Interview de Cédric Frayssinet contributeur d’OpenStreetMap et formateur

31
20
mai
2019
Open Data

Cédric Frayssinet est un fervent utilisateur, contributeur et défenseur d’OpenStreetMap (OSM). À son actif, outre l’enrichissement de la base de données d’OSM, notamment pour la région lyonnaise où il réside, la mise en place de sessions de formation sur la base de données cartographique au sein de l’Éducation nationale.

Non content d’alimenter OpenStreetMap, tu en es un promoteur et un défenseur, qu’est‐ce qui te motive et depuis quand ?

Je suis inscrit sur OSM depuis 2011 avec très peu de contributions au départ. J’utilisais OSM pour mes déplacements à l’étranger, le fait de disposer de cartes hors‐ligne (cartes et guidage par satellite) était pour moi un atout indéniable. De plus, les Points Of Interest (POI) des cartes sont super utiles pour le touriste : fontaines d’eau, lignes de bus, toilettes publiques, parkings, restaurants, attractions touristiques… Bref, une foultitude d’informations.
Puis, de fil en aiguille, j’ai augmenté mes contributions. Je suis réellement plus actif depuis que j’ai intégré OSM dans quelques outils que j’utilise pour le travail.

Puisque tu parles des « outils que tu utilises pour le travail », peux‐tu nous en dire plus ?

C’était surtout la carte ici que j’ai faite à partir d’un fichier CSV (avant de savoir que l’on pouvait faire autrement :() sur le rôle de la DANE et les cartes sur les Espaces Numériques de Travail (ENT) exemple sur le mien. Mais, bon, ce n’est pas exceptionnel.
En fait, je ne sais pas à partir de quand j’ai vraiment plus contribué, je crois que c’est le côté addictif de la chose !

Peux-tu nous dire, aujourd’hui, quel est le résultat de ton action ?

Ah ah, bonne question. :)
Au niveau OpenStreetMap, je fais en sorte que de plus en plus de monde s’intéresse à cet outil en multipliant les petits pas (!) :

Force est de constater que cela n’a pas porté ses fruits puisqu’à peine 5 % des enseignants connaissaient OpenStreetMap avant mon information que je détaille dans la question d’après.

Tu organises des sessions de formation à OpenStreetMap, est‐ce que ça a été facile à mettre en place ? A‐t‐il été facile de recruter des enseignants pour suivre les modules ?

Je tiens d’abord à préciser que ces sessions de formations découlent de l’intégration d’OpenStreetMap dans le programme de seconde, dans la nouvelle matière « Sciences Numériques et Technologie » (SNT). Ainsi, les sessions de formation font partie du plan de formation académique à destination des enseignants qui vont enseigner cette nouvelle matière.
Voir le programme de SNT (page 14, pour la cartographie) [N. D. L. R. : PDF fait avec Word 2010…].
Ces enseignants ont donc été désignés par le chef d’établissement ou sont volontaires pour enseigner les SNT l’année prochaine.

Quel est le contenu de ces sessions et leurs objectifs ?

Ces formations sont plutôt des informations, car la cartographie numérique est juste une des sept thématiques que les élèves devront aborder. On pourrait y passer l’année, on n’y passera que cinq ou six semaines.
Dernièrement, j’ai donc eu trois groupes de vingt‐deux enseignants durant 1 h 30 uniquement (à terme, ce seront trois cent enseignants qui auront cette information). L’objectif majeur est de leur apporter des connaissances sur la cartographie numérique :

  • qu’est‐ce qu’une carte ?
  • produire une carte avec des données statistiques ;
  • présenter OSM et sa particularité, éventuellement comparer avec d’autres solutions ;
  • travailler avec les élèves sur une carte OSM ;
  • contribuer à OSM avec les élèves, les outils disponibles, notamment les smartphones, les points d’attention ;
  • créer une carte numérique avec des photos géolocalisées (uMap) ;
  • créer une carte avec le langage Python (module folium) ;
  • sensibiliser ces enseignants, et donc les élèves, aux enjeux de la géolocalisation. J’ai donc utilisé le film Nothing to Hide pour monter une séquence courte des problématiques (lien en anglais) liées aux méta‐données. Ce sont des éléments de langage qui sont au programme de SNT.

