Évolution des hyperliens sur LinuxFr.org

38
27
sept.
2018
LinuxFr.org

Un matin, une question existentielle a fait jour dans mon esprit, comme ça, venue d’on ne sait où. Probablement dans le même genre que l’envie de Google de virer le « www. » dans les URL — même si www.example.com et example.com ne sont pas forcément équivalents, ou ses autres envies de virer carrément les URL ou HPKP.

Bref, je me demandais « quels sont les schémas d’URI (scheme) et les domaines les plus utilisés par les visiteurs de LinuxFr.org dans les contenus et commentaires, et est‐ce que (plutôt comment) ça a changé au fil des années ? ».

Évidemment, ça ne donnera un état et une évolution que sur les visiteurs du site, et pas sur Internet en général (même si certains ne connaissent d’Internet que leur réseau social préféré, mais ceux‐là ne nous intéressent pas ici, car soit ils ne viennent donc pas sur LinuxFr.org, soit ils y sont en permanence mais ne mettent pas de liens pour en sortir vu qu’ils n’en sortent pas).


N. B. : Étonnamment, cette question a été jugée prioritaire par votre serviteur par rapport à la dépêche « Statistiques 2017 du site LinuxFr.org (2/2) » qui se bonifie en rédaction depuis le 7 janvier…

L’Internet libre et ouvert est en danger : vous pouvez arrêter ce désastre

53
14
juin
2018
Justice

Mise à jour : « 15 eurodéputés ont voté pour mettre votre Internet en danger mais le Parlement européen a encore le pouvoir de sauver voter Internet avant le 5 juillet ! »

Le 20 juin 2018 se tiendra un vote crucial au Parlement européen pour la sauvegarde d’un Internet libre et ouvert : les membres de la commission des affaires juridiques (JURI) voteront sur une version amendée, un texte dit « de compromis », de la proposition de directive sur le droit d’auteur. En effet, l’article 13 entend imposer aux plates‐formes d’hébergement la mise en place d’un filtrage généralisé et automatisé sur Internet des contenus que nous mettons en ligne. Vous pouvez arrêter ce désastre en demandant aux parlementaires européens de rejeter l’article 13 et en participant à la campagne Save Your Internet. On compte sur vous !

banniere_saveyourinternet

Suivi — Administration site HTTP 400 pour cause d'accent dans les chemins

#1674 Posté par  (site Web personnel) . État de l’entrée : invalide. Assigné à Benoît Sibaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
2
12
déc.
2016

https://linuxfr.org/tags/jeuxvid%C3%A9o/public HTTP 200
https://linuxfr.org/tags/jeuxvideo/public HTTP 200

https://linuxfr.org/tags/jeuxvid%E9o/public HTTP 400

I, [2016-12-12T08:56:09.036890 #26343]  INFO -- : Started GET "/tags/jeuxvid%E9o/public" for xx.xx.xx.xx at 2016-12-12 08:56:09 +0100
F, [2016-12-12T08:56:09.039978 #26343] FATAL -- : 
ActionController::BadRequest (ActionController::BadRequest):
  actionpack (4.2.7.1) lib/action_dispatch/http/request.rb:62:in `block in check_path_parameters!'
  actionpack (4.2.7.1) lib/action_dispatch/http/request.rb:59:in `each'
  actionpack (4.2.7.1) lib/action_dispatch/http/request.rb:59:in `check_path_parameters!'
  actionpack (4.2.7.1) lib/action_dispatch/routing/route_set.rb:33:in `serve'

Même chose avec
GET "/news/eucd-len-lil-offensive-annonc%E9e-apr%E8s-les-r%E9gionales"
GET "/news/linux-et-ibm-re%E7oivent-un-satisfecit-de-washington"
GET "/news/mandrake-linux-100-community-disponible-au-t%E9l%E9chargement"
GET "/news/microsoft-se-l%E2che"
GET "/news/microsoft-songe-%E0-faire-payer-pour-le-courriel"
GET "/news/mise-%E0-jour-linuxfr"
GET "/news/ms-prend-une-option-sur-vos-cr%E9ations"
GET "/news/performous-030-nouvelle-version-du-karaok%E9-libre"
GET "/news/quand-un-d%E9put%E9-et-un-professeur-de-droit-dit-ind%E9pendant-vont"
GET "/news/qui-cherche-%E0-contr%F4ler-linternet-la-vid%E9o"
GET "/news/spamihilator-passe-de-gpl-%E0-graticiel"
GET "/news/syst%E8me-de-notation-sur-linuxfr"
GET "/news/verisign-d%E9truit-lun-des-fondements-dinternet"
GET (…)

Droit des Logiciels : Un livre de référence pour les juristes et les informaticiens

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud et NeoX. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
40
2
nov.
2013
Justice

Après sept années de travail, François Pellegrini et Sébastien Canevet viennent d'achever un ouvrage sur le droit des logiciels. Cette collaboration entre un scientifique qui s'intéresse au droit et un juriste qui s'intéresse à l'informatique a produit un impressionnant ouvrage de plus de 600 pages, très complet et facile à lire aussi bien pour les juristes que pour les informaticiens. C'est un ouvrage de référence sans équivalent qui aborde également les aspects historiques et économiques de la création logicielle.

