Journal Joomla et les clubs à abonnement payant

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
8
27
nov.
2016

Bonjour,

Développeur Mambo de la première heure, j'ai un peu passé mon chemin depuis la version 1.5 de joomla pour me consacrer à d'autres aspects de l'information.

Ayant un peu de temps pour me remonter un site, je me pose de grosses questions sur le principe de fonctionnement des clubs de thèmes et d'extensions.

"joomla club" sont des mots qui dans votre moteur de recherche préférée remonteront un pan entier de l'écosystème.

Prenons un de des clubs les plus connus : RocketTheme

Vous trouverez les conditions d'utilisation ici : RocketTheme membership

Les fichiers, que vous téléchargerez si vous êtes abonnés, seront sous licence GPL V2.

Vous me direz : "Cette communauté a trouvé un moyen de financer son écosystème".
C'est vrai, et ce n'est pas la petite somme que je devrais m'acquitter pour récupérer des heures de travail, qui me fera dire le contraire.

Cependant, quel est la légimité d'un nouvelle acteur dans le "game" ?
OceanTheme

Un club de clubs à la mode Warez.
On prends un abonnement chez les autres et on redistribue tout le travail en échange d'une somme moindre.

OCeanTheme est-il légal ? Les fichiers téléchargés sont de la même licence que la source (GPL)

Pour informations, si vous ne vous abonnez pas au club, vous n'aurez pas les mises à jour, donc pas de sécurité.

  • # Mauvaise comparaison

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

    Un warez est contre la volonté de l'auteur.
    Ton exemple respecte la volonté de l'auteur.

    rien de nouveau, ce qui est vendu est le "nom", la facilité, surtout l'affichage au chef qui ne cherchera pas plus (de tête libcrypto fait plus fort avec du domaine publique mais tu peux aussi acheter une licence)

    au passage ici tu fais la pub de l'alternative légale, du coup tu enlèveras potentiellement des sous à l'upstream. Voulu?

    • [^] # Re: Mauvaise comparaison

      Posté par  . Évalué à 1.

      Ton exemple respecte la volonté de l'auteur.

      Au niveau des licence oui.
      Sur le reste, c'est plus complexe, puisque l'auteur ne met pas à disposition le code librement.

      au passage ici tu fais la pub de l'alternative légale, du coup tu enlèveras potentiellement des sous à l'upstream. Voulu?

      J'ai déjà payé ma part de club pour les prochains mois.
      Le problème c'est qu'il te manque souvent une brique d'autres clubs.
      Ca ne règle pas tous les problèmes, puisqu'il faut désosser le module pour retirer les parties branchés aux serveurs du club.

      Qui est l'upstream ?
      Joomla qui refuse l'inclusion d'autres choses que le composant "CMS"
      ou des logiciels "Open Source" à géométrie variable.

      Ai-je le droit de forker sur GitHub ?
      Tout ça devient flou !

      Mauvaise comparaison

      Selon l'avis de certains propriétaires de club, le nouveau meta-club est du warez.
      Je n'ai pas le courage de rechercher la source des forums.
      Mais pas besoin d'être malin pour deviner leur point de vue.

      • [^] # Re: Mauvaise comparaison

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8. Dernière modification le 27/11/16 à 17:32.

        Sur le reste, c'est plus complexe

        Faut arrêter avec la fausse complexité quand ce n'est pas le cas.
        Il n'y a pas de "le reste", la licence est la volonté de l'auteur. si une licence "classique" genre GPL n'est pas ce que l'auteur veut, qu'il fasse sa propre licence, sinon la GPL est tout (licence, volonté de l'auteur, le reste, et n'importe quel autre nom que tu veux mettre).

        puisque l'auteur ne met pas à disposition le code librement.

        Je me suis basé sur tes dires, l'auteur met le code à disposition librement (GPLv2); le paywall ne change rien à la liberté du code mis à disposition, absolument rien.

        Selon l'avis de certains propriétaires de club, le nouveau meta-club est du warez.

        2 solutions :
        - le site ne livre pas le code sous GPLv2 et c'est donc du warez (contrefaçon, sans licence fournie par l'auteur)
        - le site livre le code sous GPLv2 et respecte donc la licence, les auteurs qui diraient que c'est du warez sont d'une des menteurs et de deux des gens qui n'ont rien compris au libre (le site a une licence qu'il respecte, l'auteur doit donc accepter et dire que ce n'est pas du warez bien au contraire l'auteur a donné ce droit).

        Absolument rien de complexité.

        Les fichiers téléchargés sont de la même licence que la source (GPL)

        C'est ce que tu as dit, donc d'après ce que tu dis (un autre site utilise les droits de la licence et les ayant-droit ayant donné des droits se plaignent qu'on utilise ces droits) il y aurait une très grosse dose de mauvaise foi de la part des ayant-droits.

