Audio‑conférences en ligne avec Mumble

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud et Benoît Sibaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
31
25
avr.
2020
Internet

Mumble est une solution de voix sur IP : elle permet aux utilisateurs de dialoguer ensemble dans des salons vocaux comme on le ferait sur Discord ou avec TeamSpeak.

À la différence de Discord, il n’y a pas un lieu centralisé où il faut s’inscrire ; chacun peut créer son propre serveur ou rejoindre un serveur existant. Il suffit pour cela d’utiliser un client Mumble, il en existe pour ordinateur (Windows, macOS et GNU/Linux), pour mobile (Android, iOS) et même en version Web, directement dans le navigateur.

Sommaire

Les différents logiciels client

Le projet Mumble fournit des logiciels libres pour plusieurs plates‑formes mais encourage également les développeurs à créer leurs propres solutions. On trouve donc de multiples clients et serveurs pour Mumble, libres ou non. La liste suivante donne juste un léger aperçu des clients existants.

Le client officiel pour PC se présente ainsi, avec une zone de discussion en ligne à gauche et la liste des salons et utilisateurs à droite. On peut cependant personnaliser l’affichage depuis les options et tester les différents thèmes graphiques inclus.

Logiciel client pour ordinateur

Il existe plusieurs versions pour mobiles, libres ou non. Voici par exemple le logiciel libre Mumla disponible sur le magasin d’applications Android alternatif F‑Droid, mais il existe également Plumble accessible directement depuis Google Play et l’application officielle Mumble dans l’App Store d’Apple.

Interface de Mumla

Enfin, voici à quoi ressemble mumble‑web dans mon navigateur Firefox :
Interface de Mumla

Comment trouver un serveur ?

Généralement, ce sont des communautés qui gèrent un serveur pour discuter. À la base c’étaient principalement des clans de joueurs, mais on trouve aujourd’hui des développeurs, des associations, des radios… Si l’on souhaite discuter avec ses amis, on peut utiliser un serveur en accès libre comme celui fourni par Framasoft. C’est la solution la plus simple : on se connecte et on discute. Il est même proposé une version pour navigateur !

Il existe également de multiples hébergeurs vous proposant des serveurs privés pour moins des deux euros par mois. L’avantage est de pouvoir gérer son serveur et d’avoir une connexion fiable. Mais Mumble étant libre et gratuit, on peut aussi héberger son propre serveur gratuitement. C’est la solution que je vous présente ci‑dessous.

Héberger son propre serveur

Sans rentrer dans les détails, l’installation consiste à installer le logiciel mumble-server depuis les dépôts de sa distribution, modifier un fichier de configuration, et à se connecter au serveur avec le client Mumble en tant qu’administrateur pour paramétrer les salons. Il faut aussi penser à ouvrir des ports sur son routeur. Rien de très sorcier.

Les prérequis sont :

Avoir un ordinateur faisant tourner GNU/Linux ou macOS

Le serveur Mumble officiel est fait pour fonctionner sur un système GNU/Linux ou macOS. Pour ma part, je fais tourner le mien sur un Raspberry Pi 4B (auparavant sur un Pi 3B+), le logiciel consommant très peu de ressources. Il faut que l’ordinateur soit allumé en permanence pour accueillir les usagers, il est alors intéressant de le faire tourner sur une machine économe en courant, tel un ordinateur monocarte ou un vieil ordinateur portable.

Une connexion Internet correcte

Il est important d’avoir suffisamment de débit montant pour envoyer les flux audio à tous les participants. Cependant, Mumble a toujours été très économe de ce côté — je le faisais tourner il y a dix ans sur une connexion ADSL vraiment pas terrible et je n’ai jamais rencontré de problème (tests à six ou sept personnes).
Aujourd’hui, il utilise le codec audio Opus qui compresse encore mieux les données audio. Une des forces du logiciel est le traitement du son avant envoi : le logiciel client réduit les bruits parasites avant d’envoyer le son au serveur ce qui améliore la qualité du son tout en réduisant la quantité de données à transmettre. Dans les paramètres du serveur on peut limiter la bande passante attribuée à chaque utilisateur et aussi limiter le nombre d’usagers ce qui permet d’adapter en fonction de sa connexion Internet.

