Logiciel de gestion de moulin à huile

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud et Ysabeau. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
49
11
juil.
2020
Python

La verticalisation métier d’Odoo pour les moulins à huile sort de l’ombre ! Après la verticalisation métier d’Odoo pour les abbayes, l’abbaye du Barroux annonce la publication sous licence AGPL de la verticalisation métier d’Odoo pour les moulins à huile.

L’abbaye du Barroux, une abbaye bénédictine située près du mont Ventoux, possède et opère un moulin à huile. Il permet de fabriquer de l’huile d’olive à partir des olives récoltées par les moines et par des oléiculteurs situés à proximité. Un moulin à huile, comme toute usine agroalimentaire, se doit d’assurer une traçabilité de bout en bout, depuis le champ d’oliviers jusqu’à la bouteille d’huile. Il existe des logiciels métier spécialisés pour les moulins à huile, mais ils sont généralement propriétaires, anciens et ne fonctionnent que sous Windows. Les moines du Barroux, qui étaient déjà équipés d’Odoo, ont préféré investir dans le développement d’une verticalisation métier d’Odoo pour les moulins à huile et ont confié la réalisation de ce développement à la société Akretion. Cette verticalisation métier tire parti de la gestion de stock et de production d’Odoo qui assure la traçabilité par lots et la gestion des dates de péremption. Elle est complètement intégrée avec le module de facturation d’Odoo.

Cette verticalisation a subi son baptême du feu lors de la campagne 2018, et a été perfectionnée lors de la campagne 2019. Elle continue d’être améliorée en vue de la campagne 2020 qui démarrera fin octobre et dure deux mois.

Types de production gérés

Le moulin à huile de l’abbaye du Barroux est certifié BIO ; il peut donc produire de l’huile d’olive BIO à partir d’olives cultivées par des oléiculteurs certifiés BIO, mais aussi produire de l’huile d’olive conventionnelle à partir d’olives conventionnelles. La verticalisation métier d’Odoo gère donc la production séparée d’huile d’olive BIO et conventionnelle.

La méthode de production utilisée est le lot par lot : quand un oléiculteur apporte un palox (palox signifie palet box, c.‑à‑d. caisse‑palette en français) rempli avec ses olives, il pourra repartir avec son huile, car chaque palox est traité de façon séparée.

Quand un oléiculteur apporte ses olives au moulin, il a le choix entre :

  • récupérer l’huile produite à partir de ses olives ;
  • vendre l’huile produite au moulin, qui la commercialisera sous sa propre marque ;
  • un mix des deux : récupérer un peu d’huile pour sa consommation personnelle… et vendre le reste au moulin !

Le logiciel gère la fabrication séparée de plusieurs types d’huile au sein du même moulin. Par exemple, dans le cas de l’abbaye du Barroux, les moines produisent trois types d’huile :

  • le fruité vert, produit à partir d’une olive jeune, principalement de la Verdale de Carpentras ;
  • le fruité mûr, produit à partie d’olives bien mûres, principalement de la Tanche et de la Verdale ;
  • le fruité noir, l’huile de nos grands‑mères, produite à partir d’olives ayant subi une étape de fermentation contrôlée (c’est la meilleure des trois, croyez‑moi !)

Fonctionnalités

Les modules Odoo pour le moulin à huile gèrent :

  • la traçabilité complète depuis la parcelle jusqu’à la bouteille, en passant par l’apport, la presse et les cuves ;
  • la gestion des parcelles cadastrales, des parcelles culturales et des méthodes de culture pour chaque oléiculteur ;
  • la gestion des apports d’olive : pesée, sélection, affectation d’un type d’huile, regroupement en palox en cas de petits apports ;
  • la gestion des presses : ordonnancement, pesée de l’huile en sortie de chaque presse, calcul des rendements, répartition de l’huile (en cas d’apports multiples regroupés dans un même palox), gestion de la freinte ;
  • la gestion des retraits d’huile (pour l’huile retirée par les oléiculteurs) avec gestion des contenants ;
  • la gestion des cuves (pour l’huile achetée par le moulin) par type d’huile et par campagne (mélange impossible !) : suivi du niveau des cuves, transfert de cuve total ou partiel ;
  • la gestion de l’embouteillage à partir des cuves : création des lots et des dates de péremption ;
  • l’édition d’un rapport complet de traçabilité pour chaque lot, permettant de remonter à chaque parcelle, chaque apport et chaque presse ayant participé à la composition de l’huile ;
  • la gestion des analyses d’huile (indice de peroxyde, acidité) ;
  • l’auto‑génération des factures client (presse des olives au kilogramme, options diverses, taxe AFIDOL) et des factures fournisseur (achat de l’huile par le moulin) ;
  • la génération des rapports mensuels FranceAgriMer, pour le Ministère de l’agriculture (cette spécificité française est gérée dans un module dédié).