        Pour que je me fasse une idée claire, peux-tu confirmer que :
        - OceanTheme livre sous GPL (avec des prix moins cher, mais on s'en fout la licence n'en parle pas)
        - des Joomla Club disent que une entité qui respecte la licence qu'ils ont fournie est un warez
        Si c'est le cas, la mauvaise foi et l'insulte au libre sont avérées (aucune complexité dans cette histoire banale où une entité donne des droit et après râle qu'on utilise les droits qu'elle a fournie, un classique de gens n'aimant pas le libre mais voulant utiliser sa renommée), sinon il faut revoir.

        • [^] # Re: Mauvaise comparaison

          Posté par  . Évalué à 3.

          OceanTheme livre dans la même license que l'auteur.

          Certains Joomla Club sont en train de mettre des serveurs et des codes d'activation de leurs "logiciels" GPL.
          Pour restreindre le fonctionnement du produit (téléchargement des langues, etc..)

          • [^] # Re: Mauvaise comparaison

            Posté par  . Évalué à 8.

            À part changer la licence des traductions et autre, ça ne changera pas le problème:
            Une personne télécharge le fichiers de traduction, un patch pour éliminer le besoin d'activation et c'est fini.

            Je rejoins ce que dit Zenitram: la licence le permet.

            La GPL est sans doute mal adaptée au modèle classique de "vente de logiciels" à un grand nombre où tout le monde achète le-dit logiciel. Il suffit qu'un seul acheteur redistribue les sources moins cher, voire gratuitement, et le modèle s'effondre.

            Penser que ça n'arrivera pas, c'est d'une naïveté déconcertante, prétendre que ça ne devrait pas arriver, d'une mauvaise foi évidente.

          • [^] # Re: Mauvaise comparaison

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

            OceanTheme livre dans la même license que l'auteur.

            Si le libre est important pour toi, ta conscience t'interdit de donner 1 centime de plus à des gens qui peuvent te dénigrer (dire que tu es un warez alors que tu utilise un droit badique accordé par la licence est dénigrer) pour simplement utiliser les droits qu'ils t'ont donné.
            Et si tu as besoin de leur code, tu sais où aller ;-) et ce de manière légale (donc aucun scrupule à avoir).

            Certains Joomla Club sont en train de mettre des serveurs et des codes d'activation de leurs "logiciels" GPL.

            La licence ne l'interdit pas.
            La licence ne dit pas que tu dois fournir une partie serveur
            Pas de soucis de ce côté la.
            (mais bon, ça obligera juste l'autre à avoir un serveur de download, rien de bien méchant)

      • [^] # Re: Mauvaise comparaison

        Posté par  . Évalué à 4.

        Selon l'avis de certains propriétaires de club, le nouveau meta-club est du warez.
        Je n'ai pas le courage de rechercher la source des forums.
        Mais pas besoin d'être malin pour deviner leur point de vue.

        Ces gens m'ont l'air tout simplement bas du plafond et d'une extrême naïveté.

      • [^] # Re: Mauvaise comparaison

        Posté par  . Évalué à 4.

        Selon l'avis de certains propriétaires de club, le nouveau meta-club est du warez.

        Je ne comprends pas le raisonnement. Les clubs récupèrent du code GPL et offrent un service en échange d'un abonnement (plate-forme de téléchargement ou quelque chose comme ça). C'est tout à fait légal. Mais pourquoi souhaiteraient-ils empêcher d'autres de faire pareil? Ils pourraient éventuellement prétendre que leur base de données est protégée par le droit d'auteur, mais ça ne vaut que s'ils se sont fait piquer la structure de la bdd, et pas seulement le contenu.

        J'ai comme l'impression qu'il y a une profonde incompréhension de ce qu'est le logiciel libre, là. On a le droit de faire du pognon avec en redistribuant du code créé par d'autres, mais évidemment on n'a pas l'exclusivité de ce business (qui ne peut probablement pas être rentable à long terme, puisqu'il va bien y avoir quelqu'un qui va récupérer les sources et les redistribuer dans des conditions plus avantageuses). Ça n'est pas malsain, c'est juste que le but du LL est de protéger ses utilisateurs, un peu les développeurs, et pas les distributeurs. Tout fonctionne donc parfaitement bien, non?

        • [^] # Re: Mauvaise comparaison

          Posté par  . Évalué à 0.

          Ce que fait OCeanTheme est à mon avis légal mais pas du tout fair-play.