Bien entendu, ce livre en français est centré sur le droit français mais il fait référence au droit européen, au droit étatsunien et même au droit japonais. C'est un ouvrage de droit comparé, ce qui est assez rare dans le monde des juristes. Il a été préfacé par Michel Rocard qui s'est illustré dans la lutte contre les brevets logiciels.

Le point noir est que ce livre n'est édité par les Presses Universitaires de France que sous forme papier excluant la possibilité de faire des recherches textuelles ou d'indexer l'ouvrage. Une version numérique serait aussi plus facile à transporter mais les PUF n'ont pas d'autre mode de diffusion.

Journal Comment je vais quitter gmail

Posté par  . Licence CC By‑SA.
23
18
fév.
2012

Salut Journal,

J'avoue être un peu surpris du peu de trol^W discussions lancées suite à la sortie des «règles de confidentialité unifiées pour une expérience Google unique».
Personnellement, ça faisait un petit moment que ça me titillait: je ne voulais plus utiliser mon compte gmail. Depuis que j'ai mis en place mon propre serveur de courrier électronique, en fait.

Du coup, je profite lâchement de cette occasion pour ne plus utiliser leurs services. J'ai donc envoyé un message à mes (…)

ACTA : où en est-on ?

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud, Nÿco, Lucas Bonnet et Xavier Claude. Modéré par tuiu pol. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
47
13
fév.
2012
Internet

De grandes mobilisations ont vu le jour le 11 février 2012 dans toute l'Europe : les citoyens ont clairement montré leur opposition à l'adoption de l'Accord Commercial Anti-Contrefaçon, mieux connu comme ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement).

La prochaine aura lieu le 25 février partout dans le monde. Ceci est un appel à manifester votre opposition dans la rue.

Quelques brèves explications sur pourquoi on n'en veut pas, ainsi que les dernières actualités (revirements et temporisations des États, prises de positions politiques, etc.) sont dans la seconde partie de la dépêche.

Merci à Nÿco, Oumph et tankey pour leurs contributions sur la dépêche.

No to ACTA

Wikileaks, le PROTECT-IP Act, ou comment asphyxier une organisation

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC By‑SA.
46
27
oct.
2011
Justice

Julian Assange, fondateur et porte‐parole de WikiLeaks, a expliqué lundi 24 octobre que le site avait dû vivre sur ses réserves financières, suite aux blocages financiers illégaux qu’il a subi depuis un an : « [u]ne poignée de banques américaines a réussi à bloquer 95 % des soutiens financiers de WikiLeaks. ». En conséquence, le site suspend les publications de nouveaux documents, pour se concentrer uniquement sur la campagne de dons.

Yochai Benkler enseigne à la Faculté de droit de Harvard. Il a notamment écrit le livre [La Richesse des réseaux] et reçu le prix Pioneer Awards en 2007 (avec Cory Doctorow et Bruce Schneier). Il vient de publier dans la revue Daedalus de l’académie américaine des arts et sciences (et sur son site), un article incisif intitulé Wikileaks et le PROTECT-IP Act : la nouvelle menace public‐privé sur le bien commun Internet (WikiLeaks and the protect-ip Act: A New Public-Private Threat to the Internet Commons).

Y. Benkler décrit une nouvelle méthode hors cadre judiciaire : en contournant les lois, une administration, un gouvernement ou une entreprise peuvent assécher les flux financiers et publicitaires des structures visées et perturber leur présence en ligne (DNS, stockage en ligne, visibilité sur les moteurs de recherche, régie publicitaire et publicités, systèmes de paiement). Le tout permettant via une pression extra‐légale, d’obtenir des effets au‐delà des limites légales…

Un article incisif ? Une traduction de la dernière phrase pour donner le ton : « En mettant de côté les débats pour savoir si ces éléments peuvent être justifiés lorsque les cibles sont des organisations terroristes suspectées, les observer métastaser la partie civile de la vie normale, économique et politique, dans une société démocratique en réseau est extrêmement troublant et doit être combattu politiquement, légalement et techniquement. »

NdA : le PROTECT‐IP Act vient d’être renommé en E‐PARASITE Act (Enforcing and Protecting American Rights Against Sites Intent on Theft and Exploitation Act).

