Journal Navy Linux un clone de RHEL

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
10
29
sept.
2021

A cause du changement de date de fin de support chez Centos, diverses distributions clones de red hat ont vu le jour.

Une des distribution que j'ai le plus utilisé c'est Scientific Linux 6 pour i686 du CERN, c'était un clone de Red Hat, comme Centos. A la sortie de RHEL 7, Scientific Linux plutôt que refaire le travail déjà fait, a préféré se baser sur Centos, ils sont donc un peu coincés avec cette histoire, news du 5 mai 2021 :

https://linux.web.cern.ch/

CERN and Fermilab have been evaluating a number of options in view of the sudden change of end of life of CentOS Linux 8 in December 2020 and the move to Stream. A migration path for servers already running CentOS Linux 8 is being provided to CentOS Stream 8 for those needing this release and latest features. Continued support for existing workloads on Scientific Linux 7 and CERN CentOS 7 will be maintained as previously planned. We are evaluating a number of scenarios for future Linux distributions such as community editions or academic licence options over the next 12 months as the shorter Stream lifecycle is not compatible with a number of use cases for the scientific program of the worldwide particle physics community.

En regardant sur distrowatch les distributions qui utilisent le système de paquet rpm, j'en trouve trois clones de Red Hat, AlmaLinux OS, Rocky Linux et Navy Linux.

Titre de l'image

Navy Linux n'est pas la mieux classée rang 264, il y a un tuto de migration sur leur site, ce n'est pas très long, une quinzaine de commandes à taper dans le terminal. C'est mieux de repartir d'une installation classique avec l'iso mais c'était juste un test.

En précaution, j'ai fait une copie de ma partition Centos 8 avec dd et j'ai suivi le wiki. C'est une installation minimale de Centos 8, juste le minimum + le serveur X et icewm. La conversion s'est bien passée, les paquet Centos sont remplacés par des paquets Navy Linux. Juste un paquet dbus qui n'a pas voulu s'updater, en bloquant 4 autres ce qui s'est arrangé en installant le groupe GNOME. Rien d'autre à signaler je n'ai pas fait un test en profondeur, ni je suis capable d'en faire, je ne saurais pas non plus évaluer le sérieux ou la sécurité de cette distribution. J'avais installé ma carte graphique et une carte réseau wifi, cela n'a rien changé, j'avais quelques difficultés avec le pare-feu elles sont restées aussi, résolues depuis. Donc tout ce que je peut dire depuis trois jours, rien à signaler. J'avais l'intention d'essayer aussi Rocky Linux si Navy Linux ne fonctionnait pas , c'est remis à plus tard.

Il y a 5 serveurs dont un en France, son principal atout, le prolongement des mises à jour ne sera visible qu'à l'avenir.

Page d'accueil https://navylinux.org
Wiki de migration : https://navylinux.org/wiki/migrate/migrate-centos-8-to-navy-8/

  • # Dilution de l'effort pour être le chef?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    Leur FAQ peut faire jolie mais "oublie" bizarrement d'expliquer pourquoi ils font le même taf que Rocky linux, plus financièrement soutenu, avec l'aspect communautaire protégé par une entité ad hoc, et dirigé par une personne qui a du bagage dans le domaine (oui, ça compte dans ce cas la, on parle de laisser les clés de chez soit à d'autres).

    On a l'impression de politique française, où celui qui n'est pas chef créé son truc de son côté et le résultat est que la communauté y perd à faire x fois la même chose…

    Qu'ai-je loupé qui te fasse préférer eux à Rocky Linux?

    je ne saurais pas non plus évaluer le sérieux ou la sécurité de cette distribution.

    Laisser les clés de chez soit à une entité dont tu n'évalues pas le sérieux, ok…

    • [^] # Re: Dilution de l'effort pour être le chef?

      Posté par  . Évalué à 4.

      Je n'ai pas indiqué si je préférais Navy Linux à Rocky Linux. Plutôt que les opposer, je pense que la diversité est une richesse. Pourquoi tel ou tel périphérique fonctionne directement dans une distribution, et fonctionne mal avec beaucoup d'effort voire même pas du tout avec une autre, c'est comme ça. Tel logiciel est considéré comme obsolète ou pas encore suffisament abouti par les unes et pas par d'autres.