          En effet la communauté Joomla! est ancré dans le logiciel libre mais est aussi une communauté faite de beaucoup de professionnels (codeurs, surtout freelance, et web-agency). Le système de mise à jour sur abonnement était une espèce d'équilibre tout en conservant la GPL (donc liberté de fork, de modification, de possession réelle du logiciel).
          Ceci avec des acteurs qui, selon mon impression rapide, n'ont pas une grande connaissance légale sur les licences.

          Bien sûr les clubs reposent aussi sur le support et l'accès à une doc premium (mais là on est plus proche du freemium que du LL).

          Le résultat de cette opération risque d’être assez simple : les projets qui le peuvent (ceux qui ont 100% du copyright) risquent de passer en licence propriétaire, comme ça tout le monde aura perdu !

          Où alors si on est optimiste ça lancera une discussion dans la communauté pour trouver le modèle d'affaire adéquat.

          • [^] # Re: Mauvaise comparaison

            Posté par  . Évalué à 1.

            Je précise juste que je ne connais qu'un peu la communauté Joomla!. Mais je trouvais ce modèle intéressant, il permet de faire vivre des entreprises dans le monde du LL.

            Un autre modèle que j'ai connu est celui de Plone, où les packages était en général payé par un client initial et release en Open Source par les société de services qui utilisaient la solution. Ça marchait assez bien pour Plone car il était utilisé pour de très gros site ou des intranets (donc projets importants) alors que le monde de Joomla! est plus fait de sites web (donc budget plus bas) ne permettant généralement pas de financer entièrement un nouveau module.

            • [^] # Re: Mauvaise comparaison

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

              Mais je trouvais ce modèle intéressant, il permet de faire vivre des entreprises dans le monde du LL.

              Pourquoi au passé?
              Il n'y a rien de nouveau ici, une grosse boite côté (RHEL pour la citer) utilise ce modèle, avec sa version "gratuite" à côté qui n'a pas tué l'upstream (en fait l'upstream file même des sous maintenant).

              C'est un bon modèle, il marche.
              il faut juste en accepter les règles (accepter les magasins alternatifs, moins chers mais sans la "marque", sans les attaquer même verbalement).
              Note que par exemple GCompris fait dans le similaire ("shareware" alors que tu es libre de recompiler et fournir une version non shareware pour 0€) et à ma connaissance ça marche plutôt pas mal.

              Bref, vraiment rien de nouveau, et ça peut marcher.

          • [^] # Re: Mauvaise comparaison

            Posté par  . Évalué à 3.

            Je suis d'accord pour dire que le LL a du mal à trouver des business models viables, mais en gros, là, ça veut dire que le modèle repose sur une espèce d'accord tacite pour ne pas "forker" le système de clubs, alors qu'il y a une opportunité assez nette de faire de l'argent là-dedans. Tu ne trouves pas naïf d'imaginer que ça n'arriverait pas? Il n'y a pas de "fair-play" dans le milieu des affaires, ce n'est pas une faille de la GPL d'autoriser ça, c'est une fonctionnalité de la licence d'empêcher le monopole de la distribution.

          • [^] # Re: Mauvaise comparaison

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4. Dernière modification le 28/11/16 à 14:14.

            pas du tout fair-play.

            Pas moins fair-play que des gens qui disent que c'est du warez.
            Mais en fait on s'en fout complet : le fair-play n'est pas une obligation du libre, tu mélanges tes idées avec le libre : le libre se fout complet du fair-play, il est neutre à ce sujet, tu es libre de l'être ou de ne pas l'être.

            En effet la communauté Joomla! est ancré dans le logiciel libre

            Visiblement pas du tout celle des clubs qui disent "warez", vu qu'il n'ont rien compris au libre.

            les projets qui le peuvent (ceux qui ont 100% du copyright) risquent de passer en licence propriétaire, comme ça tout le monde aura perdu !

            Attends, tu trouves vraiment normal que des gens utilisent la réputation du libre sans en assumer les contraintes? J'ai dû mal lire.
            Parce que de ce que je comprend, tu trouves normal un truc du style "je te permet X, mais si tu fais X c'est pas bien".
            Faut arrêter le faux cul : soit tu fais du libre et tu acceptes ses règles, soit tu fais du proprio, ça n'a rien à voir avec "tout le monde aura perdu" : il est bon de savoir si les auteurs te donnent vraiment du libre, et si ils ne le font pas ils faut qu'ils le disent, c'est tout.
            Personne ne perd dans l'histoire : il faut respecter la volonté de l'auteur, si l'auteur ne veut pas de libre qu'il ne fasse pas de libre et une offre libre apparaitra peut-être.

            Le libre, ce n'est pas hurler au warez dès qu'on te fait concurrence.

            Ceci avec des acteurs qui, selon mon impression rapide, n'ont pas une grande connaissance légale sur les licences.

