• # C'est beau le recyclage !

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    C'est vrai quoi, on sent bien que les avocats de SCO on étés sauvés du chômage par ce si magnanime CEO de M$ :) Mais que ferait l'économie américaine sans lui !
  • # En europe

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Quand est-il pour l'Europe où le brevet logiciel n'est pas (encore) légal?

    Bon sinon, quand je pense à tout ces violes, que nous commettons, nous, utilisateur de logiciel libre, je sais pas vous, mais moi j'ai mal à la bite. :)
    • [^] # Re: En europe

      Posté par . Évalué à 10.

      quand je pense à tout ces violes [...] que nous commettons, moi j'ai mal à la bite.

      C'est d'autant pire que c'est collaboratif c't'affaire !

      « Gambe Bang : recrudescence des violes en réunion »
      • [^] # Re: En europe

        Posté par . Évalué à 6.

        ca manque pas d'harmonie un ensemble de violes. Attention à l'orthographe, hein qu'on se le dise.
    • [^] # Re: En europe

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Blague sexiste et un peu nunuche. Comment voulez-vous avoir des dames sur dlfp avec des commentaires pareils.
      • [^] # Re: En europe

        Posté par . Évalué à 1.

        parce qu'on veut des dames sur dlfp ? pourquoi faire ?
  • # deal Novell/MS

    Posté par . Évalué à 5.

    On voit bien tous le danger du deal avec Novell.

    MS est vraiment trop fort. Il arrive à faire payer des utilisateurs de Linux pour un produire qu'ils ne font pas !

    Cela ressemble tellement à du racket !

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: deal Novell/MS

      Posté par . Évalué à 4.

      > On voit bien tous le danger du deal avec Novell.

      D'apres certains commentaires, ca pourrait justement etre une des nombreuses possibles raisons de defaite.
      En effet, on voit ca et la des gars qui disent que suivant la nature du deal avec Novell, il serait possible de faire passer MS pour un "revendeur" linux et ainsi invalider leurs attaques.

      Notez bien l'usage du conditionnel a toutes les phrases. Je ne fais que repeter qq idees sur le sujet. Ca ne me parait pas invraisemblable comme argument (d'autres se sont deja fait discrediter avec grosso modo la meme chose - SCO inside) mais ca me semble quand meme assez aleatoire et difficile a prouver...

      Je sais pas pourquoi mais j'ai bien envie qu'ils se mettent a passer a l'attaque pour de vrai... J'aimerais bien voir ce que donnerait une guerre (mondiale ?) de ce genre.
      • [^] # Re: deal Novell/MS

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        En quoi le statut de "revendeur" Linux, empêcherait MS de faire valoir ses droits sur sa propriété intellectuelle ?
        • [^] # Re: deal Novell/MS

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        • [^] # Re: deal Novell/MS

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est noté dans l'article, à priori c'est lié à une clause de la GPL. Il me semble me rappeler que la GPL ne s'applique plus/devient nulle si le code est couvert par un brevet ... cela dit ça n'explique pas grand chose. Un juriste dans la salle ?


          (Au passage, l'article est pas mal du tout, je pense pas qu'on aura de commentaires conspuant les journalistes et leur méconnaissance du sujet sur ce coup)
          • [^] # Re: deal Novell/MS

            Posté par . Évalué à 2.

            ce serait pas pour la GPL version 3 ce petit detail?
            • [^] # Re: deal Novell/MS

              Posté par . Évalué à 3.

              Non, c'est déjà dans la GPL v2, la v3 rajoute l'impossibilité de faire des accords indirects à destination de l'utilisateur final sur un portefeuil de brevets comme l'accord Novell/Microsoft.

              Plus précisemment, la GPL v2 n'empêche pas l'utilisation des Brevets, c'est plus subtil, elle dit que si quelqu'un distribue du code GPL qui tombe sous le coup d'un Brevet, ce code doit être librement utilisable par tous ... du coup plus moyen pour le détenteur du brevet de faire payer pour des royalties. Si aucun accord n'existe, ou qu'il ne donne pas une libre utilisation à tous ceux qui utilisent le code GPL, alors le code ne peut être mis sous la licence GPL...

              Example avec XviD :
              Le code d'XviD tombe sous le coup de pleins de brevets s'il est distribué, mais seulement si quelqu'un l'utilise... le code ne viole pas de brevets en lui même s'il n'est pas utilisé. C'est pourquoi XviD précise bien que le code est fournit "for educational purpose only", ce qui les protège un peut, car ils precisent que le code n'est pas fait pour être utilisé normalement.