Simplicité

Lors du développement, une attention toute particulière a été portée à la simplicité et à l’ergonomie. Tous les processus du moulin reposant sur des mouvements de stock ou des ordres de production d’Odoo sont utilisés via des écrans métier conçus spécifiquement pour les opérateurs du moulin. Ainsi, les opérateurs n’ont pas besoin d’apprendre le fonctionnement de la gestion de stock d’un ERP : ils sont guidés à chaque étape par des écrans spécifiques, comme dans un logiciel métier pour moulin à huile.

Aller plus loin

  • # Bravo !

    Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

    Salut,

    Je ne suis pas très fan d'Odoo au niveau du modèle économique, mais il y a des bons points quand même à ne pas négliger.

    Je ne suis pas très fan des bénédictins, vu que je suis athée, mais en général on arrive à communiquer ensemble quand on a fini sur ce point (qui va assez vite).

    Mais là, je dis bravo : il fallait en vouloir pour le faire !

    Bonne continuation :)

  • # Que demander de plus ?

    Posté par  . Évalué à 9 (+8/-0).

    La gestion de l'huile d'olive bio au plus fin par un logiciel "bio" !
    Que demander de plus !
    Merci beaucoup pour ce partage et merci aux moines de cette Abbaye d'avoir permis cela !

  • # Très belle abbaye

    Posté par  . Évalué à 2 (+2/-1).

    J'y allais quand j'étais petit.

    arnaud

  • # « Verticalisation métier »

    Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0).

    « Verticalisation métier» ?
    Qu'est-ce à dire que ceci ?

    Question subsidiaire :
    Et qu'est-ce que serait l'axe horizontal alors ?

    En marge de cette question,
    J'aime beaucoup cette idée de moines connectés et conscients de librisme…
    Il y a une résonance assez agréable dans ces deux modes de pensée.

    • [^] # Re: « Verticalisation métier »

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+7/-0).

      Quand une entreprise se développe verticalement, elle reprend à son compte des activités en amont ou en aval de son activité (par exemple elle va fabriquer des composants qu'elle achetait, ou va vendre elle-même au particulier au lieu de passer par des grossistes).

      Quand une entreprise se développe horizontalement, elle reste sur le même créneau mais va vendre davantage du même produit.

      • [^] # Re: « Verticalisation métier »

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-3).

        Dans le domaine informatique, on parle de scalability / passage à l'échelle / évolutivité :

        • verticale quand on utilise des machines plus grosses, avec plus de capacité CPU / mémoire / disque / réseau
        • horizontale quand on met plus de machines
        • par l'architecture si on revoit la répartition des fonctions pour permettre plus de souplesse

        Cf https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Scalability

      • [^] # Re: « Verticalisation métier »

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        Pour le vertical je suis d'accord, maitrise de la chaine de la matière première à la vente au client final.

        Pour l'horizontale j'aurais plus dit qu'elle étant sa gamme de produits. Par exemple si elle vendait des claviers , elle se met a faire des souris et le tapis qui va avec, le casque audio, la webcam, etc.

    • [^] # Re: « Verticalisation métier »

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+8/-0).

      Dans le domaine des ERP (PGI en français, progiciels de gestion intégrés, terme qui désigne les logiciels tout-en-un qui font la compta, la gestion de stock, la fabrication, l'administration des ventes, les achats, la CRM, etc…), une verticalisation métier désigne un développement logiciel générique qui adapte l'ERP à un certain secteur d'activité. Par exemple, une usine agroalimentaire n'aura pas les même problématiques qu'un équipementier télécom, ou qu'un fabricant d'avions. Ils auront tous besoin de générer des stocks, les fabrications et les achats… mais ensuite les attentes et les problèmes à résoudre sont très différents. Habituellement, on réalise des développement spécifiques pour adapter l'ERP au métier du client. Mais, si il existe une verticalisation métier, on va utiliser l'ERP générique complété par la verticalisation métier, et ça réduira fortement des développements spécifiques nécessaires, vu que la plupart des besoins particuliers au métier du client seront couverts par les modules de verticalisation métier.

  • # Mise à jour

    Posté par  . Évalué à 6 (+6/-0). Dernière modification le 12/07/20 à 10:48.

