quand cela est possible
      Cela aurait un tel impact sur l'environnement, les transports, la circulation automobile ; puis enfin sur l'immobilier...et oui, on accepterait plus volontiers de s'éloigner d'une gare puisque les transports marcheraient mieux....

      • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

        Posté par . Évalué à 4.

        Le problème des entreprises est d'être capable d'embaucher suffisamment vite, lors d'une reprise rapide. Paris a l'avantage d'avoir un gros réservoirs de personnel. Pour certain boite, Sophia Antipolis est encore trop petite pour avoir un marché de l’emploie de taille suffisante.

        Donc, une décentralisation serait intéressante si la mobilité est facilité, et on retourne à la case départ, et a mon journal : il est financièrement suicidaire de vendre un bien avant d'avoir payer un tier de son prêts. On revient à la baisse de la taxe sur la vente d'habitation principal.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Dé-cen-tra-liser

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Paris a l'avantage d'avoir un gros réservoirs de personnel.

          Il y a beaucoup de chômeurs à Toulouse aussi.

          * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

  • # Oui et non...

    Posté par . Évalué à 9.

    Il pourrait y avoir une loi qui réduit la possibilité de construction de “lotissement”, qui est la forme la moins écologique de logement (voiture obligatoire qui fait grimper la facture de CO2 car tout commerce est loin et densité très faible de population, ce qui entraîne un gaspillage de terrain).

    Le problème est plus, selon moi, que ces quartier ne sont pas toujours (rarement ?) prévus pour accueillir des commerces de proximité, ce qui est une belle connerie !
    Si on foutait quelques commerces (boulangerie, épicerie, tabac/presse, ...) au rez-de-chaussée d'un ou 2 immeubles que l'on ajouterait au lotissement, des lignes de bus fréquentes et régulières, ... le problème que tu soulèves serait résolue, peut-être pas totalement mais ça serait un bon début.

    • [^] # Re: Oui et non...

      Posté par . Évalué à 2.

      Le problème est que la densité est trop faible pour des transports en commun ou des commerces de proximité soient viable.

      D'ailleurs, ta solution de construire des petits immeubles revient exactement à densifier le quartier.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Oui et non...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Et comme la densité est trop faible pour avoir des transports en commun et des commerces il n'y en a pas et comme il n'y en a pas ça n'attire pas d'éventuelles personnes à s'installer ce qui fait que la densité reste trop faible...

        • [^] # Re: Oui et non...

          Posté par . Évalué à 1.

          Non la densité est trop faible par ce qu'un maire à donné son accord à des permis de construire à des maisons étalés.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Oui et non...

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Ce n'est pas comme s'il existait en Ile de France des zones denses totalement dépourvues (ou presque) de transport en commun. Ou que le réseau était maillé en étoile alors que les déplacements se font de banlieue à banlieue.

      • [^] # Re: Oui et non...

        Posté par . Évalué à 7.

        Le problème est que la densité est trop faible pour des transports en commun ou des commerces de proximité soient viable.

        Vu la qualité de certains transports en commun (notamment parisiens), on peut se demander si même une densité élevée suffit à les rendre viables.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # APL

    Posté par . Évalué à 0.

    Pour rajouter un facteur de plus expliquant les prix des loyers, les APL vont presque entièrement dans la poche des propriétaires, car l'élasticité prix de l'offre est beaucoup plus faible que celle de la demande (ie le proprio loue quelque soit le prix ou presque). C'est une subvention à l'ancien. Il faudrait mieux une aide aux personnes dans le besoin ou une allocation universelle.

    Une autre chose à faire est de taxer la résidence principale pour un propriétaire comme un revenu, car c'est in fine ce que c'est. Pour se rendre compte de ca, il suffit d'imaginer deux situations,
    1) A possède sa maison et B possède la sienne.
    2) A possède la maison que B loue et B celle que A loue.

    En considérant les maisons comme équivalentes, les situations devraient être équivalentes. Or elles ne le sont pas du tout fiscalement, et cela réduit la mobilité des ménages. Ce qu'il faudrait, c'est qu'il y ait les mêmes taxes dans les deux situations. Donc taxer la propriété non louée.

    Dernier petit avantage de cette méthode, c'est qu'elle encourage à louer car les appartements non occupés coûtent alors au propriétaire, qui ne peux plus attendre passivement que les prix montent.

    • [^] # Re: APL

      Posté par . Évalué à 4.

      En gros, tu veux réinventer l'ISF ?

      La taxe sur les stock ne sont plus à la mode : ils ont trop d'effets pervers (le stock n'est pas forcément "liquide" pour payer des impots dessus).

      On cherche à taxer les flux avec la base la plus large possible (CSG vs impot sur le revenu) et le taux le plus faible, pour éviter des situations ubuesques.

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: APL

      Posté par . Évalué à 5.

      Taxer la résidence principale pour un propriétaire comme un revenu, car c'est in fine ce que c'est.

      Pourquoi ne pas, alors, taxer aussi les voitures vu qu'être propriétaire de sa voiture plutôt que la louer (leasing) est également, in fine, un revenu (notamment si tu roules peu) ?
      Idem avec des panneaux solaires ou les maisons autonomes en énergie : tu considèrerais que l'autonomie en électricité est également un revenu ?

      Dans tous les cas, être propriétaire ou louer quelque chose engendre des coûts (entretien, renouvellement, etc.). Ce ne sont pas des revenus.

      En considérant les maisons comme équivalentes, les situations devraient être équivalentes.
      Mais les logements ne sont pas équivalents. Quand on est propriétaire de son appart ou de son logement, on l'entretient complètement différemment que lorsqu'on est locataire. On l'adapte à ses besoins, qui sont différents de ceux des autres, et au bout de quelques années les logements d'un même immeuble ou lotissement sont tous très différents. Il n'y a qu'à voir la différence entre un immeuble avec une majorité de locataires et un immeuble avec une majorité de propriétaires.

      • [^] # Re: APL

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je comprend pas, la taxe foncière, les frais de notaires c'est pas déjà des impôts, tu veux en rajouter une couche ?

        • [^] # Re: APL

          Posté par . Évalué à 4.

          c'est pas moi, c'est lui (oao)

        • [^] # Re: APL

          Posté par . Évalué à 1.

          Non non non, les frais de notaires sont des taxes au moment de la vente, qui réduisent donc la fluidité du marché. Ce qu'il faut c'est corriger la distorsion de concurrence, donc une taxe sur la valeur du terrain, payée annuellement, pour les habitations non louées, donc vides ou habitées par le proprio (car les loyers sont déjà taxées).

          • [^] # Re: APL

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            En fait, remplacer l'assiette qui est sur le montant total par la plu value corrigerait le problème (tu vends l'année suivante, ça te bousille pas l'investissement, au pire tu gagnes rien). Ca déporte sur le vendeur plutôt que l'acheteur, mais ça change pas grand chose. Mais du coup pour la même rentabilité pour la région/ville, faudrait sacrément taxer la plu value.

            C'est faisable. Encore faut-il une volonté politique de permettre plus de mobilité professionnelle...

            • [^] # Re: APL

              Posté par . Évalué à 0.

              Cela ne changerait rien au problèmes, tu aurais à payer pour vendre au lieu d'acheter. Le problème serait exactement le même.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: APL

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Tu peux lire s'il te plait?
                Je t'aide : taxe sur la plu value (qui existe déjà certes, mais relativement faible).

                Au contraire, ça change tout par rapport à l'existant (taxe violente sur le prix total).

                Faut-il que je donne un exemple en cas de revente au bout d'un an?
                Pour la forme 100K€ revendu 100K€:
                Actuel : 1K€ frais + 8K€ taxes sur le total
                Si que plu value : 1K€ frais + O taxes.
                il se retrouve à -1K€ plutôt que -9K€... supportable pour changer de taf, alors que c'est du "vol" dans le système actuel.

                100K revendu 105K (énorme changement du prix en 1 an):
                Actuel : 1K€ frais + 1K€ taxe plu value + 8K€ taxe sur le total
                Si que plus value : 1Ke frais + 3K€ taxe plu value (hypothèse taxe à 60%) + 0 taxe sur le total.
                il se retrouve à +1K€ plutôt que -5K€... pas dégouté de changer de taf, plus "honnète"

                Si pour toi ça ne change rien au problème, je ne sais pas ce qu'il te faut... Les régions ne perdraient pas tant que ça du fait du plus rand nombre de transaction.

                • [^] # Re: APL

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Prend des exemples moins favorable, par exemple un appartement acheter 300k€ en 2000 à Paris qui vaut aujourd'hui 600k€. Tu changes pour un appart au même prix 600k€.

                  Aujourd'hui tu veux déménager, tu as 300k€ de plus-value.
                  Aujourd'hui, en suivant tes taux tu as : 1k€ frais + 6*8 k€ (48)
                  Avec une taxe de 60% sur la plus-value, tu as 1k€ + 0.6*300 k€ (180)

                  Pour un changement d'appart au même prix dans un autre quartier, pour un achat d'il y a 10 ans, tu va tripler (x3.5) la taxe.

                  C'est un cas absurde et courant ! On ne peut prendre une telle base avec un problème pareil.

                  "La première sécurité est la liberté"

                  • [^] # Re: APL

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Ben si justement, c'est le but : taxer les gains

                    Perso, ça me va à 100% qu'un mec qui se fait 300 K€ de marge paye 18O K€ de taxe (comme pour l'impôt sur le revenu en fait), il a les moyens et ne perds pas de fric. J'espère que tu t'insurges aussi sur les impots sur le revenu qui est à ce niveau.

                    Après, si tu veux taxer ni sur le total (cas aujourd'hui qui empêche la mobilié) ni sur les gains, ben ça marche pas...

                    Désolé, je ne vois pas en qui c'est absurde, c'est plutôt intelligent : taxer les gains.

                    • [^] # Re: APL

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Le but est de fluidifier le marché. Ce genre de taxe est un frein énorme a toute vente.

                      Cela voudrait dire que si le marché monte, tu ne peux plus vendre pour racheter car la taxe serait trop élevée. Cela pourra être un effet pour freiner la hausse des prix mais à long terme.

                      Il existe un concept "d'enrichissement sans cause" (spéculation) que certain voudrait taxer fortement. Je suis d'accord sur le principe quand il s'agit d'acheter des appartements pour les louer. Le but est bien de faire de l'argent.

                      Le cas de la résidence principal est très particuliers. Car une fois payé, on a intérêt à ce que le marché baisse ! En effet, en cas d'achat d'une maison plus grande les m² supplémentaire seront moins chère. Il n'est pas question ici de s'enrichir mais de se loger.

                      "La première sécurité est la liberté"

                    • [^] # Re: APL

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Pour faire plus court, dans le strict cas de la résidence principal, il n'y a ici aucun gains réel. En effet, la personne dispose de la même surface dans un endroit différent. Pourquoi prendre en compte l'évolution dans le temps ? C'est la situation actuelle qui est problématique.

                      "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: APL

              Posté par . Évalué à 1.

              Non, ca corrige en partie* le problème de mobilité, mais pas celui de distorsion de concurrence entre biens loués et biens habités par le propriétaire. Et cette distorsion est tout sauf négligeable.

              Pour corriger cette distorsion, il faut imposer périodiquement en fonction de la valeur locative du bien. Plus imposer la plus-value à la revente.

