KDE veut changer de licence

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
0
26
nov.
2007
KDE
Alors que le travail pour KDE4.0 continue d'arrache-pied, KDE se lance dans un projet pour changer la licence de son code. Actuellement, certains fichiers sont en "GPLv2 Only", il a été demandé de modifier cette licence en "GPLv2 or later" ou en double licence "GPLv2 et GPLv3". Le changement est devenu nécessaire parce que certaines applications ou bibliothèques ont déjà migrés vers la "GPLv3". Comme cette dernière est incompatible avec la "GPLv2 only", il devient impossible de faire l'édition de lien tout en respectant ces licences.

Actuellement, il y a 80 développeurs qui ont donné leur accord pour ce changement, mais il y a aujourd'hui 1700 développeurs inscrits sur le dépôt SVN.

NdM : voir aussi site de Palamida qui recense des informations sur les migrations vers la GPLv3 et la LGPLv3 pour de nombreux projets libres
De gros efforts ont été entrepris pour rechercher le code qui pose problème.

Les développeurs KDE doivent vérifier sur le site http://toma.kovoks.nl/kde/ s'ils ont des fichiers nécessitant la modification.

D'après le compteur disponible sur la page projet KDE_Relicensing, il y a aujourd'hui de l'ordre de 1030 fichiers pour lesquels les contributeurs doivent encore se prononcer.

Aller plus loin

  • # Balkanisation des licences

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Bon, il n'y a plus besoin des brevets logiciels pour tuer le libre, il suffit de créer encore une ou deux autres licences libres incompatibles.
    • [^] # Re: Balkanisation des licences

      Posté par . Évalué à -3.

      Il ne me semble pas que la GPL v3 soit incompatible avec la GPL v2.
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par . Évalué à 10.

        La "GPLv2 only" et la GPLv3 sont incompatible parce qu'elle demande toutes les deux que l'ENSEMBLE du programme soit avec la même licence.

        La "GPLv2 or later" est compatible avec la GPLv3 puisque la "GPLv2 or later" peux être transformer en "GPLv3".

        Voir la FAQ http://www.gnu.org/licenses/gpl-faq.html
        • [^] # Re: Balkanisation des licences

          Posté par . Évalué à 2.

          > La "GPLv2 or later" est compatible avec la GPLv3 puisque la "GPLv2 or later" peux être transformer en "GPLv3".

          Dans ce cas, il vaut mieux la transformer en "GPLv3 or later", pour éviter le même problème dans quelques années :-)
    • [^] # Re: Balkanisation des licences

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Effectivement, ça me laisse songeur... Plus de 1000 développeurs à contacter, et combiens de contributeurs qui n'ont fait que quelques lignes d'un patch ?

      Comment faire pour ceux introuvables, décédés, devenus fous ou ermites ? On réécrit le code ?

      Il suffit de voir le 4eme lien pour comprendre le bordel que ça va être... y'aura t'il une incidence sur la date de sortie de KDE 4 ?
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par . Évalué à 10.

        Ce qu'il faut bien voir quand même, c'est que le copyright n'existe que pour les parties non triviales du code. Une correction de bug minime, un changement de valeur,la réorganisation du code ou l'ajout d'une fonction triviale ne sont pas des oeuvres uniques reflétant la peronnalité de l'auteur... Évidemment, la distinction entre un patch trivial et un patch non trivial est très compliquée et par définitition arbitraire. Donc pour éviter tout pépin, les projets considèrent en général tous les contributeurs comme détentaires du copyright. Maintenant, si les circonstances s'imposent (et là, c'est clairement le cas), les bouts de code dont les auteurs n'ont pas pu être joints vont être reconsidérés avec attention. Il est fort probable que les centaines de contributeurs injoingnables sont aussi des petits contributeurs, qui ne vont pas non plus faire un procès à KDE parce que leur petit bout de code a été passé sous GPL v3 sans leur autorisation... Ça peut très bien se faire dans la transparence et l'honnêteté.

        Aucune solution n'est vraiment satisfaisante à long terme. Utiliser une version stricte (GPL v2 uniquement), c'est s'exposer à des contournements dans le furur; imaginons par exemple que les juristes de Microsoft découvrent un trou dans la GPL (cf tivolisation par exemple, ou le jeu autour de la "distribution"); un projet qui aura récupéré le code ne pourra pas changer la licence et se retrouvera complètement vulnérable. Au contraire, GPL v2 ou supérieur reste un chèque en blanc, parce que eprsonne ne peut dire à quoi ressemblera la GPL v4. La cessation des droits à un projet a le même inconvénient. Donc je ne vois pas de solution propre pour s'en sortir.
        • [^] # Re: Balkanisation des licences

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          La solution c'est d'adopter la licence "GPLv3 or later" et de demander aux contributeurs attribuer leur copyright à la FSF ET au board de KDE.
          Ainsi le changement de licence peut se faire facilement (souplesse du projet) mais on est protégé contre un coup de folie de la FSF qui sortirait une GPLv4 inacceptable (la double détention du copyright protège).
          • [^] # Re: Balkanisation des licences

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Heu... non.

            "GPLv3 or later" autorisera n'importe qui à passer sous GPLv4 par définition, "double copyright" ou pas. De plus, je suis septique sur le fait de pouvoir "donner son copyright" à deux entités.
          • [^] # Re: Balkanisation des licences

            Posté par . Évalué à 10.

            sans vouloir troller la FSF vient déjà de sortir une GPL v3 inacceptable et ça ne va pas impacter que KDE. au pif, VideoLAN :

            http://www.videolan.org/pr2007-1.html

            "VLC media player to remain under GNU GPL version 2"

            "We would however like to remind our users that, because VLC media player depends on a wide range of open-source libraries, we may be forced into distributing certain, if not all, of our official binary releases under GPL version 3, should any single of those libraries switch to a license that is incompatible with GPL version 2. We expect that third-party binary releases (such as those made by Linux and BSD distributions) will be similarly impacted. Nevertheless, we will continue to distribute the VLC media player source code under GPL "version 2 or any later version" until further notice."
            • [^] # Re: Balkanisation des licences

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Mmm, c'est écrit sur http://lwn.net/Articles/241033/ qu'un programme en GPLv2 only ne peut utiliser une bibliothèque en LGPLv3. C'est vrai ? Si oui, ça me semble étrange : un logiciel sous BSD ou licence priorio peut utiliser une bibliothèque sous LGPLv3, mais pas un programme sous GPLv2 ? Pourquoi donc ?
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 3.

                C'est pas l'histoire du link statique ou dynamique?
              • [^] # récursivité

                Posté par . Évalué à -3.

                Si oui, ça me semble étrange : un logiciel sous BSD ou licence priorio peut utiliser une bibliothèque sous LGPLv3, mais pas un programme sous GPLv2 ? Pourquoi donc ?

                On t'a déjà expliqué : parce que GPL v2 et GPL v3 sont mutuellement incompatibles (cf. haut du fil).
                • [^] # Re: récursivité

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Oups, pardon, je n'avais pas vu qu'on parlait de la LGPL... Dans ce cas j'ai l'impression que c'est faux.
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 5.

                Effectivement, c'est apparement le cas. Certaines clauses de la license LGPLv3 n'existent pas dans GPLv2, et il n'est donc pas possible de linker du code GPLv2 avec du code en LGPLv3. Ce n'est pas la license LGPLv3 qui l'interdit, mais la GPLv2.