            Ce n'est pas le soucis : quand une personne fait un truc qui plait pas, on regarde les droits qu'on a donné, c'est légal on ne dit pas "warez" et soit on change la licence soit on accepte ce qu'on a donné comme droits.

            Le système de mise à jour sur abonnement était une espèce d'équilibre tout en conservant la GPL (donc liberté de fork, de modification, de possession réelle du logiciel).

            Tu as oublié : donc liberté de proposer un magasin moins cher. Sans ça, ce n'est plus équilibré (tu mens en disant que tu livres du libre de bonne volonté)
            Si tu n'aimes pas cette liberté, arrête le libre, car c'est la seule chose possible (tu n'aimes pas le logiciel libre, pas de soucis c'est ton droit, mais n'affirme pas le contraire).


            Il est tout à fait normal de ne pas aimer cette concurrence, et dire "hum pas très fair-play" est légitime, mais il ne faut pas aller plus loin (pas crier au "warez"). Et surtout, il ne faut pas dire qu'une personne disant que c'est du "warez" est légitime (non, elle ne l'est pas).

            Tu dis "En effet la communauté Joomla! est ancré dans le logiciel libre", donc tu sais que la communauté a hurlé si une personne a dit "warez" pour du légal? Bon faudrait retrouver les posts la sur le warez pour voir :
            - Soit personne l'a dit et on trolle pour rien
            - Soit une personne l'a dit et la communauté Joomla a réagit "n'importe quoi" et la communauté Joomla! est ancré dans le logiciel libre
            - Soit une personne l'a dit et la communauté Joomla a réagit "ouais ça craint" et la communauté Joomla! est tout sauf ancré dans le logiciel libre

            • [^] # Re: Mauvaise comparaison

              Posté par  . Évalué à 2.

              Je suis désolé que tu ais un ton si agressif !
              Perso je n'ai jamais parlé de warez ou défendu qui parlait de ça…

              Je suis complètement d'accord que c'est dans les conditions du libre de pouvoir faire un magasin alternatif et je n'ai jamais clamé qu'il y avait quelque chose d'illégal. J'ai parlé de fair-play, notion à rapprocher plutôt de politesse où savoir vivre, qui n'est aucunement une obligation légale.
              Il n'empêche que l'action de faire un club des club, peut déséquilibrer un éco-système et que ce n'est pas parce-qu'une chose est possible qu'elle est souhaitable. Et en l'occurrence les intentions semble bien mercantiles, mais je redis c'est tout à fait possible en effet.

              Après moi je ne suis absolument pas impliqué dans la communauté Joomla! et je suis plutôt curieux de voir ce qu'il va se passer.

              • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                Je suis désolé que tu ais un ton si agressif !
                Perso je n'ai jamais parlé de warez ou défendu qui parlait de ça…

                Relis calmement, et relis aussi le contenu du journal. L'un ne va pas sans l'autre.

                ce n'est pas parce-qu'une chose est possible qu'elle est souhaitable.

                et c'est la où je réagis : tu donnes un droit et après dit que ce n'est pas souhaitable que ce droit soit utilisé, vraiment? C'est bien ma critique de ton commentaire : pour toi, donner de droits c'est juste pour faire joli mais tu ne souhaites pas que ce droit soit utilisé, je trouve ça juste faux-cul.

                peut déséquilibrer un éco-système

                Dans ce cas change la licence (et passe en non libre si il n'est pas souhaitable que ce soit libre, pas de soucis), ce n'est pas aux autres de penser à toi, c'est à toi de savoir mieux vendre ton éco-système.
                Accuser les autres de foutre le bordel et juste se cacher que c'est toi qui merde.

                Et en l'occurrence les intentions semble bien mercantiles

                Personne n'a dit ça, mais… On s'en fout. Le libre ne juge pas.

                mais je redis c'est tout à fait possible en effet.

                Et c'est même souhaitable que des droits fournis soit utilisables sans qu'on dit que ce n'est pas souhaitable.


                Ce que tu n'as pas compris dans ma réponse est que je critique exactement ton propos, qui pour résumer dit "bon je te donne des droits mais je ne souhaites pas que tu les utilises", désolé mais en tant que libriste je souhaite que les droits conférés soit utilisables (sans qu'on me dise "warez", relit le journal, ni qu'on me dise "ce n'est pas souhaitable", c'est quoi ça de donner des droit pour ensuite me juger? Au pire tu te tais tu n'as pas à juger "mal" un droit ue tu as donné : si tu penses que c'est mal ne donne pas ce droit, point).

                Bref : ma critique est que tu semble penser que le libre c'est pour faire joli mais qu'il faudrait utiliser les logiciels comme avec une licence proprio. Désolé, mais le libre n'est pas ça : quelle crédibilité le libre a si on te reproche d'utiliser les droits qu'on te donne? libre dans la théorie, non libre dans la pratique. je dis juste de mettre la théorie en cohérence avec la pratique si la théorie n'est pas souhaitable.