              Cependant, celui qui distribue des binaires, est dans l'illégallité aux USA, car il distribue un binaire directement destiné à l'utilisation. c'est pourquoi XviD ne fournit pas de binaire.

              Tout ceci est très border line pour le projet XviD, à la fois vis à vis de la GPL et des brevets, mais personne ne les a attaqué, car pas d'argent à se faire, mais ça pourrai arriver.
          • [^] # Re: deal Novell/MS

            Posté par . Évalué à 1.

            MS ne vend aucun code GPL, ils vendent des certificats Novell.
    • [^] # Re: deal Novell/MS

      Posté par . Évalué à 5.

      >> On voit bien tous le danger du deal avec Novell.

      Le deal en question a pour but de faciliter l'interopérabilité Linux/Windows. Rien à voir avec les brevets.

      La partie du "deal" concernant les brevets n'avait pour but que de rassurer certains clients (des entreprises pour la plupart) en leur disant que même si le logiciel libre "violait" certains brevets, ils seraient protégés.

      Le fait est que la majeure partie des logiciels violent des brevets. Linux viole certainement des brevets. N'y a-t-il pas un brevet sur le double clique par exemple ?

      Ce deal n'était là que pour rassurer.

      Je ne comprenais pas à l'époque quelle raison Microsoft avait pour signer cet accord. Je pensais qu'il le faisait pour se donner une bonne image, et jouer l'interopérabilité OpenXML/ODF afin de faire valider le processus de standardisation de son format.

      Mais Ballmer est un sournois, pour lui le deal est un moyen de dire que Linux viole des brevets ...

      Mais rappelons que Novell fait partie de l'OIN, donc n'allons pas trop vite en besogne et ne faisons pas de cette boîte une vendue de Microsoft.

      P.S. : avons-nous ici une preuve supplémentaire de penser que le danger n°1 de Microsoft est bien le logiciel libre (voit documents Halloween) ? Ce qui en soit n'est pas entièrement négatif.
      • [^] # Re: deal Novell/MS

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        moi c'est les raisons qu'avaient Novell de signer cet accord que je ne vois toujours pas, sur le volet des brevets en tout cas :
        1. le fait que ce soient les clients de Novell qui sont "protégés" et non pas Novell, permet d'échapper à la clause de la GPL l'annulant si on contribue du code non libre de brevets
        2. le fait que les clients de Novell sont "protégés" a causé beaucoup de tord à Novell, le FUD induit étant immédiat avec la contraposée ("si vous n'achetez pas Novell, vous n'êtes pas protégé", qui est une vaste fumisterie)/

        En outre, en prenant un cas concret, l'accord ne couvre pas tout :
        - dernièrement, Dell a acquis au travers de Microsoft des licences Suse Linux Entreprise Server
        - cela n'est pas couvert par cet accord : rien ne dit que Novell aurait pu passer le même genre d'accord avec Dell et que les clients de Dell soient "protégés" (la transitivité client de Dell <=> client de Novell est loin d'être assurée)
        => au final, c'est un accord Microsoft/Dell qui est possible, maisdes cacahouètes pour Novell

        Novell est bien le dindon de la farce et ne récolte que des miettes, en mettant en péril potentiellement la communauté du libre (parce que bon, l'interopérabilité est évidente dans le cadre du logiciel libre, mais dans le cadre du proprio c'est quasi aussi évident : utiliser des protocoles ouverts ou standards ou documentés et c'est bon hein, là où ça pêche actuellement c'est que la rétro-ingénierie est le préalable à identifier les protocoles).
        • [^] # Re: deal Novell/MS

          Posté par . Évalué à 1.

          "le fait que les clients de Novell sont "protégés" a causé beaucoup de tord à Novell,"

          Peut-être n'avait-il pas le choix, ou ne pouvait pas prendre une décision au nom de la commaunuté ?

          "le fait que les clients de Novell sont "protégés" a causé beaucoup de tord à Novell,"

          Entièrement d'accord.

          Mais suivant la manière avec laquelle l'affaire va être, peut-être l'effet inverse à celui escompté par Microsoft se produira : Microsoft perd l'affaire, et il perd une fois plus en sympathie.