                Il est possible de linker du code BSD avec du code LGPLv3 et c'est normal, la license BSD t'autorise à linker avec ce que tu veux.
            • [^] # Re: Balkanisation des licences

              Posté par . Évalué à 10.

              Clair que la FSF fait bien un tout petit peu chier.

              ils aurait pu consentir le droit de linkage entre la GPLv2 et la v3 et enlever ainsi tout ce bordel. (Quitte a sortir une GPLv2.1 avec une nouvelle clause)

              Mais je suppose que ça fait parti d'une opération de lobbying pour permettre l'adoption de la GPLv3 plus rapidement.

              C'est un peu dérangeant quelques part. La FSF disait qu'il fallait mettre "GPLv2 or later" pour contrer une éventuelle faille dans la GPLv2.

              Cette faille n'est pas apparu, mais ils sortent une GPLv3 qui n'a plus le même esprit que la v2. Il y a quelque chose de pas propre intellectuellement dans tout ça.

              Mais ce n'est que mon avis.
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 8.

                > Mais je suppose que ça fait parti d'une opération de lobbying pour permettre l'adoption de la GPLv3 plus rapidement.

                si peu. on son adoption tout court, manu militari. mais ce n'est pas le fond du problème, juste une tactique à deux balles.

                > La FSF disait qu'il fallait mettre "GPLv2 or later" pour contrer une éventuelle faille dans la GPLv2.

                quand la "GPL v2" est devenue "GPL v2 or later", ça avait déjà gueulé sur le thème "on ne sait même pas ce qu'il y aura dans ces prochaines versions !"

                la FSF étant seule garante du contenu des licences GPL, il faut lui faire aveuglément confiance sur l'avenir de la GPL et des softs impactés. c'est un choix à faire, certains ne le feront pas. ce que je dis n'est pas une diabolisation de la FSF, mais que le choix d'une licence ne doit pas être fait à la légère, ou plutôt qu'il a des conséquences énormes
                • [^] # Re: Balkanisation des licences

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Je me demande même dans quel cadre le "or later" est légal. Au moins en France, je crois bien qu'il est impossible de contracter sans connaitre la teneur du contrat, que par principe c'est considéré comme nul (et en même temps c'est logique).
                  • [^] # Re: Balkanisation des licences

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Oui, mais comme le "or later" est au choix du contractant et de lui seul, pas d'embrouille : le contrat est bien selon GPL v2, et si tu veux, tu peux utiliser une licence ultérieure pour le même prix. Si tu n'aimes pas la licence ultérieure, tu restes sous v2.
                  • [^] # Re: Balkanisation des licences

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Tant que l'auteur du logiciel reste d'accord avec la mention "or later", il n'y a aucun problème. On peut supposer que s'il a mis cette mention au départ, il ne va pas se renier du jour au lendemain.
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 4.

                Cette faille n'est pas apparue

                Mais si, c'est l'utilisation "à distance" de logiciels GPL2. Selon la FSF, c'est une faille; après, on peut discuter sans fin autour de "qu'est-ce qu'utiliser un logiciel" etc, mais même si je ne suis pas compétent pour les détails, je pense que la GPL v3 répond à une demande des développeurs. En tout cas, il apparait clairement que pour la FSF, il n'est pas dans l'esprit de la GPL de faire exécuter un soft GPL à distance sans en fournir les sources, et je ne suis pas loin de penser qu'ils ont raison.

                De toutes manières, c'est bien là la faille des licences libres : l'interaction avec d'autres éléments logiciels, libres ou non libres. Il y a la distinction liaison statique/dynamique par exemple, qui est quand même vachement tirée par les cheveux; il y a l'utilisation d'un soft GPL dans un pipieline proprio; il y a les problèmes de plug-in, des modules "teintés" dans le noyau, etc etc. Franchement, je ne vois pas où est l'argument pour dire qu'une liaison dynaique, c'est OK alors qu'une liaison statique, c'est une utilisation frauduleuse d'un composant sous GPL: il s'agit juste d'une distinction technique arbitraire, qui ne change en rien la dépendance entre les composants, et qui ne résoud que le problème de la distribution des sources et des binaires. Moi je comprends bien aussi la philosophie "si tu fais quelque chose qui dépend de mon truc sous GPL, d'une manière directe ou indirecte, alors j'exige que ton truc soir sous GPL également". C'est une vision "dure" de la viralité de la GPL, mais c'est une différence de degré, et non de nature, avec la GPL v2.
                • [^] # Re: Balkanisation des licences

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Sauf que la v3 est de ce point de vue strctement équivalente à la v2, rien ne change sur ce front.
                  Pour en savoir plus, voir à Affero GPL.
                  • [^] # Re: Balkanisation des licences

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Ouaip, j'ai un peu confondu. GPL v3 résoud le problème de la tivolisation/FreeBoxisation etc. Les histoires de serveur, c'est bien l'AGPL. Merci d'avoir remis les pendules à leur place :-D
                    • [^] # Re: Balkanisation des licences

                      Posté par . Évalué à 5.

                      >Ouaip, j'ai un peu confondu. GPL v3 résoud le problème de la tivolisation/FreeBoxisation etc.

                      Tu confonds toujours.. La tivolisation et la FreeBoxisation sont deux moyens différents pour contourner la GPL:
                      - dans le premier cas, il s'agit d'utiliser la crypto pour t'empêcher de remplacer un logiciel sur un équipement que tu as acheté.
                      - dans le deuxième cas, c'est prétendre que le matériel est loué et non acheté donc que c'est une distribution interne à l'entreprise ce qui ne te donne pas le droit d'accéder aux sources.

                      La GPLv3 est bien contre la tivolisation, mais autant que je sache n'a rien de modifié concernant la FreeBoxisation.

                      L'AGPL par contre fonctionnerait bien contre la FreeBoxisation.
                      • [^] # Re: Balkanisation des licences

                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                        Pas besoin de l'AGPL pour savoir que la raison invoquée par Free ne tient pas en ces termes. Une distribution ne saurait être « interne » à partir du moment où elle implique des clients, donc des personnes extérieures à Iliad.
                        • [^] # Re: Balkanisation des licences

                          Posté par . Évalué à 6.

                          Ca on verra bien ce que le tribunal dira la dessus: je ne me risquerai pas a faire un pronostique: cf l'affaire Mobilix ou ils ont perdu en appel (ce qui de mon point de vue est une honte).
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                Mais ce n'est que mon avis.

                Tout à fait, d'ailleurs rien ne t'oblige à utiliser des logiciels sous license GPL, ni à développer des logiciels à partir de librairies sous license GPL, ni à contribuer à des logiciels sous license GPL.
                Et pource que tu écrits, tu peux très bien choisir une autre license.

                La GPL n'est aucunement une obligation, le choix est libre. Faut juste respecter le choix fait par les auteurs qui ont choisi de mettre leurs sources à disposition sous cette license.

                Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 7.

                ils aurait pu consentir le droit de linkage entre la GPLv2 et la v3 et enlever ainsi tout ce bordel

                Non, ils n'auraient pas pu. Pour cela, il aurait fallu modifier la GPL v2, ce qui 1) aurait provoqué un tollé (on ne "modifie" pas une licence sans changer le numéro de version, c'est une question de confiance), 2) n'aurait eu aucun effet puisque les logiciels incluent le plus souvent le texte de la GPL avec eux.

                Par contre c'est exactement pour ces raisons qu'ils ont toujours recommandé de licencier les logiciels en "GPL v2 or later" et non simplement en GPL v2. Donc leur reprocher de ne pas avoir essayé de minimiser le problème, c'est n'importe quoi.
            • [^] # Re: Balkanisation des licences

              Posté par . Évalué à 0.