                Le libre, c'est difficile à accepter…

                • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                  Posté par  . Évalué à 3.

                  Bah, le truc c'est qu'avec le libre, c'est déraisonnable de vendre le logiciel en tant que tel (parce qu'il va arriver à plus ou moins long terme exactement ce dont on parle ici : quelqu'un va distribuer gratuitement ou moins cher ce logiciel). On peut vendre du service, vendre un site de téléchargement rapide et clair, avec une base de données fonctionnelle, on peut aussi vendre du support (développement, forum d'aide personnalisée, rapports de bugs, etc), mais en tout cas on vend une plus-value par rapport au logiciel. Si un concurrent arrive à faire la même chose moins cher, c'est soit qu'il est mieux organisé, soit qu'on fournit à ses clients un produit dont ils n'ont pas vraiment besoin.

                  Les business models du libre, c'est un serpent de mer. Tout le monde prétend avoir la solution miraculeuse, mais dans les faits, c'est assez compliqué d'avoir un truc rentable, et c'est rarement durable. On peut accuser la licence, le manque de fair-play des concurrents ; on peut même se demander si le besoin de lier du support ne pousse pas les éditeurs de logiciels libres à les rendre ardus à installer et à maitriser ; toutes ces discussions sont pertinentes. Toutefois, il faut bien garder à l'esprit que le logiciel libre n'a pas du tout été imaginé pour être rentable, il a été imaginé pour donner à l'utilisateur, et à lui seul, tout un tas de libertés dont il ne disposait pas avec les logiciels propriétaires. Si quelqu'un arrive à faire du logiciel libre en étant rentable, tant mieux pour lui, et s'il n'y arrive pas, tant pis. Mais ce problème de rentabilité est totalement orthogonal aux histoires de liberté (et d'ailleurs, on peut se poser les mêmes questions sur le freeware, par exemple).

                  • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 29/11/16 à 11:49.

                    Les business models du libre, c'est un serpent de mer.

                    Ha bon? Je connais plusieurs entreprises faisant du libre et étant rentable. RH fait du libre et est rentable, mais même dans mon seul domaine j'en connais plusieurs (et pas que la mienne)
                    Non, ce n'est pas un serpent de mer, ça existe réellement. Le fait que ça existe ne veut pas dire que tout le monde y arrive ou arrivera.

                    Ici, vendre son nom, une offre autour du libre (des MAJ?), est tout à fait faisable, et c'est un modèle pertinent (qui marche ou pas, il faut tester).
                    Il faut juste pas dénigrer quand une personne use de ses droit, et que le meilleur gagne (et si le meilleur "tue" l'upstream, il devra gérer ce que faisait l'upstream, donc bon au final ça ira ou alors c'est que ce n'était pas si utile).

                    Ma seule critique est de dire "je t'autorise explicitement et c'est mon plaisir de le faire mais ça ne me plait pas en fait", il faut choisir mais prendre la publicité du libre tout en le refusant n'est pas acceptable (on fait du libre ou pas), libre aux râleurs de changer de licence mais pas libre à eux de se plaindre qu'on use de ce qu'ils offrent (ou alors contre eux-même, du coup facile ils peuvent s'auto-engueuler et changer direct).

                    • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                      Mais ça dépend beaucoup du domaine.

                      Quand tu es un domaine spécialisé, c'est tout à fait faisable (le client a besoin d'une fonction particulière qui n'existe pas encore, il devra de toute façon payer pour la voir codée).
                      Quand il y a besoin de support (coucou RH), c'est également faisable, c'est à peu près le même cas que précédemment : la seule façon de faire, c'est de payer.

                      Maintenant, si tu prends l'exemple des jeux…bah c'est tout de suite plus dur à déterminer ce qui est vendable. Du support ? Un joli site pour télécharger ? À la rigueur quand il y a une infrastructure côté serveur nécessaire (ça limite beaucoup les jeux concernés), en espérant qu'il n'y ait pas des émulateurs de serveurs qui apparaissent.

                      • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                        Ben si tu vends rien, c'est normal que t'aies du mal à trouver des acheteurs :)

                        Pour les jeux sur téléphone par exemple, le code peut très bien être libre, et le jeu en free-to-play avec achat de bonus (c'est la mode). Bien sûr quelqu'un pourra faire un fork qui n'a pas besoin d'acheter des trucs, ou même un fork qui lui verse des sous à lui, plutôt qu'à toi.

