GNUnet 0.7.0 est publié

Posté par . Modéré par jerome.
Tags : aucun
0
2
sept.
2005
GNU
GNUnet est une infrastructure de réseau pair à pair sécurisé qui n’utilise aucun service centralisé ou de confiance.
Il s'agit dans les faits d'une alternative aux réseaux P2P existants (Freenet, Gnutella, Mnet, etc.) créée par le projet GNU et donc entièrement libre.

Les particularités de GNUnet sont :
  • une sécurisation totale : tous les noeuds sont identifiés et toutes les communications chiffrées de lien à lien (cela existait déjà avec Freenet)

  • un système économique original pour gérer les ressources : plus un noeud participe au réseau, plus il a le droit d'en profiter (cela permet d'éviter les attaques)

  • pour les développeurs, un fonctionnement avec tous les protocoles réseau, GNUnet fournissant un framework permettant de s'abstraire relativement des couches basses du réseau

La version 0.7 a été créée à partir d'une idée d'architecture totalement nouvelle, spécifiée en 2004 suite à la mise à l'épreuve des versions précédentes (basées sur une idée datant de 2001) et aux nouvelles recherches menées par GNU. Outre les améliorations (support d'IPv6, amélioration des performances processeur et E/S, modification des algorithmes d'encodage), on peut noter quelques nouveautés :
  • une topologie alternative d'ami-à-ami qui permet de restreindre les connexions aux amis

  • l'outil gnunet-setup pour une configuration interactive de GNUnet

  • l'outil gnunet-update afin de migrer simplement depuis les anciennes versions

  • une clarification de l'ensemble au niveau du code (destinée à encourager l'arrivée de nouveaux développeurs) permet en outre d'espérer l'arrivée rapide de nouveautés

Le framework de Gnunet est pour l'instant utilisé pour peu d'applications, si ce n'est le classique système de partage de fichiers anonymes et quelques applications servant essentiellement à démontrer l'utilisation de GNUnet (chat, visualisation de topologie du réseau, tests de débits).

La différence avec Freenet et Mnet peut être résumée par cette phrase trouvée sur gnu.org «nous espérons apporter une combinaison supérieure de fonctionnalités pour les utilisateurs qui privilégient la sécurité par rapport à la performance.»

Bien évidemment, cela reste une version instable, la sortie de la version stable (1.0.0) est annoncée pour "dans un an". Le réseau est encore très petit. Très peu de contenu est disponible pour le moment.

Aller plus loin

  • # bonne nouvelle

    Posté par . Évalué à 4.

    C'est exactement le logiciel que j'attendai. Je ne connaissai pas freenet, c'est peut-etre pour ça.

    Je vais l'utiliser avec mes amis dès ce week end.

    En tout cas merci pour le boulot de toute l'équipe !
    • [^] # Re: bonne nouvelle

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Hello,

      ce qui est lourd avec Freenet (qui marche quand même mieux qu'il ya a quelques années) c'est qu'il faut une bécane assez puissante pour le faire tourner grâce (à cause en fait) de Java. Ca bouffe pas mal de ressources (en RAM notamment) et je me suis toujours dis que recoder Freenet avec quelquechose de plus léger serait le mieux...

      C'est pour ça qu'il faut passer à GnuNet (propaganda inside). Il est vrai que le contenu du réseau est assez limité mais c'est à mon avis une véritable alternative à Freenet et plus on fera de pub pour lui, mieux ce sera.

      Des fois, je me dis qu'on pourrait peut-être faire un pont GnuNet-Freenet histoire de rebalancer du contenu dans le réseau.

      En tout cas, je m'en vais compiler tout ça rapidement et rebalancer un maximum de docs libres sur le réseau.

      Idée de la fin de semaine: "Ca serait bien de trouver une alternative à Frost en GnuNet !".
      • [^] # Re: bonne nouvelle

        Posté par . Évalué à 3.

        J'vois pas pourquoi il faudrait balancer comme ca le projet Freenet. Il a certes des avantages mais il garde a mon avis une place importante, ne serait-ce que par sa maturité. En plus ya un projet d'implantation de Freenet en C jcrois.

        Et puis la diversité et l'émulation entre plusieurs équippes est bien souvent bénéfique.

        Donc longue vis a Freenet et GnuNet, jespere qu'ils sauront cohabiter harmonieusement.
        • [^] # Re: bonne nouvelle freenet/gnunet F2F

          Posté par . Évalué à 3.

          Je crois qu'on peut compiler Freenet en binaire natif avec gcj avec peu de modifications. Et les performances de gcj sont en nette amélioration.

          Sinon Freenet et Gnunet évoluent maintenant dans une direction similaire à celle de WASTE.sf.net : le friend-to-friend, connexions d'amis à amis avec forward automatique et anonyme (chaque ami est un proxy anonyme pour ses autres amis). http://en.wikipedia.org/wiki/Friend-to-friend(...)
      • [^] # Re: bonne nouvelle

        Posté par . Évalué à 2.

        Je les ai essayé :
        - Freenet, il faut une sacré babasse ou ne faire que ça et c'est leeeeeeeeeeeent
        - GNUnet, le problème est qu'à l'époque ou je l'ai testé, il n'y avait presque pas de noeuds donc on n'y trouvait rien et les fonctionnalités étaient sacrément limitées
        - Actuellement, je me balade sur Entropy et là en terme de performances, c'est le bonheur. J'en suis à 7Go de cache et j' atteints presque tous les liens. Le revers c'est que beaucoup de sites sont en Allemand et que la dernière version que j'ai est incompatible Freenet.

        Voilou
      • [^] # Re: bonne nouvelle

        Posté par . Évalué à 2.

        Freenet sans Java, c'était le projet Entropy (http://entropy.stop1984.com/en/home.html(...) ). Le réseau était distinct de celui de Freenet, mais les concepts et le protocole de communication avec le client sont les mêmes.

