Journal Broc de bric-à-brac

Posté par .
-8
16
juil.
2011

Sommaire

Un journal libre sous CC-by-sa-nc-nd

Quel est votre âge mademoiselle ?

Quand l’amateurisme s’invite chez un grand nom de l’Internet mondial, ça donne du grain à moudre aux Don Quichotte de l’Internet décentralisé. Donnez vos données à un tiers de confiance et elles passeront à la moulinette. Vos données ont de la valeur. Google connaît son métier. Google sait ce qu’il fait. Voyons voir si on peut accorder une fraction de notre confiance à un tiers de confiance. Un tiers, assurément, avec tous les problèmes de confidentialité que ça implique. De confiance ? Assurément non. Google peut supprimer un compte du jour au lendemain. Raison invoquée ? Vous n’avez pas l’âge requis pour utiliser les services Google. Après cinq ans de (bons et loyaux ?) services, il était temps de le demander, mon âge ! Et si ton âge correspond à la première entrée proposée dans ces p****** de formulaire qui pullulent le grand’ternet, tu n’as plus le droit à ton compte. Hop ! Comme ça ! Fallait pas jouer au plus malin avec Google. On ne gruge pas Google. Résultat net : suppression du compte. Sans préavis, sinon ce serait pas marrant. Tu veux le récupérer : il faut montrer patte blanche, envoie donc une pièce d’identité ou fais chauffer la carte bancaire. Retour à la case départ : tiers assurément, de confiance, assurément pas. On peut alors le croire sur parole, ou dire « Byebye Google ». Ça tombe bien le compte mail était la seule tentacule par laquelle la pieuvre me tenait. D’autres auront moins de chance. Je ne donne pas cher de leur peau : Google se donne le droit de supprimer leur compte sans préavis et ils le font.

Seeks forward

Voilà ça y est. Seeks, le moteur de recherche qui va détrôner la pastiche, avance. Le P2P vient d’être activé. Après quelques essais, je peux dire que ça marche. Certes il n’y a pas encore de mise à jour des peers, il faut encore y aller de ses petites mimines pour ajouter des amis. Le méta-moteur est toujours là et indispensable pour des résultats pertinents. Certains critiqueront la dépendance à Google : on leur rigolera au nez, car là encore, avec ces petites mimines on commente la ligne coupable :

% vim src/plugins/websearch/websearch-config
#search-engine google http://www.google.com/search?q=%query&start=%start&num=%num&hl=%lang&ie=%encoding&oe=%encoding google default

Et mouhaha ! Un régicide doublé d’un parricide nous débarrasse enfin de ce satanique tyran (cette série fort sympathique expliquera mon lyrisme). Certains insinueront que Bing joue les infiltrés.

L’omniprésence de Google est problématique. Espérons que l’approche de Seeks soit la bonne et pourra à l’avenir fournir une pertinence que l’autre à perdu au fil des années en se fourvoyant (publicités de moins en moins identifiables et séparables de la liste de recherche voir envahissantes, astuces pour améliorer le score, de multiples censures, et le concept de la page sobre est bien lointain).

Pourquoi le JWST ?

Je crois que le journal sur la possible perte du James Webb Space Telescope mérite une suite. Beaucoup ont demandé pourquoi le JWST était si important. Ils auront la réponse ici. Ça concerne les mathématiques (personne n’est parfait), mais certaines sont adaptables, quelques exemples :

♮6 : Réponse "mauvaise foi"
Et toi, comment tu ferais pour mesurer la distance de Proxima Centauri ? (Le premier qui me donne la solution en année lumière : je le trucide)

♮14 : Réponse "nature is beautiful"
L’astronomie c’est cool.

♮16 : Réponse [Irma] l’[astrologue]
Contre votre gré :'(

Les plus sérieux iront plutôt voir ici et . Par ailleurs je pense que qualifier le JWST de successeur de Hubble est une mauvaise stratégie. Contrairement à Hubble le JWST observe à des longueurs d’onde qui sont inaccessibles depuis la Terre et dont l’intérêt astronomique est proprement astronomique.

Bientôt un Linux quantique ?

Toute la question est de savoir s’il y a un chat dans la boîte… Espérons que l’annonce d’un calculateur quantique fonctionnel soit la bonne, contrairement à l’autre fois.

Déclaration de non-responsabilité

Je ne saurai être tenu pour responsable des propos tenus dans les commentaires en-dessous de ce journal, ↓oui là↓. Le linuxfr-ien moyen est très susceptible, et on attaque pas Google impunément. De même, l’existence de commentaires pertinents ne saurait remettre en cause la non-pertinence de ce journal.

  • # Un boulet au fil

    Posté par . Évalué à 1.

    Si un modérateur pouvait virer « Broc de bric-à-brac » au début du journal, rajouter une parenthèse ici : « […] ce satanique tyran (cette série […] » et transformer « on attaque pas Google impunément » en un lien vers http://linuxfr.org/users/skud/journaux/google-dé-référence-la-presse-belge-francophone je serais son éternel obligé pour un pertinentage à vie.

    • [^] # Pas libre...

      Posté par . Évalué à 10.

      Il ne peut pas, le journal est sous licence ND (No derivative works).

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

      • [^] # Re: Pas libre...

        Posté par . Évalué à 0.

        Je l’attendais celle-là, c’était trop gros pour que quelqu’un la rate… :) La tentative de corruption en plussage ne suffit pas ?

        • [^] # Re: certifié librement écrit

          Posté par . Évalué à 0.

