Vivre du logiciel libre - MediaArea.net trois ans plus tard

44
2
sept.
2014
Commercial

En décembre 2011, j'avais publié une série d'interviews de créateurs d'entreprise dans le domaine du logiciel libre. Près de trois ans plus tard, je relance une série qui apportera un regard neuf sur le sujet de la création d'entreprise et du logiciel libre. Ce sera - je l'espère, l'occasion de découvrir de nouveaux entrepreneurs ; ce sera également l'occasion de voir comment ont pu évoluer certaines entreprises.

À l'époque, la première interview de la série était une interview de Jérôme Martinez, créateur du logiciel MediaInfo et fondateur de la société à responsabilité limitée MediaArea.net SARL.

Note pour ceux qui ne connaissent pas Jérôme Martinez : vous le connaissez sans le savoir. Cherchez mieux ;)

Nous commencerons la série 2014 avec la même personne et une société résolument tournée vers l'international, société qui semble plutôt bien tourner.

Sommaire

Rappel de la série originale

Note : si vous êtes intéressé(e)s pour une interview, contactez-moi par courriel - damien point accorsi arobase free point fr.

Introduction - début de l'entretien

Le précédent entretien date de décembre 2011… Que s'est-il passé du côté de ton entreprise depuis ?

Ça commence bien, c’est le genre de question où on doit enrober la réponse, avec de grands mots pour dire que c’est trop génial la vie tout ça, et ça j’ai du mal à faire ;-).

Alors je vais répondre en bottant pas mal en touche : plein de choses et rien en même temps, ça dépend du point de vue.

  • Rien dans le sens où mon site web n’a pas bougé d’un pouce (toujours aussi moche :-D ), où je fais presque la même activité ;
  • Plein de choses dans le sens où j’ai une vision plus à long terme de mon projet, une vue sur la pérennité de mon activité, des rencontres qui m’ont fait comprendre que ce que je fais est très utile pour beaucoup de monde, où j’ai augmenté mon nombre de contacts professionnels, et où le logiciel supporte de plus en plus de formats « bizarres » à peine sortis ou pas encore sortis (par exemple, IMF qui n'a même pas encore sa page Wikipedia…).

Logiciel libre, modèle économique et stratégie

Il y a deux ans et demi, ton modèle économique était majoritairement centré sur le service. Aujourd'hui ton positionnement a-t-il changé ?

Il y a changement du côté de la proportion prise par le service : elle est passée de majoritaire à très majoritaire. La crise financière a beaucoup pesé sur le marché publicitaire qui me finançait pas mal au début, le monde change avec Adblock qui est de plus en plus utilisé, et surtout je n’ai pas le temps de tout faire. J’ai eu de belles opportunités dans la prestation de service et donc ai pour le moment priorisé cette partie.

La visibilité de ton activité économique repose sur le logiciel MediaInfo ; est-il toujours au coeur de ton activité ou bien t'apporte-t-il principalement de la visibilité en tant qu'expert des technologies vidéo ?

MediaInfo m’apporte clairement beaucoup de visibilité : il est maintenant très rare que j’assiste à un meeting orienté média numérique sans qu’une partie non négligeable des participants réagisse lorsque je me présente « ha mais bien sûr que je connais MediaInfo, il me sauve souvent la vie », les premières fois ça fait bizarre. Bon, le fait qu’il soit utilisé autant dans le milieu professionnel que non professionnel aide aussi, beaucoup de professionnels que je rencontre ne l’utilisent pas dans leur métier mais ailleurs ;-), mais ça fait toujours un plus que d’être une personne dont on utilise le logiciel même à titre privé. Le fait de viser très large, en passant des besoins d'amateur à des besoins professionnels, de Windows à Linux en passant par Mac, me semble aider beaucoup à être connu, car le professionnel qui travaille dans le domaine multimédia utilise souvent des logiciels orientés multimédia à titre privé, et donc les gens ont déjà une idée de ce que je peux proposer.

Pour parler Open-Source, le fait que le logiciel soit Open-Source est reçu très différemment suivant le type d’entité avec qui je travaille, c’est assez binaire par type d’entité : c’est soit super car les gens en face ne jurent que par l’Open-Source et donc je suis « compatible », soit ça alimente beaucoup en questions sur le pourquoi je le fais, sur comment je peux en vivre, il y a encore beaucoup d’éducation à faire sur le libre et rassurer que le libre n’est pas en opposition avec le commercial et peut très bien cohabiter avec du non libre (malheureusement, vu qu’un partie des personnes se disant libristes s’amusent toujours à opposer une supposée pureté d’un tout libre non commercial fantasmé au commercial ou à la cohabitation avec le non-libre, il a des peurs sur le libre à enlever, c’est un travail long), mais ce genre de discussion sur l'Open-Source permet de créer un premier contact.

Plus de 97% de ton CA à l'export… est-ce une question de choix ? D'opportunités ?

Ça doit même être 99% en 2013.

Pas de ségrégation anti-France, non ! Peut-être parce que la France c’est 1% de la population mondiale ? Le monde de l’Open-Source (ou de l’informatique en général) que je connais n’est pas limité par les frontières physiques mais plutôt par des frontières économiques (il ne faut pas se leurrer, je n’ai jamais eu de contact professionnels avec des pays d’Afrique par exemple…). C’est plutôt donc des opportunités aidées par ma façon de gérer : je ne fais pas de publicité à part le logiciel Open-Source MediaInfo donc de manière « passive », je ne suis pas « pro-actif » et ne vais pas « vendre » ma solution, c’est plutôt les utilisateurs qui me contactent pour me proposer du business, et je pense que ce n’est pas trop dans la mentalité française que de contacter un projet.

Par exemple, je reçois beaucoup de courriels venant de Grande-Bretagne ou des USA pour me dire « super ton logiciel, continue, j’espère qu’on pourra faire du business bientôt » ou « j’ai besoin d’intégrer ton logiciel, faisons du business ensemble », et quasiment pas de France, et quand je rencontre des Français (ou Européens en général) ils me disent plutôt qu’ils l’utilisent passivement, sans idée de faire évoluer et de l’intégrer plus dans leur workflow, qu’ils « n’ont pas de budget » ou qu’ils font plutôt appel à des SSII qui leur font un joli paquet avec des gros outils.

De plus, ça n’étonnera pas les connaisseurs, mais voilà : l’argent dans l’informatique, il est majoritairement aux USA, les entreprises aux USA ont aussi beaucoup moins de problème à travailler avec des gens qui n’ont pas une belle plaquette publicitaire mais font un truc utile qui marche, et ne demandent pas de remplir 30 pages de réponse à appel d’offre pour un petit besoin (ne pas rigoler, mais il m’est déjà arrivé en France de facturer 5 jours de travail comprenant 3 jours de paperasse pour réponse à l’appel d’offre / réussir à faire accepter une petite boite par la compta / réunion de lancement / réunion d’avancement etc), du coup case « export » pour moi dans la majorité des cas.

Un CA qui grossit d'ailleurs… ton activité s'est bien développée. À quoi attribues-tu cela ? Marketing ? Expertise technique ? Marché de la vidéo en vogue ?

Marketing ? Tu plaisantes j’espère, tu as vu la gueule de mon site web ? ;-)

Plus sérieusement : c’est aujourd’hui majoritairement dû à une unique entreprise qui ne fait pas de libre elle-même mais qui m’achète plein de jours de travail du fait de mon expertise technique, et dont une bonne partie de mon travail est autorisé (ça a été négocié) à être dans la version libre. Ça se passe très bien avec cette entreprise donc le CA grossit en conséquence. Et à force d’être de plus en plus expert, je peux augmenter mon taux journalier. Si je n’avais pas cette grosse entreprise cliente, le CA serait pas mauvais non plus (pour le moment, je dois refuser des demandes) mais sans aucun doute bien moindre. Après, je pense que ça vient toujours du fait que je ne refuse rien « par principe » : tu veux du non Open-Source en étant prêt à payer plus cher ? Je fais. Tu veux de l’Open-Source sur Mac car l’Open-Source pour le logiciel est obligatoire pour le long terme mais tu n’es pas prêt à sacrifier ton confort ni demander à tous tes utilisateurs de changer d’OS car ça on s’en fout complet pour le long terme? Je fais.

J’en profite pour faire une remarque : mon expertise, je la matérialise par du code (le code n’est pas super en lui-même, je ne suis pas très doué la dessus, ma plus-value est dans la capacité à lier mon expertise en analyse à du code et à adapter le code à la demande client), et force est de constater qu’en France faire du code « expert » n’est pas bien valorisé : par curiosité, j’ai passé quelques entretiens d’embauche en France, et pour la partie technique ça allait mais dès qu’on parlait rémunération on me répondait « ça ne va pas la tête, vous demandez n’importe quoi, ça va pas être possible » alors qu’on m’aime bien outre atlantique parce que je suis… pas cher. Il y a un souci. Je comprends beaucoup quand les codeurs « experts » partent aux USA, ils sont plus valorisés. C’est dommage de perdre les compétences en France.

