Législatives françaises et vote par internet pour les Français de l'étranger

Posté par (page perso) . Édité par Malicia et Xavier Claude. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
24
24
mai
2012
Justice

Rapide contexte

Après l'élection présidentielle en avril et mai, les Français doivent maintenant élire leurs 577 députés. Les dates de scrutin sont différentes suivant les circonscriptions (France métropolitaine, DOM-TOM, circonscriptions de l'étranger) et suivant le mode de vote (bulletin papier avec ou sans procuration, par ordinateur de vote, par correspondance, par internet pour les Français de l'étranger). Il convient de noter deux changements importants : le redécoupage de circonscriptions fait en 2010, et l'apparition du vote par internet.

Je m'intéresse au sujet du vote électronique depuis 2003, à la fois en faisant des revues de presse, en tant que citoyen et assesseur (pour plusieurs partis, je suis citoyen et non militant de tel ou tel parti) sur Issy-les-Moulineaux qui vote à 100% en ordinateurs de vote, en tant que libriste et depuis peu en tant délégué d'un candidat dans le cadre du vote par internet des Français de l'étranger.

Un lourd historique

Les problématiques du vote électronique sous toutes ses formes sont largement connues dans tous les pays qui s'y sont essayé.

Depuis la présidentielle de 2007, on connaît en France les problèmes démocratiques et techniques posés par les ordinateurs de vote utilisés en France, les incohérences du code électoral et les lacunes du règlement technique. Après une grosse couverture médiatique, des prises de position de tous les partis politiques, un groupe de travail au Forum des Droits sur Internet (j'en étais), un groupe de travail au Ministère de l'Intérieur, des articles scientifiques, etc., etc., rien n'a été fait… Mêmes ordinateurs, même version, même code électoral, même règlement technique.

Depuis l'élection de l’Assemblée des Français de l’étranger en 2006 (et les trois rapports accablants des experts) et les prud’homales parisiennes de 2008, les problèmes autour du vote par internet sont connus.

Et nous voilà en 2012

Ces législatives sont affublées dans la presse (y compris le Figaro) de déclarations du type « système inacceptable et peu fiable », « dangereux pour le secret du vote », « quasi imposture électorale », vote par internet sensible aux pressions sur l'électeur, risque non négligeable de piratage, graves menaces de fraudes, opacité et conflits d’intérêts, [dépossession du] citoyen de son droit démocratique, difficile conciliation entre transparence et sécurité, à haut risque, démocratie dans les mains d'un seul informaticien, etc.

Ai-je besoin d'en dire plus ? Quelle démocratie voulons-nous ? Car le problème n'est pas la technique ou les bugs, mais bien le contrôle citoyen, la transparence et la confiance dans le scrutin.

En attendant (quoi ?), le scrutin par internet pour les expatriés est lancé depuis hier (j'ai assisté à la réunion du bureau de vote électronique (BVE) ayant vérifié l'ouverture), et il connaît déjà les premières difficultés (« les certificats fournits (sic) ne forment pas une chaîne de certificats »). Si vous rencontrez des difficultés à voter par internet, n'hésitez pas à remonter vos témoignages via le site mis en place par le Parti pirate.

Du contrôle par chaque citoyen à la confiance imposée dans une élite non choisie

Pas la peine de faire des grands discours, un tableau synthétique explique probablement mieux les choses :

