Trois médailles pour la France aux Olympiades Internationales d'Informatique

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags :
0
23
août
2006
Éducation
Les 18èmes Olympiades Internationales d'Informatique se sont déroulées la semaine dernière à Mérida, au Mexique, rassemblant 286 lycéens représentant 75 pays. Au cours de cette compétition six sujets d'algorithmique étaient proposés aux candidats.

Après analyse des problèmes, ces derniers devaient concevoir des algorithmes résolvant les problèmes et trouver les structures de données appropriées, avant de programmer puis tester leurs solutions en C, C++ ou Pascal. Pour la première fois depuis la création des IOI, le tout se déroulait uniquement sous Linux.

Pour sa onzième participation, la France a obtenu trois médailles : une d'argent pour Benjamin Butin, et deux de bronze par Jacques-Henri Jourdan et David Waszek. Comme l'année dernière, ces résultats sont parmi les tous meilleurs de l'Europe de l'Ouest. Plus qu'une compétition, les IOI sont aussi une occasion pour des jeunes du monde entier de se rencontrer et d'échanger autour de leur passion commune, tout en découvrant le pays d'accueil. Ils ont ainsi pu visiter Chichén Itza, une ancienne cité Maya, et sa grande pyramide, le Castillo.

Les candidats français étaient accompagnés par les entraîneurs de l'association France-IOI. L'objectif de cette association est de promouvoir la connaissance de l'algorithmique en France, et elle est responsable de la sélection de l'équipe de France aux IOI.

Le site de l'association propose des cours, des exercices et des concours. Il contient des cours d'initiation à la programmation aussi que des problèmes d'algorithmique de tous niveaux. Pour les jeunes les plus motivés, des stages d'entraînement aux Olympiades sont organisés chaque année. Les quatre candidats de cette année ayant passé leur bac, ils ne pourront plus participer l'année prochaine. Les places sont donc à prendre pour l'équipe de France aux IOI 2007.

Aller plus loin

  • # Tasks

    Posté par . Évalué à 8.

    Car il manque l'essentiel : qu'on eut ces jeunes geek à faire ?

    http://www.ioi2006.org/index.php?page=tasks&menu=0120
  • # Mouais, pas top de cocorico non plus ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Bravo aux participants et aux médaillés, mais au final, on constate que nos compatriotes sont 33, 77 et 133 èmes ...

    M'enfin, c'est déjà beau. Comme par hasard, les 'vils' pirates des (ex-)pays communistes sont très bien placés. Il doit encore y avoir des futurs agents du KGB en préparation là-bas ;-)))
    • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

      Posté par . Évalué à 10.

      Il doit encore y avoir des futurs agents du KGB en préparation là-bas

      Ou peut-être juste qu'ils ont compris là bas que l'imformatique au niveau lycée ne devrait pas être que "savoir utiliser Microsoft Word en licence éducative", que c'est une science et qu'il serait urgent d'enseigner dans les lycées Français comme les maths et la biologie.

      PS : ca parrait pas forcément évident, mais j'ai compris ton second degré, juste que je voulais placer ça par ce que j'en ai mare de voir 95% des français penser que l'informatique se résume à un chat, un tableur et un traitement de texte
      • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Tu as tout à fait raison, je t'ai plussoyé ;-)
      • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

        Posté par . Évalué à 7.

        Mouais. Bof.

        Autant je suis d'accord avec toi pour le côté "l'informatique est une science", autant vouloir l'enseigner au même titre que les autres sciences ne me paraît pas forcément nécessaire, pour plusieurs raisons :

        1°) Il existe une section "sciences de l'ingénieur", différente du tronc commun "sciences de la vie et de la terre". S'il faut enseigner l'informatique quelque part de façon "obligatoire", c'est ici à mon avis. Le problème étant que pour l'instant, il y a déjà fort à faire avec la mécanique (4h / semaine) et l'électronique analogique et numérique (4h/semaine aussi). D'ailleurs, lorsqu'on fait de l'électronique dans cette matière, même si c'est plutôt orienté processus industriels, on touche quand même à l'assembleur (OK, sur des processeurs dépassés, mais c'est le côté pédagogique qui compte).