Obsolescence du matériel et taux de panne

67
30
avr.
2011
Matériel

Le documentaire « Prêt à jeter » a été diffusé sur la chaîne de télévision franco-allemande Arte, le 15 février dernier. Réalisé en 2010 par Cosima Dannoritzer, il évoque en 75 min l’obsolescence programmée des produits (dont le matériel informatique et télécom), entraînant tout à la fois une économie du remplacement permanent et une production continue de déchets.

Dans les années 1920 est né le concept d’obsolescence programmée : « un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires ». Selon Wikipédia, le concept « regroupe l’ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d’utilisation d’un produit afin d’en augmenter le taux de remplacement. »

Richard Stallman: 2 conférences à Paris

Posté par  . Modéré par baud123.
19
10
nov.
2010
Communauté
Richard Stallman donnera une conférence "Copyright vs. Community" ce vendredi 12 novembre 2010 de 17 à 19h à l'amphithéatre Lutton, du Centre de recherche Inderdisciplinaire (CRI), Faculté de Medecine, 24, rue du Faubourg Saint-Jacques Paris.

Il participera également à la conférence : "Garantir les libertés publiques pour préserver les biens communs (Lutter contre les nouvelles enclosures)" qui aura lieu le dimanche 14 novembre 2010 à 16h00 au Ministère de la Crise du Logement, 24 rue de la Banque 75002 Paris. Métro : Bourse,

Avec :
  • Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation
  • Jean-Pierre Berlan, ancien Directeur de recherche en agronomie INRA
  • Sandrine Bélier, eurodéputée Europe Ecologie, membre de la commission Environnement et de l’Internet Core Group
  • Benjamin Bayart, président de FDN
  • Christine Tréguier auteur, journaliste.
  • Jérémie Nestel, Co-président de Libre Accès, Trésorier des MACAQ


Animateur : Philippe-Charles Nestel (membre de l’April)

Bidouiller iPhone nuit gravement à la santé d'Apple

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par baud123.
Étiquettes :
26
28
juil.
2010
Apple
La loi américaine gouvernant entre autres l'interdiction de contournement des DRM, le Digital Millennium Copyright Act (DMCA), prévoit que le bureau américain de la propriété intellectuelle, rattaché à la bibliothèque du Congrès, établit sur proposition tous les trois ans une liste d'exemptions, des cas précis et d'actualité dans lesquels les citoyens ne peuvent pas être poursuivis en cas de contournement de DRM.

Cette liste vient d'être mise à jour, avec notamment la permission de hacker l'iOS (le système des technologies Apple iPhone, iPod Touch, et iPad), procédé plus connu sous le nom de jailbreak, et bien entendu très peu apprécié d'Apple.

Le Pacte du Logiciel Libre à la conquête du Parlement européen

Posté par  . Modéré par baud123.
Étiquettes :
18
13
mai
2009
Communauté
À l'occasion des élections européennes de juin 2009 (6 et 7 juin 2009), l'April a lancé une nouvelle campagne sous la bannière de l'initiative Candidats.fr : tous les citoyens attachés au Logiciel Libre sont invités à proposer le Pacte du Logiciel Libre aux candidats. Le Pacte du Logiciel Libre a déjà recueilli une vingtaine de signatures mais toutes les bonnes volontés sont bienvenues pour faire de cette campagne un succès.

Le Pacte du Logiciel Libre est un document simple permettant aux électeurs de savoir quel candidat dans leur circonscription a conscience des enjeux du Logiciel Libre et s'est engagé à promouvoir et défendre les libertés qui y sont associées.

Les députés ratifient les traités OMPI, mais les débats ne font que commencer

Posté par  . Modéré par Benoît Sibaud.
Étiquettes :
0
12
avr.
2008
Justice
Hier après-midi, jeudi 10 avril 2008, une poignée de députés - dont la moitié n'avaient pas assisté aux discussions - ont ratifié les traités OMPI dits « traités Internet ». Ces traités qui datent de 1996 ont notamment donné naissance à la directive EUCD de 2001 et à la loi DADVSI du 1er août 2006.

Seuls Didier Mathus (pour le groupe PS), Martine Billard (Verts, pour le groupe communistes et Verts) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) ont pris la parole pour dénoncer des traités « dépassés, obsolètes, périmés », dont « l’idéologie répressive, liberticide et anti-concurrentielle (...) est toujours à l’œuvre, mais au seul bénéfice de quelques multinationales nord-américaines et non au bénéfice de la rémunération des auteurs et des artistes ».

Face à une secrétaire d'État aux droits de l'Homme (Rama Yade) qui ne connaissait visiblement pas son dossier, et au rapporteur Jacques Remiller qui avait « participé au « grand soir » de décembre » (vote de la licence globale), les trois députés se sont attachés à démontrer la nocivité de ces textes. Ils ont insisté sur leur incompatibilité avec la promotion et la diffusion de la culture - et par essence avec l'Internet - et rappelé l'échec patent de la politique de contrôle de l'information voulue par les industriels et certains gouvernements. Ils ont accusé ces textes d'avoir « créé une insécurité juridique contre le logiciel libre, et même une distorsion de concurrence ».