              >sans vouloir troller la FSF vient déjà de sortir une GPL v3 inacceptable

              Tu t'auto-contredit: tu troll puisque tu dits que la GPLv3 est inacceptable..

              Même si je ne suis pas un fan de la GPLv3, apparemment elle est tout a fait acceptable pour certains puisque Samba est sous GPLv3, par exemple.
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 10.

                Même si je ne suis pas un fan de la vente liée, apparemment elle est tout a fait acceptable pour certains puisque la fnac la pratique par exemple.
          • [^] # Re: Balkanisation des licences

            Posté par . Évalué à 3.

            La solution c'est [... d']attribuer le copyright à [...]

            ... Ce qui est impossible en droit français, où une partie des droits restent à l'auteur quoi qu'il arrive : ce sont les droits moraux, dont la paternité : l'attribution du "copyright" à la FSF n'est pas possible dans ce cadre !
            • [^] # Re: Balkanisation des licences

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Tututu, on peut très bien attribuer les droits patrimoniaux à la FSF (ou n'importe qui). Ca leur suffit pour ensuite distribuer à qui ils veulent sous la licence qu'ils veulent (GPLv3 compris).
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par . Évalué à 4.

                ... ce qui ne change rien au fait qu'attribuer les droits patrimoniaux n'est pas "attribuer le copyright", n'est-ce pas ?

                (par ailleurs, je ne suis pas certain que l'attribution totale et inconditionnelle de tous les droits patrimoniaux soit faisable en France, et le fait que l'auteur conserve la paternité pourrait -- je crains que ce ne soit pas trivial -- rendre caduque la proposition de patrick_g, au moins en partie).
    • [^] # Re: Balkanisation des licences

      Posté par . Évalué à -2.

      Navrant de lire des commentaires de ce type.

      La GPL v2 a plus de 15 ans je crois. La v3 est une mise à jour. On ne va pas faire un caca car il y a une mise à jour tous les 15 ans. Si ?

      Et face aux "tivolisations", à DRM, aux accords type MS/Novell, etc on fait quoi ?
      Rien car Monsieur Jérôme Pinot va gueuler à la "balkanisation" ?

      On devrait se félicitié de voir la FSF prendre en compte l'évolution de l'utilisateur du logiciel (d'où la GPL v3).
      On devrait aussi être content de voir KDE (et beaucoup beaucoup d'autres projets) prendre le problème à bras le corps au-lieu de regarder l'esprit de la GPL v2 violé.
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Même tous les 15 ans, balkaniser le libre n'est pas une solution. 15 ans c'est en même temps très rare quand on parle de changements et en même temps super fréquent quand on parle de jeter tout un existant incompatible.
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par . Évalué à 5.

        > La GPL v2 a plus de 15 ans je crois. La v3 est une mise à jour. On ne va pas faire un caca car il y a une mise à jour tous les 15 ans. Si ?

        si la mise à jour proposée est une ânerie, oui, complètement. à chacun de juger si c'en est une ou pas, et cela aujourd'hui ou plus tard.

        changer sa voiture après 15 ans parce qu'elle est toute usée et aussi que les nouvelles sont plus sûres, plus économes en carburant, polluent moins etc etc, ok. accepter de se faire refiler une poubelle au passage au simple prétexte qu'il faut changer de voiture et que ton vendeur te propose un seul choix et que tu veux pourtant lui rester fidèle, ben non merci. un problème se pose alors.
    • [^] # Re: Balkanisation des licences

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Pourtant la sollution existe, utilisons une license qui garantisse toujours la réutilisabilité du code et la vrai périnité du travail. En d'autre terme bossons tous en BSD.
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Hou le gros troll bien velu :)

        A priori ceux qui ont décidé de mettre leur code en GPL* considèrent que "donner du code" sans obliger a distribuer les modifications faites n'est pas "garantir la réutilisabilité du code et la vrai pérénité du travail" .
        • [^] # Re: Balkanisation des licences

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          ou alors (et c'est plus vraisemblable) ceux qui mettent sous GPL ont aussi d'autres objectifs que la simple réutilisation et pérénité (qui reste toujours garantie pour *ton* code même sous BSD ou sous domaine public). On peut citer : inciter les gens à mettre du code dans le libre, empêcher ceux qui ne participent pas à utiliser le code égoïstement, participer à un projet ayant déjà cette licence, utiliser des bibliothèques étant déjà sous cette licence, etc.
          • [^] # Re: Balkanisation des licences

            Posté par (page perso) . Évalué à -5.

            Je suis pas d'accord on peu piller dans le libre sans pour autun redistribué de source. Il n'y a qu'a voir tout ce qui n'es pas du software (genre du graphisme ou des trucs comme ca) se font piller quand ils sont sous license dites libre mais la ca ne choque personne. Car il ne faut surtout pas dire que une license libre n'est pas adapté a tout.

            Je suis désoler mais pour de l'image par exemple a moins d'avoir une license By-Nc-Sa je vois pas comment on peut garantir que l'utilisateur ne serat pas egoïste et neva pas piller ton "oeuvre".
            • [^] # Re: Balkanisation des licences

              Posté par . Évalué à 3.

              En même temps dans tu mets un peu la réponse dans ta question.
              Dans les ½uvres artistiques, sous licence créative common, tu as le choix.
              By-Nc-Sa équivaut à la GPL pour un logiciel
              By tout court (je crois) équivaut à la BSD.
              Donc comme pour un logiciel, un graphiste à le choix de la license et si il met que By, il accèpte très bien le « pillage » de son ½uvre.
              je mets pillage entre parenthèse, parce que je pense que quand on fait la démarche de dire « voilà, j'offre mon code à tous, faites-en ce que vous voulez » on ne va pas voir ça comme du pillage. C'est à mon avis un autre état d'esprit

              Je vois un peu la GPL comme une license propriétaire, ou le propriétaire est la communauté du libre au complet.
              Tout le monde peut donc rentrer dans la communauté, la faire vivre et y participer, mais tout demeure à la communauté.
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                euh non, by-nc-sa est rendue non libre par la clause NC (trop large) n'équivaut pas à la GPL, ni cc-by-sa d'ailleurs qui est plus libre mais n'identifie pas de "forme préférée pour les modifications" : ce qui fait que pour un PNG qui est un rendu de blender, rien ne dit que le fichier blender sera fourni pour autant.

                Tu peux (re-?)lire http://faq.tuxfamily.org/Licence/Fr#Pourquoi_une_licence_lib(...) pour voir si cela clarifie des choses pour toi.

                Le terme "privateur" (au sens qui enlève des libertés, qui prive de libertés) est maintenant utilisé par RMS mais bon une licence propriétaire conserve pour moi son sens "c'est à moi et je ne vous octroie rien, comme par défaut dans le droit d'auteur".

                Le terme "pillage" est significatif de ceux qui ne veulent pas partager àmha : il leur suffit de ne pas diffuser dans ce cas. Ceux qui pillent vont-ils réellement respecter les licences ? Aurez-vous et prendrez-vous les moyens nécessaires pour les poursuivre ?
                La bonne question à se poser est plutôt : souhaites-tu faire du propriétaire (ne pas partager par défaut, avec tous les inconvénients et la maîtrise de l'oeuvre) ou plutôt du libre (avec toutes les conséquences) ?
                • [^] # Re: Balkanisation des licences

                  Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                  On a suffisament entendu ici des gens raler contre les termes de "pirates" pour ne pas faire pareil. La notion de pillage implique la désolation et qu'il ne reste rien. On est très loin de ça en informatique.