          Autant certaines technologies Microsoft sont intéressantes, autant ses pratiques sont vraiment éc½urantes.
        • [^] # Re: deal Novell/MS

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          2. le fait que les clients de Novell sont "protégés" a causé beaucoup de tord à Novell, le FUD induit étant immédiat avec la contraposée ("si vous n'achetez pas Novell, vous n'êtes pas protégé", qui est une vaste fumisterie)

          Ce que tu utilises ici, c'est la contraposée de la réciproque. Il n'y a donc aucun FUD.
      • [^] # Re: deal Novell/MS

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce deal n'a pour but que de jeter un doute dont M$ cherchera à profiter un jour. Toutes les actions actuelles n'ont pour but que de renforcer ce doute.

        Novell n'a aucun poids, aucun pouvoir. C'est un cheval de Troie.
        Et quand M$ décidera de s'en passer, Novell sera sorti du jeu, qu'ils le veuillent ou non.

        Phases de conquête :
        1. On trouve son cheval de Troie.
        2. On met en valeur ce cheval de Troie et sa distribution.
        3. On profite d'un doute, d'une rumeur pour orienter les décisions. Avec des accords financiers avantageux pour le client.
        4. On inonde le marché de cette distribution.
        5. On modifie un peu les librairies applicatives pour installer ses propres standards, avec juste ce qu'il faut de droits d'auteur pour être les seuls à pouvoir les vendre.
        6. Le client a le choix entre payer une distribution « dans la norme » OU être libre, avoir un comportement un peu différent « de la norme » et la menace de poursuites judiciaires.
  • # So,

    Posté par . Évalué à 10.

    show us the code...
    • [^] # Re: So,

      Posté par . Évalué à 4.

      Si c'est un brevet, pas besoin d'un bout de code puisque c'est le principe qui est protégé...
      Ne pas confondre brevets et droits d'auteur !
      • [^] # Re: So,

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        la charge de la preuve est à l'attaquant hein
        s'ils prétendent que leur brevet est violé, d'abord identifier leur brevet en question, ensuite ce n'est pas très dur pour eux d'aboutir au code, celui-ci étant disponible.
        • [^] # Re: So,

          Posté par . Évalué à 5.

          Heu, encore une fois et sans défendre le principe pour autant, le bout de code n'a aucun intérêt dans une histoire de brevet au sens américain du terme : si le brevet pour la FAT avait été validé, c'est l'implémentation du système de lecture de la FAT qui aurait été soumis à des droits, et pas le bout de code, donc si tu lis la FAT tu violes le brevet.
          Pour prendre un exemple récent (mais non "logiciel"), n'importe qui est capable de faire des cartouches d'encre compatibles, et pourtant HP et Lexmark gagnent leur procès grace à une puce brevetée... et c'est bien là tout le danger de la brevetabilité logicielle !
  • # Même pas peur

    Posté par . Évalué à 1.

    Oui, il est vrai que Microsoft craint l'impact du logiciel libre.
    Pas par le poids qu'il représente , mais parce que le modèle est logiquement plus efficace que le modèle proprio. Il craint aussi le LL car il est le catalyseur le plus important de la recherche informatique, et que de nombreuses idées issue du LL ne sont plus brevetables...
    Il à mal au c... car il se prend une raclée sur les serveurs webs ...

    Bref il fulmine, trépigne, et profère des menaces à l'encontre d'une foule d'utilisateurs qu'il qualifie d'anecdotiques ....

    Ce manque de cohérence et cette agressivité dissuasive fait penser au comportement d'un animal qui se sent menacé et pris au piège ...

    Par contre je ne suis pas certain que les brevets en question soient tous une question de code ... Qui sait... peut être que la navigation dans des fenêtre est un brevet...
  • # bof...

    Posté par . Évalué à 3.

    le mal est déjà fait, l'interêts n'est pas de faire payer les utilisateurs de linux et du logiciel libre, mais bel et bien de donner à penser aux entreprises qu'en utilisant le libre elle se mettrait dans une situation précaire face à la loi d'une part mais surtout face à l'avenir avec des infrastructure informatique qui pourrait disparaitre du jour au lendemain... là où microsoft se présente comme un fournisseur sur et certains pour toujours.
    • [^] # Re: bof...

      Posté par . Évalué à 5.

      oh, comme DEC/Digital, Compaq, Silicon Graphics, Wordperfect se présentaient à une époque ?

      ou même Windows XP. le fournisseur reste là mais ses bons produits sont remplacés par des merdes plus lentes, moins capables, incompatibles avec ton parc informatique, enfin des nouveaux produits quoi, et il te force la main pour y passer. tu veux l'ancien ? faut se dépecher, bientot plus possible.


      Microsoft ne va pas disparaitre du jour au lendemain mais je ne vais pas parier non plus sur sa survie à très long terme, alors ce "pour toujours"... pour certains ça veut quand même dire plus de 10 ans
      • [^] # Re: bof...