      Pour ce qui est de la sécurité, on est peut-être à la veille d'apprendre que telle ou telle distribution a des failles de sécurité, voulue en interne ou non, la renommée ne sera pas d'un grand réconfort à ceux qui auront perdu des plumes. Si c'est le cas pour Navy Linux, je serais désolé d'en avoir parlé et d'en avoir fait la promotion avec des bémols sur mon ignorance qui n'est pas feinte.

      D'un autre côté, c'est deux choses qui m'ont plu :

      1/ le procédé de migration, j'ai employé à peu près la même chose pour installer Fedora 34 depuis Centos 8 mais pas par dessus sur une autre partition, en suivant le tuto pour chrooter, la methode yum ici :
      https://doc.fedora-fr.org/wiki/Utilisation_de_chroot

      Si on peut installer bash dans un repértoire fedora34, ce répertoire peut aussi être une autre partition, on peut aussi installer dnf, le réseau .. etc bref installer tout. Avec l'option --installroot, normalement dnf va chercher sur la cible s'il y a des dépôts configurés, si c'est le cas il fait son cache et roule. Généralement je fait avec le paquet repo de la distribution que je veux installer, ou je fait moi même un petit fichier .repo avec l'adresse du serveur sur le modèle de ceux qui sont dans /etc/yum.repos.d/

      Mais là sur Centos 8 avec les option --installroot=/fedora34 et --releasever=34, et les dépots bien configurés rien à faire pas de paquet bash trouvé, j'ai été obligé aussi, pas trouvé moins bourrin que d'effacer les caches et de remplacer les dếpots. Je l'ai fait plus d'une fois depuis/vers différentes distribs, Mageia, Centos Fedora ou Opensuse, jamais eu ce soucis.

      2/ Je n'ai aucune remarque à faire sur les changements sur Centos 8 autre que la durée du support était un de ses attraits. Il y a quand même un soupçon de mauvaise humeur dans la news que j'ai cité du site de Scientific Linux. Cet attrait qui manque à certains au point de recréer une distribution, ce qui ne se fait pas facilement, et pour une grande part ce journal est pour saluer ces efforts de la part de l'équipe de Navy Linux, de Rocky Linux, et plus généralement de toutes les autres distributions plus ou moins connues.

      • [^] # Re: Dilution de l'effort pour être le chef?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        Sans rentrer dans le débat sur le reste, une remarque :

        je pense que la diversité est une richesse.

        C'est une phrase passe-partout vide et fausse quand elle sert à dire que c'est une diversité quand le nom change mais pas grand chose d'autre.
        En pratique, cette "diversité" est une pauvreté quand il s'agit de faire 36x la même chose mais en étant petit chef d'un petit truc ou parce qu'un truc n'a pas plus, alors que la richesse pourrait être d'avoir une base faite une fois et que les ressources humaines servent à créer d'autres choses. Ça marche pour le sujet du journal comme pour la politique (ça se voit que les gens qui parlent de vivre ensemble n'ont rien à faire de vivre ensemble quand ils n'arrivent déjà pas à se mettre ensemble à cause d'1% du programme qui serait différent).

        Parler de diversité comme richesse dans une "belle" phrase théorique pour un truc similaire est un cache au manque de diversité et au manque de richesse en pratique dans ce qui est produit pour prioriser quelque chose d'autre qu'on n'ose pas avouer.

        • [^] # Re: Dilution de l'effort pour être le chef?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

          Je suis tout à fait d'accord. Surtout qu'ici le but n'est pas d'innover dans l'OS, mais faire un clone de RHEL.

          On se retrouve avec deux principales distributions en courses (je ne mets pas dedans Oracle Linux, dont le nom s’exclut lui même de la notion de confiance à mes yeux d'anciens DBA) et on doit attendre pour voir qui a gagné la course, sinon on va devoir refaire le travail d'intégration (non le binairement compatible c'est pas magique quand on parle de rpm et de dépendances).