Du coup tu travailles toujours seul comme fin 2011 ou bien tu as recruté des collaborateurs ?

Pour le moment, toujours seul. Je suis encore cette année plus sur l’idée de vendre mon expertise que de monter une grosse boite avec plein de gens dedans. Le projet de monter quelque chose autour de la communauté d’utilisateurs mûrit, mais c’est quelque chose de moins « naturel » pour moi : je suis assez individualiste, j’ai du mal à déléguer et prendre des risques sur ce que je ne maitrise pas : si je plantais mon projet seul, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même tandis qu’avec une autre personne d’une il y a le risque financier plus important et de deux je peux avoir choisi la mauvaise personne et ça se transforme en argent jeté à la poubelle. Je ne suis pas non plus forcément compatible avec une certaine vision du libre (l'avantage du libre est qu'il accepte différentes visions), celle "communautaire" où les décisions sont plus "démocratiques", je veux garder la main sur le projet.

Donc le projet mûrit avec des personnes en qui j’ai fortement confiance et qui sont prêtes à partager les risques financiers avec moi : je ne compte pas recruter mais avoir des partenaires. Tout comme je travaille en tant que partenaire avec d'autres personnes sur d'autres projets qu'ils me proposent mais qu'ils dirigent. Je me sens plus proche d'une vision américaine (je me trompe peut-être) du travail avec pleins d'indépendants qui bossent ensemble sur des projets suivant les besoins et les opportunités de financement qu'une entreprise avec les mêmes salariés (le véritable nom plutôt que la belle présentation "collaborateurs" ;-) ) sans liberté de choix dans le temps.

Bientôt sept ans d'activité… Quel regard portes-tu sur ton parcours, les difficultés et les réussites que tu as vécues ?

Mmm… Encore une question où il faut bien présenter ;-). Bon essayons.

La principale difficulté est la gestion du temps : les projets et les hotfix à faire, je n’en décide pas le planning. Et l’expertise est concentrée sur une seule personne, des fois ça fait un peu mal (surtout avec les nuits blanches car le projet est bloqué et t’attend).

La deuxième difficulté est la conséquence d'une énorme bêtise de jeunesse : ne pas avoir, quand j'avais le temps, avant de travailler, ou pendant que j'avais un travail relativement tranquille, correctement appris… l'anglais! Les jeunes (oui, je me fais vieux et dit "les jeunes" maintenant), bougez-vous, allez faire un tour à l'étranger (pas forcément dans des pays de langue anglaise, la plupart des capitales ont maintenant un grand nombre de réunions informelles entre informaticiens et ça se passe en anglais car les capitales sont remplies d'étrangers venant des quatre coins du monde et c'est la langue commune), passez-y 1 an, 2 ans, mais ayez un niveau d'anglais correct. Mon niveau est fidèle à la réputation des français, et ça me joue beaucoup de mauvais tours car toutes les discussions professionnelles sont en anglais, la langue commune de tous les interlocuteurs américains et européens. Et ce n'est pas plus tard qu'on apprend facilement une langue (l'âge n'aide pas, le temps disponible non plus).

Ma plus grande réussite ? Réussir certaines rétro-ingénieries, les vendeurs de solutions audio/vidéo n’étant pas toujours des plus ouverts mais les clients voulant un outil qui analyse tout de la même manière même sur du fermé de chez fermé.

Concernant le regard sur le parcours, c’est surtout voir que ce que j’avais prévu il y a 7 ans n’est absolument pas ce que je fais aujourd’hui, et de voir le monde de l’Open-Source évoluer dans un plus grand professionnalisme, avec des individus portant un intérêt particulier sur la notion de long terme (dans lequel l’Open-Source excelle, par définition). C’est particulièrement vrai dans mon domaine, qui est passé d’un monde hyper fermé (spécifications des formats vidéo et audio cachées) à beaucoup d’ouverture (c’est bardé de brevets payants certes, mais n’importe qui peut implémenter car il a accès aux spécifications), les formats aujourd’hui majoritaires étant tous aux spécifications disponibles. Ce n’est pas encore des formats ouverts dans le sens UE (donc sans brevets payants dessus), mais c’est un pas.

Tu dis que ce que tu fais aujourd'hui n'est absolument pas ce que tu imaginais… en quoi est-ce différent ? Comment se sont déroulées la ou les phases de "pivot" (comme on dit en mode lean) ?

La grosse différence se situe entre le business plan que j'avais à l'époque et ce que je fais aujourd'hui :

  • Le business plan était orienté "pages vues", apporter un site pour particuliers autour de MediaInfo, avec des "extra" dans le service aux professionnels.
  • Aujourd'hui, je ne fais que du service aux professionnels et le site vivote, n'a pas bougé depuis longtemps, les utilisateurs particuliers se plaignent que je ne pense pas assez à eux.

Le pivot s'est passé il y a 4 ans :

  • Avant (les 3 premières années de l'entreprise), j'avais quelques contrats professionnels et remplissait le reste du temps en répondant aux besoins des particuliers
  • En 2010, j'ai rencontré cette entreprise qui me sponsorise aujourd'hui beaucoup, ça a commencé par un besoin super méga urgent d'expertise technique puis un autre (tout aussi urgent), puis un autre (pas moins urgent), jusqu'à ce qu'il y ait une liste d'attente et j'ai naturellement abandonné la partie besoins des particuliers.

De mon point de vue, l'important est d'avoir une idée sur comment on voit la rentabilisation d'un projet, mais de ne pas refuser une occasion si elle se présente. Une occasion s'est présentée, je l'ai prise, même si elle n'était pas 100% libre, et en bonus elle fait aussi vivre la partie libre. Pas sûr que j'aurai pu vivre avec uniquement accepter des contrats dans le libre, faute d'un assez grand marché (mon domaine est très spécialisé et très non libre, même si ça change au fur et à mesure).

Beaucoup de sociétés ne déposent pas leurs comptes pour cacher leur véritable santé financière (dans un sens ou dans l'autre). Ce n'est pas ton cas ; peux-tu nous expliquer ta position ?

Euh… Je ne m’étais jamais imaginé cette question. Il est vrai que certaines entreprises ne diffusent jamais leurs comptes, d’autres arrêtent étonnamment, mais perso je ne m’étais pas vraiment posé la question : officiellement, c’est obligatoire, mon comptable m’envoie la liasse pour le greffier, je signe (les papiers, et le petit chèque qui va avec pour le greffier, faut pas déconner c’est payant ça) et basta. Du coup, ma position… Pas facile à savoir moi-même. On m’a déjà parlé des chiffres publiés, pour discuter de la viabilité de l’entreprise (à l’époque, les nombres étaient petits), donc j’imagine que publier me permettra un jour de rassurer des entreprises françaises sur la viabilité de mon entreprise. Et je ne vois pas spécialement de raison de cacher, donc je ne cache pas. Sans pour autant m’interdire de ne pas obéir à la loi dont la violation n’a pas l’air de déranger, si j’en éprouve le besoin.

Logiciels libres, licences et services en ligne

Tu as récemment changé de licence sur MediaInfo. Peux-tu brièvement rappeler les raisons de ce changement de licence ? Quel est la licence aujourd'hui ? Comment as-tu opéré ce changement de licence et en es-tu satisfait ?

Pour les raisons, je me permets de rediriger vers le journal que j’ai fait à ce sujet. La licence est aujourd’hui BSD 2-Clause. J’ai eu peu de contributeurs extérieurs, et ils n’étaient pas morts donc ça a été facile de leur demander, et comme ils n’étaient pas intégristes du copyleft ils ont signé le CLA vite fait. À noter qu’il y a quelques gardiens des changements de copyrights, j’ai dû envoyer les CLA de mes contributeurs au mainteneur Debian qui voyait d’un mauvais œil le diff de changement de nom dans l'assignation de copyright. Maintenant je suis comme d’autres projets avec une demande décriée par certains de signature de CLA avant contribution. Ça fait bondir des gens, il parait que je perds des contributions, mais c’est moins prise de tête et si jamais je veux passer à la licence ISC (ou WTFPL) un jour car c’est plus à la mode ben je pourrai. Je suis satisfait dans le sens où je n’ai plus à gérer les courriels demandant si on a le droit de faire ci ou ça et ça me correspond plus (je suis pour que les gens aient le plus de libertés possibles, sans jugement sur leur position sur le libre, chacun y vient à sa vitesse).

En parlant de MediaInfo, le projet est toujours hébergé chez SourceForge… qui est désormais plutôt controversée. Pourquoi n'as-tu pas basculé sur une autre forge ?

