Diskio Pi, et si c’était à refaire ?

Posté par  . Édité par orfenor, Davy Defaud, BAud, Yves Bourguignon et Ysabeau. Modéré par Davy Defaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
96
28
oct.
2020
Matériel

Fabriquer du matériel Open Source, c’est le pari pour lequel je me suis lancé il y a bientôt trois ans. Trois ans de doutes, d’expérimentations, de convictions, de joies et de déceptions… Mais aussi trois ans de totale liberté, à créer, inventer, chercher et finalement trouver des solutions.

Vous vous souvenez peut‑être du projet Diskio Pi, la tablette 13,3″ compatible Raspberry Pi et Odroid ? Le centième exemplaire vient d’être expédié, et cela me rend très fier du travail accompli. Il reste cependant beaucoup de choses à faire pour que ce matériel soit accepté par le (grand ?) public.

Diskio Pi V1.0

Voilà l’histoire, et surtout la suite de cette aventure. Car, oui, il y a une suite, ce qui n’était pas gagné d’avance !

Sommaire

Trois financements participatifs réussis

Depuis le début de l’année 2018, je me consacre à ce projet à plein temps, en sachant très bien que le début serait difficile. Je n’avais pas imaginé que ça le serait autant !
Après une période d’essais techniques et de partage du concept, réussir un financement est très bien, mais c’est après que ça se complique. Car ensuite il faut assurer : ne pas (trop) dépasser le budget initialement prévu, penser aux frais de livraison (rude à la toute fin), au service après vente… Donc, essayer de tout anticiper, prévoir des solutions rapides, faciles, efficaces…
Tout cela s’apprend, car il ne faut rien laisser au hasard. Cela a peut‑être été mon tort de penser que si j’arrivais à créer et à assembler mon kit, tout le monde y arriverait.

La fabrication du prototype 1.0

La réussite du premier financement a été une immense joie, c’est à ce moment‑là que tout a réellement commencé : fabriquer un vrai prototype présentable à un large public. À l’époque, j’avais dessiné une version 0.2 mais le système était trop coûteux et le design n’était pas à la hauteur. Il a donc fallu recommencer de zéro pour dessiner un appareil moins cher à la production et plus adapté aux futurs utilisateurs et utilisatrices, dont les souhaits avaient été rassemblés avec l’aide d’un sondage.

Les ventes de la version 1.0

En mars 2019, le financement sur Ulule a attiré quatre‑vingt‑cinq contributeurs, et trente‑huit nouveaux se sont greffés via une vente en février 2020, sur le site diskiopi.com.

Le produit vendu a été la version 1.0 du terminal, avec sur le papier une livraison quelques mois après (respectivement août 2019 et juin 2020). Les livraisons ont finalement commencé en juillet, et se terminent actuellement (plus que douze à expédier).

Ce retard n’est pas si rare dans ce genre de projet, mais si c’était à refaire, je procéderais autrement. J’explique ici pourquoi.

La fabrication : du temps, encore du temps…

Initialement prévue en plastique injecté, il a été décidé que la coque serait imprimée en 3D, les fonds initiaux étant largement plus accessibles (rapport de 30). La fabrication est donc artisanale, avec un temps d’impression très long (environ trois jours par unité). Ceci dit, cela pourra peut-être changer… Voir le paragraphe prévisions.

L’impression 3D du DiskioPiLa lente impression des coques en 3D, soigneusement rangées au fur et à mesure.

Côté système, la proposition d’un écran 13,3″ tactile avec la possibilité d’insérer une carte Raspberry Pi 3 s’est vite retrouvée obsolète quand le Raspberry Pi 4 est sorti. Il a donc fallu revoir tout le système d’alimentation pendant la production, ce qui a reporté la livraison d’environ trois mois. Il faut dire que je ne suis pas électronicien, toute cette partie est étudiée par un électronicien indépendant, Nicolas. À chaque changement de cahier des charges, il fallait reprendre le travail, ce qui lui a demandé pas mal d’énergie.

