Journal titre

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
24
11
mar.
2021

Deux articles intéressant lus aujourd'hui : récits de créateurs qui nous racontent comment a été monté le petit truc de hacker qui les fait vivre. Chacun a poursuivi son idée, sans savoir où ça menait. Maintenant c'est fait, ça tourne, ils ne sont pas milliardaires, mais leur petit truc les amuse, les motive et les fait vivre.

Mailoji

Le premier c'est comme des poupées russes. L'idée dévoile un problème qui amène une idée qui dévoile un problème qui… Ben est obstiné et adore poursuivre une idée pour la transformer en petit projet rigolo qui rapporte un peu. Quand on est capable d'inventer les rouleaux de glaces et les cookies aux parfums glacés, cette obstination n'étonne pas. Par ailleurs c'est le signe indéniable que Ben est forcément un original anglais. Cela dit, son récit qui rebondit partout est amusant et plein d'intérêt (même pour des français) parce qu'on suit une démarche créatrice de bout en bout, jusqu'à la manière dont il lance son petit business.

Attention avant d'aller voir, vous aurez probablement envie de dépenser plusieurs fois 10 euros à la fin de la lecture, puis quand vous aurez compris qu'il a d'autres petits projets rigolos vous allez encore craquer. Le premier qui se ruine soi-disant à cause de moi, devra finir de rédiger tout seul toutes les dépêches en attente dans la tribune de rédaction.

open3A

Le deuxième est un projet beaucoup plus ancien, mais le récit est tout frais. Partie d'un besoin tout personnel une jeune développeuse allemande a fait son petit logiciel de facturation en ligne. Bien sûr elle a diffusé le code. Mais voilà t'y pas qu'on lui demande d'ajouter des trucs. Puis d'autres trucs. Puis on lui donne des sous. De trucs en bidule et de sous en sous elle finit par monter un modeste site et à développer, développer, développer… (c'est le nombre trois qui fait la loi disait Borges). Mais ça vous connaissez, Linus Torvalds a fait pareil. Cependant, même avec un tel exemple, ce n'est pas facile de vivre de son petit logiciel libre. Du moins c'est ce qu'on raconte. Et pourtant, avec elle tout semble aller de soi : elle a des convictions libristes et tout le code est libre, le support est gratuit pour tout le monde, le logiciel est installable par tous, etc. Son petit chiffre d'affaire est de 9000 euros par mois. Un beau récit, plein de valeur enthousiasmant et passionnant.

Le récit est en anglais, sur indiehackers où plein d'entrepreneurs indépendants et indépendantes se racontent.

  • # Ben

    Posté par  . Évalué à 7.

    J'admire Ben, car j'aspire plus ou moins à la même chose. J'ai régulièrement des idées, qui valent ce qu'elles valent, mais je n'arrive pas à me discipliner les mettre en place, à minima, "juste pour voir".

    On a la chance d'être dans un métier où on peut mettre en place une idée pour 50€ (nom de domaine + VPS payé pour un an), quelques heures de travail, et d'avoir ainsi immédiatement accès à une audiance mondiale. C'est quand même un truc génial quand on y pense.

    Peut-être qu'on est déjà blasés ?

    En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

  • # Ça fait du bien

    Posté par  . Évalué à 8.

    Merci pour ton journal qui me fait beaucoup de bien.

    On a tellement besoin de témoignage comme ça pour se faire tirer vers le haut, plutôt que de se faire écraser par tout un tas de mauvaises nouvelles qu'on nous ressasse à longueur de journée.

    Du fond du cœur merci !

    • [^] # Re: Ça fait du bien

      Posté par  . Évalué à 5.

      Merci du merci. Il faut aussi remercier ceux qui ont raconté. Nemiah en particulier, parce qu'elle répond de façon super sympa et ça booste la journée !
      Va lire les autres récits de Ben, il est très drôle, tu vas exploser de rire.

  • # titre manquant

    Posté par  . Évalué à 3.

    Il faudrait que je trouve un titre, j'ai oublié hier. Des suggestions ?

    • [^] # Re: titre manquant

      Posté par  . Évalué à 8.