En fait, j’ai plus ou moins basculé : le site web et les sites de téléchargement principaux sont maintenant sur mes propres serveurs. Je laisse un miroir des fichiers sur Sourceforge pour les sites tiers pas doués qui ne mettent pas à jour les liens (ils ont des robots qui testent la présence de la version N+1) et les gens qui veulent rester sur Sourceforge. Plus de téléchargement officiel chez eux, donc je n’ai pas à me taper leur installeur bourré de pub ni afficher leur pub (je préfère afficher la mienne, c’est plus rentable :-D ). Mon installeur Windows a de la pub aussi certes, mais il est bien moins violent que le leur (sur le mien, il faut faire un choix actif pour installer le logiciel en pub, sur celui de Sourceforge tout est fait pour te tromper). Reste le SVN, mais comme c’est que pour moi et qu’il marche toujours, c’est la fainéantise. Un jour je passerai à Git (un jour !), ça vient doucement.

Tu as une vision plutôt pragmatique du logiciel libre ; contrairement à certains ici, tu utilises des logiciels propriétaires sans hésiter si tu les juges meilleurs. Utilises-tu pour ton activité professionnelle des logiciels propriétaires commercialisés en tant que service (SaaS - Software As A Service) ? Quelle est ta position générale sur ce sujet ? Pourrais-tu en utiliser, et si oui quelles seraient les conditions requises pour que tu acceptes de les utiliser ?

Exact. Visual Studio est bon ? Je l’utilise, point. Qu’on me propose un IDE libre qui est bon, et je le prendrai (je rigole pas mal quand on me parle d’IDE libre « performant » avec plein de noms pour dire d'en avoir, ça montre surtout une méconnaissance de Visual Studio). SaaS ou pas, l’important pour moi est la liberté des données générées. Un produit non libre, il sait faire du code libre et il sait faire des binaires libres. Pour le SaaS en lui-même, c’est surtout un mot « hype » pour désigner une façon de faire pas si nouvelle, Sourceforge dont on a parlé précédemment c’est du SaaS depuis 15 ans. Pour l’idée de céder à la mode du SaaS, l’important pour moi est la liberté des données qui en sortent : format standard. Que ce soit libre ou pas, ce n’est pas mon problème (mais de celui qui me fournit le service. Et si le service disparait, je regarderai alors ce que je fais de mes données libres). Je suis un « vieux » qui n’utilise pas tant que ça le SaaS parce que surtout il n’en voit pas toujours l’intérêt à part le hype et le fait de ne pas avoir à installer de logiciel (mais comme je sais faire ça, ce n’est pas vendeur pour moi). Je l’utilise surtout pour le collaboratif, travailler à plusieurs sur un Google Document est quand même très très pratique (et c’est ça l’important).

À noter que ton « contrairement à certains » me fait bien sourire, la quasi-totalité de ces personnes ont un BIOS (donc du logiciel) non libre, par pur confort, ou des pilotes non libres, ou un Steam non libre, suivant leurs propres limites et leurs envies du jour, et leur stigmatisation des gens ayant un peu plus de logiciel non libre qu’eux est bizarrement mis avec une limite qui exclut des gens tout en les incluant eux. Tout le monde utilise du propriétaire qui peut contenir des méchantes portes dérobées, les gens qui se croient plus libristes que les autres car n’ont pas les mêmes trucs proprios que les autres qu’ils critiquent ne trompent qu’eux-même. Tout le monde priorise son confort au libre, c’est juste le placement de la limite qui change. Si les libristes qui ne veulent pas utiliser de logiciels non libres car c’est caca étaient cohérents sur leurs arguments, ça ferait longtemps qu’on aurait des processeurs (CPU et GPU) libres faits à partir de fonderies libres. Ce n’est pas le cas.

Un projet libre dont tu as envie de parler ?

MediaInfo bien évidemment :-D. Plus sérieusement, je suis surtout consommateur d’autres projets libres, sans forcément avoir de coup de cœur sur un projet précis. Si il fallait en citer un, je dirais CentOS qui propose une version professionnelle de distribution Linux, et qui me perme de décider quand je migre grâce à sa maintenance de 10 ans et de plusieurs versions en parallèle, et non pas quand les distributions m’obligent à faire les migrations quand ils arrêtent rapidement le support.

Un mot à ajouter ?

J’ai essayé de mettre un maximum de trolls dans mes réponses, spécialement pour LinuxFr, lequel prendra le plus ? :-D

Merci Jérôme pour ton temps et tes réponses ! :)

  • # Enlève ton masque !

    Posté par . Évalué à -6. Dernière modification le 02/09/14 à 10:38.

    malheureusement, vu qu’un partie des personnes se disant libristes s’amusent toujours à opposer une supposée pureté d’un tout libre non commercial fantasmé au commercial ou à la cohabitation avec le non-libre, il a des peurs sur le libre à enlever, c’est un travail long

    Troisième question, on l'a déjà reconnu…

    je suis assez individualiste

    Sans déconner !

    J’ai essayé de mettre un maximum de trolls dans mes réponses, spécialement pour LinuxFr, lequel prendra le plus ? :-D

    Ça va, j'ai eu bon ?

    • [^] # Re: Enlève ton masque !

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Quel masque? Pour ma part, j'ai lu un excellent entretien, avec en plus une perspective historique. Quel média classique met le lien vers l'entretien précédent?

      ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

      • [^] # Re: Enlève ton masque !

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Quel média classique met le lien vers l'entretien précédent?

        Le Parisi Non, rien -> []

      • [^] # Re: Enlève ton masque !

        Posté par . Évalué à 2.

        Moi je n'ai pas trouvé cet entretien si bon que ça. Il y a quelques bons passages sur son expérience, mais c'est noyé au milieu d'une compilation de ses trolls préférés qui sont déjà saoulant quand on les lit dans des commentaires. C'est dommage de profiter d'une interview de ce genre pour ramener sur le tapis tous les poncifs qu'il nous sort sans arrêt. L'entretien aurait pu être plus intéressant sans ça et avec d'autres questions, comme par exemple quel genre de services attendent les entreprises dans ce secteur, quels sont ses concurrents, etc. Bref, sans doute quelque chose de plus professionnel, plus de Martinez et de moins Zenitram.

        • [^] # Re: Enlève ton masque !

          Posté par . Évalué à 2.

          Il me semble que son premier entretien était moins "trollesque" (mais j'ai le flemme de le relire pour vérifier), à mon avis c'est un peu dommage que zenitram se soit donner de le challenge de "mettre un maximum de trolls", l'entretien aurait été encore plus intéressant sans cela.

        • [^] # Re: Enlève ton masque !

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          L'entretien aurait pu être plus intéressant sans ça et avec d'autres questions, comme par exemple quel genre de services attendent les entreprises dans ce secteur, quels sont ses concurrents, etc

          L'entretien est plutôt d'orientation "générale" sur la création d'entreprise et le logiciel libre. Les questions que tu évoques sont plutôt spécifiques au métier (mais très intéressantes). Les commentaires sont justement là pour compléter l'entretien et j'imagine que Zenitram se fera un plaisir d'y répondre. Je t'invite à lancer le sujet dans un nouveau commentaire.

    • [^] # Re: Enlève ton masque !

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      rev <<< martineZ
      

      blog.rom1v.com

  • # Le marché publicitaire en crise ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Tu dis ceci :

    La crise financière a beaucoup pesé sur le marché publicitaire qui me finançait pas mal au début, le monde change avec Adblock qui est de plus en plus utilisé

    Tes revenus publicitaires ont chuté par une diminution des publicités vues ou par le niveau de rémunération proposé par les agences publicitaires ?

    Je pose la question parce qu'on voit par ailleurs que des sociétés telles que Google, Critéo et autres acteurs de la publicité en ligne se portent on ne peut mieux (signifiant peut-être que la répartition des bénéfices liés à la publicité n'est pas aussi "équitable" qu'on pourrait l'espérer;)

    • [^] # Re: Le marché publicitaire en crise ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Tes revenus publicitaires ont chuté par une diminution des publicités vues ou par le niveau de rémunération proposé par les agences publicitaires ?

      Le CPM a chuté (Google affiche quasi toujours quelque chose, jsute qu'ils payent moins, pour Criteo c'est moins de pages affichée et du coup je descendais le seuil pour avoir des pubs)

      des sociétés telles que Google, Critéo et autres acteurs de la publicité en ligne se portent on ne peut mieux

      J'imagine que eux ont un fixe donc marchent au volume :). Ou il y a plus de demande plus grande d'affichage non compensée par une offre qui monte aussi mais moindre. Ou que c'est dans mon domaine qu'il y a moins d'offre mais que dans d'autres domaines ça marche mieux. Mais en fait, je ne sais pas trop, je constate juste que mon CPM chute et que d'autres avec qui je discute me le disent aussi.