              *en partie seulement car si l'on quitte un appart de valeur 100 et qu'on paye 10 à l'état, car on a fait une plus-value, on ne pourra pas acheter un nouvel appart de valeur 100 mais seulement de valeur 90. Donc il y a toujours un biais, mais plus faible car il ne limite pas les déménagements fréquents.

      • [^] # Re: APL

        Posté par . Évalué à -1.

        La différence est
        1) que lorsque j'ai une voiture, je n'empêche personne d'autre d'en avoir. Une maison est un bien unique, qui empêche d'autres personnes de l'occuper.
        2) la distorsion de concurrence entre posséder une voiture et la louer est beaucoup plus faible, car la voiture se déprécie le temps passant et doit être rachetée régulièrement. Il n'y a pas accumulation de capital dans les voitures, donc les taxes à la consommation s'appliquent, donc RAS.

        Le problème de la distorsion de concurrence pour les logements est catastrophique, car cela encourage à rester sur place et donc empêche d'autres marchés, comme l'emploi, de fonctionner car ils deviennent trop rigides géographiquement. Rien de tel avec des voitures. Le marché de l'immobilier ancien et celui des voitures ou des choucroutes sont radicalement différents par nature.

        Dire que les biens ne peuvent pas être équivalents est de la mauvaise fois pure. Si ils n'étaient pas équivalents, on ne pourrait pas acheter un appart, le louer, le revendre, et que l'acheteur le loue, et ainsi de suite. Ou alors tu n'as rien compris car tu penses que j'ai dis que deux maisons de même superficie étaient équivalents, mais ce n'est qu'une hypothèse pour une illustration de ce qu'il y a au dessus.

        Ils sont équivalents mais en moyenne mieux entretenus par les propriétaires que les locataires. La notion de caution sert justement à corriger cet état des faits, même si ce n'est pas parfait car il n'y a pas de mécanisme pour que si le locataire améliore l'appart (peinture...) son loyer soit réduit.

        • [^] # Re: APL

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          1) que lorsque j'ai une voiture, je n'empêche personne d'autre d'en avoir. Une maison est un bien unique, qui empêche d'autres personnes de l'occuper.

          La voiture, comme la maison, sont des biens dénombrables. Va demander aux mecs d'ex-RDA si ils pouvaient avoir une voiture même en ayant l'argent (petite aide : délai moyen d'attente 10 ans).
          Donc si : lorsque tu as une voiture, tu peux empêcher une autre personne d'en avoir. Le problème n'est pas le type de bien, mais le nombre qu'on peut produire par rapport à la demande.

          Bref, toujours un problème d'offre et de demande, même pour une voiture (d'ailleurs, pour continuer dans la comparaison, le prix des voitures en ex-RDA était bloqué. Ca donne envie de bloquer les prix n'est-ce pas?)

          • [^] # Re: APL

            Posté par . Évalué à 0.

            Non, pour une voiture tu peux modifier les cadences ou construire une nouvelle usine, et ce relativement rapidement.Pour une voiture la limitation de matières premières est secondaire.

            Une maison, quel que soit le régime politiquo-économique, restera un bien unique, car limité par la place au sol. Le problème de base c'est la place au sol. On peut toujours construire une nouvelle voiture comparable à l'ancienne. On ne peux pas construire un immeuble au centre de Paris, on est obligé d'acheter le terrain.

            Cela dis d'accord avec toi sur les effets pervers des réglementations abusives, cf les listes d'attente des HLM.

    • [^] # Re: APL

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je suis propriétaire d'un appartement que je suis obligé de loué à quelqu'un et j'occupe un appartement en location... Au niveau des impôts, c'est pas la joie...

      Je pense surtout que l'on devrais pouvoir passer dans ses charges ses loyers... Après tout, le propriétaire va payé des impôts dessus, pourquoi je devrais aussi en payer...

      Et comme ça, les impôts sur les loyer perçu ne serait plus un frein à la mobilité !

  • # pendant ce temps aux États-Unis

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    http://money.cnn.com/2009/01/08/real_estate/thousand_dollar_homes/index.htm

    pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

  • # 33% sur le brut de décoffrage

    Posté par . Évalué à 1.

    Ca sert à quoi de calculer sur le salaire brut ?
    Et avant ça, qu'est ce que le salaire brut ?
    J'ai cherché sur internet, j'ai pas trouvé.
    Ce que je connais et qui a du sens, c'est le montant disponible
    après impots sur le revenu. C'est d'ailleurs ce que le
    banquier regarde pour se faire une idée.

    Enzo

    • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Ca sert à quoi de calculer sur le salaire brut ?

      A rien. Mais le journal est faux : c'est sur le net qu'ils regardent (avant impots sur le revenu donc, pas grave, si tu paye beaucoup d'impots c'est que tu as de la marge pour payer, donc ça va), avec assurance compris, et frais de notaire en dehors de l'emprunt (généralement c'est l'apport donc pas de remboursement; sinon c'est dans le calcul du taux d'endétement)

      Bref, cherche pas, le journal est juste faux pour 90% des gens : c'est 33% du net, tout compris, point.
      (les 10% qui restent sont les gens ayant un patrimoine à côté et un salaire conséquent, qui permet au banquier d'être sûr que charger à 50 voire plus n'est pas un problème)

      Et avant ça, qu'est ce que le salaire brut ?
      J'ai cherché sur internet, j'ai pas trouvé.

      Pardon??? J'espère que tu plaisantes la, parce que c'est la base de tout contrat de travail... Relis ton contrat de travail!

      Ce que je connais et qui a du sens, c'est le montant disponible
      après impots sur le revenu.

      Brut, net, restant après impôts, tous ont du sens, ça dépend juste pour quoi.

      • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Un des indicateurs les plus intéressant est le reste à vivre par personne :
        une fois déduit les remboursements d'emprunts, quelle somme disponible par personne du ménage pour tenir jusqu'au 30 du mois !

        parce que les revenus c'est bien, mais il faut aussi compter le nombre de bouche a nourrir.
        un cadre à 3000€ par mois n'est pas exactement la même chose qu'un couple à 2*1500. Là encore, ça se pondère, car deux salaires c'est plus sur qu'un seul !
        Par ailleurs, la profession rentre en compte, les taux de chômage et la capacité à retrouver un taf n'étant pas la même selon les métiers (ne serait ce que par la capacité de reconversion)
        L'apport est une indication de la capacité d'épargne (ou de taxer les parents).
        Les parents et grands parents sont de plus en plus indispensables ; il faut des cautions ! Les banquiers ont horreur du risque :)

        Au final, les banquiers utilisent de multiples indicateurs pour décider. Il y a dans certaines banques des systèmes experts qui évaluent chaque projet.

        • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

          Posté par . Évalué à 2.

          l'apport à un autre gros intérêt : c'est la "marge" qu'ils ont sur l'évolution du marché à la baisse.

          Si tu achètes une maison 200 k et que tu avance 50k, il faut que le marché baisse de 50k avant de devoir avancer de l'argent de leur poche si ils doivent la revendrent.

      • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

        Posté par . Évalué à 1.

        J'ai bien relu mon contrat de travail, nulle part il n'est expliqué dans le détail
        ce qui compose mon salaire brut. Il y a quelques pistes dans la convention collective
        et sur des sites qui devraient faire foi comme l'INSEE.

        http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/salaire.htm

        Relis ça et relis bien, et relis ton contrat de travail. La vaste blague,
        c'est que le versement de mon salaire induit des charges patronales

        (parfois aménagées) qui ne rentre pas dans les calculs savants (cf. tribune).

        Le seul moment ou ça ressort du bois, c'est quand on va se battre pour
        une augmentation et là on se retrouve avec une estimation au doigt mouillé :
        pour X € de salaire brut, 1,7 (ou 1,5 ou 1,9) fois X le "cout" du salarié
        pour le patron (il ajoute les "frais d'exploitation" du salarié, bureau, materiel, etc).
        Qu'importe si on est aussi un "centre de profit" et qu'on facture par exemple
        4 fois X € brut aux clients en une année (pas doué en compta les gars).

        Sur mon "salaire brut", l'employeur reverse les cotisations et on se retrouve avec un "salaire net". Je fais l'impasse sur les siouxeries du "net imposable".
        Je retire le montant des impôts sur le revenu et on arrive au véritable montant
        qui intéresse le banquier, "net disponible" ?, ce qui était le sujet de la discussion.

        • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Le salaire "brut", qui figure dans les contrats de travail, n'a pas beaucoup de sens : il ne représente ni ce que l'employeur verse chaque mois (ça, c'est le "superbrut", c-a-d brut + cotisations patronales, qui vaut à peu près 150% du salaire brut), ni ce que l'employé reçoit chaque mois (le "net", soit à peu près 75% du salaire brut, selon mutuelle/avantages en
          nature/etc.). C'est lié à cette dichotomie entre cotisations salariales et cotisations patronales qui n'a pas forcément tellement de sens (les deux constituent une taxe sur le flux employeur->salarié). C'est vrai qu'on négocie toujours son salaire en brut, mais ce n'est pas forcément le plus logique puisque c'est une valeur artificielle.
          Moi dans mes comptes j'ai une ligne que j'ai appelée "supernet" qui correspond au net-disponible-après-impôt. (Et puis on peut aussi imaginer une ligne "argent de poche" qui correspond au net-disponible-après-impôts-et-dépenses-contraintes.)

          Le banquier, je suppose qu'il s'intéresse à l'une des deux dernières valeurs que j'ai mentionnées. Ça tombe bien : moi aussi.

          • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

            Posté par . Évalué à 2.

            ca dépend comment tu négocie ton salaire hein.
            Surtout si tu commence à filtrer sur le public (taxe de ~ 18% plutot que 25% de tête), ou là on indique plutôt le net que l'on souhaite obtenir plutôt qu'un brut "changeant".

      • [^] # Re: 33% sur le brut de décoffrage

        Posté par . Évalué à 2.

        Je confirme, j'ai passé 1h30 avec mon banquier samedi à monter des projets immobiliers (enfin à essayer parce que c'est pas gagné ...) et la première chose qu'il demande c'est le revenu net imposable.
        Donc ce qu'il y a en bas de ta fiche de paye au bout de tes 12 mois de boulot et que tu recopie dans la case qui va bien en mai.
        Et après il part sur une base de remboursement de 33% de ce chiffre divisé par 12.

  • # Des solutions simples

    Posté par . Évalué à 1.

    • interdire les prêts de plus de dix ans
    • encadrer les loyers
    • supprimer l'héritage ou lui faire sauter une génération
    • taxer fortement les logements et bureaux vides
    • décentraliser
    • développer le télétravail.

    L'énorme avantage d'encadrer les loyers, c'est que l'APL ne sera quasiment plus nécessaire; je me souviens quand je cherchais un appart sur Belfort, les loyers était indiqué avec juste derrière +APL... Créer l'APL sans encadrer les loyer a été une connerie monumentale.

    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: Des solutions simples

      Posté par . Évalué à 2.

      Parce qu'encadrer les loyers résoudra le problème de déficit de logements.
      Et les logements vacants dans la Creuse on s'en tape un peu.

      • [^] # Re: Des solutions simples

        Posté par . Évalué à 3.

        J'ai dis que chaque points pouvaient être utilisé indépendamment

        Parce qu'encadrer les loyers résoudra le problème de déficit de logements.

        Encadrer les loyers devient nécessaire si tu interdis les prêts à plus de dix ans.

        Et les logements vacants dans la Creuse on s'en tape un peu.