Sur le plan professionnel, avec quel système d’exploitation travailles‐tu et avec quels logiciels libres ?

J’utilise exclusivement Ubuntu, dans sa version 18.04 sur le portable du boulot (initialement livré avec Windows par le rectorat).

Au lycée, j’ai installé du Ubuntu 16.04 dans les salles Informatiques (double boot avec Windows 7), du Ubuntu 14.04 dans les salles de SSI et STI2D (double boot avec Windows 7) et du Xubuntu 14.04 au CDI en simple boot. Tu noteras que j’ai du pain sur la planche pour migrer tout cela.
Mes élèves travaillent donc, avec moi, à 80 % sur du GNU/Linux.

Quelle est ta distribution GNU/Linux préférée et pourquoi, quels sont tes logiciels libres préférés ?

Ma distribution GNU/Linux préférée est sans conteste Ubuntu, même si je n’ai pas été très fan de l’interface Unity. J’apprécie beaucoup la simplicité d’installation, la très bonne compatibilité avec le matériel, le nombre de logiciels disponibles et le suivi de ces logiciels dans des versions récentes… De plus, la documentation est excellente !
J’aime de nombreux logiciels libres, à titre professionnel, j’utilise beaucoup :

  • LibreOffice, pour une partie de mes cours ;
  • Scenari, pour une partie de mes cours et nos supports de formations à la DANE ;
  • AMC qui permet de générer et corriger automatiquement des QCM (et Gummi, pour voir le code LaTeX) ;
  • Geany et Python, mais aussi Shutter et VokoScreen pour les captures ; sinon, Firefox, Thunderbird, Cozy, VLC, Diodon, The GIMP, WireShark

Quelle question aurais‐tu adoré qu’on te pose ? (évidemment, tu peux y répondre).

La question aurait pu être : « De quel projet êtes‐vous le plus fier en lien avec le logiciel libre ? ».
Et ma réponse aurait été : « réussir à faire installer une instance du logiciel libre PeerTube au rectorat de Lyon. »

Suite à cette installation, j’ai été énormément sollicité par divers services informatiques du Ministère, ce qui a été une heureuse surprise.

De nombreux services au Rectorat utilisent à présent cette solution car le logiciel est abouti, très fonctionnel, simple d’usage et se pose en véritable alternative aux solutions grand public dont personne n’est réellement satisfait, surtout dans le milieu professionnel : publicités, vidéos suggérées, données personnelles…
À ce jour, il manque l’intégration d’outils liés à l’annuaire (LDAP, CAS…) et pour le moment, je suis déçu qu’aucune autre académie n’ait franchi le pas. J’attends avec impatience une autre instance académique afin qu’on puisse se fédérer.

Quelle question aurais‐tu détesté qu’on te pose ? (en espérant que je ne l’ai pas posée).

Euh…
Est‐ce que les logiciels libres ont un avenir dans le numérique éducatif ?
Réponse : « Joker ! »

Merci beaucoup Cédric.

Aller plus loin

  • # Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

    Posté par . Évalué à -5.

    C'est dommage les parti-pris type : [N. D. L. R. : PDF fait avec Word 2010…]
    Puis (initialement livré avec Windows par le rectorat).
    Sans oublier "Mes élèves travaillent donc, avec moi, à 80 % sur du GNU/Linux."
    Ca ressemble à du prosélytisme plus qu'à de l'éveil/découverte/initiation.