Les avantages à utiliser Mumble

  • les utilisateurs n’ont pas besoin de se créer de compte, il existe cependant un système d’authentification optionnel ;
  • utilisable même sans installation grâce à la version Web ;
  • vous pouvez donner des droits supplémentaires aux utilisateurs ;
  • c’est vraiment gratuit (pas de pistage, pas de pub) ;
  • la connexion au serveur est sécurisée, vous devez cependant avoir confiance en l’hébergeur (ça peut être vous‑même) ;
  • le logiciel respecte ses utilisateurs ; par exemple, il ne va pas se lancer au démarrage sans qu’on ne le lui demande (p. ex. Teams), il ne va pas surveiller les logiciels que vous utilisez (p. ex. Discord), ni fouiller dans vos contacts (p. ex. WhatsApp) ;
  • il n’y a aucune centralisation, les développeurs de Mumble ne savent pas à qui vous parlez ;
  • bonne qualité audio ;
  • économe en ressources (processeur et bande passante).

Ce que Mumble n’est pas

Mumble est fait pour que des personnes puissent discuter ensemble dans des salons vocaux. C’est sa seule fonction et il la remplit bien, il n’a pas vocation à faire plus. Si on le compare à une plate‑forme comme Discord, voici les différences en termes de fonctionnalités :

  • les messages textuels ne sont pas persistants ;
  • il n’y a pas de possibilité d’envoyer un message à un utilisateur qui n’est pas connecté ;
  • il ne dispose pas d’un système de présence (liste de contacts connectés ou non…) ;
  • on ne peut pas partager son écran ou sa webcam ;

Mais comme c’est un logiciel libre, il peut être couplé à d’autres logiciels fournissant les fonctionnalités manquantes. Vous pourriez bien utiliser Mumble sans le savoir !

Pourquoi ne pas utiliser Discord, Skype ou WhatsApp ?

Fournir un service de voix sur IP coûte de l’argent (développement, matériel, bande passante, maintenance). Pour financer ce service, les plates‐formes centralisées ont donc des clients qui peuvent être des entreprises, des partis politiques, des lobbies, qui cherchent à atteindre un certain public (les utilisateurs).

Les services Mumble ne se finançant pas par la diffusion de publicités ou de propagande et étant décentralisés, on évite certaines dérives.

Aller plus loin

  • # Mumble sur Raspberry

    Posté par  . Évalué à 2.

    Bonjour Ted,

    Ton article est très bon, merci.

    Sur un autre sujet (Jabber), je me suis cassé les dents sur une installation sur Raspbian.

    Ici, pourrais-tu me dire si c'est réellement abordable et sur quels sites tu t'es appuyé ?

    Stéphane

    • [^] # Re: Mumble sur Raspberry

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Merci pour le retour :)

      Tu peux trouver des infos ici: https://doc.ubuntu-fr.org/mumble-server, même si c'est pour Ubuntu les informations sont valables aussi pour Debian/Raspian. L'installation est abordable, surtout que même dans Debian stable le serveur est disponible dans la dernière version (1.3).

      Je pense écrire un billet expliquant comment l'installer et configurer des certificats Let's Encrypt (en passant par Apache), je partagerai le lien quand ce sera fait (dans une ou deux semaines).

      Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

    • [^] # Re: Mumble sur Raspberry

      Posté par  . Évalué à 1.

      Il doit sûrement être dans les dépôts officiels. Sur mon serveur Fedora j'ai juste fait un dnf install mumble-server et systemctl start murmur.

  • # Accessibilité

    Posté par  . Évalué à 7.

    J'ai testé récemment l'appli PC pour une discussion à 3. Voici le retour que je peux faire:

    • La qualité du son est très bonne avec une faible latence
    • Il y a une étape de configuration franchement longue pour les paramètres du son au premier démarrage, pas drôle quand on invite quelqu'un à nous rejoindre pour la première fois.
    • Une étape de création de certificat qui ajoute à la confusion alors que l'utilisateur lambda va très probablement utiliser un serveur publique ou une authentification par mot de passe.
    • L'interface est peu claire de manière générale, par exemple: j'ai eu du mal à trouver où il faut taper pour envoyer un message texte, or c'est le premier truc dont on a besoin quand le micro ne fonctionne pas.

    Du coup mes amis ont préféré basculer sur jitsi.

    • [^] # Re: Accessibilité

      Posté par  . Évalué à 6.

      J'ai à peu près le même retour.

      J'avais un Mumble qui tournait presque à vide depuis des années, je l'avais mis en place pour les gamins pour qu'ils jouent en ligne avec leur copains tout en discutant.

      Avec les circonstances qu'on connaît, je l'ai ressorti pour l'utiliser avec quelques collègues. Décrire le paramétrage à distance est pas facile, les gens galèrent souvent au début.