    Bonjour,

    Merci pour cette présentation, j'ai quelques questions qui me viennent:

    • je vois que la verticalisation a été fait pour la version 10 d'Odoo qui a plus de 3 ans et qui n'est plus supporté par Odoo pour les mises à jour de sécurités, avez-vous prévu de mettre le projet dans une version plus récente ?
    • Avez-vous utiliser la version communautaire d'Odoo ? Si oui qu'elles sont les limitations que vous avez rencontrées ?

    D'avance merci

    • [^] # Re: Mise à jour

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      Je ne suis pas développeur, mais si j'en crois le descriptif dans Github, je lis ceci :

      The project runs with Odoo community version 10.0 (it should also work with Odoo Enterprise). We plan to port it to Odoo Community version 14.0 (which should be released in October 2020). Of course, you are free to contribute the port to any Odoo version !

      • [^] # Re: Mise à jour

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+9/-0).

        Je confirme ce qui est dit plus haut. Certes, Odoo v10 utilise python 2.7 (le passage à python 3 a été fait avec Odoo v11). Python 2.7 et Odoo v10 ne sont plus officiellement supportés.

        Mais le rythme de mise-à-jour des ERPs ne correspond pas toujours au rythme d'évolution de l'informatique moderne. Pour donner un ordre d'idée, avant de basculer sur Odoo pour la campagne 2018, ce moulin à huile utilisait une application dédiée développée en interne qui tournait sous Mac OS 9. La seule solution pour faire tourner Mac OS 9 est dans une machine virtuelle, et, d'après ce que j'avais compris, les rares machines virtuelles qui supportaient encore Mac OS 9 était des logiciels pour Mac OS X… en version PowerPC !
        Quand on compare un logiciel pour Mac OS 9 qui tourne dans une VM sur un Mac PowerPC à Odoo v10 en python 2.7 sous Ubuntu 18.04 LTS, alors on relativise la problématique de l'obsolescence :)

        Mais on est bien conscient qu'il faut évoluer; et la migration sur Odoo v14 est déjà planifiée.

        • [^] # Re: Mise à jour

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+0/-0).

          Il y a très longtemps (14 ans ?) un de mes amis faisait tourner Mac OS pour PowerPC sous Linux avec PearPC.

          Qu’est ce qui serait bloquant aujourd’hui (au risque d’émuler un MacOS 9 PPC dans un MacOS X PPC dans un Linux x86)?

          C’était très lent à l’époque cela-dit…

          Les autres qui émulaient des PC x86 avec Bochs avant que Qemu rafle toute l’attention (et le défunt KQemu), qu’ils lèvent la main !

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: Mise à jour

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 12/07/20 à 16:57.

      En consultant les précédentes dépêches d'Alexis de Lattre à propos de l'abbaye du Barroux, tu auras pas mal de réponses.

      L'OCA (Odoo Community Association) continue de patcher plusieurs anciennes versions d'Odoo (appelées OCB : Odoo Community Backports). La version 10 est la dernière avec Python 2.7 et est encore très utilisée — parce qu'on ne migre pas d'une version à l'autre « pour le plaisir », mais par nécessité. J'en connais qui sont encore sur la version 8 ou la version 7, avec une installation d'Odoo inaccessible depuis l'internet.

      Tu ne sembles pas connaître les différences entre les versions communautaires et entreprises. Outre la maintenance et la migration des données assurées par Odoo, la version entreprise contient des modules supplémentaires. Mais il n'y a pas de module incomplet (depuis la version 13 c'est même : pas de méta module incomplet). Si le module est libre, rien n'y manque. On n'a donc pas de limitations, le fonctionnement est normal. En plus il y a des modules développés par l'OCA pour recréer les modules propriétaires (comme la compta).

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Mise à jour

        Posté par  . Évalué à -2 (+3/-5).

        Odoo ? c'est l'ERP qui est de moins en moins libre à chaque version ?

        Donc on a

        • La société Odoo qui a un Business Model qui tend vers le propriétaire, la raison pourrait être dû à la myriade de gens qui vendaient de l'OpenErp ne finançait pas assez le développement et les dividendes …
        • une tarification cloud avec faire tiquer un directeur financier un peu revêche…
        • des modules qui disparaissent de la version community à chaque version
        • un logiciel qui réinvente la roue partout … ( hormis le langage Python ;-) un gros Framework ERP quoi )
        • OCA qui a des difficultés à financer l'outil de mise à jour libre … faut bien payer les gens …
        • des versions en prod qui datent de Mathusalem …
        • une version de Python qui n'est plus supporté … ( avec un support de l'Unicode magnifique )
        • un ERP donc usine à gaz, avec des migrations sans garantie … un ERP quoi

        C'est quand même pas merveilleux tout ça !!! Bref ça fait réfléchir avant de s'embourber

        • [^] # Re: Mise à jour

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-2).