    Je trouve de plus les manières plutôt discutables :
    J’utilise exclusivement Ubuntu, dans sa version 18.04 sur le portable du boulot (initialement livré avec Windows par le rectorat).
    j’ai installé du Ubuntu 16.04 dans les salles Informatiques (double boot avec Windows 7)

    Je sens les cliques sur le "moins" C'est mon opinion elle doit être respectée.
    Manquerais plus que sur LinuxFR les gens qui ne sont pas de l'opinion générale ne soient pas écoutés :-)

    • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      C'est bien de ne voir que des défauts, merci beaucoup.

      Sinon, le mention pdf fait avec Word 2010… est un constat pas un parti pris.

      Après je ne vois pas trop comment initier les gamins à l'utilisation des logiciels libres si on les fait travailler sur de solutions propriétaires. Et je ne vois pas en quoi installer Ubuntu dans les salles d'informatique (hormis le fait que, personnellement, je suis allergique à cette distribution) est discutable. Il faudrait donc ne laisser que du Windows ?

      Le raisonnement m'échappe.

      Et vraiment ce mot évangéliste est épouvantable qui traduit, même entre guillemets, un manque de vocabulaire.

      OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

      • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

        Posté par . Évalué à 4.

        Sinon, le mention pdf fait avec Word 2010… est un constat pas un parti pris.

        En soit, ok, mais, ce qui serait intéressant, c'est de savoir d'où viens l'information, aussi pourquoi aller la chercher… je me suis aussi fait la réflexion que c'était déplacé.

        Et vraiment ce mot évangéliste est épouvantable qui traduit, même entre guillemets, un manque de vocabulaire.

        Je soutiens ta position, mais auprès d'adolescents le terme de missionnaire pourrait prêter à confusion.

        • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

          Posté par . Évalué à 5.

          Le logiciel producteur du PDF est inscrit dans ses propriétés : dans l'afficheur du pdf, il suffit d'aller au menu Fichier > Propriétés.
          Par curiosité je consulte toujours cette propriété quand je lis un PDF.

          Dans le contexte français / francophone, je trouve le terme "évangéliste" déplacé même s'il dit assez bien ce qu'il veut dire. Son arrière-plan religieux me semble bien trop marqué pour être entendu en français sans faire tiquer. D'ailleurs je pense qu'il fait probablement tiquer aussi bien les personnes de sensibilité religieuse que les autres, les personnes de sensibilité religieuse parce qu'il galvaude le mot Évangile et les autres parce que sa connotation religieuse est trop forte.

    • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

      Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 20/05/19 à 18:36.

      Bonjour,

      Puisque je suis l'interviewé, je réponds directement :)

      C'est dommage les parti-pris type : [N. D. L. R. : PDF fait avec Word 2010…]

      Ce n'est pas moi qui ai rajouté cette référence à Word…

      Puis (initialement livré avec Windows par le rectorat).

      Ben oui, cela veut dire que l'on dépense de l'argent en licences logicielles qui ne seront pas utilisées et que l'on doit se débrouiller pour gérer nos PC ; mais je suppose que c'est partout pareil ?

      Sans oublier "Mes élèves travaillent donc, avec moi, à 80 % sur du GNU/Linux." Ca ressemble à du prosélytisme plus qu'à de l'éveil/découverte/initiation.

      Pour le coup, c'est bien ce que je fais, j'éveille la curiosité des élèves ; de plus, je forme les collègues à Gnu/Linux - Ubuntu, voici mes supports de formation
      On est bien sur LinuxFr.org ?
      Tout en sachant qu'avec la nouvelle spécialité de première générale NSI (Numérique et Sciences Informatiques), les élèves doivent utiliser un système d'exploitation libre.

      j’ai installé du Ubuntu 16.04 dans les salles Informatiques (double boot avec Windows 7)
      Je sens les cliques sur le "moins" C'est mon opinion elle doit être respectée.