          Tant que j’y suis, c’est « le pastiche ». Ça m’apprendra à vouloir utiliser des mots trop compliqués pour moi.

          Tout à fait sérieusement : un modérateur peut faire la modification que je lui demande, puisque je suis l’auteur.

          Moins sérieusement, c’était de la provoc’, la licence n’existe même pas ! (Je ne m’en suis rendu compte qu’après coup, mais chut faut pas le dire.)

          • [^] # Re: certifié librement écrit

            Posté par . Évalué à 9.

            Normal, ça n'a pas de sens d'interdire les travaux dérivés et d'exiger en même temps que tous les travaux dérivés soient placés sous la même licence.

            • [^] # Re: certifié librement écrit

              Posté par . Évalué à 2.

              Si, c'est au cas où gnuzer pirate for the sake of culture.

              Ça me donne envie de boire du saké ça.

              • [^] # Re: certifié librement écrit

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Tiens, mon nom dans un commentaire.

                Je ne sais pas quoi répondre à ça, j'ai défendu de nombreuses fois le piratage, mais à ma connaissance, j'ai jamais développé sur le fait que c'était bénéfique à la culture.

                Mais t'as peut-être dit ça juste pour le lulz, si c'est le cas, je me sers un autre verre de saké et je trinque avec toi.

          • [^] # Re: certifié librement écrit

            Posté par . Évalué à 1.

            Tant que j’y suis, c’est « le pastiche ». Ça m’apprendra à vouloir utiliser des mots trop compliqués pour moi.

            Ça ne serait pas plutôt la potiche, parce que j’ai du mal à voir de quoi google est le pastiche?

            Depending on the time of day, the French go either way.

          • [^] # Re: certifié librement écrit

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Tant que j’y suis, c’est « le pastiche ». Ça m’apprendra à vouloir utiliser des mots trop compliqués pour moi.

            Un pastiche sinon rien...

            Prochainement, je vous proposerai peut-être un commentaire constructif.

          • [^] # Re: certifié librement écrit

            Posté par . Évalué à 3.

            Le pastiche, cha ch'utilije pas cha che boit.

    • [^] # Re: Un boulet au fil

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      C'est fait.

  • # Ok

    Posté par . Évalué à 6.

    C'est à 400000000000000000000000000 Å, un peu près.

    Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Ok

      Posté par . Évalué à 2.

      Je préfère largement ça à l’année-lumière ^^

      Sinon la bonne réponse était le parsec (pc), si on tape sur des objets plus lointains le Mpc puis le redshift. Pourtant ce dernier est assez bien connu du grand public, ne souffre pas du problème d’évaluation des distances dans un univers en expansion, et a des valeurs très simples (ça va de 0 à ~1100 si je me souviens bien pour le fond diffus, mais mis à part ce dernier ça va jusqu’à 6-7—(8?) pour les objets les plus lointains observés).

      C’était la minute je me la pète…

      • [^] # Re: Ok

        Posté par . Évalué à 1.

        Vous refusez l'année lumière parce que ça ne marche pas avec un univers en expansion ? Vous pensez qu'à l'échelle de temps humaine ça fait une quelconque différence ?

        • [^] # Re: Ok

          Posté par . Évalué à 3.

          C’est une boutade : les astronomes n’utilisent pas l’année-lumière. Jamais. Ça sert à rien. Y’a que durant la vulgarisation, pour le grand public, qu’elle ressort. Une sorte d’élitisme pas bien méchant. On a de bien meilleurs unités. Il faut s’intéresser d’un peu près à l’astronomie pour comprendre cette boutade. Mais j’avais des raisons de penser que certains ici la comprendraient vu que ça parle régulièrement d’astronomie.

          Pour l’histoire de l’univers en expansion, je suis allé un peu vite. En fait ça s’applique à une galaxie relativement lointaine. Les unités de mesure « absolues » ne sont plus très pertinentes :
          — on a la distance lorsque la lumière a été émise de la galaxie ;
          — on a la distance parcourue par la lumière depuis la galaxie jusqu’à nous ;
          — on a la distance lorsqu’on reçoit la lumière.
          Ces trois distances sont différentes, et la différence est importante, du coup on sait jamais de laquelle on parle. Là comme ça je n’ai aucune idée n’ayant jamais eu besoin de faire le calcul. Calcul qu’il n’est pas nécessaire de faire parce que dans ce cas là on parle de redshift. Le redshift n’est pas, à proprement parler, une unité de distance (à corriger dans mon commentaire précédent). Mais lorsqu’on parle à un astronome d’un redshift il comprend instantanément à quelle distance et surtout à quelle époque de l’univers on se trouve, du moins l’ordre de grandeur (ou déroule vite fait son tableur, programme ou http://www.astro.ucla.edu/~wright/CosmoCalc.html — le redshift est noté z, utiliser le bouton « flat » pour le modèle « standard »). Si vous lui faites le même coup en année-lumière il va vous regarder avec des yeux ronds :)

          Cool ! Sur le site tu as la réponse, pour la différence : z=3, tu as 11 milliard d’années-lumière, versus 21, du simple au double, ce n’est pas négligeable (certaines mauvaises langues diront que l’astronome n’est pas à ça près en terme de barre d’erreur;). Et je vois que j’ai oublié de mentionner deux autres distances : angular size distance et luminosity distance, c’est le fait que l’expansion de l’univers déforme les objets aussi (ils peuvent être grossis !).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.