Méthode Bulletin papier/procuration/correspondance Ordinateurs de vote Par internet
Scrutin Matériel Dématéralisation Dématérialisation
Contrôle citoyen Possible Impossible Impossible
Explicable à tous Oui Non (compétences techniques requises) Non (compétences techniques requises)
Concernés directement Environ 44 M. d'inscrits De 1 à 1,5M. d'inscrits Environ 700.000 inscrits
Liste électorale Émargement papier Émargement papier Dématérialisée
Urne Transparente (depuis 1991, même si le ministère l'oublie) Boîte noire opaque Boîte noire opaque
Code électoral Adapté/patiné au fil des ans Bricolage non corrigé depuis Modifications récentes
Règlement technique Éprouvé Ne dit rien sur le logiciel… ?
Partie logicielle N/A Secret industriel tamponné par des experts Secret industriel tamponné par des experts
Problèmes techniques N/A Connus et non corrigés Les premiers apparaissent…
Fournisseurs de solution/problème N/A Nedap, ES&S, Indra Scytl+Atos
Respect de la langue française (Constitution…) Oui Non Non
Vote blanc Possible Officialisé Officialisé
Vote nul Possible Non Non
Rituel républicain Oui (sauf correspondance) Plutôt non Non
  • # les certificats fournits ne forment pas une chaîne de certificats

    Posté par . Évalué à 5.

    J'ai rencontré ce problème en votant ce matin. Java 1.7 n'est pas supporté. C'est intéressant, car c'est la seule version qui est proposée lorsque l'on va sur le site d'Oracle.

    Donc:
    1. Je vais sur le site de vote avec mon PC tout neuf. Il me demande d'installer Java, ce que je fais en cliquant sur le lien proposé
    2. Je me prend cette erreur relativement cryptique
    3. La FAQ du site me dit que cette erreur est dûe à Java, je n'ai qu'a réessayer à partir d'un autre ordinateur (ben voyons)

    (et attention, par "PC tout neuf" dans le premier point, il faut comprendre "une VM de Windows 7", parce que bien entendu chez moi ça ne marche pas avec Safari sous Mac OS 10.7 [trolls s'abstenir][et les paranos me diront justement qu'on a peut être pas forcément envie de laisser un programme d'Etat s'executer sur notre machine principale]).

    La solution était triviale—il m'a suffit de démarrer une (autre) vieille VM qui, il se trouve, avait un Java 1.6 d'installé, et le vote s'est bien passé. Ma grand-mère pourrait sans doute en faire autant, et moralité: n'installez jamais de mise à jour de sécurité.

    On dit que Linux n'est pas près pour le desktop, mais à coté de cette expérience de vote je pense que Gentoo devient plaisant ;)

    Et sinon, j'ai reçu un magnifique numéro de confirmation et un hash de 4096 bits certifiant que mon vote était pris en compte, avec un message de bon gros cryptographe qui explique que le vote est invalide sans le hash (comprendre "pour que la vérification du vote ait un sens, il faut regarder le numéro de confirmation et le hash").

    Vivement le deuxième tour.

  • # Rituelrépublicain et langue française

    Posté par . Évalué à 4.

    Dans le tableau, deux lignes « Rituel Républicain » et « Respect de la langue française » ne sont pas très claires. Est-ce que tu pourrais donner plus de détails ?

    • [^] # Re: Rituel républicain et langue française

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Rituel républicain : le fait que le moment est solennel, le scrutin est le jour où la démocratie est directement redonnée aux citoyens électeurs, la pompe crée du respect, bref c'est très psychologique.

      Respect de la langue française article 2 de la Constitution :

      • dans la procédure bulletin papier, tous les documents officiels, tous les bulletins, toutes les professions de foi, tous les procès verbaux, bref tout est en français
      • dans le vote par ordinateur de vote - en tout cas sur les machines américaines ES&S iVotronic - les tickets d'ouverture et de clôture de scrutin ne sont pas affichés des caractères accentués ou avec cédille ou ligatures (y compris les noms des candidats) et comportent par exemple des petits coeurs à la place, les ordinateurs de vote comportent des messages en anglais, etc.
      • dans le vote par internet, j'ai eu confirmation du bureau de vote électronique (BVE) qu'une partie des documents officiels comportent des messages en anglais aussi (et j'ai vu les logs applicatifs en anglais des serveurs aussi).
      • pour résumer : si le fournisseur de la solution est non-francophone, il n'a pas forcément pris en compte cette contrainte, et visiblement rien n'est vraiment fait pour une mise en conformité sur ce point (de la part du client ou du vendeur) dont on pourrait penser qu'elle figure au cahier des charges.
      • [^] # Re: Rituel républicain et langue française

        Posté par . Évalué à 2.