        Ça marchait plutôt bien (enfin pas pire que freenet, disons), mais il y a eu des rumeurs comme quoi le projet fermait.
    • [^] # Re: bonne nouvelle

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ca me rappel étrangement un certain waste, je n'ai pas essayé Gnunet donc je ne peux pas juger si oui où non le produit est similaire, mais en tout cas c'est effectivement une bonne nouvelle.

      Mais une question me taraude... on entends sans arrêt la sortie de P2P révolutionnaires, décentralisés, cryptés, bla, bla mais au final qu'en est-il réellement de la sécurité ? (amha waste était quand lui sécurisé, étant fait via de petits réseau d'amis cryptés via gpg).
      • [^] # Re: bonne nouvelle

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        J'aurai peut être dû donner l'url de waste pour ceux qui ne connaissaient pas.
        Pour le présenter brievement, c'était un programme développé par nullsoft en GPL et qui est resté en ligne pas plus de quelques heures avant d'être retiré par la maison mère AOL. Un genre de P2P sécurisé entre un groupe de 50 personnes tout au plus. Notament un port linux.
        Depuis le projet à subit de nombreux fork, mais tous mort aujourd'hui (sauf erreur).

        http://waste.sourceforge.net(...)
        • [^] # Re: bonne nouvelle WASTE

          Posté par . Évalué à 3.

          Le développement de WASTE est très actif, comme en témoigne la page de dev sur SF: https://sourceforge.net/projects/waste(...)
          Le port officiel Linux avec GUI utilisant wxWidgets est bien avancé et marche (malgré quelques bugs). La version sans GUI marche évidemment aussi sous Linux.

          La limitation à "50 personnes" vient surtout de l'absence initiale de routage intelligent (et aussi de forward cache). De récents papiers publiés par FreenetProject et MUTE.sf.net montrent qu'on peut espérer des performances correctes (y compris pour les recherches de documents) sur un réseau d'ami à ami (F2F P2P). Les performances à grande échelle sont d'ailleurs moins un problème si les documents les plus importants du réseau sont des textes.

          Noter aussi qu'il y a une théorie "des six dégrés de séparation" qui dit qu'on est séparé de n'importe quel être humain que par 6 personnes intermédiaires. Le futur des F2F semble donc assuré.

          A noter aussi NapShare.sf.net, le fork de MUTE.
  • # J'ai oublié un lien

    Posté par . Évalué à 2.

    J'ai oublié le lien pour les développeurs dans la dépêche, celui qui montre la conception du système.

    http://gnunet.org/hacking.php3?xlang=French(...)
    L'ajoute de nouveaux carrés en haut du schéma ne tient qu'à vous, peut-être bientôt on saura que le p2p ne se résume pas au partage de fichiers.
  • # Stats

    Posté par . Évalué à 6.

    D'après une analyse récente de CacheLogic, eDonkey a dépassé BitTorrent en volume ce mois ci, prenant la tête du classement des logiciels de P2P.

    Le trafic P2P représente un peu plus de 50% du trafic Internet total, et se ventile en 51% de clients eDonkey, 34% de clients BitTorrent, 10% de clients FastTrack (KaZaa) et moins de 6% pour Gnutella.

    Les fichiers vidéos (divx, etc.) représentent 61% en volume des échanges P2P, tandis que le mp3 reste le format audio le plus partagé.
  • # et les contenus incriminables ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Récemment, le sujet de freenet etc fut abordé dans un journal, et naturellement le sujet à débouché sur la question de l'anonymat et des contenus illicites.

    Dans quelle mesure un tel réseau permet l'anonymat ? Certains recherchent cet anonymat pour échanger des jeux ou de la musique. Vu les prix pratiqués dans le commerce, on ne saurait véritablement les blamer, bien que cela soit pour le moment incriminé par la loi pénale française.

    Certains ont dit que de tels réseaux étaient aboutis au point que l'on puisse avoir son propre disque dur des données chiffrées dont on ignore la nature, qu'en d'autres termes il devenait presque impossible de retrouver la source d'un fichier, ou pire, de savoir si le détenteur d'un bout de fichier l'est en connaissance de cause.

    Sorti des considérations pénales (une infraction suppose une intention coupable), ça ne vous dérangerait pas que votre ordi serve à diffuser des images pédophiles ou trucs du genre ?
    Cette hypothèse me semble assez peu alléchante. Qu'en pensent les utilisateurs de GNUnet ?
    • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Sorti des considérations pénales (une infraction suppose une intention coupable), ça ne vous dérangerait pas que votre ordi serve à diffuser des images pédophiles ou trucs du genre ?

      Pas le moins du monde pour la raison suivante: Si des choses interdites ou inhumaines peuvent avoir une vie sur le réseau, cela me garantie que quelque-soit les intensions de certains, puissants ou pas, présentes ou à venir, une donnée ne pourra jamais être censurée, et c'est une idée qui me réconforte.

      Je ne suis jamais tombé sur du contenu pedo ou nazi sur le web ou sur un réseau P2P, sans doute parceque je n'en ai jamais cherché.
      • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        « Si des choses interdites ou inhumaines peuvent avoir une vie sur le réseau, cela me garantie que quelque-soit les intensions de certains, puissants ou pas, présentes ou à venir, une donnée ne pourra jamais être censurée, et c'est une idée qui me réconforte. »

        La contrepartie de la sauvegarde de droits que tu as théoriquement déjà (du moins dans les pays qui reconnaissent les droits de l'homme) peut être assez lourde, tout de même.

        Par ailleurs, dans quelle mesure l'absence proclamée de contrôle possible ne pourrait-elle pas être exploitée pour proscrire légalement l'outil. En d'autres termes, s'il apparaît impossible d'empêcher techniquement un objet d'être utilisé pour commettre des crimes (je ne parle pas de petit délits), ne va pas t-il paraître logique d'interdire cet outil ?