      • [^] # Re: Le marché publicitaire en crise ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Il me semble que Criteo fait du ciblage, c'est à dire analyse tout ce que l'on bloque par une extension comme ghostery, en vue d'envoyer des pubs ou emails plus efficaces.

        If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

      • [^] # Re: Le marché publicitaire en crise ?

        Posté par . Évalué à 8.

        Pour ceux qui ne sont pas familier avec le terme CPM, ça signifie « Cost Per Mille » soit le montant versé pour 1000 publicités vues. Ici c'est donc la rémunération par pub qui a baissé, pas nécessairement le nombre d'affichages/clics.

  • # Intérêt financier

    Posté par . Évalué à 10.

    Bonjour,

    L'interview est très intéressante, merci !

    Pour ma part j'aimerais avoir le point de vue de Jérôme Martinez sur l'intérêt financier de créer sa propre entrerprise (les autres intérêts non financiers, c'est un sujet assez commun et bien connu).

    On voit pour 2013 environ 100 000 € de CA pour 23 000 € de résultat, donc 77 000 € de charges.

    D'après un ami qui a créé sa boîte, il y a pleins de charges dues à la paperasse administratives et juridiques (payer un comptable, payer un juriste, …). Donc à la fin il ne doit pas rester beaucoup au niveau salaire.

    Si on part par exemple sur un salaire brut en France de 50 000 €, quel serait le chiffre d'affaire pour une société (avec un seul employé) qu'il faudrait viser pour arriver à un revenu équivalent avec les même avantages au niveau couverture santé et retraite ?
    (et je ne parle même pas des heures de travail)

    Car parfois je me dis qu'il serait plus efficient de devenir consultant indépendant SAP ou Oracle et de profiter de son temps libre pour coder ce qui me plaît, plutôt que de travailler directement sur ce qui me plaît.

    • [^] # Re: Intérêt financier

      Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 02/09/14 à 11:58.

      On voit pour 2013 environ 100 000 € de CA pour 23 000 € de résultat, donc 77 000 € de charges.

      Note que par "charges", ça comprend "rémunération du gérant sur l'année", et que "résultat, ça comprend "rémunération du gérant en différé".
      De plus ton calcul est simpliste, il y a une tonne des trucs différents entre tout ça (l'impôt sur les société impacte différement suivant comment tu gères)

      Si on part par exemple sur un salaire brut en France de 50 000 €, quel serait le chiffre d'affaire pour une société (avec un seul employé) qu'il faudrait viser pour arriver à un revenu équivalent avec les même avantages au niveau couverture santé et retraite ?

      Ha les chiffres… bon, je vais essayer de pas me tromper, et c'est "en gros", vu que tous les ans ça change.

      "brut", on s'en balance, c'est un chiffre artificiel (ni ce qu'a l'employé, ni ce que paye l'employeur).
      Partons sur 40 k€ net (avant impot sur le revenu).
      Pour un salarié (pas gérant de SAS, sinon il n' pas le chômage à cotiser) : brut chargé de 70 k€ + paperasse + divers charges (fiches de paye…) = on va dire CA de 75 k€ pour ça.
      Pour le gérant majoritaire d'EURL/SARL : brut chargé de 53 k€ + comptable on va dire 55 k€
      20 k€ de différence, mais :
      - moindre cotisation retraite, prévoir 3-4 k€/an à mettre de côté pour compenser et vider la même chose qu'un salarié.
      - moindre couverture santé (ça ne se "déclenche" pas de suite alors qu'en entreprise tu as que quelques jours) mais difficilement chiffrable, je dirai 1-2 k€/an à mettre de côté.
      donc en gros disons 60 k€ de CA à faire pour avoir 40 k€ net, si tu n'as pas de dépenses.

      Je ne répond pas directement à ta réponse (déjà tu parle d'employé, donc salarié, mais tu as le choix, tu peux être salarié, ou pas), car tu peux aussi être salarié ou pas salarié en indé (forme juridique différente, où tu n'es pas le gérant de l'EURL… SAS, portage salarial, EURL avec tes parents comme gérants…) donc ta question n'est pas toute logique.
      Si tu veux les avantages de salarié (chômage, sécu), tu peux, ça fait ~75 k€
      Si tu veux gérer toi-même les risques, tu peux, ça fait ~60 k€
      Nombres faits rapidos et non contractuels.

      Car parfois je me dis qu'il serait plus efficient de devenir consultant indépendant SAP ou Oracle et de profiter de son temps libre pour coder ce qui me plaît, plutôt que de travailler directement sur ce qui me plaît.

      Il y a des avantages et des inconvenients, il ne faut pas se focaliser que sur la rémunération ponctuelle : dans une entreprise, tu prends moins de risque mais moins de sous, en indé tu prends tes responsabilités, tu peux ganger plus mais tu peux gagner moins aussi.

      Tu as en fait deux questions :
      1/ indé ou pas? (partage de risque)
      2/ si indé, salarié ou pas? (multiplicateur de risque)

      Dans les deux cas, c'est à toi de décider quel niveau de risque tu veux, si tu as aussi des contacts pour un projet, le reste est du détail technique.

      Le plus important n'est pas la forme de rémunération, le plus important est le projet et/ou les contacts que tu as pour avoir du taf.

      • [^] # Re: Intérêt financier

        Posté par . Évalué à 2.

        Ok merci cela donne une idée générale !

        En fait je ne me suis pas trop renseigné sur les différentes approches que l'on peut avoir lorsque l'on créé son entreprise tout seul (sans aucun partenaire ou employé à part soi).

        Par contre je voyais plutôt cela dans le cadre d'une entreprise qui vend un bien et pas un service.

        J'ai regardé un peu et c'est pas mal compliqué entre les status de gérant, administrateur, employés et autres (on peut même être gérant et employé en même temps si j'ai bien compris).
        Bon faut que je potasse !

      • [^] # Re: Intérêt financier

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Si tu veux les avantages de salarié (chômage, sécu), tu peux, ça fait ~75 k€

        Juste un bémol, si tu es gérant minoritaire ET salarié, tu n'as pas droit au chômage (il me semble), car le gérant est exclu.
        http://www.apce.com/pid813/statut-du-gerant-de-sarl.html?espace=1&tp=1

        If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

        • [^] # Re: Intérêt financier

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Sauf si la fonction de gérance a une rémunération nulle et que le gérant est subordonné à quelqu’un d’autre que lui-même

          C’est le fonctionnement utilisé pour les gérants des coopératives par exemple

          (Ce que je dis est en conformité avec le lien que tu donnes :) )

        • [^] # Re: Intérêt financier

          Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 02/09/14 à 14:22.

          En effet.
          L'astuce (100% légal, je ne sais pas car je ne me suis pas renseigné à fond dessus vu que ça ne m'interesse pas pour moi, mais c'est un classique que j'ai déjà vu) consiste à filer la gérance à papa/maman (ou autre qui n'est pas toi) et être salarié "normal" avec un CDI bien comme il faut (ça fait plaisir aux banques aussi, en option), si on a peur que Pole Emploi ne fasse pas assez la distinction entre gérance et travail effectif.

          Sinon, si j'ai bien suivi les gens qui montent plutôt des SAS, c'est pour ne pas quitter la partie sécu et retraite (avoir la même caisse qu'avant) que les gens se mettent assimilé salarié, pas pour le chômage (j'aurai donc dû mettre "sécu, retraite, et avec petite bidouille chômage").

          Edit : je rejoins Elefant sur le sujet, "suffi" de bien distinguer financièrement les deux rôles si on veut cotiser, bref c'est un choix personnel de ta part d'etre ou pas comme un salarié.

          • [^] # Re: Intérêt financier

            Posté par . Évalué à 5.

            L'astuce (100% légal, je ne sais pas car je ne me suis pas renseigné à fond dessus vu que ça ne m'interesse pas pour moi, mais c'est un classique que j'ai déjà vu) consiste à filer la gérance à papa/maman (ou autre qui n'est pas toi) et être salarié "normal" avec un CDI bien comme il faut…

            Oui enfin en cas de pépins, si le gérant de droit est requalifié en prête-nom (ie considéré comme un gérant de paille), le gérant de fait (ie celui qui dirige vraiment l'entreprise) se prend un redressement de charges sociales pas piqué des hannetons.

            Par contre les deux gérants (de droit et de fait) ont les mêmes responsabilités au niveau pénal.