          Là pour le coup la "diversité" n'est pas à l’avantage du pauvre user que je suis ^

    • [^] # Re: Dilution de l'effort pour être le chef?

      Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 30/09/21 à 11:27.

      Je me demande ce que tu trouves bizarre alors que le projet a démarré à peu près en même temps (janvier) que les deux autres plus connus : AlmaLinux et RockyLinux. Ce n'est pas parce que tu découvres un projet sur le tard que ce projet doit justifier son existence. D'ailleurs, aucun de ces projets n'indique pourquoi il se consacre à une distro de plus, alors même que d'autres clones indépendants de RHEL existent depuis longtemps : Springdale, VzLinux, EuroLinux, OracleLinux, etc. En oubliant Oracle dont les pratiques ne sont pas très belle, ça en laisse plusieurs déjà reconnus et diffusés. Bref ta critique s'applique à tous.

      On a l'impression de politique française, où celui qui n'est pas chef créé son truc de son côté

      Bof, les américains sont aussi des spécialistes du "not invented here". Le côté cocardier se retrouve dans toutes les nations, et l'envie de créer son propre truc est tout aussi répandu. Regarde le nombre de distros présentes et passées. Lesquelles sont suffisamment différentes pour justifier leur existence ?

      • [^] # Re: Dilution de l'effort pour être le chef?

        Posté par  . Évalué à 2.

        Surtout que l'urgence est toute relative, les utilisateurs de Centos 8 peuvent être gênés ou pas et doivent prendre une décision pour ceux qui le sont.

        Pour ceux qui étaient encore avec Centos 7 particuliers ou professionnels le support s’arrêtera comme prévu en 2024 ce qui laisse le temps de voir venir, j'espère qu'il y aura d'autres solutions alternatives d'ici là. Pour avoir les toutes dernières nouveautès ce n'est pas Centos qu'il faut choisir.

        Du coup j'ai relancé ma partition Centos 7, je dois même avoir le CD d'install, probablement de netinstall quelque part.

  • # Un de plus… sans support…

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    J'avais noté les éléments suivants pour la suite de CentOS (j'avais démarré des tests sous CentOS8 quand ils ont annoncé le changement de politique de mise à jour)… et NavyLinux n'y est pas.

    • AlmaLinux, sous l’impulsion de l’éditeur de CloudLinux, une boite qui fait ça depuis longtemps (et y met des moyens), fork de RHEL → https://almalinux.org/
    • RockyLinux, à l’initiative de Gregory Kurtzer, fondateur de CentOS → https://rockylinux.org/fr/

    Tous les deux basés actuellement sur RH8.4. Rocky linux, pas de secure boot, mais options d'install plus diverses (complète, mini, netboot)

    Analyse d'une personne qui a migré vers AlmaLinux, avec une comparaison bien plus large sur les alternatives possibles : https://www.linuxtricks.fr/news/10-logiciels-libres/495-mon-choix-post-centos-alma-linux/

    D'autres alternatives sérieuses (ou adoptées par des entités assez grosses pour qu'on puisse se dire que ça sera maintenu) ?

    Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

    • [^] # Re: Un de plus… sans support…

      Posté par  . Évalué à 5.

      microlinux s'est lui dirigé vers Oracle Linux.

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

    • [^] # Re: Un de plus… sans support…

      Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 30/09/21 à 15:35.

      Par rapport au dernier lien 'mon choix post centos'
      https://www.linuxtricks.fr/news/10-logiciels-libres/495-mon-choix-post-centos-alma-linux/

      l'article date du premier mai, j'ai trouvé un article du mois de juillet, sur la solidité de Rocky Linux :

      https://www.theregister.com/2021/07/02/rocky_linux_80000_downloads/

      Another indication of support is that Google has made a customised Rocky Linux for installation on Google Compute Engine (GCE), and is now a "Principal Sponsor" of RESF.