        Posté par . Évalué à 1.

        oh... hé ! Ce que j'en dis c'est que c'est jue de la com' destiné aux décideurs...
    • [^] # Re: bof...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      La sécurité juridique du logiciel libre a été certifiée par un juriste du ministère de la justice lors des conférences de Solutions Linux 2007 : « Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics » http://linuxfr.org/2007/02/26/22128.html
    • [^] # Re: bof...

      Posté par . Évalué à 2.

      Je plussoi

      On vient de recevoir un mail flippé de mon responsable de projet...
  • # Et ben ...

    Posté par . Évalué à 7.

    C'est avec des annonces comme ca que la communaute opensource se rapelle
    pourquoi elle est importante .
  • # 235 c'est pas assez!

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Si nous estimons d'une part que le logiciel ne doit pas faire l'objet de brevet et que les brevets logiciels sont pour le moment innaplicables en France et dans la majeur partie de l'Europe alors il faut reconnaître que nous avons un devoir moral à violer tous les brevets de logiciels.
    Non 235 ça ne suffit pas.
  • # mais pourquoi est-il si méchant ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    D'un point de vue morale, je n'aime pas du tout les brevets. Mais pour en parler d'un point de vue légal, ca marche comment ? Y a des choses que je comprend pas. D'une part les brevets logiciel n'ont pas lieu d'être (en europe et pourtant il y en a).

    Ensuite il faut être le premier à créer une chose pour que cela puisse être un brevet et microsoft brevette le fait d'avoir plusieurs bureaux virtuels par exemple, chose infiniement interdite dans la mesure ou d'une part cela existait avant le brevet sous unix, que dans le brevet lui-même et dans la description il utilise les bureau gnome et kde et qu'enfin il ne l'implémente pas lui-même alors que cela est nécessaire (si on invente un objet, il faut être en mesure de le vendre ou un truc du genre).

    Et enfin, il ne faut pas que quelqu'un ait la capacité mentale de reproduire le produit, par exemple mettre une gomme ou bout d'un crayon et le breveter c'est pas possible car le crayon existe, la gomme existe et l'association des deux est une idée que chacun peut avoir.

    Si je me souviens bien de mes cours de droit et si ce que je dis est exact, combien reste-t-il de brevet de microsoft ? Et pourquoi ca passe quand même ? et pourquoi l'argent rend mauvais ?
    • [^] # Re: mais pourquoi est-il si méchant ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Comme le fait remarquer quelqu'un plus haut, il n'y a pas besoin que le brevet soit valide pour que la menace soit efficace.

      L'incertitude et le doute générés par une annonce de ce type suffisent souvent à paralyser de nombreux acteurs. C'est par exemple la raison pour laquelle Apple et Nokia refusent d'inclure les codecs et containers Ogg, Vorbis et Theora dans leur produits (ils ont un doute sur la possibilité de brevets dormants, comme ils l'ont expliqué publiquement sur la mailing-list du WHATWG en Février/Mars 2007).
    • [^] # Re: mais pourquoi est-il si méchant ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Erreur camarade...sur le site de Microsoft on peut trouver un programme qui ajoute des bureau virtuels à windows XP (je ne sais pas si cela fontionne aussi avec les autres versions). Ils appel ça un "power-toy" :

      Virtual Desktop Manager
      Download Deskman.exe
      550 KB 3 min @ 28.8 Kbp
      ici : http://www.microsoft.com/windowsxp/downloads/powertoys/xppow(...)

      Alors ça permet :
      - D'avoir 4 bureaux visrtuels, ni plus ni moins.
      - De planter régulièrement le système lorsqu'on passe de l'un à l'autre alors que des applis sont lancées dans chaque bureau.
      - De planter aussi le système lorsqu'on demande l'affichage simultannée des images du contenu de chaque bureau.
      - De rater ou perdre des fenêtres de dialogue qui s'affichent plus ou moins aléatoirement dans un autre bureau que celui dans lequel est lancée l'application qui les a générer.

      Bref..."c'est de la merde !" comme dirait JP...
      • [^] # Re: mais pourquoi est-il si méchant ?

        Posté par . Évalué à 4.

        C'est bon, tu pouvais dire que c'est un produit MICROSOFT ca suffisait.
      • [^] # Re: mais pourquoi est-il si méchant ?

        Posté par . Évalué à 2.