            C'est très mal vu et généralement puni quand on se fait prendre (de façon générale, en France faut pas chercher à contourner l'URSSAF)

            Un petit lien assez complet : http://www.legavox.fr/blog/maitre-joan-dray/gerance-paille-responsabilites-10041.htm

            • [^] # Re: Intérêt financier

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              oui, être gérant induit des responsabilités certaines. Pour autant, dans une affaire familiale, c'est un risque gérable (j'ai été gérant 2 ans du magasin de mes parents, ça a eu des conséquences : j'ai perdu les APL pour mes logements étudiant à 100 F/mois au lieu de 700 F/mois, j'ai failli payer des impôts, en contrepartie ma mère a eu tous ses trimestres de retraite et pas une retraite minorée de 20% pour 8 trimestres manquants…).
              Tu parles de pénal, mais cela concerne combien de personnes ? Diriger une société, c'est avant tout faire du business, pas enfreindre la loi, hein ;-) Au passage, j'ai dû cotiser pour la retraite.

      • [^] # Re: Intérêt financier

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Partons sur 40 k€ net (avant impot sur le revenu).
        Pour un salarié (pas gérant de SAS, sinon il n' pas le chômage à cotiser) : brut chargé de 70 k€ + paperasse + divers charges (fiches de paye…) = on va dire CA de 75 k€ pour ça.
        Pour le gérant majoritaire d'EURL/SARL : brut chargé de 53 k€ + comptable on va dire 55 k€

        Tout à fait d'accord avec tes chiffres, mais tu considères dans les 2 cas que la personne ne fait pratiquement pas de frais. En vrac:
        - PC (changé chaque année si on veut)
        - divers trucs de geeks (des Rasp/BeagleBone/Arduino/…) pour bricoler/se faire plaisir
        - voiture ou moto (re-introduire l'avantage en nature dans sa déclaration d'impôt perso), TVS (taxe sur véhicule de société, qui explose au-delà de 140g/CO2 par km) absente sur les motos, ce qui explique le nombre de Goldwing de société…
        - locaux achetés par l'entreprise
        - remboursement de frais kilométriques (attention, ne pas cumuler avec véhicule acheté sur la société)
        - remboursement de frais de repas
        et j'en oublie sans doute

        If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

        • [^] # Re: Intérêt financier

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Tout à fait d'accord avec tes chiffres, mais tu considères dans les 2 cas que la personne ne fait pratiquement pas de frais.

          Je n'ai peut-être pas assez précisé, mais c'est clairement hors "investissment" / "charges courantes".
          Tout ce dont tu parles est pareil dans les 2 cas, à ma connaissance, quand tu controles toute la chaine (que tu décides si tu accepte le remboursement du repas ou pas), et j'ai parlé en gros, après il y a une tonne de détails, on est d'accord.

          Note : je n'ai pas de voiture, pas de moto "pro" (je l'utilise que perso), peu de dépenses PC (je n'arrive plus à éprouver le besoin d'en changer, je suis passé en mode "décroissance"), les locaux sont chez moi, ça limite :).
          Mais oui, ma Raspberry Pi a été achetée sur le compte entreprise (pour compiler en ARM!) :)

    • [^] # Re: Intérêt financier

      Posté par . Évalué à 7.

      D'après un ami qui a créé sa boîte, il y a pleins de charges dues à la paperasse administratives et juridiques (payer un comptable, payer un juriste, …). Donc à la fin il ne doit pas rester beaucoup au niveau salaire.

      Il y a de multiples situations donc "créer sa boîte" est peu informatif. Un indépendant sans employés n'a normalement pas besoin de juriste, et le boulot du comptable est assez simple donc il ne coûte pas trop cher (en comparaison au CA… ne pas s'attendre à payer le prix d'une consultation chez un généraliste, non plus ; disons moins de 1000 €). Il faut ajouter une assurance professionnelle de base.

      Si on part par exemple sur un salaire brut en France de 50 000 €, quel serait le chiffre d'affaire pour une société (avec un seul employé) qu'il faudrait viser pour arriver à un revenu équivalent avec les même avantages au niveau couverture santé et retraite ?

      Car parfois je me dis qu'il serait plus efficient de devenir consultant indépendant

      Si tu es consultant indépendant, alors tu n'es pas "employé" d'une société. Pour avoir le même revenu et les mêmes prestations santé et retraite (*), tu peux ajouter 10% au salaire brut (pour couvrir le comptable, l'assurance et autres babioles). Souviens-toi tout de même qu'un indépendant est précaire (pas d'allocations chômage quand tu ne trouves pas de clients) : il est bon de se faire un matelas de survie. La question finale est celle de la qualité de vie, à savoir avoir finalement de mou pour se tenir à l'abri du besoin.

      (*) la couverture santé et retraite des indépendants est similaire à celle des salariés

      • [^] # Re: Intérêt financier

        Posté par . Évalué à 3.

        Si tu es consultant indépendant, alors tu n'es pas "employé" d'une société.

        Le consultant indépendant SAP et Oracle, c'était juste une boutade en rapport avec ce qu'ils gagnent et la difficulté du travail (et l'intérêt du travail aussi).

        Pour avoir le même revenu et les mêmes prestations santé et retraite (*), tu peux ajouter 10% au salaire brut (pour couvrir le comptable, l'assurance et autres babioles). Souviens-toi tout de même qu'un indépendant est précaire (pas d'allocations chômage quand tu ne trouves pas de clients) : il est bon de se faire un matelas de survie. La question finale est celle de la qualité de vie, à savoir avoir finalement de mou pour se tenir à l'abri du besoin.

        Oui c'est pour ça que j'admire un peu ceux qui se lancer dans la création d'entreprise. Lorsque je vois les risques, la situation d'employé dans une grande entreprise est beaucoup plus confortable.
        (mais bon je ne reviens pas sur les avantages non-financiers d'avoir son entreprise)

        • [^] # Re: Intérêt financier

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Oui c'est pour ça que j'admire un peu ceux qui se lancer dans la création d'entreprise. Lorsque je vois les risques, la situation d'employé dans une grande entreprise est beaucoup plus confortable.

          Un employé lambda dans une grande entreprise a peu de chances de gagner vraiment beaucoup, même si il est très bon. Par contre il aura son salaire, quand le créateur de startup peut se retrouver "à poil".
          Un type qui crée sa boite avec un bon concept va gagner infiniment plus. Par exemple, Ikea ou Picard Surgelés ont un bon concept, ouvrent des nouveaux magasins et gagnent plus.

          If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

          • [^] # Re: Intérêt financier

            Posté par . Évalué à 1.

            Un employé lambda dans une grande entreprise a peu de chances de gagner vraiment beaucoup, même si il est très bon. Par contre il aura son salaire, quand le créateur de startup peut se retrouver "à poil".
            Un type qui crée sa boite avec un bon concept va gagner infiniment plus. Par exemple, Ikea ou Picard Surgelés ont un bon concept, ouvrent des nouveaux magasins et gagnent plus.

            C'est clair que cela peut devenir le jackpot, mais je doute que si tu fais le ratio gains potentiels * probabilité de réussite / heures de travail, ce soit très intéressant.

            Ce qu'il serait intéressant aussi de demander à Jérôme Martinez/Zenitram c'est s'il pense qu'avoir son logiciel comme logiciel libre est un handicap ou un avantage.

            • [^] # Re: Intérêt financier

              Posté par (page perso) . Évalué à 9. Dernière modification le 02/09/14 à 15:52.

              c'est s'il pense qu'avoir son logiciel comme logiciel libre est un handicap ou un avantage.

              Ha… Ca commence à devenir interessant comme questions :).
              Déjà, partons d'un postulat : si pas libre, il serait gratuit. Sinon c'est tout autre chose mais je ne pense pas que je pourrais le vendre super cher.
              - Avantage du libre : n'importe qui peut compiler, adapter, mettre dans son workflow, ça fait une tonne d'utilisateurs. Les libristes disent que c'est libre, ça aide aussi. Les entreprises étatiques commencent à demander que du libre, je gagne donc des marchés à ce niveau. Est-ce que mon gros client aurait intégré mon logiciel chez eux si ils avaient dû me demander? Peut-être pas, et du coup adieu un paquet de fric.
              - Inconvénient du libre : je ne peux pas revendre ma boite avec le code caché. La valeur de l'entreprise est juste ma matière grise.

              Perso, je pense que le vent tourne vers le libre, donc je pense qu'à long terme c'est mieux, mais impossible de dire pour sûr si je n'aurai pas gagné plus en fermé. Je pense que ça m'a ouvert plein de portes et de réputation, mais je ne peux être sûr à 100%.
              Impossible de répondre en étant sûr à 100%. Je dirai que pour une petite boite personnelle, c'est mieux, sans m'engager. Question de feeling plus que d'étude de marché.

              • [^] # Re: Intérêt financier

                Posté par . Évalué à 2.

                Comme quoi c'était bien de poser la question car je m'attendais à tout autre chose.

                Est-ce que tu n'as pas de contributions extérieures sérieuses ou une amélioration significative de la qualité globale par la "tonne d'utilisateurs" ? Ou est-ce que tu n'as pas gagné en temps de R&D en utilisant des briques du libre ?