      Par contre une fois que tout est fait, c'est de loin la solution la plus efficace si on veut de l'audio seulement. La qualité est incomparable avec Whatsapp ou Webex par exemple.

      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

    • [^] # Re: Accessibilité

      Posté par  . Évalué à -1.

      Le point qui m’intéressait, c'était que ça tourne sur un PI3, je dois dire.

      Ce qui m'embêtait, c'est que c'est le serveur qui centralise, son rôle ne se limitant visiblement pas à la gestion des utilisateurs et leur "mise en relation". Ce qui fait que la visio n'est pas là, elle coincerait de toute façons sur une petite config avec un fonctionnement non pair à pair.

      Mais si en prime la config est lourde c'est mort pour sortir famille/amis de zoom et autres machins troués… mais qu'un proche de 80 ans arrive à utiliser avec quelques directives simples.

      Ce qui manque en fait toujours, c'est vraiment un Skype libre avec un fonctionnement d'avant son sabordage par Microsoft qui l'a tué, comme à peu près tout ce qu'ils rachètent, en le centralisant…

  • # Mumla sur Google Play ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Bonjour,

    Je connais très bien Mumble, puisque je l'ai utilisé dans le passé pour jouer :)
    Et j'ai aussi un petit serveur qui tourne depuis plusieurs années, que j’utilise de temps en temps.
    Je ne peux donc que conseiller cet outil !

    Dernièrement on l'a déployé dans l'administration territoriale dans laquelle je travaille, pour les élus, et si le retour sera bon, les agents.

    Concernant le logiciel Mumla pour Android, je l'ai installé et testé ce matin depuis F-Droid, impeccable, compatible avec Andoid 4.1 sur mon ordiphone qui se fait vieux mais fonctionne, et gère l'overlay.
    J'ai une question cependant, il est noté dans l'article que celui-ci est aussi disponible sur l'annuaire d'applications Google, cependant je ne le retrouve pas ? Je n'ai pas de compte Google, ce n'est pas pour moi, mais pour les usagers autres qui ne feront pas la démarche d'installer F-Droid.
    Est-ce une erreur ou moi qui cherche mal ?

    Bien cordialement, et vive les logiciels libres pour le travail à distance !

    Axel.

    • [^] # Re: Mumla sur Google Play ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4. Dernière modification le 26/04/20 à 14:33.

      N'ayant pas de téléphone Android j'ai cru lire ça, j'ai dû me tromper… Il y a Plumble dans le playstore cependant, Mumla étant un fork de Plumble.
      J'ai modifié la dépêche en conséquence, merci d'avoir signalé l'erreur!

      Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

    • [^] # Re: Mumla sur Google Play ?

      Posté par  . Évalué à 9.

      Bonjour! Developpeur de Mumla ici! Mumla viendra au goog playstore. Je travaille sur Mumla quand j'ai le temps. Avoir de la patience, svp. J'esper que Mumla fonctionne bien et que F-Droid est un bon debut. Teach your friends how to use F-Droid :)
      //Daniel https://mumla-app.gitlab.io/

      • [^] # Re: Mumla sur Google Play ?

        Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 28/04/20 à 10:05.

        Mumla fonctionne mieux que Plumble pour moi. Plumble crashe sur mon android, Mumla non. Merci!

        arnaud

      • [^] # Re: Mumla sur Google Play ?

        Posté par  . Évalué à -1.

        Bonsoir,
        J'ai pas mal testé avec le serveur de framasoft et j'ai rencontré des problèmes d'echo notamment avec les applis android (Plumble). Une des solutions est de changer la transmission afin d'appuyer pour parler, mais comme je devais faire des tests avec der personnes pas spécialement a leurs aises avec les machines ce n'était pas simple

        J'ai rencontré les mêmes difficultés sur un pc windows, que ce soit par le web ou par le client, et également en jouant sur différent réglage du client, peut etre un niveau du micro à réduire ?

        Ce qui m'a étonné le plus sur une tablette huawei, l'utilisation des oreillettes n'avait rien changé.

        Des idées à creuser ?

        Emmanuel

        • [^] # Re: Mumla sur Google Play ?

          Posté par  . Évalué à 0. Dernière modification le 11/06/20 à 07:48.

          Echo cancellation et réduction du bruit fonctionnent mal adans le client Android Mumla (née Plumble). Nous avons an probleme registreree pour ca. https://gitlab.com/quite/mumla/-/issues/6

          Comme tu a apris, l'utilisation du push-to-talk est une solution. Peut-etre il devrais active par default!

