K0ntol a écrit 8 commentaires

  • # Au secours

    Posté par  . En réponse au journal Windows est enfin prêt pour le desktop . Évalué à 2. Dernière modification le 10/05/19 à 22:09.

    j’ai passé au moins une trentaine d’heures à faire en sorte que nous puissions exploiter nos licences Office 2016 VLK. Je ne suis pas arrivé au bout de mes peines.
    Nous venons de déployer notre premier poste Windows 10 Pro dans l’entreprise où j’exerce rôle de « dsi »….. impossible d’installer Office 2016 VLK sur un Pc neuf fraîchement sorti du carton. Pour cause existence de ces maudites Desktop App dont l’une est Office 2016 mais également présence de liens pour le déploiement d’Office 365. Quand on a compris que pour pouvoir installer notre Office VLK il faut d’abord supprimer les saloperies existantes c’est un bon début. Une fois désinstallées ces choses ainsi que toute une panoplie de Desktop App (des applications neuneuifiantes) a l’aide de scripts powershell, on peut installer notre bonne version VLK d’Office 2016 et nos utilisateurs peuvent travailler (pour l’heure Un seul user). Après quelques Windows update, tout ce que l’on a desinstallé y compris office 365 et la Desktop App Microsoft Office se réinstalle sans notre consentement. Dès lors l’installation de la VLK est dead et l’on nous demande un compte Microsoft pour l’activer……alors qu’on a payé ces foutues licences.

    En cherchant on comprends que Windows 10 est un alien qui veut nous emmener de force sur sa planète.
    En s’aventurant dans les modèles d’administrations W10 pour dezinguer le Windows Store afin que cela ne se reproduise plus (merci notamment à l’ANSSI https://www.ssi.gouv.fr/guide/restreindre-la-collecte-de-donnees-sous-windows-10/) on comprends à quel point la Gestapo est sous le capot et que c’est la fin des haricots. Bref… même avec les plus grands efforts, certains composants comme les Desktop Apps Xbox, Skype, OneDrive ne sont pas desinstallables!!!! Alors pardonnez-moi, ils peuvent bien intégrer tout ce qu’ils veulent, y compris le noyau que j’utilise à longueur de journée Chaque fois que j’ai le choix, je m’en tape personnellement. Vade retro satanas.
    J’ai toujours été suffisamment ouvert pour faire cohabiter différents systèmes afin d’atteindre des objectifs rationnels de production et sans jamais trop rentrer dans des guerres de chapelles malgré les préférences personnelles mais là désolé je n’adhère plus. Nous n’avons pas le choix en entreprise, je vais suivre le mouvement de la mutilation du poste de travail et la fuite de notre savoir et de notre maîtrise dans le nuage… tranquillement sans résister.
    Bon week-end à tous

    Pas désolé pour orthographe grammaire et le reste

  • # Actes (Choix) - > Conséquences

    Posté par  . En réponse au journal Gestion de documentation. Évalué à 2.

    WYSIWYG : tout le monde connait mais difficile d'atteindre certains de vos objectifs
    Markup languages (nombreux choix): peu de personnes connaissent mais beaucoup plus facile d'atteindre certains de vos objectifs.

    Après plusieurs jours de recherches et de remise en question pour normaliser et simplifier notre production de documentation (Word, ODT ou txt), nous avons jeté notre dévolu sur Sphinx-documentation (basé sur restructured text) les possibilités sont nombreuses, possibilité d'utiliser des variables, des templates…bref je ne vais pas me lancer dans la description de cet outil mais ça ne coûte rien de jeter un œil.
    C'est une première étape que nous avons franchi. La seconde étape sera l'installation d'une instance ReadTheDoc (couplé à git) qui gèrerait automatiquement le versioning des documentations réalisées avec Sphinx-documentation et fournirait un référentiel de l'intégralité de nos documentations.

    En ce qui concerne la signature ou la validation il est envisageable de coupler cette solution avec un outil de GED….

    J'a bien compris que cette solution ne répond pas à votre volonté de conserver un éditeur WYSIWYG mais comme je le disais plus haut réponds à une partie des souhaits que vous avez énoncés.

