Journal [DEBAT] GNU/Linux presque pas libre.

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
31
déc.
2005
Bonjour,

J'aimerai lancer un débat sur un risque d'un GNU/Linux dont les utilisateurs auraient globalement tendance à oublier les valeurs sous-jacentes.

Pour moi, si les utilisateurs avaient tendance à oublier ce que Libre implique réellement, les conséquences en seraient l'émergences de systèmes basé sur Linux, mais de moins en moins GNU. Je m'explique.
Aujourd'hui, une société telle que Mandriva, qui a comme créneau le logiciel libre, publie ses logiciels de façon libre. De même qu'elle joue le jeu du libre, en embauchant du personnel pour améliorer des logiciels libres externes. Seulement, si Mandriva le fait, c'est parce qu'ils peuvent se le permettent car ils en ont les moyens financiers, finance provenant de leurs ventes. Ceci leur donne une bonne image dans la communauté. Une autre société qui ne jouerait pas le jeu du libre serait plutôt mal vue, et vendrait sans doute beaucoup moins. Ceci permet un genre d'autorégulation.

Maintenant, supposons que la majorité des utilisateurs sous Linux ne soient pas sensible à la liberté induite. Par exemple, ils sont sous Linux parce que pas de virus/spyware, parce que gratuit/moins chère, parce que sa fait chouette devant les copains, parce que... . Alors des sociétés, toujours éditrice de systèmes Linux, mais faisant bien moins dans le GNU, pourraient apparaître. Par exemple, en créant des outils de configuration non libres, en incluant des codecs non-libres obtenus par contrat, en ... (et pourquoi pas, après avoir acheter des licences MP3/CSS/..., faire peser un risque contre les auteurs de projets équivalent libre?). Ces sociétés qui aujourd'hui ne survivraient sûrement pas, pourraient alors peut-être se péréniser.

C'est pourquoi je pense que plutôt que de simplement faire migrer coûte que coûte un maximum de gens sous Linux, en leurs montrant des avantages purement techniques, nous devrions avant tout mettre en avant la liberté que leur vole les éditeurs de logiciels propriétaires, et que respectera les auteurs de logiciels libres.

J'aimerai votre avis la dessus. Et plus particulièrement sur ce qui selon vous serai le mieux: beaucoup d'utilisateurs GNU/Linux dont la grande majorité insensible au coté libre, ou peu d'utilisateurs mais qui attachent de l'importance à son coté libre?
  • # Retour à l'intégrisme ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Maintenant, supposons que la majorité des utilisateurs sous Linux ne soient pas sensible à la liberté induite.

    En fait la réponse est dans ta question : ces utilisateurs, qui passeraient à coté de la liberté du système, ne seraient que des utilisateurs (passifs). Avec un poids bien moindre dans la communauté que les utilisateurs/acteurs occasionnels du fait de leur passivité. Ce n'est pas une question de nombre.

    Personnellement, je me fiche pas mal des raisons du voisin pour préférer GNU/Linux à tel autre système... Je l'ai choisi parcequ'il est libre et bon, et aussi parcequ'il m'offre la liberté d'intervenir dedans comme bon me semble, de l'adapter à mes besoins en toutes circonstances. Ce n'est pas une majorité, si écrasante soit-elle, qui va m'enlever cela :-) Et ces fameuses sociétés peu regardantes dont tu parles, eh bien si elles trouvent un marché dans cette "majorité" tant mieux pour elle. En ce qui me concerne je leur préfèrerai toujours une société concurrente qui contribue à la vie du libre (raisonnement du consomm'acteur -> on met nos sous là ou ils font vraiment avancer le schmilblick).

    En gros, il faut s'ouvrir un peu... Il y a de la place pour beaucoup de gens dans le libre. Ne soyons pas (trop) élitistes sous peine de se retrouver isolés.
  • # Tout le monde n'est pas informaticien ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    ... et je crois que la majorité des gens se moquent de ces "libertés" qui concernent le logiciel, dans la mesure où l'informatique n'est pas quelque chose d'important pour eux.