        Le télétravail peut en avoir l'usage; et si on décentralise la creuse ne sera peut être pas aussi vide.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: Des solutions simples

      Posté par . Évalué à 3.

      et c'est quoi ton opinion sur le droit à la propriété ? :)

      • [^] # Re: Des solutions simples

        Posté par . Évalué à 2.

        Tu peux expliquer ta question ? J'ai du mal a voir avec les solutions proposées?

        Si c'est pour l'encadrement des loyers, il y a un paquet de truc dans notre législation qui est réglementé, même si tu en as l'usufruit; par exemple les autoroutes ne peuvent fixer les tarifs qu'elles veulent; et pourtant c'est un beau gouvernement de droite qui les a privatisés; théoriquement TF1 devait diffuser du contenu culturel (condition pour sa diffusion hertzienne analogique);

        Sinon pour répondre à la question, je ne vois aucun problème à posséder une maison ou un appart. Mais comme dit dans l'énoncé du journal, toutes les aides pour accéder à la propriété finissent dans la poches de ceux qui en on déjà plusieurs. Ça ne marche pas.

        On a une pénurie de logement, mais quand le marché de l'immobilier ralenti, au lieu de voir les prix baisser, on constate que c'est les constructions qui baissent.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: Des solutions simples

      Posté par . Évalué à 4.

      Alors pour info les loyers sont déjà encadrés. Tout du moins leur augmentation.

      L'augmentation maximale de ton loyer lors de sa réévaluation à la date anniversaire est encadrée par un système de point dont la valeur est fixée par l'Etat il me semble.

      De même lors d'un changement de locataire, le proprio ne peut pas augmenter le loyer à sa convenance.

      • [^] # Re: Des solutions simples

        Posté par . Évalué à 3.

        De même lors d'un changement de locataire, le proprio ne peut pas augmenter le loyer à sa convenance.

        Si, et c'est bien le problème dont il est question. Lors d'un changement le propriétaire est libre.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Des solutions simples

      Posté par . Évalué à 3.

      interdire les prêts de plus de dix ans

      Super, plus personne n'est capable d'acheter, donc tout le monde cherche à louer, donc le prix des loyers augmente (et les riches, capables d'acheter avec un pret de moins de 10 ans, deviennent encore plus riche).

      encadrer les loyers

      Super, comme ca il deviendra encore plus dur de trouver un logement : il faudra plus fournir 3 mois d'avance, mais 1 ans, avoir 5 personnes différentes en caution, etc...

      • [^] # Re: Des solutions simples

        Posté par . Évalué à 0.

        Super, plus personne n'est capable d'acheter, donc tout le monde cherche à louer, donc le prix des loyers augmente

        D'où l'intérêt d'encadrer les loyer pour éviter cela.

        Super, comme ca il deviendra encore plus dur de trouver un logement : il faudra plus fournir 3 mois d'avance, mais 1 ans, avoir 5 personnes différentes en caution, etc...

        Je ne vois pas le rapport de cause à effet. Ce qui fait qu'une personne ne paye pas son loyer, c'est soit qu'elle a pas les sous, soit qu'elle est malhonnête soit qu'elle est distraite. Si les loyers sont encadrés, c'est surtout le second point qui risque de rester (généralement les personnes distraites payes en retard)

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: Des solutions simples

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est simple : tu es propriétaire de 4 appartements. Tu payes pour chacun un pret 600euros par mois. Si le loyer que tu peux demander à ton locataire est max 650 euros, bah va VRAIMENT falloir être SUR ET CERTAIN d'être payé TOUS LES MOIS pour que ca vaille le coup de louer...
          Si les loyers sont libres et que tu peux demander 800 euros pour chaque appartement, bah ca devient moins critique : a la limite si un des locataires a un peu de retard à un moment, tu pourras toujours payer ton pret avec le loyer des autres apparts. La situation ne devient critique qu'à partir de 2 mauvais payeurs (et encore, normalement tu as mis un peu de tes 200 euros par mois par appart de coté pour pouvoir gérer ca).

          Donc, logiquement, si on encadre trop fortement les loyers, bah on fait que les propriétaires vont se blinder un max pour pouvoir être SUR d'être payé.

          Ca va mieux comme ca ?

          • [^] # Re: Des solutions simples

            Posté par . Évalué à 1.

            Donc, logiquement, si on encadre trop fortement les loyers, bah on fait que les propriétaires vont se blinder un max pour pouvoir être SUR d'être payé.

            Je ne vois pas trop la différence avec ce que réclame actuellement les assurance loyer impayés. Par ailleurs dans ton cas de figure, si le gars n'arrive pas à louer parce qu'il est trop exigeant, il va devoir vendre; ce qui est précisément le but. Et comme les prêts sont bloquées à 10 ans, il va devoir vendre au prix que les gens peuvent payer.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: Des solutions simples

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Je ne vois pas trop la différence avec ce que réclame actuellement les assurance loyer impayés.

              Ces assurances sont pourries : elles payent que jusqu'à 2 ans de loyers impayés, après l'assurance peut être résiliée. Entre un même profile avec d'une une caution (parent machin chose) illimité et un mec qui est prêt à payer de sa poche l'assurance (je vais pas payer moi-même, sinon mon gain est inférieur donc dégage), je choisis immédiatement le profile avec caution.

              Du fait de sa limitations, l'assurance actuelle est juste de la pub électorale pour faire croire que le politique a fait quelque chose, les proprios ont toujours la caution en priorité

              Par ailleurs dans ton cas de figure, si le gars n'arrive pas à louer parce qu'il est trop exigeant,

              Tu n'as rien compris : bloquer les prix ne baissera absolument pas le nombre de demandeur (au contraire, ça l'augmentera car plus de monde "éligible" pour un même appart). Par contre, prix bloqué = plus de demandeurs pour un même appart = plus de sélection possible pour le loueur. Résultat? Le loueur va faire encore plus le tri et choisira le locataire qui a plus de thune sur son compte (ou le papa le plus riche).

              Le blocage des prix de loyer est juste une connerie sans nom pour foutre les plus pauvres dans la merde, c'est sujet une propagande électoraliste pour faire croire que les plus pauvre seraient gagnants, en réalité c'est l'inverse, par définition. Mais les électeur gobent la chose, alors les politiquent font. Tu souffrirais bien plus pour trouver un appart si c'était mis en réalité...

              Et comme les prêts sont bloquées à 10 ans, il va devoir vendre au prix que les gens peuvent payer.

              T'inquiète pas, il y a d'autres méthodes si la loi empèche trop genre une connerie d'interdire les prêt de plus de 10 ans (emprunt à papa/maman/amis, encore les plus riches qui gagnent, marché noir de l'emprunt), trop limiter ne fera faire que des trucs au noir.

              La seule chose utile, c'est de répondre à la demande, donc de libérer du foncier. Tout autre "méthode" est juste électoraliste, c'est con, mais tu peux faire tout ce que tu veux comme règles à la con, si il n'y a pas assez d'offre, ben il y a aura toujours plus de demande que d'offre. Mais le problème est qu'électoralement, c'est trop compliquer d'expliquer ce qu'est un PLU et le problème du foncier, donc les partis qui voudraient faire baisser le foncier font l'impasse sur l'explication et font populiste, et les autres font tout pour pas faire baisser le prix (les pôtes ont des terrains à vendre).

              Reste plus qu'à l'électeur à réfléchir et à dire que limiter les loyer c'est de la connerie pour demander une vraie solution... Pas gagné.

              • [^] # Re: Des solutions simples

                Posté par . Évalué à 0.

                Résultat? Le loueur va faire encore plus le tri et choisira le locataire qui a plus de thune sur son compte (ou le papa le plus riche).

                J'ai du mal à voir comment il fera encore plus le tri; quand je vois pour des trucs minable en colloque, le proprio qui réclame la caution de chacun des parents des gars dedans, et si y a un seul des parents qui manque à l'appel de bail est refusé... Par ailleurs si le loyer était à 1300€ et qu'a cause de la réglementation il passe à 800, je vois mal pourquoi le gars qui pouvait payer 1300 se verrai refuser le bail? c'est le gars qui pouvait payer un loyer à 1500 qui radine? Oui il est probable qu'une partie de ceux qui peuvent payer entre 800 et 1300 se fasse refuser, mais si le loyer était à 1300, de toutes façons ils auraient été éjectés.

                T'inquiète pas, il y a d'autres méthodes si la loi empèche trop genre une connerie d'interdire les prêt de plus de 10 ans (emprunt à papa/maman/amis, encore les plus riches qui gagnent, marché noir de l'emprunt), trop limiter ne fera faire que des trucs au noir.

                à t'entendre il y a un paquet de gens prêt à passer du coté de l'illégalité

                La seule chose utile, c'est de répondre à la demande,

                C'est clair qu'il faut construire, et un bon gros paquet de logement; mais pour faire baisser les prix ce n'est pas la seule solution limiter ce que les gens peuvent fournir et ce que ça peut rapporter en est une autre.

                Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                • [^] # Re: Des solutions simples

                  Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                  J'ai du mal à voir comment il fera encore plus le tri; quand je vois pour des trucs minable en colloque, le proprio qui réclame la caution de chacun des parents des gars dedans, et si y a un seul des parents qui manque à l'appel de bail est refusé...

                  Facile. Bon, j'ai le choix, j'ai 10 prétendants avec parents en caution. Bon, maintenant, regardons qui est proprio de leur maison. Ca suffit pas? Regardons qui a la plus grosse maison. Ca suffit pas? C'est quoi ton épargne? etc... Des critères, je peux t'en trouver à la pelle (tu refuses de me fournir les papiers car "illégal" bla bla? Désolé, j'ai préféré l'autre...). Juste que ce seront les plus riches qui gagneront toujours.
                  Toujours un problème : pour un appart, qu'un seul (ou x pour colocs certes) habitant possible.

                  Par ailleurs si le loyer était à 1300€ et qu'a cause de la réglementation il passe à 800, je vois mal pourquoi le gars qui pouvait payer 1300 se verrai refuser le bail?

                  Parce que vu que la super réglementation limite le loyer, il y a moins de proprios qui mettent en location (moins intéressant), donc plus de monde par unité d'offre. Donc plus de choix pour le proprio. Par exemple.

                  à t'entendre il y a un paquet de gens prêt à passer du coté de l'illégalité

                  Quand la loi est tellement débile au point de ne plus refléter la réalité du marché, oui ça passe du côté de l'illégalité. Pas un paquet de gens, juste que les gens qui refuseront n'auront pas de logement. Quand la loi n'est plus proche de la réalité, c'est comme ça que ça arrive. Tu veux une démo? revient un peu en arrière dans les pays de l'est, où il fallait être aussi un pote d'un politique... Où même pas si loin, regarde comment marchent la gestion des HLM (il y a toujours quelques honnêtes citoyens qui attendent pendant 10 ou 20 ans un logement certes...).

                  Et c'est pas comme si ça n'existait pas déjà un peu pour rentre dans les cases... (genre location pour la fille jolie en échange d'un coup par semaine, ça se voit pas sur les comptes et comme ça le prix est en dessous du max pour les critères de tel ou tel pan "loi borloo" machin chose + bonus, et j'en passe)
                  En Allemagne, pour un exemple hors des frontières françaises, c'est encore plus rigolo, pour contourner la loi on a le système de "coopérative" où il faut que tu achètes des parts de l'entreprise qui loue, à plusieurs milliers d'Euros, pour avoir le droit de louer, mais c'est affiché comme quoi c'est pour le bien des locataires sans sous, hein, faut pas déconner, faut bien vendre la chose. Ou les frais d'agence à 3 mois de loyer. Que du bonheur (pour les gens ayant des sous).

