Première version « grand public » de TrSync

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud et Ysabeau. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
30
16
sept.
2022
Bureautique

Présenté il y a un peu moins d’un an dans un journal LinuxFr.org, le logiciel TrSync sert à synchroniser des dossiers locaux avec des espaces de travail du logiciel Tracim. Il est désormais disponible dans une version destinée au grand public.

TrSync, qu’est-ce que c’est déjà ?

TrSync illustration

TrSync, c’est un logiciel permettant de synchroniser des dossiers locaux avec des espaces de travail du logiciel Tracim. Pour rappel, Tracim est un outil de gestion de l’information qui cible la collaboration d’équipe, mais qui peut aussi être utilisé individuellement, notamment via le service Mon Tracim proposé gratuitement par l’entreprise Algoo.

Tracim propose de base un accès webdav mais contrairement à cela, TrSync permet également d’exploiter les fichiers hors-ligne et de les resynchroniser lorsque le réseau revient. TrSync permet aussi de gérer plusieurs Tracim en parallèle.

Pourquoi utiliser Tracim et TrSync ?

Tracim est un logiciel qui se concentre sur la collaboration d’équipe. Cela va bien au-delà du simple partage de fichiers. Autour de documents vont s’articuler des mécanismes de discussions, de suivis de tâches et de notifications. Utiliser TrSync permet de profiter des avantages de Tracim sans connexion internet et à travers l’explorateur de fichiers de son système.

L’investissement d’Algoo

TrSync est à l’origine un projet personnel. Après y avoir passé un temps non négligeable, le logiciel était fonctionnel : un binaire utilisable en ligne de commande, capable de synchroniser un dossier avec un espace de travail Tracim. Mais un effort supplémentaire était clairement nécessaire pour le rendre accessible aux utilisateurs non-experts : fournir une interface graphique permettant de configurer ces synchronisations.

C’est dans ce contexte qu’Algoo, à travers son dirigeant Damien, m’a proposé de financer ce travail. Je l’en remercie grandement : j’ai ainsi pu être rémunéré pour la conception d’un logiciel libre, et cela, à mon propre compte. Et les utilisateurs ont gagné un nouveau logiciel.

Quoi de neuf dans cette version ?

TrSync est désormais composé :

  • d’un outil de synchronisation permettant de synchroniser un espace de travail distant dans un dossier local,
  • d’un gestionnaire capable de gérer plusieurs espaces distants à synchroniser
  • d’une interface graphique permettant d’alimenter le fichier de config du gestionnaire de synchronisations
  • d’une application affichant une icône dans la « barre des taches »

TrSync systray app

Quelques détails notables :

  • Les mots de passes sont stockés de manières sécurisées avec le gestionnaire de secrets du système
  • Les conflits à la reconnexion sont gérés de manière simpliste : les modifications locales ont raison
  • Compatible Windows & GNU/Linux

Empaquetage : appel à contributions

Il est à ce jour possible de compiler un installateur Windows ou d’installer TrSync à partir des sources à l’aide d’un script (voir https://github.com/buxx/trsync-packager). Mais il manque de l’empaquetage pour GNU/Linux.

Il y a un appel à des contributeurs pour, par exemple :

  • Rédiger un script permettant la production du paquet debian/RPM/etc depuis les sources de TrSync
  • Rédiger une configuration GitHub Actions (ou Gitlab CI) permettant la production desdits paquets

Mais il y a d’autres façons de contribuer :

  • S’attarder sur des bugs ou besoins de fonctionnalités déclarés sur Github
  • Écrire de la documentation
  • Écrire des tests de couverture de code

Cela peut être l’occasion de participer, de s’initier au Rust (cœur du logiciel) ou au Python (fenêtre de configuration).

Réaction du créateur de Tracim et dirigeant Algoo

(tiré du premier commentaire du journal à l’origine de la dépêche)

« Ça fait probablement 5 ans qu’on voulait faire un client de synchronisation et qu’on a creusé et abandonné des pistes. Et qu’on avait fini par laisser tomber, faute de priorité et de financement (on n’a pas d’investisseurs à Algoo, on développe ce que nos clients demandent et financent).

Quand bux m’a montré son projet, j’ai été emballé et d’autant plus que le projet trsync s’est développé sans nécessité de faire évoluer le cœur de Tracim : trsync s’appuie sur les API et sur le websocket pour établir la communication bidirectionnelle. Comme l’interface utilisateur en fait - mais du coup l’API est largement suffisante pour traiter le sujet.

En finançant une partie du travail sur trsync, j’ai voulu rendre l’outil utilisable par le grand public - installeur Windows, icône visible dans le bureau, etc.

Trsync est composé de plusieurs briques et est donc plus facilement accessible à un contributeur. Trsync est un projet indépendant de Algoo et de Tracim.

Je suis content que Algoo ait contribué à un projet indépendant, et ce d’autant plus qu’on utilise trsync en production en interne chez Algoo, notamment pour les personnes administratives qui s’affranchissent naturellement de la problématique fichier local vs fichier distant.

Prochaine contribution financière ? Probablement quelque chose autour des notifications, mentions ou tâches pour interagir avec Tracim directement depuis son bureau. J’imagine bien trsync devenir le client officiel natif (et contrairement à beaucoup de solutions, ce n’est pas un navigateur internet embarqué mais bien une application native) »

Aller plus loin

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.