    Tout est une histoire de compromis…

    Bonne soirée

  • [^] # Re: Merci à toute l'équipe (dev, traducteurs......)

    Posté par  . En réponse à la dépêche darktable 2.6.0. Évalué à 6. Dernière modification le 28/12/18 à 21:10.

    Bonjour Aurélien, enchanté!
    Vu le formidable travail que tu as effectué lors du développement de ces nouveaux modules, ta passion pour la photo, ta ténacité (se mettre au langage C pour corriger ce qui te semble être, à juste titre, des hérésies dans certains modes de fonctionnement hérités de Darktable : faut le faire!), tes compétences avancées en mathématiques et ton pragmatisme, je me réjouis d’avance sur ce qu’il y a dans tes cartons et je n’ai aucun doute sur le fait que je risque de nouveau d’être comblé.
    Bonne après-midi et merci encore.

  • [^] # Re: Merci à toute l'équipe (dev, traducteurs......)

    Posté par  . En réponse à la dépêche darktable 2.6.0. Évalué à 1.

    Pas de souci @atarakt, je suis dans les même ennuis, c'est mon second poste en 12 ans alors je ne maitrise pas forcément :)
    Je me rends également compte que mon commentaire n'est pas directement visible et qu'il faut "cliquer dessus"… bref c'est pas grave.

  • # Merci à toute l'équipe (dev, traducteurs......)

    Posté par  . En réponse à la dépêche darktable 2.6.0. Évalué à 10.

    Cette dépêche m'a permis de rapidement prendre en main les nouveaux (et incroyables) outils disponibles dans la toute dernière version de Darktable. Merci pour ce travail collaboratif de grande qualité.
    Cela fait 6 mois que je me casse les dents sur Darktable (avant j'utilisais LR), j'avoue qu'il m'est souvent venu à l'esprit d'abandonner mais fort heureusement cela ne fait pas partie de mes principes.
    Amateur passionné de photographie (et toujours aussi nul, ça c'est un autre débat) depuis 4 ans, j'ai commencé par du jpeg (boitier), ensuite je me suis mis au RAW et j'ai utilisé (comme beaucoup) LR.

    Sous LR, le développement RAW est simple, linéaire et rapide, ok mais j'avais souvent tendance à exagérer les effets car en fait on s'ennuie vite dans cette application qui au final n'est qu'un équivalent semi-automatique du convertisseur intégré au boitier. On règle quelques paramètres (à la sauce de l'éditeur) pour fournir rapidement un résultat (à la sauce de l'éditeur) qui n'est pas dégueulasse (à la sauce de l'éditeur).

    Depuis que je j'utilise exclusivement Darktable ma façon de développer un raw a radicalement changé, en effet sortir du mode semi-automatique oblige à se poser de nombreuses questions :
    - on doit d'abord se faire une idée relativement précise de l'objectif à atteindre alors qu'avec le mode semi-automatique on a tendance à pousser les quelques sliders à notre disposition et en cours de route on se dit "ouai, c'est joli". Et hop! un petit coup d'export : c'est plié.
    - ensuite on doit connaitre les moyens pour y parvenir, par conséquent étudier les nombreux modules dont certains font la même chose (mais en fait pas totalement) pour enfin choisir la palette de modules qui permettra d'atteindre l'objectif (rendu désiré, intention "artistique")
    - on réalise le développement
    - on est content du résultat mais aussi (perso) d'avoir quitté les modes "automatiques" et "semi-automatique".

    De cette expérience, j'ai appris de très (très, très, très) nombreuses choses sur l'image et le traitement de l'image (et c'est loin d'être fini tellement c'est vaste comme sujet), choses qui m'étaient presque inutiles auparavant. Aujourd'hui je commence à m'éclater avec Darktable et avec cette version (et le superbe travail de l'équipe francophone) mon workflow s'est vraiment amélioré (Filmic et la nouvelle balance des couleurs sont exceptionnels, bravo @aurelienpierre). Je pense que mes crises "d'abandon" sont définitivement révolues.
    Il m'est arrivé lors des moments de doute de reprendre l'utilisation du mode semi-automatique et là je n'y arrive plus, je ne me sens pas à l'aise car désormais je pense différemment, il me manque des outils et ce que je trouvais joli auparavant dans le mode "semi-automatique" me semble désormais surfait.