          Utilisation d'un headset vraiment devrait fonctionner correctment. Il y a peut-etre un autre utilisateur sur le client Android, utilisant toujours l'activation vocale (voice activated transmission).

          Daniel

      • [^] # Re: Mumla sur Google Play ?

        Posté par  . Évalué à 1.

        Mumla est maintenant disponible dans le G play store.

  • # Souvenirs

    Posté par  . Évalué à 5. Dernière modification le 26/04/20 à 15:23.

    J'ai de très bon souvenir avec mumble qui marchait extrêmement bien. J'avais espoir de m'en resservir avec le confinement, mais des solutions permettant de faire de la vidéo lui ont était préférées autour de moi.

  • # Fiche du colelctif CHATONS

    Posté par  . Évalué à 5.

    Le collectif CHATONS partage une fiche sur Mumble :

    https://wiki.chatons.org/doku.php/la_conference_telephonique_avec_mumble

    • [^] # Re: Fiche du colelctif CHATONS

      Posté par  . Évalué à 3.

      Je signale au passage les instructions d'installation faites par l'April pour leur instance Mumble avec interface web.

      Ça peut aider pour faciliter les initiatives à monter des instances privées.

      «-Dis, Cortex, tu veux faire quoi cette nuit ?» «-La même chose que chaque nuit, Minus. Tenter de conquérir le monde !»

  • # Un thème pour mumble-web

    Posté par  . Évalué à 6.

    J'ai installé Mumble-web avec murmur sur mon serveur, c'est parfait pour faire un call audio sans inscription, ni besoin de compte discord.

    Je partage le thème que j'ai développé, si ça en intéresse certain:

    https://github.com/tjiho/mumble-web-theme

    screenshot

  • # pas du tout, efface

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    il n’y a pas de salons textuel ;

    Ben, si. En tout cas dans mon client Mumble sous GNU/Linux je peux envoyer et recevoir des messages écrits. Ou alors je comprend pas ce qu'est un salon textuel.

    pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

    • [^] # Re: pas du tout, efface

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Il y a une zone de chat en effet, mais je pensais «salon textuel» plus dans le sens de persistant ou indépendant (j'aurais du mieux préciser). Quand on rentre dans un salon Mumble on n'a pas accès aux messages précédents.

      Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

      • [^] # Re: pas du tout, efface

        Posté par  . Évalué à 1.

        En même temps, rendu là c'est pas Mumble mais Matrix que tu cherches… Mumble est un truc pour les équipes de joueurs à la base, pas un compétiteur de Slack.

        Le problème c'est que face à Discord qui a monté en flèche en popularité (car c'est essentiellement l'hybride entre Mumble/Teamspeak et Slack et fonctionne directement dans un navigateur web via WebRTC sans avoir besoin d'installer quoi que ce soit), bah ça laisse Mumble dans une situation précaire. Je fais le même constat que ce gars là sur les forums de Mumble… ou cet autre gars sur Hackernews.

        • [^] # Re: pas du tout, efface

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Est-ce que Matrix permet de faire un salon en audio ou visioconférence ? J'ai bien vu qu'on pouvait faire des discussions à deux, audio ou audiovisuelles, mais ce n'est pas la même chose.

      • [^] # Re: pas du tout, efface

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        Quand on rentre dans un salon Mumble on n'a pas accès aux messages précédents.

        Selon ta définition, IRC n'a pas de « salon textuel » alors que c'est le principe même.

        pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par  . Évalué à -1. Dernière modification le 29/04/20 à 18:11.

    Ce commentaire a été supprimé par l’équipe de modération.

  • # Mumble et télétravail.

    Posté par  . Évalué à 7.

    Lors de ma plus longue période de télétravail intensif, on avait utilisé Mumble comme outil audio.

    Dans l'idée on était toujours connectés dessus, avec un chat classique XMPP à côté, en mode push-to-talk, c'est à dire qu'une des touches windows inutiles servait à activer l'envoi du flux audio.
    C'est à dire qu'on n'envoie jamais sauf quand on veut envoyer, et là c'estimmédiat et sans effort vers tout le monde.

    À l'usage, c'est utile pour interpeller un collègue, au cas où il répondrait immédiatement, sinon on fait une demande par XMPP : « Eh bob, mets ton casque ! ».

    Pratique pour une petite équipe où tout le monde bosse sur le même projet, c'est très souple, pas besoin d'initier une conversation, léger, ça ne fait rien quand il n'y a rien à faire, bref, super pratique.

    Yth.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.