                  Bref, on a déjà des loyers "limités" (les HLM en France), on voit que ça marche super... Ou pas (taux de rotation? Les mecs à salaire confortable qui prennent la place des gens sans sous?). Mais on continue dans la direction, allez y les gars, on y croit...

                  C'est clair qu'il faut construire, et un bon gros paquet de logement; mais pour faire baisser les prix ce n'est pas la seule solution limiter ce que les gens peuvent fournir et ce que ça peut rapporter en est une autre.

                  Clair que ça va vachement motiver les gens à faire construire si leur revenu potentiel est limité... Tu as fumé quoi? Faudrait prendre des cours, parce que rares sont les gens qui vont investir plus que maintenant si ils sont sûr de gagner moins que maintenant... Ca fera descendre certes les prix de logement (obligatoire), mais moins d'offre, donc moins de logés.

                  Désolé, mais si : fournir plus est la seule solution quand on a un problème d'offre limitée par rapport à la demande. Ca fait penser au beau système des APL, qui "c'est beau, c'est pour aider, ça part d'un bon sentiment" qui ne fait qu'augmenter le prix (ben oui, toujours le même nombre de demandeurs, donc hop avec APL ben on ajoute le montant de l'APL dans le prix). Ou les lois Borloo/Robien etc...

                  Bref, il y la théorie, et la pratique. La pratique montre que seule une plus grande offre peut faire descendre le prix réel, et pour une plus grande offre il faut que le prix d’investissement du proprio descende (et il pourra alors répercuter un peu la baisse de prix pour concurrencer le voisin). Et pour avoir une plus grande offre, on peut commencer à ce que le foncier ne représente pas 50% du prix d'un logement (mécaniquement, il y a de quoi faire pas mal descendre le prix intéressant pour les proprio...)

                  PS : bon, OK, il y a aussi une autre solution : ne pas mettre les tafs au même endroit genre Paris. Des logements pas cher, il y a a plein en province, juste personne pour remplir car pas de taf. Mais toujours rien à voir avec les loyers fixés, toujours offre/demande.

                  • [^] # Re: Des solutions simples

                    Posté par . Évalué à 3.

                    PS : bon, OK, il y a aussi une autre solution : ne pas mettre les tafs au même endroit genre Paris. Des logements pas cher, il y a a plein en province, juste personne pour remplir car pas de taf. Mais toujours rien à voir avec les loyers fixés, toujours offre/demande.

                    Comme dis ailleurs, les boites s'installent à Paris car les gens sont peu mobiles en France, notamment à cause du logement. Cela veut dire que si on rend la mobilité moins couteuse, cela engendrera un cercle vertueux: baisse des frais de déménagement -> plus facile de changer de logement -> plus de fluidité sur le marché -> baisse des prix -> plus facile de changer de logement -> les entreprises peuvent plus facilement faire venir des personnes de loin -> fluidité du marché -> etc...

                    "La première sécurité est la liberté"

                    • [^] # Re: Des solutions simples

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Donc ce que tu dis, c'est qu'il faudrait que l'Etat s'endette utilement, et commande la construction de plein de maisons/immeubles/bureaux/etc. hors Région Parisienne, afin d'encourager les entreprises à s'installer ailleurs. J'ai bon ?

                      En fait, j'aimerais bien que l'Etat le fasse pour de bon (je pense qu'il peut y gagner au final quand il se mettra à vendre/louer les logements a qui voudra les prendre, et à toucher des sous sur les impôts locaux, etc.), mais mon problème c'est que ça ne suffira sans doute malheureusement pas, car il faut aussi inciter les commerces (et pas que les commerces "faciles" à bouger, comme c'est le cas avec l'informatique : je parle aussi de commerces pour la vie de tous les jours) à se créer là ou les logements existent. :-/

                      Et puis il faudrait penser l'infrastructure pour les transports en commun dès le début aussi (même si ces derniers sont construits plus tard), etc. etc.

                      Je me demande combien ça coûterait, tiens ...

                      • [^] # Re: Des solutions simples

                        Posté par . Évalué à 1.

                        L'idée de base est simplement de fluidifier le marché.

                        Si tu vends un appartement pour en acheter un autre, tu ne payes pas seulement les m² en plus. tu payes tout un tas de frais supplémentaire : banque, frais de notaire,...

                        Si l'état réduisait fortement les frais de notaire pour la résidence (et pas pour le reste maison à louer et maison secondaire), cela diminuerait les frais pour changer de logement.

                        Si un changement est moins couteux, cela permet d'optimiser le reste : temps de trajet pour aller au boulot, etc... Si on change d'employeur tout les ans, il est impossible de vendre et racheter au même rythme.

                        Ensuite, bien sûr que la principale mesure serait de construire plus, là où sont les besoins. Mais ce n'est pas si simple.

                        "La première sécurité est la liberté"

                  • [^] # Re: Des solutions simples

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Quand la loi est tellement débile au point de ne plus refléter la réalité du marché, oui ça passe du côté de l'illégalité. Pas un paquet de gens, juste que les gens qui refuseront n'auront pas de logement. Quand la loi n'est plus proche de la réalité, c'est comme ça que ça arrive.

                    Ah oui, comme pour HADOPI et le téléchargement quoi ...

                    Pom pom pom...

                • [^] # Re: Des solutions simples

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Par ailleurs si le loyer était à 1300€ et qu'a cause de la réglementation il passe à 800, je vois mal pourquoi le gars qui pouvait payer 1300 se verrai refuser le bail?

                  Une autre question au passage : ça changera quoi que le loyer soit bloqué pour le mec qui peut mettre que 800?
                  Ma réponse : rien, le blocage des loyer ne changera absolument rien pour les gens qui n'ont pas assez pour payer le loyer actuel (le proprio préférera le mec qui peut mettre 1300 même si il ne peut encaisser que 800, à celui qui peut que 800, il aura une marge de sécurité plus grande), bref un truc qui apporte que des emmerdes sans aucun avantage pour les gens "limites" (exclus dans tous les cas)

                  Mais si tu penses que ça va aider le mec qui peut mettre que 800, j'attend une démonstration...

                  • [^] # Re: Des solutions simples

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Le seul intérêt et que il y aura moins d'argent donné pour les loyers. L'argent ira donc ailleurs, ce qui n'est pas forcément un mal.

                    "La première sécurité est la liberté"

                    • [^] # Re: Des solutions simples

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      A quel prix? Super de mettre les gens à la rue pour mettre l'argent ailleurs pour les plus riches (super, plsu de thune pour acheter un iPhone et iPad).
                      Ca reste un "merde aux pauvres, qu'ils soient riches"... Et ne résoud pas le problème du mal-logement, et même peut l'aggraver (moins de constructions).

                      Désolé, mais non, pourrir la vie des gens les moins fortunés, je ne trouve pas que "ce n'est pas forcément un mal". Au contraire.

                      • [^] # Re: Des solutions simples

                        Posté par . Évalué à 0.

                        donc pour toi un gars qui achète un appartement c'est pour pas l'occuper ni le louer? Sachant qu'il ne pourra pas non plus le revendre à prix d'or, faudra bien qu'il en fasse quelque chose, un appart inoccupé se dégrade pas mal.

                        Le moins de construction n'est pas certain, si le prix de l'immobilier baisse, les terrains aussi vont baisser, laissant la possibilité à des foyer plus modeste d'acheter et d'y bâtir une maison, ou s'ils s'y mettent à plusieurs un petit immeuble

                        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                        • [^] # Re: Des solutions simples

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          donc pour toi un gars qui achète un appartement c'est pour pas l'occuper ni le louer? Sachant qu'il ne pourra pas non plus le revendre à prix d'or, faudra bien qu'il en fasse quelque chose, un appart inoccupé se dégrade pas mal.

                          C'est pas comme si ça n'existait pas déjà (les proprio préfèrent laisser vide que de risquer de se prendre un mauvais payeur, la lenteur de justice, les protecteurs des mauvais payeurs et même la loi n'incitant pas; la plu value prévue sera suffisante).

                          Bref, tu ne connais pas le marché (avec sa tonne de logements inocuppés), mais tu as la solution. Super. Avec des gens comme ça, c'est sûr, on va droit au mur, mais c'est pas grave, ça se vend bien aux électeurs...

                          Le moins de construction n'est pas certain, si le prix de l'immobilier baisse, les terrains aussi vont baisser, laissant la possibilité à des foyer plus modeste d'acheter et d'y bâtir une maison, ou s'ils s'y mettent à plusieurs un petit immeuble

                          Oui oui, bien sûr... Ou pas (toujours cette saloperie d'argent disponible à dépenser, et moins d'offre que de demande...)

                          • [^] # Re: Des solutions simples

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Je suis loin d'être sur que les logements sont inoccupés car les proprios ne veulent pas louer/vendre, mais plutôt parce qu'ils ne peuvent pas louer (en attente de trouver des locataires/acheteurs, divorces, héritage à partager, en travaux...). Je pense plutôt que le nombre de logements vacants est frictionnel et n'augmenterait pas si les loyers diminuent.

                            D'ailleurs l'INSEE montre une très grande stabilité : selon lui, le nombre de logements vacants/nombre de logements totaux est passé de 7.7% à 6.4% en 27 ans, et surtout c'est très stable, donc peu influencé par des phénomènes extérieurs tels prix du terrain.

                            • [^] # Re: Des solutions simples

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                              Oui, il y en a plein qui sont "peuvent pas", je ne l'ai pas mis. Mais reste que j'en ai quand même rencontré quelques uns (certes ça fait pas des stats fiables, mais c'est déjà un signe je pense) qui disaient que c'est parce que c'était trop chiant (loi baux de 3 ans renouvelable, protection des mauvais payeurs, pour le plus souvent).

                              Je n'ai pas dit (ou alors erreur de "traduction" pensée --> Ecrit) que le taux d'innocuppation est impacté par le prix, mais plutôt par la législation et les protecteurs de mauvais payeurs. De plus le prix du terrain n'est que le jeu de l'offre et demande, donc c'est le manque de terrain que je critique.

                              Bref, ca ferait je pense toujours 1-2% de logement en plus non pas si le prix augmente, mais si la législation (théorie et en pratique = que les gens arrête de trouver anormal qu'on vire avec un coup de pied au cul les gens préférant se payer du joli matos avec les allocations et les petits sous d'un petit boulot que de payer le loyer ou accepter un appart plus petit, je sais vous allez trouver ça "horrible c'est pas vrai", mais oh que si j'en ai trop vu du comme ça : Les gens ne pouvant réellement pas payer un "petit et loin du taf qui est à Paris" logement sont assez rare en fait) était protectrice des gens qui payent.

                              Ca ne changerait pas fondamentalement l'offre, certes. Je voulais juste montrer à fearan qu'il ne connait rien au sujet en écrivant "donc pour toi un gars qui achète un appartement c'est pour pas l'occuper ni le louer?" (alors certes il parle d'acheter. Mais il oublie alors que l'achat n'est pas la seule option pour avoir un appart, tu en a mis d'autres, et il "oublie" ça...)

                              • [^] # Re: Des solutions simples

                                Posté par . Évalué à 2.

                                Non justement, je crois que ce serait tout à fait négligeable, car les chiffres n'ont pas augmentés au fur et à mesure que la protection des locataires augmentait. L'effet sur le nombre de nouveaux logements serait nul ou quasi-nul.