Les députés ont ratifié les traités, mais les débats sur la "propriété intellectuelle"le droit d'auteur, les brevets et droit des marques ne font que commencer. Comme l'a souligné Didier Mathus, c'est une question de société à part entière qui dépasse très largement la lorgnette des contenus culturels :

« La question est de savoir pourquoi le gouvernement français a éprouvé le besoin de prêter main-forte à ces industriels au lieu de défendre l’intérêt des citoyens et des consommateurs. Cette question, du reste, nous avons pu nous la poser en maintes occasions ces derniers temps : lors du récent débat sur les OGM et, dans le domaine de l’industrie biogénétique, lorsque des industriels comme Monsanto ont voulu imposer des formats de gènes propriétaires. La propriété intellectuelle est (NdM Il faudrait plutôt dire : le droit d'auteur, les brevets, le droit des marques sont) aujourd’hui l’objet d’une frénésie d’appropriation de la part d’industriels. Leur voracité de profits les pousse à imposer l’idée que tout ce qui circule sur Internet devrait leur appartenir. La grande bataille de la propriété intellectuelle ne fait que commencer. C’est une bataille citoyenne dont l’enjeu est d’inventer un nouveau modèle économique dans lequel la rémunération de l’acte de création ne soit pas déterminée par les schémas du monde ancien. »

Les traités devront encore passer devant les sénateurs (la date est encore inconnue) avant d'être définitivement ratifiés.

Où l'on reparle de la BSA et de son « piratage »

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Nÿco.
Étiquettes :
0
19
mar.
2008
Pirate
Le journal 7jours annonce que suite aux actions de BSA (Business Sofware Alliance), les entreprises françaises ont dû payer 36 % de plus qu'en 2006 pour un montant de 93.000 euros aux éditeurs de logiciels, au titre du préjudice matériel et d'image.

BSA est un consortium d'éditeurs de logiciels propriétaires dont fait partie Microsoft bien sûr. BSA s'était fait remarquer il y a une dizaine d'année par une campagne de menace auprès des entreprises et des administrations pour qu'elles se mettent en conformité de leur licences. Rappelez-vous : « le BSA est abusif » avait dit le CLUSIF. BSA continue donc ses activités et annonce que les sanctions contre les entreprises ont très sensiblement augmenté l'an dernier et que le nombre de jugements et d'accords à l'amiable rendus a augmenté de 50 % par rapport à l'exercice précédent.

Comment peut-on être - encore en 2008 - une entreprise assez stupide pour continuer à pirater des logiciels propriétaires plutôt que de s'équiper en logiciels libres ? Le piratage n'est-il pas un moyen officieux d'envahir le marché, quitte à réclamer par la suite une mise en conformité des licences ? Toute coïncidence avec des évènements passés n'est pas fortuite. Je trouve que BSA ne fait pas assez de publicité sur ses actions. Aidons-les avec ce nouveau slogan : « Ne piratez plus, utilisez des logiciels libres ».

NdM : bien faire attention à ne pas confondre « piratage » (terme connoté et non défini juridiquement), contrefaçon et manque à gagner. Pour mémoire : en 2001, le BSA était déjà considéré par certains comme marionnette de Microsoft ; en 2002, découverte d'une collusion entre la BSA et la Commission Européenne sur la brevetabilité du logiciel ; en 2003, la BSA épinglait un innocent serveur d'université offrant au téléchargement ... OpenOffice.org dans une distribution Mandrake Linux ; la BSA favorisait une migration chez Ernie Ball (retour sur la migration) ; une affiche parodique était réalisée aux RMLL, on parlait déjà des calculs antipirates simplistes ; en 2005, il était question de l'amendement amendement VU/SACEM/BSA interdisant les logiciels non équipés de mesures techniques et du BSA au CSPLA ; en 2006, Bertrand Lemaire dézinguait l'étude annuelle de BSA dans Moquons-nous de la BSA (Rendez-vous annuel) et Moquons nous de la BSA (suite).

Journal Éric Besson devient "secrétaire d'État chargé du développement de l'économie numérique"

Posté par  .
Étiquettes :
0
19
mar.
2008
Son titre exact est "secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective et de l'évaluation des politiques publiques ainsi que du développement de l'économie numérique".

Je sais que c'est le fameux économiste de gauche écœuré par les attaques de son camp qui a changé de bord. Il s'occupait de

Il est difficile de trouver des informations sur ses points de vue concernant DADvsi, l'eucd, les brevets logiciels, le logiciel libre, voir si il a un lien avec Rocard (…)