                  Ici il s'agit de copier. Qu'ils copient illégalement ou pas, ça n'enlève rien à personne. Tu le sais, je le sais, mais n'utilisons pas du vocabulaire avec des connotations qui n'ont rien à voir. Pillage est même dans mon esprit encore moins adapté que Pirate, dans le sens où pirate ne s'associe que par les connotations alors que pillage a un sens qui est suffisament proche pour pouvoir être appliqué à la situation (mais qui en réalité ne correspond pas).
                • [^] # Re: Balkanisation des licences

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  ah voila un cas interessant : on peut lire :

                  ------
                  NC, par défaut :
                  pas de diffusion sur CD accompagnant un magazine par exemple
                  pas de diffusion sur des miroirs qui auraient de la publicité (google adsense ou autre), limite votre diffusion
                  pas de diffusion sur des sites qui auraient des films à la carte, marginalisation de votre production en dehors des circuits bénéficiant d'une large publicité
                  pas de diffusion sur chaîne de Free via Freebox (celle de freenews par exemple)
                  pas de diffusion dans un cinéma indépendant avec des publicités au début
                  pas de diffusion lors d'une LAN party ou d'une soirée avec entrée payante
                  ------

                  On pourrait trouvé tout un tas de point comme ceux ci avec la clause SA (de la CC ou de la GPL)

                  rien que :
                  - pas d'intégration dans une autre projet libre ! (en BSD ou en Apache).
              • [^] # Re: Balkanisation des licences

                Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                Je vois un peu la GPL comme une license propriétaire, ou le propriétaire est la communauté du libre au complet.
                Tout le monde peut donc rentrer dans la communauté, la faire vivre et y participer, mais tout demeure à la communauté.


                Il y a un livre passionnant que je conseillerais a tous le monde et en particulier aux libristes: "Le Gêne égoiste"[1] de Richard Dawkins. Ce livre traite d'une certaine façon de voir l'évolution mais présente des études très intéressantes sur le comportement en société (au travers de modèles informatique du style "le jeu de la vie") [pardon pour les puristes, je résume a l'arache]

                En gros il présente des jeux ou une population d'individus adoptent un comportement soit égoïste, soit purement altruiste, soit altruiste mais rancunier. Un des exemples utilisé est une trouve de singes qui s'épouillent: certains n'épouillent personne, d'autres épouillent leurs congénères, d'autre épouillent une première fois mais n'épouilleront plus un congénère qui ne les aura pas épouille (altruiste rancunier)
                (le jeux distribue des points positifs ou négatifs selon les cas: épouiller est pénalisant, on dépense de l'énergie, se faire épouiller est gros bénéfice, ne pas se faire épouiller est très pénalisant (on est en mauvaise santé)).
                Les résultats sont parfois surprenant, mais j'en ai déja trop étalé et je n'ai pas le temps de raconter tout le livre. Ce qu'il en resort, c'est que les comportement égoïstes gagent contre un comportement purement altruiste, mais que le groupe dans son ensemble fais un mauvais score (personne n'épouille plus personne).
                Par contre égoistes contre altruistes rencunier, les altruistes gagent, car ils "balkanisent" les égoistes, qui dépérissent sans disparaitre, et le score global du group est très bon, car une majorité des membres s'épouillent entre eux.

                Tout cela pour en venir a ce parallèle avec les licences logiciel:
                - Le propriétaire, c'est le comportement égoiste
                - L'altruiste pur, c'est la licence BSD
                - L'altruiste rancunier, c'est la GPL

                La GPL est certainement moins altruiste que la BSD, elle est de ce fait moins "pure" d'un point de vue doctrinal, mais dans un milieux ou un comportement égoïste prédomine, la licence GPL a l'avantage d'être viable du point de vue de la survie tout en conservant une grande partie de la doctrine originelle.

                (naturellement la licence BSD ne peut pas "disparaître" comme une population, mais je pense que la prédominance de la GPL est une démonstration des théories présente dans le Gêne Egoiste...)

                [1] http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A8ne_%C3%A9go%C3%AFste
                • [^] # Re: Balkanisation des licences

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Et donc la CC By-Nc-Sa tu la place ou ?

                  Tu peux pas dire qu'elle est egoiste, elle n'est pas non plus altruiste pur. Du coup comme la GPL on pourrait la qualifier d'altruiste rancunier ?
                  • [^] # Re: Balkanisation des licences

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    C'est une question intéressante.

                    En considérent que la GPL est équivalente a la CC By-Sa (c'est mon point de vue en tous cas), la CC By-Nc-Sa est forcement proche mais plus égoïste car imposant une contrainte suplémentaire...

                    En fait le point principal c'est qu'elle introduit un biais que je trouve idéologique. C'est je trouve en fait sur un autre axe que "plus ou moins libre"... Pour illustrer mon propos, allez donc voir http://www.politicalcompass.org/ , qui positionne les gens sur un "échiquier politique" a 2 dimension (illustration ici : http://www.politicalcompass.org/images/axeswithnames.gif )
                    (on ne discuptera pas de la pertiance ou non de cette représentation, moi je l'aime bien, sans pour autant la considéré comme la seule valable ni la meilleure...)

                    Et bien dans le débat des licences, le coté plus ou moins libre correspond pour moi a l'axe vertical: plus ou moins totalitaire. le closed source étant tout en haut (totalitaire), le domaine public tout en bas (libertaire), BSD un peu plus haut, et GPL encore au dessus (je place quand meme la GPL dans la partie libertaire, faut pas déconner)

                    La close 'Non Commercial' de la CC by-nc-sa fait un peut remonter le curseur vers le totalitaire, mais le fait surtout bouger horizontalement, sur l'axe économique. "Je ne veux pas qu'on fasse des sous avec mon code", est une position d'idéologie économique. Sur ce plan la je trouve la GPL et BSD assez "neurtre", c'est pour ça qu'on trouve tres souvant des libertaires de gauche et des libertaires de droite se prendre la tête par ici :)
                    • [^] # Re: Balkanisation des licences

                      Posté par . Évalué à -1.

                      Et bien dans le débat des licences, le coté plus ou moins libre correspond pour moi a l'axe vertical


                      "Plus ou moins libre" ? Il n'y a pas de quantité de "liberté" pour la licence d'un logiciel d'après la définition communément utilisée. Le "libre" logiciel ce n'est pas un idéal que l'on ne peut atteindre et ce n'est pas non plus la "Liberté". Un logiciel libre c'est un logiciel dont la licence respecte les critères booléens du "logiciel libre" énoncés par Stallman et soutenus par la FSF. On ne peut donc pas classer les licences libres selon ces critères : elles les respectent par définition.

                      Par contre, effectivement, on peut tenter de les classer par importance des contraintes. Par exemple la GPLv3 possède clairement plus de contraintes que la BSD. Cependant une telle classification est très subjective : on peut très bien imaginer qu'une licence non-libre soit moins contraignante pour une catégorie de personnes que la AGPLv3 par exemple.

