• # Passionnant

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 22/12/20 à 21:13.

    J’adore la série de podcast Les Pieds sur terre.
    A chaque fois ce sont des tranches de vie, toujours différentes.
    En plus quand ils font une rediffusion (comme ici), ils nous disent ce que sont devenus les intervenants.

    Ce numéro en particulier nous donne à voir les coulisses des RH de grandes boites internationales. Passionnant autant que glaçant. Merci à l’honnêteté sans fard du témoin.

    • [^] # Re: Passionnant

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      bin tu devrais en faire un nourjal

      mais à tête reposée, hein

      histoire de prendre un peu de recul : en février, ça suffira
      tu te démerdes pour le reste, hein :-)

    • [^] # Re: Passionnant

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Merci à l’honnêteté sans fard du témoin.

      Alors c'est très bien que ce genre de personnes se réveillent un jour et pointent un peu du doigt le problème (que toute personne qui a travaillé en entreprise connaît, même si on est pas autant au milieu du problème au quotidien au contraire de ces gens des RHs), mais sincèrement… j'aurais préféré que cette personne ne soit pas elle-même le problème et n'ai donc pas eu besoin de se réveiller après 25 ans à faire partie dudit problème. C'est à dire qu'il aurait dû refuser ce qu'on lui a demandé de faire dès la première fois (on voit très bien qu'il a toujours su que c'était mal, il le dit lui-même, il essayait certes de trouver des moyens pour que ça se passe pas trop mal, mais bon… pour reprendre l'analogie du "sniper", c'est comme s'il essaie de tuer d'un coup avec une balle dans la tête pour éviter de trop faire souffrir, pas de quoi se réjouir). Certes il n'aurait alors pas pu venir raconter sa longue carrière de 25 ans à virer plus de 1000 personnes à la radio, s'il avait fait cela. Et probablement ces personnes auraient de toutes façons été licenciées derrière par une autre personne sans remords. Mais pourtant, dans ma logique, c'est seulement s'il avait fait cela qu'il aurait mérité un "merci".

      Mais "merci" pour avoir exécuté des horreurs pendant 25 ans avec des salaires effarants pour au final se dire que c'est pas cool et venir en parler à la radio?… j'avoue que j'ai du mal. 😕

      Sur la fin, il dit que c'est trop facile de dire qu'on regrette en "versant une petite larme" après une carrière à virer des gens et que ce serait même insultant pour les gens qu'il a viré. Et je suis entièrement d'accord. Il n'a même plus le droit de dire qu'il regrette. Je pense que quoiqu'il fasse, il est simplement impossible qu'on puisse lui dire "merci" pour quoi que ce soit en rapport avec son passif. Pour ses actions à venir, si vraiment il s'est retourné et fait maintenant des actions bénéfiques, alors on pourra lui dire merci pour ces actions présentes ou futures hypothétiques. Mais pour quoi que ce soit qui ait un rapport avec ce passé de "sniper des RHs", je pense pas qu'il mérite le moindre merci.

      J'ai travaillé en entreprise, et j'ai personnellement refusé des trucs que je trouvais aller contre mes valeurs (même si je n'ai pas été viré pour cela). J'ai aussi démissionné très rapidement quand je trouvais que les valeurs de l'entreprise allaient pour le pire (et que je trouvais que les changements étaient mauvais pour moi, pour tous les employés et/ou par rapport à ce qu'on faisait), que j'essayais de faire changer les choses mais que ça n'allait qu'en empirant (dans ces moments, on se rend compte qu'on y peut rien). J'ai ainsi dit au-revoir à des salaires extrêmement confortables et de nos jours, je repère ces entreprises et n'essaient même pas d'y postuler. Je ne veux pas travailler dans des conditions inacceptables par rapport à mes valeurs, même si cela limite fortement mes possibilités salariales (car malheureusement ces entreprises sont en général les entreprises qui peuvent payer le plus). Moi oui, je ne regrette pas et je suis plutôt fier d'avoir tenu à mes valeurs. Des gens comme moi, on est plutôt nombreux d'ailleurs. Alors c'est toujours un peu triste quand on voit au final que les personnes qui se font "remercier pour leur honnêteté", ce sont ceux qui ont fait du mal aux autres pendant de très nombreuses années en touchant le jackpot, pour au final retourner leur veste, se faire tout beau, passer à la télé ou la radio pour raconter les horreurs qu'ils ont faites, éventuellement écrire un livre. Au passage, comme ils ont amassé de belles finances pendant toutes ces années à écraser autrui, ils peuvent aisément se refaire une reconversion professionnelle "propre". Ces gens là, on a même l'impression qu'on va soudainement les considérer comme des saints. Et au passage on oubliera les millions de gens qui ont simplement refusé cela dès le début. 🙄

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: Passionnant

        Posté par  . Évalué à 6.

        Donc au final, tu es frustré de n'avoir aucune reconnaissance pou ton étique quand tu vois quelqu'un qui est reconnu pour en avoir manqué.

        La tristesse, tu peux en voir aussi quand une petite boite familiale ferme dans l'indifférence générale alors qu'une grosse ramasse des subventions en échange d'une vague promesse d'emplois qu'elle ne tiendra jamais.
        Le patron de la petite boite pourra aussi dire que c'est triste de voir qu'il n'a pas pipeauté et fait des promesses absurdes pour rester à flot mais qu'on va largement parler des grosses boites qui viennent de promettre encore autre chose, à des politiciens qui ne seront plus là à l'heure des comptes.

        Tu peux en voir aussi chez les investisseurs qui gagnent tellement plus en misant sur le pétrole et les régions du monde où le respect des travailleurs et/ou des droits de l'homme sont ignorés comparés aux investisseurs qui tentent de financer du propre et du local.