        Il manque des points dans la liste de critiques qui ont pourtant servi de base pour la mise au point du processus papier :
        * la garantie de l'anonymat du vote
        * l'absence de preuve de vote

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Rituel républicain et langue française

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Méthode Bulletin papier/procuration/correspondance Ordinateurs de vote Par internet
          Garantie de l'anonymat du vote Oui (sauf procuration avec consigne donnée) A priori ni prise d'empreinte, ni enregistrement audio du nom annoncé, ni enregistrement de l'ordre de passage (et la liste d'émargement est séparée et papier), ni… Non (identifiant/mot de passe saisis, bulletin et émargement dématérialisés)
          Absence de preuve de vote pour tel candidat ou blanc/nul Oui (une enveloppe comme une autre) Oui (sur iVotronic l'écran final de confirmation n'indique pas le candidat) Oui (on peut imprimer une preuve de vote, mais sans le nom du candidat ou blanc)
          Déni de service Difficile à faire (vol d'urne, des bulletins, etc.) et localisé Possible localement (attaque physique ou vol de l'ordinateur) mais plus difficilement sur la commune (configuration des ordi.) ou globalement (bombe logicielle) DDoS possible sur le site internet, filtrage par un pays voyou, etc.
          • [^] # Re: Rituel républicain et langue française

            Posté par . Évalué à 2.

            Sur internet, pour le point 2, je serais plus circonspect. Il est possible de faire un enregistrement vidéo si il n'existe pas de page qui dise "vous avez voté bidule". Pire, il est possible que la personne qui veuille une preuve du vote, fournisse un logiciel pour voter à sa place.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Rituel républicain et langue française

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Tu peux aussi filmer avec une caméra miniature l'électeur dans l'isoloir et jusqu'à l'urne, ou devant l'ordinateur de vote. Ce n'est pas facilement réalisable à grande échelle en multi-bureaux de vote.

              Plus simplement : tu peux vendre tes identifiants de vote par internet.

          • [^] # Re: Rituel républicain et langue française

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Pour l'absence de preuve du vote particulier de quelqu'un, on n'en sait rien du tout justement : avec une machine, on ne peut pas vérifier si l'ordre des bulletins n'est pas enregistré, or avec l'ordre, on peut déterminer qui a voté quoi.

  • # Les gens s'en foutent

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Si les gens étaient vraiment concerné par le problème, ça fait longtemps qu'ils se seraient plaints. Même les votes en trop lors des élections belges n'ont tracassé personne. Les gens se foutent bien se savoir ce qui advient de leur vote.

    « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

    • [^] # Re: Les gens s'en foutent

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      C'est un choix de société comme un autre dans l'absolu… Je dirais que soit on estime que c'est une démocratie dont les scrutins sont directement contrôlés par les citoyens (auquel cas il faut revoir le vote électronique…), soit on considère qu'avoir une élite qui vérifie est suffisante (auquel cas autant avoir le courage de le dire au peuple et de le mettre dans le code électoral…). La démocratie nécessiterait de poser la question aux citoyens et d'obtenir une majorité sur le sujet. Je trouve la situation actuelle bancale : on le fait, un peu mais pas trop, et si possible sans rien toucher et en espérant que personne ne se plaigne trop et que rien de grave n'arrive. Force est de reconnaître que cette approche bancale marche malheureusement assez bien.

      • [^] # Re: Les gens s'en foutent

        Posté par . Évalué à 8.

        C'est vrai que tant qu'à considérer qu'une majorité de personnes est constituée de gens trop cons pour faire un choix viable pour le pays, et que seule une élite décide pour le bon peuple, je préfère que nos dictateurs soient choisis autrement que parce qu'ils étaient les meilleurs tricheurs.