        Sinon, cette année, je suis tombé plus d'une fois sur un contenu pédophile en naviguant dans un newsgroups érotique tout ce qu'il y a plus banal - et rien dans le sujet du message ne laissait présager de la nature du contenu. Je l'ai signalé à mon fournisseur d'accès pour qu'il fasse le ménage, tout en me doutant bien qu'il y ait peu de chance que l'expéditeur puisse être retrouvé. C'est arrivé plusieurs fois (3 fois, je crois) ; ça remue les tripes, tu ne poursuis pas tes activités pénard bien que tu n'ai vu la chose que pendant quelques secondes. En regardant à la télé un documentaire sur une unité de police chargée de lutter contre les réseaux pédophiles sur internet, je peux t'assurer qu'il ne m'apparait pas positif d'accroître les moyens à portés des pédophiles pour leur assurer l'impunité.

        Alors peut-être que je n'ai pas eu de bol, mais ceci me rend dubitatif - parce qu'on ne peut plus dire qu'il faut chercher pour trouver. Qui a besoin d'un anonymat parfait ? Les contestataires dans les pays qui ne respectent pas les droits de l'homme... et les criminels dans tous les cas. Curieux dilemme, n'est-ce pas ?
        • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          > En d'autres termes, s'il apparaît impossible d'empêcher techniquement un objet d'être utilisé pour commettre des crimes (je ne parle pas de petit délits), ne va pas t-il paraître logique d'interdire cet outil ?

          Comme un couteau ? Une voiture ? La mort aux rats ? Un câble électrique ? ... On peut commettre un crime avec quasiment tous les objets. Bref va falloir rafiner ton critère, voire oublier cette approche.
          • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            « Bref va falloir rafiner ton critère, voire oublier cette approche. »

            Tu es pour le droit à l'accès aux fusils d'assaut, voire aux chars d'assaut ? Si ce n'est pas le cas, à mon avis tu es plus sensible à mon argument que tu ne le crois.

            On peut commettre un crime avec quasiment tout les objets, mais pas avec une facilité égale.
            • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 8.

              N'importe qui ayant le permis (voire sans) peut tuer avec une voiture en simplement fonçant dans la foule. Les mêmes ne savent pas tous se servir d'une arme à feu. Pourtant les armes à feu sont interdites et pas les voitures. De la même façon n'importe qui peut tuer avec une bouteille de gaz (suffit de l'ouvrir). Bref ça ne suffit pas de dire « interdisons tous les objets permettant de tuer », va falloir proposer mieux.
              • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Comparaison bof. Le but d'une arme (à feu ou non) est de tuer.

                Pour une voiture, ça serait plutôt de l'odre du transport, et pour une bouteille de gaz de la cuisson ou du chauffage.

                Mes deux centimes...

                Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

                • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Prends un couteau (dont le but est de découper et souvent de servir de couvert) si tu préfères, ça ne change rien à l'exemple. Je dis juste que dire « il faut interdire tous les outils qui peuvent servir à un crime » est irréaliste et qu'il va falloir proposer quelque chose d'autre.
                • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Le but d'un reseau type freenet, ou ce que vous voulez, n'est pas de transporter des contenus pédophiles, il me semble, mais plutot le partage de données au plus grand nombre.

                  De ce fait, la métaphore de la voiture est plus correcte que celle de l'arme a feu.
      • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

        Posté par . Évalué à 0.

        Je doutes que le fait de censurer une image pédophile mette en danger la démocratie. Enfin, on a les valeurs qu'on peut...
        • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

          Posté par . Évalué à 6.

          Pour lutter contre les pédophiles qui s'échangent des images par CDROM, clefs USB ou disque dur, je propose d'inclure dans le bios de chaque machine un programme qui scanne le contenu des fichiers et les envoie régulièrement à la police pour analyse.

          Je doute que ce contrôle mette en danger la démocratie :-)
          • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

            Posté par . Évalué à 4.

            Pour lutter contre les pédophiles qui s'échangent des images par CDROM, clefs USB ou disque dur, je propose d'inclure dans le bios de chaque machine un programme qui scanne le contenu des fichiers et les envoie régulièrement à la police pour analyse.


            Je ne trouve pas cette remarque amusante...
            Il y une vraie question derrière ce débat, c'est celle de l'équilibre entre droit d'expression et abus de ce droit.
            Il y a toujours eu des problèmes d'abus de la part de négationistes, pédophiles, racistes, etc.., et défendre la liberté d'expression à tout prix sans répondre à la question de son encadrement relève au mieux de la naïveté.

            Je suis désolé, mais pour avoir essayé de packager waste sous debian, je me suis assez vite demandé si ce n'était pas la porte ouverte à des réseaux pédophiles ou autre, et il est clair que même en cache, je ne mettrai pas de oeillères pour dire 'pas vu, pas complice' comme certains le disent ici.

            D'autre part, il y a aussi toujours eu des expressions non conformes qu'il convient de défendre, même si elles peuvent aujourd'hui apparaître comme problématique - la notion de démocratie au XVIIIè par exemple devait bien aparaitre comme dangereuse, mais heureusement elle a su être préservée de la censure.

            En gros, il n'est pas possible de définir les limites de la liberté d'expression simplement, par le sens commun ou la loi, mais en revanche, il est important de se poser la question au lieu d'avoir des points de vue dogmatiques du tout libre sinon rien.

            Mes 2cts..

            Romain
            • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

              Posté par . Évalué à -1.

              Tiens, je respecte tout à fait le choix de certaines personnes de penser que mon commentaire est inutile, mais je trouve amusant que ce soit justement au sujet de défendre la liberté d'expression à tout prix!