      J'avoue ne pas bien comprendre, cela veut dire que laisser le choix aux utilisateurs de choisir leurs systèmes au démarrage n'est pas une bonne pratique ? Il faudrait imposer du Windows partout ? Ceci étant, je constate que de nombreux collègues choisissent Ubuntu, et pourtant, ce ne sont pas, à la base, des utilisateurs de ce système…

      Donc non, je ne suis pas plus évangéliste du libre que les lecteurs de ce site ; je fais simplement en sorte d'apporter une culture numérique très diversifiée à mes élèves et stagiaires.

      • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

        Posté par . Évalué à 1.

        oups, je corrige la faute de français : "qui ai rajouté".

      • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

        Posté par . Évalué à -8.

        J’aime la réponse et ma remise en place.
        Ceci dit, Windows « doit » aussi être étudié dans un autre cadre que le vidéo ludique.
        Pensez-vous aussi à leur faire découvrir UNIX ?
        (C’est pas un troll je le jure)

        • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

          Posté par . Évalué à -8.

          Punaise moins 4, les gars vous déconnez.
          Je fais amende honorable et vous me confortez sur mon opinion qui souligne votre ouverture d’esprit…
          Open source = closed mind

          • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour moi ce n'est pas une opinion, c'est juste du dénigrement, donc inutile.

          • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Indice : on est sur linuxfr.org pas sur sur microsoft.com, il est normal que le traitement de l'information soit orienté en faveur de GNU/Linux et du logiciel libre en général.

            Sinon linux c'est l'avenir puisque Microsoft a décidé de l'inclure dans Windows. Donc apprendre aux élèves à utiliser linux c'est très exactement ce qu'il faut faire.

            OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

          • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

            Posté par . Évalué à 7.

            Punaise moins 4, les gars vous déconnez.

            Bah non. D'une part, tu es sur linuxfr, un des rares sites ou l'on peut moinsser et ou les gens ont un esprit relativement critique, d'autre part -4 est un score normal quand on dis un truc inutile, j'ai fini bien des fois dans le négatif, si je devais m'insurger a chaque fois, on n'en finirait plus… idem pour probablement tout le monde.

            Je fais amende honorable et vous me confortez sur mon opinion qui souligne votre ouverture d’esprit…
            Open source = closed mind

            Euh, sérieux la, tu fais amende honorable?

            Ceci dit, Windows « doit » aussi être étudié dans un autre cadre que le vidéo ludique.

            Quel cadre, donc? De toute façon, il est étudié de manière générale dès le plus jeune âge…

            Pensez-vous aussi à leur faire découvrir UNIX ?

            Ça par contre, c'est une bonne question. Reste à savoir a quel point linux… pardon, Ubuntu, est différent de ce que serait un Unix moderne, mis à part le prix de la licence. D'ailleurs, c'est quoi, selon toi, Unix?

            Ubuntu étant dérivée de Debian, je pense qu'on peux très bien avoir un système très proche d'Unix, malgré que non certifié POSIX.
            Du coup, tu as quel Unix en tête, qu'on voie un peu?

            PS: moi, quand je trolle, j'assume.

            • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

              Posté par . Évalué à -6.

              Windows fut un temps POSIX, et on est loin des Unix.

              J'entends par Unix ce qui descend de … Unix.
              Des OS propriétaires comme Solaris, AIX, HP-UX ou de sources ouvertes comme *BSD et OpenSolaris. Je pense aussi a MacOS X, qui a eu, un moment du moins, le tampon certifié Unix.
              De mon point de vue, Linux n'est pas un Unix puisqu'il n'a pas de parenté avec.

              Mon avis est que Linux s'approche d'Unix, bien que le fonctionnement et le philosophie soient intimement liés, Linux n'a pas la même rigueur qu'un Unix. Linux est encore un peu trop fou-fou.

              Des boites comme RedHat ont beaucoup joué en faveur de Linux en ajoutant une rigueur au dev, au déploiement, à la non-regression et au support. Le preuve en est, IBM a acheté RedHat.

              invectiver n'est pas troller

              • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Les Unix propriétaires sont morts : HP-UX, AIX, Solaris, Unixware, Xenix… Il ne reste plus que les BSD et leur évolution Apple. GNU/Linux les a remplacé.