  • # L'avis des Français métropolitains

    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 24/05/12 à 19:49.

    Je ne suis déjà pas à la base favorable au vote par internet ou par correspondance.

    Mais les problèmes soulevés icite me font passer de l'état "c'est pas terrible, mais cela ne me concerne pas directement" à "c'est une honte, et si demain le système se généralise, ce sera trop tard, il faut agir maintenant".
    Bref, quels sont les moyens de lobbying citoyen utilisables par un métropolitain (donc non directement concerné) pour agir contre ce système?
    Le premier auquel je pense est d'envoyer un mail à chacun des candidats de ma circonscription, en leur demandant leur position sur le sujet, mais existe-t-il des actions nationales, à l'instar de ce qui a été fait pour les présidentielles, et auxquelles on pourrait faire référence, pour donner plus de poids?

    • [^] # Re: L'avis des Français métropolitains

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Des pistes :

      • du côté associatif/militant, je dirais http://ordinateurs-de-vote.org/ et http://ethique-citoyenne.org/
      • du côté politique, un parti où vous pensez pouvoir agir en ce sens (et qui fera quelque chose concrètement au final)
      • du côté citoyen, être scrutateur/délégué/assesseur sur le vote papier, écrire vos remarques sur les procès verbaux électoraux, interpeller les candidats sur le sujet et leur faire prendre une position, aller au contentieux devant le Conseil constitutionnel pour les plus motivés ou ceux ayant constaté de soucis graves
      • du côté scientifique, continuer les études et les analyses sur le sujet (la thématique est large : statistiques, accessibilité, psychologie, etc.)
      • du côté ingénierie, euh trouver une hypothétique solution parfaite
      • du coté du législateur : clarifier l'existant déjà (par exemple arrêter de vouloir faire croire qu'une machine mécanique de 1960 et un ordinateur de vote c'est pareil dans le code électoral, éviter les paradoxes du type a) 1 bureau de vote = 1 urne et 1 isoloir pour 300 électeurs, b) 1 ordinateur de vote = 1 urne et 1 isoloir, c) 1 seul ordinateur de vote par bureau de vote)
  • # Justification ?

    Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 24/05/12 à 20:29.

    La grande question que je me pose (et qui n'est pas soulevée) est la suivante:
    Quels sont les avantages de proposer les différentes solutions de vote et les inconvénients de chacune ?

    J'ai en tête les comparatifs suivants, mais je ne connais pas la réponse:
    - coût du vote ? Le vote papier est-il plus ou moins couteux à organiser en terme de logistique (vs le coût d'un contrat qui part à l'étranger parce qu'il semblerait que les informaticiens français ne sont pas assez compétents)
    - empreinte écologique (pas de papier imprimé ?)
    - Facilité du vote à distance (vs procuration). Ne serait-il pas plus pratique de simplifier au maximum la demande de procuration ??
    - Rapidité du vote (et donc moins de queue au bureau de vote)
    - Rapidité de dépouillement

    Bref, pourquoi veut-on nous imposer les machines de votes électroniques et le vote par Internet ?

    De mon côté de l'Atlantique, je peux voter depuis hier. Ma colloc votera probablement par Internet (en machine virtuelle sur mon ordi. Elle a Ubuntu et je n'ai pas envie de lui installer la version java 6 Oracle juste pour cela). De mon côté je me déplacerai au bureau de vote dans 2 semaines.

    • [^] # Re: Justification ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      coût du vote ?

      Les réponses des mairies varient suivant à qui on demande dans le cas du vote par ordinateur de vote…

      Le coût par électeur pour l'AFE par internet de 2006 était énorme. Je ne sais pas pour les prud’homales parisiennes de 2008.

      empreinte écologique (pas de papier imprimé ?)

