La liberté n’a pas de prix, awards des jeux libres

Posté par . Édité par Julien Jorge, Davy Defaud, Benoît Sibaud et tankey. Modéré par tankey. Licence CC by-sa.
29
5
mar.
2019
Jeu

Pour faciliter la mise à disposition d’exemples libres de contenu vidéoludique de qualité, l’Association Francophone des GRAphistes professionnels Libres (AFGRAL) a décidé de mettre en place un concours de création de jeu 3D, avec Blender et Godot au programme du Grafik Labor de cette année (les 11 et 12 mai 2019).

La suite de la dépêche présente l’objectif et les moyens.

Dans le but de promouvoir au mieux l’utilisation des outils libres dans le milieu tendance de la création de jeu vidéo, et inciter à rejoindre la mouvance libriste, nous pensons au sein de l’AFGRAL qu’il est nécessaire de fournir au public :

  • des logiciels de qualité, ce qui est déjà en bonne partie le cas avec Godot et Blender, mais aussi d’autres logiciels ;
  • des presets et assets permettant une prise en main rapide avant de rentrer dans les détails : l’AFGRAL a financé cette année la création d’un template Godot dédié à faciliter la création de « plateformer 2D » pour les non‐programmeurs ;
  • des exemples de production de qualité pour Blender et le cinéma : c’est en cours, mais dans le jeu, cela reste encore plus difficile à prouver, car ceux qui l’utilisent ne s’en vantent pas toujours.

Ce concours repose sur quelques principes :

  • utilisation des logiciels Blender et Godot au moins ;
  • publication des sources du jeu sous licence libre et sources accessibles (évidemment) ;
  • répondre à l’incitation « la liberté n’a pas de prix » ;
  • et quelques autres mentionnés dans le règlement.

Enfin, pour encourager la production et l’utilisation de nouvelles fonctions qui font faire « ohhhh », l’AFGRAL a décidé de doter le concours d’un prix de 1 000 euros qui sera remis au vainqueur. Le jury et la remise des prix se feront dans les locaux de l’AFGRAL, hébergé par Activdesign à Rennes.

Les soumissions doivent être faites au plus tard le 5 mai 2019.

Aller plus loin

  • # Restrictif

    Posté par . Évalué à 9.

    C'est pas un peu restrictif d'imposer Godot et Blender ? Il existe une foultitude de frameworks et moteurs de jeu libres, pourquoi se restreindre à Godot ?

    • [^] # Re: Restrictif

      Posté par . Évalué à 10.

      Le but est de promouvoir en particulier certains outils pour les faire perce :
      - Nous croyons en Godot pour avoir écrit 2 livres à son sujet,
      - C’est un outil qui n’est pas réservé qu’à des purs dév et qui permet aux artistes, qui sont plus "marketing" de s’exprimer et du même coup de faire des productions qui tapent à l’oeil (on croise les doigts)
      - Il va y avoir une release dans quelques semaines pour Blender et pour Godot. Si on peut les mettre aussi en avant pour promouvoir les nouvelles features, le moment semble s’y prêter.
      - Godot a le même public que Unity, mais c’est Unity qui raffle tout, il ne faut donc pas laisser faire

      Voilà, seulement pour les aspects stratégiques qui conduisent à ce choix.

      • [^] # Re: Restrictif

        Posté par . Évalué à 7.

        Godot a des qualités indéniables, mais là, ce n'est pas la question, on parle de jeux libres. Il n'y en a déjà pas beaucoup, si en plus la technologie sous-jacente est imposée, il ne va plus rester beaucoup de candidats.

        • [^] # Re: Restrictif

          Posté par . Évalué à 4.

          Je ne connais qu'un seul jeu libre basé sur Godot (Tanks of Freedom) et je ne crois pas qu'il utilise Blender.

          splash!

        • [^] # Re: Restrictif

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          J’ai pensé la même chose. Blender et Godot c’est hyper restrictif pour l’état actuel du marché du jeu libre, il faudrait déjà pouvoir mettre en concurrence des jeux libres tout court, et il y en a déjà pas des masses. Je dit bien vraiment libre, là il n’y en a pas des masses.

