Journal ACTA: Dernière ligne droite...

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
24
28
sept.
2011

Salut, Nal !

L'ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement, ou Accord Commercial Anti-Contrefaçon) va être officiellement signé ce week-end.

Bien-entendu, il restera à effectuer les ajustement nationaux (domestic processes) avant son entrée en vigueur, et la signature effective d'ACTA se fera d'ici le 1er mai 2013.

Je vous conseille d'aller sur le site de Stop ACTA, qui explique pourquoi ACTA est Le Mal. Outre d'imposer encore un peu plus la suprématie américaine, et notamment de ses grosses sociétés commerciales, les impacts sont très larges :

  • imposer aux opérateurs de télécommunication, notamment les FAI, à être eux-mêmes la main armée de la police privée du copyright
  • imposer de lourdes et inadmissibles peines aux consommateurs et utilisateurs
  • rendre impossible, ou trop onéreux, l'accès aux médicaments et autres soins pour les pays pauvres, ou en voie de développement
  • s'imposer aux pays sans avoir été préalablement débattu par les représentants de leurs citoyens

Vous trouverez aussi sur ce site les actions que nous pouvons entreprendre contre cet accord.

Hop,
Moi.

  • # références

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 28/09/11 à 10:55.

  • # Parlement

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Ça a été ratifié par le parlement européen, ACTA ?

    • [^] # Re: Parlement

      Posté par . Évalué à 10.

      Ça a été ratifié par le parlement européen, ACTA ?

      En fait, non.

      C'est la Commission Européenne, à travers des délégués, qui est intervenue, et intervient toujours, dans les discussions d'ACTA.

      En fait, l'ACTA a été négocié hors de tout processus démocratique. Les membres de la Commission Européenne sont nommés, pas élus. Et c'est bien là que les bât blesse : les peuples, au travers de leurs représentants directement élus, n'ont pas eu leur mot à dire.

      Hop,
      Moi.

      • [^] # Re: Parlement

        Posté par . Évalué à -3.

        En fait, l'ACTA a été négocié hors de tout processus démocratique. Les membres de la Commission Européenne sont nommés, pas élus. Et c'est bien là que les bât blesse : les peuples, au travers de leurs représentants directement élus, n'ont pas eu leur mot à dire.

        Par QUI les membres de la Commission Européenne sont-ils nommés ? Si c'est par des élus, ca reste démocratique, et le peuple a toujours son mot à dire : il peut décider de ne pas réélire les gens qui ont nommé les gens qui ont fait ce qui ne lui plait pas. Ils peuvent meme élire les personnes qui proposeront de dénoncer cet accord.

        Bref, nommé ne veut pas dire anti-démocratique. Enfin pas forcément.

        • [^] # Re: Parlement

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Quand je pense qu'aux Etats-Unis d'USA ils élisent même leurs juges et procureurs généraux ...

          bon après si les mecs font leur bouzin dans leur coin sans en informer personne, ça ne change pas grand chose, je suis bien d'accord avec vous.

          hop,
          pas moi.

        • [^] # Re: Parlement

          Posté par . Évalué à 3.

          Par QUI les membres de la Commission Européenne sont-ils nommés ?

          La réponse, un peu succincte, est .

          Hop,
          Moi.

  • # Japon !

    Posté par . Évalué à 4.

    Il va être signé au japon. Par contre je ne sais pas combien de pays l'ont signé.

    • [^] # Re: Japon !

      Posté par . Évalué à 8.

      Bon, je me répond grâce à un article de numerama.

      La signature se fera au japon en présence des représentants des Etats-Unis, le Japon, l'Australie, le Canada, l'Union Européenne, la Corée du Sud, le Mexique, le Maroc, la Nouvelle Zélande, Singapour et la Suisse. Mais il précise que seuls ceux qui ont achevé les "procédures domestiques" nécessaires seront signataires. Bruxelles, en juin dernier, a demandé au Parlement le droit de signer l'accord au nom des états membres, mais le document est toujours en "phase préparatoire" au Parlement.

