Revue de presse de l’April pour la semaine 36 de l’année 2019

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa.
19
10
sept.
2019
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

[La Tribune] Entre le « tout gratuit » et le « tout payant » la société perd ses repères

✍ Éric Vernier et L’Hocine Houanti, le samedi 7 septembre 2019.

« Suppression totale des tickets de transport en commun, comme pour les Parisiens seniors, les personnes handicapées et les enfants, logiciels offerts tels que LibreOffice, OpenOffice, VLC Media Player, Blender ou encore Clementine, petits déjeuners et goûters donnés à l’école, cartes bancaires gratuites… De plus en plus d’initiatives publiques et privées tendent vers une généralisation de la gratuité. »

[ZDNet France] Richard Stallman chez Microsoft (non, on ne rêve pas)

✍ Thierry Noisette, le jeudi 5 septembre 2019.

« Le fondateur du mouvement des logiciels libres a été invité chez Microsoft, où il a donné une conférence. »

Et aussi :

[Numerama] Franck Riester confirme la fusion entre le CSA et la Hadopi

✍ Julien Lausson, le mardi 3 septembre 2019.

« Dans les cartons depuis 2010, la fusion entre le CSA et la Hadopi se fera. C’est en tout cas ce qu’annonce Franck Riester, le ministre de la Culture et de la Communication. »

Et aussi :

[Developpez.com] L’Office américain des brevets publie un rejet non définitif de la demande de brevet de Google

✍ Stéphane le calme, le vendredi 2 août 2019.

« Très largement utilisée, la compression de données est une opération de codage nécessaire pour réduire la taille de transmission ou de stockage des données. Cette opération informatique consiste à transformer une suite de bits donnée en une suite de bits plus courte pouvant restituer les mêmes informations, ou des informations voisines, en utilisant un algorithme de décompression. Il existe donc deux grandes familles d’algorithmes de compression : les algorithmes de compression sans perte qui restituent après décompression une suite de bits strictement identique à l’originale. Et les algorithmes de compression avec perte qui restituent une suite de bits qui est plus ou moins voisine de l’originale selon la qualité désirée. Les premiers sont donc utilisés pour les archives, les fichiers exécutables ou les textes, alors que les derniers sont utiles pour les images, le son et la vidéo. »

Aller plus loin

  • # Renvoi vers un journal pour la 2e entrée de cette revue de presse

    Posté par . Évalué à -2.

    Pour les lecteurs de cette revue de presse qui ne consulteraient pas systématiquement la section des journaux de Linuxfr.org, je signale que le passage de Richard Stallman chez Microsoft a suscité des commentaires au sein d'un journal dédié, titré « Les temps changent !! Qui l'aurait cru il y a 20 ans ? ».

  • # tout gratuit, tout payant…

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Que de confusion dans cet article de La Tribune :-(

    • Nos logiciels open-source ou libres seraient des « logiciels offerts ». C’est faux. Selon la licence, diverses libertés s’appliquent au code source, mais très peu de restrictions s’appliquent aux binaires produits, et la vente en particulier est autorisée, en respectant les conditions de la licence (mise à disposition du code source, etc.).
      Par exemple, pour des logiciels volumineux, comme FlightGear, il n’est pas rare de trouver en vente des CD packagés. Autre exemple, divers logiciels libres sont payants sur le play-store Android (ça peut servir à financer le projet, à compenser des frais de distribution, etc.).

    • On a aussi l’open-source, « qui s’oppose violemment au principe de l’usager-payeur ». Encore faux. En fait, l’OSD est même bien plus favorable aux utilisations commerciales que ne l’est par exemple la GPL du logiciel libre (cette dernière n’interdit pas les usages commerciaux, mais permet d’y mettre plus de limites/contraintes).

    • Pas mal aussi : « Le logiciel libre a été créé […]. À la fin des années 1990, l'appellation “open source” se substitue à celle du logiciel libre » :-o RMS doit se retourner dans sa « tombe médiatique » (cf. événements récents…).

    • Dans le même genre, dire que l’idée de l’open-source est celle « d'un programme libre dans le sens où […] » n’est pas très malin ; comme si l’article n’était pas déjà assez confus.

    • La phrase au présent qui présente a priori Sun et Novell comme nouveaux acteurs a un petit charme rétro :-p Pour leur défense, le lien parle d’acteurs d’il y a 10 ans…

    • Merci toutefois pour le « gentil hacker ». Ça fait plaisir. Ce n’est pas ironique. Toute une culture réhabilitée le temps de quelques minutes de lecture, en dépit des dérives linguistiques.

    Bon, là, j’ai arrêté de lire parce que j’en avais trop marre du bandeau sur les cookies, qu’il faut valider à nouveau périodiquement.
    Mais curieusement, la suite a l’air plus rigoureuse…

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.