                Pour les inconvénients, ce qui fait toujours un peu peur c'est l'appropriation par quelqu'un d'autre à moindre frais. Personne n'a essayé de s'approprier ton travail ?

                J'ai vu un logiciel libre qui tentait de mesurer la "part silencieuse" de ses utilisateurs en intégrant un "ping maison" activé par défaut (mais bien mis en avant dans la documentation et dans la configuration). Est-ce que tu es intéressé/concerné par cette "part silencieuse" ou pas du tout ?
                (par exemple est-ce que tu suis le Debian Popularity Contest pour ton paquet Debian ?)

                • [^] # Re: Intérêt financier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                  J'ai l'impression que Zenitram se positionne comme prestataire de service plus que comme éditeur de logiciel. Dans ce contexte, l'appropriation de son logiciel par quelqu'un d'autre ne présente que peu de risque car sa valeur ajoutée est sa compétence, pas son logiciel lui-même.

                • [^] # Re: Intérêt financier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  Est-ce que tu n'as pas de contributions extérieures sérieuses

                  Très peu de contributions mineures, aucune contribution sérieuses.
                  Mais c'est à cause de moi-même surtout :
                  - Je ne veux pas de "communautaire" : si on change le GUI, c'est avec mon accord, pas comme la "communauté" veut. donc ça démotive les quelques personnes "interessées".
                  - Mon domaine d'expertise est très très pointu et pas encore bien ouvert au libre. On m'embauche parce que d'autres ne savent pas faire, alors bon pour avoir des contributions… Je suis même prêt à payer pour avoir des contributions, mais voila, ça manque de coméptences (ou alors, on va me les facturer à un taux que je ne peux me permettre, comme mes sponsors)

                  ou une amélioration significative de la qualité globale par la "tonne d'utilisateurs" ?

                  A part filer des fichiers qui crashent (donc libre ou pas, pareil) et demander des nouvelles fonctionnalités, une communauté d'utilisateur utilise, c'est tout…

                  J'ai vu un logiciel libre qui tentait de mesurer la "part silencieuse" de ses utilisateurs en intégrant un "ping maison" activé par défaut (mais bien mis en avant dans la documentation et dans la configuration).

                  Sous Windows, il y a un test pour savoir si la nouvelle version est arrivée, et je compte.
                  Mais c'est plus pour me la péter à qui a la plus grosse qu'autre chose, 1000 ou 1000000 d'utilisateurs gratuits, ça ne change pas grand chose (le tout est de toucher les pros)

                  Est-ce que tu es intéressé/concerné par cette "part silencieuse" ou pas du tout ? (par exemple est-ce que tu suis le Debian Popularity Contest pour ton paquet Debian ?)

                  Voir au dessus :).

                  Pour les inconvénients, ce qui fait toujours un peu peur c'est l'appropriation par quelqu'un d'autre à moindre frais. Personne n'a essayé de s'approprier ton travail ?

                  Personne ne peut s'approprier du code. Il peut juste en profiter et le revendre. Mais voila, il ne corrigera pas les bugs. Le logiciel est ma plaquette marketing, je vends aute chose (les évolutions), et qui de mieux que l'auteur original peut le faire?
                  C'est un fantasme que de croire que quelqu'un d'autre se fera du fric "sur ton dos". D'une le fric est dû à la capacité de vente de la personne donc pas pour rien, et de deux la diffusion sera toujours mineure par rapport à la source. Beaucoup de fantasmes sur le sujet, comme "1 contrefaçon = 1 vente de perdue".

                  • [^] # Re: Intérêt financier

                    Posté par . Évalué à 2.

                    ou une amélioration significative de la qualité globale par la "tonne d'utilisateurs" ?

                    A part filer des fichiers qui crashent (donc libre ou pas, pareil) et demander des nouvelles fonctionnalités, une communauté d'utilisateur utilise, c'est tout…

                    Hum pas nécessairement. Par exemple tu peux avoir des remontées précises de bogues (avec parfois des début de correction), des commentaires pertinents sur la doc/traduction, des articles sur linuxfr pour propager la bonne parole, etc. ;-)
                    Bon il faut distinguer les utilisateurs qui font ça car ton logiciel est libre et qui ne l'auraient pas fait si ton logiciel était proprio, certes (si les remontées de bogues se font sur Debian, tu connais la réponse).

                    J'ai vu un logiciel libre qui tentait de mesurer la "part silencieuse" de ses utilisateurs en intégrant un "ping maison" activé par défaut (mais bien mis en avant dans la documentation et dans la configuration).

                    Sous Windows, il y a un test pour savoir si la nouvelle version est arrivée, et je compte.
                    Mais c'est plus pour me la péter à qui a la plus grosse qu'autre chose, 1000 ou 1000000 d'utilisateurs gratuits, ça ne change pas grand chose (le tout est de toucher les pros)

                    Moi je pensais à deux autres angles : en tirer une satisfaction personnelle (c'est comme la motivation, il ne faut pas négliger ce facteur) et parfois être amer de voir son logiciel utilisé par beaucoup de monde sans aucun retour (pécunier ou autre).

                    Pour les inconvénients, ce qui fait toujours un peu peur c'est l'appropriation par quelqu'un d'autre à moindre frais. Personne n'a essayé de s'approprier ton travail ?

                    C'est un fantasme que de croire que quelqu'un d'autre se fera du fric "sur ton dos". D'une le fric est dû à la capacité de vente de la personne donc pas pour rien, et de deux la diffusion sera toujours mineure par rapport à la source. Beaucoup de fantasmes sur le sujet, comme "1 contrefaçon = 1 vente de perdue".

                    Je ne dirais pas fantasme car cela arrive quand même, même si c'est relativement rare (BusyBox par exemple).
                    Mais effectivement les tentatives réussies de se faire du fric sur le dos du libre (c'est à dire en ne respectant pas la licence je précise), il ne doit pas y en avoir beaucoup.

                    C'est juste que j'entends souvent cet argument lorsque l'on parle du libre ainsi que d'autres clichés ("tu veux dire que en utilisant ce logiciel on sera à la merci de barbus ??!?").

                    Merci pour les réponses fort intéressantes !

                    • [^] # Commentaire supprimé

                      Posté par . Évalué à -9.

                      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                      • [^] # Re: Intérêt financier

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Posté par Riendf le 07/09/14 à 15:31. Évalué à -9 (+0/-0) .

                        Hmm… Si je comprends bien, ce gars-là a tous ses messages à -9 par défaut ? Il est pas un peu merdique le système de notation de Linuxfr ?

      • [^] # Re: Intérêt financier

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        (*) la couverture santé et retraite des indépendants est similaire à celle des salariés

        Pour la retraite, du moins pour la CIPAV (prestation de service informatique) par défaut non (tu payes moins, tu auras moins à la fin), mais il est vrai que tu peux demander à cotiser une classe au dessus pour la retraite complémentaire (et alors la ça commence à revenir au même).
        Le RSI est peut-être différent.
        Pour la sané, parait que c'est un peu moins bien en cas de grosse maladie mais je ne me suis pas assez renseigné pour dire la différence précise.

        il est bon de se faire un matelas de survie.

        C'est le maitre mot : il faut savoir gérer, épargner, sinon tu meurs au moindre petit problème (donc souvent). ce n'est pas pour les gens qui sont dans le rouge à la fin du mois faute de saboir gérer un budget.

        • [^] # Re: Intérêt financier

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est le maitre mot : il faut savoir gérer, épargner, sinon tu meurs au moindre petit problème (donc souvent).

          Il faut essayer d'avoir en permanence (au moins) de quoi se payer pendant 3 mois (sa rémunération et les charges diverses URSSAF/RSI/CIPAV/ASSEDIC si salarié).
          Certains amis ont un an de réserve.

          If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

          • [^] # Re: Intérêt financier

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Certains amis ont un an de réserve.

            Pareil qu'eux. C'est de mon point de vue le minimum de chez minimum à prévoir, même avant de commencer (on peut épargner aussi en tant que salarié, avant de partir dans l'aventure… Sinon c'est la démonstration qu'il ne faut pas se lancer, on n'est pas fait pour ça) si on est déjà dans le monde du travail (sinon, ça ne change pas grand chose :) ).

            • [^] # Re: Intérêt financier

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Et ne pas oublier que plein de boites paient avec beaucoup de retard.
              Pour être concret, tu bosses au mois de septembre, tu envoies ta facture le 30 septembre ou le 1 er octobre, et si tu as une boite très sympa (rare)
              - tu es payé le 1 er novembre
              sinon
              - tu es payé entre le 15 novembre et le 1 er décembre
              il arrive aussi que tu sois payé à 3 mois, donc début décembre.
              Ou à 6 mois ou plus.
              Si ce genre de "blague" ne vous convient pas, il vaut mieux ne pas se lancer.