              Même sur DLFP, la liberté d'expression a ses limites et doit être encadrée, et tout ceux qui voteront que ce commentaire est inutile en feront automatiquement la preuve ;)

              Romain
              • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                Posté par . Évalué à 1.

                Pourquoi "même sur DLFP" ? DLFP est un espace communautaire ouvert à des gens qui estiment partager des choses en commun. Il y a dans toute communauté des dispositifs pour assurer sa pérennité (son caractère vivable). Dans certains cas les dispositifs sont purement sociaux, dans d'autres ils peuvent s'aider de la technique comme ici.

                Cela n'a rien à voir avec la discussion de la liberté d'expression dans le cadre d'un Etat, qui ne doit pas s'adresser à une communauté d'intérêts particulière.
                • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Pourquoi "même sur DLFP" ?


                  Je me suis mal exprimé.
                  En disant cela je sous entendais justement que la liberté d'expressiony est bien défendue, et que chacun est libre de s'y exprimer ce qui est très bien, mais que il fallait néanmoins des dispositifs d'encadrement.

                  Romain
            • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Je voulais souligner le fait que le meilleur moyen faire accepter une restriction des libertés est de sortir de grands méchants (pédophiles, nazis, terroristes...) pour faire peur.

              Techniquement, je pense que le meilleur compromis serait de laisser le contrôle du contenu à chaque utilisateur.

              Exemple: j'accepte de partager un répertoire /home/moi/share de 4Go. Régulièrement je peux aller voir le contenu des fichiers qui s'y trouve, si celui-ci est louche, hop poubelle.

              Le problème est qu'un contrôle manuel risque vite de devenir laborieux. Le logiciel alors pourrait proposer un système de filtre comme il existe pour les spams...
              • [^] # Re: bon exemple de censure locale

                Posté par . Évalué à 2.

                Exemple: j'accepte de partager un répertoire /home/moi/share de 4Go. Régulièrement je peux aller voir le contenu des fichiers qui s'y trouve, si celui-ci est louche, hop poubelle.
                Ton exemple est judicieux car dans la plupart des réseaux P2P d'amis-à-amis, chacun a la possibilité de controler ce qui transite par sa propre machine.
                Cette censure décentralisée me semble moins facile à abuser qu'une censure gouvernementale (comment en pas être sanctionné par cette censure si on enquête sur la corruption du gouvernement ?).
      • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > cela me garantie que quelque-soit les intensions de certains, puissants ou pas,
        > présentes ou à venir, une donnée ne pourra jamais être censurée, et c'est une
        > idée qui me réconforte.

        La liberté est un équilibre entre ce que veulent les uns et ce que veulent les autres. En assurant une liberté complète à des gens (diffuser n'importe quel contenu) tu retires du même coup une liberté à d'autres gens quand les deux rentrent en conflit.

        Reste à savoir où mettre l'équilibre, ce qui doit être interdit dans la liberté d'échange/expression de façon à garantir les autres droits, et ce qui doit être absolument autorisé. Chacun met son équilibre où il veut, mais si tu donnes inconditionnellement tous les droits sur une liberté précise (échanges/expression), tu risques très fort de ne pas arriver à une situation équilibrée.

        Moi le fait que des choses interdites qui portent atteinte à la vie de gens puissent circuler sur le réseau librement ça n'est pas une idée qui me conforte. Je pense (j'espère) que toi non plus, pourtant ça rentre directement en conflit avec l'idée qui te conforte.


        > Je ne suis jamais tombé sur du contenu pedo ou nazi sur le web

        Ca m'est arrivé plus d'une fois, et je ne pense pas être le seul.
        • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

          Posté par . Évalué à 5.

          @éric
          Si tu bloques les pedophiles sur le p2p, ils trouveront un autre medium de diffusion, ils en trouveront toujours un. La possibilité de fliquer chaque p2p-user est une illusion de sécurité qui servira plus a Universal pour sa chasse aux téléchargeurs fous qu'à la police à traquer les pedophiles.

          Il ne faut pas confondre "abuser de la liberté" et "restreindre la liberté des autres".
          • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

            Posté par . Évalué à 8.

            ma dernière phrase n'est pas claire en fait ^^

            Si tu fliques chaque internautes (élargissons le cadre du p2p) tu restreins leurs libertés. Si tu la respectes, tu permets potentiellement aux pédophiles d'être moins facilement attrapables, restreins-tu pour autant alors les libertés des victimes potentielles ? Non, c'est le pedophile qui abuse de la liberté dont il jouit, si quelqu'un doit être privé de liberté, c'est lui, pas toi. On ne doit pas restreindre la liberté d'autrui (dans la mesure ou celle-ci respecte celle d'autrui bien sur) sous le pretexte du comportement de certain individus, sinon personne ne peut dire jusqu'où ces restrictions iront (c.f. the patriot act made in USA) et c'est dangereux.
            • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              En l'occurrence, je ne faisais un proposition de loi autorisant la police à fait des enquêtes préliminaires sur n'importe qui sans qu'il existe le moindre soupçon pertinent laissant penser que ce n'importe qui commet ou a commis une infraction.

              Je soulignais le fait que l'anonymat parfait rendrait a priori impossible la recherche d'auteurs de crimes graves.
              • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                Posté par . Évalué à 9.

                Je soulignais le fait que l'anonymat parfait rendrait a priori impossible la recherche d'auteurs de crimes graves.

                Quels "crimes graves" peut-on commettre sur Internet ?
                La pédophilie, le meurtre, c'est dans la vraie vie, pas dans les tuyaux de l'Internet.
                • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Ah oui ? Tu en es bien sûr ? Et elles viennent d'où alors les photos et vidéos qui s'échangent ?

                  Les initiateurs de ces documents sont bien des auteurs de crimes innommables, et ce dans la vraie vie.
                  • [^] # ???