                POSIX est resté figé depuis 1995 et est obsolète sur de nombreux points. De plus l'IEEE vend cher ses copies de la norme POSIX. C'est pour ces raisons que GNU/Linux s'en est peu à peu détaché pour suivre l'évolution du matériel et des besoins.

      • [^] # Re: Bonne entrevue d'un "évangéliste" du libre

        Posté par . Évalué à 3.

        Juste pour info, Ubuntu Touch n'est pas mort. Il n'est simplement plus supporté par Canonical et a été repris par la communauté. Ce serait bien de modifier les slides de présentation que tu utilises.

  • # Merci pour cet entretien

    Posté par . Évalué à 5.

    fort intéressant. :-) Le programme de SNT me semble vraiment séduisant.
    Je ne savais pas que la contribution à OpenStreetMap était encouragée par l'EN. Merci de montrer qu'il y a aussi des informations positives. :-)

  • # OSM est incroyable

    Posté par . Évalué à 10.

    J'utilise OSM sur mon téléphone via l'application OSMAnd depuis peu. J'ai véritablement halluciné de la qualité des cartes notamment en mode randonné. La concurrence, Google Maps en premier, est loin derrière.

    On se prend au jeu et assez vite on a envie de contribuer, c'est hyper simple depuis le site d'OpenStreetMap.

    Un grand merci à toi Cédric ainsi qu'à tous les anonymes pour ce travail de dingue.

    J'ai envie de croire qu'aucune entreprise privée ne pourra jamais atteindre le niveau de qualité d'OSM dans les 10 prochaines années. La masse de bénévoles qui donne de leur temps gratuitement avec passion est trop grosse, même pour une entreprise comme Google.

    Dans un futur plus lointain on peut imaginer des satellites et de l'IA qui cartographient le monde en temps réel et qui croisent les données avec tout ce qui remonte de nos téléphones et des bases de données de cadastre et autre, mais même là je doute que ces cartes nous indiqueront une fontaine d'eau potable sur un GR en altitude …

    • [^] # Re: OSM est incroyable

      Posté par . Évalué à 8.

      J'utilise OSM sur mon téléphone via l'application OSMAnd depuis peu. J'ai véritablement halluciné de la qualité des cartes notamment en mode randonné. La concurrence, Google Maps en premier, est loin derrière.

      Je partage l'avis mais aujourd'hui les utilisateurs attendent souvent plus de services autours de la carte (Streetview, recherche, …) et à ce niveau OSM n'est pas au niveau ce qui peut être un frein à son utilisation.

      (Un utilisateur et contributeur occasionnel d'OSM)

      • [^] # Re: OSM est incroyable

        Posté par . Évalué à 3.

        Je suis d'accord mais j'ai de l'espoir : OSMAnd intègre Mapillary qui est un équivalent à StreetView avec des données libres. J'ai été surpris d'avoir du StreetView sur un chemin de randonnée en Italie (certes très touristique), ça m'a bien aidé car les courbes de niveau sont quand même difficiles à apprécier sur une carte.

      • [^] # Re: OSM est incroyable

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        (Streetview, recherche, …)

        Personnellement, c'est surtout au niveau du trafic routier que c'est limitant pour moi.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: OSM est incroyable

      Posté par . Évalué à 6.

