Sondage Logement : pourquoi habite‐t‐on loin de son activité ?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
Tags : aucun
7
9
août
2019

Du coup, ça mériterait un sondage, vous qui vivez si loin de votre travail (au sens large, activité pro, lieu d’étude, etc.), est‐ce parce que :

  • vous êtes propriétaire et ça vous ennuierait de devoir gérer une vente et un achat :
    159
    (8.3 %)
  • les biens immobiliers et les loyers sont trop onéreux près de votre travail :
    594
    (30.9 %)
  • vous ne quitteriez votre quartier pour aucun autre :
    114
    (5.9 %)
  • la vue, nan, mais t’as vu cette vue ? :
    120
    (6.2 %)
  • mon/ma partenaire de vie est tout près de son travail, il a fallu faire une concession :
    167
    (8.7 %)
  • vous aimez trop ce travail et ne pensez pas pouvoir en trouver un aussi bien plus proche de la maison :
    46
    (2.4 %)
  • c’est temporaire :
    69
    (3.6 %)
  • autre ? :
    110
    (5.7 %)
  • assigné à résidence / sans travail / j’ai 8 maisons et 5 appart’ / je ne suis pas loin de mon travail / ouais, mais y a la fibre :
    542
    (28.2 %)

Total : 1921 votes

La liste des options proposées est volontairement limitée : tout l'intérêt (ou son absence) de ce type de sondage réside dans le fait de forcer les participants à faire un choix. Les réponses multiples sont interdites pour les mêmes raisons. Il est donc inutile de se plaindre au sujet du faible nombre de réponses proposées, ou de l'impossibilité de choisir plusieurs réponses. 76,78% des sondés estiment que ces sondages sont ineptes.
  • # Autre

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Je travaille principalement en clientèle, et je ne vais pas déménager à chaque fois que je change de client.

    Mais j´habite dans un endroit bien placé dans ma zone d´activités usuelles et facilement accessible.

    • [^] # Re: Autre

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 09/08/19 à 14:23.

      Idem.
      Mais c’est sûr que si je trouve une boite ou je pense y rester sur le long terme je penserais a m’en rapprocher autant que mes finances me le permettent.

  • # travail mouvant

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Aujourd'hui, beaucoup de gens ont un travail dont le localisation est précaire. Si on bosse pour une SSII, on est amené à changer de mission (parfois la mission s'arrête brutalement, même après plusieurs années). Même en CDI en interne (non SSII), il peut arriver que notre travail soit relocalisé, ou que notre boîte soit rachetée par une autre plus grande qui ferme notre bureau d'origine. Enfin, la quasi-totalité des informaticiens ne fait plus une carrière dans une seule boîte, parfois on est assez proche du mercenariat, même en CDI. Dans tous ces cas, vivre près de son lieu de travail qui est mouvant est assez compliqué, c'est souvent plus simple de vivre dans une grande métropole disposant de bonnes infrastructures pour se déplacer.

    • [^] # Re: travail mouvant

      Posté par . Évalué à 4.

      Sans compter que les entreprises s'installent dans des zones d'activités (la défense, Paris intra), et les gens dans des zones résidentielles.

  • # C'est quoi, loin ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Et il y a loin en distance, et loin en temps, ce n'est pas forcement identique…
    Je travaille à 35Km de chez moi, ça fait 25mn de moto (peut être 5mn de + en hiver), c'est loin ?

    • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      De ce que j'ai lu notamment sur des discussions LinuxFR citant d'autres sources, le "loin" est plus une forme de "long" : au delà de 40 minutes de trajet, il y a de l'inconfort…

      • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        À Paris et en région parisienne, effectivement, on estime la distance en durée et pas en kilomètres. Ce qui est assez logique.

        OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

        • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

          Posté par . Évalué à 1.

          on estime la distance en durée et pas en kilomètres. Ce qui est assez logique.

          Surtout que part chez vous, 1km peut-être très long en temps.

        • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

          Posté par . Évalué à 1.

          On fait pareil à la campagne, dans les zones où les routes sont sinueuses.

      • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Argl, je bosse à 6 minutes en vélo de chez moi depuis 18 ans. J'arrive pas à calculer le temps gagné au fil du temps par rapport aux 40 minutes de trajet de cet 'inconfort' !

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

    • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Ouaip, je bosse à Clichy, j'ai un collègue qui habite dans Paris et qui met autant de temps que moi en transports pour venir au boulot.

      Et encore, je vais plus vite si je fais gare-boulot en vélo (mais je me suis fait voler mon vélo…)

      Je fais du télétravail partiel aussi.

    • [^] # Re: C'est quoi, loin ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 15/08/19 à 09:30.

      Ça fait une belle vitesse moyenne ! C'est rare, habituellement on tombe rapidement sur des sections à 70, 50 ou 30 quand on se rapproche de son lieu de travail.

  • # Loin / long

    Posté par . Évalué à 7.

    Je suis à 1h30 porte à porte pour 80 km (dont 25 minutes de marche pour le plaisir au lieu de prendre el bus. TER et ses galères, mais je suis peinard à la campagne, mon job est devenu purement alimentaire. Donc je lis et écoute des podcasts dans le train. Meilleure qualité de vie pour mes gosses que quand on était en RP. Le temps de transport était un peu plus faible, mais pour une distance bien moindre.
    Ça me permet d'avoir une maison de 350 m2 et un jardin de 1000 m2 pour pas grand chose, et une vue panoramique sur les Pyrénées tous les matins en prenant mon café.

  • # ou pas

    Posté par . Évalué à 7.

    Je suis à quinze minutes en vélo.
    Ma compagne, dix min à pieds.

  • # B+D

    Posté par . Évalué à 1.

    Yop,

    Les réponses proposées ne sont pas orthogonales. Pour ma part, c'est B et D.

    Je fait 40min (50km) de moto matin et soir, trois fois par semaine, et du télétravail
    les deux autres jours (mon employeur me permettrait même d'inverser ce ratio ! ).

    C'est évident que ce n'est pas optimum, mais c'est un choix de vie, comme d'autres plus
    haut : grande maison, grand terrain, pas de voisin, petit bois privé. C'est un certain
    luxe, c'est vrai, mais les chats nous disent (bientôt) merci ! :-)

    Et la piscine, nan, mais t'as vu cette piscine ? :-)

    Hop,
    Moi.

  • # La fiscalité ne correspond pas au message

    Posté par . Évalué à 8.

    Le message politique c'est "Soyez mobile et vous trouverez du boulot !".

    La fiscalité c'est "Frais de notaires prohibitifs à l'achat" (frais mal nommés puisque "seulement" 10% sont effectivement pour le notaire).

    Ce n'est certes pas la seule raison pour ne pas bouger mais c'est quand même un sacré frein.

    • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Absolument. À chaque vente, je crois que c'est près de 7% qui est perdu dans ces taxes. Sur de telles sommes c'est énorme! Je crois qu'une loi est passée pour un peu réduire ça, mais ça reste un problème.

      Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

      • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

        Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 14/08/19 à 15:56.

        7%, ce n'est rien a côté de ce qui est laissé en intérêts : 100 000€ a rembourser avec un taux annuel à 2% te coûtera 10% du capital emprunté sur 10 ans, 20% sur 20 ans.

        Les impôts payent entre autres et principalement les écoles et les hôpitaux, accessoirement notre armée et un peu les frasques de certains fonctionnaires/élus. Ce qu'ils payent t'appartient (sauf les frasques, mais bon il parait que ça fait marcher l'économie et que ça crée des emplois)
        Les intérêts payent principalement les frasques des actionnaires et financent un système antisocial (rendement financier vs services rendu). Ce qu'ils payent ne t'appartient pas (sauf si tu as des billes dans la banque qui te prête).

        Moralité : un mec qui râle sur des taxes quand il emprunte c'est comme un fumeur qui dit que le wifi c'est cancérigène.

        Je rentre de vacances et je suis chaud comme un vendredi ;)

        • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

          Posté par . Évalué à 5.

          Moralité : un mec qui râle sur des taxes quand il emprunte c'est comme un fumeur qui dit que le wifi c'est cancérigène.

          La formule est frappante mais ne tient pas la route (sans parler du fait qu'elle est un peu discourtoise).

          Tout d'abord, en ces périodes où l'épargne "sûre" ne rapporte rien alors que les taux d'intérêt sont au plus bas, la location revient probablement bien plus cher que l'achat. Ensuite, il ne s'agit pas de "râler" contre des taxes mais de ne pas oublier que si la fiscalité sert à faire rentrer de l'argent dans les caisses de l’État, elle sert aussi à inciter certains comportements. Or, si tu veux plus de mobilité, tu ne te contredis pas avec des taxes qui cassent cette mobilité.

          • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Tout d'abord, en ces périodes où l'épargne "sûre" ne rapporte rien alors que les taux d'intérêt sont au plus bas, la location revient probablement bien plus cher que l'achat.

            La question de locataire / propriétaire est rarement fondé sur le prix seul.

            La location t'offre surtout une grande flexibilité. Si tu veux partir pour diverses raisons du lieu où tu vis, tu peux le faire assez rapidement avec peu de frais. Mais en contre parti tu n'as pas de capital associé à ton paiement de loyer, c'est une perte financière sèche.

            En tant que propriétaire tu es moins flexible car quitter ton logement est de suite plus compliqué ou onéreux, surtout dans le cadre d'une revente. Et tu prends un risque, ton logement va peut être voir sa valeur se réduire à cause de la mutation du marché ou tout simplement de l'évolution de son environnement qui n'est pas favorable. Mais au moins tu accumules un capital, et si tu restes plus longtemps dans le logement que la durée du prêt hypothécaire alors tu t'y retrouves financièrement.

            Ensuite, il ne s'agit pas de "râler" contre des taxes mais de ne pas oublier que si la fiscalité sert à faire rentrer de l'argent dans les caisses de l’État, elle sert aussi à inciter certains comportements. Or, si tu veux plus de mobilité, tu ne te contredis pas avec des taxes qui cassent cette mobilité.

            Tu peux être mobile et propriétaire, j'ai connu des tas de gens qui ont reloué leur logement principal dont ils ont la propriété pour louer ailleurs. Cela n'est pas aussi agréable que de vivre dans son propre logement mais c'est la vie. La propriété immobilière reste un investissement, à ce titre il est risqué, tu ne peux pas espérer le beurre (le capital lié à cette propriété) et l'argent du beurre (la flexibilité du dit investissement). C'est un choix.

            C'est comme choisir de laisser de l'argent sur le livret A ou d'investir en bourse. Dans le premier cas, c'est facile et rapide de retrouver de la liquidité avec des garanties de rendement. Mais ces rendements sont faibles. En bourse tu perds ces garanties en échange d'une possibilité de gains plus importants.

            Donc personnellement je ne vois pas la contradiction. L’immobilier étant un investissement, un peu particulier car plus personnel mais cela reste un investissement. Et si tu es capable de payer un prêt immobilier, tu fais parti normalement de la première moitié de la population en terme de revenus. Donc t'affranchir des taxes associées (frais de notaires et taxe foncière) est donc plus aisée que de répercuter ce financement de l'État au reste de la population.

          • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Avec du retard et mes excuses si la formule te semble discourtoise même si j'assume son côté brutal :

            la formule est frappante mais ne tient pas la route

            Je ne vois pas pourquoi : tu dis que tu 'perds' 7% dans les impôts (qui te sont donc reversés autrement par du service) alors que tu payes encore plus cher le service de prêt de la banque (qui garde l'argent pour ses propriétaires).
            Donc tu critiques le prix moins cher d'un service collectif alors que tu payes plus cher celui d'un service individuel. L'analogie du fumeur / wifi me semble au contraire totalement appropriée.

            mais de ne pas oublier que si la fiscalité sert à faire rentrer de l'argent dans les caisses de l’État, elle sert aussi à inciter certains comportements. Or, si tu veux plus de mobilité, tu ne te contredis pas avec des taxes qui cassent cette mobilité.

            La mobilité que la démocratie représentative veut est celle du travail, pas celle du logement, encore moins celle de la propriété foncière. Il n'y a aucun rapport entre le travail et la propriété foncière car tu peux habiter un logement qui ne t'appartient pas et posséder du foncier : c'est le lot de tous les propriétaires qui placent dans le foncier. A ce niveau, on ne compte plus les défiscalisations diverses et variées (LMNP, Pinel, Girardin….) : l'état est fidèle à ses engagements concernant l'incitation à l'achat de foncier.

            • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

              Posté par . Évalué à 3.

              Tu perds 7% en capital le 1er jour d'achat, et 1% par an, en intérêt bancaire (si tu empruntes toutes la somme). Négliger le facteur temporel comme tu le fais n'a aucun sens.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                1% d'intérêts sur 10 ans pour un montant désiré de 100 000€ ça fait environ 5000€ payés à la banque, soit 5%. Je ne vois pas où j'oublie la temporalité.

                Note que je reste cool dans les paramètres de calcul :
                - 10 ans alors que la moyenne sur de l'immobilier en 2017 c'était plutôt 218 mois (https://www.challenges.fr/immobilier/actu-immo/credits-immobiliers-la-duree-des-emprunts-a-explose-en-4-ans_572370)
                - un taux à 1% alors que sur de l'habitat le taux effectif est plutôt à 1.4% (https://www.banque-france.fr/sites/default/files/webstat_pdf/cre_par_2204_fr_si_credits_particuliers_201906_fr.pdf)
                - 100 000€ alors que le montant moyen emprunté en 2015 était plutôt de 180 000€ ( https://www.pap.fr/actualites/credit-a-quoi-ressemble-un-emprunteur-immobilier-en-2015/a18280 )

                Si je colle tout ensemble ça nous ferait plutôt 23% du montant emprunté payé à la banque et à l'assurance (42000€ pour 180000€ empruntés). Donc 42000€ non redistribués dans le circuit.
                En gros, si tu es au double du SMIC, sur 18 ans, tu bosses plus d'un an et demi pour la banque et l'assurance. A peut près autant que ce que tu payeras sur la même période d’impôts sur le revenu si tu es célibataire en France métropolitaine (en admettant qu'il soit constant au taux actuel).