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Les initiateurs de ces documents sont bien des auteurs de crimes innommables, et ce dans la vraie vie.

                    Oui, ben, c'est exactement ce que je dis. Ces crimes ont été commis dans la vraie vie, pas sur Internet. C'est complètement débile d'imaginer qu'on éliminera la pédophilie (dans la vraie vie) en censurant les contenus (sur Internet).
                    • [^] # Re: ???

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Peut-être mais en retrouvant dans la vraie vie ceux qui échangent ce genre de contenu sur Internet, on pourra les "éliminer". Voilà un des seuls arguments en faveur du non-anonymat total.
                      • [^] # Re: ???

                        Posté par . Évalué à 2.

                        On élimine pas, on punit et on soigne si possible.

                        Quitte à prendre des exemples extrêmes, on peut prendre un opposé justifiant l'anonymat total: imaginons qu'un régime fasciste soit installé en France, un réseau anonyme ne permettrait-il pas d'organiser la résistance?
                        • [^] # Re: ???

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Le fait est que ce régime en question n'existe pas.
                          Et le jour où un régime totalitaire arrivera les réseaux genre freenet ou gnunet ne seront d'aucune utilité parce que quand on cherche à restreindre la liberté d'expression la première chose qu'on fait c'est bien interdire les comminications cryptées/secretes.
                          • [^] # Re: ???

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Si ces réseaux sont déjà en place et largement diffusé, ce sera plus difficile de les arrêter.

                            Je pense que le problème de la pédophilie est très grave, mais il ne faut pas l'utiliser comme prétexte pour restreindre bêtement les libertés:

                            - les pédophiles utilisent le téléphone: faut-il rendre obligatoire l'enregistrement de toutes les conversations téléphoniques?
                            - les pédophiles utilisent la poste: faut-il ouvrir toutes les lettres et colis?
                            - les pédophiles se rencontrent dans la rue: faut-il interdire les attroupements?
                            - les pédophiles peuvent rester chez eux: faut-il installer des caméras dans les maisons?

                            Tous les jours nous faisons des activités anonymement, doit-on toutes les rendre traçables sous prétexte de lutter contre la criminalité?
            • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Attention tout de même à ne pas confondre "fliquer" et laisser la possibilité de retracer l'auteur.

              En quoi est-ce qu'actuellement ta liberté est restreinte quand tu te connectes à linuxfr et qu'en cas de réel problème la justice peut demander à ton FAI de faire la correspondance avec ton IP ?

              Je suis très loin d'aprouver le patriot act et toutes ces dérives. Mais les dérives inverses ne sont pas mieux. Il y a une marge entre "ne pas rajouter de contrôles" et "tout cacher pour rendre techniquement impossible de remonter pour la justice".

              L'intermédiaire actuel ou tu es bien anonyme (l'ip ne correspond à rien) mais où la justice peut agir sur un cas concret (à l'aide du FAI) me semble bon et ne gêner la liberté de personne.

              Bref, tout est question d'équilibre, et pour moi l'anonymat renforcé et imposé techniquement inutilement est un extrême qui déséquilibre fortement le jeu.


              Sur un autre point, peu importe qui enfreint la liberté des autres. Il peut tout à fait être acceptable de cadrer la liberté de tout le monde afin d'éviter qu'un seul puisse bouffer toute la liberté d'un autre. Le tout est de savoir faire un équilibre et ne pas tomber dans l'excès de moyen (ce que malheureusement nos pays ont de plus en plus tendance à faire).
              Vois ça comme une assurance si tu préfères : en te limitant un peu avec certitude tu as l'assurance que tu ne perdras pas tout, ce qui aurait potentiellement pu t'arriver.
        • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

          Posté par . Évalué à 8.

          Ca m'est arrivé plus d'une fois, et je ne pense pas être le seul.

          ah ben j'ai quand même du mal à croire que tu ne le cherchais pas. On ne tombe pas sur ce genre de truc par hazard. Je consulte internet plus ou moins quotidiennement depuis fin 1996 et je n'ai jamais rencontré de contenu nazi. Par contre je reconnais que je suis tombé une fois sur une image où la fille me paraissait vraiment trop jeune mais c'était quand même sur un alt.binaries.jenesaisquoierotic.

          C'est pourquoi j'ai vraiment du mal à avaler les affirmations qu'on trouve du contenu pedophile ou nazi par hazard sur internet. On trouve ce qu'on cherche point.
          • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour le contenu pédophile pareil, jamais tombé dessu.

            En revanche pour le contenu NAZI c'est moins rare, on trouve facilement depuis les sites de musique (black métal, Oi!), j'en ai déjà trouvé depuis de forums généralistes aussi, on trouve des textes révisionnistes un peu partout (même parfois sur les sites d'Open Publishing genre Indymedia) ...
            Le problème du contenu nazi par rapport au contenu pédophile c'est qu'on peut plus facilement le noyer dans la masse et le faire paraître banal.
    • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      > Dans quelle mesure un tel réseau permet l'anonymat ?

      Dans quelle mesure est-ce simplement une bonne chose ?
      Le respect de la vie privée, oui. L'anonymat je ne vois pas. Ce qui m'importe c'est que mon voisin ne cherche pas à savoir ce que je fais, que ma copine qui est prof puisse discuter ou lire des choses sans que toute la classe ait un compte rendu. Par contre désolé, dans nos pays ou globalement les libertés ne sont pas si mal respectées, je suis content que la justice ait une procédure pour remonter.

      > Certains recherchent cet anonymat pour échanger des jeux ou de la musique. Vu
      > les prix pratiqués dans le commerce, on ne saurait véritablement les blamer

      C'est une opinion qui n'engage que toi. Personnellement se permettre d'outrepasser la loi uniquement parce que le produit de divertissement que l'on veut acheter est trop cher, ça ne m'a jamais paru comme quelque chose de normal. (oui je parle de produit de divertissement, c'est bien du divertissement l'utilisation qu'on fait de la musique ou du cinéma).