                      Je trouve par ailleurs très pertinente la comparaison avec "le gène égoïste".
                    • [^] # Re: Balkanisation des licences

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Que dire si ce n'est que je t'approuve totalement ;)

                      Apres ma vision est que ce coté peut etre négligeable pour du logiciel (en effet, le nombre de personne qui vont se faire chier a réutiliser le binaire, plutot que de modifier le code sur du logiciel est extremement faible). Par contre sur une oeuvre qui ne prend son sens que dans la totalité (c'est a dire dans le binaire qu'il prenne la forme d'une image, d'un film, d'un son. Je trouve que cette question a tout de suite beaucoup plus d'importance. En sois on se fiche car la plus value n'est plus au niveau de la source, mais au niveau directement du binaire.
                      • [^] # Re: Balkanisation des licences

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Petit détail : le binaire n'est que le support de l'½uvre.

                        C'est en particulier ce qui fait que le binaire en question ne prend son sens que dans sa totalité, c'est à dire une fois "décodé" par le lecteur.
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        C'est une solution, même si personnellement je préfère la licence MIT-X11
    • [^] # Re: Balkanisation des licences

      Posté par . Évalué à -1.

      C'est clair qu'il n'y a plus besoin des brevets sur les logiciels libres, les GPL feront le travail très bien toutes seules.

      Réunir plus de 1000 accords, pour des gens dont on peut sans doute estimer que 80% n'a plus fait de contribution depuis au moins 6 mois, ça va être chaud.

      Sans compter ceux qui seront contre tout changement (il y en a) et que faudra-t-il donc faire ? Arrêter KDE ??

      Blague à part, ces problèmes de licences, je trouve ça extrêmement bizarre, dans la mesure où quand un développeur contribue à un projet, il sait que son code va être redigéré par d'autres, installé par des tas d'utilisateurs dans le monde, re-modifié, etc.
      Pourquoi donc vouloir absolument faire une licence pour désigner finalement un geste "gratuit" dans le sens où le code semble être mis à disposition de l'humanité jusqu'à temps que quelqu'un l'améliore ???

      C'est d'ailleurs je crois le sens du "free" de la GPL. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne puisse pas vendre un logiciel dont par ailleurs on mets le code source à disposition de qui veut si j'ai encore tout compris.

      Finalement, c'est un peu la vision "communiste" de la société qui a échoué en URSS, où je me trompe ? D'ailleurs le feu magazine "Login:" avait representé sur une de ces couvertures le sieur Stallman en truquant une affiche communiste de propagande. Stallman s'en était ému, mais ils avaient raison chez Login.

      Ou alors je ne comprends pas tout à la GPL, ce qui est possible, je n'ai jamais eu le courage d'arriver à lire tous les paragraphes de la GPL. Quant à comprendre la différence entre la 2, la 2+ ou la 3...

      Bon, certes, je ne suis qu'un utilisateur "de base", ou disons un "power user". Cela ne fait pas de moi un développeur donc il y a sans doute une raison à l'existence de la GPL v.X que je ne comprends pas mais un jour, ce serait quand même bien d'avoir une explication "en français" (ou même en anglais !) plutôt qu'en langage juridique incompréhensible...
      • [^] # Re: Balkanisation des licences

        Posté par . Évalué à 6.

        Je ne vois carrément pas le rapport avec le communisme, je dois dire...

        La différence entre les licences GNU et les licences plus permissives, c'est que la GPL impose la conservation de la licence libre aux travaux dérivés. Le reste n'est que subtilités juridiques pur faire coller tout ça avec les contraintes du monde réel.

        Or, la GPL v2 avait été "contournée" dans l'esprit; et (surtout) elle devait être remise à jour pour coller avec le cadre juridique du début du XXIe siècle (exemple: brevets logiciels). En gros : GPL v2 et v3 sont identiques dans l'esprit (et l'esprit, c'est : un logiciel sous GPL doit être redistribué à ses utilisateurs sous la même licence).

        J'ai franchement du mal à suivre les trolls du type "GPL v3: jamais". Il y a eu quelques frictions, notamment avec l'équipe du noyau Linux. Certains estiment que la GPL v3 réduit un peu les droits des utilisateurs au profit des développeurs (personnellement, je trouve qu'elle réduit les droits des utilisateurs qui ne sont pas dans l'esprit du logiciel libre, et qu'elle n'affecte absolument pas les autres, mais c'est un débat sans fin). À mon avis, les querelles GPL v2/v3 sont assez superficielles, et les différences sont minimes entre les deux. Je ne pense pas, par exemple, qu'un logiciel sous GPL v2 soit spécialement plus en danger maintenant qu'il y a deux ans. Rien de catastrophique à rester sous v2 si on ne peut pas ou vent pas changer.

        Le fait est que la GPL est clairement un détournement revendiqué des lois ayant trait à la propriété intellectuelle. C'est l'idée grandiose de Stallman: puisque la propriété intellectuelle donne les droits au "propriétaire" d'un truc immatériel de faire chanter les gens intéressés par la réutilisation de son oeuvre, les mêmes droits peuvent être utilisés pour donner des droits (et des devoirs) à l'utilisateur. On y est tellement habitués maintenant qu'on a du mal à saisir toute l'ingéniosité du procédé, mais je trouve quand même l'idée fort élégante :-)

        Bref, tout ça pour dire que la GPL repose essentiellement sur l'idée même de propriété intellectuelle. Parce qu'un développeur est l'unique ayant-droit de son code, il peut choisir de le distribuer sous les conditions qu'il choisit. Pas de propriété intellectuelle: pas de GPL, et pas de liberté virale. Un peu comme les licences BSD, quoi : je prends du code BSD, j'en fais un système d'exploitation propriétaire, et je le vend avec des ordinateurs blancs avec une pomme dessinée dessus. Le libre au sens de la FSF, c'est donc bien ce "copyleft", une autre manière de considérer le droit d'auteur. Conclusion : l'analogie avec le communisme (abolition de la propriété, ici ça serait un communisme intellectuel) est... complètement bidon.
        • [^] # Re: Balkanisation des licences

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Le problème des logiciels qui restent en GPLv2 c'est les bibliothèques qu'ils peuvent utiliser. Si les bibliothèques passent en GPLv3 seulement, il ne te reste que le choix de continuer a utiliser une ancienne version de la lib ou migrer toi aussi en GPLv3
          • [^] # Re: Balkanisation des licences

            Posté par . Évalué à 2.

            Et il y a le problème inverse : si on passe samba en version 3, il n'aura plus le droit de linker sur des biblio en v2 stricte!
          • [^] # Re: Balkanisation des licences

            Posté par . Évalué à 2.

            D'un autre côté, c'est vrai pour tout changement de licence, pass eulement le passage GPL v2/v3. Si on utilise une bibliothèque en GPL v2 ou sup, on a tout intérêt de se mettre en GPL v2 ou sup aussi, autrement on sait très bien qu'on s'expose à ce genre de trucs. Si la bibliothèque était en GPL v2 stricte, je pense qu'un petit dialogue avec les mainteneurs peut permettre de garder une version GPL v2 avec des corrections de bugs majeurs pendant quelques temps, par exemple. Le changement de licence n'est pas la seule situation où l'on se retrouve sans support pour une bibliothèque externe : le projet peut capoter, les devs peuvent décider d'arrêter le support pour cette version, changer l'API, etc etc. Ce qui est important, c'est que le code de cette librairie reste libre. Si on veut rester à tout prix en GPL v2, et bien on reprend le projet de bibliothèque et on le maintien. C'est ça la beauté des logiciels libres :-)
  • # Navrant, mais ...

    Posté par . Évalué à 10.