                                Par contre il y aurait effectivement une diminution des exigences de solvabilité des locataires si les locataires mauvais payeurs pouvaient être expulsés.

                              • [^] # Re: Des solutions simples

                                Posté par . Évalué à 0.

                                c'est marrant dans les exemples que tu donnes, il y a le baux de trois ans; qui est quand même un minimum si tu veux habiter dans un appart non?

                                Pour louer, mes parents passent par une agence et prennent les assurances; oui les locataires qui saccagent l'appart, ou qui payent pas ça existe, ça tombe bien les assurance s'en occupent.

                                Alors oui ça rapporte moins que sans les assurance, mais c'est incroyablement plus simple.

                                et il "oublie" ça...

                                Oh excuses moi de pas avoir pris en compte les connards de spéculateur, mais je pensait bêtement que dans les hypothèses que j'avais donnée il n'existaient plus, car le placement devenait nettement moins rentable.

                                Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                                • [^] # Re: Des solutions simples

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                  c'est marrant dans les exemples que tu donnes, il y a le baux de trois ans; qui est quand même un minimum si tu veux habiter dans un appart non?

                                  Avoir 3 ans de bail minimal est légitime. Que celui-ci reparte pour 3 ans ensuite est juste une emmerde inutile. Bon, après, certes ça va pas changer grand chose, mais c'est le genre de détail casse-burne qui n'apporte rien à personne.

                                  Pour louer, mes parents passent par une agence et prennent les assurances; oui les locataires qui saccagent l'appart, ou qui payent pas ça existe, ça tombe bien les assurance s'en occupent.

                                  Et ben moi je préfère la thune dans ma poche plutôt que celle de l'assurance, donc je choisis les gens les plus fortunés moins à même de jouer à tout pourrir (les commandement de payer pour les gens avec sous ça marche mieux). Tant pis pour les autres, tant que les loi ne mettront pas des bonnes punitions pour les saccageurs ben les "gens sans parents riches" subiront...

                                  • [^] # Re: Des solutions simples

                                    Posté par . Évalué à 1.

                                    Aux US, le bail c'est un an. Et c'est un engagement d'un an pour les deux parties. Le proprietaire ne peut pas te faire sortir avant, et le locataire ne peut pas partir avant. Ou en tout cas il est redevable des loyers tant que l'appartement n'est pas reloue.

                                    Apres il y a des clauses qui peuvent se rajouter pour "autoriser" les departs anticipes, moyennant une penalite equivalente a deux mois de loyers...

                                    • [^] # Re: Des solutions simples

                                      Posté par . Évalué à 3.

                                      Ça, c'est totalement dépendant de l’état ou de la ville ou tu habites. La où je vis, c'est effectivement des baux d'un an que nous devons signer. Les propriétaires sont en règle générale OK pour la sous-location (pas tout le temps cela dit) si jamais on désire bouger plus tôt. Dans la ville de New-York par exemple, quitter son appart avant la fin du bail est parfaitement possible, sans pénalité -- vu comment l'immobilier grimpe de toute manière, le nouveau bail aura un loyer plus élevée, et il y aura toujours une demande.

                                      • [^] # Re: Des solutions simples

                                        Posté par . Évalué à 1.

                                        Je pense que NY est un cas particulier au meme titre que Paris. Le ratio offre/demande y est tres desequilibre.

                                        La sous-location est un accord que tu as avec ton proprietaire, je ne pense pas que ce soit une obligation legale.

                                        Aux US les loyers ont pas mal grimpe, principalement parce que beaucoup d'acheteurs potentiels n'ont plus les moyens ou la possibilite d'emprunter. Ils se tournent donc vers la location, ce qui desequilibre localement le ratio offre/demande.

                                  • [^] # Re: Des solutions simples

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Que celui-ci reparte pour 3 ans ensuite est juste une emmerde inutile.

                                    Effectivement, c'est un poil chiant ça; par contre dans cas, ce serait pas mal d'avoir un préavis d'un an plutôt que 6 mois

                                    Et ben moi je préfère la thune dans ma poche plutôt que celle de l'assurance,

                                    Toi oui, mais ceux qui prétendent que c'est trop galère, compliqué eux pourraient passer par ce genre de formules

                                    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                          • [^] # Re: Des solutions simples

                            Posté par . Évalué à 1.

                            la plu value prévue sera suffisante).

                            Justement si tu bloques ce que les gens peuvent payer et ce que ça peut rapporter en location, les gens vont pas garder l'appart vide longtemps.

                            Bref, tu ne connais pas le marché (avec sa tonne de logements inocuppés),

                            Mais alors on est pas en pénurie ? Si effectivement il y a pleins de logements vide que des proprios gardent vide par ce que c'est plus rentable, la construction de nouveau logement ne résoudra rien vu que les nantis seront les premier à acheter pour ne pas louer. Limiter l'attrait des logement est donc une solution.

                            Si par contre on a pas de logement vide, mais des bureaux vide là encore on peut inciter les banque et fonds de pensions à vendre leur bureaux 'à louer' en les rendant moins attractifs fiscalement.

                            Super. Avec des gens comme ça, c'est sûr, on va droit au mur, mais c'est pas grave, ça se vend bien aux électeurs...

                            C'est marrant ça fait plusieurs fois que fait référence aux électeurs; je ne vois absolument pas ce que ça vient faire dans cette discussion; j'ai pas été chercher ces propositions dans un programme.

                            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                            • [^] # Re: Des solutions simples

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              j'ai pas été chercher ces propositions dans un programme

                              Je me souviens de précédentes discussions... Et c'est pas comme si c'était pas une proposition "à la mode" dans certains partis...

            • [^] # Re: Des solutions simples

              Posté par . Évalué à 2.

              Par ailleurs dans ton cas de figure, si le gars n'arrive pas à louer parce qu'il est trop exigeant, il va devoir vendre; ce qui est précisément le but.

              SI le gars n'arrive pas à louer parce que trop exigeant... Ca fait déja un GROS "si" !

              Il aura forcément les moyens d'être exigeant, puisqu'il y aura forcément plus de demande. Donc il pourra se permettre d'être très exigeant, et ne s'en privera donc pas.

              Et comme les prêts sont bloquées à 10 ans, il va devoir vendre au prix que les gens peuvent payer.

              Euh.... C'est TOUJOURS le cas : on vends TOUJOURS au prix (maximum) que les gens peuvent payer ! Sinon on ne vend pas !

  • # Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

    Posté par . Évalué à 7.

    Oui c'est mal un tel titre, pardon pour les baleines toussa...

    En attendant, un autre facteur de difficulté d'accession à la propriété, c'est que les (grands)parents vivant de plus en plus longtemps, on hérite de plus en plus tard !

    Bon là comme ça j'ai pas vraiment de solution à proposer, mais c'est un fait non négligeable.

    • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

      Posté par . Évalué à 3.

      la diminution des remboursements des médicaments, l'augmentation de l'âge de la retraite, l'interdiction aux retraités de faire leurs courses le samedi seraient des premières pistes.

    • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

      Posté par . Évalué à 2.

      Ah, parce qu'il faut absolument hériter pour envisager de passer de locataire à propriétaire ?
      Je pense que les gens, du moins pour les exemples que je connais, sont très/trop exigeants. Quand ils achètent, ils visent directement l'énorme appartement, voire la maison avec grand jardin etc.
      Moi j'ai acheté un petit appartement ("un petit chez soi vaut mieux qu'un grand chez les autres") de 40 m² en 1996, mais j'ai pu le payer en 10 ans. Et avec un seul salaire (2 k€ actuellement).
      Pendant que mes petits camarades boursicotaient dans les années 2000 (ils pleurent maintenant) j'ai acheté 2 autres appartements dans le même immeuble. Dont un qui est occupé à titre gratuit par le fiston et sa copine (comme ça j'évite qu'il ait comme toi des envies géronticides ;-))
      Je prépare ma retraite. Plus que 7 ans à tenir \o/

      • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

        Posté par . Évalué à 0.

        tiens bon chauvounet !

      • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

        Posté par . Évalué à 2.

        Ah, parce qu'il faut absolument hériter pour envisager de passer de locataire à propriétaire ?

        Non, j'ai jamais dit ça (si tu peux relire mon message), mais ça aide. Moi j'ai pu "hériter" avant leur mort parce que j'ai la chance d'avoir des parents (et beau-parents) qui ont pu nous donner un peu d'argent et je confirme : ça aide ! Tout le monde n'a pas cette chance, c'est pourquoi je disais ça (désolé de penser un peu aux autres au lieu de les engueuler comme toi)

        Moi j'ai acheté un petit appartement ("un petit chez soi vaut mieux qu'un grand chez les autres") de 40 m² en 1996

        Bravo, très content pour toi, mais c'est un projet qui n'est pas adaptable à tout le monde, tu t'en rends compte ? C'était quoi les prix en 1996 ? Parce que pour ma part j'ai fait mon premier achat en 2001, et déjà c'était une affaire extraordinaire quand je vois les prix d'aujourd'hui.

        Ca m'a permis d'acheter il y a quelques années "la maison avec grand jardin", mais sans cet achat en 2001, c'était chose impossible pour nous.

        Courage, plus que 17 ans !

      • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

        Posté par . Évalué à 8.

        Moi j'ai acheté un petit appartement ("un petit chez soi vaut mieux qu'un grand chez les autres") de 40 m² en 1996, mais j'ai pu le payer en 10 ans. Et avec un seul salaire (2 k€ actuellement).

        Moi, je viens d'acheter un petit appartement de 35 m² et j'en ai pour 25 ans avec un seul salaire. Donc content pour toi, mais comme tu vois entre 1996 et maintenant, ça a bien changé.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

          Posté par . Évalué à -1.

          Il y a exactement un an, en octobre 2010, j'ai acheté 2 appartements (20 et 16 m²), et oui j'ai bien vu que les prix avaient fortement augmenté.
          210 kF en 96 pour mon 40 m² (à la louche 30 k€) et là 93 k€ pour les deux (dans le même immeuble donc la comparaison est valide). Mais emprunt sur 15 ans, toujours avec un seul salaire, et surtout avec de gentil(le)s locataires qui m'aident à payer le Crédit Bouseux ;-)
          Je suis toujours dans mon 40 m², mais contrairement à ceux qui visent directement un seul et gros investissement, dans quelques années je ferai un "échange" appartements contre maison à la campagne, et en plus j'aurai financé une grosse partie de ma retraite.

          • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

            Posté par . Évalué à 10.

            Tu pars aussi du principe qu'il n'y a pas de bulle immobilières qui peut exploser comme au US et au Japon. Tu pars du principe que tu n'auras jamais de problèmes avec tes locataires. Je connais des personnes qui ont attendu 2 ans sans loyer payé avant de pouvoir les mettre à la porte.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

              Posté par . Évalué à 3.

              Le problème de la bulle immobilière, ça concerne :
              1) les gens qui achètent avec taux variable sans avoir réellement les moyens
              2) les gens qui spéculent sur la revente

              Je ne suis dans aucun des deux cas. Si jamais l'immobilier s'effondre, comme ce que je veux faire c'est revendre (dans 7 ans environ) plusieurs appartements pour acheter une maison, le prix de la maison aussi aura baissé.

              Concernant la location, je choisis soigneusement mes locataires... et voisins. Car j'habite dans le même immeuble, et ils m'auraient devant leur porte chaque jour en cas de problème.

          • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

            Posté par . Évalué à 0.