      Moi je trouve ça très amusant tel quel. En plus c'est dans le thème "je me lance et on verra après pour les détails".

      Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

  • # Attention, escroquerie

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Mailoji est une pure escroquerie car les adresses de courrier achetées par les pigeons ne marchent que dans un environnement fermé et contrôlé par le vendeur. En effet, ces noms avec des émojis sont techniquement illégaux (il vont donc être refusés par plusieurs logiciels) et, quoiqu'il existe des normes pour cela depuis des années, très peu de serveurs de courrier acceptent les adresses de courrier en Unicode.

    Bref, autant acheter des NFT, au moins il y a « blockchain » dedans.

    • [^] # Re: Attention, escroquerie

      Posté par  . Évalué à 1.

      Il a trouvé une astuce, les adresses avec emoji ne sont que des alias vers des adresses réelles sur son serveur (je crois). L'article raconte comment il a fait et semble-t-il ça marche.

      À mon avis, ces adresses vont vite être acceptées parce que c'est bien plus court, c'est marrant et c'est facile à transmettre. C'est une évolution. Au moins il permet de les acheter avant.

      Ben est connu pour ses petits projets dont le but n'est pas de s'enrichir, mais d'avoir une idée amusante et d'aller au bout, pour voir ce que ça donne — il suffit de lire ses autres projets pour s'en rendre compte. Comme il dit, la techno peut être drôle. Je ne parlerais donc pas d'escroquerie, puisqu'il n'y a pas d'arnaque intentionnelle. C'est un truc qui ne marchera peut-être pas partout, dont le bas prix permet de payer les frais et qui permet de jouer avec la techno parce qu'on est de grands gamins.

      Quand on est capable d'inventer les rouleaux de glace on est un anglais original, pas un escroc.

      • [^] # Re: Attention, escroquerie

        Posté par  . Évalué à 4.

        Quand on est capable d'inventer les rouleaux de glace on est un anglais original, pas un escroc.

        En fait, il ne l'a pas inventé, il le dit lui-même, il a découvert ça à Hoi An au Vietnam.

      • [^] # Re: Attention, escroquerie

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

        Il aurait fait un système entièrement à lui (un nouveau réseau social centralisé, par exemple), OK. Ces adresses auraient alors peut-être été inutiles mais sans être une escroquerie. Mais, là, il les présente comme des adresses de courrier électronique, ce qu'elles ne sont pas, puisque je ne peux pas y écrire depuis ma machine Debian avec son Postfix.

        • [^] # Re: Attention, escroquerie

          Posté par  . Évalué à 2.

          C'est vrai, mais reconnais que la plupart des gens n'ont pas de serveur Postfix. C'est le terme Escroquerie qui m'a fait réagir. C'est plus un expérimentateur qu'un escroc à la racherche d'argent, même si son éthique est limite comme le pointe Jehan. Je crois d'ailleurs que ce manque d'éthique est dans l'air du temps.

      • [^] # Re: Attention, escroquerie

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        Quand on est capable d'inventer les rouleaux de glace on est un anglais original, pas un escroc.

        Je ne sais pas si c'est antérieur, mais j'ai déjà vu ça en Slovaquie (et c'est pas terrible, ça vaut pas les glaces traditionnelles qu'on a quelques dizaines de mètres plus loin).

    • [^] # Re: Attention, escroquerie

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 12/03/21 à 23:48.

      J'ai cherché les règles de ce nom de domaine de premier niveau (.kz), sur le site de registry (nic.kz), j'arrive pas à trouver les règles de syntaxe exacte. Par contre c'est vrai que sur tous les registrars que je trouve, ça dit que seul les noms en ASCII sont disponibles pour .kz.

      règle IDN pour .kz
      caractères autorisés

      J'irais pas jusqu'à parler d'escroquerie dans le sens où j'ai pas l'impression que cette personne a vraiment dans l'idée d'arnaquer les gens et elle a bien acheté ces noms de domaines (donc ils sont peut-être interdits, mais il est alors lui-même partiellement victime). Mais clairement ce n'est pas la meilleure idée de monter un business (même petit) sur une base si incertaine. Qui sait si demain le registrar ne décide pas d'annuler les noms ou refuse de les renouveler pour cause de non-conformité? Et là, quoi? Il rembourse tous ceux qui ont pris un email?