Les composants externes et non libres ont été commandés directement en Chine, avec plus ou moins de réussite. Par exemple, la première commande de batteries : les packs 7,2 V étaient équipés de câbles de diamètre 1,5 mm, conformément à ma demande. La commande suivante, le premier fournisseur n’ayant plus de cellules à dimension, m’a obligé de changer. Et là, je reçois les packs avec des câbles de diamètre 1,8 mm, ce qui complique réellement le montage quand six câbles doivent entrer dans une gouttière.
La solution ? Une modification de la coque interne, avec des gouttières de câbles plus larges, et la création d’une version 1.0B. Pour ça, l’impression 3D est pratique, on peut modifier les plans et changer la production à la volée. Il faut ensuite jongler entre les versions, ne pas livrer une coque V1.0A avec des batteries V1.0B, c’est une question d’organisation.

Août 2020, la livraison

Le second financement, sur Ulule, est à ce jour entièrement terminé. Chacun des quatre‑vingt‐cinq contributeurs a été livré.

Un défaut à résoudre d’urgence

Cette première livraison n’a pas été sans douleur, les tout premiers à avoir reçu leur machine peuvent en témoigner. À l’image d’une voiture qui a un défaut à sa sortie, j’ai dû refaire vingt‐cinq jeux de pièces en urgence : le cadre avant et la partie interne comprenant les coffrages des batteries.

Si mon prototype, lui, n’avait pas ce défaut, une machine sur deux livrée et assemblée par son propriétaire avait un défaut critique : une pression trop importante derrière l’écran rendait le tactile inutilisable, le pointeur bougeait en fonction des points de pression.
Les nouvelles pièces ont donc été envoyées pour les vingt‐cinq premiers exemplaires, au fur et à mesure de leur réimpression, sans frais supplémentaire pour le client, la garantie étant applicable pour ce défaut.
Les clients suivants ont reçu leur kit avec les pièces modifiées.

Les premiers retours

Cette première version du kit n’est pas si simple que ça à assembler. Certaines personnes, assembleurs PC ou makers confirmés, n’ont pas eu de problèmes, mais d’autres personnes n’ayant pas l’habitude ont eu quelques difficultés. Il faut être très rigoureux, notamment sur les passages des câbles sous l’écran. C’est pourquoi je propose une option « assemblage » pour la prochaine version.
Une fois montée et les finitions terminées, l’utilisation est simple et ne pose pas de soucis. Cette version est toutefois sensible au transport et à la manipulation intensive. L’usage « desktop » est préférable, et nous allons améliorer ce point afin que l’appareil soit moins sensible.

Pour les contributeurs de février 2020 qui n’avaient pas été livrés, quelques pièces avaient déjà été imprimées. La version 1.1 leur a été livrée, avec les modifications qu’il a été possible de réaliser. En effet, il y a beaucoup d’inertie pour une version donnée. C’est pourquoi cette version 1.1 ne corrige pas tout, mais semble corriger beaucoup de bogues. Les livraisons étant encore en cours, les retours sont peu nombreux. Mais, comme on dit, pas de nouvelles bonnes nouvelles !

Les premiers retours clients

Objectif version 1.2

Au vu de ces améliorations à effectuer, la mise en route de la version 1.2 est imminente, sous réserve de la réussite du nouveau financement participatif. Le design général restera identique et cette version 1.2 restera compatible avec les cartes 1.0.

Ce financement permettra de tout réétudier, car tout le stock est parti, à part les câbles. Je vais donc reprendre la CAO et ajouter des renforts et des vis, augmenter certaines épaisseurs, modifier le système de fermeture, et améliorer le système de refroidissement. Côté électronique, il y aura aussi des améliorations comme l’ajout d’un filtre d’alimentation (choke mode), un connecteur de ventilateur plus costaud, etc. J’aimerais aussi ajouter un lecteur de carte SD latéral afin d’améliorer l’usage et le changement de système d’exploitation.

