« Nikki and the robots » : sortie du mode histoire en « pay what you want »

Posté par  (site Web personnel) . Édité par baud123, Davy Defaud, Nÿco, Bruno Michel, Florent Zara et Benoît Sibaud. Modéré par Florent Zara. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
26
18
sept.
2012
Jeu

Peut‐être connaissez‐vous déjà Nikki and the robots, jeu de plate‐forme sous licences libres LGPL et CC-by-sa, développé par Joyride Laboratories. Le jeu est assez bien fait, plutôt joli et, dans l’ensemble, assez addictif : il faut tout simplement activer un ensemble d’interrupteurs répartis dans le niveau.

Le gameplay relativement classique est assez efficace, et les différents éléments de puzzle (notamment les fameux robots) ou encore les sauts sur les murs ajoutent encore à l’intérêt du jeu. La possibilité d’éditer simplement ses propres niveaux et de les proposer en ligne est un gros plus.

http://joyridelabs.de/img/artwork-02.png

Nikki and the robots donc, vient de démarrer une opération de vente à prix libre du mode « Histoire du jeu », qui consiste en une suite de niveaux non-libres. Cela est très inspiré des Humble Indie Bundles, et ça se passe sur buy.joyridelabs.de. Le code du site de vente de Humble Indie Bundle est aussi libre et disponible pour qui voudrait faire une opération similaire. Bref, pour une fois qu’on a un jeu libre (moteur et graphismes) qui ose un modèle économique innovant, foncez !

Pièce 7 du concours Plee the Bear

Aller plus loin

  • # Système de vente

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    En effet le système de vente ressemble comme deux gouttes d'eau à celui d'humble bundle, d’ailleurs le leur n'est pas libre?
    Sa libération est une bonne idée cela permettra de pousser ce modèle.

    C'est quand même risqué puisque je les gens paient la valeur qu'ils estiment être bonne du jeu.
    Donc au final est ce que par rapport à un prix fixe cela ramène plus d'argent, car les ventes seraient plus nombreuses mais de valeur moindre (sans compter ceux qui vont mettre le minimum)…
    En tout cas c'est une bonne initiative, de plus je ne connaissais pas ce jeu.

  • # Remarque nécessaire

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Puisque personne ne l'a dit, je me jette : le jeu est écrit en Haskell (un langage académique utilisé pour la recherche).

    • [^] # Re: Remarque nécessaire

      Posté par  . Évalué à 1.

      Haskell a effectivement été créé pour la recherche en informatique (par un comité de chercheurs convaincus par le paradigme fonctionnel) mais aujourd'hui, plus de vingt ans après sa création, il a évolué en un langage plus généraliste.
      On le retrouve dans les outils utilisés pour créer les programmes embarqués dans des véhicules de transport, il est utilisé dans un certain nombre d'institutions financières pour modéliser les produits complexes, Galois utilise Haskell à la base pour répondre à la plupart de ses contrats dont certains avec le gouvernement étasunien … et maintenant pour la création d'un jeu libre. C'est d'ailleurs l'un des domaines où Haskell est le moins mûr, car le paradigme fonctionnel pur ne se prête pas de façon évidente à une telle entreprise, il y a encore beaucoup de recherches (NB : cela ne signifie pas qu'Haskell ne peut pas faire aussi bien que des langages plus classiques, simplement les chercheurs expérimentent encore pour trouver des façons plus élégantes de faire les choses que dans des langages impératifs).

      Exemples d'utilisation d'Haskell dans un contexte commercial : http://www.haskell.org/haskellwiki/Haskell_in_industry

  • # Community levels

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Nikki and the robots permet de faire ses propres niveaux et de les uploader directement depuis le jeu.
    Vous pouvez donc trouver dans les community levels le niveau "skull" que j'avais fait il y a quelque temps, et le niveau "Laser Zone" que je viens de réaliser :)
    Le second est assez corsé.

    (Oh, et bien sûr ya des tas d'autres niveaux, mais je me suis dit que ça pourrait vous amuser de tester les miens :P )

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.