            D'ailleurs, si l'état pouvait former une sorte de garantie pour payer une partie du loyer pour les particuliers en cas de carence du locataire, il y a aurait moins de demande de garantie.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

              Posté par . Évalué à 2.

              Il me semble que ça existe, en échange d'un loyer bas bien sûr. C'est une forme de logement social : tu laisses ton logement à bas prix, en échange l'état (peut-etre les HLM ?) te garantie ton loyer.

            • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

              Posté par . Évalué à 1.

            • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

              Posté par . Évalué à 2.

              Cool, l'état devrait subventionner les proprios qui peuvent ainsi augmenter le nombre d'acheteurs potentiels pour louer plus cher.

              Non le problème est que l'on peut ne pas payer un appart pendant 2 ans et rester dedans. Il faut favoriser ceux qui manquent d'argent, pas les délinquants qui refusent de payer. Tu ne payes pas => dehors. Mais comme cela coute cher de retrouver un locataire (1-2 mois de loyer + les frais de recherche) les proprios pourraient majoritairement accepter 15j de retard de loyer de temps en temps, en cas de coup dur passager.

              • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

                Posté par . Évalué à 1.

                Il y a plein de situation différente. L'organisme d'état aura tout lieu d'aller se servir sur le salaire si besoin, ou alors fera en sorte de ne pas avoir à payer à prix d'or, un hotel dans le cas d'une famille franchement limite.

                Je ne suis pas sûr que beaucoup de monde comprenne que l'intérêt est aussi pour les locataires d’accepter des expulsions plus faciles (sauf cas social qui ne sera que déplacé et non réglé).

                "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

            Posté par . Évalué à 7.

            Tu montres toi-meme que ce n'est plus possible. Que peut-on faire avec un crédit sur 15 ans et un appart de 20m² ? Ne pas se marier et ne pas avoir d'enfants pendant 15 ans ?

      • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

        Posté par . Évalué à 4.

        Relis le début de mon article, il y a 15 ans, c'est justement 1996. Pour avoir le même chose aujourd’hui tu devrais emprunter sur 20 ans.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

          Posté par . Évalué à -2.

          il y a 15 ans, c'est justement 1996. Pour avoir le même chose aujourd’hui tu devrais > > emprunter sur 20 ans.

          Pas sûr que ce soit autant, car si les prix ont fort augmenté, les taux ont aussi beaucoup baissé. J'ai investi de nouveau il y a un an, à moins de 3% alors qu'en 96 il me semble que j'étais à 5.5 %

      • [^] # Re: Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

        Posté par . Évalué à 3.

        ben maintenant, en RP, désolé de te le dire, mais pour acheter un 40 m² avec 2k€ de net, c'est emprunt sur 25-30 ans + apport nécessaire.

        à plus de 4k€/m², ca aide pas.

    • [^] # Re: Buter les vieuxdèsla retraite(à60 ans depréférence)

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Buter les vieux dès la retraite (à 60 ans de préférence)

      Autant le faire upstream à leur naissance !

  • # Pas plus HS qu'illisible.

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Mon idée du soir: indexer le taux d'emprunt sur le nombre de fautes de français impardonnables.
    M'est d'avis que t'es pas prêt d'être proprio...ou alors en Grêce !

    • [^] # Re: Pas plus HS qu'illisible.

      Posté par . Évalué à 8.

      M'est d'avis que t'es pas prêt d'être proprio...ou alors en Grêce !

      M'est avis que tu n'es pas prêt à réussir la dictée de Pivot ;-)
      Tu devais être trop près du radiateur, en classe !
      Sans oublier s/Grêce/Grèce/

      (faut que je me relise 42 fois avant de valider, moi...)

  • # Attendre ...

    Posté par . Évalué à 6.

    La cinétique d'une bulle bien que complexe n'est pas sans modélisation. De nombreuses bulles ont eu lieu et il semble bien qu'elles suivent invariablement la même tendance décrite par ce schéma d'étape d'une bulle immobilière

    Une fois cette analyse sociologique de la bulle illustrée, il est possible de se demander ce qu'il en est pour l'immobilier. L'économiste Jacques Friggit suit ce sujet pour le Conseil Général de L'Environnement et du Développement Durable (CGEDD).

    Vous pouvez trouvez sur le site du CGEDD le Rapport mensuel de Friggit permettant d'observer l'évolution du marché de l'immobilier. Je vous conseil plus particulièrement de regarder la figure au paragraphe 2.4. On ne peut qu'être troublé de la ressemblance avec la courbe de la bulle. En étant bien attentif on constate le dépassement pour la province du deuxième point d'inflexion qui même couramment au désespoir relatif au dégonflement d'une bulle. Maintenant la question se pose en dégonflement ou explosion ?

    À titre personnel j'envisageais d'acheter en tant que primo-accédant l'année dernière, puis j'ai décidé reporter mon achat de 5 ans en mettant beaucoup de soin dans le choix de l'appartement que je loue. Je suis bien content d'avoir fait ce choix aujourd'hui ; en effet ;
    une part de l'argent initialement investi de l'épargne vers l'immobilier aurait alors été définitivement perdu alors que j'ai pu continuer tranquillement mon épargne.

    Après chacun fait ce qu'il veut.

  • # Accélérer l'éclatement de la bulle...

    Posté par . Évalué à 2.

    Aujourd’hui le prix est corrélé au taux d'emprunt et dans une moindre mesure au ratio revenu/prix du logement. Tant que les taux d'intérêts seront bas il y aura un pool d'acheteur important. Une partie importante de l'économie est dépendante de cette croissance immobilière (Bâtiment, Etat (droit de mutation et lutte contre le chômage...)).

    Pour ce qui est du nombre de logement libre, comme il l'a été expliqué plus haut (voir aussi le site du DAL:http://www.droitaulogement.org/le-logement-en-chiffres.html), il y en a suffisamment, c'est la spéculation qui fait qu'il n'y a pas de logement sur le marché dans les zones sous tension. Dès que les prix chuteront, suite à une hausse des taux, il y aura miraculeusement plein de logement dispo...

    Sans légiférer, sans "forcer" les ventes, pour faire chuter les prix, tous les primo-accédant n'ont qu'à repousser de 6 mois leur achat et bizarrement les prix chuteront de 30 à 40% (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bulle_immobili%C3%A8re#Mythes_et_psychologie).

  • # Un autre modèle de logement social

    Posté par . Évalué à 9.

    Il se trouve que j'habite à Singapour, et pourquoi ça devrait vous intéresser:
    - 95% des citoyens Singapouriens sont propriétaires
    - Ce qui ne veut pas dire qu'ils croulent sous les dettes
    - Leur salaire est comparable à celui des Français... en général, pas seulement des Parisiens (qui tirent la moyenne vers le haut!).
    - Sur le marché immobilier "classique", Singapour est pourtant aussi cher sinon plus cher que Paris.

    Recette "miracle":
    Des logements sociaux bien branlés!

    Le gouvernement construit les logements et les revend à la population à bas prix avec des taux d'intérêt intéressants et en ignorant royalement les spéculations du marché.

    En échange:
    -offre réservée aux citoyens et PR, pour ces derniers à condition de ne pas posséder d'autre logement (y compris à l'étranger!)
    -revente interdite moins de 5ans après l'achat
    -location interdite moins de 5ans après l'achat
    -propriété en réalité limitée dans le temps (genre 75ans si ma mémoire est bonne), ensuite, le terrain redevient propriété du gouvernement, si j'ai bien compris ; c'est assez important dans un pays qui fait 40x15km²...

    Résultat:
    Pour un étranger, pour acheter un tout petit appart, il faut mettre genre 500,000€.
    Mais pour les Singapouriens qui ont des salaires tout juste comparables à ceux des Français, la propriété n'est pas un rêve, ce n'est qu'une petite question de temps.

    Je crois bien que c'est le meilleur système que j'aie jamais vu.
    (Par contre je suis étranger et même pas PR, c'est mort pour ma gu...: je loue à prix d'or!!).

    Hop, un petit lien: [HDB](http://

    • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

      Posté par . Évalué à 3.

      Et m..., lien foiré
      HDB

    • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

      Posté par . Évalué à 3.

      Par contre il me semble que pour avoir droit à un HDB, il faut avoir fait son service militaire, que tu sois singapourien ou PR (Permanent Resident, tout le monde ne connait peut-être pas ;)). Mais si t'es PR et que tu l'as fait dans ton pays d'origine, c'est ok je crois.

      Si tu es homosexuel, normalement pas de service militaire... et donc pas de HDB.

      Il me semblait aussi qu'il fallait être marié pour avoir un HDB. Du coup, les enfants restent longtemps chez leurs parents... et on du mal à rencontrer des gens... donc se marie tard !

      J'ai passé 6 mois à Singapour l'année dernière, et ça me manque un peu !

      • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

        Posté par . Évalué à 3.

        Ah, je n'ai pas regardé aussi loin dans les détails, et je ne connaissais justement pas le coup du service militaire.

        Pour ce qui est du mariage, ça n'est pas si illogique, mais ça oublie effectivement le cas des homosexuels!

        Enfin, dans la culture asiatique, il est tout-à-fait normal de vivre avec ses parents (surtout le premier fils en fait). En pratique, on voit des jeunes acheteurs faire venir leurs parents dans leur appartement tout neuf.

        Cette tendance est encore plus forte en Chine continentale, où on voit des jeunes refuser de quitter la ville même avec une bonne proposition de poste, parce que les parents ne veulent pas bouger, et les enfants doivent s'en occuper!

        • [^] # Re: Un autremodèlede logement social

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Pour ce qui est du mariage, ça n'est pas si illogique, mais ça oublie effectivement le cas des homosexuels!

          les homosexuels ne peuvent-ils pas se marier ?
          En France ils le peuvent, mais avec qqun du sexe opposé.

      • [^] # Re: Un autremodèlede logement social

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Si tu es homosexuel, normalement pas de service militaire...

        et comment connaissent-ils le fait que tu sois Hétéro, auto sexuel, abstinent, homo ou partouzeur ?

    • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

      Posté par . Évalué à 3.

      En gros, cela revient à des hml qui sont vendu au personne au lieu d'être louer.

      Vu les scandales sur les personnes aisés qui habitent encore leur hlm, cela serait une solution plus juste.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

        Posté par . Évalué à 2.

        Tout-à-fait, et le gouvernement construit toujours et encore. Le HDB est justement chargé d'évaluer et anticiper la demande pour coller au mieux.

        Il y a tout de même également un critère sur les revenus, mais pour se faire refuser l'achat de tout HDB, faut taper dans les plus de 5-6k€/mois.

    • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

      Posté par . Évalué à 0.

      mais si il y a une durée et qu'après ça redevient la propriété du gouvernement, ça ressemble à une location non ?

      • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

        Posté par . Évalué à 3.

        Si on veut, oui. Mais tu peux revendre cette location, faire une plus-value, tout ça.

        En fait, oui, c'est ça: le terrain est loué, tu fais ce que tu veux de la partie à toi qu'il y a dessus.

        À noter qu'on ne sait pas vraiment si le gouvernement osera vraiment exproprier les "proprios" à la fin, vu que l'indépendance n'est pas si vieille. C'est la même situation en Chine, mais je crois que eux arriveront aux premières échéances avant. Ce sera l'occasion de voir ce qui se fait chez le voisin...

        • [^] # Re: Un autre modèle de logement social

          Posté par . Évalué à 2.