Le prix de la naïveté est terminé

Pour le premier financement participatif, je m’étais donné pour objectif de proposer un produit initial sous la barre des 200 €. C’est très compliqué quand la production n’est que d’une cinquantaine de pièces. Comme je l’explique dans la page du financement, certains fournisseurs ne fournissent qu’à partir de cent pièces, d’autres cinq cents. Or, ce projet n’est financé que par ses ventes, donc la création d’un stock est très difficile.

En tant que fabricant, quand nous commandons un lot d’éléments sur mesure, il est aussi très important de juger sur pièce. On peut demander une rectification sur un échantillon (par exemple, les câbles des batteries), mais ce n’est pas toujours fait… Donc, économiser l’envoi d’un second échantillon n’est pas un bon calcul, je l’ai appris à mes dépens.
Les fournisseurs acceptent bien sûr de refaire un échantillon, mais ça demande du temps, et surtout entre 100 US$ et 150 US$ de frais supplémentaires selon la pièce demandée. Pour cent cinquante packs de batteries, ça augmente tout de suite le prix de revient de l’élément.

À ceci, s’ajoutent toutes les taxes d’importation, dont je n’avais pas forcément tous les détails. Et cela va au‑delà des 20 % de TVA, quand on compte les frais de dossiers et les frais de port.

L’impression 3D est aussi extrêmement énergivore. Les factures d’électricité font mal, très mal ! Et je ne possède que trois machines qui, certes, fonctionnent 20 heures sur 24 et 7 jours sur 7, mais qui ne produisent que très lentement. Je n’imagine pas la facture avec dix imprimantes.

C’est pourquoi le tarif de base est de 249 €, nous n’avons pas vraiment le choix. Pour les versions à livraison rapide (si disponibles en stock), le prix est un peu plus élevé mais la livraison est de cinq jours seulement, le temps d’imprimer les pièces.

Les nouveautés pour cette version 1.2

Matériel

Les améliorations pour cette version seront surtout au niveau de la coque :

  • afin de la rendre plus rigide, la coque interne sera mieux fixée à la pièce externe, ce qui rendra l’ensemble moins sensible aux mouvements ; le but est de pouvoir manipuler l’appareil sans qu’il y ait d’interaction non volontaire avec le tactile ;
  • la plaque où est vissée la carte SBC (Raspberry Pi ou autre) sera aussi améliorée, surtout au niveau de l’accroche ; j’ai pensé à un nouveau système qui devrait faciliter le verrouillage ;
  • d’autres améliorations, comme la longueur des vis du pied qui était difficile à assembler, ou l’épaisseur du cadre avant, seront modifiées.

Quant à l’électronique, outre l’ajout d’un filtre d’alimentation et d’un lecteur de carte SD externe évoqué plus haut, j’aimerais améliorer la carte chargeur avec la possibilité de tester la charge des batteries en cours de fonctionnement, ce qui n’est pas possible actuellement. J’espère que ça sera possible, car la carte est déjà bien remplie. Le bouton Test est aussi assez fragile, j’aimerais le remplacer. Toutes ces modifications électroniques se feront si le coût de fabrication ne monte pas trop, car les prix étant déjà fixés, il ne faudra pas que ça dépasse de trop le coût prévisionnel.

Carte fille du Diskio Pi version 1.0La carte fille v1.0, rassemblant l’alimentation et un concentrateur USB 2.0

Logiciel

L’idée première du projet était de ne dépendre d’aucun système d’exploitation particulier, et que le terminal fonctionne « Out of the Box ». Pari réussi pour la plupart des distributions, dont le pilote de l’écran tactile est compilé dans le noyau. Seules quelques distributions comme Recalbox n’intègrent pas ce pilote, qu’il faut compiler à la main.

En outre, une applet d’indicateur de batterie a été mise sur les rails par Anthony, et est actuellement en cours d’étalonnage par des étudiants de la faculté d’Évry. Je remercie au passage Didier, professeur qui a commandé en février trois exemplaires pour les besoins de la fac. Les étudiants en profitent pour travailler dessus. Ce logiciel devrait être prêt pour mars‑avril 2021, mais peut déjà être téléchargé sur le dépôt Git du projet.

