diaspora* 0.7.0.0

Posté par . Édité par Flaburgan, Davy Defaud, palm123, Yvan Munoz, ZeroHeure, Benoît Sibaud, Nÿco et Ronan. Modéré par Yvan Munoz. Licence CC by-sa
Tags :
31
25
août
2017
Internet

Samedi 19 août sortait une nouvelle version majeure de diaspora*, le réseau social libre, décentralisé et respectueux de la vie privée. diaspora* 0.7.0.0 arrive un an après la précédente version majeure et contient de nombreux ajouts et améliorations ainsi que de gros travaux de fond.

Framasphère, le pod diaspora* installé par Framasoft dans le cadre de sa campagne « Dégooglisons Internet », a été mis à jour.

Sommaire

Logo diaspora* 0.7.0.0

Nouvelles fonctionnalités

  • l’éditeur de texte (et ses raccourcis pour insertion de la mise en forme avec Markdown) est disponible dans les commentaires et la messagerie privée ; il permet aussi un aperçu du rendu du message avant soumission (l’édition des messages après envoi n’étant pas encore possible) ;
  • il est aussi disponible dans la version mobile pour les messages, commentaires et messages privés, mais sans la fonctionnalité de prévisualisation ;
  • il est maintenant possible, en mentionnant quelqu’un dans les commentaires, d’attirer son attention par une notification ;
  • la barre d’en‐tête de la version bureau est maintenant adaptative — responsive — et s’adapte aux écrans de toute taille ;
  • d’autres changements mineurs au niveau de l’expérience utilisateur : on peut utiliser Cmd + Entrée (sous Mac) pour poster, la version mobile a également reçu différentes améliorations…

Ces fonctionnalités ont été ajoutées dans diaspora*. Une nouvelle version mineure sort toutes les six semaines, ce qui a amené diaspora* 0.6 jusqu’à la version 0.6.7.0. De nombreux autres changements ont donc été rendus disponibles pendant l’année, avant même la sortie de cette version 0.7. La fondation cite notamment :

  • le rafraîchissement automatique des notifications sans avoir à recharger la page ;
  • le réglage sur la visibilité par défaut des messages publiés. Lors de l’écriture d’un message, l’utilisateur choisit sa visibilité, c’est‐à‐dire avec qui il sera partagé. Auparavant, à chaque nouveau message, l’éditeur de texte réglait la visibilité sur « Tous mes aspects » (tous les contacts) par défaut. Si l’on en souhaitait une différente, il fallait le changer à la main, ce qui amenait souvent à des oublis, notamment pour les comptes publics (type associations, projets…) qui ne postent qu’en visibilité publique. Il est maintenant possible de paramétrer la visibilité par défaut que l’on souhaite, tous, plusieurs ou un aspect, ou bien « Public » ;
  • accès aux flux des messages commentés ou aimés, depuis le flux « Mon activité » ;
  • accès aux flux « Mes aspects » et « Tags suivis » depuis la version mobile ;
  • ajout d’un thème « Sombre » pour nos petits yeux dans le noir ;
  • accès aux pages d’administration depuis la version mobile.

Le travail de fond effectué cette année

Les plus gros changements effectués dans le code de diaspora* concernent le protocole de fédération, permettant aux serveurs (pods) d’échanger entre eux.

Depuis plusieurs années, les développeurs s’efforcent de l’améliorer. La version 0.6 de diaspora* était ainsi venue avec une première version du protocole extraite dans une gem à part, permettant sa réutilisation par des projets tiers et un bien meilleur découplement. La version 0.7 de diaspora* utilise la deuxième version majeure de cette bibliothèque, permettant de nouvelles fonctionnalités et des grosses améliorations de performance. La fondation a publié un billet de blog complet pour annoncer la sortie de cette seconde version majeure. Quatre autres projets utilisent ce protocole (Friendica, RedMatrix devenu Hubzilla, SocialHome et Ganggo), amenant le nombre d’implémentations du protocole à quatre langages (Ruby, la référence maintenue par diaspora*, PHP, Python et Go). Les deux dernières implémentations ne sont pas encore « feature complete ».

Parmi les nouveautés incluses dans cette version 2 arrive la très attendue migration d’un compte d’un serveur à un autre. Le protocole permet maintenant aux serveurs de s’indiquer entre eux qu’un compte a été déplacé, permettant ainsi à l’utilisateur de retrouver tous ses contacts, messages et commentaires de manière transparente. Le procédé est très simple : l’utilisateur exporte une archive contenant toutes ses données depuis le serveur où il est inscrit, puis l’importe sur le nouveau serveur.

Cette fonctionnalité de migration a dû être délivrée en deux temps. En effet, il est d’abord nécessaire de mettre à jour les serveurs vers le nouveau protocole, pour que tous soient capables de comprendre le message « ce compte est déplacé » lorsque les utilisateurs commenceront à l’utiliser. C’est le but de la version 0.7, où l’utilisateur ne peut qu’exporter ses données. La possibilité de les importer viendra probablement avec la version 0.8, qui ne sortira que lorsque la majorité des serveurs auront été mis à jour. Les administrateurs sont pour l’instant très réactifs, 52 pods stables et 11 pods de développement ont été mis à jour vers la version 0.7 dans les 72 h après la sortie.