        Tu peux voir de l'ironie quand on se mobilise pour que des stars de foot multi-millionnaires ne soient pas trop taxées par Hollande, mais qu'on manque d'argent un peu partout pour le service public fait pour les fans qui enrichissent ces stars.

        Mais regarde au final: une émission sur un type "méchant" qui se confie, ça attire tellement plus d'audience que tu n'en auras jamais en expliquant ce que tu as refusé de faire.

        Il ne sera pas puni. On lui dit merci au lieu de lui faire des reproches.

        Ne le regarde pas. Ne pense pas à lui. Tu vas finir aigri.

        La seule chose qui te récompensera, c'est l'idée que tu as eu ce comportement étique, et tu dois trouver le moyen de l'apprécier par toi-même.

        Ne cherche pas la reconnaissance, elle sera infiniment plus mince que la sienne.

        N'essaie pas de te dire que tu peux dormir tranquille: je suis sûr que ce Monsieur dort sans problème aussi. Vous n'êtes pas faits pareil à l'intérieur.

        Si tu ne veux rien regretter, ne le regarde pas, et ne regarde pas en arrière. Rien de bon n'en sortira.

        La vérité, c'est qu'il n'y a aucun avantage à être "gentil". Certains le sont et sont incapables de faire à leur prochain ce que d'autres feront sans qu'on les pousse trop. Il n'y aura pas de sanction. Il n'y aura pas de "justice". c'est juste comme ça.

        Je n'écouterai pas cette. Je n'ai pas grand chose a en apprendre, et je n'ai pas plus envie que ça de gonfler les chiffres.

      • [^] # Re: Passionnant

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

        Donc au final, vous souhaitez encourager chacun à choisir une voie morale plutôt que confortable quand l'alternative se présente ? Et cet exhortation pourrait être, comme bien souvent et à votre corps défendant, interprétée comme l'expression d'une récrimination face à l'injustice du monde ?

        « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

        • [^] # Re: Passionnant

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          Donc au final, vous souhaitez encourager chacun à choisir une voie morale plutôt que confortable quand l'alternative se présente ?

          Pas sûr de ce que vous (tu? J'ai tendance à penser qu'on peut se tutoyer sur ce site, mais après tant d'années à se côtoyer, vous insistez sur le vouvoiement…) dites, ou même de là où vous voulez en venir. J'encourage à suivre une voie où on n'écrase pas les autres pour avancer. "Morale"? "expression d'une récrimination face à l'injustice du monde"? Les philosophes aiment bien utiliser des mots compliqués avec plein de sous-entendus derrière pour désigner des choses simples. Juste… ne pas vivre son bonheur sur le malheur d'autrui. C'est pourtant simple non?

          Quant à l'opposition totalement arbitraire entre "juste" (plutôt que "moral") et "confortable". C'est une fausse opposition, uniquement faite pour faire croire qu'on doit choisir (une vie de salauds riche vs. une vie de pauvre gueux vertueux). J'ai fait des choix toute ma vie pour faire des choses OK, certes forcément avec des erreurs, et évidemment ce qu'on va considérer "OK" peut varier d'une personne à l'autre. Au minimum néanmoins, il y a une partie évidemment "absolument pas OK" qui est de ne pas vivre sur le malheur d'autrui, sur l'exploitation des gens ou de la planète, etc. Et pourtant je ne crois pas vivre de manière "inconfortable". Certes je ne suis pas ultra-riche. Certes je n'ai pas un salaire indécent qui me permette de m'acheter une maison tous les ans (le plus haut salaire du gars qu'il cite à un moment lui aurait permis d'acheter ma maison d'un coup sans prêt!). Mais ce n'est pas ça le "confort" pour moi. D'ailleurs si mon "confort" devait dépendre de gens que je devrais virer injustement (pour le profit d'une entreprise), ou exploiter sans vergogne, d'injustices sociales diverses ou de dégradations écologiques, etc. je suis pas sûr que je me sentirais si "confortable" (mais je suis conscient que cela dépend des gens, beaucoup savent faire abstraction et "oublier" les horreurs faites une fois rentré dans leur maison luxueuse).

          Pire j'ose même affirmer (sans preuve car on ne vit pas dans ce monde et c'est donc dur d'avoir de quoi comparer) que si plus de gens faisaient des choix acceptables, en fait le confort de tous en serait amélioré de manière générale, plutôt que seulement le confort des uns qui en devient indécent aux dépends de celui des autres (ce qui est le faux choix que vous nous proposez).

          Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: Passionnant

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1. Dernière modification le 23/12/20 à 11:45.

        Pour développer un peu, j'ai trouvé cela « passionnant et glaçant » à deux points de vue :

        1. Cela m'a permis d'apercevoir la réalité concrète, tangible de ce travail raconté du point de vue de celui qui le (l'a) fait.
        2. J'y ai entendu des choses très humaines, comme la tentative de réduire une dissonance cognitive et une application de la théorie de Hannah Arendt sur la banalité du mal.
        • [^] # Re: Passionnant

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Bien sûr, je comprends. Ce n'était pas contre toi.

          Moi aussi j'ai trouvé cet entretien intéressant par certains aspects. Ceci dit, j'ai rien découvert non plus d'extraordinaire. Tout ce qui était dit là, je l'ai vu en vrai en entreprise (et pourtant en peu d'années), de l'autre côté de la barrière (le côté employé, d'ailleurs souvent en mode WTF quand on voit les comportements de certains patrons, managers, RHs…).
          Mais j'ai trouvé l'entretien aussi pas mal indécent par d'autres, un peu en mode "c'est comme ça, c'est la vie". Et surtout j'ai toujours un peu de mal avec cette tendance à s'ébahir dans les divers médias de la vie des gens qui nous font du mal. 🤷

          Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.