        En plus de ça, l'utilisation est insupportable pour quiconque est déjà familier du concept. Chez MS, le passage d'un bureau à l'autre n'est PAS instantané :
        _ tout d'abord, les fenêtres du premier bureau sont réduites les unes après les autres, jusqu'à obtenir un bureau vide.
        _ deuxième étape : les fenêtres du second bureau sont restaurées.

        Temps total : deux secondes... horripilant.

        Personnellement, j'ai pas tenu plus de dix minutes face à cette chose. On l'impression que l'appli entière est un énorme hack. Peut-être que Microsoft en a eu besoin urgemment pour pouvoir déposer son brevet.
    • [^] # Re: mais pourquoi est-il si méchant ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Bon, en plus des tournures de phrase bizarres :

      - l'histoire des bureaux virtuels brevetés par MS c'est du FUD de libriste, cf https://linuxfr.org/comments/452775,1.html
      - pour l'exemple du crayon, c'est que justement le brevet existe, mais sur la petite partie en fer reliant le crayon et la gomme...
  • # haaaaa, zut

    Posté par . Évalué à 7.

    Apparement il y a un démenti


    Ah bon, c'était pour un article du _magazine_ Fortune ?
    Nous pensions nous adresser à une moule de la tribune voulant écrire un recueil de fortunes
    Toutes nos excuses au journaliste, aux lecteurs et trolleurs qui n'ont pas d'humour.


    --
    Steve Ballmer & co.

  • # Ils n'attaquerons pas

    Posté par . Évalué à 8.

    Moi je dit pas chiches M$ n'attaqueras pas
    pourquoi simplement car la proprieté intellectuelle est une arme strategique et lancé une attaque revient à detruire cette arme ce qui serait grave si l'attaque n'est pas aussi efficace que prevue.
    -Une partie des brevets sont triviaux et pourrons être invalidé à cause de ça
    -Une partie des brevets ont déjà été publié en long en large et en travers, pensez par exemple aux filtres Bayesien pour chasser les spam decrit dans tous les ouvrages de stats...
    -Enfin sur une partie des brevers les editeurs de LL ont l'anteriorité donc droit à une licence gratuite.

    Au final sur 235 brevet il va en resté une cinquantaine qui font ch...
    Sur 50 fonctionalités 25 serons reecrites rapidement dont 10 en mieux
    25 serons non utilisé.
    Au final une grosse attaque qui auras detruie une partie du portefeuille de brevet de M$ mais par contagion beacoup d'autres brevet similaires...

    Enfin avec la durée de la procedure ( Procès + Appel ) certains brevets auront le temps de tomber dans le domaine public :)
    • [^] # Re: Ils n'attaquerons pas

      Posté par . Évalué à 2.

      Ils n'attaquerons peut etre pas ... mais je pense qu'il feront tout pour faire peur et que dans le doute les grosses boites se tournent vers des solutions clean (qui rapporte des sous à MS).
      • [^] # Re: Ils n'attaquerons pas

        Posté par . Évalué à 2.

        on notera que ça sort d'ailleurs juste avant l'annonce de la GPL 3, niveau calendrier
        • [^] # Re: Ils n'attaquerons pas

          Posté par . Évalué à 2.

          Extrait de l'article de "Fortune"
          The Free Software Foundation was planning to prevent Microsoft from doing any more deals like the one it made with Novell, Moglen told Smith. It was drafting a new version of the GPL that would plug the loophole that Smith had just exploited.

          Note de lecture:
          Moglen, le bon
          Smith, le truand, la brute, ...
  • # Bizarre

    Posté par . Évalué à 5.

    Personne n'a encore cité gandhi ?
    • [^] # Re: Bizarre

      Posté par . Évalué à 10.


      "Ces frites manquent un peu de sel, une fois"

      -- Mohandas Karamchand Gandhi, 12 mars 1930
  • # Un autre lien

    Posté par . Évalué à 2.

    intéressant non pas pour la façon dont il relate l'affaire, mais pour ce qu'il dit de la part d'un journal qui est en général pro grandes entreprises/le P2P c'est mal etc. :

    http://bourse.jdf.com/actualites.html?id=071833&genre=FL(...)
    pris sur
    http://www.lefigaro.fr/valeurs/20070515.WWW000000268_quand_l(...)

    la deuxième partie présente le logiciel libre sous un jour plus que favorable, et sans trop tomber dans les travers habituels (libre de droits, etc.) : on parle de "personnalisation" (enfin ! dirais-je, dans un "grand quotidien" généraliste), et surtout l'importance du mouvement est largement mise en valeur.

    (oui je sais c'est le figaro ---- pas taper SVP)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.