        Il est à noter que j'ai appris pas mal de choses du côté matériel en 1ère SI à l'époque, et que finalement, la seule chose qui m'a manqué pour être "complet" du point de vue lycée, c'était le côté algorithmique (mais bon, je me suis rattrapé plus tard en IUT :-) ).

        Donc déjà, conclusion partielle : l'étude de l'informatique au lycée est possible ; il faut juste choisir les bonnes options.

        2°) Il me semblerait par contre "logique" qu'une option informatique fasse son apparition en seconde, au même titre que l'IESP à une certaine époque (ou bien son équivalent aujourd'hui). Mais si on fait une vraie option informatique, pour moi il est important qu'elle soit enseignée "dans les règles", c'est-à-dire qu'il faut apprendre un minimum du côté matériel (mais ça, l'option/le tronc commun Techniques des Systèmes Automatisés s'en charge déjà en partie : je me souviens avoir programmé directement en hexa sur un automate très simple, un PB15 si je me souviens bien :-), ainsi que d'avoir programmé en LADDER, fait du grafcet, bref, de l'info industrielle), et aussi le côté algorithmique.

        Au risque de paraître élitiste et crâneur - surtout vue mon expérience limitée dans le domaine - je trouve que beaucoup de programmeurs font trop confiance aux briques de bases fournies par les langages récents, et n'essaient pas assez de voir comment ces briques sont faites pour éviter de faire du "bazooka Vs diptère" ou bien au contraire du "bubble sort pour trier un tableau d'un million d'entrée".
        Je suis persuadé que si ces programmeurs avaient un peu mieux été formés à l'algorithmique (et du coup, aux maths qu'il y a derrière), ils sauraient beaucoup mieux choisir avec discernement les bibliothèques/fonctions/méthodes/classes à utiliser pour un problème donné.
        • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

          Posté par . Évalué à 4.

          Contexte : J'ai suivi, à tord ou à raison, une formation full scientist à savoir S.

          Tu as parlé de l'IESP, j'ai eu la chance d'avoir cette option dans mon lycée. C'est le seul instant ou j'ai fait un peu de programmation / semblant d'algorithmique dans toute ma scolarité pre bac !!!

          Heureusement, j'avais déjà programmé avant, ce qui m'à sauvé en IUT. C'est à cause de ce genre de lacunes que je trouve des gens après 2 ans d'école d'ingénieur (informatique) qui n'ont pas encore saisie ce qu'était vraiment un pointeur !!!

          Le pire, c'est que la filière que j'ai choisie est sensée former les futures élites/décideurs pressés !!! Qui, pour beaucoup, ne connaitrons que Excel et Word !!!

          Quel dommage
          • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

            Posté par . Évalué à 2.

            « Heureusement, j'avais déjà programmé avant, ce qui m'à sauvé en IUT. »

            Tiens, c'est marrant, dans mon IUT au contraire, ils étaient plutôt méfiants vis à vis des gens qui avaient déjà appris à programmer avant, tout simplement parce que beaucoup de gens apprennent à programmer sur le tas, sans connaître vraiment les bonnes pratiques, et donc prennent de mauvaises habitudes.

            J'avais déjà un peu cherché à programmer de mon côté (pas beaucoup cela dit), et honnêtement, ce que j'ai appris en IUT m'a largement suffit pour avoir des bases solides. L'IUT est sensé considérer que ses étudiants n'ont jamais fait d'informatique après tout (et c'est vrai pour certains).