      Si je partage l'enthousiasme autour d'OSM et son application OSMAnd (que j'utilise depuis des années), j'ai un peu plus de mal à sensibiliser à son utilisation pour les raisons suivantes :

      • peu de personnes dans mon entourage connaissent OSM
      • en ce qui concerne le GPS en mode voiture, avec une connexion Internet, Google Maps a un avantage : connaissance des embouteillages. Waze est très largement utilisé grâce à la "masse de bénévoles" qui donne des informations en ayant l'impression d'aider la communauté (ce qui est partiellement vrai). Le seul argument que j'arrive à faire valoir, c'est l'utilisation hors-ligne qui est pertinente à l'étranger mais la condition d'utilisation est tellement peu fréquente que l'argument ne marque pas.
      • en ce qui concerne le GPS en mode randonnée, les personnes utilisant une application sur smartphone ont toujours essayé plusieurs applications, trouvé une application satisfaisante et n'ont presque jamais connaissance des sources des cartes même lorsqu'il s'agit d'OSM. Dans ce cas, l'utilisateur voit l'application mais ne voit pas la source de cartes. Je ne suis pas capable de mettre en lumière OSM.

      Si vous avez des idées ou suggestions pour faire valoir l'importance d'OSM auprès d'utilisateurs de solutions de navigation, je suis preneur.

      • [^] # Re: OSM est incroyable

        Posté par . Évalué à 3.

        Le seul argument que j'arrive à faire valoir, c'est l'utilisation hors-ligne qui est pertinente à l'étranger mais la condition d'utilisation est tellement peu fréquente que l'argument ne marque pas.

        Le mode hors-ligne a aussi son intérêt à la campagne, où la couverture réseau 2G/3G/4G n'est pas toujours tip top (voire, inexistante par endroit).

        • [^] # Re: OSM est incroyable

          Posté par . Évalué à 2.

          Le mode hors-ligne a aussi son intérêt à la campagne, où la couverture réseau 2G/3G/4G n'est pas toujours tip top (voire, inexistante par endroit).

          C'est tellement rare dans le cas de l'utilisation en mode voiture que l'argument ne fonctionne pas (et j'habite à la campagne). C'est vrai dans l'utilisation randonnée mais, souvent, les applications proposent de téléchargement la cartographie hors-ligne dans le cas contraire, je fonce dans la brèche pour vanter les mérites d'OSMAnd.

          • [^] # Re: OSM est incroyable

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            C'est tellement rare dans le cas de l'utilisation en mode voiture que l'argument ne fonctionne pas

            Parce que tu vis en métropole :) 3M de personnes (5% de la population FR) vivent hors métropole et j'imagine qu'ils n'ont pas le même accès au réseau téléphonique.

            • [^] # Re: OSM est incroyable

              Posté par . Évalué à 1.

              J'avoue mon ignorance totale sur la couverture téléphonique en France hors métropole. Cependant, je partais du constat que peu de gens dans mon entourage connaissaient OSM et que je n'arrivais pas à trouver des arguments pertinents pour les sensibiliser à l'utilisation d'OSMAnd ou, plus simplement, à la licence des cartes et données utilisées.

              Si l'argument peut être pertinent, il ne le sera pas dans mon entourage.

              • [^] # Re: OSM est incroyable

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                arguments pertinents pour les sensibiliser à l'utilisation d'OSMAnd

                On m'a donné un argument contre l'utilisation d'OSMAnd : c'est payant dès qu'on l'utilise un peu.
                Je ne l'utilise pas, donc je ne sais pas si la partie gratuite est suffisante ou pas.

                C'est vraiment payant ?

                • [^] # Re: OSM est incroyable

                  Posté par . Évalué à 4.

                  L'appli existe en 2 version : OSMAnd et OSMAnd+.
                  La première est gratuite mais a une limitation sur le nombre de cartes (correspondant aux régions françaises, ou à des pays quand ils sont petits comme la Belgique ou qu'ils contiennent peu de données OSM) qu'on peut télécharger.
                  La deuxième est payante : 4,49€ au lieu de 8,99€ au moment où j'écris ces lignes.
                  Ayant très vite acheté l'application, pour soutenir son développement, je ne sais plus à combien est la limitation de la version gratuite.

                  Enfin, il y a OSMAndLive : pour 0,25€ à 1,49€/mois, on peut avoir des mises à jour quotidiennes des cartes, et non mensuelles.

                  • [^] # Re: OSM est incroyable

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                    Il y a aussi OSMAnd~ compilé par F-Droid, qui est proche de la version OSMAnd+ mais sans limitations.