    Cet imbroglio est d'autant plus navrant que probablement la plupart des codeurs concernés ne sont pas conscients de cette "tracasserie" juridique, ils ont offert leur travail tout simplement sous licence GPL sans s'attarder aux subtilités juridiques.

    Cela dit, je ne pense pas que l'on puisse lancer le pot à Stallman et Moglen, ils font ce qu'ils peuvent pour préserver la morale dans la jungle des "gens d'affaires" et malgré ces effets de bord on doit les remercier pour avoir permis l'essor du logiciel libre.
  • # Il y a plus simple!

    Posté par . Évalué à 2.

    Il suffit de demander à ceux qui veulent mettre en GPLv3 de mettre en GPLv2 or later, comme ça plus de problème d'incompatibilité!
  • # mouais

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    moi j'attends surtout le dénouement, où certains vont dire "bon, en en a eu suffisamment, on va considérer que c'est bon" et où ils vont unilatéralement changer la licence sans l'accord explicite de tous les auteurs.

    Je sais, je devance, mais je ne peux pas imaginer qu'il n'y ait pas un seul développeur qui refuse ou qui soit simplement décédé.
    • [^] # Re: mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      à mon avis, dans le cas où il n'est pas possible de retrouver / changer toutes les parties touchées, la solution la plus intélligente serait plutôt de recoder sous la bonne licence les portions génante.
      Ca m'étonnerait franchement, pour des personnes se posant justement la question des licences, qu'ils en viennent à changer violement les licences puisqu'ils n'en ont pas le droit.
    • [^] # Re: mouais

      Posté par . Évalué à 3.

      KDE 4 est une réécriture (quasi totale ?) donc à priori, la plupart des contributeurs majeurs sont encore vifs.
      De toute façon, on demande pas l'avis des contributeurs ayant fournis des contributions mineures en général (patchs triviaux, correctif simple de bogue etc ...)
    • [^] # Re: mouais

      Posté par . Évalué à 3.

      ...je ne peux pas imaginer qu'il n'y ait pas un seul développeur qui refuse...

      gagné ! voir ici http://techbase.kde.org/Projects/KDE_Relicensing#Relicensing(...)
      la sixieme ligne : "Berger, Cyrille NO NO NO NO NO"

      voilà, c'est la merde, nous voilà bien avancé avec ces conneries.
      Bravo la licence virale qui attaque les cellules saines... oui je sais ca part d'une bonne intention...
      • [^] # Re: mouais

        Posté par . Évalué à 5.

        ça va devenir "l'histoire du con qui dit non" en deux temps trois mouvements, vous allez voir
        • [^] # Re: mouais

          Posté par . Évalué à 10.

          En même temps, il fait chier tout les autres mais c'est son droit.
          Dommage qu'il n'ait aucun lien avec Novell, ça aurait fait un excellent troll.
        • [^] # Re: mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          La GPLv3 est quand même très loin d'être neutre.

          Il a contribué sous une licence claire, libre. C'est son droit le plus strict que de ne pas changer d'avis sur les conditions où il a donné son travail.

          J'espère que personne n'ira traiter un contributeur de "con" parce que le code qu'il a libéré on lui demande après coup de le relicencier sous une autre licence qu'il n'accepte pas. (j'espère mais je ne me fais pas trop d'illusions)
          • [^] # Re: mouais

            Posté par . Évalué à 4.

            La GPLv3 est quand même très loin d'être neutre.


            Je dirais même plus qu'à moins de s'être goatsé au point d'avoir les paupières tellement serrées qu'on n'y voit plus rien, ce serait de la pure mauvaise foi que de prétendre que la GPLv3 n'est autre chose que le produit d'une politique activiste issue du cerveau allumé d'un gourou barbu capricieux et frustré.
            • [^] # Re: mouais

              Posté par . Évalué à 4.

              Dans ce cas, tu étais libre de participer à son élaboration, tout le monde pouvait donner son avis…
              • [^] # Re: mouais

                Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                Participer c'est utile si tu es pour le principe mais que tu souhaite y faire des amendements ou des modifications pour corriger les effets de bords. Si tu es contre le principe des modifications de la GPLv3, ça ne sert pas à grand chose.
  • # Cession du copyright ?

    Posté par . Évalué à 2.

    La plupart des projets GNU demandent la cession du copyright aux contributeurs à la FSF afin d'éviter ce genre de situation.
    Ce ne serait pas l'occasion pour KDE et d'autres gros projets de se poser la question ? Sans forcément passer par la FSF, on peut imaginer KDE se doter d'une entité légale dont les contributeurs seraient membres de droit et qui aurait pour attribution la gestion des licences.
    À priori, peu de risques que KDE passe sous une licence non libre et ça simplifierait la vie du projet ?
    • [^] # Re: Cession du copyright ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Justement, c'est une des options que les développeurs KDE sont libres d'accepter maintenant :
      « Are you okay with the KDE e.V. deciding on a future licensing change to your code, should that be necessary ? »
    • [^] # Re: Cession du copyright ?

      Posté par . Évalué à 3.

      KDE pourrait se contenter d'exiger que quelle que soit la version de la GPL choisie elle inclue l'option "or later".

      Personnellement je me met à la place d'un développeur je serai réticent à filer le copyright de mon code à une organisation dont on ne sait pas ce qu'il adviendra (que se passe t'il si elle disparait suite par exemple à des problèmes économiques ? qui peut alors agir légalement en cas de violation de GPL, le propriétaire du code n'existant plus ?).

      Sinon, comme dit plus haut, tout faire sous licence BSD. Bien que partisan des idées de la FSF, je me demande toujours s'il est bien justifié et légitime d'exiger la redistribution du code, du point de vue de la liberté (attention, troll inside).
      • [^] # Re: Cession du copyright ?

        Posté par . Évalué à 5.

        je me demande toujours s'il est bien justifié et légitime d'exiger la redistribution du code, du point de vue de la liberté

        Je me demande toujours s'il est bien justifié et légitime d'autoriser une tierce partie a recuperer du code qu'elle n'a pas developpe, sans aucune contrepartie.
        • [^] # Re: Cession du copyright ?

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          Tu parle de la GPL ?

          Dans ce cas vive une bonne CC BY-NC-SA ! On evite le pillage sauvage des société qui ne donnerait pas de contrepartie.
        • [^] # Re: Cession du copyright ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Et pourquoi pas ?
          Veulent pas participer, qu'ils participent pas.
        • [^] # Re: Cession du copyright ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ouais, interdisons les utilisateurs dans les licences, ne laissons que les développeurs. (y'a pas comme une erreur dans l'énoncé et dans le but du logiciel qui est de servir ?)
          • [^] # Re: Cession du copyright ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Le point de vue du developpeur reste le plus important, c'est lui qui choisit la licence apres tout.

            On ne peut pas réfléchir au choix d'une licence uniquement en fonction de ce que ca implique pour les utilisateurs, il faut également penser à ce qui se passe dans la tête du développeur, à ce qui le pousse à utiliser cette licence, notamment si il est bénévole.

            Pour l'utilisateur, la licence BSD, c'est génial. Mais franchement, pour le développeur, ca veut dire bosser gratuitement pour des boites de dev qui ne donneront rien en retour, ni à lui ni à la communauté, et qui ne s'interessent à lui qu'en tant que main d'oeuvre gratuite.

            D'ailleurs on peut remarquer que les licences les plus permissives sont souvent utilisées par des boites qui font du libre par interet stratégique. Alors que dans les projets communautaires, c'est la GPL qui est largement majoritaire.
            • [^] # Re: Cession du copyright ?