      > ça ne vous dérangerait pas que votre ordi serve à diffuser des images
      > pédophiles ou trucs du genre ?

      En même temps si tu fais juste un cache de contenu, ça me semble naturel que tu ne t'occupes pas du contenu en question. Ce n'est pas le rôle du FAI que de filtrer les accès. Si tu t'amuses à monter un réseau dans le réseau avec freenet, ta problématique sera la même que celle du FAI.
      • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        « C'est une opinion qui n'engage que toi. Personnellement se permettre d'outrepasser la loi uniquement parce que le produit de divertissement que l'on veut acheter est trop cher, ça ne m'a jamais paru comme quelque chose de normal. (oui je parle de produit de divertissement, c'est bien du divertissement l'utilisation qu'on fait de la musique ou du cinéma). »

        La loi est une construction sociale inscrire dans un espace temporel précis. En d'autres termes, mon opinion n'est certes pas en conformité avec la loi (mais les opinions ne sont pas condamnables dans une démocratie qui se respecte), mais c'est bien parce que des opinions non-conformes apparaissent que les lois changent. Et les lois changent souvent.

        Je pense personnellement que l'idée que l'on puisse voler quelque chose qui matériellement n'est pas soustrait n'est pas satisfaisante. Par ailleurs, la contrefaçon sans objectif financier ne me parait pas honteuse.
        Je ne m'étendrais pas sur ce point mais je pense qu'un changement législatif pourrait tout à fait s'envisager.


        « En même temps si tu fais juste un cache de contenu, ça me semble naturel que tu ne t'occupes pas du contenu en question. Ce n'est pas le rôle du FAI que de filtrer les accès. Si tu t'amuses à monter un réseau dans le réseau avec freenet, ta problématique sera la même que celle du FAI. »

        Un FAI en France ne peut se permettre d'ignorer la loi qui s'applique à ses hébergés et penser qu'il peut laisser des contenus qu'il sait illicite sur ses serveurs au prétexte que seul son abonné en serait responsable.
        Il faudrait sans doute recourir à un juriste pour avoir plus de détail mais je serais étonné que le FAI qui délibérément ne traiterait pas un tel problème avec diligence ne puisse faire l'objet d'une procédure pénale.

        Là, en l'occurrence, si j'ai bien compris, l'utilisateur ignore le contenu qu'il héberge, donc la problématique est un peu différente. D'où la question : « ça ne vous dérangerait pas que votre ordi serve à diffuser des images pédophiles ou trucs du genre ».
        • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > La loi est une construction sociale inscrire dans un espace temporel précis. En
          > d'autres termes, mon opinion n'est certes pas en conformité avec la loi (mais les
          > opinions ne sont pas condamnables dans une démocratie qui se respecte), mais
          > c'est bien parce que des opinions non-conformes apparaissent que les lois
          > changent. Et les lois changent souvent.

          Attention, je sépare totalement l'opinion de l'acte. Je ne suis pas totalement opposé à ton opinion. Tu as même totalement raison de dire que les lois sont temporelles et qu'il est sain de les contester pour les faire évoluer. Là n'est pas la question.

          Par contre autant je ne suis pas contre l'opinion, autant je suis contre l'acte tant que la loi n'a pas évoluée. C'est quelque chose qui autorise de fait quelqu'un a ne pas respecter la loi dès qu'il n'est pas d'accord, et ça revient grosso modo dire que tout le monde est au-dessus des lois. Braver avec l'acte peut être nécessaire si l'inaction a des conséquences graves ou si changer le système est impossible mais on n'est certes pas dans le premier cas et je ne crois pas du tout au second cas dans nos pays.


          > Un FAI en France ne peut se permettre d'ignorer la loi qui s'applique à ses hébergés

          Je parle d'un fournisseur d'accès internet, le prestataire technique qui te connecte. Je ne parle pas de l'hébergeur (qui a une problématique toute différente et qui porte beaucoup plus à débat).
          J'ai l'impression que tu me parles d'hébergeur.

          > Il faudrait sans doute recourir à un juriste pour avoir plus de détail mais je serais
          > étonné que le FAI qui délibérément ne traiterait pas un tel problème avec
          > diligence ne puisse faire l'objet d'une procédure pénale.

          La loi là dessus est sortie il n'y a plus si longtemps et elle va effectivement en ton sens (l'hébergeur peut voir sa responsabilité engagée s'il a connaissance), avec des détails qui rendent l'application problématique et posent les hébergeurs dans des situations très délicates (mais c'est un tout autre sujet).
    • [^] # Re: et les contenus incriminables ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      La topologie réseau d'ami à ami peut être une solution ?

      Imaginons que tous les pairs ne sont pas égaux ( c'est un peu contradictoire, mais bon ) : certains peuvent diffuser du contenu et d'autres ne peuvent que le consulter/relayer.
      C'est un peu comme les réseaux de confiance des clés GPG (PGP).

      En tant qu'utilisateur, je me vois bien 'invité' sur le réseau "Debian" (par exemple) et 'root' (désolé, je manque d'imagination) sur le réseau "MaFamille".

      Qu'en pensez-vous ?

      Bien sûr, ça ne limite pas l'utilisation illégale de l'outil GNUnet, mais ça permet de s'offrir une bonne conscience puique je limite l'utilisation de mon cache à des contenus en lesquels j'ai confiance (car j'ai confiance en ceux qui les créés).
  • # La source du "mal"

    Posté par . Évalué à 10.

    Beaucoup de commentaires tournent autour du sujet de la pédophilie.

    J'aimerai apporter quelques éclaircissement sur ce sujet.