                Dans le cas des impôts, tu auras un retour via des services collectifs, dans le cas de la banque, j'espère qu'ils "t'offrent" au moins les frais de carte bleue :D
                Bref Wifi, clope, cancer, toussa ;)

                • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Ce que tu ne veux pas comprendre, et que le taux est de 7% la première années, donc 7x plus que les 1% pour la banque.

                  Evidemment, si tu gardes ta maison 20 ans, tu divises ce taux par 20. Le problème est justement que les gens auraient besoin de bouger bien plus.

                  Vu les problèmes de circulations, les services collectifs sont une bien maigre consolation quand il faudrait réduire ses déplacements quotidiens.

                  L'Etat ne peut pas toucher au taux d’intérêt qui sont très bas (c'était 4%, il y a 15 ans, soit ~100% sur 20 ans)

                  L'Etat pourrait choisir de ne pas taxer la résidence principale en remboursant la taxe lors de la vente par exemple. Et pourrait augmenter dans le même temps, la taxe des résidences secondaire ou en location. Le problème est bien sur celui des prête-nom et de la définition flou d'une résidence principale (maison de campagne au nom des enfants par exemple)

                  "La première sécurité est la liberté"

                  • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    le taux est de 7% la première années, donc 7x plus que les 1% pour la banque (..) Evidemment, si tu gardes ta maison 20 ans, tu divises ce taux par 20

                    Je ne vois pas comment tu peux parler d'un taux qui n'a un sens que sur la totalité (le taux d’intérêt) en ne prenant que la première année… Le coût d'un crédit se fait sur la durée de vie du crédit.
                    Ta comparaison ne marche si tu changes plusieurs fois d'habitation en l'achetant à chaque fois sur la durée du prêt, ce qui est clairement moins rentable que la location dans tous les cas (frais de dossiers divers, émoluments du notaire entre 1 et 6% du bien).
                    Note que si ça devenait rentable, je ne sais pas pourquoi, mais je pense que l'inflation sur l'immobilier serait encore plus grande que celle qu'on connait depuis au moins 40 ans.
                    Pour rappel, les évolutions des prix vers la fin de la page sur les 10 et 20 dernières années, neuf et ancien : https://www.journaldunet.com/patrimoine/guide-de-l-immobilier/1110050-prix-immobilier-septembre-2019/

                    L'Etat pourrait choisir de ne pas taxer la résidence principale en remboursant la taxe lors de la vente par exemple.

                    L'idée est, dans un contexte d'inflation des prix de l'immobilier, de limiter la spéculation tout en ramassant au passage, dans la logique sur la taxe sur les plus-values.

                    Le problème est justement que les gens auraient besoin de bouger bien plus.

                    Aucun rapport avec l'achat immobilier : on peut bouger sans acheter son logement à chaque déménagement. Si tu veux être propriétaire à chaque fois, ça a un coût : notaire, frais divers de dossiers etc. La taxe n'en est qu'un de plus.
                    C'est légitime de vouloir diminuer ses coûts individuels en tant qu'acheteur, mais perso, je ne vois pas l'intérêt à part à changer le bénéficiaire de ce coût, actuellement l'état (toi, moi, nous), pour des intérêts privés (pas moi).

        • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Des taux de 2% dans l'immobilier ça n'existe plus, on est plus proche des 1% de nos jours (sur 10-15 ans).

      • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

        Posté par . Évalué à 3.

        J'avais calculé que ces frais sont de l'ordre de 2 ans de loyer pour le bien.

        Donc, un déménagement tous les 2 ans, entraînent un doublement du prix du logement.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

      Posté par . Évalué à 4.

      Comme s'il était obligatoire de posséder dans le logement dans lequel on vit, ou de vivre dans le logement qu'on possède…

      Indice : tu peux louer ton bien, et en louer un autre. Hop : te revoila mobile.

      C'est pas gratuit, c'est sur, et il y a des risques (ton locataire qui ne paye pas, par exemple). Mais c'est pas infaisable.

      • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Être locataire, c'est toujours un peu la galère. Tu donnes tous les mois de l'argent au propriétaire, argent que tu ne reverras jamais (alors que si tu achètes, tu payes à la banque, mais à la fin, tu as un bien). En plus tu ne peux pas faire les travaux que tu veux et si c'est un meublé, tu as presque toujours des meubles moyens dont tu ne peux pas te débarasser. Tout cela sans compter que beaucoup de propriétaires sont réticents à faire des réparations nécessaires, quand ils ne sont pas carrément malhonnêtes et refusent de rendre la caution pour des raisons fantaisistes.

        • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Être locataire, c'est toujours un peu la galère. Tu donnes tous les mois de l'argent au propriétaire, argent que tu ne reverras jamais (alors que si tu achètes, tu payes à la banque, mais à la fin, tu as un bien)

          Le commentaire ne parlait pas du fait de rester locataire toute sa vie (bien que cela se discute aussi) mais du fait que tu peux être propriétaire d'un logement et ne pas vivre dedans.

          Dans ce cas tu n'as pas le problème du patrimoine (car tu as toujours un capital que tu payes) ou des frais de notaire (car le bien reste à toi) et cela te permet d'aller ailleurs pour des raisons professionnelles ou personnelles. Tu n'es pas obliger de revendre et de racheter là où tu vas vivre à chaque fois, sinon en effet c'est onéreux et épuisant. Beaucoup le font.

          Alors oui ce n'est pas parfait, mais ça se gère. C'est comme tout, tout est question de priorité mais le choix existe.

        • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Tu donnes tous les mois de l'argent au propriétaire, argent que tu ne reverras jamais (alors que si tu achètes, tu payes à la banque, mais à la fin, tu as un bien).

          ça marche aussi dans l'autre sens:
          Etre propriètaire c'est la galère, tu donne de l'argent à la banque tout les mois, dont une partie que tu ne reverrra jamais, et une autre partie qui est lié à un bien dont la valeur peut fluctuer grandement. Et en plus tu as des frais supplémentaires (impots fonciers) non négligeables, et tout les risques qui vont avec le logement.

          Je suis justement en train de vendre mon appartement et la balance économique est très mauvaise :(

          • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

            Posté par . Évalué à 3.

            "une autre partie qui est lié à un bien dont la valeur peut fluctuer grandement."

            ça c'est faux.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Hum, ok, tu peut étayer ton argument peut-être ?

              Mon bien immobilier à perdu 30/40% de valeurs en 9 ans, je sais que d'autres doubles ou plus en moins de temps que ça, je suis curieux de savoir ce qui te faire affirmer l'inverse

              • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

                Posté par . Évalué à 3.