            « Le pire, c'est que la filière que j'ai choisie est sensée former les futures élites/décideurs pressés !!! »

            La filière S, former les futures élites ? Moui, quand tu es dans un lycée « normal ». Si tu es dans un lycée façon Louis Legrand ou Henri IV, de toute manière, quelle que soit ta filière, tu dois viser l'excellence, et donc tu choisiras la prépa, mon fils. Après, que ce soit hypokhâgne, prépa HEC, prépa scientifique, on s'en fiche : tu dois viser Normale, HEC, Polytechnique, etc. dans ces lycées. Et quelle que soit la filière choisie, tu SERAS une élite. :-)

            Et franchement, je ne trouve pas que quelqu'un ayant toute la journée à faire de la gestion d'administrations ait vraiment besoin d'avoir été initié à l'informatique ou la programmation. Il/Elle avait mieux à faire. C'est comme si quelqu'un faisant des études d'économie disait que ces grouillots d'informaticiens n'ont même pas de bonnes bases en micro et macroéconomie (et il aurait raison pour une bonne partie d'entre nous), alors que l'informatique de gestion (par exemple) en est directement tributaire. Et pour le coup, pour avoir des « bases solides » en éco, ça nécessite d'avoir des bases solides en histoire, en géo, voire en socio...

            En fait j'aurais bien vu l'option informatique proposée aux gens faisant MPSI proposée au gens faisant une S en terminale, en plus des choix de spé physique ou spé maths - surtout qu'une spécialité algorithmique par exemple mettrait nécessairement en jeu des maths.
            • [^] # C'est un problème de culture

              Posté par . Évalué à 4.

              Si j’ai écrit cette réaction, ce n’est pas par ce que je considère que l’informatique est une technique que chacun doit maitriser. Je pense juste, qu’au titre de la culture personnelle, il est important de savoir comment se construit un outil. Je pense que une écrasante majorité des gens qui ont un tan soit peu de pouvoir aujourd’hui savent qu’avant de construire un bâtiment, on le dessine, on étudie sa structure, sa forme, son intégration dans le lieu etc. C’est pareil pour les machines, véhicules, on (au sens impersonnel) sait à peu près comment on fait globalement un travail de conception dans l’industrie.
              He bien dans l’informatique, c’est complètement différent, une écrasante majorité des gens ne comprennent pas comment on réalise un logiciel, que derrière il y a une conceptualisation formel de son comportement, un code source (qui est une traduction de ce dernier).
              C’est bien ça le problème, la population en générale ne peut donc pas comprendre l’intérêt d’une spécification ouverte, d’un code ouvert etc. car elle pense que faire comme-ci ou comme ça est très simple puisqu’il s’agit d’une fonction très simple. Un jeune mécano sortie de l’école aujourd’hui ne comprend pas pourquoi on ne peut pas ajouter une fonction à Word comme on change le klaxon d’une voiture et c’est vraiment ça le problème et qui fait que les gens se laissent dominer par la machine et les logiciels. Le problème, c’est qu’un vrai décideur ne le comprend pas non plus alors qu’il est censé avoir une culture élargie des techniques.
            • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

              Posté par . Évalué à 1.

              Je dirai que j'ai passé un bac STT à l'époque, où il y avait non seulement de la gestion d'administrations et d'entreprises, du droit, de l'économie (générale et d'entreprise) mais aussi de l'algo. Et oui, il n'y a pas que le Bac S dans la vie, et j'ai bien sur eu de l'algo au Bac comme les autres matières. Maintenant, je suis en IUT Informatique comme mon collègue de S et je rentre en seconde année.
              • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

                Posté par . Évalué à 2.

                Désolé si j'ai paru « élitiste » ;-)

                En pratique, je sais que peu de personnes venant de section ST{T,I} parviennent à aller en IUT (leur filière privilégiée est la STS), donc tu devais être plutôt bon au lycée pour avoir été pris. J'ai souvenir que la seule personne venant de STS dans ma promo n'a pas réussi à passer en 2è année, comme quoi...

                Mais ton cours d'info était-il une option dans ta branche ? Si oui, qu'y faisiez vous (quel était le programme, etc.) ?
                • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

                  Posté par . Évalué à 0.

                  selon mon expérience au contraire les personnes avec un bac STI on beaucoup de chance de rentrer en IUT GEII ou GTR ou info.

                  il y a 5ans je pense que 90% de ma promo d'IUT venais d'un bac STI (quelques soit son option, electronique, electrotechnique, ...).
                  • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

                    Posté par . Évalué à 3.

                    C'est vraiment étonnant, vu que les STS sont explicitement créées à destination des gens venant de sections technologiques, alors que les IUT sont à destination de gens venant de sections générales.