      RESF = Rocky Enterprise Software Foundation

      Que Google soit principal sponsor va en rassurer certains et en faire fuir d'autres. Cela explique peut-être l'apparition de lien Rocky Linux quand je faisais des recherches pour tel ou tel réglage sur Centos 8 et puis s'ils ont 80.000 téléchargements au mois de juillet cela fait du monde qui peut envoyer du contenu sur le web aussi. Pour Almalinux c'est Cloudlinux et pour Navy Linux il y a aussi des sponsors dont trois hébergent un serveur : https://navylinux.org/sponsors/

      J'ai trouvé aussi que Rocky Linux et Alma Linux sont compatibles avec les Dépôts Epel, pas Navy Linux qui a une alternative un dépôt selr pas très étoffé pour le moment, Oracle a ses propres dépôts Epel,

      • [^] # Re: Un de plus… sans support…

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Dommage que les équipes AlmaLinux et RockyLinux ne se joignent pas…

        Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

        • [^] # Re: Un de plus… sans support…

          Posté par  . Évalué à 5.

          Non pas d'accord :

          • AlmaLinux s'est construit comme un projet d'entreprise, avec les ressources internes de CloudLinux qui a les gens, le savoir-faire et les moyens. Leur objectif est visiblement de ne plus dépendre d'un autre projet. C'est ouvert, mais ils se débrouillent très bien sans la communauté.
          • RockyLinux c'est tout l'opposé : c'est une communauté ouverte, de façon à garantir que ça ne pourra être ni piqué, ni racheté par d'autres ; tout est documenté pour que tu puisses reproduire le processus de construction chez toi ; et enfin tous ceux qui ont envie de mettre les mains dans le camboui et d'apprendre sont invités à participer.
          • NavyLinux c'est le projet d'une communauté déjà soudée auparavant.

          Bref ces différents efforts permettent à plus de monde de s'impliquer. De toute façon il ne s'agit «que» de reconstruire RHEL en partant des sources, ça ne demande pas des équipes de dingues. Centos regroupait moins de 10 personnes il me semble.

          • [^] # Re: Un de plus… sans support…

            Posté par  . Évalué à 2.

            ERRATA : j'ai signalé plus haut que le dépôt EPEL ne fonctionnait pas c'est faux, j'ai des paquets installés sur Navy Linux en provenance de ce dépôt. Oups

    • [^] # Re: Un de plus… sans support…

      Posté par  . Évalué à 1.

      Salut,

      J'ai l'impression que tout le monde oublie Springdale Linux, qui faisait du CentOS avant CentOS (PUIAS avant)

      "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

      • [^] # Re: Un de plus… sans support…

        Posté par  . Évalué à 3.

        Oui elle n'a jamais été très popu. Le monde des distros basées sur RHEL a toujours été fragmenté, les gens oublient que ça n'a jamais été que CentOS.

  • # EPEL fully compatible with Navy Linux

    Posté par  . Évalué à -1. Dernière modification le 30/09/21 à 20:14.

    EPEL fully compatible with Navy Linux

    install EPEL as
    yum install https://dl.fedoraproject.org/pub/epel/epel-release-latest-8.noarch.rpm

    • [^] # Re: EPEL fully compatible with Navy Linux

      Posté par  . Évalué à 1.

      ERRATA:

      Effectivement je me suis trompé, j'ai eu une erreur avec le dépôt elrepo et non epel, et je me suis fié à ce que j'ai lu sur le net plutôt que vérifier directement, j'ai une vingtaine de paquets installés qui viennent d'epel.

      J'ai un disque dur ide et il me faut le module kmod.pata_jmicron qui se trouve sur elrepo. dnf ne trouvait rien à jmicron, j'ai fini par télécharger le rpm directement sur le site elrepo et à l'installer manuellement le disque s'est lancé et fonctionne parfaitement.
      https://elrepo.org/linux/elrepo/el8/x86_64/RPMS/

      La commande :
      dnf --disablerepo="*" --enablerepo="elrepo" list available

      renvoyais une erreur perl résolue comme un utilisateur de Rocky Linux ici :

      https://it.megocollector.com/linux/resolve-conflicting-requests-with-perl5-26/

      Toujours pas de paquet kmod.pata_jmicron disponible autre que celui que j'ai installé manuellement. Je creuserais davantage, mais le module est installé et il fonctionne.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.