                        Un modèle possible c'est de continuer à ajouter des fonctionalités (ou des niveaux, ou…) plus vite que tes concurrents qui ont recopié ton code. Oui, c'est un peu "loi de la jungle" comme fonctionnement, mais ça a l'avantage de fortement limiter la possibilité de monopoles, et de permettre une concurrence plus libre. Enfin, en tout cas c'est la vision de RMS sur la question. On peut ne pas être d'accord.

                        L'idée, c'est de dire que le code lui même n'a pas de valeur, ce qui compte, c'est l'expérience des développeurs et l'expertise de la boîte, et éventuellement les infrastructures. Et c'est ça qui doit être vendu. ça bouscule certains modèles économiques, hein.

                • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Je suis désolé que tu ais un ton si agressif !
                  Perso je n'ai jamais parlé de warez ou défendu qui parlait de ça…

                  Relis calmement, et relis aussi le contenu du journal. L'un ne va pas sans l'autre.

                  Tu forces vraiment le trait. Ce n'est pas parce-que j'ai argumenté dans un sens que je suis 100% d'accord avec ce que dit le journal ou le commentaire initial. (c'est en ce sens que j'ai une impression d'agressivité).

                  Tu m'attribue des positions qui ne sont pas les miennes !

                  ce n'est pas parce-qu'une chose est possible qu'elle est souhaitable.

                  et c'est la où je réagis : tu donnes un droit et après dit que ce n'est pas souhaitable que ce droit soit utilisé, vraiment? C'est bien ma critique de ton commentaire : pour toi, donner de droits c'est juste pour faire joli mais tu ne souhaites pas que ce droit soit utilisé, je trouve ça juste faux-cul.

                  Désolé mais je ne te donnes pas entièrement raison. Le droit est avant tout une garantie, tu pourras l'utiliser pour éviter des situations injuste (par exemple les prix de l'abonnement deviennent exorbitants, ou des mises à jour de sécurité manquent) mais tu peux aussi décider de ton comportement pour rendre le monde plus juste (ex: je trie mes déchets même si j'ai le droit de ne pas le faire).
                  Ceci dit je comprends aussi ce que tu veux dire, ce n'est pas tabou et je suis d'accord que l'espèce de contrat tacite/statut-quo (téléchargement payant mais licence libre) n'est pas très robuste, et que faire payer les mise à jour n'est pas non plus très en accord avec la philosophie du libre.

                  • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 29/11/16 à 12:55.

                    Tu forces vraiment le trait.

                    Disons que je réagis fortement quand on trouve normal de blâmer une personne pour son usage d'un droit pour lequel on militerait (après, je suppute que tu es libriste, si tu ne l'es pas ça change pas mal de choses).
                    je force pour te montrer de manière plus forte à quel endroit mène de faire ça.

                    (ex: je trie mes déchets même si j'ai le droit de ne pas le faire).

                    Bon exemple : je n'ai pas encore vu la mairie dire "tu es une méchante personne qui ne trie pas, pire tu violes la loi" quand je ne trie pas mes déchets alors que j'ai le droit.

                    Mais en fait non ton exemple n'est pas bon : par défaut cette loi autorise, et la mairie essaye d'inciter au tri avec méthode x. Ici, par défaut la loi sur le copyright interdit tout, et l'auteur dit explicitement qu'il autorise. il y a un geste actif de l'auteur à autoriser. C'est dire à quel point ça va loin dans le faux-cul si on n'apprécie pas qu'une personne utilise un droit qu'on a explicitement donné.

                    C'est justement la où je veux en venir : blâmer une personne d'user un droit qu'on lui a explicitement donné contre la version "par défaut" est très malsain.
                    A la limite dire que ce n'est pas très fair-play, OK, mais il ne faut pas aller plus loin.
                    (note : ici on n'est pas dans la Tivoïsation, où des gens ont trouvé une faille dans les droits donnés, qui n'était pas prévu et les gens ont patché la chose avec une nouvelle version de la licence; ici on est dans la base de chez base des 4 libertés du logiciel libre, celle de redistribuer).

                    et que faire payer les mise à jour n'est pas non plus très en accord avec la philosophie du libre.

                    Ha ben tu voit on va être à l'opposé, en inversant les rôles : faire payer les MAJ est très en accord avec la philosophie du libre, justement!
                    Le libre donne des droits sur ce qui est livré, mais ne donne aucun droit sur le futur (les MAJ). Faire payer les MAJ est 100% compatible avec la "philosophie" (si il faut utiliser ce mot) du libre.