      La quantité de papier des bulletins par électeur (inférieure au spam papier dans les boîtes aux lettres par exemple) est assez négligeable par rapport à des ordinateurs de vote (pour les ES&S iVotronic, écran tactile à cristaux liquides, électronique, batteries, etc.). Et de toute façon il faut bien leur envoyer la propagande électorale (les professions de foi). Pour le vote par internet, c'est plus difficile à évaluer avec les infos disponibles pour l'instant.

      Facilité du vote à distance (vs procuration). Ne serait-il pas plus pratique de simplifier au maximum la demande de procuration ??

      En vote à distance, il ne reste que par correspondance et par internet.

      Rapidité du vote (et donc moins de queue au bureau de vote)

      Les ordinateurs de vote (en tout cas les iVotronic) créent plus de files d'attente : les lenteurs de l'interface, la découverte de la machine pour les nouveaux sur la commune, le temps pour choisir et confirmer sur la seule machine disponible, l'absence d'isoloirs - pas de parallélisme - pour préparer son vote et le fait que l'émargement est inchangé, etc. ; il est d'ailleurs quasi impossible de faire voter l'ensemble d'un bureau de vote de 1000 électeurs en 10h (36s par électeur) sur une telle machine à voter, heureusement qu'il y a de l'abstention…

      Sauf saturation serveur, il n'y a pas de d'attente particulière en vote par internet.

      Rapidité de dépouillement

      Clairement en électronique ça va plus vite, c'est instantané, c'est bien le seul avantage incontesté. On n'est pas trop sûr du résultat par contre. Mais on peut recompter autant de fois que l'on veut avec le super bouton "Recomptage" et la machine qui est patiente te redonne le résultat…

      Autres avantages habituellement évoqués : cela pourrait permettre de faire voter plus (mais ce n'est pas l'effet constaté pour l'instant) ; cela pourrait permettre d'autres méthodes de vote (mais ce n'est pas le cas actuellement) ; cela fait disparaître les nuls et monter les blancs ; cela pourrait permettre de voter plus souvent.

      • [^] # Re: Justification ?

        Posté par . Évalué à -1.

        Au final, on est bien d'accord que le vote avec les machines électroniques ne présente aucun réel avantage (sauf la rapidité de dépouillement, je suis bien d'accord, mais dans la mesure où la validité du résultat est sujette à caution…) et j'ai bien du mal à croire que cela va perdurer bien longtemps (on est déjà en régression par rapport à 2007).

        Le vote par Internet risque par contre d'avoir une plus grande popularité, si l'utilisateurélecteur ne rencontre pas trop de problèmes (ce qui heureusement risque d'être le cas cette année, ce qui devrait limiter l'adoption).

        Le problème aussi, c'est que les médias risquent de pousser pour son adoption:
        on pourra fermer tous les "bureaux" à 19h59 le dimanche et avoir une belle animation 3d à 20h00 sur les chaînes nationales. Ça ne changera rien (cette année les rédactions, et n'import quelle personne qui a Internet, avaient les résultats dès 17h00 alors qu'aucun bureau ou presque n'est fermé avant 18h), mais bon.

    • [^] # Re: Justification ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Ne serait-il pas plus pratique de simplifier au maximum la demande de procuration ??

      C’est une blague ?

      La procédure actuelle, c’est :
      — faire la procuration : se pointer au bon endroit (commissariat, gendarmerie, tribunal d’instance, consulat ou ambassade) avec une pièce d’identité, remplir un petit formulaire et se le faire tamponner ;
      — utiliser la procuration : se pointer à son bureau de vote et voter deux fois.

      Comment proposes-tu de simplifier ça ?

      • [^] # Re: Justification ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Bah, puisqu'ils sont prêts à faire voter des gens en leur envoyant des codes par SMS, ils pourraient carrément permettre de procurer en envoyant un SMS à un serveur du Ministère.

        Comment ça, une connerie ? Ah, mais le vote par Internet ce n'est pas mieux, les identifiants c'est bien comme ça qu'ils sont envoyés hein.