          Je pense que c'est plus ou moins inspiré de ce que font les Britanniques :

          Leasehold is a form of land tenure or property tenure where one party buys the right to occupy land or a building for a given length of time. As lease is a legal estate, leasehold estate can be bought and sold on the open market. A leasehold thus differs from a freehold or fee simple where the ownership of a property is purchased outright and thereafter held for an indeterminate length of time, and also differs from a tenancy where a property is let (rented) on a periodic basis such as weekly or monthly.

          Depending on the time of day, the French go either way.

  • # Ne pas dépenser bêtement ; éviter les agences.

    Posté par . Évalué à 0.

    Quand on voit les coûts et les durées de prêt, les calculs sont faciles à faire : durant les premières années de vie professionnelle, quand les premiers revenus arrivent, chaque paquet de 1000€ mis de côté est une économie minimale de 400€ sur un emprunt de 20 ans (et deux petites mensualités en moins).

    Et si en plus on les met sur un compte épargne en attendant d'acheter (type livret A ou PEL), on augmente légèrement l'apport personnel pour l'achat futur.

    Bref dépenser intelligemment : éviter le PC à 1500€ quand celui à 700 suffit, etc. Acheter utile plutôt que plaisir.

    Et pour un achat immobilier proprement dit, il faut dans la mesure du possible éviter les agences. Payer 4 à 8% de plus pour un service égal à 0 est idiot:
    * les intermédiaires sont peu utiles à l'ère d'internet
    * le service rendu est le même quel que soit le montant de la transaction, il devrait être forfaitaire comme pour les honoraires du notaire
    * ils ne prennent aucune responsabilité et s'en dégagent totalement dans tous les papiers signés
    * ils mentent comme des arracheurs de dents : annonces "6 pièces" quand il y en a 5 dont une de plus de 25m² (T6 mais pas 6 pièces !), annonce "jardin 500m²" quand c'est le terrain qui fait 500m² et qu'une maison dessus prend 100m² d'emprise + une terrasse, le jardin réel n'en faisant que 350, exposition sud quand c'est du est sud est...

    Et enfin, pour négocier avec les banques pour le prêt : raisonner en coût global (coût total du crédit ou TAEG) seulement et uniquement. Ne chercher à décomposer (et risquer de se faire avoir entre taux actuariel et taux jour le jour, etc.) seulement s'il y a un intérêt à prendre une délégation d'assurance.

    • [^] # Re: Ne pas dépenser bêtement ; éviter les agences.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Et pour un achat immobilier proprement dit, il faut dans la mesure du possible éviter les agences. Payer 4 à 8% de plus pour un service égal à 0 est idiot:

      Ou pas.
      Sans agence, les proprio ont une énorme tendances à sur-évaluer leur bien (tu comprends, c'est leur trésor, hors de question de le brader) sans professionels pour les calmer, et donc au final tu peux avoir à payer le même prix voir plus cher sans agence qu'avec pour le même bien.

      Faut aussi arrêter le classique "tous des voleurs".

      • [^] # Re: Ne pas dépenser bêtement ; éviter les agences.

        Posté par . Évalué à 3.

        Souvent les agences proposent des estimations gratuites aussi... Ce qui permet au propriétaire vendeur de se faire une idée. Et l'acheteur se fait une idée aussi... Et enfin c'est toujours le propriétaire qui a le dernier mot, j'ai vu un appartement à vendre en agence où après quelques questions posé à l'agent, le propriétaire avait clairement surestimé mais ne baissait pas malgré tous ce qu'en pensait l'agence.

        Après j'ai vu l'exemple, récemment, de deux agences qui ont estimé un apparement l'une à 170k€, l'autre à 230k€, à chaque fois avec "hmm, oui on pourra sans problème monter jusque là".

        Pour les agences, la chose à retenir en tout cas c'est que leur intérêt n'est ni celui du propriétaire (qui est leur client : ils vendent son bien), ni celui de l'acheteur (qui est aussi leur client, c'est souvent lui qui les paye).

        Exemple : rémunérées à quelques %, elles ne feront pas monter le prix de 1000€ pour en gagner 40 net maximum sur la transaction (ce qui serait pourtant l'intérêt du propriétaire).
        Autre exemple : leur but est de vendre vite pour ne pas garder le bien "en stock" justement, et ils vont pour ça pousser l'acheteur à accepter le prix vite, plutôt qu'il attende que le prix baisse un peu.

        • [^] # Re: Ne pas dépenser bêtement ; éviter les agences.

          Posté par . Évalué à 3.

          on peut même ajouter que si le prix est clairement sous évaluer, l'agence rachète eux-même le bien. C'est d'ailleurs un bon signe pour savoir que l'acheteur est en train de se faire entuber.

          "La première sécurité est la liberté"

  • # nationaliser les banques ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Il pourrait y avoir une loi qui réduit la possibilité de construction de “lotissement”, qui est la forme la moins écologique de logement (voiture obligatoire qui fait grimper la facture de CO2 car tout commerce est loin et densité très faible de population, ce qui entraîne un gaspillage de terrain).

    Entre 1992 et 2004, selon l'Agreste, l'habitat individuel a provoqué l'artificialisation de 40 fois plus de terres que l'habitat collectif.
    www.agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur219.pdf

    Je pense que l'État doit lutter contre ce phénomène, qui entraîne l'expansion de tous les réseaux (routes, eau, assainissement, énergie...), avec un surcoût pour tout le monde (extension puis maintenance des infrastructures, allongement des trajets...), et un impact sur négatif sur l'environnement (plus forte consommation d'énergie, plus forts rejets de CO², risques d'inondation accrus, épuisement des nappes...).

    Tant qu'à faire, quelques mesures pour limiter les gaspillages :
    - les toilettes des nouvelles construction ne devront plus user d'eau potable (toilette sèches, eau de pluie...)
    - organiser la récupération d'eau de pluie à l'échelle des quartiers
    - organiser la collecte des déchets organique et leur transformation en engrais ou énergie

    Pour faire diminuer la part du coût de l'immobilier sur les revenus, il faudrait mettre en place une banque publique - qui ne sera donc pas soumise aux exigences des actionnaires de taux de rentabilité à 15% - proposant de ne pas s'endetter à vie :
    - pour la construction de petits immeubles d'habitat collectif, les particuliers pourraient obtenir des taux très bas
    - pour la construction et l'achat de maisons individuelles, les taux seraient du même ordre que ceux proposés par les banques privées
    - la location de maisons secondaires serait sanctionnée par une imposition plus forte

    Il faudrait aussi unifier les prestations sociales, plutôt que faire des budgets par poste de dépenses et à la tête du client, à l'instar de ce que propose De Villepin avec son revenu citoyen, les mesures fascisantes en moins (discrimination sur l'age et obligation de vote, mon cul !). En complément, il faudrait indexer les salaires sur l'inflation, et cesser de calculer les droits aux prestations sur n-2.
    http://www.republiquesolidaire.fr/7963-le-revenu-citoyen%EF%BB%BF%EF%BB%BF%EF%BB%BF%EF%BB%BF%EF%BB%BF/

    • [^] # Re: nationaliser les banques ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Ce qui coute chère dans l'eau, c'est le traitement des eau usées. Le cout est le même si il s'agit d'eau de pluie à la base.

      indexer les salaires sur l'inflation

      Le problème est que cette mesure créé elle-même de l'inflation. Quand cela a été interdit en France, la raison était de dire "il faut des perdants".

      Concernant les banques d'états, je me méfie. J'ai l'impression que tout le monde a oublié le scandale de la faillite du crédit lyonnais.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: nationaliser les banques ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Le coût de traitement de l'eau potable est plus élevé que le coût de traitement des eaux usées : http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_de_l%27eau_potable

        Pour l'eau de pluie, avec un réseau séparatif (pas de mélange eaux usées et eaux pluviales), elle n'est pas traitée, seule les eaux usées vont en station d'épuration.

      • [^] # Re: nationaliser les banques ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce qui coute chère dans l'eau, c'est le traitement des eau usées. Le cout est le même si il s'agit d'eau de pluie à la base.

        L'eau potable n'est pas une ressource illimitée. Peu importe que son traitement soit moins onéreux que celui des eaux usées, il n'empêche que chier dedans est un gaspillage qui représente 1/5 des usages de l'eau d'un foyer. Comme le disait Lepage, l'eau potable on fait tout avec sauf la boire.
        http://www.cieau.com/le-service-de-l-eau/les-usages

        Le problème est que cette mesure créé elle-même de l'inflation. Quand cela a été interdit en France, la raison était de dire "il faut des perdants".

        Je recopie ici les propos de l'économiste et sociologue Frédéric Lebaron, parus dans le numéro de septembre-octobre du journal Fakir :

        « Non, l'inflation, c'est d'abord l'ennemi des créanciers, des détenteurs de capitaux, de ceux qui ont beaucoup d'argent à place. Pour Keynes, l'inflation participe à « l'euthanasie des rentiers » : la valeur réelle de leur épargne diminue. »

        http://www.fakirpresse.info/

        Concernant les banques d'états, je me méfie. J'ai l'impression que tout le monde a oublié le scandale de la faillite du crédit lyonnais.

        J'suis pas au jus mais faire des acquisitions à l'international ne dois pas faire partie des prérogatives d'une banque de service public, ce qu'a fait le Crédit Lyonnais...

        • [^] # Re: nationaliser les banques ?

          Posté par . Évalué à 1.

          L'inflation est bien sûr un moyen de détruire la valeur d'un stock ce qui mécaniquement renforce la valeur du travail. Mais il ne faut pas non plus qu'il monte trop haut.

          Quand les personnes fortement endetté disent que le retour de l'inflation serait cool pour diminuer la charge de leur dette, il considère que leur salaire suivront l'inflation pour compenser. Or, je ne suis pas sûr du tout que c'est ce qui se passerait. Dans nos métier, avoir plus que l'inflation en augmentation annuelle, est assez peu courant.

          J'suis pas au jus mais faire des acquisitions à l'international ne dois pas faire partie des prérogatives d'une banque de service public, ce qu'a fait le Crédit Lyonnais...

          Et pourquoi donc ? En Norvège, le fond de réserve (300 milliard d'€) issue de la rente pétrolière a interdiction d'investir en Norvège pour éviter de faire trop de distorsion de concurrence de faire monter les prix.

          "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: nationaliser les banques ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Le problème est que cette mesure créé elle-même de l'inflation. Quand cela a été interdit en France, la raison était de dire "il faut des perdants".

        Enfin le perdant on a vu qui c'était.
        Avant la "désinflation compétitive", les salaires représentaieznt 70% de la VA (pour faire simple : j'entend VA comme étant CA - benef - investissement - charges).
        Donc 30% partait pour l'actionnariat et les patrons (qui sont pas salariés).

        Maintenant on en est à 60%.

        M'est d'avis que ce n'est ni les salaires, ni le cout de la vie qui a gagné dans cette affaire.

  • #

    Posté par . Évalué à -9. Dernière modification le 06/10/11 à 23:07.

    Cette partie du commentaire a été supprimée par l'équipe de modération.

    Ouais, je sais, mon avis va déplaire ici, m'en fous, je ne suis ni propriétaire, ni locataire d'un logement social auquel je n'ai jamais eu accès, me faut 2 à 3 ans d'attente pour pouvoir y rentrer, à moi…

    • [^] # Re: ☀

      Posté par . Évalué à 3.

      Ouais, je sais, mon avis va déplaire ici

      Bof c'est surtout que tu racontes n'importe quoi, sur les champs réquisitionnés pour loger des padchénous par exemple.

      Bon allez ok, ton avis c'est vraiment de la merde, en fait.