    Parce que honnêtement si tu ne t'y connais pas du tout, le logiciel libre ne va pas t'apporter grand chose.

    Qu'est-ce qui serait le mieux ? Des gens qui comprennent Linux.

    Linux est deux choses à la fois, pourquoi chercher systématiquement à les séparer ou les opposer ? L'aspect technique est à mon sens un peu plus important dans la mesure où l'informatique a quand même un but utilitaire. Mais il faut bien prendre en compte l'aspect philosophique et politique, qui est une partie du "carburant" intellectuel des auteurs de logiciels libres.

    D'après moi seul quelqu'un qui s'intéresse un peu à l'informatique, sans forcément y connaître grand chose pourra comprendre réellement le monde Free/OSS, et c'est ce genre de personnes que j'espère voir utiliser Linux dans les années à venir.
    • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

      Posté par . Évalué à 6.

      D'après moi seul quelqu'un qui s'intéresse un peu à l'informatique, sans forcément y connaître grand chose pourra comprendre réellement le monde Free/OSS, et c'est ce genre de personnes que j'espère voir utiliser Linux dans les années à venir.

      Je crois qu'on ne peut pas choisir GNU/Linux et à la fois complètement ignorer d'où il vient, ceux qui le font, et la vie communautaire qui se passe dedans et autour. Enfin pas éternellement du moins.

      Il ne faut pas exclure les simples utilisateurs qui n'ont pas tout compris au libre avant de découvrir GNU/Linux, car c'est à mon avis un excellent vivier de futurs libristes potentiels. Il faut au contraire les accompagner, les guider, et leur faire découvrir qu'ils ont gagné plus que de simples logiciels en choisissant du Libre. Séduction assurée...
      • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je n'ai pas parlé de comprendre le libre avant de venir sous Linux, mais de s'intéresser à l'informatique. Je ne crois pas qu'on puisse comprendre Linux sans s'y intéresser, et pour ça, il faut s'intéresser à l'informatique, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. [Chacun son domaine et c'est bien normal.]

        Tout ce que je voulais dire est que je n'étais pas pour une publicité de Linux similaire à ce qui s'est fait pour Firefox, parce que je ne crois pas que Linux soit réellement destiné au grand public. Aux gens intéressés, oui, mais pas au grand public.
        • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

          Posté par . Évalué à 5.

          Je ne crois pas qu'on puisse comprendre Linux sans s'y intéresser, et pour ça, il faut s'intéresser à l'informatique, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

          Mon point était que ça pouvait venir en cours de route, de manière spontanée, grâce à la vie communautaire. Pourquoi mettre des barrières à l'entrée d'un système ouvert ?
          • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je ne parle pas de mettre des barrières. Simplement, lorsqu'un utilisateur vient sous Linux, bien lui expliquer l'idéologie qui est derrière.

            Certe, ça peut venir en cours de route, et de toute façon je doute que ça soit sur une simple explication que les choses viendront. Simplement, c'est en quelque sorte lui montrer du doigt ce qu'il faut remarquer.

            Je pense que la communauté, si trop de membres viennent d'un coût sans aucune indication, pourrai perdre de son identité. Si les nouveaux arrivant rentrent petit à petit, il y aura le temps de digèrer, ainsi la quantité de nouveaux membres découvrant les valeurs portés restera marginal et ils ne pourront que découvrir avec le reste de la communauté. Mais si la "croissance" est trop forte, je crain que la communauté n'est pas le temps de faire découvrir ses valeurs aux nouveaux membres, que l'ambiance général ne soit plus au libre.
            • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Bon, qu'on me moinse, ok. Mais la moindre des choses est alors de me dire pourquoi, que ça soit en réponse au commentaire ou par message privé!

              Parce que bon que mes commentaires soient mauvais c'est une chose, mais si vous ne me dîtes pas en quoi vous les trouvez mauvais je ne vois pas comment je pourrai améliorer les prochains, pour contribuer au mieux à la vie de ce site.
              • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

                Posté par . Évalué à 4.