  • # Corruption généralisée

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Dites donc, un accord commercial, négocié en secret entre une guilde d'entreprises privées et des représentants de gouvernements, sans rendre compte au peuple, ça porte un nom, ça…

    • [^] # Re: Corruption généralisée

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Une belle saloperie !
      Je ne vois pas en quoi les « représentants » de mon pays (la Suisse) représentent les intérêts de celui-ci, c'est à dire les intérêts de mes concitoyens et de moi-même.
      On se fait prendre par derrière avec du sable et aux derrière nouvelles, je n'a pas donné mon accord.
      Heureusement, il reste encore les urnes pour donner mon avis et éventuellement faire virer les corrompus responsables de ce désastre.

      Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

      • [^] # Référendum facultatif

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Une belle saloperie !
        Je ne vois pas en quoi les « représentants » de mon pays (la Suisse) représentent les intérêts de celui-ci, c'est à dire les intérêts de mes concitoyens et de moi-même.
        On se fait prendre par derrière avec du sable et aux derrière nouvelles, je n'a pas donné mon accord.
        Heureusement, il reste encore les urnes pour donner mon avis et éventuellement faire virer les corrompus responsables de ce désastre.

        Heureusement qu'il nous reste le référendum facultatif pour combattre cette merde.
        Je sens qu'il va falloir aller chercher des signatures.

        Donc dés que le projet de loi sera adopter par l'assemblée générale il nous faudra déposer un référendum facultatif, puis nous avons trois mois pour trouver 50 000 signatures de personne ayant le droit de vote fédéral.
        Après c'est le peuple qui se prononcera et la l'industrie pharmaceutique brandira le spectre des licenciements pour que le loi ne soit pas rejetée par le peuple.

        Ainsi est fait la vie, d'ailleurs nous avons refusé une caisse unique, moi je vais me prendre 5% d’augmentation de ma caisse maladie en 2012 (j'ai une franchise de 2500.-). Donc même quand le peuple est tondu il accepte n'importe quoi, pour acta je suis pessimiste mais prêt à me battre.

        • [^] # Re: Référendum facultatif

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Bonne chance pour trouver 50000 signatures sur un sujet pareil. Il y a pas mal d'initiatives qui n'aboutissent pas par manque de signature et celles qui marchent en Suisse sont celles qui parlent de pédophilie et d'étrangers (les étrangers pédophiles représentant le gros lot).
          Je vois assez mal une initiative anti-ACTA aboutir, mais bon, j'essaierai de la faire signer à un max de personne si elle était lancée.

        • [^] # Re: Référendum facultatif

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Pas de bol pour ton assurance…

          Mais bon, vu que la caisse unique à de plus en plus le vent en poupe, il suffit d'appuyer la où ça fait mal : au porte-monnaie.
          ACTA=fin des génériques (Oui, je sais , c'est faut ou du moins réducteur.) Je suis sûr que ça peut faire son effet !
          Punaise, j'enrage !

          Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

      • [^] # Re: Corruption généralisée

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Heureusement, il reste encore les urnes pour donner mon avis et éventuellement faire virer les corrompus responsables de ce désastre.

        Y'en a réellement encore pour croire qu'on peut changer le système avec des élections ?

        Pas de sauveur surprême, sauvons nous nous-mêmes, tout ça.

        • [^] # Re: Corruption généralisée

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          C'est clair qu'avec ce genre de réactions, ça ne peut pas marcher…

          Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

          • [^] # Re: Corruption généralisée

            Posté par . Évalué à 2.

            Tu crois que c'est le pessimisme de ouasse sur le système politique qui dissuade les bénéficiaires de ce système de le changer ?

      • [^] # Re: Corruption généralisée

        Posté par . Évalué à 8.

        On se fait prendre par derrière avec du sable et aux derrière nouvelles, je n'a pas donné mon accord.
        Heureusement, il reste encore les urnes pour donner mon avis et éventuellement faire virer les corrompus responsables de ce désastre.

        Et tu espères que les nouveaux seront, contrairement aux anciens, incorruptibles ? Tu crois que l'urne est le moyen de destituer les corrompus, mais dans quelle mesure a-t-elle réussi ? L'urne n'est-elle pas le moyen de donner le pouvoir aux corrompus ? Quand bien-même les élus accèderaient au pouvoir pleins de bonnes intentions, n'est-ce pas trop leur demander que de résister à toutes les tentations et pressions induites par leur rôle ?

