Un an d’évolution d’une lettre d’information du Libre : Le Courrier du hacker

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, ZeroHeure et Ysabeau. Modéré par Ysabeau. Licence CC By‑SA.
15
7
jan.
2020
Communauté

Le Courrier du hacker, la lettre d’information résumant chaque semaine l’actualité francophone du logiciel libre et de l’Open Source, a bien évolué en 2019. Après cinquante‐deux numéros cette année et cent vingt‑et‑un numéros au total, la nouvelle année est l’occasion de faire le point sur le chemin parcouru depuis un an.

Pour rappel, Le Courrier du hacker résume en un courriel et dix‑huit liens l’actualité FOSS francophone de la semaine. Le contenu du Courrier du hacker est également accessible via ses archives sur le Web et est présent sur les réseaux sociaux (Mastodon et Twitter). Tous les liens sont tirés du Journal du hacker, l’agrégateur francophone.

Le bilan 2019 sera décrit dans la suite de la dépêche.

Augmentation du nombre d’abonnés

Le nombre d’abonnés est passé de 1 790 à 2 480. En restant une liste d’information de taille modeste, je suis néanmoins content de cette augmentation qui continue de me convaincre de l’intérêt du public pour Le Courrier du hacker. Quand vous êtes tout seul à faire vivre le projet, ça rassure.

Développement des archives

Les archives Web du Courrier du hacker sont régulièrement alimentées avec les derniers numéros publiés. Cela permet au public ne souhaitant pas recevoir Le Courrier du hacker par courriel de quand même accéder à son contenu. Cinquante‐deux numéros y ont donc été ajoutés cette année.

De plus, avoir nos propres archives Web nous permet de nous protéger ou de minimiser l’effet d’une décision unilatérale de suspension ou de fermeture de notre compte chez notre prestataire d’envoi de courriels (nommément, Mailchimp), sachant que nous avons, en effet, été suspendus sans explication pendant dix jours (après 80 numéros, quand même) et débloqués après demande, sans autre explication. Mailchimp offre en effet un système d’archives Web que nous utilisions auparavant.

Héberger soi‑même les archives représente du travail supplémentaire, mais être indépendant d’un service en ligne apporte bien plus de liberté.

Présence sur les réseaux sociaux

Le Courrier du hacker est présent sur Mastodon et Twitter, avec plus de 600 abonnés au total (200, l’année dernière). Nous y parlons principalement de la vie du Courrier du hacker, avec l’annonce des nouveaux numéros, des arrivées de numéros dans les archives Web et la mise en avant des meilleurs articles. Les réseaux sociaux nous permettent également de communiquer en cas de crise, comme par exemple lors de la suspension de notre compte par Mailchimp.

Premiers sponsors

Historiquement Le Courrier du hacker affiche la bannière d’un sponsor depuis son premier numéro, le « sponsor » étant un autre de mes autres projets orienté vers le recrutement.

J’ai commencé à chercher d’autres sponsors cette année, en gardant à l’esprit que ces derniers doivent pouvoir apporter un intérêt réel aux lecteurs du Courrier. Ayant commencé à chercher assez tardivement à partir de septembre, trois sponsors ont souhaité sponsoriser Le Courrier du hacker cette année, ce qui a permis au projet de réaliser ses premiers gains, qui sont les bienvenus, car envoyer des courriels en masse coûte de l’argent, sans même parler du temps investi dans le projet. Après deux ans d’activité, c’est également rassurant sur la pérennité du projet.

Tous les détails du sponsoring sont sur une page dédiée.

Orientations pour 2020

Le Courrier du hacker va continuer à se faire connaître pour développer son lectorat. Et ce n’est pas une mince affaire aujourd’hui où communiquer est devenu indispensable, activité qui n’est pas toujours l’apanage des personnes ayant reçu une formation technique, comme moi.

La communication du Courrier du hacker passe principalement par les médias et acteurs de notre communauté, via des dépêches comme celle‑ci ou des échanges de visibilité. Je suis d’ailleurs ouvert à toute proposition.

Notre but premier est et restera en 2020 de mettre en avant l’excellent travail des rédacteurs de contenus francophones dédiés au logiciel libre et Open Source. Un grand merci à eux, sans qui Le Courrier du hacker ne serait pas possible. Et c’est pour faire connaître plus largement leur travail que Le Courrier du hacker continuera à œuvrer.

Aller plus loin

  • # flux RSS

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    Je me suis abonné au flux RSS… pauvrement vide, avec 121 entrées sans aucune lecture (seul le lien vers le site). Un petit effort pour combler ce vide ?
    Merci d'avance.

    Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout. -- Jules Claretie

  • # Inscription

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    Je me suis inscrit, parce que j'ai beau suivre l'actualité du monde informatique, je loupe toujours des trucs. Et puis des quelques archives que je viens de consulter, il me semble que les actus choisies soient bien rédigées.

    J'ai juste eu un soucis à l'inscription, rien de bien méchant : je clique sur le lien dans l'email, j'arrive sur une page qui me demande de cliquer sur le bouton "s'abonner", je clique, et un moment plus tard je retombe sur la même page. Je retente, ça boucle encore. Bref, je suis perplexe, abonnement pris en compte ou pas ?
    Et puis j'ai eu l'illumination : il y a surement un captcha que je ne vois pas. Tout le monde n'a pas accès aux services google, je suis dans un pays qui les bloque, le captcha ne s'affiche tout simplement pas et rien ne laisse deviner qu'il devrait y en avoir un.
    J'ai lancé un VPN, je suis finalement bien abonné.

    Pour que d'autres dans ma situation ne se fassent pas avoir, au choix :
    - ne pas utiliser google pour vérifier qu'un utilisateur est un humain, il y a plein d'autres possibilités.
    - ajouter un petit texte du genre : "Captcha :", au moins on sait qu'il y en a un. Celui qui n'a pas de VPN, tant pis pour lui, mais au moins il sait pourquoi.
    - ne rien faire, tant pis pour eux.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.