                Le mien a perdu 10% je pensais que c'était un maximum. Je n'avais jamais entendu parler de perte supérieur à 20% depuis 2000 (il y a eu un crack autour de 1990). augmenter oui, mais pas baisser autant.

                Il est vrai que les zones en périphérie de zone très chère, bouge très vite. Dés que le prix devient prohibitif, les gens s'éloigne et le prix de ses zones peuvent monter bien plus vite car il part de plus bas. Et le prix redescend aussi vite que les prix du centre redevienne raisonnable. Mais -40%, +100% en moins de 10 ans, je n'avais pas vu.

                "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

                  Posté par . Évalué à 4.

                  C'est très faisable de perdre 40% de sa valeur en 10 ans, si quelque chose d'indésirable se construit à coté (incinérateur de déchet ? Grosse usine ? autoroute ? LGV ?), si tu perds quelque chose qui ajoutait beaucoup de valeur (la vue, par exemple) ou si le quartier se ghétoifie. S'il y a des quartiers qui étaient des quartiers craignos et qui deviennent peu à peu des quartiers "hype", il y a aussi l'inverse.

      • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

        Posté par . Évalué à 3.

        Mais c'est pas infaisable.

        Donc parce que ce n'est pas infaisable (quoique "pas gratuit" et un peu risqué), c'est ok ? Ça justifie pleinement d'avoir une politique contradictoire (fiscalité anti-mobilité vs. discours pro-mobilité) ?

      • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ça suppose de posséder un bien qui a une valeur locative supérieure à ta location. Mobile mais pas trop en fait.

        Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

        Posté par . Évalué à 4.

        Indice : tu peux louer ton bien, et en louer un autre. Hop : te revoila mobile.

        Modulo les ~32% d’impôt sur le revenue sur le foncier.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: La fiscalité ne correspond pas au message

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 19/08/19 à 13:54.

      100% d'accord, pour faciliter la mobilité il faudrait pouvoir être exonéré de droit de mutation lors d'un changement de résidence principale !

      Et autre chose : il n'est pas toujours évident de vendre son logement et en acheter un autre dans la foulée. Or lorsque l'on quitte son logement (dont on est propriétaire) pour le mettre en location + louer un nouveau logement par exemple pour se rapprocher de son nouveau travail, on paye des impôts sur les "revenus locatifs" (pour que la situation soit "juste" entre les propriétaires-occupants et les propriétaires-non-occupants qui doivent louer à côté leur résidence principale, il faudrait soit pouvoir déduire de ses revenus le nouveau loyer que l'on paye, soit être exonéré d'impôt sur les revenus locatifs que l'on perçoit sur son ex-résidence-principale, soit que tous les propriétaires-occupants paient l'impôt sur un "loyer fictif" qu'ils se versent à eux même…)

  • # Autre

    Posté par . Évalué à 10.

    Ma maison ressemble à moitié à une usine, je meule je soude je déplace des gros trucs à des heures très tardives. J'aime bien bricoler. Et j'aime bien la nature alors je laisse des endroits où l'herbe fait absolument ce qu'elle veut. C'est très joli, il y a des fleurs sauvages qui sont aussi grandes que moi (je fais 1m80), ça attire et fait vivre des insectes (pour les plus jeunes qui n'ont pas connu : des petits animaux qui vivent par terre ou qui volent), et des oiseaux (des moins petits animaux qui volent).

    L'idéal serait que j'habite sur la zone industrielle où je travaille, et ça me conviendrait très bien. Mais c'est impossible, il n'y a aucune maison d'habitation sur la Z.I.

    Sinon je pourrais habiter dans les zones résidentielles près de là où je travaille, mais :
    - je vais sans arrêt emmerder mes voisins avec des bruits de métal, des bruits de moteur, avec mes "espaces verts" en friche qui vont leur amener des insectes, des graines de mauvaises herbes dans leur pelouse bien propre, sans parler de l'aspect visuel,
    - je vais sans arrêt être emmerdé par la tondeuse du voisin, les pesticides/engrais/insecticides du voisin, l'aspect visuel de la maison du voisin.

    J'habite donc dans une ancienne ferme isolée, à 10km et 500m de dénivelé du boulot. Ceci dit, si je trouve du travail dans une entreprise plus près de chez moi, je prends. Mais il n'y a vraiment pas beaucoup d'entreprises par ici.

    Du coup je fais des trajets A/R matin et soir en voiture… Bon, c'est une voiture de 1992 qui consomme 5L/100km, et qui n'a pas de climatisation pour augmenter artificiellement sa consommation. C'est déjà ça.

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Autre

      Posté par . Évalué à 2.

      J'habite donc dans une ancienne ferme isolée, à 10km et 500m de dénivelé du boulot. Ceci dit, si je trouve du travail dans une entreprise plus près de chez moi, je prends. Mais il n'y a vraiment pas beaucoup d'entreprises par ici.

      Du coup je fais des trajets A/R matin et soir en voiture… Bon, c'est une voiture de 1992 qui consomme 5L/100km, et qui n'a pas de climatisation pour augmenter artificiellement sa consommation. C'est déjà ça.

      Je ne sais pas si c'est envisageable pour toi, mais c'est des distances qui sont tout à fait envisageable en vélo (sans assistance). Ton moyen de transport a l'air de te préoccuper.

      C'est fatiguant les 2 premières semaines, puis ça devient enfantin. Tu aura comme bonus qu'on profite beaucoup plus du paysage en vélo qu'en voiture (tu a l'air esthète).

      • [^] # Re: Autre

        Posté par . Évalué à 8.

        500 mètres de dénivelé c'est pas vraiment envisageable après une journée de travail physique.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Autre

          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 12/08/19 à 15:31.

          5% de moyenne c'est pas extraordinaire quand on le fait pour la ballade ou de l'entrainement mais ça peut être en effet une plaie et un peu rude dans un contexte quotidien et d'autant plus si l'activité professionnelle est déjà physique.

          Moi j'ai ça dans les 3 derniers kilomètres mais en version totalement pas régulier donc avec des forts pourcentages et je préfère alterner entre vélo et scooter quite à rallonger de temps en temps mes jours de vélo plutôt que de me taper tous les jours la même côte que je finirais par détester à force de la monter par obligation (je l'ai fais le premier mois).

        • [^] # Re: Autre

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          500 mètres de dénivelé c'est pas vraiment envisageable après une journée de travail physique.

          Concrètement ça veut dire une sacrée montée pendant 30 min non-stop. C'est sûr que faut être rudement athlétique. Je me demande d'ailleurs si ça a (ou non) un effet bénéfique sur le cœur, ce genre d'effort répété périodiquement pendant de longues périodes (plusieurs mois).

          Cela étant dit, cela me semble tout de même possible pour un être humain, mais faut aimer le sport c'est sûr.

          • [^] # Re: Autre

            Posté par . Évalué à 10.

            Cela étant dit, cela me semble tout de même possible pour un être humain, mais faut aimer le sport c'est sûr.