      Par contre, Stéphane, quand tu dis que ces domaines sont illégaux, tu parles bien juste de ces règles de syntaxe pour ce domaine spécifique de premier niveau (.kz)? Parce que techniquement avec les Internationalized Domain Name, un registry pourrait décider d'accepter les émoticones (je ne sais pas s'il y en a beaucoup, mais je ne vois pas d'impossibilité), non? Surtout que je ne vois pas trop de raisons pour interdire cela au niveau des normes (mais j'ai pas vérifié si c'est le cas). Il y a bien les problèmes de ne pas mélanger les scripts pour un nom de domaine donné (et ainsi éviter les attaques homographes). Mais justement les emoticones sont indépendants de tout langage donc on pourrait techniquement les accepter en mélange avec tout langage.
      Ou alors tu parles d'autres chose?

      Sinon personnellement je ne partage pas l'avis que c'est un escroc à proprement parler, par contre je ne partage pas non plus l'admiration qu'il semble inspirer à certains. Comme d'autres le disent, et comme pour beaucoup de gens, oui y a plein de petites réflexions qui me viennent autour de certaines technologies, ou des "failles" du système, mais quand je les découvre, je m'arrête à "bon y a une faille dans le système" et si je ne vais pas plus loin, c'est pas un manque de discipline ou de la procrastination (je procrastine aussi beaucoup sur de vrais projets, mais pas sur ce type d'idées tels que montrés là), c'est au contraire car je ne crois absolument pas judicieux, ni sain, d'exploiter ces failles… encore moins en me faisant de l'argent sur la dite-faille.

      Typiquement j'ai regardé ses "projets":

      1. Quelques projets logiciels, intéressants techniquement mais rien sous licence libre apparemment. Perso ça m'excite vraiment pas donc. Ensuite de ce côté rien à reprocher, chacun son choix (moi j'ai choisi le logiciel libre), passons.
      2. Par contre on a donc un créateur d'adresses emails basé sur des noms de domaines qui ne devraient pas exister d'après les règles du premier niveau.
      3. Il a aussi créé un "service" où les gens peuvent acheter leur nickname sur divers sites. Genre être le premier à chopper @ben. Donc en gros, un site qui réserve votre nickname court/préféré sur plein de sites sur lesquels vous n'irez potentiellement jamais (juste parce que vous le pouvez). Ça fait un peu ceux qui font du parking de nom de domaine, mais là pour des logins. En plus, il a raison que c'est triste quand on n'a pas son login préféré sur un tel site (lorsque le login est utilisé pour communiquer sur le site) mais si quelqu'un prend mon login avant moi car c'est aussi son login de prédilection, ben je m'y fais. Par contre, si quelqu'un l'a pris juste parce qu'il a fait du "parking" (et va possiblement jamais utiliser ce site), ben perso ça me ferait chier. Je trouve pas ce service très éthique, quoi. D'ailleurs il dit explicitement qu'il a lancé son projet sur un site où des gens revendent des comptes instagram obtenus de façon pas trop éthique (comprendre donc "illégalement en s'emparant du compte qu'un autre utilisait"?). Donc il sait aussi un peu avec qui il fait affaire.
      4. Un autre projet où il achète des noms de domaine de grosses boîtes (avec premier niveau peu courants), genre: netfix.soy, facebook.网站, microsoft.みんな et google.קום. C'est ce qu'on appelle du parking de nom de domaine. Alors il explique sur son blog qu'il va pas faire de faux sites de ces diverses compagnies, que son but n'est pas de devenir riche en revendant et que ces sociétés sont bienvenues pour récupérer le nom de domaine (il dit pas qu'il le donnera gratuitement par contre!), etc. Il explique aussi qu'il voulait juste vérifier s'il était possible d'acheter ces noms de domaine (explication un peu bancale, j'aurais pu vérifier la même chose sans acheter) et qu'il trouve pas ça terrible que ce soit possible. Mais bon… c'est juste comme ça que marche les noms de domaine et que ça marche depuis que c'est commercialisé. Sauf qu'en général, on n'achète pas ces noms de domaine au nom de sociétés connues avec de bonnes intentions.