    D'abord la source principale, "l'origine" du contenu pédophile sur internet ce n'est pas freenet/gnunet, ce n'est pas non plus Kazaa ou eMule, ni les newsgroups ni IRC, la source principale c'est ce bon vieux HTTP. Des sites d'Europe de l'est pour la majorité, ayant pignon sur rue, diffusent images et vidéos contre paiement via CB/PayPal ou autre. C'est le contenue diffusés sur ces sites qui dans 99% de cas se retrouve sur les autres réseaux.

    Donc lutter contre la pédophilie en interdisant Free/GNUnet ? pourquoi pas mais l'efficacité sera limité, on aura "caché" une petite partie du problème, mais les viols/enlèvements continueront pour fournir du "contenu" aux sites payant qui eux n'aurons pas de problèmes, hors pour moi mettre fin à l'exploitation de ces enfants est plus important que de cacher les images de la vue du public.

    Lutter contre la pédophilie en luttant contre ces site payant est déjà plus efficace, si on arrive à lutter efficacement contre ces sites [b]la[/b] source d'approvisionnement de tous les autres réseaux disparaîtra, ce qui devrait réduire fortement la diffusion "publique" sur ces réseaux (le cas des mailing-list privée étant encore différent et plus proche de ce qu'on connais hors de l'internet).


    Les discutions sur la pédophilie qui entourent toutes les news autour des réseaux cryptés exagèrent le problème, et pour moi se rapprochent du FUD.
    • [^] # Re: La source du "mal"

      Posté par . Évalué à 7.

      Et pour les sources gratuites, rien n'est pire que les newsgroups, j'ai été abonné 6 mois à un service de newsgroups payants mais je n'ai pas renouvelé pour ne plus être associé à ceux qui récupéraient images et vidéos sur les quelques centaines de newsgroups de binaires pédophiles existants.

      Mais personne ne penserait à supprimer les newsgroups parce qu'ils permettent cela, encore heureux. La technologie ne permet que ce que l'humain veut bien en faire.
    • [^] # Re: La source du "mal"

      Posté par . Évalué à 6.

      Tout à fait et j'irais même jusqu'à rajouter que le fait de pointer le p2p et autres pour ce genre de délits, fait partie intégrante de la panoplie apoclyptico/sécuritaire que nous sort les "néocons" pour non seulement nous culpabiliser mais surtout rendre la pilule liberticide plus douce à avaler.Les lois sont faites pour être respectées, on est bien d'accord, le probléme se pose quand, sous des pressions politico-financiéres ont commence à anticiper telle ou telle utilisation "néfaste" pour restreindre les libertés.On raisonne plus en termes de réalités mais plutôt sur un tissus de mensonges ou au mieux des suppositions...Là, hélas, la Démocratie est alors menacée.
    • [^] # Re: La source du "mal"

      Posté par . Évalué à 5.

      D'abord la source principale, "l'origine" du contenu pédophile sur internet ce n'est pas freenet/gnunet, ce n'est pas non plus Kazaa ou eMule, ni les newsgroups ni IRC, la source principale c'est ce bon vieux HTTP.


      Une autre "source du mal" doit être la poste. Si j'avais un contenu illégal et très répréhensible à envoyer, je graverais un cd (en cryptant les fichiers) et l'enverrais par courrier.

      Bizarrement personne ne réclame l'ouverture et le contrôle des lettres et colis ou encore l'obligation d'en connaître l'expéditeur.
  • # Infrastructure de p2p...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Bonjour,

    je n'y connais absolument rien dans les réseaux p2p, étant donné que je n'en ai quasi jamais utilisé de ma vie (enfin, ça m'est arrivé, mais de façon très ponctuellle), donc j'en connais le principe et les mécanismes globaux, mais sans plus.

    Je constatais juste que vous compariez ce GNUnet avec des noms qui ne me disent rien du tout (Freenet, Gnutella, Mnet en l'occurence; et dans les commentaires, des trucs comme Waste, qui m'est aussi inconnu au bataillon). Par contre mes souvenirs de p2p me rappellent plutôt des noms comme Kazaa, edonkey... ou en ce moment surtout bittorrent. Ca me semblait être des références en ce qui concernait les réseaux p2p jusqu'alors, et voilà que vous citez de ces noms que je connais ni d'Eve, ni de ses potes, comme si c'étaient les références les plus connus de tous, sans citer au contraire ce que j'aurais cru être à la place.

    Pardonnez donc mon ignorance, mais je ne pouvais me retenir de poser la question pour combler cette lacune. Qu'appelez-vous donc l'infrastructure de p2p? Bittorrent, Kazaa, et compagnie ne sont-ils pas de la catégorie, ou juste avez-vous choisi de ne pas les citer pour une raison ou une autre? Que sont-ils sinon? Juste des clients, et non les réseaux eux-même?

    En outre à ce que j'avais cru comprendre, bittorrent est un réseau décentralisé aussi, non? Il m'aurait donc paru logique de le comparer à ce Gnunet! Enfin bon, comme vous le voyez, j'y connais rien. Si quelqu'un pouvait m'éclairer brièvement sur les différentes couches d'un réseau p2p, et à laquelle de ces couches correspondent donc ce Gnunet, ainsi que les noms que je citais.
    Merci.

    Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

    • [^] # Re: Infrastructure de p2p...

      Posté par . Évalué à 2.

      Les logiciels que tu cite sont des logiciels de partages de fichiers assez ciblé (Kazaa, eMule)

      Freenet est différent (pour GNUnet j'ai jamais essayé, mais ça dois être proche), c'est basée sur le principe du p2p , mais ça va beaucoup plus loin y'a des "freesites" véritables sites web, un réseau de newgroups (Frost), un réseau d'envoie de mails (Freemail), le partage de fichiers n'est pas une priorité pour les développeurs de Freenet et ils l'ont répétés plusieurs fois.

