Double page sur la copie privée dans le monde

Posté par  . Modéré par Benoît Sibaud.
Étiquettes : aucune
0
29
jan.
2003
Presse
Le monde daté du Samedi 18 Janvier 2003 consacre une double page sur la copie privée et ses dérives.
On ne parle pas que du piratage des musiques mais aussi de celui des films et des Bandes Dessinés. Il manque juste un article sur les raisons du piratage.
Les articles sont en faveur des auteurs, par contre aucun mot sur le 'triste' sort des maisons de disques. Le contenu des articles sont inégaux.

Au fait, si on lit des BDs sur son portables dans son lit, on risque pas de se roussir certaines choses?

Note du modérateur : voir aussi la revue de presse d'EUCD.info

Aller plus loin

  • # Re: Double page sur la copie privée dans le monde

    Posté par  . Évalué à 10.

    Hé ben, on peut dire une chose, quand Le Monde s'attache à quelque chose, il le lâche difficilement. Voilà un "partenaire" inattendu dans la lutte contre l'EUCD et les DRM. Pensez-vous que l'on pourrait en faire un soutien pour les LL ?
    (Bon, c'est vrai, ils ont un partenariat avec MS pour le smartphone, mais bon...)
    • [^] # Re: Double page sur la copie privée dans le monde

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      > Pensez-vous que l'on pourrait en faire un soutien pour les LL ?

      Disons que, comme toute la presse, on peut - grâce aux "courrier des lecteurs" - avoir le droit de réponse sur le âneries qu'ils sortent parfois... sans toutefois faire du forcing qui les ferait fuir... ou du "lobbying"... (question de tact et de finesse)
  • # Piratage des bandes dessinées

    Posté par  . Évalué à 9.

    Honnêtement je ne pense pas que le piratage nuise à la bande dessinée. Pour lire une BD sans payer, il suffit d'aller à la FNAC, rien de nouveau.

    Je lis des centaines de BDs par an que je n'achète pas. J'achète ensuite celles qui me plaisent. Lire une BD sur écran n'a pas la même saveur que la feuilleter.

    AMHA le phénomène de piratage des BDs est marginal et ne touche que ceux qui souffrent de collectionite aigüe et n'en ont pas les moyens ou sont trop fainéants pour aller au magasin de bandes dessinées le plus proche.
  • # Re: Double page sur la copie privée dans le monde

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    On atteint le ridicule le plus total avec le "piratage" de BD. Imprimez une BD revient sûrement plus cher que l'acheter avec une qualité des plus médiocre - à moins que papa soit imprimeur (?!?).
    La conclusion raisonnable de ce genre d'article devrait être que l'internet et la copie permettent un type de "tryweare". Ce que font déjà la plupart des lecteurs de BD, ils les feuillettent en rayon avant de les acheter. On peut voir ça comme de la publicité gratuite. C'est même le consommateur qui paye pour consulter cette publicité.

    Les éditeurs devraient comprendre qu'ils ne peuvent vendre qu'en fournissant un service complémentaire : qualité d'impression, qualité des pochettes, informations supplémentaires .... à un prix raisonnable où il devient plus rentable d'acheter le produit fini que passer beaucoup de temps à "pirater" !
  • # C'est dangereux les portables !

    Posté par  . Évalué à 2.

    Au fait, si on lit des BDs sur son portables dans son lit, on risque pas de se roussir certaines choses?

    Si !

    L'usage du portable peut, messieux, vous poser des soucis:
    http://sciencesnat.org/gen.php4/2002/11/24/160,0,-1,0,1.php4(...)
  • # Re: Double page sur la copie privée dans le monde

    Posté par  . Évalué à 5.

    Je trouve quand même interessant le ton des différents liens on parle de "produit" de "bénéfice" de "support"...

    On ne parle pas trop d'artiste, ni de création...

    On ne dit pas par exemple que tout ces moyens de diffusions permette à beaucoup de gens qui on une activité artistique sans en vivre de diffuser leur oeuvres
    • [^] # Re: Double page sur la copie privée dans le monde

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Je n'ai que trop rarement vu d'artistes individuels ou d'associations/groupements/collectifs d'artistes s'exprimer sur le sujet... (ou seulement dans le sens du poil de la bête, presque du "par coeur"...) à croire qu'ils sont muselés par... que sais-je... des contrats ?...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.