                Normalement on moinse pas par rapport à la qualité du commentaire mais par rapport à sa pertinence au sujet pour faire disparaitre les posts hors sujet et pas pour censurer ce qui ne nous plait pas.
                Moinser un type dans son propre journal n'a donc aucun sens à moins que ce soit un fou qui s'amuse à raconter n'importe quoi.
                D'ailleurs, maintenant que j'y pense, les fous ont le droit de moinsage eux aussi, ceci explique peut être cela?
                Donc soit tu es fou, soit c'est un fou qui t'a moinsé.
                (J'exclue les imbéciles, tout le monde sait bien qu'il n'y a pas d'imbéciles sous linux).
        • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je ne crois pas qu'on puisse comprendre Linux sans s'y intéresser, et pour ça, il faut s'intéresser à l'informatique, ce qui n'est pas le cas de tout le monde
          et
          je ne crois pas que Linux soit réellement destiné au grand public.
          Je ne comprend pas ... Tu parles de Linux en tant qu'OS et outil technique ou Linux en tant que symbole d'un système libre (comme tu aurais pu citer un BSD libre ou le Hurd) ?

          Dans le premier cas, je pense qu'aucun système actuel parmis ceux que je connais n'est grand public. Un OS c'est un couteau suisse: on peut faire a peu près ce qu'on veut avec mais pour ça il faut savoir un minimum comment s'en servir et ça implique savoir un minimum comment ça marche. C'est un peu le cas de tous les outils génériques et je pense que ce n'est pas prêt de changer.
    • [^] # Re: Tout le monde n'est pas informaticien ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      D'après moi seul quelqu'un qui s'intéresse un peu à l'informatique, sans forcément y connaître grand chose pourra comprendre réellement le monde Free/OSS

      Je ne suis qu'à moitié daccord.
      Comme le dit rms, utiliser un logiciel proprio, accepter le CLUF d'un logiciel proprio, c'est accepter un tas de choses, et entre autre par exemple de faire passer les intérêts financiers d'une société avant son voisin, sa famille. C'est signer un contrat dans lequel on s'engage à ne pas distribuer le logiciel à son voisin pour l'aider, si il est dans le besoin. Je crois qu'il sagit d'un problème de société avant même d'être une simple question "d'informatique". Pour moi ce genre de choses sort du cadre de l'informatique, et je pense qu'on doit, non en tant qu'utilisateur mais en tant que citoyen, le refuser. C'est quelque pars plus un choix de sociétés qu'un choix de noyau qui va exploiter le matèriel, c'est choisir entre une société et une autre.
      Biensûr, ça ne se limite pas au choix de sa plate-forme, le choix d'accepter ou non le lobbying des majors à l'assemblé, les DRMs/Brevets sur les idées, d'acheter des produits fabriqués par des enfants en asies, tout cela en fait partie. Après, chacun est libre de ses choix, mais je crois qu'il faut mettre en avant que choisir GNU/Linux c'est choisir de défendre ses libertés.
  • # FOSS

    Posté par . Évalué à 7.

    Tu as très bien résumé le débat entre "open source" et "free software" dans le monde anglo-saxon. Si au final, le résultat est très proche, les premiers ont une approche plus technique que politique et les seconds une approche plus politique que technique.
  • # Déjà là

    Posté par . Évalué à 2.

    Maintenant, supposons que la majorité des utilisateurs sous Linux ne soient pas sensible à la liberté induite. Par exemple, ils sont sous Linux parce que pas de virus/spyware, parce que gratuit/moins chère, parce que sa fait chouette devant les copains, parce que... . Alors des sociétés, toujours éditrice de systèmes Linux, mais faisant bien moins dans le GNU, pourraient apparaître

    Depuis quelques mois, de plus en plus d'anciens utilisateurs de Linux passent à Mac OS X. P. Pas de virus/spywares, ça fait chouette devant les copains, c'est un Unix-like, et ça gère directement presque tous les matériels pour lesquels on galère sur des OS libres.

    Ça n'a rien d'étonnant: il y a dix ans, on faisait de la pub pour GNU/Linux en expliquant à quel point c'était mieux (techniquement) que Windows, et on a convaincu des gens de switcher pour ces raisons là. Maintenant qu'ils ont une autre alternative qui ne les oblige plus à galérer avec leur matériel, ils switchent à nouveau.