      C'est vrai Freenet/GNUnet et les autres sont moins connus du grand public, c'est surement parce qu'on n'y trouvera pas le dernier album de Lorie, mais ces réseaux entièrement anonymes ont leurs utilités.

      Je ne crois pas que BitTorrent soit décentralisé (sauf dans les dernières versions p-e) de toutes façons la principale différence entre Freenet/GNUnet et BitTorrent n'est pas la décentralisation mais l'utilisation (ça risque de changer sous peut, les réseaux cryptés sont de plus en plus performants, et les actions de la RIAA & co risquent de pousser les pirates vers ces réseaux).

      Pour Mnet et Waste je ne connais pas ces réseaux, par contre Gnutella est un réseau P2P de transferts de fichiers comme edonkey mais plus ancien je crois.
    • [^] # Re: Infrastructure de p2p...

      Posté par . Évalué à 2.

      Le P2P est pour faire simple une façon de faire un réseau. Malheureusement, et largement à cause des médias, cela est générallement assimilé aux programmes de partage de fichiers (générallement sous-entendu "contrefaçons").

      Les logiciels que tu cites sont juste des logiciels de partage de fichiers, dont les utilisateurs ne se posent même pas la question de savoir comment ça fonctionne.

      Les projets comme GNUnet et freenet ont plus pour objectif d'utiliser le P2P comme une alternative complète aux systèmes centralisés actuels, on peut utiliser avec Freenet des services équivalent au web par exemple, et avec GNUnet on peut presque faire ce qu'on veut puisque c'est juste une porte d'entrée pour écrire les applications que l'on souhaite (si tu veux faire un service de distribution de courriers électroniques via un réseau P2P, tu peux utiliser GNUnet par exemple).

      Je ne suis pas persuadé d'avoir été très clair, n'hésite pas à poser d'autres questions.
      • [^] # Re: Infrastructure de p2p...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        oki, merci Maxime Gervais et wiki2005.
        Et les logiciels genre Kazaa et Emule, ils sont des clients pour quels réseaux alors?

        Sinon pour Bittorrent, je pensais que c'était décentralisé, car il me semblait avoir lu (ou bien on m'a dit) que c'était pour cela que c'était particulièrement rapide, notamment en comparaison aux autres réseaux p2p. En fait, les échanges de fichiers ne passaient pas par un serveur, mais véritablement directement de pair à pair.

        J'avoue avoir cependant toujours eu du mal à imaginer comment un réseau pouvait être réellement totalement décentralisé. Il y a forcément un serveur quelque part qui recense d'autres serveurs, qui eux même en recense d'autres, etc. selon une sorte de hiérarchie, non? Je veux dire, même l'internet, on dit que c'est décentralisé, mais il y a bien des organismes qui "gère" l'internet, qui gère les noms de domaines, et des serveurs qui se dispatchent les tâches et communications en zones, non?
        Pour un petit réseau, que ce soit décentralisé peut être tout à fait concevable selon moi. Mais pour des réseaux de taille mondiale (donc tout réseau fait pour être réparti sur le net, comme ceux que constituent nos ordis en p2p en l'occurence), j'ai vraiment du mal à concevoir comment ça peut fonctionner efficacement s'il n'y a pas un système de gestion pour répartir les communications (chaque ordinateur simple ne pouvant évidemment "connaître" tout le net).
        Et donc pour un p2p quelconque, j'ai du mal à voir comment un ordinateur est capable d'en trouver un autre s'il n'y a pas de serveurs qui le dirigent (par exemple même si un fichier est réellement transmis "directement" d'un ordi à l'autre -- sans passer par un serveur spécifique -- j'imagine que pour trouver qui avait ce fichier, il a bien fallu que le client interroge tout de même un serveur qui liste les possesseurs du fichier! Donc ce n'est jamais "totalement" décentralisé)

        Sinon pour l'explication sur Gnunet et Freenet, j'ai "un peu" compris... et en même temps pas beaucoup quand même. En fait ils sont plutôt des protocoles assez bas niveau quoi, dans le sens où ils sont plutôt faits pour qu'on "construise" dessus toute sorte de surcouche de communication à divers buts, plutôt qu'être simplement des protocoles d'échanges de fichiers à but fixé. C'est une sorte de protocole de communication de base pour fabriquer des sur-protocoles donc, c'est ça? (enfin je dis protocole, mais sont-ce vraiment des protocoles de communication définis, ou bien sont-ce des infrastructures définies de manière plus fondamentale?)

        Voilà, désolé de ces questions, mais j'avoue que tout ce qui touche aux réseaux m'est toujours passé loin au dessus de la tête, et j'y comprends jamais grand chose. (et pis shuis maudit des réseaux)

        Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Re: Infrastructure de p2p...

          Posté par . Évalué à 2.

          Kazaa, emule et compagnie fonctionnent bien en p2p, mais ce n'est qu'une utilisation possible de p2p.

          GNUnet permet de faire ce qu'on veut depuis avec une architecture p2p, le schéma disponible sur http://gnunet.org/hacking.php3?xlang=French(...) montre bien comment il se place.

          Pour ce qui est d'être centralisé ou non, il existe de nombreux systèmes non centralisés, ça n'a rien d'impossible du moment que tous les n½uds sont capables de communiquer entre eux. Je ne vais pas tenter de te faire un cours de réseau, j'en serais bien incapable, mais on trouve de nombreuses documentations sur le web, tu devrais en trouver une qui te convient.
  • # GNUnet win32

    Posté par . Évalué à 1.

    En plus une version Win32 est dispo (http://gnunet.org/download/win32/Setup-0.7.0-1.exe)(...) cela aidera surement a l'élargissement du nombre d'utilisateurs et donc du réseau !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.