      Enfin voilà, perso je suis loin d'admirer le gars. J'appellerais pas ça un escroc mais clairement son éthique est limite, ça c'est sûr. Il est dans une zone grise de l'illégalité (en tous cas, ces 3 "projets" sont en plein dedans). Techniquement il n'y a pas grand chose d'extraordinaire et la raison pour laquelle on ne fait pas toutes les idées qui nous passent pas la tête, c'est que notamment lorsque certaines ne sont pas éthiques, ben on les laisse sous la forme d'idée conceptuelle. On se dit juste "oulah y a pas une grosse faille là dans le système?" et pas "oulah y a une grosse faille, je vais l'exploiter!" Clairement j'admire pas les gens de la seconde catégorie. 😛

      Je pense que cela montre la frange de la population technique qui se contente de s'amuser avec la technologie sans se poser trop de questions sur le bon usage de cette technologie pour la cohabitation en société. Je ne dirais pas que c'est un arnaqueur, mais je dirais que clairement il n'a pas de dilemme éthique et il ne me fait absolument pas rêver. 🙄

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: Attention, escroquerie

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 13/03/21 à 11:02.

        quand tu dis que ces domaines sont illégaux, tu parles bien juste de ces règles de syntaxe pour ce domaine spécifique de premier niveau (.kz)

        Non, pas du tout, je parlais des règles techniques internationales, qui s'imposent à tout acteur (mais comme il n'y a pas de police de l'Internet, certains font ce qu'ils veulent).

        parce que techniquement avec les Internationalized Domain Name, un registry pourrait décider d'accepter les émoticones

        Certains registres le font, mais c'est une violation de la norme technique (RFC 5892), qui limite les noms (en gros) aux lettres et aux chiffres.

        je ne vois pas trop de raisons pour interdire cela au niveau des normes

        Les émojis ne sont pas explicitement interdits, c'est juste que la norme est conservatrice, n'autorisant que ce qui est explicitement permis. Les émojis n'étant pas autorisés sont donc interdits.

        Il y a bien les problèmes de ne pas mélanger les scripts pour un nom de domaine donné (et ainsi éviter les attaques homographes)

        Ces attaques sont un argument largement pipeau.

      • [^] # Re: Attention, escroquerie

        Posté par  . Évalué à 5. Dernière modification le 13/03/21 à 16:56.

        son éthique est limite
        Je pense que cela montre la frange de la population technique qui se contente de s'amuser avec la technologie sans se poser trop de questions sur le bon usage de cette technologie pour la cohabitation en société.

        Je crois que c'est plus vaste que le population technique. Quasiment tout le monde sur la planète utilise la technologie, sans se poser de question ou — s'il y en a — sans accepter l'effort de se dégoogliser (par exemple), même après avoir compris le danger. En plus la population technique s'agrandit parce que la technologie est devenue facile. Ainsi mon gamin de 12 ans monte un serveur Minecraft en quelques minutes, crée des pack de textures, paramètre des bots, tandis que son "grand" frère de 13 ans fait passer des entretiens "d'embauche" à des candidats modérateurs sur un forum et un serveur, etc. sans parler de leurs projets.

        Je pense qu'à rester entre nous, à militer entre nous, à se détruire à coup de "je suis plus libriste que toi" on a perdu l'ouverture vers les autres. Deux chercheurs en informatique qui bossent sous Linux et croisés récemment, n'avaient jamais entendu parler de linuxfr. Et c'est comme ça pour plein de communautés du Libre.

        il n'a pas de dilemme éthique et il ne me fait absolument pas rêver.

        Ah moi non plus. C'est le récit avec la façon de réagir aux difficultés que je trouve intéressant : plein de gens ne savent pas comment on concrétise une idée, ça leur semble hors de portée, alors qu'il suffit de s'y mettre et tout s'enchaîne. Je trouvais que ce récit, avec la volonté d'avancer, contrastait bien avec le récit complètement différent de la développeuse allemande — qui en plus fait preuve d'échique jusqu'au bout. Ce deuxième récit fait, lui, beaucoup de bien.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.