            C'est possible. Mais, franchement, après une journée à faire des efforts, me taper une grande montée en me faisant klaxonner par des cadres pressés qui font 3 fois ma paie en brassant du vent et bouillonnent d'impatience derrière la vignette "Crit'air" de leur SUV, c'est un peu l'effort de trop.

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Autre

              Posté par (page perso) . Évalué à 8.

              en me faisant klaxonner

              C'est le vrai problème du cycliste : les automobilistes qui considèrent que les vélos ne devraient pas être sur la route, et adoptent donc des conduites dangereuses pour les cyclistes. Heureusement qu'ils signalent eux-même qu'ils sont dangereux en klaxonnant. Dommage qu'il n'y ai personne pour leur faire faire un petit stage code de la route / civisme et courtoisie.

              « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

          • [^] # Re: Autre

            Posté par . Évalué à 1.

            Bah c'est du sport, donc oui

          • [^] # Re: Autre

            Posté par . Évalué à 3.

            et une moto électrique à assistance humaine ? (oui, un vélo électrique)

            "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Autre

        Posté par . Évalué à 3.

        Le vélo c'est très bien mais il faut pouvoir accéder à une douche en arrivant au boulot. Un sac sur le dos (ou juste les grosses chaleurs de l'été) et on arrive trempé

  • # Autre

    Posté par . Évalué à 6.

    C'est loin, mais c'est beau.

    • [^] # Re: Autre

      Posté par . Évalué à 1.

      Et pour moi, c'est à dix minutes des virages du Vexin…

  • # La boite en rase-campagne

    Posté par . Évalué à 3.

    Ma boite m'a envoyé pour être sur site chez le fournisseur qui est en rase-campagne. C'est un village touristique dans lequel une petite zone industrielle a été plantée.

    Avant ça nous (la famille) n'avions jamais habité dans des villes de moins de 5 millions d'habitants (rien de tout ça en France).

    C'était habiter loin ou habiter seul. Et là, c'est vraiment loin: 80km (ne me plaignez pas, j'aurais pu changer de boulot au lieu de venir, on a préféré venir!)

    C'est sûr, ma prochaine voiture sera électrique, à moins qu'ils se décident à développer un vrai transport en commun…

    • [^] # Re: La boite en rase-campagne

      Posté par . Évalué à 3.

      Pas compris : t'avais peur que la pollution et les gens qui font la gueule dans les transports en commun te manquent, pour pas aller t'installer dans ce village touristique en rase campagne (ou dans le petit village d'à coté, moins touristique et donc moins cher) ?

      • [^] # Re: La boite en rase-campagne

        Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 12/08/19 à 14:56.

        Toutes les villes ne sont pas Paris non plus et je connais pas mal de ronchonchons qui font la gueule sur leur tracteur à la campagne. Y'en a même qui se plaignent des commerces qui disparaissent dans leur village mais vont faire leur course à l'hyper du coin.

        • [^] # Re: La boite en rase-campagne

          Posté par . Évalué à 2.

          Marrant que tu parles de Paris, je n'en ai pas parlé… C'est le morceaux sur les gens qui font la gueule dans les transports en commun qui t'as mis sur la piste ?

          Remarque, de ce coté, c'est pas mieux à Lyon. Mais au moins le métro sent moins la pisse…

      • [^] # Re: La boite en rase-campagne

        Posté par . Évalué à 7.

        Mon épouse est chinoise, et pour elle, un village touristique, c'est à peu près grand comme Lille…

        La communauté chinoise dans le village en question doit être forte de 5-6 personnes. Pas mieux dans les alentours.

        Donc "Viens, chérie, quittons cet endroit familier d'Asie où tout est toujours à portée de marche ou de transport en commun et partons à l'autre bout de la planète dans un petit village où tu te sentiras totalement perdue.", ça aurait senti bon le divorce.

        Du coup on est en banlieue de Montréal. Et ça lui va plutôt bien: elle est devenue courtier immobilier!

  • # La distance c'est relatif

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    À une époque lointaine, je travaillais à (20-25) minutes de métro/tramway de chez moi. Porte à porte, la variation étant liée à l'attente du tramway à la correspondance. Beaucoup de mes collègues ne comprenaient pas que je ne déménage pas pour trouver un logement plus proche. Donc à Lyon, pour une certaine tranche de population, plus de 20 minutes / prendre les transport en commun est considéré comme long.

    Maintenant je travaille à la maison (toujours de Lyon), mais il m'arrive des fois de prendre le train pour aller à Paris pour voir certains de mes collègues (un "hub" de ma boite est à la gare de Lyon). Je met 2h15 portes à porte en comptant le métro à Lyon. Mais sur ces 2h15, j'ai 2h où je travail bien tranquillement dans le TGV. De façon amusante cela ne viendrait à l'idée de personne que je vienne tous les jours au hub de Paris, alors que certains de mes collègues parisien font 1h45 de RER tous les jours pour venir, ce qui me semble largement moins confortable que mes 2h de TGV au calme, avec du wifi et du confort pour travailler.

  • # Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

    Posté par . Évalué à -2.

    Je sais que le sondage est volontairement limité et qu'il y a un quota d'une connerie par sondage mais ce genre de questions a une vision étroite de la réalité.

    Quid de ceux qui ont vie de couple ou familiale avec des enfants qu'on essaye de faire passer pour une peine ?

    La délocalisation, le dumping social est et restera le problème.
    Culpabiliser les gens à posséder un bien (à usage domestique), à avoir des enfants ou de vouloir vivre hors des cages à poules de Metropolis est d'une malhonnête crasse.

    • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

      Posté par . Évalué à 1.

      La délocalisation, le dumping social est et restera le problème.
      Culpabiliser les gens à posséder un bien (à usage domestique), à avoir des enfants ou de vouloir vivre hors des cages à poules de Metropolis est d'une malhonnête crasse.

      Et tu ne présentes pas du tout les choses d'une façon biaisée…

      Tu veux du luxe (être propriétaire, ne pas vivre dans des "cage à poule",…), gérer ton train de vie est un problème pour la société (couvrir ce genre de zone en service publique est bien plus chère par habitant), on paie tes routes, on t'aide à avoir une voiture,… Tout ça parce que "tu ne veux pas vivre dans une cage à poule" et si on remet en question ton mode de vie tu n'es pas content ?

      Personne n'a parlé d'enfants. Il y a un paquet d'enfants qui grandissent en ville.
      Tu peux très bien acheter en ville.
      Tu multiplie les faux dilemmes pour tenter de te trouver une conscience.

      • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

        Posté par . Évalué à -5.

        on paie tes routes, on t'aide à avoir une voiture,…

        T'es gentil mais je travaille depuis mes 17ans* et je paie mes impôts.

        Tu peux très bien acheter en ville.

        Non, je ne peux pas. Et les coûts directs et indirects ont été pris en compte. Sans parler de la qualité de vie.

        si on remet en question ton mode de vie tu n'es pas content ?

        Quel est mon mode de vie, tu sembles me connaître.