          Je ne comprends pas très bien ce que tu racontes, pourtant j'utilises Odoo depuis longtemps. Je me demande quelles sont tes sources, ça me paraît complètement faux.
          Par exemple au contraire de ce que tu affirmes, de nouveaux modules ont rejoint la version community à la parution d'Odoo 13. De même Odoo tourne avec Python 3.6 ou 3.8 qui sont parfaitement supportés.

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: Mise à jour

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+2/-2).

            Non, ce n'est pas faux, c'est simplement écrit avec un parti pris à charge.
            Ces limites sont connues et les projets sérieux basés sur Odoo Community en tiennent compte.

      • [^] # Re: Mise à jour

        Posté par  . Évalué à 1 (+1/-0).

        Merci pour ces précisions, justement ce qui me bloque le plus avec Odoo Community, c'est que la migration des données n'est disponible que pour la version Enterprise, est-ce que vous avez de l'experience sur le passage de version Odoo Community ? Pouvez-vous nous faire un retour d'expèrience ?

        • [^] # Re: Mise à jour

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

          Quand on utilise Odoo Community, la migration se fait par OpenUpgrade, qui est un projet de l'OCA (Odoo Community Association). OpenUpgrade est une alternative aux services de migration de l'éditeur. Personnellement, j'utilise OpenUpgrade pour toutes les migrations que je réalise pour mes clients depuis 5 ans et j'en suis très satisfait. La dernière migration que j'ai réalisé avec OpenUpgrade était une migration de Odoo v7 à Odoo v12 ! Le gros avantage est d'avoir une maîtrise complète du process de migration de la base de donnée et la transparence sur les modifications apportées aux données.

  • # Intégration à Open Food Facts

    Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

    Ce qui serait trop cool c'est une intégration à Open Food Facts pour permettre plus de traçabilité pour l'huile et les consommateurs.

  • # Bibliothèque du Barroux

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+9/-0).

    J'ajoute pour l'abbaye du Barroux qu'elle est vraiment fan du logiciel libre. Sa bibliothèque est gérée avec Koha (hébergé par votre serviteur)
    Un projet qui fut très agréable à mener ;)

    • [^] # Re: Bibliothèque du Barroux

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+2/-0).

      Ce n’est d’ailleurs pas la seule bibliothèque catholique qui utilise Koha, celle du diocèse de Fréjus-Toulon aussi =). Bon par contre pour être fan du logiciel libre on repassera : si le personnel de ce diocèse et les services sont effectivement bienveillants voire convaincus au point d’avoir présenté le projet Philémon comme modèle et avoir contacté la société Akretion, les instances dirigeantes de ce diocèse apparaissent très opposées au logiciel libre (ça peut aller jusqu’au licenciement pour le personnel informatique). Ce qui est assez inexplicable puisque les “décideurs” de cette abbaye et de ce diocèse sont très proches et l’on pourrait s’attendre à ce que les succès de l’un soient convaincants pour l’autre.

      J’avais entendu il y a quelques années que c’était pas moins de sept abbayes ou monastères qui utilisaient Odoo dans le sillage de la réussite de l’abbaye du Barroux. Que ce soit Odoo, Koha ou d’autres, les logiciels libres sont bienvenus quand leur connaissance est acquise, et qu’il n’y a pas de résistance de principe pour des motifs non-avoués. Moralement le logiciel propriétaire est difficilement tenable, donc lorsqu’un catholique est sensibilisé à ces questions, le logiciel libre devient une évidence.

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Bibliothèque du Barroux

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+5/-0).

        Bonjour Thomas,

        Effectivement, la castille/diocèse de Fréjus-Toulon utilise Koha. Hébergé par nos soins, comme le Barroux ;)

        Je pourrai citer bien d'autres bibs chrétiennes qui utilisent Koha. Ca s'explique en partie par les engagement de votre serviteur, qui se trouve être à la fois celui qui a introduit Koha en France et très engagé dans l'église catholique. Je me suis impliqué dans Koha en 2002 pour l'installer à l'abbaye des Dombes, premier utilisateur en France ;)

        Je suis d'accord que le logiciel libre est une "évidence évangélique" lorsqu'on se donne la peine d'y réfléchir vraiment.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.