                    C'est bien le soucis : tu trouves pas très fair-play d'user d'un droit du libre, mais tu trouves aussi "pas dans la philosophie" d'user du droit de ne pas fournir de MAJ. Alors que c'est l'inverse dans le libre.
                    Pour résumer :
                    - le libre donne des droits sur le présent (livré)
                    - le libre ne dit rien sur le futur (MAJ, support…)

                    J'ai l'impression que la difficulté est de comprendre la base du libre (les droits fournis en même temps que le produit livré, pas plus, pas moins), qui, il faut faire attention, est souvent très loin de ce que certaines personnes essayent de te "vendre" (avec une "philosophie" non écrite, pratique comme ça pas la peine de se rendre compte que pas foule ne partage cette traduction) quand elles parlent de libre, le libre est plus large, bien plus large, que ce que certaines personnes veulent en comprendre (et c'est pour ça que ça marche, si on était resté aux idées de RMS pas sûr que ça aurait pris).

                    • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                      Posté par  . Évalué à 2.

                      A la limite dire que ce n'est pas très fair-play, OK, mais il ne faut pas aller plus loin.

                      C'est ce que je voulais exprimer. Mais effectivement je suis allé légèrement plus loin en donnant une connotation négative au fait que ça risquait de déséquilibrer un éco-système. Mais effectivement une crise peut aussi être un moment de maturation et consolidation (par exemple les acteurs commerciaux autour de Joomla! vont devoir faire un choix clair pour le libre (pour info, le nom de la fondation qui s'occupe de Joomla! est Open Source Matters) ou consolider les modèles économiques…

                      • le libre ne dit rien sur le futur (MAJ, support…)

                      Ok je te suis sur le fait que les mise à jour n'ont pas forcément à être gratuites, mais bien, elles aussi, GPL.

                      Après il y a la lettre de la loi et l'esprit de la loi… c'est un équilibre difficile, car si l'on donne trop d'importance à "l'esprit" on tombe dans l'arbitraire, mais si on ne reste que sur la lettre on risque de louper l'ajustement au réel. Mais effectivement parfois on sur-interprète l'esprit où on y mêle d'autres idées, peut être bonnes mais pas liées et qui donc n'entre pas dans le consensus autour d'un concept, ici le logiciel libre.

                      • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                        Posté par  . Évalué à 2.

                        Ok je te suis sur le fait que les mise à jour n'ont pas forcément à être gratuites, mais bien, elles aussi, GPL.

                        Pas si je suis le seul dev sur mon projet. Je peux distribuer la version 1.15.16 en GPL et la version 1.15.17 (avec l'update trop de la mort qui tue) seulement en version proprio. Par contre, pour l'image du projet ça peu être un peu bloquant ^

                        • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                          Pas si je suis le seul dev sur mon projet.

                          Ou que tu as demandé un CLA.

                          • [^] # Re: Mauvaise comparaison

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                            Ou que tu demandes l'accord de tous les contributeurs un par un. Par exemple MAME a réussi à changer de licence de cette façon (pour passer d'une licence "non commerciale" à la GPL). Mais ça devient vite compliqué, surtout sur un projet un peu ancien avec plusieurs contributeurs. Il vaut mieux penser à faire signer un CLA dès le début.

  • # Distribution par plateforme tierce

    Posté par  . Évalué à 2.

    Ce n'est qu'un exemple ici, mais c'est une question que je me pose depuis longtemps.

    Comment peut on être sûr qu'un logiciel libre redistribué par une plateforme tierce a été acquis de façon légale (ici en s'acquittant du paywall) ?

    En redistribuant à nouveau ce logiciel peut-on être accusé de piratage ?

    Je me doute que ce genre de situation a peu de chances d'arriver.

    • [^] # Re: Distribution par plateforme tierce

      Posté par  . Évalué à 4.

      Comment peut on être sûr qu'un logiciel libre redistribué par une plateforme tierce a été acquis de façon légale (ici en s'acquittant du paywall) ?

      Ce n'est pas vraiment ton problème en fait. La seule façon qu'il ait pu être acquis de façon illégale c'est si la personne qui redistribue les sources se serait introduite illégalement sur les systèmes de la plateforme d'origine. Mais dans ce cas là même s'il a fait quelque chose d'illégal (et qu'il peut être puni pour cela) ça ne l'interdit pas et ne rend pas punissable de redistribuer le logiciel.

      Note que Rocket Theme (et ocean theme fait de même) ne vend pas des logiciel libres. Il vend un accès à temps limité à un service de téléchargement.

      En redistribuant à nouveau ce logiciel peut-on être accusé de piratage ?

      Non puisque tu respectes la licence d'utilisation et de redistribution. Ce n'est pas du piratage.

    • [^] # Re: Distribution par plateforme tierce

      Posté par  . Évalué à 1.

      Comment peut on être sûr qu'un logiciel libre redistribué par une plateforme tierce a été acquis de façon légale (ici en s'acquittant du paywall) ?
      En redistribuant à nouveau ce logiciel peut-on être accusé de piratage ?