    Au final, qu'est-ce que ça change pour nous ? Probablement pas grand chose, à part le fait que négocier des drivers libres pour du matériel va être un peu plus difficile. "Si vous n'aimez pas Windows, utilisez un Mac, pourquoi vous venez m'embetter avec votre Linusk ?"
    • [^] # Re: Déjà là

      Posté par . Évalué à 5.

      un exemple célèbre de passage de Linux à OS X est Jamie Zawinski (Netscape Navigator, XScreenSaver)

      http://jwz.livejournal.com/494040.html

      dont on peut résumer le post en "ras le bol de me casser le cul à bidouiller sans fin pour avoir du son, j'ai fini par prendre quelque chose qui marche, et je suis heu-reux.". on notera que quelques posts plus tard, il était déçu sur quelques points mineurs par son nouveau système.
      • [^] # Re: Déjà là

        Posté par . Évalué à 0.

        On va dire que je trolle là, mais la question qu'il faut se poser q'il on veut éviter ce genre de comportements (que je ne juge pas, hein, que ce soit clair), c'est :
        - pourquoi "it just works" avec W$ et Mac OS X, et pas sous Linux ?
        - est-ce que les formidables ressources des développeurs libres peuvent être utilisées pour imiter ça ?

        Il se peut qu'on arrive à se dire que Microsoft et Apple ont des ressources que les développeurs libres n'ont pas. Mais on pourrait aussi arriver à se dire qu'il y a moyen de mutualiser les efforts, ou de créer une task force pour faire fonctionner les plus de hardware sous Linux, ou que sais-je encore...

        Encore une fois, au delà du clivage distro/WM/paquet et tutti quanti, il est peut-être nécessaire de mener cette reflexion avant qu'il ne soit trop tard... Ou bien peut-être qu'elle a déjà eu lieu...

        Si ce n'est pas le cas, je propose de créer le consortium "It just works for Linux too, whatever the distro you choose".... :-)
        • [^] # Re: Déjà là

          Posté par . Évalué à 6.

          - pourquoi "it just works" avec W$ et Mac OS X, et pas sous Linux ?

          Par exemple, d'après toi, pourquoi Airport Express fonctionne directement avec Mac OS X, et pas avec Linux ? Parce que Apple dispose des spécifications nécessaires pour faire un driver, et que ces spécifications ne sont pas accessibles aux développeurs libres. C'est valable pour tous les matériels non supportés.

          Ça n'a rien de nouveau: quand on n'a pas les spécifications, on doit faire du reverse engineering pour développer un driver. C'est long et inefficace. La seule solution, c'est de conduire plus de constructeurs à proposer des drivers, ou à libérer leurs spécifications.
          • [^] # Re: Déjà là

            Posté par . Évalué à 2.

            a noter aussi qu'un driver ne se fait pas en claquant des doigts.
            Donc les nouveautes (par exemple carte wifi /wpa) ca ne marche pas out of the box ; il faut laisser le temps aussi de faire le boulot ;)
    • [^] # Re: Déjà là

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.


      Depuis quelques mois, de plus en plus d'anciens utilisateurs de Linux passent à Mac OS X. P.


      T'as des sources crédibles? Il me semble plutôt que c'était du FUD d'Apple. Au contraire dans mon entourage, j'observe beaucoup de gens qui quittent MacOSX parce que y'a pas beaucoup de logiciels, que les failles de sécurités sont corrigées très tardivement, que c'est pas plus intuitif que Windows ou KDE, que c'est cher, que c'est un peu "le cul entre deux chaises" entre Windows et GNU/Linux etc. MacOSX c'est joli, mais après?

      Comme sous GNU/Linux, il faut acheter du matériel compatible, tous les jeux ne marchent pas etc. Si on veut utiliser des logiciels libres, en général quand c'est possible, les logiciels ne sont pas intégrés à la jolie interface de MacOSX. Mais surtout on utilise un système propriétaire fait par une grosse boite américaine liée à Microsoft. Quitte à utiliser un Unix, assez stable, sans virus, techniquement bon, pourquoi ne pas utiliser GNU/Linux, qui en plus est libre?