        • [^] # Re: Justification ?

          Posté par . Évalué à 7.

          Dans ce cas, pourquoi faire une procuration ? Autant voter par téléphone : « Pour éliminer Nicolas, tapez 1. Pour élire François, tapez 2. »

          En plus, au prix de ce genre de vote, on pourrait boucher la dette…

          • [^] # Re: Justification ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Euh, tu ne vois vraiment pas la différence entre une procuration à une personne de confiance, publiée publiquement, et un vote par téléphone/internet ?

          • [^] # Re: Justification ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Et après tout, pourquoi on ne supprimerait pas tout simplement le vote. Après tout, ça règle tous les problèmes d'un coup, plus besoin de machine et on prend les décisions en petit groupe, c'est beaucoup mieux.

            • [^] # Re: Justification ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              Bonne idée. Cependant, pour que les décisions se passent, je pense qu'il faudrait un responsable qui devrait mettre en application les décisions et vérifier que la prise de décision se déroule correctement. Je propose que chacun écrive le nom de la personne qu'il désire en tant que responsable et on mettra ça dans un chapeau (pour que ne sache pas qui veut qui afin d'éviter les pressions).

              « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

        • [^] # Re: Justification ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Ou utiliser les accès standards via monconsulat.fr, quitte à rajouter une protection supplémentaire pour confirmation.

          C'est à mon sens beaucoup moins dangereux que le vote par internet car :

          • Tout est public, les procurations distribuées sont sur les listes d'émargement
          • la limitation des procurations par porteur limite la fraude à grande échelle
          • donner une procuration, ce n'est pas renoncer à son droit de vote (dans les faits, le premier arrivé au bureau de vote entre le procurant et le procurateur a le droit de voter)
          • ne change rien à la vérification du scrutin

          On conserve le côté populaire "pratique" (pas besoin de faire des centaines de kilomètres pour trouver un fonctionnaire du consulat, consulat ouvert qu'en semaine) sans renoncer au contrôle du vote. Les procurations c'est pas nouveau non plus, rajouter internet ne change pas grand chose à l'existant (la protection n'est pas sur le fait de rencontrer un fonctionnaire, mais sur la limite du nombre de procurations par porteur).

          • [^] # Re: Justification ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            J'aime bien l'idée de la procuration simplifiée, ça apporte de l'eau au moulin. En particulier, ça permet d'insister sur les problèmes du vote électronique :
            – On n'a qu'à simplifier la procuration, en les déclarant par Internet par exemple.
            – Ah mais non, il faut être sur place pour signer, pour que l'administration ait une preuve de la procuration, sinon il pourrait y avoir des fraudes, du piratage…
            – Ah, parce que le vote directement par Internet c'est mieux alors ? Les preuves ne sont pas meilleures, et les fraudes sont encore plus faciles !

  • # Reconnaissance optique

    Posté par . Évalué à 1.

    Quand j'en ai discuté avec des assesseurs membres des différents partis locaux, tous m'ont dit qu'ils gagnaient un temps fou au dépouillage, qu'avec le papier ils manquaient toujours de volontaires pour le faire et qu'il y avait de nombreux recomptages.

    Bref, pourquoi ne pas proposer un compromis à base de scrutin classique avec des bulletins papier et des urnes transparentes, mais dont le dépouillement serait fait par des machines compteuses qui « liraient » les bulletins ? Ceux-ci pourraient alors toujours être recomptées à la main en cas de doute sur la sincérité du résultat du dépouillement.

    • [^] # Re: Reconnaissance optique

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Le problème des citoyens insuffisant en nombre pour le dépouillement est un faux problème. Il suffit de communiquer sur le sujet pour mobiliser. Comme poser la question lors du vote. Et si vraiment il y a des problèmes à mobiliser, on fera comme pour les jurys populaire : on tirera au sort des volontaires sur la liste des inscrits.