Les changements à venir

La fonctionnalité de migration au complet est donc attendue pour la prochaine version majeure. On espère aussi voir apparaître la très attendue API. La version 0.7 a vu diaspora* mettre à jour Rails vers la toute dernière version 5.1 qui devrait faciliter cela. Malheureusement, personne ne semble travailler sur la stabilisation de la messagerie instantanée XMPP pour le moment. Il y a en revanche de l’avancée du côté de la gestion des évènements puisque leur support a été intégré dans le protocole, ce qui donne espoir.

Soutenir le développement

Sur sa page dédiée aux donations, la fondation encourage d’abord à soutenir les podmins qui hébergent les serveurs, sans qui le réseau ne serait rien. Elle indique ensuite deux possibilités pour soutenir le développement :

  • si l’on souhaite voir une fonctionnalité développée en particulier, ajouter de l’argent sur son ticket GitHub grâce à BountySource ;
  • si l’on souhaite soutenir les développeurs en général, trois d’entre eux acceptent de recevoir des donations, notamment Senya, qui a réussi sa campagne de financement participatif l’année dernière et qui a travaillé principalement sur la migration de comptes. Il se dit prêt à travailler à temps plein sur diaspora* s’il reçoit au moins 100 euros par semaine, étant freelance. Il est sur Liberapay. Il y a aussi Benjamin Neff a qui l’on doit toute la réécriture du protocole de fédération et qui est aussi release manager (il sort les nouvelles versions et fait beaucoup de revues) et Fla qui est développeur front‐end, gère en partie la communauté et est podmin de https://diaspora-fr.org et de https://framasphere.org. Avoir au moins un développeur à temps plein permettrait évidemment une belle accélération dans l’avancement du projet, même si les volontaires ont beaucoup donné ces dernières semaines pour sortir cette nouvelle version.

Questions ? Réponses !

Si vous avez des questions sur le projet et que vous ne trouvez pas de réponses sur le site officiel ni sur le wiki, vous pouvez venir les poser sur discourse ou même tout simplement sur IRC Freenode, #diaspora ou #diaspora-fr en français. :)

  • # API + Python

    Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

    Déjà bravo pour cette version et le travail qui va avec.

    Est-ce qu'il y a un endroit où on peut suivre l'évolution de l'API ? Je fais parti de ceux intéressés.

    D'autre part en Python je vois principalement 2 modules : diaspy et federation. Si je comprends bien le premier utilise l'API (il y en a une provisoire donc ?) et le second est une implémentation du protocole, c'est bien ça ? Est-ce que l'évolution de l'API risque de casser diaspy ?

    Bonne continuation.

    • [^] # Re: API + Python

      Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+5/-0).

      Diaspy se base sur l'API interne et casse régulièrement, je ne conseille vraiment pas d'utiliser ce projet. Les spécifications de la véritable API sont disponibles ici mais elle n'est pas encore implémentée. Tu peux suivre l'avancement sur cette issue.
      Le projet de fédération que tu lies est effectivement une implémentation du protocole de diaspora* en python, activement développée et que tu peux inclure dans les projets de ton choix :)

      • [^] # Re: API + Python

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

        super, merci pour les infos c'est ce qu'il me fallait.

      • [^] # Re: API + Python

        Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

        Encore une chose, en survolant la doc de l'API je ne vois rien qui permet de recevoir les messages/notifications en temps réel. Est-ce qu'un système type webhook, long polling ou autre est envisagé ? Merci

  • # Édition par un modérateur

    Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-0).

    Bonjour, est-ce qu'un modérateur pourrait s'il vous plaît éditer la dépêche avec les changements suivants :
    - Passer la licence en CC-BY (je n'avais pas fait attention lors de la rédaction et je souhaite une licence plus permissive)
    - Changer le logo XMPP (je ne sais pas d'où il vient ?) par l'asterisk de diaspora* : https://wiki.diasporafoundation.org/images/b/b3/Asterisk.png

    Merci beaucoup !

  • # Astérix

    Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+9/-5).

    Déjà que je trouve moche les marques avec un point d'exclation (Yahoo! et Hop! sont les seules que je connaisse) ; mais alors un astérisque c'est pire que tout. Avis perso hein, du genre c'est pénible à lire.
    Bon en fait c'est juste moche comme tous les beaucoup d'effets de style.

    • [^] # Re: Astérix

      Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+5/-1).

      avec un point d'exclation

      CAN'T PARSE
      REDO FROM START

      * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

    • [^] # Re: Astérix

      Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

      Bah… à force de voir des obélisques partout, fallait bien qu'astérisque se pointe…

      Je suis déjà dehors

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.