        Comment les élus, choisis parmi les plus hautes classes de la société (hauts fonctionnaires, cadres, avocats...), pourraient-ils revendiquer servir l'ensemble des citoyens (employés, ouvriers, chômeurs...), alors même qu'ils revendiquent la vie politique comme un métier ?

        • [^] # Re: Corruption généralisée

          Posté par (page perso) . Évalué à -5.

          Si tu veux prendre les armes, fais-le !
          Je me contenterai de faire jouer la démocratie tant que c'est possible.
          Je ne comprends vraiment pas où est le problème des gens qui refusent d'utiliser les outils de la démocratie et qui se plaignent ensuite qu'elle ne marche pas… Avec ce genre de comportements, on est pas loin de sentir les relents nauséabonds de la dictature ou de l'anarchie.

          Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

          • [^] # Re: Corruption généralisée

            Posté par . Évalué à 8.

            Si tu veux prendre les armes, fais-le !

            Disons que pour agrandir la surface de la cage, il me paraît plus efficace de réfléchir avec des civils que de me battre contre des milices. Tu t'es trompé sur mes intentions.

            Je me contenterai de faire jouer la démocratie tant que c'est possible.

            Ne verrais-tu pas en la démocratie une finalité qu'il faille absolument sauver des extrêmes qui la menacent, plus qu'un moyen de faire valoir tes idées ?

            Je ne comprends vraiment pas où est le problème des gens qui refusent d'utiliser les outils de la démocratie et qui se plaignent ensuite qu'elle ne marche pas…

            Ce dont tu parles est un système dans lequel tout le pouvoir que détient le citoyen se résume à mettre un bulletin dans une enveloppe dans une urne, lorsqu'on le lui demande (quoiqu'en Suisse vous ayez quelques subtilités enviables, comme le référendum facultatif).

            Tu te plains de te faire « prendre par derrière avec du sable » par des gens qui soit on eu accès au pouvoir par les électeurs, soit l'avaient déjà mais ont pu en justifier l'exercice par les électeurs. Pourquoi, ayant mesuré les conséquences, préconises-tu de reproduire les causes ?

            Tu m'identifies comme source des « relents nauséabonds de la dictature » - ce n'est pas très flatteur, et de ceux « de l'anarchie » - ça l'est déjà plus.

            Je comprends très bien que l'homme de pouvoir fustige l'anarchie. Je peux aussi comprendre que le citoyen déplore un caractère utopique ou inefficace. Mais quels sont donc ces relents nauséabonds qui selon toi rapprochent l'anarchie de la dictature ? Anarchie est pourtant antinomique de Dictature, alors même que cette dernière est compatible avec Démocratie !

            Je me rends compte avoir posé de nouvelles questions alors que tu n'as même pas daigné répondre aux précédentes. Tu as préféré me témoigner du mépris et me désigner comme menace. Pourtant, ma seule démarche était de voir quel était ton point de vue, pourquoi pas le comprendre - peut-être même qu'on le partage déjà en tout ou parie ? Lequel de nos deux comportements a le plus de relents nauséabonds ?

            • [^] # Re: Corruption généralisée

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Bien sûr que je veux répondre.

              Et tu espères que les nouveaux seront, contrairement aux anciens, incorruptibles ?

              Non, pas du tout, mais il ne seront pas nécessairement corrompus, ça laisse de la marge.

              Tu crois que l'urne est le moyen de destituer les corrompus, mais dans quelle mesure a-t-elle réussi ?

              Non, effectivement, ce n'est pas automatique. Cela dit, le jour où la question se pose, on peut toujours faire en sorte que ces gens là ne soient pas réélus s'il l'ont été ou élus tout court si ce sont des fonctionnaires.

              L'urne n'est-elle pas le moyen de donner le pouvoir aux corrompus ?

              L'urne est le moyen de tout est de n'importe quoi. Je suis bien placé pour le savoir, mes concitoyens ayant récemment accepté des options politiques plus que douteuses (l'interdiction des minarets par exemple)

              Quand bien-même les élus accéderaient au pouvoir pleins de bonnes intentions, n'est-ce pas trop leur demander que de résister à toutes les tentations et pressions induites par leur rôle ?

              Non, c'est pour cela qu'on a un droit de référendum et d'initiative en Suisse.