      Quand à la possibilité d'une liseuse automatique, il faut bien ne jamais avoir assisté à un dépouillement pour le proposer. Ou ne pas avoir compris la méthode de dépouillement.
      La méthode employée permet de réduire au maximum les triches, en déléguant un rôle spécifique à chaque participant d'une table. L'ouverture de chaque enveloppe, et la révélation de son contenu, ne peuvent pas être effectué par une machine. L'état du bulletin plié ou non dans l'enveloppe, la position du rabat de l'enveloppe, la qualité du bulletin et de sa quantité, tout ceci fait que la conception et le bon fonctionnement d'une machine à compter serait soumis à des aléas intolérables.

      La méthode de dépouillement est simple et universel, permettant à chaque citoyen de contrôler le scrutin et la sincérité de son expression. Vouloir y renoncer pour un peu de confort (économiser une heure de temps) me parait infâme.

      • [^] # Re: Reconnaissance optique

        Posté par . Évalué à 1.

        Je faisais que poser la question hein. Merci d'y avoir répondu ! (de manière convaincante par ailleurs)

  • # Il ne faut pas expliquer; il faut montrer.

    Posté par . Évalué à 10.

    Après beaucoup de réflexion sur la question depuis plusieurs années (je suis isséen aussi, donc concerné au premier chef, puisque parmi les premiers privés de vote), je suis arrivé à la conclusion qu'il n'existe qu'un seul moyen susceptible de faire comprendre à nos concitoyens que le vote électronique est un recul démocratique inadmissible.

    Je ne parle pas du public de linuxfr; je parle de l'immense majorité de nos concitoyens, incompétents en informatique, incapables d'un raisonnement logique un tant soit peu poussé, inintéressés par la question, trop confiants en leur personnel politique, voire cumulant plusieurs de ces caractéristiques et d'autres que j'oublie…

    Le seul moyen, c'est une démonstration. Il faut réussir à truquer une élection, et donner dans un bureau de vote ou une commune (plus ce sera vaste, plus ce sera efficace) un résultat tellement absurde que le problème ne pourra être ignoré et mettra les nez de tous les Santini de France dans leur merde. Et le refaire autant de fois que nécessaire.

    Ça ne veut pas dire que vos efforts sur le sujet, de toi Benoît et de tous les autres, soient inutiles. Simplement ils ne doivent pas viser à convaincre les masses, c'est sans espoir. Ils doivent viser à convaincre LE gars ou LA fille quelque part qui a les compétences et qui se trouve dans la position de modifier une machine à voter ou son soft.

    Oui TOI, je te parle. La responsabilité de sauver la démocratie dans ce pays repose sur tes épaules, et ça te coûtera cher. Mais c'est nécessaire.

    • [^] # Re: Il ne faut pas expliquer; il faut montrer.

      Posté par . Évalué à 1.

      Exact, d'ailleurs, je propose à toutes les bonnes âmes qui sont consultants en sécurité dans les environs d'essayer de montrer les failles du site accessible par là. Je vous aide, paul da silva a peut-être des pistes. Mais c'est pas encore concluant :)

      Si jamais ça marche de faire dérailler le truc (ce qui en plus est sûrement tout à fait illégal…), ça n'empêche que ça aura sûrement un impact médiatique suffisamment fort pour qu'on n'ose pas recommencer tout de suite (que que les c_, c'est à ça qu'on les reconnaît ,)

  • # "y compris le Figaro"

    Posté par . Évalué à 7.

    J'aime beaucoup "y compris le Figaro".

    D'un autre côté c'est assez normal, le Figaro est le principal quotidien national d'opposition. Il est donc normal qu'il s'oppose aux actions et décisions du Gouvernement, fussent-elles d'avant mai 2012.

  • # Français de l'Etranger

    Posté par . Évalué à 1.

    Dans les commentaires, il y a une dimension qui manque selon moi. Je suis d'accord avec l'idée que le vote papier est le plus simple, le plus à même de garantir l'anonymat du vote, et la sécurité du dépouillement.