              Faites attention à l'affacturage proposé par certaines banques, il vous coûte un bras, sans résultat, car la banque se contente d'envoyer des recommandés avec AR à votre client. Très efficace quand le client dit avoir perdu votre facture et la redemande, ou vous demande de remplir un formulaire supplémentaire, ou…
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Affacturage

              If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

              • [^] # Re: Intérêt financier

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                tu envoies ta facture le 30 septembre ou le 1 er octobre, et si tu as une boite très sympa (rare)
                - tu es payé le 1 er novembre

                Pas d'accord : une boite très sympa est une boite qui fait le virement dès la réception du mail contenant la facture.
                Ne dit pas que c'est illusoire, on me pratique ça et je pratique ça :).

                Ou à 6 mois ou plus.
                Si ce genre de "blague" ne vous convient pas, il vaut mieux ne pas se lancer.

                J'ai ça aussi :), surtout quand on est sous-traitant d'un aute contractant (le temps qu'il refacture et reçoit puis transmet)
                (mention spéciale au service public, de n'importe quel pays!)

                Clairement, si on n'aime pas ça, il vaut mieux ne pas se lancer.

                • [^] # Re: Intérêt financier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ou à 6 mois ou plus.
                  Si ce genre de "blague" ne vous convient pas, il vaut mieux ne pas se lancer.
                  J'ai ça aussi :), surtout quand on est sous-traitant d'un aute contractant (le temps qu'il refacture et reçoit puis transmet)
                  (mention spéciale au service public, de n'importe quel pays!)

                  Ajoutons les organismes de formation qui paient à 6 mois ou plus systématiquement, donc j'essaie d'éviter autant que possible

                  If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

                • [^] # Re: Intérêt financier

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Anecdote pour appuyer Zenitram :
                  Il y a quelques années j'ai du appeler le directeur d'un service de la RATP pour être réglé au bout de 6 mois, heureusement qu'on s'aimait bien tous les deux, il a fait un effort, sinon c'était 8 ou 10 mois d'attente. C'était une très grosse somme.

                  Si vous êtes prestataire pour le service public, soyez prévoyant !

                  "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

                  • [^] # Re: Intérêt financier

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    Si vous êtes prestataire pour le service public, soyez prévoyant !

                    Le service public a coulé un nombre impressionnant de boites, petites ou pas si petites.
                    Anecdote : le premier ministre italien, Renzi, a relancé la consommation en obligeant les administrations italiennes à payer dans les temps !

                    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

      • [^] # Re: Intérêt financier

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Il faut ajouter une assurance professionnelle de base.

        Pour donner une idée, je paie autour de 500 Euros à l'année une assurance responsabilité civile qui rembourse les boulettes que je peux faire jusqu'à 100 000 Euros.

        If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # Libre ou pas?

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Je suis assez d'accords pour l'avant dernier paragraphe. Je suis avec un BIOS car coreboot peu cramer ma carte mere et mon matos trop récent.
    x86 car il y as de bonnes performances, bon support et faible conso.
    Pour moi le libre n'est qu'un arguments, point. Si le soft est merdique, personne vas l'utiliser, libre ou pas.

    Mon projet libre: http://ultracopier-fr.first-world.info/, mon jeu libre: http://catchchallenger.first-world.info/

  • # France - Allemagne

    Posté par . Évalué à 2.

    Si je ne me trompe pas, j'ai cru comprendre que Jérôme Martinez/Zenitram habite en Allemagne.
    Ce n'est pas un peu compliqué d'habiter à l'étranger et avoir une société en France ?

    Est-ce qu'il n'est pas plus avantageux de créer son entreprise en Allemagne ?
    Avec la création en 2008 des UG (Unternehmergesellschaft), c'est peut-être plus intéressant qu'une SARL ?

    • [^] # Re: France - Allemagne

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Si je ne me trompe pas, j'ai cru comprendre que Jérôme Martinez/Zenitram habite en Allemagne.

      J'habite, ai ma boite et paye mes impôts en France.
      Je me balade très souvent en Allemagne et connait pas mal de choses dessus.

      Est-ce qu'il n'est pas plus avantageux de créer son entreprise en Allemagne ?

      Ca dépend.
      Je sais, classique.
      - Si petit revenu, tu meurs de suite axphixié par le poids de l'assurance maladie minimale (~4 k€/an même si CA de 0, contre 0 en France gràce à l'AE, ou 1 k€ en France en EURL)
      - Si revenu moyen, c'est mieux (charges plus faibles, si tu es jour 0 cotisations retraite) en Allemagne
      - Si gros revenu, l'impôt sur le revenu te fait vite mal, vaut mieux en France ou bidouiller (je ne connais pas assez pour savoir su c'est rentable).

    • [^] # Re: France - Allemagne

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Est-ce qu'il n'est pas plus avantageux de créer son entreprise en Allemagne ?

      Il y a quelques temps, je m'étais fait une simulation, avec comme scénario un couple avec enfant travaillant (1 ou 2 personnes, pas de salarié) en indé, dans chacun des pays, avec des prestations à peu près identiques (comme il n'y a pas de cotisations retraites en Allemagne, j'ai compté 50% des cotisations retraite français comme salaire différé, les 50% restants partant en divers frais / paiement retraite de nos parent qu'on ne retrouvera jamais. Après impot sur le revenu, ils sont très différents. Cotisant à la CIPAV et RAM pour la France. Après prestations sociales comme l'allocation pour 1 enfant en Allemagne qui va jusqu'aux 25 ans de l'enfant, pas compté pour la France car c'est que 3 ans et limité en dessous d'un certains revenu en plus).
      Ca donne ça en très très gros pour une idée (en abscisse le reste à vivre annuel et en ordonné le pourcentage par rapport au brut chargé) :
      Reste à vivre
      (exemple : autour de 14 k€, tu gardes 78% des 18 k€ de CA necessaire pour les avoir, dans les 2 pays)
      Chiffes non contractuels (c'est compliqué tous les calculs!).

      Bref, on peut fantasmer sur l'Allemagne, mais la France est pas mal pour les indés qui gagnent pas grand chose ou gagnent bien leur vie (et les français ne sont pas "matraqués d'impots qui empéchent de concurrencer les allemands")

      • [^] # Re: France - Allemagne

        Posté par . Évalué à 1.

        Le rouge c'est qui, le bleu c'est qui ?

        • [^] # Re: France - Allemagne

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          argh… Fallait bien que j'oublie quelque chose.
          Bleu = France
          Rouge = Allemagne

          • [^] # Re: France - Allemagne

            Posté par . Évalué à 3.

            C'est vrai que cela casse un peu le mythe !

            Bon après je suppose qu'il faut prendre ton analyse avec des pincettes. Je vais étudier la question, c'est vraiment très intéréssant.

            Aussi d'expérience, le côté "bidouille" pour payer moins d'impôts peut rapidement inverser les deux courbes pour peu que l'on connaisse bien la loi.

            C'est assez rare de voir quelqu'un qui parle si ouvertement de chiffres, c'est appréciable (même avec les "chiffres non contractuels"). Merci !

            • [^] # Re: France - Allemagne

              Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 02/09/14 à 15:39.

              Bon après je suppose qu'il faut prendre ton analyse avec des pincettes.

              Oui, j'ai pris comme exemple qu'un cas particulier.
              D'autres disent autre chose mais il faut aussi voir ce qu'ils prennent en compte (par exemple, en Allemagne, j'ai pris en compte les sous pour les enfants car ils sont indépendants du revenu et du temps, on l'a dans tous les cas, et ailleurs on ne le compte pas. J'aurai dû aussi essayer de mettre le RSA pour la France mais la c'était trop prise de tête pour les formules).
              D'autres disent le contraire de la première étude (page 83).

              Bref, une chose est sûre : c'est le bordel pour comparer, toujours des millions de cas différents, et ça change tous les 6 mois (mention spéciale pour la France pour ça, elle gagne haut la main la compétition et ce n'est pas agréable de ne pas savoir à quelle sauce on est mangé).
              Pour le reste, il ne faut clairement pas voir l'Allemagne comme le truc parfait partout, il y a du bon et du pas bon dans les 2 pays.

              • [^] # Re: France - Allemagne

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                et ça change tous les 6 mois (mention spéciale pour la France pour ça, elle gagne haut la main la compétition

                C'est une des raisons qui explique la frilosité des entreprises étrangères à s'installer en France.

                If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # salaires des "codeurs" des deux côtés de l'Atlantique

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    et pour la partie technique ça allait mais dès qu’on parlait rémunération on me répondait « ça ne va pas la tête, vous demandez n’importe quoi, ça va pas être possible » alors qu’on m’aime bien outre atlantique parce que je suis… pas cher. Il y a un souci. Je comprends beaucoup quand les codeurs « experts » partent aux USA, ils sont plus valorisés. C’est dommage de perdre les compétences en France.

    un lien trouvé aujourd'hui
    http://www.rudebaguette.com/2014/09/02/french-developers-make-50-less-france-silicon-valley/

    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

    • [^] # Re: salaires des "codeurs" des deux côtés de l'Atlantique

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est un peu bidon comme article car ça ne précise pas de quel salaire on parle. Net, brut, chargé, couvertures (santé, retraite, …) prises en compte, etc. ?