              Comment les élus, choisis parmi les plus hautes classes de la société (hauts fonctionnaires, cadres, avocats...), pourraient-ils revendiquer servir l'ensemble des citoyens (employés, ouvriers, chômeurs...), alors même qu'ils revendiquent la vie politique comme un métier ?

              Effectivement, c'est un problème. Et non, je ne vois pas comment il peut être résolu simplement. Disons que pour l'instant, on à la chance, en Suisse d'avoir quand même encore beaucoup de politiciens de milice.

              Ensuite, effectivement, vu que l'ensemble de tes questions semble remettre en cause le fonctionnement de la démocratie, je me demande si ton envie n'est pas un peu plus violente que l'usage des outil de la démocratie. Alors effectivement, je suis peut-être un peu excessif dans mes réactions.

              Disons que pour agrandir la surface de la cage, il me paraît plus efficace de réfléchir avec des civils que de me battre contre des milices. Tu t'es trompé sur mes intentions.

              On est d'accord et il ne me semble pas être en cage (bon, philosophiquement, on peut en discuter, mais ça risque d'être long…).

              Ne verrais-tu pas en la démocratie une finalité qu'il faille absolument sauver des extrêmes qui la menacent, plus qu'un moyen de faire valoir tes idées ?

              Pas du tout dans l'absolu, mais pour l'instant je n'ai pas trouvé mieux. Ce qui n'empêche pas au passage d'instruire les gens afin qu'ils puissent au mieux utiliser des droits qui leurs sont conférés.

              Ce dont tu parles est un système dans lequel tout le pouvoir que détient le citoyen se résume à mettre un bulletin dans une enveloppe dans une urne, lorsqu'on le lui demande (quoiqu'en Suisse vous ayez quelques subtilités enviables, comme le référendum facultatif).

              Effectivement, je suis suisse et je m'en porte très bien. Et non, ce ne sont pas des subtilités, les différences qui sépare le système suisse du système, disons, français. C'est une différence fondamentale : la Suisse est une démocratie (semi-)directe, la France est une démocratie indirecte.

              Tu te plains de te faire « prendre par derrière avec du sable » par des gens qui soit on eu accès au pouvoir par les électeurs, soit l'avaient déjà mais ont pu en justifier l'exercice par les électeurs. Pourquoi, ayant mesuré les conséquences, préconises-tu de reproduire les causes ?

              Oui, je me plains de m'être fait avoir. Mais heureusement ! Par contre et contrairement à ce que tu prétends, je ne préconise pas d'en reproduire les causes, parce que les cause ne sont pas dans la démocratie, mais dans la faiblesse de l'homme. Ça fait une sacrée différence.

              Tu m'identifies comme source des « relents nauséabonds de la dictature » - ce n'est pas très flatteur, et de ceux « de l'anarchie » - ça l'est déjà plus.

              Non, je ne t'identifie à rien du tout, on ne se connaît même pas. ;) Par contre, un petit $man histoire et tu verras que ce que je redoute le plus, ce sont des dérives tout à fait possible de systèmes démocratiques. Et pas toujours pour le meilleur…

              Je comprends très bien que l'homme de pouvoir fustige l'anarchie. Je peux aussi comprendre que le citoyen déplore un caractère utopique ou inefficace. Mais quels sont donc ces relents nauséabonds qui selon toi rapprochent l'anarchie de la dictature ?

              Effectivement, j'ai dit anarchie avec un peu de précipitation, comme on dit socialisme sans avoir lu Marx.

              Anarchie est pourtant antinomique de Dictature, alors même que cette dernière est compatible avec Démocratie !

              D'un point de vu de l'organisation politique, oui ; dans ses effets, j'ai des doute … pour la tranquillité des gens, surtout des plus faibles, sous ce genre de régime.

              Je me rends compte avoir posé de nouvelles questions alors que tu n'as même pas daigné répondre aux précédentes.

              Ah, ben là, c'est fait… :)

              Tu as préféré me témoigner du mépris et me désigner comme menace.

              Comme je l'ai dit plus haut, je ne te désigne pas comme une menace. Je réagis à des mots, et derrière les mots à des idées, pas à des gens. Et il s'agissait surtout de faire sortir le fond de ce qui était exprimé, ce à quoi je n'ai pas plus eu droit que toi jusque là.

