• # le bon et le mauvais policier

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0 (+7/-8).

    Il y a deux types de policiers :
    - le mauvais : qui abuse de son pouvoir pour maltraiter, mutiler et tuer
    - le bon : qui protège le mauvais policier

    Ceux qui dérogent à cette règle finissent par ne plus être policier, d'une triste manière parfois.

  • # famille de flics

    Posté par  . Évalué à 1 (+6/-6).

    Qu'elle soit belge ou française, même combat finalement : la police est une une mafia qui ne dit pas son nom.

    • [^] # Re: famille de flics

      Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

      Je pense que c'est à nuancer. J'imagine peut-être naïvement que derrière tout policier à la base il y a une volonté de servir la société par le bien et dans le respect de la loi et qu'il n'y a pas une hiérarchie qui a pour volonté de fonctionner de manière criminelle.

      En revanche le côté "on est tous partie d'une même famille qui se serre les coudes coûte que coûte" liée à l'exposition au danger et à la possible oprobe publique induit naturellement des comportements à caractères mafieux comme l'omerta et la repression de tout ce qui pourrait paraitre comme nuisible à la réputation du groupe. Possible que l'exposition quotidienne à la criminalité a un effet sur certains policiers, via un syndrome du pompier pyromane, une distortion de la réalité (opérations dans des quartiers défavorisés à forte représentation ethnique induisant une fausse causalité origine/criminalité), via la banalisation liée à l'exposition à la violence mais aussi via une certaine frustration de certains criminels récidivistes relâchés ?

      Maintenant comment corriger cela ?

      • [^] # Re: famille de flics

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+10/-2). Dernière modification le 20/04/21 à 13:22.

        Comme étayé par différents reportages, en faisant que la police des polices ne dépende pas de la même hiérarchie que la police, ça serait un bon début !
        L'exemple anglais est à regarder de près.

        Après, la formation me parait décisive : choisir entre la loyauté au groupe ou la loyauté à des valeurs, ça s'étaye.
        Puis ça se propage par la hiérarchie.

        Qui a entendu s'exprimer un ministre de l'intérieur sur ces points récemment, autrement qu'en démontrant qu'il refusait de soulever le capot ?
        L'institution pourrit par sa tête à mon avis (comme n'importe quelle institution, généraliserai-je)

        Cf https://linuxfr.org/users/antistress/liens/la-france-a-un-probleme-de-racisme-au-sein-de-ses-forces-de-l-ordre-et-l-etat-refuse-de-le-traiter
        et surtout https://www.liberation.fr/planete/2019/08/17/au-royaume-uni-une-police-des-polices-saluee-pour-son-objectivite_1745655/, https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2021/01/25/la-police-par-consentement-au-royaume-uni-une-autre-culture-du-maintien-de-l-ordre_6067526_1653578.html, https://www.20minutes.fr/justice/2578411-20190806-etranger-igpn-police-polices etc.

        En fait c'est pas très dur, si on le veut !

        • [^] # Re: famille de flics

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+10/-3). Dernière modification le 20/04/21 à 13:50.

          Je peux citer un exemple que j'ai vécu dans une autre institution : un prof d'EPS en lycée qui trouve que c'est une bonne idée de soulever une jeune fille pénible pour la faire sortir comme un objet. Celle-ci le gifle.

          Conseil de discipline (formé d'une majorité de collègues enseignants). Aucun mot sur la conduite de l'enseignant, aucune circonstance atténuante. La jeune fille est exclue sans que l'institution n'ait reconnu que l'enseignant n'avait pas à la déplacer en la soulevant.

          Hors conseil de discipline : aucun grief n'a été formulé sérieusement par la direction à l'enseignant.

          Esprit de corps total.

          Je vous laisse juge du message adressé aux élèves, aux enseignants.

      • [^] # Re: famille de flics

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 20/04/21 à 16:34.

        Je pense que c'est à nuancer. J'imagine peut-être naïvement que derrière tout policier à la base il y a une volonté de servir la société par le bien et dans le respect de la loi et qu'il n'y a pas une hiérarchie qui a pour volonté de fonctionner de manière criminelle.

        À nuancer aussi, beaucoup sont là à défaut d'autre chose (avec tout ce que cela peut avoir comme conséquence sur la façon d’appréhender le boulot) ; beaucoup sont là aussi pour faire respecter l'ordre (et dans le lot, il y a les Robocop et les inspecteurs Harry…)

        En revanche le côté "on est tous partie d'une même famille qui se serre les coudes coûte que coûte" liée à l'exposition au danger et à la possible oprobe publique induit naturellement des comportements à caractères mafieux comme l'omerta et la repression de tout ce qui pourrait paraitre comme nuisible à la réputation du groupe.

        Et sinon, le mot mafia et ses dérivés nous est parvenu avec sa connotation criminelle, mais je mettrai ma main à couper qu'à la base l'organisation en corporation et le secret qui pouvait entourer certaines activités d'un clan n'était pas forcément à dessein criminel.

        Je vais me calmer (l'allusion mafieuse était peut-être un peu trop forte) mais c'est l'esprit "corps" quoi qu'il arrive au lieu de l'adhésion à des valeurs que je veux pointer du doigt ; et comme c'est toujours « circulez il n'y a rien à voir, on ne se remettra pas en cause » alors on y vient doucement mais sûrement si on n'y est pas déjà.

        • [^] # Re: famille de flics

          Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

          beaucoup sont là à défaut d'autre chose
          l'esprit "corps" quoi qu'il arrive au lieu de l'adhésion à des valeurs

          Je ne suis pas policier mais bizarrement j'en ai pas mal parmi mes fréquentations. Bon ben je confirme à 100% ce que tu dis ici : 4 flics (dont un revend des cartouches de cigarettes achetées en Andorre), 1 gendarme (qui vend de la weed), les 5 y sont allé simplement parce qu'ils ne savaient pas trop quoi faire. Celui qui deal des cigarettes a toujours aimé la baston (et détesté les voleurs donc y'a au moins ça), il s'est dit qu'en étant flic il pourrait les taper légalement…
          Ils m'ont confirmé que si un collègue fait le con avec un suspect on va régler ça avec lui mais que l'esprit de corps est une règle à laquelle on ne déroge pas car tu dois pouvoir confier ta vie à ton partenaire. Vu que ce sont des gens que je connais depuis le lycée, j'ai pu observer l'évolution des mentalités, comme cette amie qui citait du Aimé Césaire et s'est mise à haïr les Roms après l'école de police.

          Bref, oui la Police est une quasi secte.

          • [^] # Re: famille de flics

            Posté par  . Évalué à 1 (+0/-1).

            Ce que tu décris me fait penser aux militaire. On cherche à ce qu'ils soient dans un état d'esprit particulier. Une acceptation forte de la hiérarchie bien sûr et j'imagine cet esprit corps. J'imagine que ça a été mis en place aussi par crainte du coup d'État.

            Je trouve triste (sincèrement) de penser que c'est l'esprit corps qui protège la corporation alors que c'est l'inverse… Combien faudra il d'exemples pour que ça rentre dans les meurs ?

            J'ai l'impression mais ça n'est qu'une impression que le changement va se faire par la tête. Le politique est plus sensible à la pression sociale que le policier et il y a des cas médiatisés où il est très difficile, même pour les spécialistes de la langue de bois, de dire qu'il n'y a pas de problème.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.