      Beaucoup de gens sous MacOSX ne connaissent pas GNU/Linux. Donnez leur des liveCDs PPC (Ubuntu en envoie gratuitement, par exemple), en général ils sont impressionnés.
      • [^] # Re: Déjà là

        Posté par . Évalué à 2.

        T'as des sources crédibles?

        Des témoignages sur linuxfr ou ailleurs sur le net, et autour de moi. Par contre, tu remarqueras que je n'ai pas avancé de statistiques sur la question, j'en serais bien incapable.

        Pour les témoignages sur linuxfr, le meilleur endroit pour en trouver est dans les journaux qui ont suivi la sortie du Mac Mini, avec plein de gens qui expliquaient qu'acheter un Mac pour un mettre du linux, c'était un peu idiot.
  • # Déjà le cas!

    Posté par . Évalué à 2.

    Alors des sociétés, toujours éditrice de systèmes Linux, mais faisant bien moins dans le GNU, pourraient apparaître. Par exemple, en créant des outils de configuration non libres


    Comme suSe jusqu'a peut ?



    et pourquoi pas, après avoir acheter des licences MP3/CSS/


    Turbolinux (N° 1 en Asie et pas mal utilisé en version serveur aux US) utilise PowerDVD (avec une "licence légale" pour le CSS)
    • [^] # Re: Déjà le cas!

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Comme suSe jusqu'a peut ?

      J'avais pensé à suse, mais n'étant pas certains de ce qu'ils faisaient réellement(n'ayant pas de moi même constaté les faits, et comme certains regnaient ce fait), j'ai préfèré éviter de le mentionner :)

      Turbolinux (N° 1 en Asie et pas mal utilisé en version serveur aux US) utilise PowerDVD (avec une "licence légale" pour le CSS)

      Je pensais à une autre edition, asiatique aussi(dont je ne me souviens plus du nom, peut-être bien turbolinux), qui si mes souvenirs sont bon ont un accord avec Microsoft pour le WMV.
  • # Le Logiciel Libre sait s'auto-protéger...

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Salut,

    tout d'abord, je me demandais si tu ne faisais pas un peu de mélange... qu'appelles-tu GNU? J'ai l'impression que quand tu dis GNU, tu entends "philosophie Libre". C'est vrai que GNU est développé par la FSF dont le but principal est bien évidemment de développer la philosophie Libre, mais GNU reste le nom d'un projet de système d'exploitation (la plupart du temps autour d'un noyau Linux).

    Bon outre ce détail technique... comme l'entend mon titre donc, il faut bien se rendre compte que le Libre n'est pas juste une simple idéologie dont les fondements pourraient se retourner contre eux-même. Le Libre est fondé sur une solide base, notamment juridique, qui lui fournit tous les moyens de se protéger de dérives.

    Juridique d'abord effectivement: avec l'emploi de licences très bien ficelées (GPL en tête) empêchant toute appropriation par des boîtes.
    Personne ne peut rendre une distribution Gnu/Linux propriétaire, puisque le système GNU est sous GPL (à qques exceptions près, pour des trucs en LGPL par ex), qui est bien connu pour avoir une solide protection juridique. On ne peut donc s'approprier une distribution Gnu/Linux.
    Evidemment rien n'empêche une boîte d'insérer qques éléments propriétaires dans leur distrib Gnu/Linux. La plupart des boîtes le font pour les quelques éléments qui n'ont pas encore de bons équivalents Libres, ou trop répandus pour être mis à l'écart (des licences MP3, des binaires sous licences pour Java/Flash, etc.). Mais le fait est qu'elles sont forcés de fournir d'une manière ou d'une autre les sources de toutes les parties Libres de leur distrib.
    Donc si la boîte joue le mauvais joueur et fait en sorte que leurs sources sont difficilement accessibles (même s'ils le sont forcément!), et bien ils n'auront forcément pas une bonne diffusion -- et ce même toute réputation mise à part! -- puisque le Libre est un système économique très réaliste et que la diffusion de tout programme est fortement basé sur sa qualité, sur son accès aux programmeurs, sur sa documentation, sur son intégration dans la communauté, etc. Une distribution mal diffusée est une distribution condamnée à terme.
    Voire même supposons maintenant que la distribution est bonne, a des idées sympa, mais joue un jeu malhonnête. Puisque c'est basé sur du Libre, rien n'empêche quiconque de prendre toute la partie Libre du projet (majeure partie!) et d'en faire un fork! En fait, les seuls qui risquent gros dans l'affaire à être malhonnête, c'est les sociétés, puisqu'elles peuvent perdre le contrôle de leur projet (évidemment par contre, tant que la société est honnête, il n'y aura jamais de problèmes puisque la plupart des utilisateurs préfèrent suivre les initiateurs du projet originel, et à raison).