              Pourtant, ma seule démarche était de voir quel était ton point de vue, pourquoi pas le comprendre - peut-être même qu'on le partage déjà en tout ou parie ?

              Peut-être bien, en effet.

              Lequel de nos deux comportements a le plus de relents nauséabonds ?

              ;)

              Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

              • [^] # Re: Corruption généralisée

                Posté par . Évalué à 4.

                Non, effectivement, ce n'est pas automatique. Cela dit, le jour où la question se pose, on peut toujours faire en sorte que ces gens là ne soient pas réélus s'il l'ont été ou élus tout court si ce sont des fonctionnaires.

                En France, on a un exemple fameux qui est celui de Chirac qui a été réélu président, alors qu'on le soupçonnait d'avoir déjà un joli palmarès ! Non seulement il faut empêcher leur élection, mais il faut aussi les sanctionner ! Une piste d'amélioration serait que cette question, les citoyens se la posent tous les jours, et puissent révoquer tout mandat.

                Effectivement, c'est un problème. Et non, je ne vois pas comment il peut être résolu simplement. Disons que pour l'instant, on à la chance, en Suisse d'avoir quand même encore beaucoup de politiciens de milice.

                Deux idées simples, pour que les citoyens puissent se faire une idée plus juste de la représentativité des élus :
                - remplacer les noms d'usages par ceux qui figurent sur l'état civil des candidats, sur les bulletins de votes et dans la présentation des résultats des suffrages
                - distinguer les bulletins blancs des nuls, et les comptabiliser, ainsi que les abstentions, dans les résultats du suffrage. À l'heure actuelle, tous ceux qui font le choix de ne soutenir aucun des candidats sont purement et simplement exclus ! On a le droit de voter mais seulement pour dire qu'on est d'accord...

                Ensuite, effectivement, vu que l'ensemble de tes questions semble remettre en cause le fonctionnement de la démocratie, je me demande si ton envie n'est pas un peu plus violente que l'usage des outil de la démocratie. Alors effectivement, je suis peut-être un peu excessif dans mes réactions.

                Oui, il s'agit bien d'une remise en cause, de la démocratie représentative à laquelle nous sommes confrontés dans bien des pays, bien que mon analyse se base sur la situation française. On a une sacrée marge pour la rendre plus juste.

                Oui, je me plains de m'être fait avoir. Mais heureusement ! Par contre et contrairement à ce que tu prétends, je ne préconise pas d'en reproduire les causes, parce que les cause ne sont pas dans la démocratie, mais dans la faiblesse de l'homme. Ça fait une sacrée différence.

                Si les élus n'avaient plus aucun pouvoir, ils seraient moins exposés à la corruption, non ?

                Ah, ben là, c'est fait… :)

                Merci !

                Comme je l'ai dit plus haut, je ne te désigne pas comme une menace. Je réagis à des mots, et derrière les mots à des idées, pas à des gens. Et il s'agissait surtout de faire sortir le fond de ce qui était exprimé, ce à quoi je n'ai pas plus eu droit que toi jusque là.

                Rhô, j'ai pas vu d'attaque personnelle, j'ai bien compris que c'était aux idées que tu réagissais. Toujours est-il que c'est moi qui les avais émises, ces idées. Pour le fond, j'avoue qu'en réalité je partage ton inquiétude, mais j'identifierais plus volontiers les votants que les abstentionnistes comme ayant des penchants pour le totalitarisme. Cette tendance à voter contre quelqu'un plutôt que pour des idées, à assimiler le vote pour le parti d'extrême droite (pas l'UMP, l'autre) à un vote de « protestation », à confondre « gouvernement par le peuple » avec « direction du pays par un parti sur une période déterminée », voilà les relents nauséabonds qui me montent au nez.

                Il y a quelques jours, je déplorais la farce de la proportionnalité à l'Assemblée Nationale, dans une discussion avec des proches. Ce que j'ai retenu de leur message :
                - la contradiction et le débat d'idée empêchent les élus de faire avancer le pays, ils ne devraient pas être possibles durant l'exercice d'un mandat
                - les élus ont toute légitimité à infliger leurs décisions arbitraires, puisque les citoyens leur ont témoigné leur confiance
                - la politique c'est trop compliqué

          • [^] # Re: Corruption généralisée

            Posté par . Évalué à 4.

            on est pas loin de sentir les relents nauséabonds de la dictature ou de l'anarchie

            Stop les amalgames please ! Plusieurs choses :

            – Ça n'est pas parce qu'on ne croit plus en la démocratie représentative qu'on veuille prendre les armes et entrer en guerre civile.