        Pour un libriste, tu me sembles bien péremptoire.

        Aller calme toi, sinon je vais devoir payer pour tes soins de santé. :)

        • J'en ai le double.
      • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Il y a un paquet d'enfants qui grandissent en ville.

        Avec le bon air pollué !

        Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

        • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          C'est un air enrichi en minéraux voire alourdi en métaux, sans sucre, faible en graisses, et ça élimine un peu les UV, tout en permettant un agréable (hors canicule, offre non contractuelle, variable suivant l'air urbaine) +3°C. Ça protège aussi largement du rayonnement stellaire dans le visible. Si on peut avoir des fermes urbaines, on doit pouvoir y faire des élevages d'enfants… Et les attaques de loups, ours et requins blancs y sont rares.

          • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Et, depuis l'incendie de Notre-Dame, à Paris, nous avons un air encore plus fortement enrichi en plomb naturel, bio, végan, sans OGM et garanti sans pesticides. Un plomb consacré et ancestral fait par des anciens très anciens (bon, il sont tous morts depuis, je me demande si c'est un si bon signe), cela ne peut qu'être bon pour la santé. Ça doit être aussi sain que saint.

            OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

    • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 12/08/19 à 00:19.

      Quid de ceux qui ont vie de couple ou familiale avec des enfants qu'on essaye de faire passer pour une peine ?

      Quel est le rapport avec la ville, la vie de couple et les enfants?

    • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

      Posté par . Évalué à 10.

      J'ajouterai, puisque je suis celui qui avait lancé l'idée du sondage lors du précédent.

      mais ce genre de questions a une vision étroite de la réalité.

      Une question n'a pas de vision. Ce sondage cherche seulement à chercher pourquoi autant de monde vis si loin de son travail.

      Culpabiliser les gens

      Personne ne cherche à faire culpabiliser qui que ce soit non plus.

      Tu parles de malhônneteté mais tu inventes des motifs à ce sondage dans le seul but de pouvoir te plaindre. Ben désolé mais non, personne ne cherche à remettre en question ton mode de vie et on n'a pas non plus besoin de tes propos méprisants.

    • [^] # Re: Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

      Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 12/08/19 à 18:36.

      Très orienté célibataire qui bosse dans le tertiaire.

      Ben non, justement. Je suis actuellement célibataire dans le tertiaire, et malgré cette position de "sous traitant en bas de l'échelle qui peut valser pour plein de raisons" j'ai fait le choix de déménager pour être plus près de mon boulot, de ce 'client'.

      Et y aller des fois à vélo. Des fois à pieds. Pas assez, pas assez, pas assez, oui.
      Mais c'est bien un choix volontaire de rapprocher physiquement mon lieu de vie à mon lieu de travail, chez ce client. Du coup, au contraire il me semble que ce sondage s'adresse plutôt à ceux ayant (ou croyant avoir) des contraintes fortes tierces, par exemple : s'il déménage + près de son taf le collège pour ses enfants sera loin. C'est bien, malheureusement, une contrainte forte.

      Culpabiliser (…) de vouloir vivre hors des cages à poules de Metropolis

      On peut retourner le problème : culpabiliser les gens qui choisissent de vivre dans des environnements plus petits, avec moins d'espaces, et souvent pour jardin des jardins communs ou parcs municipaux, alors qu'ils devraient choisir une maison à la campagne s'ils étaient bons parents ! C'est aussi d'une malhonnête crasse. Non ?
      Le pb n'est pas là mais plutôt dans ce POS typiquement français dont on confie la gestion aux municipalités sans aucun vision d'ensemble ni d'avenir, seul du clientélisme court-termiste. Cela devrait peut être être géré au niveau des préfectures pour de plus grands ensembles …

  • # Tu peux rajouter comme option: parce que le petrole est pas cher

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Tu peux rajouter comme option: parce que le petrole est pas cher.

    Dixit mon prof d'unif ancien vice-president du GIEC.

    Si le petrole etait 100 fois plus cher, la probabilite est tres forte que l'urbanisation soit tres differente.

    Le petrole est une energie bon marche et abordable.

  • # loin pas loin, ça dépend du mode de locomotion

    Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 12/08/19 à 15:09.

    Bon pour ma part je suis passé de 3km du boulot à 21km. Est-ce loin? Tout dépend:

    Je dois traverser une ville de 550khabitants pour rejoindre un pôle techno à l'extérieur de la ville. On vit un peu à l'opposé de l'agglomération. En bus 1h20 dans le meilleur des cas, mais à 1 minute près tu rates une correspondance et tu te retrouves à 1h50 de trajet. En scooter via l'autoroute 20 minutes. En voiture aux heures creuses idem mais aux heures de points il y'à parfois de gros bouchons à l'entrée du pole techno qui rajoute entre 10 et 20 minutes de trajet. À vélo un tout petit peut moins d'1h donc ça va, ça réveil le matin et il y'a un vestiaire avec douche au bureau. De toute façon j'irai faire des détours de temps en temps si c'était plus court.

    Pour l'instant aucune idée si c'est définitif ou pas. Vu qu'on a vendu notre appart, changé de pays et dans l'impossibilité de faire des aller-retours à répétition on a choisi notre location sur photo et avec l'assistance de google maps pour savoir vaguement où c'était mais avec seulement une connaissance relative des quartiers, écoles, etc donc en acceptant l'idée que ça pouvait être très temporaire. On fera le point dans quelque mois une fois que les enfants auront passé quelques mois à l'école, que ma compagne aura trouvé un travail.

    • [^] # Re: loin pas loin, ça dépend du mode de locomotion

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      En scooter via l'autoroute 20 minutes.

      Dans ton pays on peut faire du scooter sur l'autoroute? Ce n'est pas dangereux?

      • [^] # Re: loin pas loin, ça dépend du mode de locomotion

        Posté par . Évalué à 3.

        En France, c'est autorisé si le moteur de ton scooter fait plus de 50cm3

        • [^] # Re: loin pas loin, ça dépend du mode de locomotion

          Posté par . Évalué à 3.

          Euh … je crois que c'est plutôt supérieur ou égal à 125cm3.

          Parce que, même si on en voit plus trop aujourd'hui, il existe encore sur le marché de l'occasion des scooter en 80cm3 et 110cm3 qui, si je ne me trompe pas, n'ont pas le droit d'emprunter les autoroutes.

      • [^] # Re: loin pas loin, ça dépend du mode de locomotion

        Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 14/08/19 à 15:45.

        c'est un 300cm3, donc avec permis moto et une puissance suffisante pour s'insérer, pouvoir aller sur n'importe quelle file sans géner (à part des gens clairement au dessus de la limite légale, pouvoir se maintenir à une vitesse proche de la limite même dans les fortes montées. Le mien a des grandes roues de 16" donc il est assez stable à grande vitesse.

  • # Pour ne pas être trop proche

    Posté par . Évalué à 3.