Plus tard, j’aimerais pouvoir porter ce logiciel sur Android sous la forme d’un APK.

Les prévisions 2021-2022

Nous sommes actuellement à la recherche d’une solution pour remplacer le mode de production de la coque. Quelques pistes prometteuses sont à l’étude, notamment une production par thermoformage, qui ne nécessite pas de moule. L’avantage sera la capacité et la vitesse de production, la finition parfaite, et l’inconvénient majeur sera le prix par pièce, multiplié par trois, voire 3,5, par rapport à l’impression 3D…

Exemple de coque thermoforméeExemple de coque réalisée en thermoformage, sans moule.

Si l’option de l’augmentation du prix de vente est impossible pour le moment, il faudra donc réduire la marge. D’où la nécessité de vendre beaucoup plus d’unités. La possibilité de retenter un Kickstarter fin 2021 n’est pas exclue, avec une contrepartie spéciale « coque seule », afin de proposer une mise à niveau des machines déjà distribuées.

Ce projet me semble réalisable, car de nombreuses demandes me sont parvenues, non seulement de particuliers, mais aussi d’entreprises qui cherchent une solution tactile abordable, sur mesure et pouvant accepter n’importe quel type d’architecture de processeur.

Ce financement en cours est donc le moment de vérité. Maintenant qu’un peu plus de cent exemplaires ont été testés, l’idée doit être validée et consolidée. À cette heure, le projet Diskio Pi V1.2 est financé à hauteur de 45 %.

Merci à vous de contribuer à faire avancer cette belle idée de partage !

Guillaume

Aller plus loin

  • # rien à dire

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

    rien à dire, c'est parfait
    "moi quand je n'ai rien à dire, je veux qu'on le sache !" Raymond Devos.

  • # Le clavier c'est bien aussi.

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

    Personnellement, je trouve que le tactile atteint rapidement ses limites. Dans de nombreux cas, le clavier, la souris ou même le stylet offrent de meilleurs performances.
    Cette remarque mise à part, j'applaudis cette initiative de tablette libre.

    • [^] # Re: Le clavier c'est bien aussi.

      Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

      Oui c'est sûr, tout dépend pour quel usage. C'est l'avantage des ports USB, on peut brancher un clavier/souris, et utiliser le tactile pour autre chose.
      Et le tactile n'est plus obligatoire sur le Diskio Pi, depuis février ! ;)

  • # RPi Compute Module ?

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

    Salut,
    Il est intéressant de pouvoir choisir son SBC pour peu qu'il reprenne le FF du RPi.
    Mais au regard de tous les ports répliqués sur la carte fille, avez vous pensé à utiliser le RPi Compute Module?

    …enfin…avant qu'il ne change radicalement de form-factor…

    • [^] # Re: RPi Compute Module ?

      Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

      Salut,
      Ma première idée était de proposer un appareil compatible avec la carte la plus répandue, RPi3 à l'époque (et Odroid C1+/C2 etc). Puis est venu le RPi4.
      L'utilisation du compute module était trop risqué, et il ne pouvait pas y avoir de choix pour l'utilisateur.

  • # carte pine 64

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

    Est-ce que vous avez envisagé une compatibilité avec les cartes de Pine64 ? ce serait intéressant vu la puissance. Et avec leur notoriété ça pourrait faire du battage « médiatique » et permettre le financement d'une coque moulée.

    • [^] # Re: carte pine 64

      Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

      Il y a tellement des cartes que je n'ai pas pu toutes les tester.
      En gros, il y a 4 impératifs:
      - Alimentation 5V3A maximum
      - Facteur de forme XU4 maxi
      - Hauteur double USB maxi
      - SoC sur la face haut de la carte

      • [^] # Re: carte pine 64

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        Alimentation 5V3A maximum

        C'est bien ce qui me semblait, c'est mort pour la RockPro avec son 12VDC 3A minimum.
        Leurs autres SBCs sont sans doute compatibles mais utilisent un A64 ou un RK3328 qui n'ont pas d'avantage majeur par rapport à un Rpi 3.