            – Ça me fait mal de voir dictature et anarchie (dans le sens de l'anarchisme) dans la même phrase. L'anarchise est précisément l'opposé de la dictature : pas de hiérarchie ni de représentativité sont les bases de l'anarchisme. Du coup personne ne te représente, personne ne décide pour toi : tu es seul responsable de tes choix. Comment peux-tu dans ce cadre avoir une dictature ?

            Enfin je terminerais sur les moyens de lutte, qui pour moi sont multiple et plus ou moins accessible. Le principe de base est l'action directe, le « j'applique mes principes d'abord à moi-même ». Ça passe par exemple par utiliser et contribuer au logiciel libre, cultiver ses légumes, éviter le gaspillage et le tout-jetable, essayer d'avoir un impact limité sur les ressources et la nature, promouvoir la démocratie directe et la faire vivre, etc. Bref, l'idée est d'adopter un style de vie qui sorte progressivement (et peut-être un jour complètement) du monde capitaliste…

            Dans tout ça il n'y a pas de Kalach, de bombe ou de terrorisme, seulement la construction d'alternative qui peuvent résoudre certains problèmes insolvables dans une logique capitaliste.

            • [^] # Re: Corruption généralisée

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ça n'est pas parce qu'on ne croit plus en la démocratie représentative qu'on veuille prendre les armes et entrer en guerre civile.

              On est d'accord.

              Ça me fait mal de voir dictature et anarchie (dans le sens de l'anarchisme) dans la même phrase. L'anarchisme est précisément l'opposé de la dictature : pas de hiérarchie ni de représentativité sont les bases de l'anarchisme. Du coup personne ne te représente, personne ne décide pour toi : tu es seul responsable de tes choix.

              J'ai dit anarchie et pas anarchisme. Et oui, peut être un peu vite quand même : je pensais surtout à un « chaos politique », lequel n'est agréable pour à peu près personne.

              Comment peux-tu dans ce cadre avoir une dictature ?

              On est d'accord sur le principe, mais j'attends quand même de voir la réalisation.

              Enfin je terminerais sur les moyens de lutte, qui pour moi sont multiple et plus ou moins accessible. Le principe de base est l'action directe, le « j'applique mes principes d'abord à moi-même ». Ça passe par exemple par utiliser et contribuer au logiciel libre, cultiver ses légumes, éviter le gaspillage et le tout-jetable, essayer d'avoir un impact limité sur les ressources et la nature, promouvoir la démocratie directe et la faire vivre, etc. Bref, l'idée est d'adopter un style de vie qui sorte progressivement (et peut-être un jour complètement) du monde capitaliste…

              Je te suis absolument, ce d'autant plus que ça peut parfaitement s'inscrire dans le fonctionnement d'une démocratie (lire ça devrait).

              Dans tout ça il n'y a pas de Kalach, de bombe ou de terrorisme, seulement la construction d'alternative qui peuvent résoudre certains problèmes insolvables dans une logique capitaliste.

              C'était une façon (maladroite et provocante) de demander quelle était l'option à choix, vu qu'il me semblait que mon contradicteur avait une soucis avec le démocratie.

              Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

          • [^] # Re: Corruption généralisée

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Avec ce genre de comportements, on est pas loin de sentir les relents nauséabonds de la dictature ou de l'anarchie.

            Parce que faire un parallèle entre l’anarchie et la dictature, c’est pas nauséabond ?

            Qui veux jouer au troll avec moi ?

            • [^] # Re: Corruption généralisée

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ah ben voilà, ça m'apprendra à écrire plus vite que mon ombre !

              Cela dit, j'ai parlé d'anarchie, pas d'anarchisme et comme dit plus haut, je pensais à plus a un chaos politique résultant d'une volonté farouche de gens au idées diamétralement opposées et persuadés d'avoir raison, résolus à en découdre par quelque moyen que ce soit et à imposer son avis à l'autre en fin de compte.

              Sur ce, je vais me fouetter, ça m'apprendra.

              Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.