              Posté par . Évalué à 4.

              « D'ailleurs on peut remarquer que les licences les plus permissives sont souvent utilisées par des boites qui font du libre par interet stratégique. »

              Exemples : OpenSSL, OpenSSH, Packet Filter, OpenSolaris

              Et niveau GPL : Java ...
              • [^] # Re: Cession du copyright ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Qu'est qu'il ne faut pas entendre ? Si Linux était sous BSD 3 clauses, tu pense vraiment qu'Intel et IBM bosserait dessus, par pur plaisir pour la communauté ...

                La GPL est a mon avis bien plus efficace du point de vue d'une boite. D'abord, elle se fait 'bien voir' de la communauté, et elle empeche tout le monde (en particulier une boite concurrente) de créer un fork tout fermé. Si laidite boite forke, on pourra toujours repomper le code et hop, ton produit X sera au moins aussi performant que l'autre.

                La licence BSD est probablement une license pour les gens qui aiment l'esprit de liberté. La GPL est la pour imposer la liberté au monde. Après il est juste important de savoir si le but c'est que tout le monde utilise du libre, ou si c'est que tout le monde puisse faire le choix du libre.
                • [^] # Re: Cession du copyright ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  La licence BSD permet aussi de pousser ses technologie.

                  Par exemple, mettre la pile TCP/IP en licence BSD permet de rendre son implémentation facile même dans les produits proprio. Pareil pour SSH.

                  Ainsi, l'auteur d'un nouveau protocol peut mettre son implémentation sous licence BSD pour aider au déploiment de sa technologie.
    • [^] # Re: Cession du copyright ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Il y a déja une fondation/association, "KDE Ev", sorte d'association à but non lucratif de droit allemand, dont la plupart des développeurs réguliers sont membres.
      Cette fondation a financé par exemple le dernier serveur SVN.

      Mais il est vrai que celle-ci ne gere pas les sources comme le font d'autres projets.
    • [^] # Re: Cession du copyright ?

      Posté par . Évalué à 2.

      ça simplifierait la vie du projet certainement. mais cela simplifierait il la vie des contributeurs ??

      je parle uniquement sur mon expérience de """l' organisationnel associatif""" mais il me semblerait plus sage de "conserver la merde actuelle". Certes elle a des défauts, mais tout le monde garde son libre arbitre et sa license.
      Comme le dit Arnaudus :

      Donc pour éviter tout pépin, les projets considèrent en général tous les contributeurs comme détentaires du copyright. Maintenant, si les circonstances s'imposent (et là, c'est clairement le cas), les bouts de code dont les auteurs n'ont pas pu être joints vont être reconsidérés avec attention. Il est fort probable que les centaines de contributeurs injoingnables sont aussi des petits contributeurs, qui ne vont pas non plus faire un procès à KDE parce que leur petit bout de code a été passé sous GPL v3 sans leur autorisation... Ça peut très bien se faire dans la transparence et l'honnêteté.

      Ca a certes l' inconvénient d' être "obligé" de contacter tout le monde, mais l' avantage que personne ne perds rien (aka pas de tranferts de personnes physiques vers personne morale). Et puis, au rythme où ça avance, le transfert de licence, peut on dire que c' est problématique ?

      a cession du copyright aux contributeurs à la FSF afin d'éviter ce genre de situation. Pourquoi pas seulement au projet lui même ? Une simple clause du genre "en l' absence de license claire, tout bout de code proposé pour notre projet est considéré comme étant sous gpl vxxxx". Ainsi chaque contributeur est au courant et accepte que sa participation soit sous gplv3 s' il ne précise pas par lui même explicitement gplv2 (ou vxx)

      c' est ce qui bouleverse le moins les choses (plus simple que de créer une entité, une personne morale, qui sera contrôlé par et qui gèrera pour...) en atteignant l' objectif.

      non ?

      amicalement
      • [^] # Re: Cession du copyright ?

        Posté par . Évalué à 1.

        > Ca a certes l' inconvénient d' être "obligé" de contacter tout le monde, mais l' avantage que personne ne perds rien
        Certes, l'individu ne perds rien mais la collectivité est perdante. Si une partie de KDE passe en GPLv3 et une autre reste en GPLv2, on fait quoi ? On réécrit tout ? On perd du temps, on gaspille des efforts pour améliorer KDE 4 etc ...
        Il faut savoir céder une partie de sa liberté pour l'intérêt général.

        Là où, je te rejoins, c'est que les contributeurs de KDE ne doivent pas à céder cette parcelle de liberté à n'importe qui sans condition. Par exemple, on peut imaginer un système nécessitant l'accord des 2/3 des développeurs KDE pour changer la licence du bureau. La possibilité que 2/3 des développeurs KDE puissent accepter une licence proprio ou pourrie soit très faible.
        Après chacun reste propriétaire de son code, rien n'interdit le dual licensing, un mainteneur peut très décider de donner une licence spécifique à son module.
        • [^] # Re: Cession du copyright ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > La possibilité que 2/3 des développeurs KDE puissent accepter une licence proprio ou pourrie soit très faible.

          En disant ça, implicitement tu es en train de dire que notre développeur a une chance sur trois de voir son code utilisé sous une licence contre son gré.
          C'est peut être bien pour le projet mais humainement je vois peu de gens qui accepteront le principe.
          • [^] # Re: Cession du copyright ?

            Posté par . Évalué à 3.

            La problèmatique est intéressante car elle reproduit celle de la démocratie à une moindre échelle. Est-ce qu'une minorité a le droit de bloquer la volonté générale ?
            À partir d'une certaine taille, il est illusoire de vouloir atteindre l'unanimité, il y aura toujours quelqu'un qui mettra des bâtons dans les roues, pas forcément pour le plaisir de faire chier les autres.
            Au mieux, on peut imposer un cadre commun garantissant le respects de principes commun et un quorum minimal afin de respecter au mieux la volonté de chacun.


            > je vois peu de gens qui accepteront le principe.
            C'est le cas de la plupart des projets demandant de céder son copyright par exemple GNU Emacs.
            • [^] # Re: Cession du copyright ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              > La problèmatique est intéressante car elle reproduit celle de la
              > démocratie à une moindre échelle. Est-ce qu'une minorité a le droit de
              > bloquer la volonté générale ?

              Chacun a ses droits sur sa partie. Le réfractaire ne bloque pas "le projet", il bloque "sa contribution".

              Mais attention aussi à ne pas confondre "démocratie" et "dictature de la majorité". Ce sont deux concepts bien différents, et ce que tu rapportes me semble plus se rapprocher du second concept. Le fait d'avoir une majorité n'implique pas forcément le droit de contraindre la minorité.

              La question à se poser est est-ce que la majorité à une légitimité à prendre une décision pour tous les contributeurs ?
              Si tel était le cas (et je le conteste), en quoi est-ce une spécificité du projet ?
              Et implicitement dans ma seconde question j'implique que si la légitimité du changement (et de la procédure) n'a rien de spécifique au projet, alors ce genre de possibilités doit être prévu dans la licence ou dans la loi. (et si ça n'y est pas il y a probablement une remise en cause à faire sur la prétendue légitimité).

              Je suis d'accord que prévoir un vote et un quorum minimal (que j'espère plus proche des 95% de code couvert que des 1/3 des auteurs) est "moins pire" que ce qui risque de se passer (au bout d'un moment dire "tant pis, ils ont implicitement accepté"), mais ça ne me semble toujours pas satisfaisant.