    Si le boulot est à la porte d'à côté, difficile de ne pas tomber dans le piège du "oh je peux bien rester une heure de plus, de toute façon le lit est à 5min". Et par récurrence, assister paradoxalement au levée du soleil au boulot. Souvent.

    Du coup, pour le trajet j'ai au choix :
    * 2h de marche si motivé
    * 1h de marche si pressé
    * 15min de marche + 15min de bus s'il pleut ou flemme (notamment le soir)
    * fût un temps où j'avais même l'option 10min de bus en porte-à-porte

    Randonner sur un GR, je ne vois pas ça comme du temps perdu et cette fois-ci j'assiste au levé du soleil en marchant. Dans le bus je dors : pas non-plus du temps perdu. C'est donc "loin" spatialement (>5km c'est loin, de mon point de vue de simple piéton de campagne), mais proche temporellement (pas de temps perdu). J'ai spécifiquement choisi l'emplacement de ma coloc' pour pouvoir venir au boulot ou ville à pieds ou transports en commun, c'était l'un des principaux critères. Prendre une voiture - même pour seulement 10min par jour - j'aurais vu ça comme une corvée (cependant mon regard est biaisé puisque je n'ai jamais eu de voiture).

    Mais comme ça a déjà été dit, tout est question de point de vue. Surtout lorsqu'on a vue sur des chevaux à la fenêtre du salon (et puis tant pis pour la fibre)

  • # Loin mais bien desservi

    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 12/08/19 à 22:18.

    J'habite loin (35 km) de mon lieu de travail car ma boite est dans un endroit avec moins d'activités culturelles et plus cher que mon lieu de résidence.

    Mais les ter suivent la cadence (TER200 toutes les demi-heure avec peu de retard) et j'en profite pour faire mon vélo tous les jours. En gros j'en ai pour 30/35 minutes avec possibilité de lire 15 mns dans le train : du monde mais toujours des places assises.

  • # Mon partenaire est proche de son travail

    Posté par . Évalué à 2.

    550m d’après la carte. Soit 6 mns à pied. Un de nous deux n’a pas besoin de voiture, sauf quand un enfant fait une activité le soir et que ma femme prend quand même la voiture pour l’emmener.

    Sinon, sur un choix multiple j’aurais ajouter A et peut-être C,D.

  • # Télétravail :P ( habiter en IDF ? beurk )

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je n'ai pas envie d'habiter sur Paris , et j'ai mes enfants en alternance à 2-3h de Paris.
    Les voir que le week-end, c'est trop dur pour moi …

    Essaie pour vivre sans brider les utilisateurs https://www.indiegogo.com/projects/iwinote

    • [^] # Re: Télétravail :P ( habiter en IDF ? beurk )

      Posté par . Évalué à 1.

      Perso j'ai répondu "la vue, nan, mais t’as vu cette vue ? " Bon la vue ne casse pas trois pattes à un canard, mais le calme, l'art de vie… Clairement, ce n'est pas que Paris mais toutes les villes petites ou grandes. Après c'est un choix personnel qui me va très bien.

      Et je suis ravi que d'autres ne se voient pas vivre ailleurs qu'en ville, il me laisse la place lol.

      Plus sérieusement, j’espère beaucoup du travail à distance, car on ne le répète jamais assez mais tout déplacement est polluant. Même le transport en commun ! Il est important de garantir une mobilité, surtout que pour bon nombre de métiers il est indispensable… Par contre pour tous les métiers dont le déplacement n'est pas obligatoire, il faut limiter au maximum les déplacements, télétravail, coworking etc. si possible à pied ou à vélo…

      Un avantage au travail à distance, ça limite les fainéants qui ne font pas grand-chose la journée, à part parler, et reste le soir pour faire les beaux Lol.

  • # Quelques pas.

    Posté par . Évalué à 5.

    Grace à Manu, il suffit de traverser la rue…

  • # Autre : appartement adapté aux PMR

    Posté par . Évalué à -1.

    La raison pour laquelle l'appartement est éloigné du lieu de travail, c'est parce qu’il est "adapté" aux PMR.

    Enfin, "adapté aux PMR", je veux dire, pour certaines agences immobilières dont la mentalité des cadres supérieurs est pire que celle de Jean-Marie Le Pen, un appartement adapté aux PMR, c'est un appartement qui dispose d'un ascenseur et de portes larges… peu importe s'il y a des marches de 40cm pour accéder au balcon et une baignoire standard plutôt qu'une douche. Le plus rentable : la seule place de parking handicapée a été louée en dépit des lois.

    Cela, c'était sans compter sur l'esprit discriminatoire et validiste de LREM, parti auteur de la loi ELAN.

    Tout ce beau monde, au nom du profit maximal serait prêt au pire.

    En attendant, des budgets et des fonctionnaires sont alloués pour réprimer les handicapés, pas pour faire la lumière sur les affaires.

    Sources :
    - https://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-calais/corruption-favoritisme-les-soupcons-s-accumulent-dans-l-affaire-du-grand-stade-de-lille-680792.html
    - https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/17/le-departement-de-la-reunion-epingle-pour-le-cout-de-son-ambassade-a-paris_5477287_823448.html
    - https://www.batiactu.com/edito/dix-patrons-entreprises-btp-devant-justice-17041.php
    - https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/03/04/handicape-gaze-gilet-jaune-frappee-par-les-policiers-deux-enquetes-ouvertes

    Et quand le scandale est "trop" important, la justice condamne à un an ferme sans mandat dépôt, alors que 3 mois de TIG effectifs en tant qu'aide soignant en gériatrie seraient dissuasifs :

    https://reunion.orange.fr/actu/reunion/abdoolah-panshbaya-condamne-a-un-an-de-prison-ferme.html

  • # En freelance à domicile

    Posté par . Évalué à 3.

    Joie, j'ai quitté 15 ans d'open-space relou pour mon my-space comme je veux quand je veux.

    • [^] # Re: En freelance à domicile

      Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 20/08/19 à 10:10.

      +1

      Juste pour le plaisir de l'anecdote. Je suis consultant, je travaille de chez moi, dans le sud Bretagne ("la vue…"). Je travaille essentiellement à distance depuis 7 ans. J'ai répondu a 2 propositions dernièrement: 1 recruteur étranger (il s'avéra être US) et 1 français, Parisien.

      Le Parisien:
      - le poste est basé à Paris, ça ne vous dérange pas ?
      - si, je suis en remote depuis 7 ans, à 2h de Paris en TGV si vous voulez
      - on pourrait accepter 1 jour par semaine en remote
      - non, vous n'avez pas compris, c'est remote en principal pour moi, au pire 1 jour/semaine à Paris. Ça va devenir difficile de trouver des consultants abordables en plein milieu de Paris, non ?
      - ça l'est déjà. Ceci dit, le salaire est pas mal (sans préciser)
      - c'est pas le problème, bonne soirée.

      Le US:
      - on cherche en remote, mais aux US: pour les horaires ça va être difficile. Mais un CV comme le vôtre, ça me ferait mal de le laisser passer. Je vais transmettre votre CV à Londres et dans tous les cas on s'appelle, je veux vous avoir sous le coude (traduction approximative)
      - ok, on s'appelle.