        Hauteur double USB maxi

        Là aussi ça risque de bloquer pour un RK3399 vu que le radiateur doit être assez conséquent, à moins d'utiliser la solution ventirad.
        Au moins eux ont prévu une solution de refroidissement, pas comme le RPi 4 qui n'a pas de trous de fixation pour un radiateur et qui fait du thermal throttling dès qu'on commence à le pousser.

      • [^] # Re: carte pine 64

        Posté par  . Évalué à 0 (+0/-1). Dernière modification le 28/10/20 à 22:14.

        Il y a tellement des cartes que je n'ai pas pu toutes les tester.

        Ça j'avais bien compris. Mais je voyais les choses d'un point de vue stratégique.

        • [^] # Re: carte pine 64

          Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

          Les carte puissantes, oui j'aimerais bien, mais après c'est l'évacuation de la chaleur qui pose problème.
          Car techniquement, sortir du 5V ou du 12V est sensiblement la même chose, mais après il faut un ventilateur assez puissant et/ou un ventirad sur mesure… Et là c'est autre chose niveau investissement.

          • [^] # Re: carte pine 64

            Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

            sortir du 5V ou du 12V est sensiblement la même chose

            Ça veut quand même dire qu'il faudra revoir la partie alim du circuit et ajouter un switch pour pouvoir configurer la tension de sortie du convertisseur. Avec tout ce que tu veux déjà ajouter, ça va commencer à devenir dense pour le placement et le routage.

            mais après il faut un ventilateur assez puissant et/ou un ventirad sur mesure

            Pine propose déjà un ventirad lowprofile pour sa RockPro ou un radiateur 20mm, à l'acheteur de le prendre là bas.
            Faut juste des trous d'aération sur la coque arrière.

            Puis selon la carte y a pas nécessairement besoin d'un ventirad complet. Fort possible qu'un petit ventilo 40mm peu puissant monté sur la coque et qui souffle directement sur le SOC suffise pour un RPi4. Même si ça n'est pas aussi efficace qu'en ajoutant en plus des radiateurs sur les puces, y a finalement pas énorme à dissiper comme puissance et le design du circuit est conçu pour être optimisé en terme de refroidissement passif.

            Pour moi le véritable problème c'est qu'un SBC plus gourmand + un ventilo ça va diminuer l'autonomie.

            • [^] # Re: carte pine 64

              Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

              ajouter un switch pour pouvoir configurer la tension de sortie du convertisseur.

              Oui, ça serait l'idéal. Mais je pensais plutôt à développer une carte 12V, qui serait proposée en remplacement de la 5V, et un choix à l'achat.

              A propos du radiateur propriétaire ou passif, un client m'a demandé une coque spéciale pour adapter une carte UP Core (Intel Atom X5).
              La plaque arrière est ajourée pour laisser passer le radiateur.
              DPI UP CORE
              Je lui livre bientôt, il m'enverra des photos.

              • [^] # Re: carte pine 64

                Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

                Oui, ça serait l'idéal. Mais je pensais plutôt à développer une carte 12V, qui serait proposée en remplacement de la 5V, et un choix à l'achat.

                Dans ce cas ça serait sans doute plus rentable d'avoir un circuit unique avec un jumper type R0 à ajouter/retirer pour passer en 12V. Ça ferait moins de dev, moins de proto, moins de gestion de stock.

                Pour la coque ajourée, il me semble qu'il manque une autre ouverture pour avoir le flux d'air qui passe à l'intérieur du boitier. Avec un ventilo en extraction (ou en passif) l'air frai ne peut rentrer que par quelques interstices tandis qu'en admission l'air envoyé sur le rad galère à sortir.

    • [^] # Re: carte pine 64

      Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

      Pine64 proposant déjà sa PineTab a un tarif concurrentiel et avec un écosystème déjà développé ça serait peux être un peu compliqué de se positionner.

      • [^] # Re: carte pine 64

        Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0). Dernière modification le 29/10/20 à 11:22.