    Je rejoins totalement Pascal Obry, on ne devient pas violoniste en jouant du violon quelques heures. Si l'on a pas le temps de s'investir alors mieux vaut utiliser un pipo [LR] , tout le monde sait en jouer et la courbe d'apprentissage est très faible. Le développement photo nécessite à la fois une intention "artistique" mais aussi des compétences techniques! Les photographes argentiques qui développaient eux-même leurs pellicules réfléchissaient eux aussi au rendu désiré et au moyens d'y parvenir (chimie, physique…) Désolé pour ces comparaisons bidons mais c'est celles qui me viennent à l'esprit.

    Pour conclure, Dartable est une application extrêmement puissante qui permet d'atteindre d'excellents résultats à niveau de détail très poussé. Si vous faites partie de ceux qui n'ont pas assez de temps à se consacrer au développement raw et que les résultats obtenus avec le mode semi-automatique vous conviennent ne changez rien. Si vous voulez apprendre plein de choses très intéressantes et que vous souhaitez vous investir dans le but d'être maître de votre développement : Darktable est fait pour vous.

    PS : avec le temps et l'investissement on peut développer un raw aussi rapidement qu'avec n'importe quelle autre application semi-automatique. Le seul hic c'est qu'on (j') a(i) tellement envie de s'(m')éclater à peaufiner que souvent on (je) passe un peu plus de temps que prévu.

    Bonne journée à tous.

  • [^] # Re: Vérification

    Posté par  . En réponse au journal RAID is no Backup!. Évalué à 0.

    Bonjour, concernant la vérification, Borgbackup offre nativement cette possibilité : borg check permet de vérifier chaque archive et repository borgbackup(http://borgbackup.readthedocs.io/en/stable/usage/check.html)

    La commande borg extract avec l'option --dry-run va encore plus loin, je vous laisse prendre connaissance de la documentation officielle (http://borgbackup.readthedocs.io/en/stable/usage/extract.html)

    Évidemment, les rapports de sauvegardes sont fondamentaux (success ou fail) et même si Borgbackup n'offre pas nativement de notification mail, l'ajout d'un simple MAILTO=titi.toto@chezmoi.com dans le crontab joue parfaitement ce rôle.

    Cordialement.

  • # ASSP

    Posté par  . En réponse au journal Antispam sans DSpam. Évalué à 0.

    C'est fou que personne ne mentionne jamais cette merveille d'antispam qu'est ASSP
    Du coup, j'en profite pour vous dire que je l'utilise depuis près de 2 ans et sérieusement c'est très efficace, d'une richesse fonctionnelle inimaginable….

    Le seul gros problème est que : pas vraiment de doc…………………faut gratter google et de vieux tuto……….

    Pour le reste : c'est un excellent antispam, je me demande s'il y a mieux (libre ou non) à part peut être mail in black (qui n'est pas vraiment un antispam mais plutôt un outil qui n'autorise que des mails dont les expéditeur sont whitelisted après une validation du destinataire…)

    bref vive ASSP (V2 car V1 c'est bientôt fini)

  • [^] # Re: Ce n'est pas dans le numérique qu'il faut investir (pas en priorité)

    Posté par  . En réponse à la dépêche Des Inspecteurs Généraux de l'Éducation Nationale en table ronde chez Microsoft. Évalué à 10.

    Pour info, éducation nationale=salaire des enseignants.
    Les autres moyens* des écoles publiques sont pourvus :
    - par les mairies : maternelles et élémentaires
    - les conseils généraux : collèges
    - les régions : lycées

    Par moyens j'entends : construction des écoles, travaux de rénovation, une partie des fournitures scolaires, infrastructures cuivre téléphonique ou réseaux informatiques, pabx, téléphones et frais de télécommunication, copieurs, TNI, Pc, classes mobiles…….contrats de supports, accès Internet, logiciels privatifs….

    Ce commentaire n'a qu'un seul objectif, clarifier le rôle de chacun et savoir à quelle porte taper en cas de mécontentement.