    Tout cela pour dire que la philosophie Libre est aussi un modèle économique! Et c'est un modèle très bien ficelé, où quiconque ne joue pas le jeu ne peut pas survivre, et ce même en dehors de toute considération philosophique sur le Libre. Il faut avoir véritablement une ouverture dans sa démarche pour aquérir des clients fidèles, des programmeurs qui vous aident, une communauté qui vous soutient, et c'est un modèle où les magouilles ne payent pas.

    Parlons donc maintenant de ces fameux utilisateurs si peu regardants quant à la partie philosophique du Libre. Même si c'est bien dommage pour eux, ils ne peuvent pas faire du mal au mouvement Libre, et même ils lui feront du bien malgré eux. Pourquoi on ne peut faire du mal? Déjà pour le côté "auto-protection" du Libre explicité plus haut. On ne peut s'approprier du Libre, on ne peut le détourner (sous peine de se voir poursuivre pour rupture de licence)...

    Quant aux gens qui ont peur que l'arrivée massive d'utilisateurs amène les problèmes du propriétaire avec par exemple les virus/spywares... encore une fois, le modèle Libre sait bien se protéger. Les spywares déjà eux ne peuvent exister ds un prog Libre! Un spyware par définition est une sorte de sous-programme caché dans un autre. Mais cela ne peut exister quand on a accès aux sources. Or la théorie du complot ne peut plus s'appliquer dans un tel cas, car on ne peut s'imaginer que les développeurs de la Terre entière y participe. Il y aura forcément un jour un développeur se baladant dans les sources, et qui sera honnête, pour découvrir un spyware. Ceci est d'autant plus vrai avec le programme gagnant en popularité et donc en diffusion. Donc de deux choses l'une pour un prog Libre diffusant un spyware: soit il est si peu diffusé que l'impact du spyware soit ridicule, soit il est massivement diffusé, et le spyware est forcément trouvé, donc la boîte qui la diffuse n'a plus qu'à prier pour l'impact sur ses ventes.
    Quant aux virus, outre le fait que les systèmes Gnu/Linux sont bien mieux protégés globalement que les systèmes proprio, le modèle de développement Libre est très performant lui aussi. Un virus trouvé, c'est des milliers de développeurs dans le monde qui simultanément se mettent à chercher (trouver) et patcher la faille utilisée, et/ou à mettre à jour la base de données des antivirus Libre (comme Clam). Un virus sous Gnu/Linux a un temps de survie bien trop court pour être viable, de même que les failles.
    En outre ne surtout pas oublier que ce qui fait la grande force d'un virus, c'est aussi la possibilité de diffusion massive, donc de réplication massive. Or cela ne se peut que par le principe d'utilisation massive d'une faille existant chez une grande portion de population. Ce principe est cassé par le principe de la diversité qui fait une des puissances du Libre. En effet, le problème des systèmes de win est que tout le monde a le même système, utilise les mêmes programmes (Outlook ou Outlook Express pour les mails, msn messenger pour la messagerie, IE pour le web, Ms Office pour le traitement de texte, etc.), donc a les mêmes failles. Or le choix, la diversité casse ceci, alors que la plupart des virus, des attaques se basent sur des failles précises de certains programmes précis. Une attaque peut donc être ciblée sur un système Libre, mais un programme malveillant peut très difficilement se répandre massivement sur le net, quand des personnes ont des distributions différentes (quoique compatibles et interopérables!), des noyaux aussi éventuellement différents et/ou avec des options diverses, n'utilisent pas les mêmes programmes pour une tâche similaire (selon le goût de chacun), etc.
    Ne pas oublier une chose aussi: les créateurs de virus/d'attaque ont pour but de démontrer leurs compétences dans beaucoup de cas. En effet, c'est finalement le seul moyen efficace qu'ils trouvent dans le modèle proprio où il est souvent même interdit de parler de failles qu'on a trouvé et d'en faire mention (nombre de procès ont existé pour des cas similaires), donc forcément ça fait peur. On n'a pas envie de contacter une boîte pour leur faire part de notre découverte d'une faille dans leur prog si c'est pour se prendre un procès dans la tête pour reverse engineering interdit ou bien pour recherche de faille illégale. Donc quitte à être dans l'illégalité, ces personnes se disent qu'autant qu'ils frappent un grand coup pour se faire connaître: un virus. Or dans un système Libre, ces mêmes personnes ont le droit, et même c'est conseillé, de contacter les auteurs, de contribuer au programme, aider les dévs, etc. Du coup, les failles et virus sont bien plus vite éliminés ds un modèle où tout le monde peut contribuer gaiement. Et les gens ont moins envie de casser ce système accueillant en plus qui est conscient de ses forces et faiblesses (contrairement au système proprio qui affirme ouvertement être parfait, et fournir des logiciels totalement sécurisés, ce qui agguiche les farceurs voulant démontrer le contraire).