                    En IUT génie info [de gestion] en tout cas, la majeure partie des étudiants venaient de S, et une autre partie (non négligeable) venait de SES.
                    • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

                      Posté par . Évalué à 1.

                      A l'origine, les DUT et BTS étaient destinés aux sections techniques justement, mais les sections générales les thrusts actuellement.

                      J'ai fait un bac STT IG (Informatique et Gestion), c'est une option de détermination que tu dois choisir à la fin de la 1ère.

                      Pour résumer, en STT (maintenant c'est STG), il y avait la première CG (Comptabilité et gestion) où à la fin tu choisis entre terminale CG ou IG.
                      Il y aussi une première STT ACC (Actions commerciales et administratives) qui t'emmenne vers deux autres options.

                      J'ai fais une première S et malgré mon niveau moyen en S j'ai décidé de claquer la porte pour aller en STT où j'ai eu une moyenne honorable (16 de moyenne).

                      Le programme en terminale d'après mes souvenirs en informatique était :
                      - Bases de données avec Access :( et SQL ainsi que modélisations de données
                      - Visual Basic
                      - Algorithmie
                      - Aspect matériel

                      Le choix du langage était au choix de l'établissement, mais la plus part du temps c'est ça car le plus facile à comprendre pour l'élève.

                      J'ai donc postulé en IUT Info (ce que je voulais faire déjà en S) ainsi qu'en BTS IG. J'ai été pris partout.
                      • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Bon, c'est instructif en tout cas. :-)

                        « A l'origine, les DUT et BTS étaient destinés aux sections techniques justement, mais les sections générales les thrusts actuellement. »

                        Ca par contre c'est faux.

                        Les STS ont été faits explicitement pour les section technologiques, alors que les IUT ont toujours visé les sections générales. Je peux d'autant plus l'affirmer que lorsque j'avais émis la même idée que toi à propos de ces deux formations, la prof d'IUT qui m'a répondu a clairement été patiente en m'expliquant ce qu'il en était, mais on sentait une légère tension quand même (je n'étais pas vraiment la première personne à dire ça, je suppose).
        • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

          Posté par . Évalué à 2.

          Claude Alègre, ca te dit quelque chose ? ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_All%C3%A8gre ) C'est ce gentil ministre qui en 2000 a allégé les programmes des lycées. J'ai eu la chance à cette époque de passer de mon bac et de pouvoir terminer mon option informatique (oui oui, ca existe). Au bout de 3 ans d'option informatique je savais codé en VB / C / ASM et je connaissais l'architecture des ordinateurs (pas en détails car trop complexe à l'époque mais aussi parce qu'on était pas en cours d'architecture).

          Donc merci au gouvernement français qui a supprimé des cours en utilisant le verbe alléger.
          • [^] # Re: Mouais, pas top de cocorico non plus ...

            Posté par . Évalué à 3.

            Je n'ai jamais entendu parler d'une option informatique à l'époque, et pourtant j'avais aussi Allègre comme ministre. Il n'empêche que la plupart des bases en informatique sont accessibles à qui est dans un lycée proposant les option ou tronc commun TSA et SI (ce qui, je te l'accorde, n'est pas le cas de tout le monde). Soit dit en passant, ceux qui avaient le courage de faire en plus l'option productique dans mon lycée (càd qu'ils rajoutaient 4h de techno industrielle en plus des 3h de TSA) faisaient aussi du Pascal. Comme quoi hein.

            Cela dit pour moi, savoir programmer en VB ET en C ET en ASM, ça ne s'apprend pas en 2-3h par semaine au lycée. ;-) Et surtout, l'ASM correspond à la partie "architecture" du cours d'info selon moi (ça aide à se fixer les idées), et ensuite, C ou VB, il faut choisir : pour moi il est plus important de savoir faire de l'algo et de les appliquer ensuite avec UN langage, que de manipuler 2s 10 langages, mais ne pas savoir faire d'algo un peu plus poussé que ça. Et du coup, pourquoi ne pas demander à un prof de maths qui aime l'info de donner des cours d'algo ? :-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.