      Si le logiciel est libre, la question ne se pose pas. S'il est écrit dans la licence que le Pay-Wall doit-être acquitté, alors c'est une violation du droit d'auteur.

      En gros :
      1°) Le logiciel (et donc son code) appartient à la personne (morale ou physique) qui paye le développement sauf conditions contraires explicites.

      2°) Cette personne décide de ce qui peut-être fait de son code. Rien, totalement libre, seulement open source ou un droit de consultation payant avec un tarif fluctuant selon la première lettre de ton prénom et la variation de la lune. (Pour être tout à fait sincère, ça ne peut pas être anti-constitutionnel).

      Donc, si la personne décide d'utiliser la GPL, le code est donc redistribuable à souhait, peu importe qu'un intermédiaire est payé ou pas. La personne détenant le code fait ce qu'elle en veut et détermine les conditions de partage.

      • [^] # Re: Distribution par plateforme tierce

        Posté par  . Évalué à 3.

        Si le logiciel est libre, la question ne se pose pas.

        Ce n'est pas évident. Si quelqu'un vole du code proprio et le redistribue en le prétendant «Logiciel Libre», si je le redistribue à mon tour, je pourrai plaider la bonne foi et serait certainement pas condamné à quoi que ce soit, mais il n’empêche qu'on exigera que j’arrête d'utiliser et redistribuer le logiciel.

        C'est l'auteur (ou le redistributeur s'il a une licence qui permet de changer la licence) originel qui décide de la licence qu'il accorde au moment où il distribue le logiciel à quelqu'un. C'est comme ça qu'il existe des logiciel sous double licence. A partir du moment où l'auteur n'a jamais publié le code, je ne suis pas sur qu'il y ai réellement une notion de licence.

        Donc, si la personne décide d'utiliser la GPL, le code est donc redistribuable à souhait, peu importe qu'un intermédiaire est payé ou pas. La personne détenant le code fait ce qu'elle en veut et détermine les conditions de partage.

        Je suis d'accord si la première distribution est légitime. C'est ce qui scelle le contrat : Je suis d'accord pour que tu utilise ce logiciel avec ces liberté parce que :

        • tu es venu sur mon site,
        • tu m'a payé,
        • j'aime ton asso,
        • peu importe la raison…

        si la personne qui essaye de redistribuer du code sans l'avoir obtenu de manière légitime avant, encore une fois, je doute que le contrat que représente la licence puisse être considéré comme valide.

      • [^] # Re: Distribution par plateforme tierce

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

        Si le logiciel est libre, la question ne se pose pas.

        Non, ça ne marche pas comme ça. La licence du logiciel s'applique lorsqu'on le distribue. On distribue le logiciel, et avec, on distribue les sources et une copie de la licence. Dans le cas de la GPL, on transfère en même temps le droit aux gens à qui le logiciel est distribué d'en faire de même.

        Il peut exister un logiciel sous licence GPL mais qui n'est pas distribué. Si tu voles le code de ce logiciel, tu n'as pas de licence qui te donne le droit de te redistribuer. Voler du code ne te donne pas le droit de l'utiliser, ni de le distribuer. Pour obtenir ces droits, il te faut obtenir légalement une copie du logiciel. Dans le cas de la GPL, tu peux le faire en t'adressant à n'importe quel utilisateur qui a déjà obtenu une telle licence.

        Un exemple concret: une version de Wireshark (sous GPL) avec des plug-ins pour décoder un protocole propriétaire et confidentiel. Cette version de wireshark n'est pas distribuée en dehors de l'entreprise qui le développe. Du coup, le seul utilisateur est l'entreprise elle-même, et elle n'est pas obligée de diffuser les sources de sa version. Si elle le fait, alors la personne qui a obtenu une copie pourra la diffuser. Mais tant qu'elle ne le fait pas, personne n'aura le droit de diffuser ces sources.

        Je suis toujours étonné du nombre de gens ici qui n'ont jamais pris le temps de regarder comment fonctionnent les diverses licences, et le droit d'auteur sur lequel elles reposent.

    • [^] # Re: Distribution par plateforme tierce

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Dans ce cas tu n'as pas le droit de redistribuer le logiciel. Mais si tu le fais, je ne pense pas que tu puisses être accusé de piratage: tu ne pouvais pas savoir que la licence qu'on t'a donné n'était pas valide. Et c'est donc celui qui t'as fourni le logiciel avec une licence GPL, sans en avoir le droit, qui est en tort.

      Donc, accusé de piratage, non, mais on te demandera d'arrêter d'utiliser le logiciel et de prévenir tous les gens à qui tu l'as diffusé pour qu'ils détruisent également leurs copies.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.