        Pourtant, c'est une tablette assez différente: la DiskioPi est a poser plus qu'à prendre en main et elle a plusieurs cartes possibles. Ça peut intéresser, sinon tous les acheteurs auraient préféré une PineTab.
        Et puis les Pinetab sont épuisées.

        • [^] # Re: carte pine 64

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          Pourtant, c'est une tablette assez différente: la DiskioPi est a poser plus qu'à prendre en main et elle a plusieurs cartes possibles. Ça peut intéresser, sinon tous les acheteurs auraient préféré une PineTab.

          C'est là que j'ai finalement perdu l'intérêt pour la DiskioPi. Si au final on a abandonné le concept de la tablette qu'on peut trimballer à droite et à gauche et que ça devient un truc de canapé ou de table basse qui reste à la maison pourquoi s'emmerder avec un truc tout intégré qui finalement aura un format peu pratique alors qu'au final je peux accrocher au velcro une carte type pi/lattepanda et un powerbank à un des ces nombreux écrans portables tactiles que je peux aller obtenir dans des résolutions/dimensions variées en fonction de mes envies ?

          • [^] # Re: carte pine 64

            Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1). Dernière modification le 29/10/20 à 13:52.

            Pourquoi… hummm… parce que ton velcro + ta powerbank + ton ecran, ca fait deguelasse, alors que cette solution est visuelle jolie et plus robuste ?

            Tu peux me rétorquer que tu avais aussi prévu de mettre tout ca dans un boitier :D

            Mais c'est du DIY et tu sors un peu du concept ;)

            • [^] # Re: carte pine 64

              Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

              Ben disons que un truc imprimé 3d c'est rarement visuellement jolie. Et la powerbank et la carte tu ne les vois pas vu que c'est caché derrière l'écran, il n'y a que deux cables qui peuvent dépasser et encore si tu choisis des câbles courts et un écran avec des ports à l'arrière ça ne dépasserait même pas.

              • [^] # Re: carte pine 64

                Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

                Il y a imprimé en 3D et imprimé d'en 3D. Les imprimantes ont beaucoup gagné en qualité ces dernières années, sans parler des imprimantes résine, les résultats sur des imprimantes milieu de gamme récentes sont bluffants.

                Pour ma boite, on avait eu des coques réalisées sur imprimante 3D par un mécanicien industriel, sur une imprimante haut de gamme professionnelle. Si on ne m'avait pas dit que c'était imprimé j'aurais juré que c'était injecté.

  • # Pour les boitiers

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+8/-0).

    Il y a des solutions comme la tolerie plastique prévue pour les petites et moyennes série.
    Dans ma région je connais atoplast : https://atoplast.fr/

    Bon courage, incroyable que tu sois arrivé jusque là et que tu continues….

    • [^] # Re: Pour les boitiers

      Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

      Oui c'est ce type de fabrication sur laquelle je pensais faire appel. On a déjà une idée de prix, maintenant il faut se faire connaitre. C'est tout l'enjeu.
      Merci pour le lien

  • # Plastique

    Posté par  . Évalué à 9 (+8/-0). Dernière modification le 29/10/20 à 09:28.

    Dans 10, 50 ans, tout ce plastique finira stocké en décharge ou pire, à la mer.
    Pourquoi ne pas étudier une coque en bois ? Il y a dans le Jura et les Vosges de plus en plus d'entreprises qui fabriquent des pièces en bois de toute sorte, à des prix compétitifs.
    En plus, ça donnerait un bel objet.

    • [^] # Re: Plastique

      Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

      C'est sûr, on y pense aussi.
      Il faudra cependant tester la rétention de chaleur, car le bois isole beaucoup plus que du plastique. J'ai peur qu'il faille ajouter beaucoup d'ouvertures et un flux d'air frais beaucoup plus intense.
      C'est malgré tout une piste intéressante, du moins pour certaines pièces visibles, peut-être pas toutes.

      • [^] # Re: Plastique

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 29/10/20 à 11:15.