              J'ai toujours détesté les chèques en blanc.
              Peut être que ça convaincra : la possibilité pour un projet de changer la licence sur accord de X% des auteurs casse toute la notion de copyleft (puisque techniquement du code livré sous licence libre avec copyleft pourrait être passé sous licence non libre sans accord de l'auteur).


              > C'est le cas de la plupart des projets demandant de céder son copyright par exemple GNU Emacs.

              Oui, c'est comme "tous les gagnants ont tenté leur chance".
              - Ca ne prend pas en compte tous ceux qui n'ont *pas* contribué à cause de la cession du copyright.
              - Ca ne prend pas en compte non plus ceux qui ont donné l'accord sans vraiment avoir fait attention à toutes les implications possible de changement de licence.
              - Ca ne prend pas en compte non plus ceux qui voient dans la cession du copyright uniquement un moyen de défendre la licence et ne croient pas à un futur changement important de licence au moment où ils cèdent leur copyright.




              Quand j'y pense je me demande même si leur formulaire prend bien en compte l'idée que chaque développeur doit non seulement être d'accord pour le changement mais *en plus* s'assurer qu'aucun de ses changements n'a pris du code à une appli GPL v2 qui n'a pas le "and later". Vu que ce n'est pas explicite et que les développeurs n'ont pas une mémoire infinie, le changement même me semble difficile.
              • [^] # Re: Cession du copyright ?

                Posté par . Évalué à 2.

                > Le réfractaire ne bloque pas "le projet", il bloque "sa contribution".
                Euh, tout dépends du composant, un contributeur important des kdelibs bloquerait tout le projet, mais le mainteneur d'un petit logiciel de mémo par exemple non.

                Le problème c'est que la GPLv2 et v3 telle quelle sont mutuellement exclusives. Ça va créer des problèmes au sein de KDE, avec d'autres projets passés en GPLv3 etc ...

                > que j'espère plus proche des 95% de code couvert que des 1/3 des auteurs
                Je proposais l'accord de 2/3 et non pas 1/3 des développeurs mais après la barre doit être laissé à l'estimation du projet.

                > J'ai toujours détesté les chèques en blanc.
                +1

                > Oui, c'est comme "tous les gagnants ont tenté leur chance".
                C'est avant tout un problème de confiance. Quitte à céder mon copyright à un organisme, il doit être digne de confiance, je pense que beaucoup considèrent la FSF comme digne de confiance. Néanmoins, dans le cadre de KDE, il vaudrait mieux confier cette lourde responsabilité à une "association" spécifique comme KDE e.V ou une autre.
                KDE aurait peut-être du poser la question avant de démarrer la réécriture, ça aurait évité cet imbroglio. En tout cas, c'est l'occasion pour certains projets de se poser la question de l'intérêt ou non de la centralisation de la gestion des droits d'auteur.
  • # Qui sera le héro ?

    Posté par . Évalué à -5.

    > Actuellement, il y a 80 développeurs qui ont donné leur accord pour ce changement, mais il y a aujourd'hui 1700 développeurs inscrits sur le dépôt SVN.

    Qui sera le héro qui osera dire « non » ? Afin de montrer l'absurdité de cette licence.
    • [^] # Re: Qui sera le héro ?

      Posté par . Évalué à -5.

      Bon pardon pour ma blague : d'autres l'on déjà faite (comment ça j'ai pas tout lu ?)
      Allez y j'ai l'habitude.
  • # Qt

    Posté par . Évalué à 5.

    Je me demande comment ils vont se débrouiller après ça pour pouvoir utiliser Qt qui est en GPLv2

    http://trolltech.com/company/about/businessmodel
    http://trolltech.com/products/qt/gplexception
    • [^] # Re: Qt

      Posté par . Évalué à 4.

      Franchement s'ils arrivent à avoir l'aval de 1700 dévelopeurs, ça sera une partie de plaisir de convaincre trolltech de passer à la GPL3 en comparaison.
      • [^] # Re: Qt

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Et puis c'est pas comme si KDE et Trolltech n'étaient pas comme larons en foire hein
  • # Liberté de...

    Posté par . Évalué à 0.

    Pas pour relancer une polémique mais je note qu'on est toujours pas libre de parler sa propre langue, toute v3 ou v2 que soit la GPL... Que penser alors de la légitimité d'un contrat de licence accepté sans être compris par les non-anglophones ou les personnes n'ayant pas eu la possibilité, la chance ou l'envie d'apprendre l'anglais?
    • [^] # Re: Liberté de...

      Posté par . Évalué à -1.

      En France, une licence doit être rédigée en Français, sinon elle n'a pas vraiment de valeur, si je ne me trompe pas. C'est entre autres pour ça que la Cecill a été créée.
      • [^] # Re: Liberté de...

        Posté par . Évalué à 5.

        Désolé de te contredire mais c'est pas vrai.

        La loi Toubon ne s'applique pas aux licences (qui sont des contrats)

        http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/lois/presentation_lo(...)

        Les exceptions visent les contrats des salariés étrangers non francophones, les documents reçus de l'étranger ou destinés à des étrangers,

        Après, c'est un argument utilisé par http://www.cecill.info/ mais qui n'est pas vrai. sauf si les organismes de recherche et établissements publics français sont à l'origine du produit.

        http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/lois/presentation_lo(...)

        Voilà, un petit rappel ne fait pas de mal :-)
        • [^] # Re: Liberté de...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Après, c'est un argument utilisé par http://www.cecill.info/ mais qui n'est pas vrai. sauf si les organismes de recherche et établissements publics français sont à l'origine du produit.

          héhéhé... La licence CeCILL a été écrite par le CEA, le CNRS et l'INRIA, qui sont justement des organismes publiques. A ba tiens, ça tombe bien...

          Dire "c'est pas vrai sauf", c'est un peu malhonnete comme tournure...

          Enfin, cette licence est aussi utile pour vendre du logiciel libre à des établissement public français.
          • [^] # Re: Liberté de...

            Posté par . Évalué à 4.

            La licence CeCILL a été écrite par le CEA, le CNRS et l'INRIA, qui sont justement des organismes publiques.

            Mais banane, la FSF n'est pas, elle, un organisme public français, et c'est de la GPL dont on parle ici (la CeCILL n'est qu'une réécriture de licence GPL-like).

            cette licence est aussi utile pour vendre du logiciel libre à des établissement public français.

            Pfff, les établissements publics français n'ont pas attendu la CeCILL pour "acheter du libre". Tu crois qu'ils refusent le noyau Linux sous prétexte que la GPL est en anglais peut-être ?
            • [^] # Re: Liberté de...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je ne relève pas le ton limite insultant.
              Mais banane, la FSF n'est pas, elle, un organisme public français, et c'est de la GPL dont on parle ici (la CeCILL n'est qu'une réécriture de licence GPL-like).

              Mmm, voyons-voir à quoi je répondais... https://linuxfr.org/comments/885735.html#885735 ha ba tiens, on parlais de la CeCILL...

              Pfff, les établissements publics français n'ont pas attendu la CeCILL pour "acheter du libre". Tu crois qu'ils refusent le noyau Linux sous prétexte que la GPL est en anglais peut-être ?

              Mon oncle a du utiliser la licence CeCILL pour vendre du logiciel libre (fait sur mesure) à l'éducation nationnale, car sinon, les juristes refusaient la licence en anglais. Après, que ce soit pas toujours le cas, peut-être, mais c'est parfois le cas, et la licence CeCILL répond à cette problématique.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.