                    De toute façon, même avec la version "limitée" on peut manuellement ajouter les cartes de son choix, c'est un peu plus compliqué mais ça fonctionne.

                    Perso, j'utilise Locus Maps pour la rando, et il intègre gratuitement quelques téléchargements de cartes OSM, et tout pareil on peut ajouter ses cartes manuellement.

                    Je jongle donc entre les cartes IGN et OSM, les deux étant complémentaires : OSM est souvent plus à jour, et surtout intègre des informations intéressantes absentes des cartes IGN, comme les points d'eau, les toilettes publiques, etc.

                    D'un autre coté, les cartes IGN sont, je trouve, plus lisibles. Et c'est aussi l'habitude de leur rendu, resté sensiblement le même depuis les vieilles cartes papier. Par contre, ce n'est pas libre du tout :D

                    • [^] # Re: OSM est incroyable

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Je confirme pour la version sur F-Droid : je l'utilise depuis 3 ans et n'ai jamais eu de sollicitation pour payer quoi que ce soit.

                • [^] # Re: OSM est incroyable

                  Posté par . Évalué à 3.

                  L'apk est même librement téléchargeable ici : https://f-droid.org/repo/net.osmand.plus_338.apk

                  Elle intègre d'ailleurs le live qui permet de mettre les cartes à jour (toutes les nuits par exemple). C'est ce que j'utilise mais j'ai tout de même acheté la version payante pour soutenir le projet.

  • # Instance de PeerTube installée au rectorat de Lyon

    Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 20/05/19 à 23:11.

    « De quel projet êtes‐vous le plus fier en lien avec le logiciel libre ? ».
    Et ma réponse aurait été : « réussir à faire installer une instance du logiciel libre PeerTube au rectorat de Lyon. » Suite à cette installation, j’ai été énormément sollicité par divers services informatiques du Ministère, ce qui a été une heureuse surprise. De nombreux services au Rectorat utilisent à présent cette solution car le logiciel est abouti, très fonctionnel, simple d’usage et se pose en véritable alternative aux solutions grand public dont personne n’est réellement satisfait, surtout dans le milieu professionnel : publicités, vidéos suggérées, données personnelles… À ce jour, il manque l’intégration d’outils liés à l’annuaire (LDAP, CAS…) et pour le moment, je suis déçu qu’aucune autre académie n’ait franchi le pas. J’attends avec impatience une autre instance académique afin qu’on puisse se fédérer.

    Le rectorat de Lyon pourrait partager son expérience de PeerTube sous forme d'un témoignage sur le comptoir du libre.

  • # Comment vous faites?

    Posté par . Évalué à 7.

    Comment faites-vous pour utiliser OSM?

    Pour chercher une adresse par exemple, rien que ça.
    Quand je cherche une adresse à Paris (France), comment dois-je le faire/l'écrire?
    Google maps s'en sort très bien, même quand on écrit mal les noms. OSM, ça manque d'ergonomie et de résultat sur ce point.

    Si je suis pressé, j'utilise Google Maps, parce que "ça marche"(tm).
    Sinon, j'essaye d'utiliser OSM, et parfois j'ai le résultat attendu.

  • # Interview Radio Picasoft

    Posté par . Évalué à 2.

    Bonjour Cédric. On se lance dans une petite aventure radio avec le Chaton Picasoft sur la radio compiégnoise Graf'hit (https://radio.picasoft.net). On envisage d'enregistrer une émission OSM vendredi prochain pour préparer un atelier qui aura lieu en juin. Serais-tu dispo pour un petit entretien au téléphone (enregistré donc), vendredi prochain le 24 mai vers 11h15, d'une durée de 5' environ ?
    Sinon ou si tu préfères que d'autres s'expriment, peux tu dénoncer un copain qui serait content de parler à la radio ?
    Merci en tous cas,
    Stéphane.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.