    Cependant, et surtout pour les français de l'étranger, ce n'est pas toujours possible de se déplacer (regardez où sont les bureaux, dans les pays à grande superficie): il faut parfois faire plus de 500 km pour se rendre dans son bureau de vote. Et ce, 4 fois en deux mois. De plus il y a beaucoup d'abstention à l'étranger (environ 50% aux présidentielles cette année). La procuration ? Je suis sûr de ne pas être le seul ne connaissant personne qui va voter à mon bureau de vote. Et pourtant j'habite dans la même ville. Si la forte abstention sur un scrutin national n'a que peu d'impact (environ 300 000 personnes qui ne se déplacent pas… ça fait moins de 1 point d'abstention). Sur l'élection de députés 'localement', c'est beaucoup plus dommageable.

    Donc, il faut trouver des solutions techniques qui permettent aux gens de voter sans faire de longs voyages, et qui les incitent à voter (par une facilité). Au premier point, seuls le vote sur internet et par correspondance le permettent. Donc je ne suis pas pour une généralisation de ce type de solution, mais dans le cas des français de l'étranger, ça a le mérite de tenter d'apporter une solution.

    Maintenant, techniquement on peut parler des problèmes… et là, je vous rejoins sur le manque de transparence, et surtout sur l'obligation d'utiliser une certaine version d'un certain logiciel propriétaire. Ce qui m'a posé quelques problèmes, personnellement.

    En attendant j'ai voté moi-même sur internet, pas tant par conviction que par curiosité. Passer par le système pour voir ce qu'il en est. Et aussi parce que le 3 juin, je ne suis pas vraiment dispo. Et je n'ai eu aucun problème de serveur.

    • [^] # Re: Français de l'Etranger

      Posté par . Évalué à 2.

      Je suis aussi un français de l'étranger, qui a fait quelques centaines de kilomètres pour voter aux deux tours des présidentielles. C'est pas agréable, soit. Mais Internet n'est absolument pas la bonne réponse. À quoi cela sert-il de donner le droit de vote (pour rappel, les législatives n'étaient pas là avant) si c'est pour ensuite biaiser le scrutin pour « augmenter la participation » ?

      On peut à mon avis discuter de facilités, du genre pourquoi organiser les présidentielles à des dates différentes des législatives (tout un programme en soit…). De la création de plus de bureaux de vote à travers les territoires (quand 8000 électeurs sont appelés à voter au même endroit, on peut probablement améliorer le truc en répartissant mieux). Il ya clairement des choses à améliorer, mais la participation ne doit pas se faire au détriment de la sincérité.

    • [^] # Re: Français de l'Etranger

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Et je n'ai eu aucun problème de serveur.

      Justement, la beauté de la chose, c'est que tu ne sais pas si tu as eu un problème de serveur, tu sais juste que le serveur t'as répondu "ok, c'est bon!".
      Non seulement tu ne le sais pas, mais il y a des très grande chance que tu ne le saches jamais.
      C'est pour ça que c'est si dangereux!

    • [^] # Re: Français de l'Etranger

      Posté par . Évalué à 1.

      Et bien la prochaine, si le Parti pirate est au pouvoir, tu voteras sans doute par correspondance. Les risques de fraude massive sont moindres, et ça sera sans doute plus facilement accepté. Si t'as Internet, t'as sans doute aussi un papier un crayon et une poste non ?

  • # Réglement imposant les spécifications techniques

    Posté par . Évalué à 0.

    L'un des candidats aux législatives pour la circonscription de l'étranger nous a communiqué le texte de loi fixant les détails techniques du vote électronique.
    Je trouve ce texte très intéressant (notamment concernant le protocole d'auto-vérification du dépouillement par les électeurs).
    Je l'ai copié sur un nopaste pour le partager ici, et pour que tout le monde puisse chercher les failles ; )
    http://nopaste.info/085e02436b.html

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.