        J'y ai pensé aussi parce que je fais beaucoup de maquettes en bois. Le contreplaqué de peuplier permet pas mal de choses: des formes rondes, des découpes ajourées, des articulations, etc. Ça doit être possible de dissiper la chaleur. En plus c'est beau. Ça se fabrique en découpes laser ou avec des machines type CNC. Il y en a un peu partout.

      • [^] # Re: Plastique

        Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0). Dernière modification le 29/10/20 à 13:22.

        Du fait de sa résistance thermique, le bois est très agréable au toucher car il n'absorbe pas trop la chaleur de la main.
        La dissipation thermique peut être améliorée avec un radiateur en aluminium ou en cuivre, matériaux recyclables (mais lourds). Mais on perd alors la double isolation électrique.

        • [^] # Re: Plastique

          Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

          il y a vraiment besoin d'une double isolation sur du 5V ?

          • [^] # Re: Plastique

            Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

            Je ne sais pas mais ça ne m'étonnerait pas, les normes sont parfois exagérées.

          • [^] # Re: Plastique

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

            Vu que l'alim n'est pas incluse (donc qu'on peut pas être certain de sa construction) et que l'appareil est en flottant, il vaut mieux assurer une double isolation même en TBTS.

            • [^] # Re: Plastique

              Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 30/10/20 à 08:30.

              En théorie il ne devrait pas y en avoir besoin (et je le fait rarement), mais je suis d'accord que vu certaines alimentations, ça serait plus sûr.

              Dans le genre, il y a cette vidéo de Diodesgonewild, c'est assez impressionnant à 2:45, on voit que l'iphone n'ont plus n'a pas de double isolation et que ça pourrait faire mal.

              • [^] # Re: Plastique

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

                Ça n'a rien à voir avec le problème, mais sa prise de terre a un souci: je disjoncteur différentiel aurait du disjoncter dès qu'il touche le téléphone avec l'ampoule.

                Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

                • [^] # Re: Plastique

                  Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

                  Selon son pays, ce n'est pas dit que la prise soit protégée par un disjoncteur différentiel. Par exemple aux états-unis, le disjoncteur différentiel n'est pas obligatoire pour toutes les pièces (d'ailleurs il est placé au niveau de la prise.

                  En France, la mise à la terre des prises électriques a été réservé aux pièces humides pendant longtemps (même si la prise inclue le plot, il n'était pas raccordé). Je ne sais pas ce qu'il en était des différentiels.

                  Bref, tout ça pour dire qu'à moins d'être un lemmings, il ne vaut mieux pas trop compter sur la prise de terre.

      • [^] # Travail du bois

        Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

        Exemple de travail du bois : https://www.bailly-julliard.com
        J'ai référencé quelques artisans du bois en bas de la page https://infolib.re/jeux_de_societe

    • [^] # Re: Plastique

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+2/-1).

      Le plastique peut aussi se recycler … avec la machine Chrysalis par exemple

      OK il y a d'autres préoccupations en ce moment mais au lieu de vouloir mettre en oeuvre des usines de méthanisation qui sont une horreur à tout les niveaux.

      Le ministère de l'écologie devrait analyser ce que l'on peut faire avec ce genre de machine comme chrysalis, je suis pas assez calé sur cet technique pour juger, si quelqu'un connaît …

      Conseil d'ami : si vous entendez parler de méthanisation dans votre secteur, rejoignez créez tout de suite une asso pour lutter contre, je peu vous fournir plein de documents sur ce fléau.

      Ma compagne et moi avons du lutter contre un projet à coté de chez nous en 2016 et après étude de la question (des informaticiens ça commence par analyser) c'est une horreur à tout les niveaux, sans exception.

      D'ailleurs je devrais un petit site pour stocker ce genre de docs … cela pourrait servir à d'autres

      • [^] # Re: Plastique

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        D'ailleurs je devrais faire un petit site pour stocker ce genre de docs … cela pourrait servir à d'autres

        si tu souhaites mettre une licence libre, tu peux squatter chez http://tuxfamily.org
        c'est assez simple de poser un wiki :-)

        des informaticiens ça commence par analyser

        pas tous, mais oui généralement, méthode de l'ingénieur ;-) tous des feignasses !

