DossRam a écrit 8 commentaires

  • [^] # Re: Pourquoi est-ce que je découvre ça que maintenant ?

    Posté par  . En réponse à la dépêche BRouter, un calcul d’itinéraire libre pour vélo (mais pas que). Évalué à 2.

    Osmand ou osmand+ qui fonctionnent très bien avec brouter peuvent assurer le guidage avec l'écran éteint.

    Benoît

  • # Brouter + osmand+

    Posté par  . En réponse à la dépêche BRouter, un calcul d’itinéraire libre pour vélo (mais pas que). Évalué à 3.

    Merci pour la dépêche. Je l'utilise couplé à osmand+ sur mon vtt et ça fonctionne très bien. Je l'utilise pour suivre des "traces" téléchargées sur des sites dédiés.

    Benoît

  • [^] # Re: Très bonne initiative

    Posté par  . En réponse à la dépêche WikHaiePédia. Évalué à 3. Dernière modification le 25/02/20 à 19:16.

    Sans compter que certains pratiquent encore le désherbage chimique suivi d'un labour…

    En ce qui concerne les talus et les haies, il ne faut pas oublier qu'ils datent (du moins dans la Manche), du moyen age. Il servaient à délimiter les parcelles, de clôtures pour les animaux et à fournir du bois de chauffage. L'activité de l'homme n'est donc pas forcément incompatible avec la biodiversité.

    Dans un même ordre d'idée, un invité de l'émission La Terre au Carré (de mémoire) expliquait récemment l'intérêt des arbres têtards pour la biodiversité. Et pourtant ils résultent de l'exploitation du bois. Idem pour l'agroforesterie.

  • [^] # Re: Très bonne initiative

    Posté par  . En réponse à la dépêche WikHaiePédia. Évalué à 3. Dernière modification le 21/02/20 à 10:50.

    J'ai tenté l'expérience cette année. J'ai ramassé quelques glands, retiré les glands véreux (en les plaçant dans un seau d'eau) puis je les ai placés au réfrigérateur 2 mois avant de les mettre en terre. Pour ceux là je n'ai pas encore de certitude que cela a fonctionné par contre j'en ai également étalé sur le sol de mon potager et plusieurs ont germé (très rapidement d'ailleurs). Je les ai placés dans des pots avec un mélange de compost et de terre et ça semble évoluer positivement. Je m'interroge maintenant sur la manière de faire. Dois-je aller les planter dés maintenant ou bien attendre l'année prochaine (ce qui sous entend qu'ils vont rester une année dans des petits pots) ?

  • [^] # Re: Laisser faire ?

    Posté par  . En réponse à la dépêche WikHaiePédia. Évalué à 2.

    J'ai également essayé de "laisser faire" sur la parcelle mentionnée plus haut (et j'aurai d'ailleurs préféré) mais j'ai du renoncer. Très logiquement les chardons et ronces ont commencé à s'installer et la mairie m'a rappelée à l'ordre. Elle allait prendre un arrêté municipal à mon encontre de peur que les graines des chardons ne disséminent sur les parcelles attenantes.

    Dommage…

  • [^] # Re: Très bonne initiative

    Posté par  . En réponse à la dépêche WikHaiePédia. Évalué à 3.

    Bonjour Gaëtan,

    La Chambre d'Agriculture organise chaque année des commandes groupées. C'est ouvert aux particuliers et professionnels (agriculteurs…). Les conseils départementaux organisent parfois des opérations similaires je pense.

    @+

  • [^] # Re: Très bonne initiative

    Posté par  . En réponse à la dépêche WikHaiePédia. Évalué à 2. Dernière modification le 17/02/20 à 14:01.

    Effectivement c'est un point sur lequel je n'ai pas porté attention au départ. Je privilégie maintenant les chênes pédonculés qui devraient s'en sortir en Basse Normandie (malgré le changement climatique) d'autant que ma parcelle est très humide. Ceci étant il y aurait sans doute moyen de planter des essences plus "exotiques" mais c'est vrai que ça me gêne un peu.

  • # Très bonne initiative

    Posté par  . En réponse à la dépêche WikHaiePédia. Évalué à 7.

    Très sensible à la perte de la biodiversité (insectes pollinisateurs, amphibiens…) je plébiscite ce genre d'initiative. J'ai d'ailleurs prévu planter demain avec mes enfants, sur une parcelle qui m'appartient, 30 chênes pédonculés et merisiers.

    L'objectif à terme est de la couvrir en totalité (8000 m2) d'arbres d'essences locales à raison de 30 à 40 pieds / an. C'est bien peu mais c'est malgré tout très gratifiant et quel plaisir de faire ça avec ses enfants. Ils sont déjà d'ailleurs très sensibles aux destructions des haies et talus qui constituent des corridors écologiques, limitent le lessivage sur les parcelles en cultures et freinent les dérives lors de l'application des produits phyto.

    La parcelle est très humide et c'est très fort probable, qu'en complément des arbres, je vais m'atteler à créer une petite mare pour que les amphibiens puissent venir pondre.

    Encore bravo. Je me suivre ça de prés.