      Je suis un provincial grincheux, mais il faudra bien que les parisiens se rendent compte un jour que le monde ne tourne pas autour d'eux…

  • # Immobilier trop onéreux

    Posté par . Évalué à 3.

    Je travaille sur Monaco, le mètre carré est au prix d'un château, c'est impossible pour une personne normale d'acheter ou louer…

  • # Loin ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    8km, soit plus d'une heure à pied, 50 min en transport en commun, mais 20-25 min à vélo par des rues peu passantes et des pistes cyclables bien protégées.
    C'est à là fois très loin et tout proche :)

  • # SDF

    Posté par . Évalué à 2.

    J'suis SDF depuis 9 ans, mais je vis sur mon lieu de travail.
    C'est dingue les économies que ça fait faire.

    • [^] # Re: SDF

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Salut Jak. À part en roaming ?

      • [^] # Re: SDF

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 24/08/19 à 06:11.

        Salut !

        Ben pas vraiment. Bien sûr, les abonnements téléphoniques sont assez chers par rapport aux offres qu'on trouve en France, mais je m'en sors relativement bien avec un abonnement données au Canada et un autre aux États-Unis, chacun couplés à un routeur 4G. Et pareil pour le téléphone, j'en ai un pour chaque côté de la frontière.
        De toutes façons, vu combien j'économise à ne pas payer de loyer, électricité, gaz, eau, impôts locaux, le léger surcoût est absorbé largement, d'autant que je peux déduire toutes les factures U.S de mes impôts.

    • [^] # Re: SDF

      Posté par . Évalué à 5.

      J'suis SDF depuis 9 ans, mais je vis sur mon lieu de travail.

      C'est une devinette ?

      Bon déjà j'en déduis que ton lieu de travail n'est pas fixe, et qu'il se déplace sur un trajet T à une vitesse v depuis 9 ans.

      splash!

  • # De l'eloignement confortable

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je travaille dans la périphérie de saint Étienne (lieu du poste). Mais du bon cote, donc je reste a moins de 20 minutes en voiture du travail (sauf que bouchon le matin donc plutôt 30)
    La gare est a deux minutes a pied de chez Moi, mais ma femme préfère le bus car plus fiable hélas.
    La nouvelle ligne de tramway va passer juste devant mon taf, donc théoriquement je suis a 30 minutes du taf correspondance inclus
    Suis content d'être sorti de la ville : je suis toujours dans un milieu urbain avec des commerces a proximité, 1000 m2 de terrain dans une impasse me règle le PB du vis a vis. Le climat est aussi meilleur car nous sommes en plaine

    Jamais je ne monterai sur Paris ou sa périphérie.
    Je suis content pour ceux qui négocie du remote dans cette région, j'espère en avoir dans les années a venir, apres 15 ans de la boîte ça devrait être possible.

    Et près de mon taf c'est le technopole c'est pas pratique et assez vilain pour du résidentiel

  • # les biens immobiliers et les loyers sont trop onéreux près de votre travail

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 26/08/19 à 09:04.

    Une femme, 5 enfants, il faut assez grand tant en surface habitable mais surtout en jardin. Proche du travail c'est 3 fois plus cher pour 4 fois plus petit. De toute façon, je préfère 100 fois plus la la campagne, le week-end la vie y est 10 fois moins cher. Pas obligé de sortir pour s'occuper, le jardin suffit et quel plaisir de vivre au milieu d'arbres… Le rêve serait que je trouve un travail en informatique (Linux ;) ) en pleine campagne mais à ma connaissance ça n'existe pas, si tel était le cas je déménagerait.

  • # Pourquoi devrait on organiser sa vie autour du travail ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Moi, ce qui m'étonne, c'est cette volonté d'organiser sa vie autour du travail.

    Personnellement, je change de boite quand j'en ai marre. Donc, si je récapitule ces dernières années, j'ai changé de boite 3 fois: 4 ans, 6 mois et là je suis dans la même boite depuis bientôt 3 ans.

    Il est juste impensable pour moi de choisir mon lieu de vie (d'autant que j'ai acheté) sur la base de mon lieu de travail car:

    1. J'ai une femme, qui a aussi un lieu de travail.
    2. Je change de travail
    3. Vivre sur les bassins d'emploi de ma région ne m'intéresse pas.

    Sinon, en vivant un peu plus loin de mon boulot, j'ai:

    1. Une vue de ouf, dominante, sur la rade de Toulon.
    2. Un cadre de vie plus agréable que dans les autres villes plus proche de mon travail: moins assiégés par les touristes, moins tourné vers le tourisme.
    3. Une maison que je n'aurai jamais pu me payer plus proche de mon travail posée sur un morceau de colline auquel je n'aurai jamais pu prétendre.

    Pour finir, je dirai que proximité ne veut pas nécessairement dire plus écolo et/ou plus confortable:
    Avant, je faisais ~20km pour aller travailler: Marseille-Aubagne.
    Maintenant, je fais ~45km : Six Fours-Aubagne.
    Bizarrement, je passe moins de temps dans ma voiture sur le second trajet: 30 minutes constant, là ou auparavant, c'était 30 minutes de moyenne avec des pic à 1h30 les jours de match au vélodrome.
    Si on y regarde bien, je pense que le bilan carbone est meilleur depuis que j'habite plus loin… et je ne parle pas du bilan stress (ouais, ça me rend fou d'être coincé dans les bouchons depuis 40 minutes et de me faire doubler par le bus des joueurs de l'OM escortés en grandes pompes par la police, ce qui a pour effet d'accroitre encore le bouchon…)

    • [^] # Re: Pourquoi devrait on organiser sa vie autour du travail ?

      Posté par . Évalué à 5.

      C'est la société actuelle qui veut que l'on passe son temps à travailler. Donc c'est normal de s'organiser en fonction. Mais d'un autre côté, il y a une réelle problématique: les lieux de travail sont généralement situé dans des zones où le prix de l'immobilier est élevé. Peut-être qu'en démocratisant un peu plus le travail à distance on pourrait améliorer les choses.

  • # fibre

    Posté par . Évalué à 2.

    Je ne suis pas concerné, j'habite pas loin de mon travail. En ville, donc, avec de l'ADSL correct.

    Mais pour ceux qui ont suivi un peu les histoires du déploiement de la fibre, en gros les zones les plus denses sont réservées aux gros FAI, et il n'y a que sur les zones les moins denses (la campagne quoi) que les petits FAI peuvent espérer, éventuellement, peut-être, si le conseil régional est sympa, fournir de la fibre un jour.

    D'après https://cartefibre.arcep.fr/ et https://fibre.ffdn.org/ il y a quelques endroits où on peut espérer un peu.

    Ça me donne limite envie de passer le permis et de devenir automobiliste. Pour l'instant je peux me contenter de mon ADSL de citadin, mais le jour où ça ne suffira plus…

    splash!

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.