        • [^] # Re: Plastique

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

          Merci pour l'info

          Mais comme je ne peu garantir la licence qui va avec chaque document, ni ne connait l'auteur (sauf pour certains rapports de l'ADEME par exemple)

          je ne sais pas si il est possible d'utiliser tuxfamily.org

          Mais je vais y réfléchir

      • [^] # Re: Plastique

        Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

        Le recyclage du plastique : plus simplement, pour le plastique imprimé en 3D, il est possible de le recycler avec des broyeuses et des extrudeuses pour refabriquer du filament.

        En mettant en place un système d'échange de coque, les utilisateur pourraient renvoyer leur coque qui seraient recyclées, pour une version améliorée, ou un nouveau design.

        L'investissement n'est pas énorme, mais il faudrait beaucoup, beaucoup d'imprimantes 3D pour que ça soit rentable…

        • [^] # Re: Plastique

          Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

          Le recyclage est limité, au bout d'un certains nombres de fois, le plastique ne peut plus être recyclé et doit être jeté.

          • [^] # Re: Plastique

            Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

            Oui, mais déjà si on pouvait recycler 2 ou 3 fois ça limiterait l'impact. D'ailleurs, la matière que j'utilise (PETG) peut - en principe - se recycler plus que ça.

  • # Coque en papier ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

    Pourquoi pas du papier compressé ? C'est solide, léger et le papier peut être évidemment recyclé.

    Inconvénient : il faut un moule et de la pression.

    OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

  • # Facture d'électricité

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

    L’impression 3D est aussi extrêmement énergivore. Les factures d’électricité font mal, très mal !

    Peux-tu donner un ordre d'idée stp ? Dans le coût de la coque, c'est quoi la répartition entre le coût de la matière et le coût de l'énergie ? Avais-tu prévu cette explosion de ta facture d'électricité ?

    • [^] # Re: Facture d'électricité

      Posté par  . Évalué à 7 (+6/-0).

      L'électricité coûte environ 5€ ou 6€ par coque, ce qui correspond à environ 25% du coût total de la coque. Sans compter la maintenance des machines, qui tombent assez souvent en panne en pleine impression (15% du filament est perdu).
      Franchement, je ne pensais pas que ça allait être autant. Une machine a une alimentation de 250W, soit un petit PC donc je me suis dit que ça allait être négligeable. En fait je me suis bien trompé ^

      • [^] # Re: Facture d'électricité

        Posté par  . Évalué à 7 (+6/-0). Dernière modification le 30/10/20 à 16:02.

        La fabrication additive, le moulage, le thermoformage… sont plus intéressants que l'usinage quand il y a beaucoup de matière à enlever. Mais si tu utilises des chutes de bois (pas n'importe quel bois bien sûr), la matière première sera gratuite (les menuisiers brûlent des tonnes de chutes de bois ou d'anciens meubles de cuisines). Avec de bons réglages, de bons montages d'usinage et de bons outils, l'usinage peut donner une fabrication très rapide et donc économique.
        Suite aux tempêtes successives, les Vosges, les Landes, le Jura se sont retrouvés avec des stocks de bois monstrueux et ont redéveloppé de nouvelles techniques de fabrication. Il y a des centres d'études intéressants à contacter, ils pourraient te faire gagner du temps.

      • [^] # Re: Facture d'électricité

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-0).

        LEs solutions d'impression en ligne ne sont pas économiquement viables ?

  • # Et tu arrives à te payer ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 30/10/20 à 18:05.

    Les chiffres, je m'en fiche. Mais, quand je vois ton plan de financement, je me demande d'une part si ce sont des données avec une marge de revente (dont le montant ne me concerne ni ne m'intéresse) et, d'autre part, si tu arrives à rémunérer ton travail dans tout ça (même a minima, mais disons de quoi subvenir à tes besoins essentiels).

    En tout cas, c'est super intéressant. J'ai relayé l'info sur Mastodon.

    OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.