      Cordialement,

      • [^] # Re: ☀

        Posté par . Évalué à -1.

        Tu m'en diras tant, alors que ma sœur et mon amie ayant des cheveux qu'elle mettent en pensions chez des paysans, cela fait 3 fois qu'elle doivent les bouger parce que le paysan a du vendre les terres pour construire les lotissements.

        Les lotissements en question ne logent pas des padchénous (ou très peu), mais surtout des bobos de grandes agglomérations (surtout des parisiens dans le coin), qui fuient leur quartier qui s'est rempli de padchénous.

        Et pour avoir discuté avec certains, vu que pour l'instant les chevaux sont dans un champs à côté, ils ont vendu avant que la décote immobilière soit trop importante, ou encore pour que leurs gamins ne se retrouvent pas dans les établissements scolaires, carte scolaire aidant.

        Ça te choque ou ça te dérange ? Tant pis pour toi, ce n'est pas en méprisant l'avis des autres que tu auras davantage raison pour autant.

        • [^] # Re: ☀

          Posté par . Évalué à 0.

          Tu m'en diras tant, alors que ma sœur et mon amie ayant des cheveux qu'elle mettent en pensions chez des paysans,

          Drole de pratique. Des chevaux, d'accord, mais des cheveux...

          cela fait 3 fois qu'elle doivent les bouger parce que le paysan a du vendre les terres pour construire les lotissements.

          C'est vrai : on a forcé le paysan à vendre ses terres... C'est pas du tout parce que son champ est devenu terrain constructible et que le prix à été multiplié par 10 qu'il a vendu, mais parce qu'on l'a forcé !

          • [^] # Re: ☀

            Posté par . Évalué à 0.

            Par 10, si c'était seulement 10 !

            "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: ☀

            Posté par . Évalué à 0.

            Le paysan en question a hérité de l'exploitation et des terres de son père, qui les avait hérité de son grand-père, etc… Le problème, c'est que beaucoup comme lui sont pris à la gorge et endettés jusqu'au cou. C'est un boulot très physique, très prenant, qui en plus ne t'autorise pas de vacances, pas de week-end, qui t'obligent à sortir même quand il fait un temps de merde, à te lever et te coucher à pas d'heure. Il m'est arrivé de donner des coups de main, et bien je les plains, car ils sont vraiment très mal payés par rapport au boulot qu'ils accomplissent. D'ailleurs, les taux de suicide de la profession semblent indiquer le malaise, et la très grande majorité d'entre eux vivent sous le seuil de pauvreté ou avec moins que le RSA.

            Bref, le paysan en question a été « forcé » de vendre ses terres en effet, certes pas au prix de la terre agricole, mais pas non plus au prix du terrain constructible. Et il l'a fait les larmes aux yeux parce qu'il n'avait pas le choix s'il voulait sauver son exploitation au moins à court terme, lui qui fait du bio et des poules, des oies, des cochons ou autres élevés en plein air, comme le faisaient son père et son grand-père avant, et qu'aujourd'hui on nous fait passer pour la révolution du bio. S'il avait pu garder ses terres, même si on lui en avait donné le prix terrain constructible, il ne les aurait pas donné, et la mairie le savait puisqu'il avait toujours refusé de les vendre, mais voilà, il y a des gens qui savent et/ou ont le pouvoir d'arriver à leurs fins. Le paysan, il a bon dos…

            • [^] # Re: ☀

              Posté par . Évalué à 0.

              Tu as l'air d'avoir de la peine pour le vie de ce paysan qui a l'air de s'être fait avoir par des promoteurs immobiliers. Mais je n'arrive pas à comprendre comment tu arrives à faire le lien avec l'immigration, cela doit ça la dissonance cognitive.

              "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: ☀

      Posté par . Évalué à 2.

      Sachant que pour faire bosser un immigré légal,la boite paye une taxe de 700€/mois, sachant que les clandestins occupent les emplois que personne ne veut, leur travail créé tout de même un peu de valeur ajouté et paye des cotisations.

      Et le problème n'est pas de loger les immigrés mais de loger les jeunes tout court.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: ☀

        Posté par . Évalué à -2.

        Plusieurs choses, dans l'ensemble je m'en fous des immigrés légaux et qui bossent (encore qu'il ne faudrait pas que ce soit pour mettre des millions de Français au chômage), ce qui me dérange, ce sont les clandestins et les légaux qui ne sont que venus profiter du système social, en gagnant avec les aides sociales à l'inactivité beaucoup plus que moi qui bosse, voire plus que des couples qui bossent : http://img828.imageshack.us/img828/5504/caf2.jpg

        Maintenant, ton exemple des clandestins qui feraient le boulot que les Français refusent de faire, il est très mal choisi. L'immigration sert à tirer les salaires à la baisse, donc principalement les patrons = la droite UMP, en mettant en concurrence les Français et leur niveau de vie avec des immigrés bien peu regardants. Forcément aux salaires esclavagistes payés, il y a des boulots que les Français ne font plus, mais oblige les patrons à payer un vrai salaire correspondant au poste, et on verra si les Français refusent de les faire. Ah, pour ne pas taper que sur l'UMP, le PS encourage également l'immogration car il a changé sa base électorale qui était constituée des couches populaires et de la classe moyenne, pour les remplacer par les étrangers/immigrés (il y a un bouquin de Hervé Algalarrondo sorti récemment à ce sujet). Ce qui au passage explique que le PS veuille donner le droit de vote aux étrangers. http://m.marianne2.fr/Un-journaliste-du-Nouvel-Obs-tacle-les-bobos_a210597.html

        • [^] # Re: ☀

          Posté par . Évalué à 1.

          Faut arrêter de croire les populistes. Tu crois franchement que les africains ont le moindre diplôme pour venir ici ? Non, il faut les boulots que personne ne veut car dure et/ou mal payé : manœuvre dans la bâtiment, agent d'entretien, commerçant (cela se lève très tot le matin),...

          Et concernant le fait qu'il tire les salaires vers le bas, tu as rater le passage ou je disais qu'il payait une taxe de 700€/mois pour les employer ?

          Ton exemple de caf ne dit pas combien de personnes vivent sous le toit en question. Et j'entends suffisamment parler de français bien de chez nous qui s'arrange très bien avec la sécu.
          *
          Sinon, je te rappelle gentiment que les immigré n'ont pas le droit de vote ! Et le droit de vote au étranger concerne surtout les mairies, ce qui ne me parait pas anormal.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: ☀

            Posté par . Évalué à 0.

            Bon, tes boulots manœuvre sur chantier, manutentionnaire, ouvrier à la chaîne en usine en 3x8 ou 3x8, je connais. Allez, rien qu'ouvrier à la chaîne, on avait 2 étrangers rien que sur ma ligne, et pour avoir sympathisé avec eux comme avec les autres, on se montrait nos fiches de paye et il n'y avait aucune différence. Alors à quel moment ta taxe de 700 € par mois est-elle prélevée ?

            Ensuite, concernant le boulot sur la chaîne, oui c'était dur et il fallait se lever tôt, mais tu m'excuseras pour avoir vu passer une tripotée de monde envoyé par l'ANPE, dont beaucoup d'étrangers, il n'y avait même pas 1 employé sur 15 qui restaient tellement ils trouvaient le boulot dur, ils abandonnaient leur poste dans la première heure en général. Et au final, mis à part un Turc et un Marocain, il ne restait que des Français sur la ligne, pour un boulot pourri, payé au smic horaire pointeuse, avec des horaires de merde, et un manque de main d'œuvre chronique qui t'obligeait à tenir les cadences en faisant aussi le boulot des postes inoccupés.

            Mon exemple de CAF, à vue d'œil je dirais que ce sont les aides que perçoit une femme pour 4 enfants dont 1 qui souffre d'un léger handicap. Ça reste énorme, et pourtant il y a bien pire (des montants 3 à 4 fois plus élevés, toujours sans rien faire et sans payer d'impôts). Trouves-tu normal que par exemple une employée de l'usine où j'étais ai travaillé toute sa vie à la chaîne au smic, pour au final avoir une retraite de 680 € lorsqu'elle y est partie, tandis qu'un étranger qui n'aura jamais travaillé ni côtisé en France mais qui aura 5 ans (ou 10) de présence sur le territoire nationale aura davantage ? Est-ce normal qu'un couple de retraités qui ont travaillé toute leur vie et fait 3 enfants gagnent moins par mois en cumulant leurs retraites que cette femme qui ne travaille même pas (et qui est loin d'être un cas exceptionnel et loin de certains sommets du scandale) ? Pas moi.

            Concernant le droit des votes des étrangers qui serait surtout un vote local, c'est un piège, ça leur donnerait le droit d'élire les sénateurs (Grands Électeurs + nommés), ainsi que de participer aux référendums, entre autres choses. Personnellement, j'y suis opposé, si tu veux que ton avis soit entendu dans un pays, tu fais au moins l'effort de demander la nationalité, ce qui implique que tu seras un minimum engagé par tes votes. Que là, non seulement ils peuvent influer sur le cours des choses, mais en plus eux auront l'opportunité de se barrer ailleurs (retour dans leur pays ou émigration ailleurs vu qu'ils n'ont pas de racines) lorsque leurs choix auront foutu la merde, ce qui n'est pas le cas des Français qui ont leurs racines dans leur pays.

    • [^] # Re: ☀

      Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 06/10/11 à 22:54.

      (NdM: le message en question a été reformulé de manière postérieure à ce commentaire, et ce commentaire réédité en conséquence)

      Cette partie du commentaire a été supprimée par l'équipe de modération.

      Ah ouais, un propos mesuré pour défendre mon opinion carrément censuré dans ces termes… Y a pas à dire, Linuxfr c'est bien de pire en pire. Mais à lire sur la tribune la raison de cette censure, on voit bien que due dans les vieilles moules qui sont restées, y a pas vraiment que les meilleures. :-)

      • [^] # Re: ☀

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Alors que ton commentaire n'était pas xénophobe mais bobophobe, ce qui est plus que recommandable !

        Après, peut-être qu'il y a beaucoup de bobos chez les modos ?

        DLFP >> PCInpact > Numerama >> LinuxFr.org

    • [^] # Re: ☀

      Posté par . Évalué à 4.

      Bon, j'ai lu le message de cooker avant qu'il ne soit censuré, et même si je trouvais le post nauséabond, je ne vois pas en quoi il était normal de le censurer (pas d'incitation a la haine raciale ou autre joyeusetés du genre). Je trouve que le coupe-coupe a été appliqué un peu vite dans ce cas...

      • [^] # Re: ☀

        Posté par . Évalué à 1.

        Vu que l'on rentre en période électoral, les admin ont du remarquer l'arriver de gros troll velu ayant pour but de faire leur propagande en douce.

        "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: ☀

        Posté par . Évalué à 8.

        Je plussoie. La modération avait même précisé (avant de retirer la raison) "partie de commentaire supprimée pour relent xénophobe".

        Bien que trouvant le post de coocker également nauséabond, on ne peut qu'en déduire deux choses :
        1. Linuxfr a maintenant une ligne éditoriale très stricte ?
        2. Le modérateur n'assume pas le fait qu'il censure pour ses convictions personnelles, et non pas pour respecter la loi.

        J'oserai ajouter que le post de cooker est disponible sur http://applefr.org/censure pour qui voudrait le lire.

        • [^] # Re: ☀

          Posté par . Évalué à 2.

          Comment ça marche, le /censure de applefr ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.