      • [^] # Re: salaires des "codeurs" des deux côtés de l'Atlantique

        Posté par . Évalué à 4.

        Certes.
        Les salaires us sont toujours l'equivalent du net francais avant impot sur le revenu.
        Comptes environ 20-25% d'impots pour un celibataire en dessous de 140k (ca devient plus complique au dela).

        La couverture sante est paye en grande majorite par la boite (compte 1000 a 1500 dol a tout peter pour un an, et je suis large).
        La retraite est pour ta pomme, mais pre tax, et tres souvent matchee par la boite a hauteur de 1 pour 1, avec un max a 2-3% de ton salaire. Note que cotiser plus de 15k par an pour la retraite est tres con, vu que l'abatement d'impot s'arrete a ce niveau la, et que tu peux pas toucher au fric avant 60 ans (a moins de kiffer de payer 50% d'impots dessus).

        En clair, sur un salaire de 140k qui est plutot standard/milieu du panier dans la baie (j'ai des juniors a 125k dans mon equipe):
        - soustrait 16k de retraite/sante = 124k
        - enleve 20% d'impots = 100k. Ca c'est du pognon dans la poche a depenser.
        - 40 ans plus tard, rajoutes 15k/an a 5-10% an (en fonction de comment tu joues avec le feu sur ton plan retraite, je preconise tres aggressif jusqu'a 40-45 ans, ensuite conservateur, et passe 50-55, tu le met en mode "compte epargne").

        Au taux actuel, ca te fait 77k euros par an dans la poche, et une retraite tres decente.
        Le jour ou t'as des gosses, ca devient vachement plus complique. Idem si tu te choppes un cancer ou autres maladie a la con qui dure longtemps et coute tres cher.

        A ajuster en fonction de la boite (ca c'est des tarifs "boite normale", une startup va payer 15-20% de moins et tres tres rarement depasser les 160-170k).

        Si t'es bon et avec de l'experience, tu passes les 200k sans trop de probleme, et avec une tonne de stock en plus (5 a 6 chiffres offerts chaque annee, taxes a 48% par contre). Ca t'amene a un niveau ou t'as besoin d'un comptable pour optimiser ta declaration.

        Et ca c'est pour des postes d'ingenieurs, je parle pas de manager/director/vp, mais des gens qui codent l'essentiel de la journee.

        Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

        • [^] # Re: salaires des "codeurs" des deux côtés de l'Atlantique

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          (j'ai des juniors a 125k dans mon equipe)

          Autant je trouve les prix européens bien bas, autant ce genre de montant pour un junior me laisse sans voix…

          • [^] # Re: salaires des "codeurs" des deux côtés de l'Atlantique

            Posté par . Évalué à 3.

            Pourquoi?
            Les bons ingénieurs sont rares, un bon ingénieur rapporte bien plus que 125k/an (l'appli en question fait 8 chiffres par an, et c'est en progression constante) et la vie est incroyablement chere dans cette ville (i.e. ca correspond a ~100k dans une ville plus décente comme LA, ce qui est aussi un salaire courant pour des junior plutôt doues).

            Tout le monde y trouve son compte, c'est quoi le probleme au juste?

            Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

  • # anglais

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Les jeunes (oui, je me fais vieux et dit "les jeunes" maintenant), bougez-vous, allez faire un tour à l'étranger (pas forcément dans des pays de langue anglaise, la plupart des capitales ont maintenant un grand nombre de réunions informelles entre informaticiens et ça se passe en anglais car les capitales sont remplies d'étrangers venant des quatre coins du monde et c'est la langue commune),

    Hum là dessus je ne suis pas d'accord du tout. Enfin qu'il faut voyager si, bien sûr ! Qu'il faut apprendre l'anglais pour un informaticien c'est évident. Mais les capitales non anglophone ne sont pas bonne pour apprendre l'anglais: même si on peut souvent trouver quelqu'un qui parle anglais, la plupart des échanges se font dans la langue locale, et on est vite largués. Dans les hackerspaces parisiens que j'ai fréquenté par exemple, la plupart des échanges oraux/par écrit sont en français (à l'exception notable du fabelier car très fréquenté par des non francophones), même si beaucoup parlent (plus ou moins) anglais. Et je dirais même plus: c'est une très bonne chose !

    Sinon entretien intéressant.

    • [^] # Re: anglais

      Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 02/09/14 à 15:05.

      parisiens

      Ha oui, la, ça va pas le faire, en effet :).
      Je pensais à aller à l'étranger dans un pays non francophone dans tous les cas (il faut ne pas avoir le choix, soit anglais soit crève ar tu ne comprend pas la langue locale, donc au final tu trouves en anglais).
      Mais sinon, certes, aller dans un pays anglophone est plus pratique, ils ont un avantage, je pensais à ça surtout à défaut pour les gens boycottant les pays anglophones car ils seraient avantagés (un anglophone m'a toutefois dit un jour : "en fait, pas si avantageux que ça, il faut quand même qu'on apprenne plein de langues : l'anglais d'un français, l'anglais d'un espagnol, l'anglais d'un chinois…")

      Sinon entretien intéressant.

      Ca fait plaisir que ça fasse plaisir, répondre à l'entretien prennant beaucoup de temps.

  • # Howto mediainfo?

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Je n'ai pas compris comment générer des trolls avec mediainfo.

    L'aide donne beaucoup d'explications techniques sur des "codecs" (je suppose qu'il s'agit de formats de conversion entre trollosphère?), mais rien pour l'utilisateur lambda qui voudrait juste lancer quelques débats sur le chômage ou les licences trop libres.

    http://devnewton.bci.im

  • # merci

    Posté par . Évalué à 3.

    C'était sympa d'avoir fait la première interview, et encore plus sympa d'avoir un suivi. C'est très instructif, alors merci.

  • # Répartition du temps de travail

    Posté par . Évalué à 4.

    pourrait-on connaître la répartition du temps de travail entres le travail "réellement technique" (dev, debugage, release, spec, doc, …) et la gestion de l'entreprise (démarchage, contacts, comptes de l'entreprise, déclarations fiscales, devis, facturation, relance pour paiement …).

    • [^] # Re: Répartition du temps de travail

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      80% du temps sur LinuxFr, 20% à bosser, aux 32 heures, fais ton calcul ;-)

      • [^] # Re: Répartition du temps de travail

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        J'ai travaillé avec Zenitram, donc j'ai des chiffres plus précis sur sa répartition du temps de travail, mais par conscience professionnelle je ne les posterai pas. :)

        Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

        • [^] # Re: Répartition du temps de travail

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          LinuxFr.org le pousse à l'excellence en l'obligeant à écrire du code de qualité et à automatiser le maximum de tests afin d'optimiser son temps investi dans la veille technologique et la saine argumentation. Par contre il semblerait que LinuxFr.org souffre d'une limitation en n'incitant pas à l'amélioration des sites web.

    • [^] # Re: Répartition du temps de travail

      Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 03/09/14 à 07:50.

      pas trop de changment par rapport à il y a 3 ans ;-).

      Note : pas de relance pour paiement, j'ai toujours été payé, le risque pour les demandeurs étant que je ne veuille plus leur répondre si ils jouent à ça. heureusement d'ailleurs, car faire un procès international pour quelques centaines d'Euros c'est juste du temps et de l'argent perdu donc je laisserai tomber (juste que je ne bosserai plus pour eux). Et je ne m'engage pas avec une personne pour une grosse somme au départ, on construit la confiance petit à petit, à moins que ce soit une grosse boite mais la j'ai un Purchase Order donc c'est pas crédible qu'ils ne payent pas.

  • # Cru et insultant

    Posté par (page perso) . Évalué à -7.

    Cette interview n'est vraiment pas recommendable, elle est carrément insultante pour la communauté du logiciel libre.

    PS : l'installateur pour Windows contient des adwares, faites attention.

    • [^] # Re: Cru et insultant

      Posté par . Évalué à 2.

      WUT ?

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

    • [^] # Re: Cru et insultant

      Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 10/09/14 à 07:34.

      la communauté du logiciel libre.

      La communauté du logiciel libre ne se résume ni à Calinou, ni à LinuxFr d'ailleurs.

      PS : l'installateur pour Windows contient des adwares, faites attention.

      L'installateur contient de la publicité, oui, et "attention" dans ce cas est ne pas cliquer volontairement sur oui (ce n'est pas du opt-out).


      On attend ton interview sur ton apport au libre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.