    Et donc ces utilisateurs non Libristes, quels pourraient être les risques pour le mouvement alors? Il ne peut être grand; je viens d'en éliminer les principaux. En fait, même s'ils ne comprennent rien au phénomène, même s'ils ne sont pas programmeurs, ni même contributeurs, ils ne peuvent pas faire de mal. Ils sont ce qu'on appelle des "passagers clandestins" en économie (du moins c'est un terme que j'ai lu dans un papier). Mais le problème du passager clandestin est mauvais ds un modèle propriétaire (puisqu'il correspond à une perte de chiffre d'affaire potentiel), alors qu'il est innoffensif dans un modèle Libre où il n'y a pas de perte monétaire.
    Au contraire même, ce passager clandestin peut devenir un bon point, car même s'il ne paye pas les sociétés Libres, il peut aussi découvrir des bugs (mais là, faut qu'il ait la présence d'esprit d'aller en parler sur le web, ou mieux sur l'interface de découverte de bug des développeurs). Mais surtout il peut contribuer à la diffusion en parlant de son expérience. Et même si lui est un "mauvais" passager clandestin (quoique inoffensif), les personnes qu'il aura converti au Libre eux pourront devenir de "bons" passagers clandestins, passant peut-être même au statut de contributeur ou de donateur un jour. La diffusion, même à des personnes qui se foutent du côté philosophique du Libre, est très bonne dans ce modèle où en fait les logiciels prennent de la "valeur d'utilisation" en étant utilisé justement! C'est pourquoi de très nombreuses boîtes dépensent des fortunes sur des programmes Libres (quelques chiffres de tête, IBM paye 600 développeurs à temps plein pour bosser sur le noyau nux par ex, Apache est un projet communautaire typiquement amélioré dans cette esprit par les plus grosses boîtes informatiques de la planète, etc.) parce qu'ils connaissent ce principe de "valeur d'utilisation" en hausse constante, au contraire des programmes propriétaires basés sur une "valeur d'achat" fixe, et qui ne bouge plus. C'est finalement plus rentable un modèle Libre, et bien plus réaliste économiquement.