          Dans le genre jeu vraiment libre, avec les sources de tout y compris des données et même les outils libres pour éditer ces données, il y a Xonotic donc on a parlé récemment, mais là, point de Godot. Du blender certainement du côté des modèles d’armes et des personnages etc. mais le moteur c’est du DarkPlaces (dérivé de la libération du moteur de Quake 1) et l’éditeur de niveau c’est NetRadiant (dérivé de la libération de l’éditeur de Quake 3).

          Dans le genre vraiment libre il y a aussi 0 A.D., dont on a souvent parlé ici, mais ça utilise un moteur maison (Pyrogenesis) et un éditeur de niveau maison. J’imagine que pour les modèles (personnages, bâtiments…) y a du Blender mais point de Godot.

          Si je prêche pour ma paroisse, bien qu’on n’a pas réussi à tout libérer encore, le jeu Unvanquished que j’ai découvert sur linuxfr avant d’écrire les articles moi-même utilise Dæmon pour le moteur (dérivé de la libération du moteur de Quake 3) et l’éditeur de niveau NetRadiant. Pour les modèles de personnage, armes et bâtiments oui il y a du Blender, notre animateur travaille sous Blender aussi.

          Donc oui, vraiment, il y a un cruel besoin de mettre en avant les moteurs et éditeurs libres et en particulier Godot et Blender, surtout en face de l’industrie mais j’ai peur que les jeux libres ne se bousculent pas au portillon si on limite à Blender et Godot, surtout au début. Il faut être clair : les moteurs libre précités ne sont pas des concurrents à Unity, alors que Godot oui, et je suis d’accord que la priorité aujourd’hui c’est de fournir une alternative à Unity pour que ceux qui ont besoin de ce type d’outil, et ils sont extrêmement nombreux.

          Mais pour une première édition, c’est pas un peu risqué d’exiger Blender et Godot ? Pour que l’initiative ait du poids il faut qu’elle soit populaire, et cette popularité il faut la construire. Pour soulever la terre il faut un levier assez long, et le « et » placé entre Blender et Godot en fait un tout petit levier.

          Sinon je trouve l’idée excellente, je m’inquiète seulement qu’elle soit trop restrictive pour générer le momentum nécessaire pour qu’elle ait l’impact qu’elle ambitionne d’avoir. Je découvre aussi l’AFGRAL et c’est cool.

          Les français sont très actifs dans le domaine du jeu libre (ils sont très actifs dans le logiciel libre en général), plein de français sont passés par Unvanquished, par Warsow (le fondateur est Fabrice “SoLomonK” Demurger avec son association « Chasseur de bot ») etc.

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Restrictif

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Ça a l'air sympa Godot, mais ce genre d'outil me fait peur sur le long terme: faire un jeu prends plusieurs années, je n'ai pas envie de le refaire régulièrement parce qu'un format ou une API a changé…

        Quelle est la philosophie, voire les engagements, de Godot sur le long terme (à 5 ans? 10 ans?).

        Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

        • [^] # Re: Restrictif

          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 09/03/19 à 16:38.

          Les développeurs de Godot sont, à l'origine, un studio de développement de jeux vidéo. Ils sont donc très au fait de ce genre de problématique, et ils cherchent principalement d'ailleurs à toucher des développeurs de jeux et des studios indépendants (des membres de Godot seront présents au Game Developers Conference, la grand-messe des développeurs de jeux vidéo, qui se tiendra le mois prochain à San Francisco).

          Les versions existantes (2.x, 3.0) continuent de recevoir des mises à jour, même si en ce moment l'effort est mis sur la sortie de la version 3.1.

          Pour plus d'informations, tu peux consulter le blog du projet qui est assez actif.

  • # Date limite un peu violente

    Posté par . Évalué à 1.

    Je trouve la date butoir complètement à côté de la plaque au vu de l'objectif du concours. Créer un jeu libre de qualité comme il est indiqué en deux mois, c'est très ambitieux.

    Pourquoi ne pas faire un concours similaire, mais avec des objectifs plus réalistes ? Quelque chose comme un an, me semble bien plus envisageable.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.