    En fait, pourquoi une entité quelconque (boîte ou individuel) a tout intérêt à diffuser ses améliorations s'il en a fait? Soit il est Libriste et croit en ce mouvement; soit il veut pouvoir le vendre, et dans ce cas, la plupart des licences Libres (enfin... celles adhérant à la philo de la FSF, je sais qu'y aussi des licences bien plus laxistes encore comme les BSD, et je respecte ce choix) l'oblige à le faire (il ne peut légalement diffuser une version binaire seulement avec une licence GPL par ex); soit -- même si c'est juste pour une utilisation interne -- ça peut lui permettre de se faire connaître (trouver du travail par ex?); ou encore -- toujours pour une utilisation interne -- et même si le gars est un égoïste, il est bien conscient que ce système Libre marche par le partage, et que si lui ne partage pas, qui le fera? En effet, le partage peut même être dicté dans un but égoïste (et c'est là où le modèle Libre est très fort notamment), puisque les gens se rendent bien compte qu'ils doivent montrer la voie. S'ils veulent eux-même avoir les améliorations des autres, ils doivent montrer leur bonne foi, être un exemple pour intéresser les autres au projet. En fait c'est le principe tout simple qui fait que pour qu'un projet Libre vive, il a besoin aussi de prouver qu'il intéresse du monde, donc d'avoir des contributeurs; par conséquent si qqun est intéressé personnellement par un projet, et qu'il veut le voir évoluer, s'améliorer, etc., il a tout intérêt à lui-même montrer que ça l'intéresse pour de même intéresser d'autres personnes, et ainsi de suite, dans un engrenage positif.

    Voilà, je conclue ce long message ainsi. Je voulais bien montrer qu'il n'y a aucun risque -- au contraire! -- à accueillir en notre sein toute sorte de personne, et ce qu'elle que soit leur intérêt propre dans le Libre. Le Libre n'est pas seulement une philosophie (à laquelle j'adhère totalement en passant!), c'est aussi un modèle économique très très puissant, très bien ficelé, très bien pensé, très réaliste, et qui a déjà ses bases dans notre société (même si on n'en parle pas autant que le milieu proprio), car plusieurs boîtes en vivent ou le font vivre (même des boîtes bien proprios qui sont de très gros contributeurs du Libre). Et c'est un modèle qui sait s'auto-protéger et rendre bonne les choses a priori mauvaises dans d'autres systèmes (comme les passagers clandestins).
    Je pense donc perso qu'il n'y a vraiment pas à s'inquiéter de la globalisation et de l'arrivée dans le grand public des systèmes Libres, et au contraire, ça ne fera qu'améliorer le mouvement, les contributions, et accélérera la prise en compte par les entreprises propriétaires des solutions Libre (pour le matos, les jeux, etc.).

    Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

    • [^] # Re: Le Logiciel Libre sait s'auto-protéger...

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      hében !! J'ai pas encore lu, mais c'est très long ... J'espère que c'est intéressant !
    • [^] # Re: Le Logiciel Libre sait s'auto-protéger...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Merci pour cette réponse très intéressente.

      Assez daccord, le libre, ce n'est pas qu'une philosophie, c'est aussi un modèle économique, une façon efficace de programmer, ... .
      Je pense aussi que, dans une certaine mesure, les utilisateurs non libristes ne pause aucun problème. C'est vraiment au delà d'un certain seuil critique que cela m'inquiète. Notement parce qu'un utilisateur non forcément libriste(et je ne me permet pas de porter un jugement, chacun est libre de défendre les valeurs qui lui sont propres) serait succèptible je pense de retourner sur l'avantage à court-terme, au détriment de la liberté. Tout en restant sur des systèmes linux, parsemer de logiciels proprios et de contrat de licence, mais appatés par le nouveau truc à la mode.
      Certe, il est vrai que cela ne fairait sans doute aucun mal à GNU/Linux, qui lui continuerait à avancer de la même façon.

      Pour ce qui est du GNU, je le vois comme un système complet, dont l'objectif est de défendre cette philosophie libre. C'est pourquoi je parlais de ces éditions comme des editions "de moins en moins GNU". Pour moi, GNU se distingue des autres systèmes tel que Windows/Mac Os X/(BSD?) par son objectif. Les uns tentent de répondre à un besoin, purement informatique. GNU tentent de défendre des valeurs, c'est pour moi un peu "sa raison d'être".

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.